Skip to main content
Internet Archive's 25th Anniversary Logo

Full text of "Revue celtique"

See other formats


.. ., Y . .. 



1 
^ 


1 


4 






ï^:' 


. 




VtlW^J 


•ji 


J' . T- 


r^ •>*':■ ■■ 


^p 




"^44 


"<vV ^^J|k ?^ ■ "ÎSt.* 






^ '.. 1 





$h>n V- -^-ï. ■•i^ 









'-^ife- 



,Jt A..X' 



'■^r-R 



a: /^ U 



REVUE CELTIQUE 



X^ FONDÉE f^\ 

PAR V-^ 

/Q\ H. GAIDOZ ^ >^ 

T 1870-188) Q^ 

(^^^ PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE W<A 

'' H. D'ARBOIS DE JUBAINVILLE 

Membre de l'Institut, Professeur au Collège de France 
AVEC LE CONCOURS DE 

E. ERNAULT J. LOTH G. DOTTIN 

Professeur à l'Université Doyen de la Faculté des Professeur à l'Université 
de Poitiers Lettres de Rennes de Rennes 

ET DE PLUSIEURS SAVANTS DES ILES BRITANNIQ.UES ET DU CONTINENT 

Secrétaire de la rédaction : J. Vendryés, chargé du cours de grammaire comparée 

à la Sorbonne. 



Année 1908. — Vol. XXIX 
PAAOrR 



d' fpé 




PARIS 

LIBRAIRIE Honoré CHAMPION, ÉDITEUR 

3, aUAI MALAQ.UAIS (6^) 
1908 



Toute demande d'aboiinenient doit être ctccompagnce de son montant en un chèque 

ou )iia)idat de po:;te au nom de Ai". Honore Champion. 



Tous droits réservés. 



581483 



TABLE 



DES PRINCIPAUX MOTS ETUDIES 

AUX SIX PREMIERS TOMES 
DE LA REVUE CELTIQUE^ 



I. Gaulois ou vieux CELTiauE et ogamique. 



(Voir I, 292-298, 304, 324,'326, 489, 499 ; 11, 94-104, 124, '.38, 142, 164, 
166, 252, 253, 280, 283, 285, 286, 2I88, 4[9, 420, 498, 499, 508; III, 
1-12, 14-30, 45, 134, 135, 153-167, 264, 269, 270, 297-312, 455, 457, 
506 ; IV, 2, 4-6, 8, 9, 12, 14, 16, 22, 24, 25, 31, 33, 49, 57, iio, 143, 
290-293, 461, 462, 476 ; V, 119-121, 351, 352; VI, 233, 377, 416, 486, 
487, 491). 



Abnoba, I, 319. 

Ahrincatas, I, 322, 325. 

Abrincatui, I, 323. 

Abucato, Abugato, II, 94, 102,103. 

Abudos, Abuds, II, 94. 

Acaunum, Agaunum, III, 473. 

-aco-, I, 458, 460, 461, 475 ; II, 
104-106, 108, 499 ; V, 266, 
267, 269; VI, 311, 485, 487. 

Acutios, II, 94. 

Adbucietus, IV, 135. 

Adcantuannus, I, 472. 

Addua, VI, 482. 

Adietuanus, I, 273 ; II, 94. 

Admagetobriga, III, 268. 

Aduatici II, 112. 

Aemona, IV, 142. 

Agedincum, Agedicum, Agied..., 
"l, 272, 273. 

Agedomar, III, 249. 



Agennnenses, Aginncnses, III, 

473- 
ALABDOAIIOS ? II, 95. 
Albion, III, 283 ; VI, 399. 
Albiorix, I, 57, 185. 
Alborice ? III, 133. 
Alesia, II, 504, 505; VI, 401, 402. 
Alingu, II, 157. 
Alios, V, 228. 
Alisanu, V, 118. 
Alisontia, I, 302. 
allô-, autre, VI, 484. 
Allobrogas, II, 403. 
Alobroges, VI, 484. 
'AV/.o'TO'.y:;, VI, 483. 484. 
AUucius, Alluquius, VI, 400, 484. 
Alona, IV, 142. 
Alpiniacum, II, 499. 
Alpona, IV, 142. 
ambactos, serviteur, VI, 494, 495. 



I . Cette table a été faite par M. Ernault. 

Revue Celtique, XXIX. 



Table des priiicipcnix mois étudiés 



ambi-, autour, I, 105; II, 276; 

V, 465; VI, 297. 
Ambigatos ? III, 154 ; V, 376. 
Ambilli, II, 95. 
Ambilo, II, 95. 
an- négatif, II, 205. 
anam, marais, II, 409, 443. 
Anava, II, 445. 
Ancalites, II, 205. 
Ancariacum, II, 499. 
Ancona, IV, 142. 
ande-, V, 465. 
Andecavus, Andegavus, III, 473. 

Andu , II, 245. 

Anemo, II, 443- 

Aneroestos (Nervestos ?), III, 25 5. 

Anisus, Anisa, II, 443. 

Annaroveci, II, 95. 

Annicoios, Anniccoios. II, 95. 

Anvallonacu, V, 118. 

ar-, I, 464. 

Arabus, IV, 339. 

arcantodan, I, 464 ; II, 95, 96. 

Arkant, II, 95. 

'Aoxjvia (opr,), II, 276, 343 ; IV, 
336; VI, 368. 

Ardobrica, VI, 485. 

Arduenna, II, 11, 12 ; III, 23, 24, 
137, 473; VI, 485- 

Arduinna, IV, 135. 

are, devant, III, 44 ; VI, 319. 

Arelate, I, 461. 

Aremagios, II 96. 

Aremorica, Armorica, VI, 399400 

arepennis, arpent, III, 131. 

arepo, charrue ? III, 131. 

argento-, argent, I, 338. 

Argentocoxos, « pied d'argent » ? 
VI, 201, 249, 368. 

Arivos, II, 100. 

Arnalia, I, 319. 

Aronna, IV, 142. 

Arqui, VI, 400. 

Arquio, VI, 1.00. 

art-, pierre, II, 284. 

Artagni, II, 332. 

Artaius, IV, 16, 17. 

Artemia, II, 284. 

Artio, IV, 17. 

Artobriga, II, 284. 

Artos, IV, 17. 

artuass, « pierres », IV, 17. 



Arus, II, 96. 

Arvernus, I, 530; III, 155, 136; 

IV, 16. 
Arviragus, I, 464. 
-as, accusatif pluriel, I, 320-326 ; 

II, 403, 404. 
Ascodrogitae, I, 190. 
Ascodrougoi ? I, 190. 
Assutalus, II, 413. 
Atav? II, 96. 
ate-, I, 472; IV, 20; VI, 314, 

320. 
-ate, I, 461. 
Ateboduus, IV, 20. 
Atectorix, V, 117. 
Atepilos, I, 472. 
Atepodua, III, 20. 
Atepomarus, I, 186. 
Ateponis, I, 472. 
Ateporix, I, 185. 
Ater, II, 321. 
Atemi, II, 321. 
Atesos, II, 503. 
Ateura, II, 284, 50S. 
Ateuritus, V, 120. 
Atevla, II, 508. 
-ati-, I, 281, 452, 454. 
-ato- I, 452. 
Atpilli, II, 96, 100. 
Atrabates, III, 473. 
Atrebatas, I, 320, 321. 
Atrebates, I, 216, 233; III, 328, 

473- 
Atrebetis, I, 320. 
Aturita, V, 120. 
AVGII ? II, 96. 
Augustonemetum, IV, 33. 
Augustoriton, « gué d'Auguste », 

I^ 98 ; V, 228, 229. 
Aulercos, 11,96, 99, 102, 103,245. 
Aulirco, II, 96. 
-aus-, II, 5. 
Auscius, I, 330. 
Auscrocos, II, 96, 106. 
Autessiodurum, Autisiodorum, 

Autesidorum, III, 472, 473. 
Autricum, I, 473, 484. 
Autrigones, VI, 484. 
Autunnacum, II, 499. 
Autura, I, 473. 
avei, avi, « du descendant », II, 

196; III, 87. 



aux toi) tes I-Vl 



ut 



Aventia, I, 307, 308, 312-316; 

II, 22. 
Aventicum, I, 307, 312, 314. 
avi-, « justice, droiture » ? I, 96 ; 

II, 405. 
Avicantos, I, 539. 
-avo-, VI, 1 14, 115. 
Axona, IV, 142. 
Haginati. IV, 21, 22, 35. 
Baiogas, I, 323, 324. 
Bajocasses, I, 323 ; II, 424. 
I)7.Àoo'jtxojviai, V, 121. 
BAO? BAG? II, 96, 102, 103. 
Barcuni, III, 129. 
bardocucullus, cape des bardes, 

II, 427. 
Bardus, III, 400. 
Baudiliacus, I, 460. 
Behronna, II, 127,283. 
BIIINOS, II, 102, 103. 
Belatucadrus, III, 268. 
Belenatensis, III, 472. 
Belenos, II, 1 38, 206, 424 ; III, 

472. 
l)r|Âr,sa;j.'., IV, 286. 
Belinos, II, 96, 102, 103, 206, 

424. 
Belisama, II, 138; IV, 286. 
Bellovaci, VI, 482. 
Bcllovesus, VI, 482. 
Bellovix, VI, 482. 
Bemiluciovi, V, 405. 
Berravensis, VI, 115. 
Betarratis, III, 281. 
betulla, bouleau, II, 127, 128, 

427. 
Bibracte, I, 306, 307, 309-319; 

II, I, 21-30, 127, 137, 283 ; 

m, 118, 133. 
Bibrax, II, 127. 
Billo, IV, 24. 
Bitieu. I, 273. 
bitu-, « monde », I, 96. 
Bituricum, Biturigum, III, 473. 
Biturigas, I, 320-323. 
-bodua, I, 33 ; IV, 19. 
Boduacius, IV, 20. 
Boduacus, IV, 19. 
Boduognatus, « habitué à faire acte 
de volonté, résolu, opiniâtre » ? 

l 473- 
Bogios, Boios, III, 266, 267. 



Boii, I, 147. 

Boikos, III, 249. 

Boiocalus, V, 229. 

Bolgae, VI, 202. 

Borbo, VI, 194, 432. 

Borciacum, II, 499. 

Bormana, IV, 6-9. 

Bormanni, IV, 9. 

Bormanus, IV, 7, 9, 446. 

Bormo, IV, 6, 7, 9, 14, 18, 35, 

446; _VI, 194, 459. 
Bormonia, II, i. 

Borvo, I, 309, 317; II, I, 138; 
III, 134; IV, 7, 9, 143, 446; 
VI, 194, 459. 
boudi-, « victoire», VI, 267. 
BOVIBITOV, II, 97. 
IJo'JOJtvoa, VI, 244. 
Bracaciacum, I, 460. 
Bratronos, V, 116-118. 
ppaTOJOî, I, 398. 
Brennacum, III, 472. 
Brennos, III, 472. 
Brenos, I, 472 ; II, 97, 102, 103. 
BoîTTavo;, VI, 400. 
Bric, Brig, II, 102, 103. 
Brico, II, 97. 

-briga, « hauteur, colline », III, 
402 ; VI, 399. 

Brigantia, I, 303 ; III, 402. 

Britanni, I, 11, 173-175 ; VI, ^^i, 
394, 399, 400, 462, 471. 

Britannia, VI, 393, 399. 

Britan(nicianus), VI, 404. 

Britonius, I, 310. 

Brittani, I, 269. 

Bo'.-ia, III, 284; V, 481, 482, 
'484. 

Brittones, III, 284 ; VI, 393, 394, 
400. 

Brivatis, I, 452. 

Brixia, I, 319; IV, 8. 

Brocagni, VI, 325. 

brogae, champ, IV, 535 ; V, 119, 
121, 484. 

Brogitaros, II, 283. 

Brohomagli, V, iio. 

Brosagan, V, iio. 

BVGIOC, BVCIOC, II, 97. 

Burdegala, Burdigala, III, 473. 

Caballos, II, 97, 102. 

Cabillonum, I, 473. 



îv 



Table des priiicipaiix mois étudiés 



-cadros, « beau », II, 424. 
Cadussia, « propriété de Catussa », 

II, 492-494- 
Calarona, IV, 142. 
Caledonia, VI, 399. 
Caledu, II, 99 ; V, 229. 
CALIAGIIIS, 11,98, 99, 102, 103. 
Calitix, II, 97 ; VI, 484. 
Calydona, IV, 142. 
Camaracenses, Cameracenses, III, 

473- 
cambia-, changer, échanger, n, 

128; V, 466. 
cambo-, « courbe », III, 188. 
Camboritum, V, 229. 
Cambotre, II, 97, I04- 
Cambottre, II, 102. 
Canielorigi, V, iio. 
Camiliacum, I, 460. 
Camulogenus, «fils deCamulos », 

m, 272. 
Camulus, IV, 155. 
Cand, II, 97. 
candetum, espace de cent pas, I, 

458. 
canecosedlon, I, 327. 
Cantiacum, II, 499. 
CantomalU, II, 412. 
Caracylaea ? I, 184. 
Caraditonu, V, 118. 
CaratilH, II, 412. 
Caratuccus, II, 413. 
KâR1(-)A, II, 99. 
Carmano, Garmano, II, 103. 
carnitu, « il entassa », III, 248, 

249 ; V, 117, 119. 
Carnutas, I, 520. 
Carnutes, I, 323 ; III, 473. 
Carpentorate, I, 452. 
Cas, Gas, II, 97, 102. 
Casinemetum, IV, 33. 
-cassis, II, 424. 
Cassivellaunus, IV, 17. 
Castiniacum, I, 460. 
cata-, II, 139, 283 ; III, 131. 
Catalauni, II, 139 ; VI, 261. 
Catamantaloedis, II, 139. 
Catamanus, V, iio. 
Catasextus, II, 139. 
[C ?]athubodua, « corbeau de 
guerre » ? I, 32, 33, 53, 56, 
272 ; IV, 19, 20, 35. 



Catotigirni, V, 110. 

Cattos, « chat », I, 464, 472 ; V, 

122. 
catu-, « combat, bataille », I, 33, 

339 ; II, 493, 494, in, 403 ; 

IV, II, 19. 
Catullus, II, 493, 494. 
Caturicus, IV, 19. 
Caturiges, II, 493, 494 ; IV, 301- 
Caturix, « roi de la bataille », I, 

57; IV, 10, II, 14, 19. 35 ; 

VI, 194. 
Caturugi, V, iio. 
Catusiacum, II, 494. 
Catuslogi, II, 493= 494; VI, 316. 
Catussa, « combattant, guerrier », 

II, 493, 494. 
Catussia, IV, 301. 
Catusualis, II, 137. 
Catuvolciis, I, 339. 
Caviliacum, II, 499. 
Cavillonensis, Cabillonensis, III, 

473- 
Cavosemargi, V, iio. 

Cebenna, Cevenna, II, 11, 12; 

III, 23-25. 

celicnon, « tour », I, 27 ; VI, 494. 

Celta, II, 276. 

Celtae, KÉÀTai, I. 188-190; III, 

464-466; V, 398; VI, 396, 

397, 400. 
KïATtxrj, I, 466. 
Celticum, VI, 398. 
KsÀToî, III, 251-257 ; VI, 396, 

397- . ^ 
Cenomam, I, 473. 
Cerate, I, 452. 
Cermani, II, 257. 
Cernnunos, VI, 209, 224. 
Cetius, VI, 485. 
Cetobriga, VI, 485. 
-cetum, « bois », VI, 485. 
Ceutronas, I, 272, 321. 
Ceutrones, I, 323. 
Chortonicum, VI, 398. 
Cicedu, V, 229. 
Cicutanos, III, 249. 
Cingetorix, V, 120. 
Cingetus, V, 120. 
Cingius, VI, 487. 
cintu-, « antérieur », I, 96. 
Cintugenus, III, 272. 



aux tomes I-VI 



Cisiambos, II, 96; V, 122. 

Cisomagus, III, 472. 

Clorenna, III, 23. 

Clotuali, III, 88. 

Clutoda, I, 319. 

Cluturiacum, II, 499. 

-cnos, II, 352 ; V, 581. 

Cobnertus, I, 544. 

Cocidius, VI, 194, 368. 

Coddacatus, II, 494. 

Coios, II, 98. 

Kolivetu ? V, 229. 

com-, « avec », I, 88, 90, 100, 
214. 

Coman, II, 97, 98, 102, 103. 

Comedovi, IV, 34, 35 ; VI, 194, 
259, 368. 

Commios, Comios, II, 98. 

Komoneos, V, 228. 

Conat, II, 98. 

Conbevi, V, 1 10. 

Concolitanos, III, 255. 

Conconnetodumnus, VI, 376. 

Condate, I, 452, 461. 

Kovo£iXà£o;, V, 120. 
Conembriga, VI, 482. 
Conetodunus, I, 464. 
Conovium, VI, 49. 
CONTA ? CONTVA ? II, 98. 
Coon, II, 98. 
Coriosolis, VI, 404. 
Corisopitum, II, 258, 259. 
xo'p;jLa, zouoij.'., bière. I, 371. 
Cornavii, KopvaoJ'.o'., Vl, 399, 

462. 
Cornovia, VI, 115, 399. 
-co-s, V, 341. 
Cotia, VI, 485. 
Cotiacum, VI, 485. 
Cotius, VI, 485. 
Cottiae, Cottianae (Alpes), III, 7- 

10, 16-18. 
Cottius, III, 8-10, 12, 21. 
Cotus, I, 464. 
Crcmona, IV, 142. 
crotta, harpe, V, 242. 
Cruciniacum, II, 499. 
Cubio(s), II, 98. 
culcita, couette ? I, 458. 
Cunacena, II, 326. 
Cunacennivi, II, 325, 326 ; III, 



Cunelion, VI, 482. 

cuno-, « haut », III, 406; VI, 368. 

Cunobelinus, KjvoÇéÀXtvo:, I, 340; 

II, 343 ; VI, 368, 482. 
Cunobilinus, IV, 336. 
Cunocenni, II, 325, 326. 
Cunomaglus, IV, 336. 
Cunotamus, II, 343 ; VI, 482. 
Cunovali, II, 331. 
Cupinacios, II, 245. 
Curcagni, V, no; VI, 326. 
Curcionatis, I, 452. 
Curiosolitas, II, 403. 
Curiosolites, VI, 472, 474, 475. 
zoùpat, bière, I, 371 ; II, 344. 
CurmilH, II, 412. 
Cussiniacum, II, 499. 
Cusus, II, 440. 
Cuttiaca villa, VI, 487. 
Dalligni, II, 332. 
Damona, III, 134; IV, 7, 145, 

266 ; VI, 459. 
Dannotalos, V, 117. 
Danuvius, Danubius ? I, 135, 

136; II, 8; m, 471. 
Dea, II, 2. 

Deiouigiagos, I, 472 ; II, 98. 
Deobriga, II, 2. 
Dertona, IV, 142. 
Derventio, I, 302 ; II, 424. 
dervo-, « chêne ■>, II, 424. 
Dervonibus, II, 424. 
Dervus, II, 424. 
Deva, II, 2, 3, 8; IV, 136. 
Ar,0'java, II, 4. 
ArjOJaç, II, 2. 
AT|OJva, II, 4. 
Devognata, II, 2. 
De vo vicia, II, 2. 
Dextriniacum, II, 499. 
Diablentas, I, 323. 
Diablintes, I, 323; 11,259; VI, 

472-475, 479> 480. 
Diacos, II, 412. 
Diceto, V, 228. 
Dicetus, V, 228. 
Diko..., V, 228. 
Dinomogetimaro, VI, 489. 
Diolindum, « eau divine » "^ ^\-, 3- 
Diva, II, 3. 
Divannoni, VI, 489. 
Divicta, V, 117. 



VI 



Table des principaux nioh étudiés 



Divixtus, V, 117. 
divo-, divi-, II, 3. 
Divodurum, Diodurum, II, 3. 
Divona, divine, I, 309, 315 ; II, 

4, 8 ; IV, 142, 266. 
Dobunni, II, 280. 
Domnonii, VI, 462. 
Donnus, II, 99, 102, 106 ; III, 8, 

21. 
Doquiricus, Docquiricus, VI, 

400. 
Doquirus, Docquirus, « riche » ? 

VI, 400. 
Don^entius, I, 302. 
Drahonus, II, 444. 
Drauso, I, 305. 
Dravus, Aoâooç, I, 300-302. 
Droma, I, 303. 
Dronona, I, 304. 
Drotus, I, 304. 
Drucca, II, 99. 
Druentia, Apou£VTÎa;, I, 301, 302, 

462. 
Druenticus, I, 462. 
druida, druide, I, 172. 
druides, druidae, oo-jtoat, II, 196, 

403, 404, 500;' m, 37, 453, 

454; IV, 37-59; V, 78. 

Druna, I, 305. 

drunemeton, VI, 195. 

Drusus, I, 505. 

Druta, I, 304. 

Druticnos, I, 304, 505, 332. 

Drutos, V, 117. 

dryas, IV, 44. 

-dubnos, VI, 376. 

Dubra, II, 4. 

-dubron, « eau », I, 217, 462; II, 

104, 108, 343 ; III, 468. 
Dumiati, II, 426; III, 25, 27, 153 ; 

IV, 16, 18. 
Dumnocoveros, « profondément 

fidèle » ou « juste », VI, 377. 
Dumnonii, VI, 202. 
Dumnorix, VI, 199. 
-dumnos, « profond », I, 220. 
Dumnoveros, « profondément 

vrai », VI, 377. 
Dunati, IV, 11, 12. 
-dunum, III, 456. 
Durantia, I, 502. 
Durato ? II, 96. 



Durnacos, « qui a un poing ro- 
buste », I, 462, 463 ; II, 96, 
104-110, 345 ; III, 8. 

Durnomagus, I, 462, 463; II, . 

343- 
-duro-, « forteresse », I, 463 ; II, 

104, 108, 109 ; III, 468. 
Durocasses, I, 325. 
Durotix,VI, 484. 
Durotriges, VI, 484. 
Duvtanos, II, 196. 
Dvorico, V, 155. 
"'EoÀava, I, 161. 
Eburo, II, 95. 

Eburodunum, III, 472, 473. 
Eburovico.., II, 96. 
Eburovix, II, 99. 
Eccaios, II, 99. 
£'.(j)po-j, ieuru. III, 248; V, 117- 

119, 229 ; VI, 94, 96. 
EAKESOOVIX, II, 99. 
HÀoj7/.ov'.o;, V, 120. 
Enabarri, II, 280; V, iio. 
-enna, II, 11 ; III, 23. 
Epadatextorigi, V, 116-118. 
Epaticcos, III, 270. 
'E-E:a-/.ov, III, 270; VI, 53. 
epo-, cheval, II, 275 ; III, 270. 
Epona, IV, 142, 266; VI, 513. 
Eppillos, III, 270. 
Equabona, VI, 399, 400. 
Equesus, Equaesus, VI, 400. 
ErciU, II, 188. 
ErciUnci, II, 188. 
Ercunia, VI, 482, 483. 
'Ep/.ojv'.âTat, II, 343. 
'Epu-îvtov ûpoç, Vl, 482. 
Erminius, VI, 482, 483. 
-es-, II, 6. 
EszEyya-., V^, I2I. 
EaxtYyoGii?, V, 120. 
Escingos, V, 119, 120. 
Esianni, II, 99, 102, 103. 
Esuios, III, 249. 
Esus, Hesus, I, 259, 457, 458 ; II, 

203, 285 ;IV, 16; VI, 376. 
Esuvius, III, 153. 
Etocetum, VI, 485. 
Ettcrn, II, 419. 
Eubonia, Euonia, VI, 399. 
euhages ? VI, 32. 
Evacattos, III, 87. 



aux tomes \-\\ 



VII 



Evauncnsis, V, ii8, 155. 
F-vaunum, VI, 260-265. 
Evoiurix, VI, 32. 
Evolengi, II, 419; V, no, 375; 

VI, 32. 
Excincomarus, V, 120. 
Excingilla, V, 120. 
Excingolatis, V, 120. 
Excingomagus, V, 120. 
Exomn, II, 257. 
Exona, IV, 142. 
Faseu ? V, 229. 
Frontii, II, 137 ; V, 119, 120. 
Cabales, Gabali, III, 317. 
gabro-, « chèvre », II, 337, 422; 

IV, 329. 
Gabromagus, II, 337. 
Gabrosentum, II, 337. 
Gaesatodiastes, I, 185, 186. 
raXâTa-, « guerriers » ? III, 134, 

250, 253-256, 261, 262; V, 

229; VI, 397. 
Galava, V, 229. 
GALIAGIIID, II, 99. 
Galli, VI, 397, 400. 
-garanus, grue, V, 382. 
GARMANOS, CARMANO, II, 

98, 99. 
Geina, Gegina, III, 474. 
Genabum, II, 505. 
Genava, « bouche », I, 218; III, 

473 ; '^'I- i'5, 510. 
-genos, « fils de », III, 272. 
glastum, guède, IV, 334. 
-gna-, II, 332. 
gnabat, fils, III, 88. 
gobedbi, « il plut »? V, 118, 119. 
Graioceli, III, 10, 11. 
Graius, Graiae (Alpes), III, 5-7, 

10-12, 15. 
Grannus, I, 309, 319; IV, 135, 

137, 143, 144, 267. 
gutuater, V, 124- 
Helosensis, Elusensis, III, 473. 
Hercvnia, II, 343 ; III, 23 ; IV, 

336; VI, 482. 
Herminius mons, VI, 482. 
Hibernia, II, 357, 360. 
-i, datif fém. sing., I, 324, 326. 
lacca, VI, 483. 
-iacus, I, 460. 
lairisiu, V, 229. 



lalona, IV, 266. 

-iav-, VI, 115. 

Icauna, VI, 261. 

Icaune, I, 314, 317. 

Icauni, II, 1. 

Iccavos, VI, 486. 

Iccianus, VI, 486. 

Icciodurum, III, 472 ; VI, 486. 

Iccius, VI. 486. 

Icco, VI, 486. 

Icini, VI, 486. 

Iciomagus, VI, 486. 

-icnos, fils de, V, 117. 

Icorigium, VI, 486. 

Icos, Icus, VI, 486. 

Icovellauna, VI, 486. 

Iculisma, III, 473. 

lecora, VI, 483. 

'\iy>r„ II, 353, 356, 357, 360, 

361. 
'hpvtî, II, 553, 356. 
ieuru, etwpou, III, 248, 249, V, 

117-119, 155, 229. 
IFKX, IFR, II, 99. 
Ilentos ? II, 96. 
Ilixo, IV, 461. 
-illos, I, 472. 
Ilvveto, II, 325 ; III, 88. 
-inco-, I, 458. 
Indutilli, II, 99. 
-inga, -ingo-, II, 139. 
Insubres, II, 205, 206. 
loppus, II, 412. 
iorebe ? V, 116-119; VI, 94. 
-'Mi, -l'jç, fils de,V, 120, 121. 
louriu, V, 229. 
-is, accus, plur., I, 320, 331. 
Isa, II, 438. 
Isaca, II, 438. 
Isala, II, 458. 
Isana, II, 438. 
Isara, II, 438. 
Isarninus, Ixarninus, Isxarninus, 

III, 268, 269. 
îsarno-, fer, III, 269. 
Isarnodorum, III, 269. 
Isca, II, 438. 
-isia, VI, 391. 
Isla, II, 438. 
Isonta, II, 438. 
Isserninus, III, 269. 
Itiusivilios ? V, 229. 



Vlll 



Table des pruicipaux mots cliidics 



'Itojvï, V, 121. 

IVR, II, 97. 

Juram, I, 325. 

juxassus, I, 523. 

Ivaunum, V, 118. 

Ivav, V, 118, 155; VI, 260-265. 

'lojîsvia, II, 116, 356, 357. 

'lojipvt?, II, 116. 

Lacavo, V, 118 ; VI, 265. 

Lacoriton, V, 229. 

Lactocetum, VI, 485. 

Lambanus, II, 413. 

Lantos, III, 249. 

Laquiniesi, VI, 400. 

Lemmiso, II, 245. 

Lemovecas, I, 323. 

Lemovices, I, 323. 

Lentinum, II, 137. 

Lescia, II, 443. 

Leuci, V, 117. 

LeucuUosu ? V, 116-118. 

Leucus, V, 117. 

Lexovii, Lixovii, II, 96, 101 ; III, 

473 ; V, 123. 
Licnus, II, 257. 
Liger, A'>r,p, A-ycor, II, 438. 
Lingonas, I, 320, 321, 523 : II, 

405. 
Lingones. I, 273, 323 ; III, 131. 
Lingoni, III, 317. 
Liscus, II, 443. 
Lissius, II, 442. 
litano-, litana, large, I, ^6 ; II, 

123, 277. 
Litogene, V, 153. 
Litugena, III, 272. 
A'.TOjaapîoç, V, 120. 
Livius, IV, 330. 

Lixoviatis, II, 100, 102, 103, 281. 
Lixovium, II, 442. 
-Uo-, -lia, II, 128. 
locitoi, V, II 6-1 19. 
Logirni, II, 257. 
Luccios, Lucios, II, 100, 102, 104, 

245- 
Lucotio, II, 100. 
Lugetus, VI, 484. 
Lugotorix, VI, 484. 
Lugoves, VI, 487, 488. 
Lugudunum, Lugdunum, V, 138; 

VI, 375, 484, 488. 
Luguqvrit, VI, 398. 



Lutiaco, VI, 487. 

Luxoensis, Lixoviensis, III, 474. 

Luxovius, I, 519 ; IV, 8, 9; VI, 

Luxterios, Lucterius, I, 472 ; 11, 

100 : IV, 517-323 ; V, 117. 
Maccudecceti, II, 279. 
Macer, II, 257. 
Machutus, VI , 384. 
Maclovius, VI, 384. 
Mado, II, 412. 
Magalu. V, 118. 
Magiati, IV, 155. 
Magilo, III, 268. 
Magimarus. III. 268. 
Magiorix, III, 268. 
Magissa, III, 268. 
Magiusa, IV, 154, 155, 479. 
Maglagni, II, 332. 
Maglocunus, iV, 356. 
Magniacus, IV, 16, 17. 
Magonia, VI, 267, 268. 
Magontiacum, III. 268. 
-magus, I, 472. 
Mailagni, II, 332. 
Maina, III, 169. 
Malaius, III, 471. 
Maleius, III, 471. 
Malluro, II, 412. 
-malo, III, 471. 
Malva, II, 440. 
Mantaioma(g)us, III, 474. 
Mapilii, IV, '281. 
Maponos, III, 271 ; VI, 194. 
maqi, du fils, II, 154, 135, 191, 

196, 280 ; III, 281, 283, 525 ; 

VI, 307. 
Maqiqici, II, 135. 
Maqitreni, II, 280. 
Maquiaesus, VI, 400. 
IJLapxav, cheval, I, 343. 
Marciolatis, I, 452. 
Marohoduus, I, 57. 
Maroialum, III, 474. 
Martiacum, VI, 487. 
Martiliacum, VI, 499. 
mataris, matara, espèce de javelot, 

11,7- 
Materna, II, 7. 
iMatra, II, 7, 8. 
Matrona, II, 7, 8 ; IV, 27, 29, 

55- 



aux tomes I-Vl 



IX 



MAVC... AIIOC, II, loo. 
Maufenn, II, 95, 96/-^'-/ -. 
Mcldu.ç, I, 351. _t !_"" ' :t: 
Meliddius, II, 284!%-.-'>'' ?i -• 
Mesua, VI. 482. 
MinaticLim, VI, 485. 
Minurio, II, 413. 
MoccLis, « cochon » VI, 232.^ 
Mœiius, II, 442 ; III, 169. 
Mogctianae, III, 268. 
Mogctius, III, 267, 268. 
Mogctus, III, 267, 268. 
Mogiancus, III. 267. 
Mogillonius, III, 267. 
Mogitmarus, III, 267, 268. 
Mogius, III, 267, 268. 
Mogonti, III, 267, 268. 
MogontiacLim, III. 1 17, 268. 
Mogontonius, III, 268. 
Mogounus, VI, 267, 268, 51 
Mogsius, III, 267. 
Mogti, III. 267. 
Movâo'.oa ? VI, 399. 
MOR ? II, 97, 100. 
mori, mer, I, 263 ; V, 119. 
Moricantos, I, 339. 
Mouno, III, 268. 
Mounti, III, 267. 
Mountibus, III, 268. 
Moxius, Moxsius, III, 267. 
mucoi, « du garçon », II, 1 34, 

191, 196. 
mucoi-Breci, II, 280. 
Xajogialum, III, 474. 
Namasat, II, 6. 
namausatis, I, 452 : II, 6 ; 

281. 
Namnetas, I, 321. 
Kamnetes, I, 323. 
nanto, vallée. II, 6 ; V, 117. 
Nantonicn(os), V, 116-118. 
Kantonius, V, 1 17. 
Naria, I, 313. 
Xeci ? Greci ? II, 134, 135. 
Nemausus, I, 309, 314, 317 

5, 6 ; IV, 26. 
Nemesa, II, 6. 
Nemetacum, IV, 33. 
Nemetana, IV, 33. 
Nemetes, II, 6. 
Nemetiali, IV, 31, 33. 
Nemetoccna, IV, 33. 



135, 



III. 



v£ar|Tov, « sanctuaire », II, 5, 141 ; 

IV, 3 3- 
Nemetona, I\ , 142, 266. 
Nemptodorum, III, 472, 473. 
Nercod, II, 245. 
Xettasagrom ? II, 134, 135. 
Nettasagru, II, 280. 
Nide. II. 95. 
X^xi;, II, 6. 
Ninno, II, 100. 
Nodens, VI, 205. 
Nonnita, II, 189. 
Nousantia, I, 313. 
Noviliacus, Nobiliacus, III, 473. 
novio-, « nouveau », III, 290. 
... obnos, II, 100. 
Ocelum, III, II. 
'Qy.TOoo-jcov. III, 472. 
Odcobril, III, 249. 
"(>;atoç, II, 123; VI, 211, 259, 

370. 
Ogrigenus, III, 272. 
-oialum, -ogialum, III, 474. 
OINO ? ONIO ? II, 100. 
Olicios, II. 412. 
... OMONDON? II, 100, 102, 

104. 
-on, ace. sing., I, 326, 327. 
-on-, I, 275. 
-ona, IV, 142, 266. 
-ones, II, 205. 

Oppianicnos, II, 332 ; V, 117. 
Ordous, Ordovix, III, 284. 
Orgetirixs, Orceterix, I, 472 ; II, 

96, 98, 100, 102, 104. 
Orgius, II, 426. 
Orolaunum, VI, 261, 262. 
OSNAII, II, 100. 
Ossismii, II, 259. 
-ovius, VI, II). 
Padus, II, 8. 
Parisii, II, 285. 
Parisius, I, 329-33 1. 
pempe, cinq, I, 105. 
Pennile, III. 249. 
Penninus, Pœninus, III, 2, 3, 6, 

17; IV, 16. 
Pennocrucium, III, 271. 
IIevvoo'j'.vôo:, c à tête blanche », 

III, 271 ; V, 270. 
Perperna, VI, 400. 
Perpernia, VI, 400. 



Table des principaux mots étudti 



pctorritum, char à quatre roues, 

1,98, 
lisTO-japia, III, 27 1. 
Petrocoricus, III, 475. 
Pictavi, VI, 398. 
Picti, VI, 398. 
Pictilos, Pixtilos, V, 117. 
Pictonas, I, 521. 
Pictones, I, 325. 
Puhlicos, II, 101. 
Puplicos, V, 123. 
Quarquerni, VI, 400. 
Quenataucos, III, 270. 
Qjuenvendaui, « à tête blanche », 

II, 420; III, 129, 271. 
Q.unilocgni, II, 352. 
Q.vritti, VI, 598. 
Radantia, I, 302. 
ratis, fougère, V, 126. 
Ratumacos, I, 472. 
Ravenna, III, 23. 
Redonas, I, 325. 
Redones, Rhedones, Riedones, I, 



II, 205 



III, 



puis- 

; IV, 



272-274, 5 
131. 

Regiensis, Reiensis, III, 474. 

-reix, -rixs, -rix, « chef, roi, 
sant, fort », II, 112, 405 
II ; V, 117 ; VI, 484, 494- 

Rémi, III, 517, 318. 

Remus, I, 330. 

reno, vétemeut de fourrure, I, 
458. 

rheda, char, I, 272. 

Rhenus, II, 8. 

Rhodanus, II, 8. 

Rialobrani, II, 327 ; V, no. 

Ried..., I, 459. 

rigo-, III, 475. 

Rigodulum, III, 475. 

Rigomagus, III, 475. 

Ri(g)overiugi, V, 125. 

-rito-, « gué «,1,98; II, 326, 410. 

Rittona, IV, 142, 266. 

Ritulvalos, V, 228. 

Ritunus, V, 228. 

ro-, particule augmentative, II, 
125 ; III, 44- 

Rogan, II, 412. 

Rosmerta, « la bien aimée »? II, 
123, 124. 

Rotomagus, I, 157, 142. 



-roudos, « rouge >- , VI, 267. 

Roveca, II, 95. 

Rudianus, IV, 16. 

Rugnia..o ? II, 420. 

Rupil, III, 249. 

Rutenensis, I, 137, 14^- 

Ruteni, VI, 487. 

Rutuba, II, 439. 

Rutubis, II, 439. 

Rutupiae, II, 459. 

Sabrina, II, 439. 

Sacrovir, IV, 43. 

Sactnos, II, 100. 

Sacto, II, 100. 

Sagona, IV, 142. 

Sahattos, II, 196, 328. 

Sala ? 11,441 ; III, 170-172. 

Salassi. III, 471. 

Salia, III, 170-172. 

Salluvi, :^i'KJîz, III, 470, 471- 

Saloca, III, 471. 

Salodurum, III, 471- 

Santonas, I, 321. 

Santones, I, 333 ; V, 125. 

Santoni, I, 323. 

Santonos, II, 100. 

Sara? II, 441 ; III, 170, ^7^- 

Saravus, II, 441 ; IH, 170- 

Sarini, V, no. 

Sarius, II, 441. 

(s)asia, seigle, I, 458 ; II, 407- 

Sauconna, II, 276. 

Saumelini, V, no. 

Savara, II, 439. 

lauapta;, II, 439 ; III, I)^. 

Savena, II, 439. 

Savus,2âÇo;,i:ào;, I, 301:11,438, 

439- 
Scarpona, IV, 142. 

Scodinga, II, 139. 

Scoti, Scotti, II, 257, 360; VI, 

398. 
Scotia, II, 560. 
Scotius, II, 257. 
Secusiaus, II, 96. 
Seduni, V, 121. 
Segedi, III, 249. 
Segisu ? II, loi. 
Segobriga, IV, 12. 
Segodunum, IV, 12. 
Segomaros, I, 57 ; IV, 12, 15. 
Segomoni, IV, 11-14, 55. 



aux loincs l-Y\ 



XI 



Segovia, IV, 12. 
Seimetiaco, II, 328; V, iio. 
semissos, simissos, II, 96, loi ; 

V, 123. 
Seneconius, V, 1 38. 
Senicatus, V, 138. 
Sennius, II, 257. 
Senomagli, V, iio. 
Senonas, I, 321, 322. 
Senones, I, 323 ; II, 205, 277 ; 

VI, 484. 
Senotum, VI. 484. 
Sentona, IV, 266. 
Senu, II, loi. 

Sequana, I, 317; II, i, 22, 25, 

271, 275 ; III, 460 ; VI, 400. 
Sequani, III, 271, 275, 317, 31.8; 

VI, 400. 
Sequano, II, 275. 
Siga, II, 442. 

i^tyaa; ? II, 442 ; III, 171. 
Sigonna, II, 442. 
Sigusiuni, Segusio, III, 473. 
Silis, II, 441. 
Silus, II, 442. 
Silvanectas, I, 322. 
SilvanectfS, I, 323. 
Siratos ? II, 10 1. 
Sirona, Eirona, I, 319; II, 22, loi, 

137, 138, 284; IV, 133-144, 
^ 265-268 ; VI, 459. 
iluÉprai, II, 123. 
Smertulitanus, II, 123. 
Soius, I, 259. 
Solima ? II, loi. 

Solimara, III, 133 ; VI, 212, 249. 
Solimariaca, II, 285 ; III, 133. 
Solimarus, II, 285. 
Solini, V, 1 10. 
sosin, ce, VI, 321. 
Sotiota, II, 94. 
-ssa, II, 493. 
Stabulo, VI, 487. 
su-, « bien », I, 474 ; V, 117. 
Suani, V, 1 10. 
arj-jÇ'!rc,;, \\ 127. 
Sucellus, Sucelus, IV, 13, 14, 35, 

44), 446. 
Suessior.as, I, 321, 322. 
Suessiones, Suessones, I, 273, 

325.> 473> 474- 
Suindinuni, I, 473. 



Suliavus, VI, 115. 

Sumilini, II, 280. 

Sura, II, 439. 

Surato, III, 249. 

Surbur, II, 257. 

Suticcos, Suticos, II, 99, loi. 

Svadur(i)x, II, 112. 

Svaqquci, II, 155. 

Talagni, II, 332. 

Tama, II, 444. 

Tamaca, II, 444. 

Tamara, II, 444. 

Tamaris ? II, 444 ; III, 170, 71. 

Tamarus, II, 444 ; III, 170. 

Tamesis, II, 443, 445 ; III, 170. 

Tanarus, IV, 21 ; V, 382, 383. 

Tanotaliknoi, V, 119. 

Tanotaliknos, V, 117. 

Tarabennenses, Tarvennenses, III, 

473- 
Taranis, « le Tomiant », I, 4; IV, 
16, 21, 275 ; V, 229, 381-388; 

VI, 417, 418, 422, 434-437. 

439' 442, 451, 457' 458. 
Taranucnus, IV, 21 ; V, 381, 382, 

584-386. 
laranucus, IV, 21 ; V, 381, 384, 

385. 
Taranutius, V, 381. 
Tarbeisonios ? V, 121. 
tarvos, taureau, II, 276, 450 ; III, 

323. 
tarvos trigaranus, IV, 13, 28, 

274, 275 ; VI, 204, 259. 
Tascaetium,. VI, 485. 
Tascodrougitae ? I, 190, 191. 
Tasegagni, II, 332. 
Tasgetios, II, 99. 
Taximagulus, III, 268. 
Tectosagi, V, 117. 
Telmedovia, VI, 115. 
Telonus, I, 315. 

Teutates, Toutatis, « (dieu) natio- 
nal » ? I, 451-455 ; II, 285 ; 

III, 272 ; IV, 16. 
Teutobodiaci, I, 453. 
Teutomalius, III, 471. 
Teutomatus, I, 453. 
Thuriavus, VI, 115. 
Timella, II, 444. 
-tio-s, V, 381. 
Titueu ? V, 229. 



x:i 



Tiihh' lit'.'! principaux ))iots ciudics 



Togiant, II, loi. 

Tolosa, V, II 8. 

Tornacus, Turnacus, III, 475. 

Tornodorum, Turnodurum, III, 

472. 473- 
Totatigens, « fils de loutatis », 

111,^72. 
tout-, « peuple », VI, 267. 
Toutilli, II, 412. 
Toutiorix, I, 57 : IV, 267, 268. 
Toutissicnos, II, 532 ; V, 117. 
tovisaci, a du chef », II, 280 ; VI, 

SU. 
frecas, I, 324. 
Trecasses, I, 323. 
Trenaccatlo, II, 135. 
Trenagusu, II, 280. 
Trenegussi, V, 1 10. 
Tricassas, I, 521. 
Tricasses, I, 32:; ; 11,424 ; VI,5ii 
TO'.aaoz'.TÎa, VI, 39^- 
trinanto, « trois vallées », II, 6. 
Triulatti, VI, 369. 
Trutiknos, V, 117. 
Tulhiacum, Tolbiacum, III, 473. 
Tulpiacum, VI, 487. 
Turnacum, II, 108. 
Turnus, II, loS. 
Turona, II, 99. 
Turones, I, 273 ; II, 205. 
Turonus, I, 330. 

-u, dat. sing-, I, 526-328; V, 118. 
Ulcagni, UÎccagni, II, 332, 334. 
Ulkos, II, 532^ 
UUiccis ? Ullviccis ? II, loi. 
Ura, I, 314. 
Urittius, V, 120. 
Urnacus, VI, 513. 
Urogenonertus, III, 272. 
Urtiacum. VI, 487. 
-us, ace. pi., I, 326-331. 
Utocetum. VI, 485. 
Uvanos, III, 87. 
uxello-, « haut », I, 288; II, 422, 

442; VI, 267. 
Uxcllodunum, II, 505. 
Uxsasus, II, 412. 
Vacalus, VI, 482. 
\'aco, VI, 482. 
( )ja/.oJa. VI, 482. 
Vacus, VI, 482. 
Vadnelos, Vandelos, II, lOi. 



Vagoriton, V, 229. 

Vaiirmus, II, 426. 

-valos, VI, 199, 368. 

Vapincum, I, 273 ; III, 473 '■> ^^ 

Varsileos, V. 228. 

Vasaiuco, V, 229. 

Vasates, I, 452. 

Vasio, I, 309 ; IV, 26, 29. 

Vasscdonis, IV, 29. 

Vassocaleti, Vasso Galatae, III, 

134, i35> 472- 
Ved, II, 98. 
Veilaunus, IV, 16, 17. 
Vêla uni, IV, 17. 
Velaviensis, VI, 115, 116. 
Veliocaôi, II, 99. 
Vellauni, VI, 117. 
Vellaunodunum, IV, 17. 
-vellaunos, I, 341 ; III, 415 ; ^'^^ 

117. 
Veilaunus, I, 342. 
Vellavii, « bons, braves », VI, 115- 

117. 
Vellavus, VI, 115-117. 
Vendubarri, V, iio. 
Vendumagli, V, no. 
Venedotia, VI, 116, 203. 
Venedotis, III, 284. 
Veneti, VI, 203. 
Venextos, V, 117. 
Vennectis, V, 117. 
Vennicnium ? VI, 203. 
Vepotalo, II, ICI. 
ver-, « sur » ; préfixe intensif, I, 

341 ; II, 194; VI, 31, 42. 
Veragri, I, 359 ; II, 405- 
Vereda, Voreda, VI, 33. 
veredos, cheval, VI, 33. 
Vercingetorixs, -rix, I, 472 ; II, 

125,194 ; V, 120. 
Vercondaridubnus, VI, 375, 376- 
Vergiliacum, II, 499. 
vergobretus, « (magistrat) au juge- 
ment efficace », V, 1 21-124. 
Verico, II, loi. 
Verjugodumnus, VI, 376. 
Vernemetis, -ton , grand sanctuaire, 

II, 194 ; IV, 33 ; VI, 249. 
Verona, IV, 142. 
Verore ? Virrore ? IV, 26. 
Veroti, IV, 26. 



aux loiiii's I-VI 



xlil 



Oùspaîxvo:, V, 117. 

Vesona, I, 473. 

Vcsontio, IV, 26. 

( )J£aaov;:, I, 473. 

Vesunna, I, 31 1, 515-317 ; II, 22 ; 

III, 265, 266. 
Vetienus, I, 275. 
vidu, « arbre », I, 96. 
Viducasses, II, 424. 
Viducus, VI, 404. 
Vienna, I, 273. 
O'JtÀÀovco;, V, 120. 
Vinconalus, III, 471. 
O'jivôtvov, I, 473- 
Vindobona, IV, 142. 
Oùtvooij.ayoç, y, 270. 
Vindona, IV, 142. 
-vindos « blanc », I, 96 ; II, 276. 
Vindunitta, III, 472. 
Vinnemagli, II, 279. 
Vinonia, VI, 5. 

Vinti, IV, 25, 24, 35 ; VI, 194, 368. 
Viricati, II, 188. 
Virodu, IV, 26. 



Viromarus, IV, 26. 

Vironio, IV, 26. 

Virotuti, II, ICI ; IV, 25, 26, 35. 

Virunum, V, 121 . 

Visucius, « le vovant, le savant » ? 

II, 123, 285; IV, 135; VI, 404. 
Visurix, II, 335. 
Vitidurum, II, 353. 
Vitilios, V, 228. 
Vlatos, II, 243, 333, 508; III, 

294; VI, 199, 368. 
vo-, « sous », II, 287 ; III, 44. 
Vobanill, II, 412. 
Vocetius, VI, 48). 
Volcae, II, 287 ; III, 262, 263. 
Volunt, II, 100. 

Vorganium,II, 138, 259, 284,285. 
Vorgium, II, 259, 284, 285 ; III, 

134. 
\ osegus, m, 22, 23 ; IV, 16. 
Vrippanos, II, 245. 
(3'jpiTTay.oç, V, 120. 
vritu ? uritu ? « il fit » ? V, 119, 

120. 



II. Irlandais. 



(Voir IV, 351-428; V, 1-69, 99, 100, 146, 195-197, 231-261, 263, 264, 
266, 339-380, 391, 399, 401-404, 479, 496, 507, 508 ; VI, X, XI, 92 93, 
127, 150-161, 168-172, 189, 192, 195, 196, 198-205, 205, 206, 209, 
218, 219, 227, 239, 240, 276-297, 300, 303-510, 512, 514-316, 518, 
519, 521, 525-325, 328-330, 333, 334, 356, 557, 545, 361-367). 



a, as, hors de, III, 33, 335, voir 

ass. 
a, a h-, son, III, 36. 
à, son, leur, VI, 5 1 . 
-a, 3epers. sing. du parfait, V 245 
-a-, prép., VI, 293. 
abac, nain, I, 256. 
abaidh, mùr, I, 399 ; IV, 343. 
ace, non, IV, 337. 
accomallte, compagnon, époux, 

II, 325. 
accomôl, réunion, II, 522. 
accus, voisin, III, 326. 
acher, rude, II, 120; V, 239. 
ad-, at-, re-, VI, 135-137, 293, 

312, 514. 
adaig, nuit, VI, 108. 



Adarca luchna, VI, 190. 
adbeir, il dit, VI, 159, 514. 
adchiat, ils voient, VI, 86. 
ad-ci-, voir, VI, 136, 284. 
ad- cobr, désirer, VI, 156, 284. 
adcomla-, iljoint, II, 522; VI, 156. 
adeilliub, je viendrai, II, 115. 
adeir, il dit, VI, 514. 
adfet, il raconte, VI, 310, 327. 
adgaur, je me réunis,. II, 145. 
adgladastar, il parla, VI, 156, 535. 
ad-grenn-, poursuivre, VI, 157, 

284. 
adidngialina, il lui rend service, III, 

94- 
ad- mid-, penser à, faire un projet; 

VI, 156. 



XIV 



Tahic des principaux mois ctmVics 



adobragart, il vous fascina, IV, 

340- 
adrimi, il comptait, VI, 136, 555. 
adroegaid, qu'il invoquait, VI, 165, 

171. 
adrogegonta, « repugi », \ I, 155, 

323- 

ad-ro-ill-, mériter, VI, 136, 284. 

ad-slig-, persuader, VI, 136. 

aeccalsa, de Féglise, V, 492. 

aecorse, cordes, II, 449. 

aed, feu, III, 190. 

Aed, Slane, VI, 403. 

Aedacân, Aedhagan, III, 190. 

aellned, souiller, II, 389. 

aerbar, que je dise, III, 334. 

aeridhe,aereach,aoiridhe,aoighear- 
dha, aérien ; relatif aux esprits 
de l'air, hanté par eux ; qui est 
sous leur influence, sauvage, 
IV, 179. 

âes, ôes, génération, classe 
d'hommes, VI, 50. 

aesc, poisson, I, 479 ; II, 322. 

âge, colonne, V, 359. 

aged, agad, face, II, 411. 

agur, je crains, I, 82. 

-ai, imparf., 3e pers. sing., V, 348, 

349- 
-ai, -ae, indic. prés., 2^ pers. sing., 

VI, 284. 
aicc, lien, II, 325, 409. 
aidbiur, j'offre, I, 152. 
aidchi, nuit, I, 74. 
aidera, il adorera, II, 385. 
aig, glace, II, 142. 
aige, crainte, VI, 277. 
ail, pierre, III, 328. 
aile, eile, autre, III, 37, 325. 
Aile-Neit, I, 35. 
ailedu, « stercora », III, 87. 
ailestar, elestar, felestar, soilestar, 

glaïeul, IV, 529. 
ailiire, constructeur de maison, IV, 

3 39- 
ain, aoin, jeûne, \ , 143, 492. 

aine, joie, V, 468. 

'Aine, 'Anu,IV, 186-190, 194, 195, 
197, 272. 

Aingil Aniiabhair, ange orgueil- 
leux, nain fantastique, IV, 177, 
178. 



ainmaimm, au nom, III, 329. 
ainm n-, nom, I, 76, 216, 352 ; 

II, 142 ; III, 130, 329. 
ainmne, patience, VI, 164, 169. 
ainsem, accusation, II, 385. 
aipthi, poisons, II, 113. 
air, orient, I, 59. 
air, ar, er, devant, II, 323. 
air-, ar-, er-, ir-, aur-, prép., IV, 

341; VI, 153, 319.^ 
air-bâg-, se vanter, VI, 138. 
air-ber-, effectuer, former, VI, 1 58. 
aircecha, tu verras, II, 490. 
air-cel-, ravir, VI, 138. 
airchissim, j'épargne, II, 411 ; VI, 

138. 
airdrim, mot de deux ou trois 

syllabes, V, 264. 
aire, primat, III, 328. 
aircch, le premier, I, 370; V, 

167. 
airechas « principatus », I, 59. 
airect, « curia », I, 58, 59. 
airégem, plainte, VI, 139, 325. 
Airem, III, 330. 
airema, qu'il reçoive, III, 334 ; 

VI, 15). 
air-fo-em-, accepter, VI, 138. 
air-fo-od-gar-, commander, VI, 

139. ^ 
air-gar-, prohiber, \ I, 138. 
airgiod-lûachra, reine des prés, IV, 

190. 
air-icc-, atteindre, trouver, VI, i 38. 
air-lég-, lire, VI, 138. 
airmitiu, respect, III, 330. 
airndrisse « erratam », I, 159. 
aime, prune, V, 274. 
air- od- sale-, ouvrir, VI, 138. 
air- siss-, s'appuyer, VI, 139. 
aisndissi « conserenda », I, 160. 
àith, four, II, 327, 409. 
aith-, ad-, ed-, id-, de nouveau, 
re-, III, 335 ; VI, 137, 145, 
144, 153, 283, 284, 293, 320. 
aith- air- reg-, corriger, se corri- 
ger, VI, 137. 
aith- an- ? déposer, donner à gar- 
der, VI, 137. 
aith- bal-, mourir, VI, 137. 
aithbe, il revient, VI, 293. 
aith- côd-, annoncer, VI, 137. 



(lux loDICS I-Vl 



XV 



aith- com- ang-, advenir, VI, 137. 
aithdem, addem, avouer, VI, 45. 
aithdibergaig, renégats, IV, 525. 
aithesc. réponse, VI, 525. 
aithgén, je connais ; tu connais, 

VI, 21, 23, 137. 
aithgéuin, il connaît, VI, 23. 
aithgne, aichnc, connaissance, VI, 

320. 
Aithirne, VI, 212. 
aithrea, pères (ace), III, 327. 
aittenn, ajonc épineux, IV, 329. 
dl, descendant, II, 409; VI, 485. 
alachta, enceinte, II, 409. 
alad, tacheté, II, 325, 409. 
alamu, cendre ? III, 94, 95. 
Alamu, II. 92. 
Alba, Ecosse, III, 283, 329 ; V, 

92. 
Aidai, VI, 205. 
Aldôid, VI, 205. 
allas Mhuire, millepertuis, IV, 

190. 
Almu, II, 87, 92. 
ait, maison, IV, 339. 
alta, il éleva, VI, 35. 
altain, rasoir, IV, 344. 
altra, père nourricier, I, 220. 
am, temps, III, 32. 
am-, préf. négatif, V, 256. 
amaite, amati, ammiti, vieilles 

femmes ? II, 489. 
amal, comme, I, 89 ; II, 205. 
Amargen, VI, 212. 
ambéosa, que je suis vivant, VI, 

amcimbidse, que je suis prisonnier, 

VI, 315. 
amhuil, semblable, III, 38. 
amne, ainsi, VI, 340. 
amreid, rude, II, 452. 
amulach, sans barbe, VI, 369. 
an, eau, II, 443. 
an, a, leur, I, 215 ; III, 56. 
an-, préf. négatif, V, 256. 
an-, -n-, que, VI, 51, 130-133, 

134. 
-an, diminutif, VI, 325. 
Ana, I, 36, 37, 40, 56. 
dnac, je suis venu, V, 348. 
anach, lotion, II, 443. 
anaini, je reste, VI, 169. 



anal, souffle, III, 33 ; VI, 325. 

anam, anim, âme, I, 90, 92, 97, 
164 ;V, 487. 

anasnài, ce qui est à elle, V, 257, 
366. 

Anataiie, Anatolie, le Levant, III, 
277. 

anbrachtach, malade de consomp- 
tion, II, 395. 

anchrist, antéchrist, V, 490. 

ancride, chagrin, VI, 390. 

andee, mortels, non dieux, I, 49. 

àne, richesses, II, 327 ; III, 88. 

anfirian, injuste, I, 75. 

anfiss, ignorance, II, 205. 

angraib, engraif, exemplaire, V, 
490. 

anim, défaut, V, 218. 

anionnlatha, colline de sable dans 
un marais, III, 456. 

anmann, anmonn, noms, II, 119; 

m, 330. 

anmchara, ami de l'âme, confes- 
seur, VI, 164, 169. 

ansa, difficile, III, 87. 

an t-, le, V, 461, 464. 

anùair, lorsque, IV, 329. 

-aô n-, leur, VI, 51. 

Aos 'An, les nobles, nains fantas- 
tiques, IV, 178. 

aos ùasal, nobles, IV, 178, 

ar, sur, devant, pour, III, 33, 335 ; 
VI, 314. 

ar, dit-il, VI, 283. 

âr, carnage, bataille, I, 359; II, 
403. 

Arachél? VI, 372. 

arachrinim, je manque, VI, 292. 

drad, échelle, V, 263. 

dram, âireamh, compte, I, 359. 

arba, sillon, I, 216. 

arbera, que tu dises, III, 334. 

arbiur biuth, j'emploie, VI, 138. 

arcelim, j'enlève, I, 82. 

arco, je demande, II, 321 ; III, 

43- 
arcotdicc, car il le peut, VI, 145, 
ard, assonance, VI, 273-275. 

298. 
drd, haut, II, 451 ; III, 324. 
ardamair, il confessa, V, 252. 
Ard-Macha, I, 54. 



KVI 



Table des principaux mots étudiés 



arecar, on trouve, II, 490. 
arfoimini, je reçois, I, 77 ; III, 

532; IV, 341. 
argat, iarget, argent ; T, 338. 
Argetlâmh, main d'argent, VI, 

249. 
Argetros. III, 184. 
arilliud, mérite, II, 322. 
armaige, champs de bataille, I, 

360. 
armgaisced, boucliers et lances ? 

II, 395- 
arn, notre, I, 216. 
arnéutsa, j'attends, VI, 315. 
aros, habitation, III, 35. 
art, ours, VI, 257. 
Art, VI, 216. 
artene, artinne, arteinne, cailloux, 

II, 284. 
Artgal, V, 229. 
âru, rein, IV; 357. 
as-, II, 409. 

âsaimni, je crois, III, 37. 
asatlui, qui s'enfuit, ill, 95. 
asatorôimed, d'où jaillit, V, 237, 

258. 
asbér, je dirai, III, 335. 
asberat, ils disent, III, 332. 
asbered, il disait, I, 76. 
asbert, il dit, VI, 322, 328. 
asbir, tu dis, III, 332. 
asbiur, je dis, III, 352 ; VI, 144, 

145, 160. 
ascid, aiscidh, demande ; don, 

III, 31, 32; V, 255. 
asindiut, j'explique, I, 64 ; VI, 

144. 
asrenat, ils rendent, II, 323. 
asriri, il donnera, III, 334; VI, 

96. 
asrirther, il sera payé, \I, 96. 
asririusa, je donnerai, III, 334; 

VI, 96. 
asrubart, asrubert, il a dit, \ I, 

34, 322, 328. 
asrubirr, tu as dit. M, 34. 
asruburt, j'ai dit, VI, 34, 35, 533. 
ass, as, hors de, dehors, VI, 89. 
assindet, on annonce, VI, 310. 
assoith, il s'arrêta, VI, 281. 
astôasci, il exprime, VI, 151. 
atârcud, deux relations, III, 527. 



atbail, il meurt, III, 332; VI, 

314. 
atbela, qu'il périsse, III, 334. 
atbeltu, mort, III, 330. 
atchithe, il fut vu, VI, 353. 
atchous, j'exposerai, III, 335. 
at cluic, casque, V, 242. 
dth, gué, II, 32 1 , 409 ; III, 36, 88 ; 

V, 468. 
ath-, ad-, VI, 320. Voir aith. 
-ath, -ad, noms abstraits, V, 469. 
athaba, ellébore, II, 391. 
athair, père, III, 31. 
athar, du père, III, 327. 
Ath Dara, Vl, 171. 
athir, le père ; au père ; les pères, 

II, 321 ; III, 327. 
athiss, opprobre, IV, 332. 
atho, du blé, II, 449. 
athraib, aux pères, III, 327. 
atôlam, inondation, II, 409. 
atotchiat, ils te voient, VI, 86, 

89, 90. 
atrebat, ils habitent, I, 216; II, 

425. 
attrab, possession, III, 524. 
autor, auteur, V, 490. 
a uuair, a hùair, toujours, II, 431. 
aue, petit-fils, II, 409. 
-b-, -f-, vous, VI, 86, 314. 
bâ, je lus; tu fus, VI, 19, 20, 150. 
Babichéi, VI, 372. 
bachall, bâton, V, 491, 494. 
bachlach, l'homme au bâton, I, 

466. 
badb, bodb, guifette noire ; fée 

paraissant sous cette forme, I, 

33, 35-43, 47-50, 53, 55, 56; 

11,491,492- 
Badb Catha, déesse, furie, sorcière 

guerrière, I, 33, 35, 36, 56; 

IV, 20. 
bae, bien, VI, 516. 
bâid, vous fûtes, VI, 19. 
Baine, II, 92. 

bairne, multitudes, VI, 269. 
baithis, baptême, V, 490. 
Balar, Balor, VI, 205, 204, 217, 

259. 
baie, for"-, V, 374. 
bâmmar, nous fûmes, VI, 19. 
Banba, Irlande, II, 360 ; VI, 232. 



iii/x loiiies I-VI 



xvir 



band, hann, ruse, V, 479. 
banessa, noces, IV, 342. 
bannach, renard, V, 479. 
banshee, fée, IV, 29. 
banticur, apport de la femme, III. 

363. 
bar, dit-il, VI, 283. 
barach, fécond, III, 189. 
bdrach, màrach, matin, I, 358. 
Barachel, VI, 372. 
barficfa, il viendra à vous, III, 

95- 
Bdrr-Bruinn, VI, 258. 
bas, mort, II, 92, 427. 
bâtar, ils furent, VI, 19. 
be... im, « farceo », V, 470. 
Bearbha, VI, 194. 
béarla, l'anglais, VI, 170. 
bebae, il mourut, V, 346. 
bebais, il mourut, V, 346. 
becc, bec, beag, petit, II, 188, 

344; m, 186 ; IV, 345. 
Beccàn, tout petit, III, 186. 
Béfinn, VI, 220. 
béim, coup, II, 427 ; III, 96 ; VI, 

109 ; béim foris, récapitulation, 

VI, 109. 
béist, péist, béte, V, 241. 
béith, il était, VI, 297. 
Beltene, IV, 193. 

bémen, bénienn, coups, III, 330. 
ben, bean, femme, I, 362 ; VI, 

525- 
BeNeid, I, 35, 36. 
Benén, V, 345. 
benim, je frappe, II, 427. 
bentai-seom, il coupa, VI, 35. 
beo, vivant, I, 368. 
beoigidir, il vivifie, VI, 32. 
Beôlhm, III, 186. 
Beologo, III, 186. 
beothu, bethu, vie, I, 83 ; III, 

329. 
bérach, biorach, cornu, IV, 188, 

200. 
berad, qu'il, porte, III, 334. 
berat, qu'ils portent, III, 534. 
berbaim, bearbhaim, je bous, I, 

59, 212. 
bered, il portait, VI, 47, 48. 
beri, tu portes, III, 332. 
berid, il porte; portez, III, 352, 334. 

Rei'ue Celtique, XXIX. 



berim, je porte, III, 332 ; VI, 47, 

328. 
berinn, je portais, VI, 47. 
berit, berait, ils portent, III, 332. 
berla Féni, vieil irlandais, VI, 170. 
bermmis, nous portions, VI, 47. 
berte, qui portent, VI, 285. 
bertha, tu portais, VI, 47. 
berthe, vous portiez ; il était porté, 

VI, 47, 48. 
bertis, ils portaient, VI, 47. 
bes, bhus, qui sera, III, 33. 
bésach, béasach, moral, modeste, 

111,32. 
bét, faute, III, 277. 
bethad, de la vie. III, 329. 
bethe, bouleau, II, 128. 
betho, betha, du monde, III, 

326. 
bi, tu seras, VI, 35. 
bi, de la poix, IV, 345. 
bia, il sera, VI, 15. 
biail, hache, IV, 345. 
bias, qui sera, VI, 285. 
biath, nourriture, III, 324. 
bid, il sera, II, 452. 
biid, il sera, VI, 35. 
biit, ils seront, VI, 33. 
bile, arbre, IV, 193, 194. 
Bile-tenidh, VI, 229. 
Bile Tineadh, IV, 193, 194. 
bimmi, nous serons, VI, 35. 
bind, mélodieux, IV, 345 ; V, 

463,466. 
bir, porte ! III, 334. 
birt, elle enfanta, III, 333. 
bith, flamme, V, 359. 
bith, monde, I, 96 ; III, 326. 
bith n-, monde (ace), III, 326. 
biu, vif, I, 97, 217. 
bi'u, je suis, II, 452 ; VI, 35, 156. 
biuth, dans le monde, III, 326. 
bladach, fameux, VI, 277. 
blae, terre, V, 241. 
blath, fleur, III, 186. 
Blathmac, III, 186. 
Blathnait, VI, 254, 257. 
bleachd, lait, III, 33. 
bligim, je trais, V, 467. 
bô, bœuf, vache, I, 151 ; III, 33 ; 

IV, 346 ; VI, 244, 369. 
Boadag, V, 389, 390. 



XVIII 



Tdhlc des principaux mots étudiés 



bôc, bog, tendre, doux, IV, 350. 

bôc, baiser, IV, 345. 

bochail, berger, I, 104. 

bodb, badb, bodhbh, badhbh, rage, 
fureur, violence ; sorcière, fée, 
déesse, représentée par la gui- 
fette noire, I, 33, 36 ; IV, 20. 

bodba, terrible, I, $3. 

Bô Find, VI, 244. 

bogach, marais, IV, 330. 

bôi, bai, il fut, VI, 19. 

Bôind, Bôinn, Boand, IV, 192; 
VI, 229, 237, 241, 243-245, 
253,254. 

boldn, veau, VI, 241, 244. 

bomlacht, lait de vache ? III, 33. 

bongaim, je brise, VI, 18. 

-bor-, -bar-, -far-, vous, IV, 336, 

357- 
borama, borumha, boromi, sorte 

de tribut, VI, 165, 171, 230. 

369, 370. 
bôtt, feu, III, 32. 
brâge, gorge, II, 193 ; III, 87, 

327; VI, 31. 
brâget, bràgat, de la gorge, III, 

327. 
bràgit, gorge (ace), III, 327. 
braigtib, aux gorges, III, 328. 
Bran « corbeau », III, 186. 
bras, grand, V, 219. 
brâthar, des frères, III, 327. 
brâthir. brdthair, frère, III, 31,45 ; 

V, 117. 

brâthrib, aux frères, III, 327. 
Breatnach, Brtnach, un Gallois, 

VI, 398. 

brecc, tacheté, V, 241. 

Brega, II, 92. 

Bregia, I, 35. 

bréo, flamme, VI, 321, 359. 

Bress, VI, 205, 232. 

breth, jugement, V, 124. 

brî, parole, III, 34. 

Briain, VI, 98. 

Brian « petite colline », III, 186 ; 

VI, 212. 
briathar, parole, I, 80; III, 34. 
br(g, valeur ; autorité, V, 268. 
Brigit, II, 451 ; III, 402, 482 ; VI, 

208, 209, 231, 257. 
Bri Leith, III, 351. 



brithem, juge, III, <^6, 330. 

brô, broo, meule, III, 87, 282, 

329. 
Broccan, « petit blaireau », VI, 525 . 
brog, chaussure, VI, 211. 
brôn, broon, de la meule, III, 87, 

329. 
brosna, fagot, IV, 177. 
Bruden, demeure des esprits, IV, 

174. 
Bruden Dâ Derga, VI, 257. 
Brugh, I, 35. 

bûaid, victoire, I, 374 ; III, 326. 
Buanldmh, VI, 205. 
bud, il sera, ils seront, VI, 301. 
buiden, troupe, I, 361 ; II, 120 ; 

IV, 335. 

buith, être, I, 78; III, 325; VI, 

121, 316. 
cabast..., V, 468. 
cabharthor, aide, qui secourt, V, 

468. 
cacc, excrément, VI, 168. 
caccaim « caco », III, 34. 
cach, gach, chaque, II, 452 ; IV, 

467 ; V, 261 ;VI, 303, 316. 
câch, chacun, VI, 303. 
cachôin, chacun, II, 451. 
cacht, esclave, II, 410, 422. 
caech, aveugle, V, 493, 494. 
caer, baie, truit, VI, 390. 
caerthann, alisier, VI, 390. 
caill, un bois, I, 399 ; III, 188. 
caille, un voile, II, 410. 
Cailleach, VI, 210. 
Cailleach Bhéara, VI, 215. 
caillech, religieuse, II, 410. 
caimmse, chemise, VI, 391. 
cain. juste, VI, 305. 
caindealbra, caindealfora, boutique 

de marchand de chandelles, V, 

494- 
caindelbra, candélabre, V, 494. 
câiniud, caoineadh, gémissement, 

plainte, V, 220. 
caiptel, strophe, VI, 346. 
câirde, trêve, III, 87. 
Caire, accusation, II, 1 17. 
câirfhiadh, cerf, II, 337. 
cairn, amas de pierres, III, 241, 

467. 
Cairnech, VI, 170. 



aux tomes \-X\ 



XIX 



cais, œil, II, 145. 
câise, fromage, IV, 555. 
câith, pieux, II, 45 1. 
caithim, je consume, IL 410. 
camall, camhal, chameau, V, 491. 

494- 
camm, courbe, III, 188. 
cammdn, bâton crochu, III, 188. 
camra, chambre, V, 494. 
cana, petit d"animal, II, 329. 
caomhclilûd, échanger, VI, 324. 
caora nimhe, troupeau du ciel, 

VI, 226. 
Caor-na-hEorna, VI, 254. 
caoth, ondée, II, 337. 
capall, cheval, V, 491. 
caplat, jeudi saint, V, 489. 
caraid, carid. il aime, III, 352. 
carait, amis, III, 528. 
carait, ils aiment, III, 332. 
caram, nous aimons, III, 333. 
Carbre, V, 89. 

carfide, il serait aimé, VI, 49. 
cardifir, il sera aimé, VI, 49. 
cari, tu aimes, III, 332, 333. 
carith, vous aimez, III, 533. 
carnech, comique? V, 374. 
carpat, char de guerre. 
Carrân Fearaidhe, IV, 195. 
casachtach, toux, II, 411. 
casai, chasuble, V, 144. 
case, pàque, II, 410. 
cashbairn, mètre poétique, VI, 

337> 342. 

cashel, fort préhistorique, IV, 119. 

cath, combat, bataille, I, 33, 79, 
339; II, 494; VI, 194. 

cathair, siège, I, 359 ; V, 494. 

Cathair Conn'gh, VI, 257. 

Cathair Mor, II, 92. 

caihal, valeur, V, 490. 

Cathal, II, 331 ; III, 188; VI, 
206. 

Cathbadh, IV, 19. 

cathrach, de la ville, III, 328. 

Catilin, Catherine, III, 188. 

catlach, réunion, II, 285 : M, 
316. 

céadaoine, premier jeûne, mercre- 
di, V, 145. 

Ceannaidhe Fionn, VI, 223. 

Ceanndubhan, II, 420. 



Ceanfinnan, II, 420. 

cech, gech, chaque, V, 261 ; VI, 

316. 
cecha(n), cacha(n), quiconque, 

VI, 280, 282. 
cechan, je chantai, tu chantas, VI, 

-5-. 
cechuin, il chanta, VI, 23. 

ceist, question, V, 260. 

cél, je cacherai, III, 335. 

cèle, compagnon, mari, II, 115. 

cèle Dé, serviteur de Dieu, culdée, 

III, 87, ICI, 505 ; V, 339; VI, 

30. 
cell, église, III, 35. 
Cellach, Ceallach, III, 188. 
celt, habit, VI, 397. 
cend, cenn, ccann, tête, fin, I, 

81 ; II, 330, 411 ; III, 2, 271, 

283 ; V, 144. 
cendach, ceannachd, achat, III, 

562. 
cened, troupeau, II, 422. 
cenél, parenté, race, tribu, I, 339; 

II, 329; VI, 324, 325. 
Cenn Cruaich, I, 259, 260; VI, 

258, 259. 
cennin, ail, II, 330. 
ceo, brouillard, vapeur, II, 337. 
ceol, instrument de musique ; mu- 
sique, VI, 50. 
ceothach, sombre, brumeux, II, 

337- 

ceothran ? petite pluie, II, 337. 

cepp, bloc, II, 410. 

Cerball, Cearbhall, III, 1S8, 190. 

cerc, poule, III, 89. 

cercheall, cercle, V, 491. 

cerp, coupure, II, 338. 

-cert, partie, II, 410. 

ceit, juste, III, 188. 

cesc, question, V, 260. 

céssad, souffrance, passion, I, 84 ; 
V, 491. 

cestugudh, ceastughudh, châti- 
ment, V, 491. 

cet, cent. I, 458: II. 411 : III, 
286. 

cet-, ceta, cita-, prép., VI, 152, 
280, 312, 320. 

cétdin, premier jeûne, V, 143. 

cétbaith, cétbuith, cétbuid, sentir, 



x\ 



Table des principaux mots étudiés 



sentiment, IV, 333; V, 263; 

VI, 121. 
cetheoir, gén. cetheora, quatre f., 

II, 141; III, 551. 
cethir, quatre, m., III, 551. 
cetu-, ci'atu-, ceta-, cita-, d'abord, 

en premier lieu, III, 325; VI, 

152, 310. 
chugam, vers moi, VI, 59. 
ci'a, homme, V, 241. 
Ciadan, VI, 485. 
cia indas, quoi? I, 74. 
Cian, VI, 210. 
ciar, brun, III, 188. 
Ciarin, « petit brun », III, 188; 

VI, 252. 
Ciarraighe, III, 103. 
cicht, graveur, VI, 598. 
cid. quoique, I, 75. 
cimb, ci'm, argent, tribut, III, 285 ; 

V, 466 ; VI, 391. 

cimbid, captif, V, 188 ; V, 466. 

Cinel Conaill, VI, 248. 

cing, guerrier, III, 528 ;V, 120. 

cinis, il s'éleva, II, 329. 

ciniud, enfantement, II, 329, 330. 

cinn, dans la tête, V, 119. 

cinteir, éperon, II, 276. 

cio thomus, de quel poids, I, 79. 

Cirine, Jérôme, V, 493. 

cirr, peigne, I, 55. 

cith, cid, même, VI, 332. 

claideb, épée, I, 54, 94 ; II, 284 ; 

VI, 299. 

ciand, fils, II, 330, 411. 

cle, gauche. II, 116. 

cleb... V, 467. 

cleir, multitude, VI, 288. 

clethe, grand, élevé, VI, 396. 

cli, pilier, V, 359. 

Cliach, IV, 195. 

cli'ar, botte de paille et de foin liée 

à une perche, IV, 189, 195. 
clocc, cloche, V, 242. 
cloch, pierre : château de baron 

étranger, IV, 271. 
cloor, j'entends, Yl, 42. 
cloth, noble, généreux, brave ; 

gloire, célébrité, II, 404. 
cluas, oreille, III, 37. 
clucharachàn, nain fantastique, IV, 

177- 



clud, à la fosse, VI, 165, 172. 
cluinte, entends ! III. 334. 
clûm, plume, II, 410. 
cnairrsech, javeline, III, 96. 
Cnoc Aine, IV, 186-189. 
cnocân, petite colline, III, 188. 
cnocc, bosse; colline, I, 471 ; IV, 

Cnucha, II, 92. 

co, d'autant (plus) : comment, 

VI, 61. 
co, vers, jusqu'à; pour que, III, 

335; VI, 58, 59, 278. 
co, con, avec, VI, 59, 145, 149, 

154, 155, 302, 312, 320, 321. 
co-, con-, jusque, afin que, VI, 154, 

316, 317, 521, 334. 
côair, cooir, côir, convenable, 

juste, VI, 301, 302. 
cobir, cobuir, secours, V, 468. 
cocad, bataille, VI, 194, 368. 
cochall, manteau à capuchon, V, 

144. 
Coelân, Caelân, (( un peu maigre », 

III. 189. 
coibche, achat de la femme, III, 

362-364. 
côic, cinq, II, 331, 341. 
coicthiges, quinze jours, II, 192. 
côil, coel, caol, maigre, III, 189. 
côile, maigreur, III, 87. 
CoiUte-Con, IV, 173, 174. 
côim, coem, doux, aimable, cher, 

I, 340; II. 208, 425 ; III, 275. 
coimded, de Dieu, III, 328. 
coimdiu, comdiu, seigneur, dieu, I, 

259 ; III, 328; VI, 194, 368. 
côimmchlôud, échange, VI, 324. 
coimsid, maître, V, 128. 
coin, chiens, UI, 329. 
coire, chaudron, IV, 331. 
col, crime, IV, 340. 
colcaid, couette, IV, 340. 
colmmene, nœud, II, 343. 
colonib, colum, pigton. colombe, 

I, 219; m, 188.^ 
Colombdn, Colmân « petite co- 
lombe », III, 188. 
Colomb Cille, V, 34), 558. 
com-, con-, avec, IV, 338; VI, 

139, 140, 320, 324. 
comacumul, subjonctif, I, 160. 



aux lomes I-VI 



XXI 



comadas, convenable, IV, 338. 
com-ad-ro-icc-, rencontrer, VI, 

571- 
comainsigfid, il méprisera, II, 

38s. 

comall, enceinte, VI, 132. 
comalnain, je remplis, II, 323 ; 

VI, 293. 
Coman, III, 188. 

comarse, comharsa, voisin, III, 3 1 . 
comaterchomla, pour qu'il recueille 

bien, VI, 292. 
combairt, enfantement, naissance, 

11,448; III, 325. 
combasôilsesiu, pour que tu sois 

une lumière, VI, 315. 
comboing, il brise, VI, 18. 
commus, puissance, V, 128, 263. 
comocus, près, II, 190. 
comtetracht, compréhension, I, 

155- 
comtherchomrac, assemblée, I, 

156. 
comtincur, égalité d'apport des 

deux conjoints, III, 363 . 
con, des chiens, III, 329. 
con-air-léc , admettre, permettre, 

VI, 139. 
con-air-org-, errer, VI, 140 
con-aith-deg-, demander, chercher, 

VI, 140. 
Conall, II, 332 ; III, 188; VI, 

208. 
conamusnàgat, qu'ils ne me com- 
battent pas, III, 91 . 
Conân, VI, 206, 214, 216, 224, 

227, 232-254, 244, 247, 256. 
Conàn Maol, VI, 211. 
conart, chiens, VI, 61. 
concéitbani, tu consens, VI, 152, 

520. 
Conchubhar, VI, 200, 368. 
condairc, il a regardé, III, 335. 
condârbais, que tu montres, V, 

252. 
condarc, j'ai, tu as regardé, III, 

555- 
con-éicnig-, contraindre, VI, 140. 
con-étig-, être indulgent, VI, 140. 
Conganchnes, « peau de corne » ? 

VI, 200, 368. 
congnam, coopération, III, 363. 



coniccim, je peux, VI, 140, 324. 

Conmaicne, VI, 207. 

Conn, II, 92; VI, 224, 230, 256. 

Connachta, VI, 207, 230. 

connud, boisa brûler, V, 242. 

con-ô-, conserver, VI, 139. 

con-od-gab-, exalter, VI, 139. 

con-od-sân-, reposer, VI, 139. 

con-od-scag-, mouvoir, changer, 
VI, 139. 

con-od-tang-, construire, corro- 
borer, VI, 139. 

con-od-tog-, bâtir, VI, 139. 

conoel, femme loup-garou, II, 
203. 

conorbaiter, tant que nous soyons 
noyés, IV, 336. 

conortinoltar « locemur », IV, 

556.. 
conoscaig, il éloigna, I, 74. 
conrairleicius, j'ai confié, I, 81. 
conral, pour que j'aille trouver, 

VI, 278. 
conrig, il lie, I, 64 ; II, 449 ; VI, 

140. 
conriug, je lie, III, 332 ; VI, 95. 
conrogba, pour qu'il prenne, VI, 

279. 
conrogbaid, pour que vous pre- 
niez, VI, 279. 
conrogbat, pour qu'ils prennent, 

VI, 279. 
conroigset, pour qu'ils prient, \ , 

256.^ 
conroitatar, ils gardèrent, I, 74. 
con-suidig-, composer, VI, 140. 
con-to-fo-org-, écraser, VI, 

140. 
con-to-sô-, transformer, VI, 140. 
cor, cur, mettre, jeter, III, 363 ; 

IV, 335- 
Corann, VI, 216, 234. 
Corbmac, Cormac, 1, 57 ; III, 189; 

^^ 345 : VI, 212, 216, 239, 

257- 
Corcan, VI, 326. 
corcur, pourpre, II, 410. 
corgas, coraigeas, carême, V I, 

528. 
coririssiu, tu lieras, VI, 95. 
Cormac Galeng, VI, 207. 
Comàn, VI, 209. 



XXII 



Table ch's principaux mois ctiidics 



corp, corps, II, 276, 411 ; V, 

494. 
corpân, petit corps, I, 256. 
corplen, aise du corps ? V, 246. 
corr glas, héron, II, 334; III, 89. 
corrân, petit bec de grue, VI, 93. 
cosc, cosse, cosscc, châtiment, 

instruction, II, 452; VI, 315, 

325. 
coscitir, ils sont châtiés, VI, 156. 
cosmail, cosmil, semblable, II, 

404; m, 325. 
cosmilius, ressemblance, III, 326. 
coss, pied, VI, 249, 368. 
cossacarthimem, très sainte, I, 82, 

157- 
costud, coutume ? V, 242. 
co-t-, prép., VI, 320,321. 
cotdôithsi, vous le conservez, VI, 

145- 
cotècat, ils le peuvent, VI, 145. 

cotlud, sommeil, I, 355 ; II, 120. 
cotobsechaim, je vous blâme, VI, 

86, 89. 
cotrig « ligurio », V, 470. 
Crâeb Rûad, V, 77. 
Craftine, IV, 194. 
crann, arbre, bois, II, 333 ; IV, 

335- 
crann Bealtaine, arbre de mai, 

IV, 193. 
creacht, cicatrice, I, 354. 
creanaim, j'achète, III, 37. 
creitem, croire, III, 89. 
crenas, qui achète, II, 340. 
cretar, relique, VI, 43 . 
criathar, crible, II, 119, 449. 
Crich-na-Morrigna, I, 55. 
cride, cœur, VI, 390. 
Crimthend, VI, 243. 
Crioch-na-bFuineadach, l'Irlande, 

VI, 203. 
crip, crib, rapide, II, 338 ; III, 89. 
cris, ceinture, V, 469. 
crith, crioth, tremblement ; fièvre, 

II, 333 ; VI, 164, 169. 
cro, étable, III, 241 . 
croccenn, crocenn, crocann, peau, 

I, 215, 458 ; II, 334; VI, 23. 
Crochaire Césta, VI, 257, 258. 
Crom Cruach, VI, 258, 259. 



Crom Dubh, IV, 175, 177, 180 ; 

VI, 128, 213, 230, 243, 258, 

259. 
Crom na Cairge, VI, 259. 
crossfigill, prière à genoux, les 

bras étendus en croix, II, 399. 
crott, harpe, V, 242. 
crû, sang, III, 37. 
Cruachàn, VI, 258. 
Cruachàn Chroim, VI, 259. 
cruim, vert, dragon, I, 92 ; III, 

325; V, 487 ; VI, 243. 
cruim, tonnerre, IV, 178. 
Cruimchend, VI, 210-212, 245, 
cruimther, crubthir, prêtre, II, 

259. 

410; m, 282. 

cruind, rond, IV, 331. 

Cruithnech, Picte, VI, 398. 

cruthaigedar, qui façonne, VI, 
32. 

cû, chien, I, 340 ; III, 37, 329 ; 
VI, 200, 201, 235, 368, 406. 

cûala, j'entendis, VI, 24. 

cûale, il entendit, VI, 24. 

cuanart, chiens, VI, 61. 

cuarân, chaussure, III, 189. 

Cuaran, III, 189. 

cubiit, cubad, tombe, V, 243. 

cuccu, chuccu, venant à eux, VI, 
59>6o. 

cuccum, vers moi, VI, 59. 

eu cèle, co chéle, Cjusqu')i l'autre, 
VI, 58, 59- 

Cùchulainn, Cûchulaind, Ci'ichu- 
linn « le chien de Culann », 
II, 491 ; III, 176; IV, 180; V, 
75, 75, 238; VI, 200, 201, 
208, 209, 211, 212, 224, 227, 
232, 245, 247, 253, 259, 368. 

cuigel, quenouille, I, 100. 

cuilche, couette, V, 243. 

cuilech, « prostibulum », III, 39. 

cuiligim, « prosto », III, 39. 

cuilenn, cuisine, V, 247. 

cuirfitir, ils seront mis, VI, 371. 

cuirim, je mets, je jette, VI, 371. 

cuirm, de la bière, I, 371 ; III, 
329. 

cuirrel, brosse, I, 55. 

cuisle, veine, tuvau, tube, II, 440. 

cuit, part, V, 270. 



aux tomes I-\'I 



XXIII 



ciuthe, puits, II, 410. 
Culann, VI, 201, 245, 368. 
cum-, com-, avec, VI, 512. 
cumachtach, puissant, III, 39. 
cumachtaigim, je m'empare, III, 

59- 
cumal, femme esclave; prix d une 

esclave, II, 409 ; III, 362. 

cumang, étroit, V, 247. 

cùm-ang-, pouvoir, VI, 140. 

cumocni, (homme) de capacité, 
VI, 165, 170. 

curach, petit bateau, I, 364, 369. 

curathmir, le morceau du héros, 
VI, 195, 368. 

Curcach, III, 189. 

Cùrigh, VI, 245, 2)3, 254, 257, 
259. 

-d-, -t-, le, lui, I, 91 ; M, 145. 

dâ, deux, m., III, 351. 

-da, il est, VI, 1 30. 

Dâbhac, III, 187. 

Dacich Anann, I, 37. 

Da cich na Morrigna, I, 55. 

Dâdubh, VI, 207, 209, 217. 

dae. Dieu ! I, 79. 

dâe, main, avant-bras, VI, 205, 
208, 312, 369. 

Dagân, VI, 208, 211. 

Dagdae, Dagda, VI, 205, 207-210, 
214, 217, 224, 257, 259, 369. 

daghaim, je brûle, III, 37. 

daghamaid, -maoid, nous brûlons, 
III, 37- 

daif, boisson, II, 339. 

Daine âna, les nobles, nains fan- 
tastiques, IV, 178. 

Daine Maithe, les gentilshommes, 
les bonnes gens, nains fantas- 
tiques, IV, 178. 

Daine Sidhe, VI, 259. 

dâl, place publique, IV, 342. 

dalbâis, fatale rencontre, VI, 165, 
172. 

Damh Derg, VI, 216. 

Damh Dili, IV, 274, 275. 

damnae, matière, III, 87. 

dan, œuvre, III, 37. ' 

dan, aussi, I, 478. 

ddna, fort, hardi, I, 135. 

Darachél, VI, 372. 

darcab. . . « municeps », V, 468. 



dardoen, jeudi, VI, 297. 

dâsacht, folie, III, 34. 

dau, do, â lui, VI, 51. 

daur, dieu, I, 259. 

dé. Dieu! III, 325. 

de-, di-, do-, du-, prép., VI, 140- 
143. 

dé-, deux, II, 341. 

-de, suffixe d'adjectifs, I, 59. 

Dea, II, 2. 

déac, dix, III, 34. 

déad, fin, VI, 202. 

Deamhna aerig, Denma Aeir, 
démons de l'air, IV, 176, 178, 
179. 

Dearmag, \I, 355. 

debthach, « dissidens », III, 39. 

déccud, vovez, I, 74. 

De Danann, VI, 207. 

De Domnand, VI, 208. 

deeid, « deses », V, 243. 

degnima, de bonne œuvre, I, 76. 

deib, dib, à deux, III, 331. 

deibhide, mètre poétique, VI, 337, 
340-343. 

deich n-, dix, III, 34, 331. 

deil, del, verge, IV, 337. 

dé intamladarsom « (non) dissimu- 
lât », VI, 143. 

deir, il dit, VI, 314. 

delb, image, II, 450. 

demnigud, deimnigud, confirma- 
tion, approbation, V, 468. 

déni, fais ! VI, 158. 

denim, déanaim, je fais, I, 79: 

m, 34, 37; VI, 521. 

dénum, dénom, faire, action, I, 

76; VI, 158, 320, 322. 
deoch, boisson, I, 374. 
deolid, grâce, IV, 341. 
deoraidheach, exilé, vagabond, V, 

468. 
dephthigim, « dissideo », III, 39. 
der, dear, fille, III, 34. 
derban, il abandonne, V, 128. 
derbb, dearbh, certain, III, 37. 
Derchartaind, III, 34. 
deregtith, « desses », V, 468. 
derigim, dergim, j'abandonne. V, 

468. 
Derinill, III, 34. 
Derlir, III, 34. 



XXIV 



Table des principaux mots étudiés 



derniàr, très grand, I, 363. 

Dermor, III, 34, 

dernum ? punition, VI, 322. 

derucc, gland, II, 424. 

descert, sud, II, 410. 

Dess, Dieu, II, 203. 

dét, dent, II, 41 1. 

deug, boisson, I, 151. 

di, deux, f., III, 187, 331. 

di-, prép., VI, 321 . 

dia, dieu, I, 259 ; II, 2. 

dia aine, diahaoine, le jour de 
jeûne, vendredi, V, 143. 

diabul, double, II, 341. 

diabul, diable, V, 492. 

(dia) dardaoin, le jour entre deux 
jeûnes, le jeudi, V, 143. 

diag, dég, à cause de, II, 203. 

di-aith-ci-, regarder, VI, 143. 

diaither, diamètre, V, 490. 

Diaucecht, VI, 252. 

Diarmaid, VI, 228, 232, 234, 
239, 243, 245, 254, 259. 

dia roshéna. Dieu vous bénisse, 
m, 85. 

dibhe, soif, I, 339. 

dicenn, soudain ? II, 599. 

di choiss, deux pieds, III, 324. 

di-côd-, aller, venir, VI, 142. 

dicôitsea, qu'il écoute jusqu'à la 
fin, VI, 143. 

didiu, donc, VI, 150. 

di-don-, consoler, VI, 142. 

di-ell-, décliner, VI, 143. 

di-ess-reg-, quitter, VI, 143. 

di-fech-, venger, VI, 141. 

di-gab-, ôter, diminuer. VI, 142. 

digal, vengeance, V, 466. 

diglaid, vengeur, V, 466. 

di-gni-, faire, VI, 140, 141. 

di-ilt-, nier, VI, 143. 

diles, sûr, IV, 344. 

diltud, négation, I, 75. 

di-lug-, pardonner, VI, 141. 

di-mecc-, mépriser, VI, 142. 

din, donc, I, 478. 

dinim, je tète, I, 100. 

di-od-ber-, frauder, VI, 143. 

di-reg-, dépouiller, VI, 142. 

di-ro-mon-, oublier, VI, 142. 

di-roscag-, distinguer, se distin- 
guer, VI, 142. 



dis, faible, V, 128. 

disàmlathar, il dissimule, VI, 142. 

di-slund-, nier, faire renier, VI, 

142. 
disrùthaigedar, il est dérivé, VI, 

142. 
ditrath, un jour et une nuit, VI, 

109. 
diugaim, je bois, I, 374. 
dligeda, lois, III, 324. 
dligeJ n-, loi, III, 324. 
dligim, je mérite, II, 425 . 
do, ton, V, 462. 
do, à, 1,87. 
do-, préfixe, particule verbale, VI, 

18, 86, 282, 322. 
doadbat, il montre, VI, 310. 
doâerbai, il frappa, V, 252. 
doarchet, doairchet, taircliet, il 

fut prédit, II, 450. 
doaurchanim, je prévois, II, 450. 
doberam, nous apportons, III, 5.32. 
dobir, tu donnes, VI, 159. 
dobiur, j'apporte, je donne, I, 

78; VI, 147, 148, 328, 329. 
dobrogarar, on vous appelle, V, 

463. 
dobrograd, vous avez été appelés, 

V, 463. 

dobur, dobliar, eau, I, 217; III, 

242. 
dochuni, aller, venir, VI, 142. 
dodaessarrsom, elle les délivrera, 

VI, 95. 

dodechommar, nous sommes ve- 
nus, VI, 33, 34. 

dodgéna, il le fera, II, 452. 

doe, rempart, V, 359. 

dofaid, dofaith, il conduisit, VI, 
331, 332. 

dofedim, je conduis, VI, 311. 

dofoidid, envoyez-le, VI, 156. 

dogegainn, je choisirais, VI, 277, 
283. 

dogni, tu fais, VI, 159. 

dogniu, je fais, II, 452 ; VI, 158, 
160, 321. 

doiccim, j'arrive, VI, 335. 

dôid, main, VI, 205. 

doirb, difficile, I, 152. 

doluigim, je pardonne, VI, 316. 

domhnach, dimanche, VI, 128. 



aux fouies I-\'I 



Domhnach Chroim Duibh, le 

dernier dimanche de juillet ou 

le premier dimanche d'août, IV, 

175, 180 : VI, 128. 
Domhnall Breac, II, 352. 
Domnall Domhnall, III, 187; VI, 

199, 568. 
dommàrfas, il me fut montré, V, 

252. 
domun, monde, I, 220. 
Doncadh, Denis, V, 493. 
Dond Cualngi, Donn Cuailnge, 

IV, 274; VI, 180, 243, 245. 
Donn Firinne, VI, 211. 
doommalgg, j'ai trait, V, 467. 
doràdchiùir, doradchuir, il racheta, 

VI, 137, 293. 
dorb, ver, VI, 180. 
doreg, je viendrai, VI, 26. 
dorigni, il fit, VI, 139. 
dorn, durn, poing ; coup de poing, 

I, 462 ; II, 109, 110 ; VI, 200, 

201. 
dornach, boxeur, pugiliste, II, 

109. 
dornadh, coups de poing, II, 109. 
dornaim, je boxe, II, 109. 
dôrôchair, il tomba, VI, 146. 
dorocht, il vint, VI, 3 3 . 
do-ro-gab-, commettre, VI, 142. 
doronait, ils furent faits, VI, 164, 

169. 
doruachtatar, ils arrivèrent, VI, 

33- 
dorus, porte, III, 327. 
dos Bealtaine, buisson de mai, IV, 

193. 
dosfiuscad, il les éveillait, \ I, 

333- 
doss, buisson, IV, 193; V, 559. 
drabarsiog, populace, canaille, III, 

187. 
drabh, rebut, I, 300 : III, 187. 
drabh, drubh, char, I, 300. 
drabhadh, séparation, I, 300. 
drabhas, saleté, I, 300. 
Drean Anûathair, les orgueilleux, 

nains fantastiques, IV, 178. 
drommann, les dos, III, 330. 
dron, sûr, III, 37. 
drong, troupe, I, 353. 
Drostàn, I, 305 . 



drui, drai, druide, magicien, II, 

199 ; III, 37, iio. 
druim, dos, I, 363 . 
Druis, I, 305. 
dri'is, drûis, passion, I, 305. 
Drust, Drost, Drest, I, 505. 
druth, fou, I, 304. 
du, à, I, 88. 

duarchiuir, il racheta, III, 191. 
dub, noir, III, 187, 190 ; IV, 350, 

334- 

Dubdaletha, VI, 98. 

Dubgall, III, 190. 

Dubhan, « petit noir », III, 187. 

Dubhda, VI, 207. 

Dubhtach, III, 455-437. 

-dubladh, double, II, 341. 

Dublinn, III, 187. 

Dubthach, III, 187. 

Dubthach Maccu Lugair, VI, 170. 

dui, gén. duad, sot, III, 88. 

duinân, petit homme, VI, 325. 

duine, homme, I, 79 ; III, 325. 

duinén, petit homme, VI, 325. 

duini, homme ! III, 325. 

dul, au cas, I, 154. 

dùlim, créateur! III, 330. 

dun, montagne, élévation, forte- 
resse, IV, 12. 

dunad, lieu fortifié, I, 74. 

dùnair, tu fermes ; go n-dùnair, 
que tu fermes, VI, 41. 

dùnfair, tu fermeras, VI, 41. 

Diin-na-muice-criona, VI, 239. 

durig, il met à nu, I, 153. 

dûs in, savoir si, est-ce que, IV, 
113. 

duthluchimse, je demande, I, 155. 

earc, tacheté, II, 326, 409. 

eas, belette, IV, 337. 

easbha, manque, I, 358. 

eascu, anguille, IV, 337. 

ech, cheval, III, 323 ; V, 117. 

ech, (deux) chevaux, III, 323. 

ech n-, des chevaux, III, 523. 

eclais, eaglais, église, V, 492. 

écnach, sage, VI, 320. 

écne, écna, sagesse, VI, 320. 

ed-, id-, prép. VI, 320. 

Egan, a petit feu », III, 190. 

Eibhlin, Hélène, V, 493. 



XXVI 



Table des principaux mots ciudics 



eicli, du cheval ; les chevaux, III, 

einech, honneur, II, 41 1. 
éirdero;ud, disposition, sentiment, 

.. "' 395- 

éirgim, je nie lève, \ I, 26. 

Eirinnach, irlandais, II, 560. 

éit, troupeau, II, 489. 

ela, eala, cvgne, II, 334; IV, 276. 

Elada, « science ■>■>, VI, 208, 369. 

elammar, nous errons, II, 321. 

Elg, II, 360. 

ellach, union, VI, 316. 

elnitis, qu'ils fussent souillés, II, 

389. 
Elpa, Alpes, II, 411. 
-eni, superlatif, I, 152. 
Emain Mâcha, I, 50 ; VI, 189. 
en, oiseau, II, 322; IV, 333. 
euair, janvier, V, 491, 492. 
en blaith, oiseau de vaillance ? I, 
. 50, 51- 

Enda, VI, 205, 208, 369. 
Énda Cennselach, VI, 210. 
enech, face, VI, 29. 
ennac, eannech, innocent, V, 492, 
eô, saumon, IV, 194. 
eoch, au cheval, III, 323. 
Eochaid Ollathair, VI, 208. 
Eogan Môr, VI, 205. 
Eolang, V, 375. 
èpeir, il dit, VI, 159. 
er, grand, puissant, V, 467. 
ér-, aer-, air-, ir-, II, 323, 409 ; 

m, 44; VI, 319. 
éracht, il se leva, VI, 26. 
Erca Inclinai, VI, 253. 
crchosmil, très semblable, II, 

323. 
ercid, allez, II, 490. 
Erenn, d'Irlande, III, 329. 
eridech, coupe, I, 74. 
Eriu, Eire, Erin, Irlande, I, 49; II, 

116, 329, 357, 360, 361 ; VI. 

59). 399. 412. 
ermitiu, respect, III, 330. 
érnais, il donna, II, 323. 
Ernmas, I, 37, 49. 
err, queue, pointe, I, 258; II, 

490. 
erus, je me lèverai, III, 553. 
es-, IV, 551 . 



esane, sorte de maladie, IV, 179. 

esbae, espae, chose inutile, VI, 
316. 

escart, étoupe, 1\ , 331. 

ésce, lune, V, 359. 

ess-, ass-, as-, VI, 145-145, 155. 

ess-con-Iâ-, avancer, VI, 144. 

ess-ess-reg-, ressusciter, VI, 144. 

èstosc, pressurage, VI, 151. 

Etan, VI, 259. " 

etar, eter, entre, I, 59 ; III, 335. 

étar, on trouve, II, 322. 

éthaim, je vais, VI, 277. 

éthrach, éthéré, VI, 278. 

Etterun, IV, 275. 

ettorsondi, barytons, I, 58, 59. 

fachel, gages, ÎII, 362. 

fâed, cri, I, 341. 

Faelan, « petit loup » ? III, 187. 

Faelchû, III, 187. 

Faeldruim, III, 187. 

faesam, foessam, fôesani, protec- 
tion ; escorte d'un hôte, III, 

97- 
Fafigial, VI, 372. 
fail,"feil, fil, il est, III, 332. 
Fail-inis, VI, 201, 369. 
faindeal, action d'errer, II, 489. 
fdinne, anneau, IV, 276. 
faiscim, je presse, V, 263 ; VI, 

151. 
faith, poète ; par le poète ; chez 

le poète, III, 325. 
Fanait, VI, 203. 
fann, faible, IV, 340. 
faoisin, sous ou comme cela, II, 

324. 
fôradh, échelle, V, 263. 
fasaigib, à des précédents, VI, 165, 

170.' 
fâsaim, je crois, III, 37. 
fâsamhuil, croissant, III, 378. 
fathar, de vous, V, 231. 
fàthe, des poètes, III, 325. 
fâthi, les poètes, III, 325. 
fâtho, du poète, III, 325. 
fé, chose très odieuse, I, 35 : II, 

489. 
Fea, I, 35, 56. 

feamuin, goémon, III, 131. 
fearamhuil, semblable à un homme, 

III, 38. 



aux loincs I-\'I 



XXVII 



Fear-na-lcathbrôige, l'homme à 
une chaussure, VI, 211, 228, 
247, 248. 

feath, marais, II, 282. 

feba, qualités, VI, 334. 

febrai, février, V, 491. 

Féchin, « petit corbeau », V, 363. 

fecht, voyage, II, 423. 

fecht, fois, VI, 33. 

fechta, il emre, II, 423. 

fechtnach, prospère, VI, 33. 

fedb, veuve, III, 324. 

Feil-Moin^, « fête de Mongfind », 

- ^' >-!• ^ 

tel, qu'il soit, III, 534. 

fêle, modestie, II, 117. 

fell, tromperie, V, 494. 

fellsube, philosophie, V, 494. 

Féni, II, 360. 

fennôg liath na gragarnaith, la 

guifette noire, I, 33, 35, 36. 
fer, homme, II, 194 ; III, 323 ; 

VI, 21. 
feraib, aux hommes, III, 325. 
ferb, enflure, V, 244. 
Fer Benn, VI, 208. 
Ferchertne, V, 345. 
Fer-domnachus, VI, 377. 
Fergal, V, 229. 
Fergus, VI, 200, 201, 208, 249, 

257,368. 
fer n-, homme (ace), III, 323 . 
ferr, fearr, meilleur, II, 194, 340; 

VI, 117. 
Fer Ruadh, VI, 206. 
fersaid, fuseau ; axe : pointe de 

terre sablonneuse, III, 97, 98 ; 

IV, 529- 

fertincur, apport du mari, III, 

363. 
fessed, qu il sache, I, 75. 
fetar, je sais, I, 79. 
fetarlaic, l'Ancienne Loi, III, 98. 
Féth, gén. Fétho, II, 323. 
fi, poison, V, 249. 
Fiacc, ^', 345. 
fiada. Dieu, I, 239. 
fiafruighim, je demande, III, 34. 
Fian, VI, 256. 
fianna, Féniens, V, 82, 83. 
fiastar, il saura, VI, 42. 



hche, pi. fichit, vingt, I, 211 ; III, 

331- 
fid, arbre, I, 96 ; III, 526. 
-file, fili, poète, III, 328, 396 ; VI, 

406. 
•filed, des poètes, III, 328. 
fileda, les poètes (ace), III, 328. 
filedaib, aux poètes, III, 328. 
filid, au poète ; les poètes, III. 

328. 
Finân, II, 113. 
find, blanc, I, 96; II, 411. 
Find mac Cumhaill, Fiun, Fionn, 

I, 86, 87; III, 396; V, 82, 89, 

90, 92, 345 ; VI, 189, 190, 194, 

205, 206, 211-213, 216, 217, 

227, 231-233, 241, 243, 249, 

256, 257, 568, 414. 
Findabair, VI, 257, 259. 
Findbennach, VI, 180, 243, 274. 
Findemna, VI, 203, 206. 
Findglaise, VI, 254. 
fine, tribu, race, III, 364 ; VI, 

203. 
Finnabhainn, \ I. 244. 
finnad, qu'il sache, VI, 21 . 
Finne, III, 396. 
Finn- shneachta, VI, 230. 
Fintàn, III, 396; V, 345, VI, 

209, 230, 233, 258. 
fionôg, guifette noire, I, 34. 
fir, homme ! les hommes, II, 

194; m, 323. 
Fir-Bolc, VI, 204, 205, 253. 
firinne, vérité, II, 117. 
firu, les hommes (ace), III, 323. 
Fithcl, V, 228. 
fithis, cercle, VI, 353. 
fitir, il sait, VI, 42. 
fiu, digne, convenable, I, 341, 345. 
fins, science, II, 123. 
flaith, prince : domination, rovau- 

me, II, 333; III, 36, 325 ;'VI, 

199, 368. 
flaithem, seigneur, III, ^30. 
flatho, flatha, de la domination, 

m, 325. 

fliuch, humide, I, 105 ; II, 332, 

335. 411- 
fo, sous. II, 324; III, 44; M, 
341; fo-, II, 287; IV, 328; VI, 
33, 155, 156, 322, 323. 



XXVtlI 



Table des principaux mois étudiés 



foaid, il endormait, II, 409. 
foceirr, tu mettras, VI, 371. 
ibchetoir, aussitôt, II, 451. 
fochichursa, je lancerai, VI, 371. 
fodail, division, II, 277 ; VI, 205. 
Fodla, II, 360 ; VI. 205. 
fognam, service, III, 363 ; VI, 320. 
togrigim, « opsono », V, 467. 
fôidim, j'envoie, VI, 332. 
Ibigde, prière, VI, 31, 49. 
fbilenn, goéland, IV, 332. 
foilsigedar, il manifeste, I, 83. 
fola, trésor, VI, 278. 
folcaim, je lave, II, 142, 332, 

43 3- 
folilulsa, je supporterai, VI, 95. 
follus, sollus, clair, ouvert, II, 

143; III, 526. 
folud, condition, I, 82. 
folung, je supporte, V, 467 ; VI, 

95- 
fomnirûirmius, je me suis couchr, 

VI, 284. 
Fomoraig, I, 257. 
Fomôre, VI, 204. 
fondidmaesiu, tu souffriras, III, 

334; VI, 94. 
for, dit-il, VI, 283. 
for, sur, II, 324; III, 44; for-, 

VI, 31,133. 
foraith, foraid, il secourut, VI, 

forband, forbann, dure injonc- 
tion, mauvaise loi, II, 395 , V, 

478, 479- 

forbe, perfection, exécution, I, 
76. 

forcechna, il ordonnera, III, 355. 

forcechun, j'enseignerai, VI, 40, 
94. 

forcenn, toircheann, fin, conclu- 
sion, II, 324; VI, 135. 

forchanim, j'enseigne, VI, 40. 

forchanub, j'enseignerai, III, 334. 

forchun, j'enseigne, j'ordonne, II, 
324; III, 352. 

for-con-ô-, conserver, VI, 139. 

fordengar, il est opprimé, II, 
385: 

forn, born, barn, votre, IV, 337. 

forôil, abondance, II, 323. 

forroichan, il prédit, VI, 323. 



fortésid, vous secourrez, III, 535. 
foscad, fosgad, ombre, abri, IV, 

328. 
fosissetar, ils confessent, I, 153 ; 

VI, 168. 
fota, fada, long, VI, 369. 
fracc, femme, I, 104 ; III, 89. 
Fraocan, III, 396. 
fraoch, bruyère, IV, 177. 
frass, ondée, I, 489 ; II, 489 ; III, 

88. 
frecndirc, présent, VI, 319. 
frecre, réponse, VI, 318, 319. 
fri, contre, envers, II, 451. 
frisoirctis, « adversabantur », VI, 

95- 

frissanérbrad, à qui on a dit, VI, 

317- 
frissiurr son, « aversabor », VI, 

95- 
fritammiorsa, « me adficiet » VI, 

94-96. 
frith, contre, II, 140; IV, 3 37; VI, 

153. 154, 319- 

frithaire, friothaire, action de veil- 
ler, III, 396. 

frithgnam, friochnamh, soin, VI, 
318-320. 

frithiuraim, « afficio », V, 119. 

frisnorgar, « afficitur », VI, 95. 

frithorcun, offense, VI, 319. 

frittâit, ils résistent, VI, 319. 

Froech, VI, 257. 

fuined, extrémité ; ouest ; Irlande, 
VI, 203. 

Fulacht Fian, I, 54. 

Fulacht na Morrigna, I, 54, 55: 
VI, 257- 

fulumain, « volubilis », II, 449. 

fumrése, il me secourra, ou secour- 
rait, VI, 36. 

gabâl, saisir, VI, 325. 

gabar, gabor, chèvre, II, 337 ; IV, 
329. 

Gabriel, VI, 572. 

gadatar, ils prièrent, VI, 354. 

gie, lance, I, 74. 

Gaedhel, Gôidel, Gôedel, VI, 598, 
400. 

gaéth, vent, V, 244. 

gaibi, tu as, VI, 47. 



aux iomes I-VI 



xj^ix: 



gaibim, gabim, gabaim, je prends, 

je tiens, I, 74, 75. 
gaibim, je chante, VI, 318. 
gaibiu, j'ai, IV, 329. 
gaim, hiver, I, 212. 
gair, cri, I, 99. 
Galamh, Goiamh, VI, 397. 
gai], étranger, III, 190. 
Gallichiel, VI, 372. 
ganid, gaoth, vent, IV, 23. 
garb, rude, IV, 344. 
Gargain, du Gargan, II, 450. 
géanoiléain, l'oie de l'île, IV, 188, 

197, 198. 
geallamhuin, promesse, III, 31. 
geanmhuin, action d'engendrer, III, 

geilfine, « famille de la main », VI, 

207. 
geilt, devenu fou de terreur, \', 

244. 
geineamhuin, naissance, 111, 31. 
geinim, j'engendre, I, 93. 
Geinte Glinne, gens du ciel, nains 

fantastiques, IV, 179. 
Geirreogin, VI, 206. 
gel, geai, brillant, II, 451 ; III, 

189. 
geltacht, démence magique, I, 43. 
gêna, il tuera, III, 98. 
genaid, il tuera, VI, 164, 169. 
Gérait, V, 376. 

Gerôid larla, IV, 186-192, 195- 

199, 268-276. 
gessid, celui qui prie, I, 81, 82. 
giall, otage, I, 341. 
gigestesi, vous prierez, VI, 95. 
gigsesa, je supplierai, VI, 95. 
Gillabaithin, I, 276. 
gille, gilla, garçon, III, 187. 
gin, bouche, I, 83. 
Giolla-an-croicinn-gabhair, VI , 

241. 
gionbhair, janvier, V, 491. 
glaidomuin, renards, ou loups, I, 

36. 
glan, pur, II, 451. 
glanna, purifié, V, 349. 
Glas Goibhnenn, VI, 205. 
glé, glee, glaee, brillant, clair, I, 

340; 11,^451 ; IV, 330. 
Gleann-na-Céad-Muice, VI, 236, 



Gleann-na-ngealt, « la vallée des 

lunatiques », I, 43; IV, 184. 
gnâs, coutume, V, 223. 
gnia, neveu, II, 324. 
gnô, remarquable, III, 32. 
goba, gén. gobann, forgeron, III, 

329. 
Goborchinn, « têtes de cheval » ? 

I, 257. 
Gôidil, Gaidil, Gaeidhil, Gaëls, II, 

360, 491. 
gôithlach, marais, V, 244. 
goll, aveugle, II, 92 ; V, 222. 
Goll, VI, 206. 
go n-, que, VI, 317. 
goraim, guirim, j'échauffe, III, 38. 
gorg, gargg, dur, cruel, II, 451. 
Gormlaith, III, 189. 
gort, enclos, III, 45 ; IV, 346. 
Gort-na-Morrigna, I, 55. 
gosti, gasti, licou, II, 393. 
grâd, degré, V, 246. 
grâdh, amour, charité, III, 38. 
graigh, troupeau de chevaux, V, 

490. 
graigineas, gloutonnerie, V, 467. 
Grâinne, VI, 228, 243, 254, 259. 
gràn, grains, III, 324. 
greidell, gril, V, 492 
grian, gravier, sable de grève, III, 

92; V, 245. 
grian, soleil, IV, 143, 267 ; V, 

3)9- 
grith, cri, III, 34, 56. 
gual, charbon, VI, 24. 
guala, épaule, III, 51. 
gude, prière, III, 325. 
gudi, les prières, III, 325. 
gudomain, guidemain, guifettes 

noires, sorcières, I, 36, 37. 
Guibhsech, III, 188. 
guidid, il prie, II, 143. 
guidim, je prie, VI, 94, 95. 
guin, blessure, III, 326. 
gulbha, bec, I, 365. 
gus, désir, III, 38. 
-gus, III, 187. 
Guthard, « a la voix haute », I, 

260. 
hâue, hua, ua, petit-fils, II, 196, 

327 ; V, 346, 347. 



XXX 



Table des principaux mots étudies 



Hérinn, à l'Irlande; l'Irlande (ace), 

II, 196, m, 87. 
Hériu, Irlande II, 196; 111, 87. 
Hermichel, VI, 572. 
hetho, hetha, du blé, II, 449. 
himide-haimide, crible, IV, 173. 
hona, huna, des I, 157. 
huâir, hùar, uàir, heure, II, 418, 

451. 
huaraib, quelquefois, II, 451. 
huile, tout, II, 196. 
huilliu, plus, III, 88. 
Hv, I, 12. 

-iadai, il se ferme, VI, 284. 
iar, après, III, 89. 
lar, VI, 284. 

iarair, rechercher, VI, 289. 
iarfaigim, je demande, III, 34. 
iarmafoich, il cherche, VI, 281. 
iarmut, après toi, I, 157. 
iarnbélre, iarmbélre, mot inusité, 

II, 326, 334. 
iartaige, conséquence, résultat, \ , 

245. 
iasc, iasg, poisson,], 99, 479; II, 

450. 
ibid, il boit; buvez, III, 332, 334. 
ibim, je bois, I, 98 : II, 322. 
ic, icc, santé, salut, I, 81 ; V, 

245 ; VI, 483. 
iccaim, je guéris, V, 245. 
iccim, je vais, VI, 335. 
iccthe, sauvé, IV, 483. 
-id, noms d'agents, V, 466. 
-id-, lui, I, 91. 
ifern, enfer, III, 1 1 1 . 
il, nombreux, II, 322, 409; III, 

88. 
ilach, péan, I, 370. 
ilar, multitude, II, 322. 
Ilgàirig, VI, i8(S. 
Illan, VI, 208. 

ilmucach, qui a beaucoup de pour- 
ceaux, VI, 233. 
imb, beurre, I, 91 ; IV, 264; V, 

465. 
imb, imm, autour, III, 335; v, 

465; VI, 297.^ 
imbass forosna, V, 73. 
imbliu, nombril, II, 142 ; III, 

33; V, 465. 
imbrâdud, pensée, III, iiè. 



Imchath, V, 376. 
imdis, très faible, V, 128. 
imluadi, il agite, II, 323. 
imm-, VI, 324. 

immairic, il a été dirigé, il se rap- 
porte, I, 84. 
immalle, ensemble, VI, 336. 
immar, comme, V, 377. 
immamius, péché, I, 156. 
imm-com-arc-, demander, VI, 371. 
imme-, imm-, VI, 152, 153. 
immechoimairsed, qui demandât, 

immerumediar, il a péché, I, 156. 
immi, autour, VI, 280. 
immimgabaim, j'évite, VI, 292. 
immindairc, il se rapporte à lui, I, 

506. 
immonetir, mutuellement, VI, 

169. 
imneda, tribulations, III, 324. 
impe, autour d'elle, V, 465. 
impesse, assiégé, I, IJ9. 
impsuide, siège, I, 159. 
imputh, anastrophe, II, 328. 
imrâidim, je pense à, je me rap- 
pelle, 1,76; m, 275. 
imram, vovage, III, 346. 
imroimser : na — , ne pèche pas, 1, 

153, 156. 
in, dans, I, lOi ; V, 261 ; VI, 130. 
in, dans lequel, VI, 134, 317. 
-in, nous, I, 214. 
inbher, embouchure, IV, 342. 
in biucc, un peu, III, 323. 
inchinn, cervelle, II, 118 ; III, 86. 
in chomimmaircid, « consequen- 

ter », I, 76. 
incoisged, indiquer, II, 432. 
ind, en lui, I, 153. 
ind-, I, 33) ; V, 465. 
ind-, inn-, in-, est-ce que, si, VI, 

1 30, 134, 310, 318. 
indà, mdaas, qu'il est, V, 462, 

465. 
Indae, VI, 205. 
indeolid, gratis, IV, 341. 
indeonad, endroits pour cuire, I, 

)4- 
indile, augmentation, troupeau, 

IV, 342. 



aux tomes I-Vl 



XXXI 



indiu, aujourd'hui, II, 213: V, 

indlach, interruption, division, III, 

98. 
indorus, à la porte ; devant, \ I, 

104. 
ind-saml-, imiter, VI, 145. 
infechtso, maintenant, 11,425. 
inge, inga, gén. ingen, ongle, II, 

142, 191, 192, 277 ; III, 35, 

87:V,465. 
ingchis, encens, V, 494. 
ingen-for-méraib, « ongle sur 

doigts )), branche cadette, VI, 

207. 
ingor, ancre, V, 465. 
inid, mardi gras, V, 490. 
inis, île, I, 99; II, 207, 424. 
Inis Bô Finne, VI, 238, 245. 
Inis Cathaigh, VI, 258. 
Inis Fàil, VI, 201, 369. 
Inis na mBeô, VI, 203. 
inna, de la ; des, I, 154 ; \', 465, 

465. 
inneidhim, je déclare, je mani- 
feste, V, J170. 
inneuth, « operio », V, 470. 
innocht, cette nuit, II, 213 ; V, 

125. 
inniiair, alors, IV, 329. 
innuraid, l'année dernière, II, 322, 

409. 
inreith, il attaque, I, 1 59. 
insce, discours, VI, 325. 
int, ind, in, le, I, 154: V, 321, 

461. 
in tan, quand, III, 324. 
inte, en elle, V, 463. 
intonnaigim, j'inonde, III, 3g. 
lona, I, 12 ; III, 50^ 
-ior-, il frappera, VI, 95, 371. 
-iorr-, il frappera, VI, 372. 
ire, ultérieur, II, 195, 322, 340. 
irmith, que vous jugiez, VI, 156, 

157- 
irr, tu frapperas, VI, 372. 
is, il est, c'est, III, 332 ; VI, 130, 

517, 318. 
is, au dessous, II, 431. 
is, hisel, bas, II, 431. 
isna, isnaib, dans les, V, 463. 
issed, c'est, VI, 317. 



issint, issind, issin ; issin n-, dans 

le, V, 463. 
it, dans ton, V, 462. 
itar, entre, II, 206. 
ith, blé, I, 96 ; II, 322 ; IV, 342 ; 

VI, 254. 
ith, gras, II, 326, 409. 
itharnae, torche, II, 326. 
ithanar, vorace, II, 142. 
ithim, je mange, II, 322. 
-ithir, comparatif, I, 157, 
ithlann, cour de ferme, aire, VI, 

4). 
Ithôn, V, 401. 
lugaine Môr, VI, 205. 
-iurad, « factum est », V, 119; VI, 

96, 191. 
iuras, qui fit, VI, 191, 192. 
iurthund, il nous tuera, VI, 372. 
la, avec, I, 82. 

làa, lae, jour, III, 294 ; VI, 108. 
là Beltene, fête de mai, IV, 193. 
Labrad, VI, 216, 230, 244, 248, 

256, 259. 
labrai, il disait, V, 349. 
-lach, collectifs, VI, 316. 
lacht, lait, II, 142. 
Lag na Muice Duibhe, VI, 255. 
Laigen, II, 92. 
laigiu, lugu, plus petit, II, 277; 

III, 331 ; VI, 488, 489. 
Laigne, VI, 207. 
làim, la main (ace); à la main, III, 

324. 
laine, joie, I, 99 ; III, 86. 
lâin mara, marée, haute mer, I, 

216. 
laithe, jour, VI, 108. 
laithiu, au jour, VI, 108. 
lâm, lâmh, main ; protection, ga- 
rantie, II, 92, 109, 323, 326; 

III, 88, 324; V, 467; VI, 200, 

201, 205, 208, 232. 
lamae, de la main, III, 324. 
lân, plein, I, 216; II, 323 ; III, 

43 ; VI, 132. 
lâne, plénitude, II, 117. 
lanmar, plein, II, 142. 
lann, terre, église, V, 469. 
lann, couverture, III, 182. 
lào, lôho, au jour, VI, 108. 



XXXII 



Table des principaux mots étudiés 



lâr, sol, II, 142, 323, 344; IV, 

3 5^- 

lassar, flamme, V, 359. 

lâth, rut, 11,326, 409. 

leachta, lits, IV, 119. 

leanamhain, action de suivre, III, 
31. 

Lebar Brecc, \ I, 404, 405. 

lecân, petite pierre, II, 325. 

lecc, pierre plate, II, 325. 

lecco, leconn, joue, I, 74. 

legaim, leghaim, je fonds, je pé- 
ris, II, 428 ; VI, 316. 

légim, je lis, V, 246. 

leighim, je fonds, I, 554. 

léir, industrieux, V, 468. 

leith, un (d'une paire), VI, 211. 

lemuith? V, 467. 

lén, douceur, faiblesse, V, 376. 

lén, douleur, V, 246. 

lend, « licamen », V, 469. 

lenn, manteau, II, 326. 

lerrith, « auceps », V, 468. 

lesc, paresseux, lent, II, 442. 

leth, côté, III, 330. 

Letha, Armorique, VI, 551, 509. 

lethan, large, II, 325. 

lethe, largeur, VI, 296. 

li, couleur, II, 525. 

lia, plus nombreux, II, 322. 

liach, lamentable, II, 326. 

liath, gris, II, 326. 

Liath Mâcha, I, 50, 51. 

liberna, galères, IV, 337. 

lige, lit, I, 76. 

lighim, je lèche, II, 192. 

Liguir, la Loire ? VI, 192. 

Lihigiel, VI, 372 . 

lind, linn, eau, étang, II, 3, 523. 

line, hémistiche, VI, 346. 

Honn, liqueur, V, 469. 

lios, maison, I, 100. 

Lir, II, 287. 

lis, cour, I, 100. 

Lis Badhbha, I, 37, 501. 

Hth, pierre ? III, 36. 

lobri, maladies, II, 117. 

loch, lac, III, 131. 

lôcharn, lumière, II, 143. 

Loch Bô Finne, VI, 226, 245. 

Loch Crotta Cliach, VI, 237. 

lochdaigim, je blâme, I, 80. 



loche, éclair, III, 32, 327. 

Loch Gamhna, VI, 244. 

Loch Guirr, IV, 185, 186, 188, 

192, 269. 
Lochlannaigh, VI, 244. 
Loch na Cruitearadh, VI, 256. 
Loch na mban fionn, VI, 231. 
Loch Tréna, VI, 237, 256. 
Loegaire, Loeguire, Learv, III, 

478; VI, 230. 
lôg einig, « prix de l'honneur », 

11,411. 
loit, couverture, IV, 343. 
loman, corde, II, 449. 
loman, « spiras », II, 449. 
Lomchu, III, 109, 190. 
Lommân, III, 189. 
Ion, merle, III, 189. 
Lonachel, VI, 372. 
Lonân, « petit merle », III, 189. 
Lon Buidhe, VI, 225. 
Ion gaile, « oiseau de vaillance » ? 

I, )0-)2. 

lon laith, k oiseau de vaillance » ? 

I, 51, 52. 
long, navire ; maison, VI, 172. 
Lorcan, I, 30. 
losc, aveugle, VI, 334. 
loscad, brùlement, I, 102; II, 

145- 
lu, petit, I, 256 : VI, 321. 
luacharn, lampe, I, 221. 
Luagni, II, 92. 

luaith, cendres, II, 326, 327, 409. 
Luaithro, VI, 255. 
luam, pilote, II, 323. 
liian-laith, « oiseau de vaillance » ? 

luascad, bercement, I\ , 332. 

luascan, berceau, IV, 332. 

luath, rapide, II, 325, 327; III, 
36. 

luch, souris, III, 89. 

luchorpân, lucrupan, lucharban, 
luracân, lupracân, nain fantas- 
tique, I, 256, 257. 

luchuirp, nains, I, 256, 257. 

Lucrith, VI, 398. 

Lug, VI, 206, 208, 210, 211, 217, 
232, 244, 259, 488. 

lugha, plus petit, II, 322. 

Lugith, VI, 484. 



aux tomes l-Yl 



XXXIII 



luid, il alla, I, 74. 
luprachân, nain fantastique, VI, 
177, 180; VI, 211, 220, 222, 
247, 251, 259. 
lus, herbe, I, 217. 
màa, môa, plus grand, III, 267, 

268. 
mac, ma.cc, fils, I, 490; II, 191, 
196, 411 ; III, 38, 89 ; IV, 
281. 
macamh, garçon, III, 38. 
Mac Beg, VI, 211, 232, 247, 253. 
Maccbethu, III, 191. 
Mac Datho, VI, 236. 
Mâcha, I, 53-37, 40, 41, 56; VI, 

253,405. 
Mâcha Mongruadh, I, 54. 
Mac Mathgamhna, « fils de l'ours », 

VI,. 216. 
Mac Ôc, Mac Ôg, VI, 208, 211, 

217,227, 257, 241,244, 259. 
mac tire fionn, loup blanc, VI, 234, 

243. 249, 252. 
madach, vain, III, 39. 
Madadhân, petit chien, III, 189. 
maddadh, chien, III, 189. 
madra bàn bacach le chien blanc, 

boiteux, VI, 252. 
madradh, chien, VI, 256. 
madu ruin, quant au mystère ; 
maddu stoir, quant à Thistoire, I, 
156. 
mael, tondu, chauve; serviteur, 

III, 189, 190. 
Maelbrigte, Mael Brighde, « servi- 
teur de Brigite », I, 262 ; III, 
190. 
Maeldùin, III, 189. 
Mael-Lomchon, III, 190. 
Mael-Maire, Maelmuire, « serviteur 

de Marie », I, 264 ; III, 190. 
Mael-Martain, « serviteur de Mar- 
tin », V, 136. 
Maelpâtric, « serviteur de Patrice », 

I, 343; III, 189. 
mag, mach, plaine, III, 330. 
Mag Clochair, « champ de pierres » , 

VI, 269. 
Magh Mucroimhe, VI, 230. 
Maghnus, VI, 246. 
Mâghnus Carrach, VI, 210, 211, 
243. 



Mâghnus Mac O Neill, VI, 242. 

Mag Itha, VI, 205. 

Mag Tuirid, VI, 205. 

maicc, micc, fils ! III, 323 ; du fils, 

IV, 281. 
mâile, calvitie, II, 117. 
maille, lenteur, II, 441. 
niair, celui qui garde, IV, 29. 
Mire, Mure, Marie, II, 114; III, 

190. 
mairn, garde, IV, 29. 
maith, bon, III, 36. 
maith-, mad-, bien, VI, 292, 293. 
mail, lent, II, 441, 
malle, ensemble, VI, 297, 336. 
mân, main, VI, 208. 
Manandân, Manannân mac Lir, 

II, 92 ; IV, 177, 180; VI, 203, 
205, 207, 209-211, 217, 226, 
227, 233, 249, 259. 

mang, faon, III, 38. 

-maoid, fe pers. pi. indic. prés., 

111,37. 
mar, comme, \ , 377; VI, 304. 
màr, môr, grand, I, 343 ; II, 449 ; 

III, 268; VI, 319. 

mârach, bârach, matin, II, 193 ; 

VI, 30. 

marb, mort, I, 216. 
marc, cheval, I, 343. 
Marcach, VI, 207, 211, 228, 233. 
Martan, Martin, V, 136. 
matall, manteau, V, 491. 
mâthair, mère, II, 7; III, 31. 
mâthair uisge, eau-mère, source, 

II, 8. 
màthar, delà mère, III, 327. 
mathirse, mon père, I, 152. 
meanbh, très petit, VI, 373. 
meann, chevreau, V, 223. 
measg, milieu, I, 99. 
measgadh, mélange, I, 99. 
med, hvdromd, V, 257. 
Medb, Vl, 257. 
medg, petit-lait, IV, 533. 
medon, milieu, VI, 325. 
-mem, superlatifs, I, 157. 
membligim, « scato », V, 467. 
menicc, nombreux, V, 247. 
menmaigim, je trise, VI, 373. 
menmain, à l'esprit, III, 330. 
menman, de l'esprit, III, 330. 



Reitie Celtique, XXIX. 



Tabhs ihs principaux mots étudiés 



mennie, mcnma, esprit, III, 3 50. 

merbigim, « prurio », I, 59. 

mess, jugement, I, 78. 

messe, moi, VI, 315. 

miad, faste, IV, 340. 

Michel, VI, 372. 

mid-, milieu, V, 257. 

Mider, VI, 227. 

midiur, je pense, I, 78. 

mile, mille, III, 34, 35. 

Miieadh, VI, 597. 

min, petit, III, 38. 

minchasc, petite Pàque, III, 38. 

mincethra, menu bétail, III, 38. 

mind, diadème, V, 559, 466. 

mir, morceau, VI, 368. 

Mirachel, VI, 372. 

-mit, ire pers. pi. indic. prés., III, 

37- 
mlacht, lait, II, 142. 
mlicht, blicht, lait, V, 467. 
-mm-, moi; mon, VI, 284, 314, 

315- 
mnà, de la femme ; les femmes, 

11,491; III, 324; VI, 325. 
mnà fionna, dames blanches, \ I, 

219, 231. 
mô, main, \ I, 208. 
Mochuta, VI, 384. 
mocoll, maille d'un filet, V, 247. 
mocu, maccu, garçon, II, 191, 

196. 
mo de broth, jugement de mon 

Dieu, VI, 266. 
Modhorn, Modharn, II, 7. 
mogai, les esclaves, III, 326. 
moge, des esclaves, III, 327. 
môidea, qu'il se glorifie, III, 334. 
moimradudsa, ma pensée, VI, 

515- 
moin, montagne, I, 94. 
moir, grand, I, 78. 
moith, mou, I, 83. 
molad, louange, III, 326. 
molatha, molotha, loue ! V, 349. 
molmae, loué, V, 349. 
Mongàn, VI, 211, 238. 
Mongfind, I, 54. 
mora, de la mer ; les mers, III, 

526. 
moral, môrilach, grand, énorme, 

11, 449- 



Morrigan, Morrigu, I, 53-57> 39- 
41, 44-51, 53-56; VI, 255. 

môsach, sale, Vl, 381. 

mrug, brug, pays, IV, 555; V, 
121,467. 

mu, mo, mon, I, 89. 

Mucais, VI, 216. 

mucca, cochons, II, 92. 

Mucholmoc, II, 114. 

Mucinis, Irlande, VI, 232. 

mug, esclave, serviteur, II, 411 ; 

111,38, 326; V, 223, 339; VI, 

30. 

mugu, les esclaves (ace), III, 327. 
muide, baratte, IV, 343. 
muilend, moulin, V, 247. 
Muilleann Leprachdn, IV, 180. 
muin, amour, V, 248. 
muin, dos, cou, III, 187. 
muinbrec, au cou coloré, V, 591. 
muinél, cou, IV, 337 ; VI, 325. 
Mûinim ? VI, 274. 
muir, mer ; par, dans la mer, I, 

263 ; III, 189, 326. 
Muircheartach Muircheartach, III, 

189 ; VI, 239. 
Muiredach, « marin », I, 263, 264. 
Muirgheal, « mer brillante », III, 

189. 
muisse, la mienne, VI, 315. 
muUéoir, meunier, V, 248. 
Mumain, VI, 208. 
mûr, rempart, V, 359. 
Mur na Morrigna, I, 55. 
Murni Muncaim, II, 92. 
murnin, fillette, II, 92. 
-n-, que, VI, 314, 315, 321. 
nâ, ne pas, VI, 130. 
nadrochrad, qui n'a pas été aimé, 

VI, 305- 
namban, des femmes, III, 324. 
nasad, sanction, VI, 165, 172. 
nasc, anneau, V, 223. 
nascarad, qu'il ne sépare pas, 

VI, 310. 
nascim, je lie, V, 223. 
nate, non, I, 75- 
nath, sorte de poème, III, 36. 
nathar, de nous, V, 231, 496. 
neamhain, gemme, perle, II, 6. 
nech, quelqu'un, VI, 316. 



aux tomes I-\'I 



XXXV 



neclu, nicCf, II, 324, 410, 422; 

IV, 543- 
ncimh, niamh, clarté, splendeur ; 

honneur, dignité, II, 6. 
neimheach, brillant, II, 6. 
Neit, Neid, I, 55, 36. 
nem, neamh, ciel, I, 92, 93 : II, 

S, 6; III, 350: IV, 55; V, 

487. 
ném, onyx, II, 6. 
Neman, Xeamhan, Xemon, I, 53-« 

36, 41-44, 56. 
nemde, neamdha, céleste, II, 5 ; 

IV, 33- 
nemed, nemeth, sanctuaire, cha- 

pelle, II, 5; III, 324; IV, 33. 
nemed, neimheadh, personne éle- 
vée en dignité, chef, noble, poète, 

11,6. 
Xemh, II, 6, 7. 
nemthes, dignité, VI, 170. 
nemthiu, privilèges, VI, 170. 
nephchomtetarrachti, incompré- 
hensibles, I, 78, 155, 156. 
nert, force ; vertus, I, 344 ; III, 

324- 
nett, nid, II, 334. 
ni, nous, III, 321 ; VI, 86. 
ni, chose; ce que, VI, 318. 
ni, ne pas, VI, 130, 315. 
niae, neveu, II, 324; III, 88. 
Niall, I, 57; III, 187, 189. 
nibadimicthese, je ne suis pas à 

mépriser, IV, 315. 
ni béraso, tu ne supporteras pas, 

m, 335- 
ni bh-fuil, ni'l, ni fuil, il n y a 

pas, V, 361, 394, 395. 
nibtà, n'est pas à nous, VI, 86, 

87, 89. 
ni chair, il naime pas, \, 252. 
ni conchechrat, ils n'aimeront pas, 

V, 252. 

ni de iniamladarsom, « non dissi- 
mulât », VI, 143, 323. 
ni foindarpaide, « (non) subjecit », 

VI, 156, 323. 
nime, du ciel, II, 5, 6. 
nin, ciel, IV, 334. 

ni riat, qu'ils ne donnent, qu'ils ne 
vendent pas, III, 333 ; VI, 96. 
nittâ, n'est pas à toi, VI, 86. 



niurt, par la force, III, 324. 

-nn-, nous, VI, 314. 

no, navire, VI, 49. 

no-, nu-, préfixe verbal, IV, 336 ; 

VI, 86, 130, 278, 281. 
no chara, il aime, III, 333. 
no charu, j'aime, III, 333. 
nodarbene, nous aurons, IV, 536. 
nodénim, je fais, VI, 159. 
nogigius, je prierai, VI, 95. 
nôidiu, naoidhe, enfant, III, 31. 
noi n-, neuf, III, 331. 
Noindruimm, IIl, 187. 
nom choimmdiu côinia, que le 
Seigneur me protège, VI, 139, 
278, 281, 312. 
nonanich, il nous protège, V, 

469. 
nonbur, neuf personnes, VI, i6q. 
nonmoidemni, nous nous louons, 

VI, 86. 
notbeir, il t'apporte, VI, 314. 
notlaic, nollog, Noël, V, 493. 
Xuada Airgedlamh, I, 36 ; VI, 

205, 207, 208, 369. 
nue, nouveau, III, 87. 
o, ua, de, III, 335. 
6, ua, petit-fils, descendant, II, 

196, 327 ; III, 88. Voir hàue. 
ôa, plus jeune, II, 425. 
ôac, ôoc, ôc, ôg, aig, jeune, II, 
426 ; III, 1 30 ; V, 347, 492 ; VI, 
3 14, -3 70. 
obbad, refus, V, 468. 
occo, chez lui, VI, 51. 
occus, près, II, 190. 
ocht n-, huit, III, 331. 
ocubèther, il sera touché, VI, 312. 
odb, « obex », V, 468. 
odbrann, talon, II, 525. 
Odornatan, VI, 255. 
Odras, VI, 255. 
oech, ennemi, II, 113, 325. 
oenaig, jouissanee, II, 385. 
Oengus, Aengus cèle Dé, V, 343, 
345, 358; VI, 97, 201, 204, 
207, 209, 211, 227, 228, 230, 
233>239, 249,259, 368. 
Og, plénitude, tout, VI, 164, 169. 
Ogma, VI, 211, 259, 369, 370. 
oi, brebis, III, 461. 
oigtech, hôtellerie, VI, 278. 



XXXVI 



Table des prhicipakx-mots étudiés 



Oilell, VI, 205, 208. 

ôin. ôen, un, VI, 516, 598. 

ôindid. une fois, III, 325. 

oircnin, petit pourceau, II, 522. 

Oisin, Ossin, « faon ». II, 86 ; IV, 
180; V, 84, 85, 87, 88, 90, 
91 ; VI, 185, 186, 205, 249, 
,253, 256, 259. 

cl, dit-il, VI, 285. 

ôU boire, boisson. II, 523, 409. 

ol adconrôtaig, « quod adstcueret», 
VI, 159, 325. 

olc, mauvais, mal, I, 77. 

Olcâin, II, 332. 

oll, grand, II, 410. 

ollamh, chef des poètes, III, 31, 
52. 

ollphiast, serpent, VI, 2)5. 

olmucach, qui a beaucoup de pour- 
ceaux, VI, 233. 

Olum, VI, 205. 

onchù, léopard, bannière, V, 400, 
401. 

O Neill, VI, 222, 224. 

onmit, sot, II, 489. 

onnurid, de l'année dernière, II, 
322. 

or, dit-il, VI, 283. 

ôr, heure, III, 323, 524. 

or, or, V, 559. 

-or-, nous, IV, 336. 

orc, porc, II, 322, 334. 

ôre, ûare, parce que, III, 324. 

O Regan, VI, .213. 

orgim, je frappe, VI, 95, 371. 

orr, il frappera. VI, 95, 371. 

osnad, soupir, I, 134. 

ossar, plus jeune, II, 326. 

-p-, il fut, VI, 315. 

paadh, soif, III, 35. 

Pâistin Cùlcarrach, VI, 210, 211. 

Panachel, VI, 372. 

parn, baleine, II, 410. 

Partolanus, VI, 223. 

Patrie, III, 190. 

patu, lièvre, II, 410. 

peannas, peanas, punition, V, 491. 

pell, cheval, II, 410. 

pennit, peannuid, pénitence, V, 
491. 

pes, bourse, III, 99, 512. 

pethar, de la sœur, III, 35. 



poc, coup, paralysie ; poc on 
spéur, poc aeridheacht, poc 
Aos-'Ain, (coup du ciel, coup 
de l'air, coup des nobles, des 
nains), paralysie, IV, 178, 179. 

poc, pog, baiser, V, 143. 

pogaim, je baise, VI, 44. 

poi, pied, II, 410. 

poolire, tablettes à écrire, VI, 31. 

popp, grappe, III. 100. 

Potachdn na luaithre, VI, 242. 

predchibid, il prêchera, III, 334. 

primberlai, principales langues, 
VI, 170. 

proind, repas, V, 490. 

pruU ! interjection marquant l'in- 
tensité, II, 410. 

puball, tente, V, 491. 

pûdar, mal, erreur, III, 278. 

putte, « cunnus », II, 339. 

-ràdiu, -ràidiu, je dis, III, 55, 

355- 
Raghnall, II, 501. 
Raghnallach, II, 501. 
Raguel, VI, 372. 
raidim, ràidhim, je dis, I, 80 ; III, 

35- 
râin, bêche, IV, 166. 
rainne, de la part, V, 121. 
raith, il remarqua, II, 525. 
raith, il courut, VI, 17. 
rame, rama, rame, V, 248. 
rann, partie, part : strophe, I, 95 ; 

IV, 343 : VI. 346. 
rannaigheacht, mètre poétique, \ I, 

337, 545, 344. 
rap, « animal rapiens », II, 359. 
Raphiel, VI, 372. 
rasdal, râteau, V, 491. 
râth, râith, rempart de terre, III, 

127. 
Rath Loegaire, VI, 165, 172. 
reb. reabh, jeu, V, 260. 
rebrad, reabhradh, jeu, V, 260. 
rechte, les droits, III, 327. 
recles, cellule de reclus, II, 387 ; 

III, 276. 
rega, je viendrai, VI, 26. 
réid, uni, facile, II, 452. 
réid-rinnard, rinnard facile, VI, 

273. 
rcil, clairement, III, 35J. 



aux loDics \-\'l 



XXWH 



remi-, rem-, devant, II, 524 ; VI, 

152, 280, 3 12. 
remideci, il pourvoit ; tu pourvois, 

I, 79- 

ren, avant, II, 524, 452. 

renim, j'accorde, je vends, V, 378 ; 
VI, 96. 

reo, gelée, I, 368. 

rertatar, ils coururent, VI, 17. 

res, rêve, I, 261. 

rétglu, V, 359. 

retoric rhétorique, morceau poé- 
tique, V, 389, 590>479- 

reuth, gelée, II, 325. 

ri, roi, III, 328 ; V, 117. 

riam, avant lui, devant lui ; aupara- 
vant,. II, 524, 452. 

Riastartha, « le transformé », I, 
52. 

Ribeàrd, a' Chaim, IV, 195. 

riboit, ribaud, III, 277. 

riched, ciel, VI, 97, 100. 

richis, riches, charbon, IV, 245. 

Ridire an Oileàin Tuaidh, VI, 
238. 

Ridire an Spleadha, VI, 212. 

righ, poignet, avant-bras, VI, 
205, 245. 

Righ an Domhnaigh, VI, 229. 

Righ Mna Nuadat, VI, 259. 

rind, étoile, V, 339. 

rinn, monosyllabe, V, 264. 

rlnnard, sorte de mètre poétique, 
V, 353. 35), 556; VI, 273-276, 

278, 283, 285, 298. 
rinni, fins de vers, VI, 274. 
rith, course, I, 98. 

rithi, vénal, I, 159. 

rithim, mesure du vers, VI, 346. 

ro-, ru-, préfixe intensif et parti- 
cule verbale perfective, II, 324, 
450 ;V, 248, 249,258; VI, 33, 
86, 150, 154, 155, 158, 278, 

279, 282, 315, 321-325, 328. 
roadbartaigestar, « fuerat adversa- 

tus », I, 76, 77. 
roadbartaigset, ils s'opposèrent, I, 

152. 
Roafritus, III, 399. 
roaitrummaigestar, il égala, I, 77. 
Robartach, I, 263, 264. 
robu, il fut, VI, 315. 



ro charus, j'ai aimé, III, 333 ; VI, 

278. 
rochinset, ils sont sortis de, II, 

329, 350, 411. 
rocomallada, elles furent remplies, 

I, 81. 
rocomallus, j'ai rempli, I, 82. 
rofo-, rô-, VI, 155. 
rogabus, je suis, VI, 518. 
rogaid, il demanda, I, 77. 
roiccim, je viens, VI, 335. 
rôid, course, III, 35. 
roKn, il remplit, II, 323. 
romsôirsa, il me sauva, VI, 86, 

89, 315. 
rôn, phoque, II, 452. 
rondndie, tu le supplierais, VI, 

283. 
rop, « animal rumpens », II, 339. 
rop, ropo, il fut, VI, 315. 
rorlaithea, ils furent jetés, VI, 

264, 26). 
Ros Ailithir, VI, 406. 
roscadaib, aux commentaires, VI, 

165, 170. 
roscosmailigestar, il les assimila, 

I, 78. 
roscribais, que tu as écrit, I, 83. 
roshéna dia, Dieu vous bénisse, 

III, 85, 512. 
rosualt, monstre marin, I, 258. 
rouie, il porta, VI, 18. 
ruadh, fort, vaillant, III, 32. 
Ruad Rôfhesa, « seigneur de la 

grande connaissance », VI, 208, 

369. 
ruainne, cheveu, III, 58. 
rucad, il fut porté, II, 490, 491. 
ruclé, très brillant, II, 450. 
rud, bois, III, 32, 152. 
ruidgal, très purement, II, 450. 
ruire, seigneur, III, 328. 
Rumel, VI, 372. 
rùn, secret, III, 324. 
rurech, du se gneur, III, 328. 
rusmadaigset, « se frustrarunt », 

III, 39. 
-s-, eux, VI, 296. 
-sa, particule augmentative de la 

ire pers. sing., VI, 86. 
sabh, salive, II, 439. 
Sabhrann, II, 439. 



XXXVIII 



Table des principaux mois étudiés 



Sabildanach, VI, 208. 

sacardd, sagart, prêtre, V, 491, 

i 494- 

saegul, saoghal, siècle, vie, V, 493. 

sai, sui, 2:én. suad, savant, sage, 
II, 328^ III, 88. 

sai, tunique, VI, 521. 

saidsi, il la fixa, I, 74. 

saigde, flèches, traits, III, 276. 

saigim, je vais à, II, 145. 

saile, salonn, sel, II, 441. 

saile, salive, V, 495. 

sainredach, particulier. VI, 164, 
169. 

Saithne, VI, 207. 

salach, sale, IV, 546. 

Sâlfliada, « au long talon », VI, 
212, 249. 

Sâlmhôr, « au grand talon », VI, 
212, 249. 

Saltair na rann, « le psautier de 
strophes », VI, 96, 97. 

sam, soleil, été, II, 143. 

samaigim, je place, III, 35. 

samal, samhail, samhuil, sem- 
blable, 1, 95; II, 452; m, 38. 

Samhain, fête païenne à la Tous- 
saint, I, 54. 

samlid, ainsi, II, 452 : III, 326. 

San, le, VI, 321. 

San, le; lequel, V, 461, 462 ; VI, 
130, 317. 

sant, désir, IV, 341. 

Sarachel, VI. 372. 

Sariel, VI, 372. 

Sarmichiel, VI, 372. 

Saul, de Saùl, I, 74. 

scâil, ombre, IV, 336. 

scarad, séparation, II, 92. 

scaramhain, séparation, III. 31, 
152. 

scâth, ombre, IV, 328. 

scél, récit, VI, 49, 324. 

sceo, aussi, VI, 49. 

-scert, partie, V, 253. 

sciath, épaule, V, 249. 

sciath, bouclier, V, 249. 

scipar, poivre, II, 410. 

scôig, cou, IV, 334. 

scor, dételer; enclos ; tente ; mul- 
titude, V, 249. 



-se, -si, participe passif, I, 159, 

160. 
seabhag, faucon, V. 495. 
seachraith, seachraid, ordure, III, 

54- 
Seachrân, \ I. 249. 
seacht sinnsir , sept générations 

d'ancêtres, VI, 219. 
seadna, mètre poétique, VI, 337- 

559- 542-544, 546. 

seagh, habileté, art, valeur, prix, 
estime, respect, IV, 12. 

seaghmar, habile, IV, 12. 

sealg, chasse, II, 425. 

seamrôg, trèfle, V, 549. 

Seân Beàrnach, VI, 228. 

Seàn Tincéiridhe, VI, 212. 

sech, sans, III, 34; VI, 335. 

sech is, c'est-à-dire, I, 75. 

sechmo-ell-, passer outre, man- 
quer de, VI, 152, 312. 

sechtarétsid, catéchumène, II, 
387. 

sechtmad. septième, II, 435. 

sechtmaine, semaine, I, 214; VI, 
231. 

sechtmoga, soixante-dix, II, 423. 

secht n-, sept, II, 337, 410, 422 ; 
m, 331: VI, 277, X. 

segh, bœuf sauvage, IV, 12. 

Segiel, VI, 372. 

selle, salive, II, 441. 

seir, talon, III, 100. 

selb, possession, V, 249. 

selg, rate, II, 324, 336. 

semmar, trèfle, V, 249. 

sen, faire du bruit, I, 102. 

sén, bénédiction, V, 492. 

Senàn, VI, 258. 

senchassa, antiquités, VI, 509. 

senchus, antiquité, V, 138. 

senm, son, I, 102. 

sénta, il bénit, VI, 35. 

seomar, seomra, chambre, ^ , 

494- 
serbi, amertume, II, 117. 
sercc, amour, II, 528, 355. 
sercid, celui qui aime, V, 466. 
série, soie, V, 250. 
sernim, je déclare, ^', 578. 
sesaimm, je me tiens debout, II, 

555- 



(iiix tomes l-Yl 



XXXIN 



sessam, scasamh, se tenir debout, 

m, 35- 

sét, bête à cornes, III, 562. 
sethar, fathar, de vous, V, 496. 
sethor, seathar. Dieu, V, 44. 
si, -si, -sib, vous, III, 531 ; IV, 

341 ; VI, 514. 
siair, (deux) sœurs, III, 327. 
side, sidhe, fée, déesse, IV, US4 ; 

^'' 73- 
Sidheôgaidhe, nains fantastiques, 

IV, 174, 178, 200. 

si'dhfir, nains fantastique?, IV, 174, 

178, 19), 289. 
-sidn-, lui, VI, 283, 284. 
Sid Xechtjin, VI, 244. 
sigen, signe, V, 249; M, 91, 92, 
silim, je dégoutte, je distille, II, 

441. 
sind, sin, in, le, I, 89 ; II, 205 ; V, 

256. 
sin, -là, V, 249, 250, 263, 3)3. 
sioda, soie, V, 494. 
siol, semence, III, 38. 
siolaim, je sème, III, 38. 
sion, digitale, II, 336. 
Sirlâmh, VI, 205. 
sithbeo, perpétuel, IV, 174. 
sithbùan, durable, IV, 174. 
sithlaim, je filtre, VI, 93. 
Siubhan, Judith, V, 493. 
siur, siuur, fiur, sœur, III, 327 ; 

V, 347> 3.78; VI,^ 514. 
slaidim, je trappe, \ , 240. 
slaod, traîneau, IV, 335. 

Slat a" Cheannaidhe, le baudrier 
d'Orion, VI, 221. 

slcmon, slemain, uni, IV, 350. 

sliab, sleb, montagne, I, 78 ; III, 
450; V, 559. 

Sliabh na mban fionn, IV, 181. 

slige, chemin, III, 328; VI, 278. 

sligeda, les chemins (ace), III, 
V8. 

sligid, le chemin (ace); les che- 
mins ; (deux) chemins, III, 328. 

slôg, troupe, VI, 316. 

Slûagh Cille, les gens du cimetière, 
nains fantastiques, IV, 178. 

Sliiagh na Marbh, les morts, nains 
fantastiques, ÏV, 178. 

Slûagh Sidhe, nains fantastiques. 



IV, 174, 175, 177, 178; VI, 

231. 
Slûagh Sidhe Thûata Dé Danann, 

IV, 177, 180. 
sluces, (comme) il recouvre, I, 153. 
smigeadh, le sourire. III, 35. 
smuairean, chagrin, abattement, 

II, 125. 
snâdud, protéger, III, 100. 
so, sa, se, seo, siu, -ci, V, 250, 

263. 
sô, retourner, II, 328, 529; III, 

88. 
socht, silence, II, 410. 
sod, chienne, II, 490. 
sod maie tire, louve, II, 490. 
solus, clair, II, 143. 
som, lui, I, 91. 
son, voix, son, I, 59, 102. 
sonartai, fermeté, II, 117. 
sorchaighim, je déclare, V, 470, 
soreid, facile, V, 578, 379. 
sortugim, « operio », V, 470. 
Sotal, VI, 249. 
sothe, les fœtus, III, 327. 
soud, « conversio », III, 100. 
spcl, une faux, II, 411. 
speur, spéir, ciel, III, 35. 
spiurt, esprit, I, 83. 
sporàn na scillingce, la bourse qui 

contient toujours un schelling, 

IV, 180. 
spréd, étincelle, II, 336. 
spreite, dispersé, II, 336,411. 
srât, srâid, rue, V, 250. 
srath, rive, II, 190; III, 36, 87. 
srathar, bat, V, 490. 
Sreng, VI, 205. 
srian, frein, II, 337. 
srol, sroll, satin, V, 250. 
srôn, nez, I, 215 ; II, 335, 425, 
sruith, ancien, III, 100. 
sruth, cours d'eau, torrent, II, 

335, 356,425- , 
staighre, pas, degré, III, 35. 
stân, étain, V, 492. 
stoir, histoire, V, 492. 
Stichiel, VI, 372. 
struth, autruche, IV, 545. 
su-, so-, bien, V, 117. 
Sualtam, VI, 208. 
suan, sommeil, II, 324. 



XI. 



Table des prïucipaux mois étudiés 



siianem, corde, V, 250, 251. 
sùanemuin, cordes, 11, 491. 
subh, suc, 11, 459. 
siibh, baie, fruit, V, 127. 
sugach, joveux, heureux, IV, 14. 
Suidheân na Mnà Finge, IV, 182. 
Suidhe Finn, VI, 256. 
suidhim, je suis assis, III, 59. 
suidigim, suidiughaim, je place, 

ni, 39- 

suifi, il tournera, 111, 100, 512. 
sûil, œil, II, 143 ; 111, 228, 325 ; 

(deux) yeux, 111, 326. 
sùil n-, œil (ace), III, 325. 
sùle, des yeux, III, 326. 
sûli, les yeux, III, 326. 
sûlib, aux veux, III, 326. 
Suir, 11, 439. 

suithe, science ; savant ? II, 328. 
Sumsagial, VI, 372. 
surnn, four, 11, 337. 
sust, bâton, 11, 337. 
sût, .sud, la-bas, V, 250. 
sutbesat ? V, 470. 
suth, fœtus, III, 327. 
-t, prétérit, 5e pers. sing., VI, 26, 

34, 35- 
-t-, toi; ton, VI, 86, 314. 
ta, il est, V, 462 ; VI, 150. 
tàbair, donne'! VI, 147, 148. 
tabliall, tablette, V, 491. 
tachtad. qui étrangle, II, 190. 
Tadhg, IV, 186, 194. 
tàid, voleur, II, 425. 
taidchricc, rachat, VI, 293. 
taidchur, tathchor, retour, V, 251. 
taige, de la maison, VI, 50. 
tailciud, doux, II, 451. 
tailni, fronde, V, 224. 
tàin, vol (de vaches), V, 71, 82. 
Tâia Bô Cùailnge, VI, 188, 189, 

191, 195, 200, 241, 243. 
tair, qu'il vienne, VI, 20. 
tair-, VI, 149. 
tairchantais, ils prophétisaient, VI, 

281, 296, 534. 
taircheltach, magique, 11, 450. 
taimgire, promesse, VI, 516. 
tairset, ils viendront, VI, 20. 
talam, terre, III, 530. 
talmaide, soudain, V, 224. 
tamh, repos, silence, II, 444. 



tamhanach, lent, stupide, II, 444. 

tanaidhe, mince, 1, 88. 

tar, tair, au delà, à travers, par 

dessus, 111, 59 ; VI, 278. 
tar-, dar-, V, 468. 
tar aési, pour, 1, 154. 
tarb, tarbh, taureau, II, 450; 111, 

325; IV, 274. 
tarbfes, « ièic du taureau », 1, 261. 
Tarbh Conri'gh, VI, 241. 
Tarbh Conrui, IV, 274. 
tarr, tar, ventre, IV, 334, 540 ; V, 

221 . 
tascar, tascur, société, compagnie, 

II, 445- 

té, brûlant, II, 324. 

teg, tech, maison, III, 530; VI, 

'50. 
teglach, famille, \ I, 316. 
teim, sombre, II, 444. 
teinm lôda, VI, 213. 
téis, il ira, 111, 333. 
teit, chaudes, III, 928. 
Temair, Temhair, II, 92 : V, 82 ; 

VI, 229. 
teme, obscurité, II, 444. 
temel, obscurité, 1, 89, 97 ; II, 

444. 
temen, sombre. II, 444. 
temnigtith, « munimen », V, 468. 
tendal, tison, VI, 277. 
tene, tened, feu, 1, 341 ; 11, 524 ; 

III, 286; V, 470 ; VI, 503, 

335- 
tenga, langue, III, 528. 
tenid, dans le feu, VI, 278. 
teo, dieu, I, 259. 
teoir, teora, trois, f.. Il, 141 ; 111, 

551; ^'. 347- 
teora n-, de trois, f., III, 351. 
terchomarc, église, assemblée, I, 

156. 
tercitla, prédictions, 11, 450. 
tes, chaleur, II, 324. 
tesbuith, manque, VI, 516. 
tesc, plat, IV, 533. 
tési, tu iras, III, 555. 
tess-, VI, 149. 

tessbanat, ils manquent, V, 128. 
tét, corde, 11, 411. 
Tethra, 11, 491 ; III, 152. 
-the, -thi, participe passif, 1, 159. 



(iiix tonus I-\'I 



XLI 



ihornther, qui est dùsignc, \'I, 
1)6, 157- 

-ti, qu'il vienne, II, 113. 

tiagait, ils vont, III, 532. 

tiagu, je vais, III, 35. 

tiamud, dieu, I, 259. 

tias, j'irai, III, 335. 

tig, à la maison, III, 330. 

tige, de la maison ; les maisons, 
des maisons, III, 330. 

tigerne, seigneur, I, 345. 

tigh, maison, III, 241. 

timm-, VI, 149. 

timmarte, resserré, I, 79. 

timmi, chaleur, I, 217. 

timpdn, instrument musical à 
cordes, II, 411. 

tind-, VI, 149. 

tinneas mûr Eôin Bâistidhe, 
la grande maladie de Saint Jean- 
Baptiste, l'épilepsie, IV, 179. 

tintûth, « versio », II, 328. 

Tipra Bô Finne, VI, 245. 

liprait, (deux) fontaines, III, 328. 

tire, les terres, III, 326. 

Tir nan Og, la terre de la jeu- 
nesse, VI, 227, 253. 

-tiu, noms abstraits, III, 330. 

tiug, tiugh, épais, I, 368 ; IV, 
424. 

to, tô, ton, I, 157. 

to-, tu-, t-, do-, du-, prép. et par- 
ticule verbale, I, 149-151 ; VI, 
145-148, 155, 320, 321, 323. 

tô, silencieux, II, 425. 

to-ad-bed-, montrer, VI, 149, 150. 

to-ad-ro-icc-, effectuer, VI, 150. 

lo-ad-ro-icc? to-air-icc-? apporter, 
citer, VI, 150. 

to-air-ber-, amener, mettre, VI , 
130. 

to-air-can-, prophétiser, VI, 1 50. 

to-aith-con-ang-, arriver, advenir, 
VI, 150. 

to-aith-con-ell-, accrocher, mettre 
de côté, VI, 150. 

to-aith-con-nag, répartir, VI, 150. 

to-aith-men-, faire mention, VI, 
150. 

Tobar na muice criona, VI, 
259. 



Tobar na ngealt, « le puits des 

lunatiques », I, 45. 
Tobar ua Seisrighe, VI, 237, 

256. 
tôbe, coupure, II, 427. 
to-con-org-, écraser, VI, 146. 
to-cur-, apposer, citer, inviter, VI, 

^47- 

todernam, punition, VI, 522. 

to-di-côd-, aller, venir, VI, 
142, 146. 

to-di-od-sech-, éveiller, VI, 147. 

todochide, futur, I, 160. 

to-dùrg-, exciter, séduire, VI, 148. 

to-ess-tâ, to-ess-bu-, manquer, VI, 
150. 

to-ét-, aller, VI, 150. 

toe-tar-rath, renfermer ? VI, 1 50. 

to-for-, do-for-, tôr- , tuar-, VI, 
149. 

to-tor-gab-, proférer, avancer, \I, 
149. 

to-for-mag-, ajouter, augmenter, 
VI, 149. 

to-gaith-, décevoir, VI, 146. 

to-gar-, appeler, VI, 146. 

togluasacth, avortement, II, 448. 

toglùaset, ils rejettent, II, 448. 

to-gu-, choisir, VI, 146. 

to-icc-, venir, VI, 151. 

toided, qu'il aille, VI, 276, 277. 

to-imra-org-, opprimer, restrein- 
dre, VI, 151. 

to-ind-nag-, répartir, VI, 151. 

to-ind-scan, commencer, VI, 151. 

to-ind-sô, traduire, VI, 151. 

toise, volonté, III, 32. 

tôisech, conducteur, VI, 511. 

tomaidm, « eruptio », V, 257. 

to-matli-, menacer, VI, 147. 

to-mel-, manger, VI, 146. 

to-mon-, penser, VI, 145, 146. 

tongad, jurer, IV, 261. 

tongim, je jure, V, 252, 253 ; VI, 

13)- 
tonnach, « undosus », III, 39. 

topp, vite, 11,411. 
tor, tour, V, 359. 
to-rat-, donner, VI, 147. 
to-rîm-, mentionner, VI, 146. 
to-ro-gab-, gratifier ; commettre, 
VI, 146. 



XLII 



Table des principaux mois étudiés 



torogart, il appela, VI, 281. 
to-ro-lâ-, mettre, poser, se pla- 
cer, VI, 156. 
tortromad, opression, II, 595. 
tosan, demeure, I, 74. 
to-scél-, apprendre, VI, 146. 
to-sech-, nourrir, VI, 147. 
to-tluch-, demander, VI, 146. 
to-to-fo-ét-, tomber, VI, 146. 
to-ucc-, apporter, citer, VI, 151. 
to-ucc-, comprendre, savoir, VI, 

151. 
traig, pied, II, 142 ; III, 529. 
Traighmhar, « au grand pied », 

VÎ, 249. 
trâth, heure (canonique) ; jour, 

VI, 108, 109. 
treabh, tribu, I, 216. 
trecatim, treaghdaim, je perce, V, 

469. 
tremi-, trem-. M, 152, 280, 312. 
treoruighim, je guide, I, 565. 
trethan, de la mer, III, 329. 
tri, à travers, par, III, 39. 
tri, gén. trin, trois, III, 351. 
triath, mer, III, 329. 
tripulta, « triplicatio »,II, 541. 
trisgataim, je perce, V, 469. 
trôcaire, miséricorde, I, 77 ; II, 

117. 
trôg, truag, misérable, I, 77. 
trôige, misère, II, 117. 
tromm, pesant, I, 77 ; II, 343. 
trosc, lèpre, II, 190. 
tuagh arc, VI, 392. 
tuag nime, arc-en-ciel, VI, 392. 
tuaithe, du peuple, III, 324. 
tuaith n-, peuple (ace), III, 324. 
tuar ceatha, arc-en-ciel, VI, 392. 
tuargaib, il lève, VI, 281. 
tûascert, nord, V, 253. 
tuath, peuple, gens, I, 259,453, 

454: III, 323 ; au peuple; des 

peuples, les peuples (ace), III, 

324. 
tuatha, les peuples, III, 524. 
Tuatha Dé Danann, I, 36, 37, 

40, 41 ; III, ^83; IV, 177, 179; 



VI, 201, 202, 204, 205, 259, 

515- 

tuathaib, aux peuples, III, 324. 

Tuathal, II, 331. 

tuathband, sorcellerie ? V, 479. 

tugim, je couvre, VI, 49. 

tuicse, choisi, élu, VI, 368. 

tuigim, je comprends, VI, 18. 

tuilsiter, ils dormirent, II, 120. 

Tuirbhi, VI, 212, 249. 

tuisel, chute, II, 409. 

tuitim, je tombe, II, 322,409. 

tùus, commandement, commence- 
ment, VI, 311. 

ûa, o, de, VI, 45. 

Uachongbail, IV, 337. 

uaim, allitération, V, 353, 554. 

Uaimh na Caorach Glaise, VI, 
226. 

uain, un prêt, VI, 18. 

uair, l'keure, IV, 466. 

uair, parce que, III, 324. 

uaitne, colonne, V, 359, 

uan, écume, II, 1 19. 

ûan, agneau, VI, 22. 

uasal, haut, II, 422, 442 ; na 
Uaisle, les nobles, nains fantas- 
tiques, IV, 178. 

uath, horreur, I, 457, 458. 

ud-, od-, IV, 337. 

ugail, \'eux, V, 494. 

uile, hiiile, tout, III, 88. 

uile, gén. uilenn, coude, avant- 
bras, VI, 205, 368. 369. 

uimir, nombre, IV, 337. 

Ulad, gens d'Ulster, VI, 207, 
369. 

ulfata, longue barbe, M, 212, 
369. 

umae, gén. humi, bronze, III, 87. 

-en, -on, nous, I, 214. 

ûr, feu, II, 327, 410. 

Ùr, mauvais, III, 278. 

uraid, l'année dernière, II, 195. 

Urel, VI, 372. 

urid, précédemment, III, 335. 

ûrphaisiu, cancer, II, 359. 

lit, ûd, là-bas, V, 250. 



aux tomes \-\\ 



XI. nr 



TH. GAÉLiauE d'Ecosse. 



(Voir II, 187: III, no; V, 497). 



airncag, prune, V, 274. 
aithnc, reconnaissance, VI, 320. 
altrach, celui qui nourrit, élève, I, 

220. 
anacriosd, antéchrist, V, 490. 
anam, âme, I, 90, 92. 
an t-, le, III, 484. 
ard, élevé, III, 23. 
bealaidh, genêt, I, 89. 
borh, borbhan, enfler, enflammer, 

IV, 7- 
buachaillean, bergers, I, 279. 
caochladh, échanger, VI, 324. 
caoir, écume avec des étincelles de 

feu, corn me dans la mer ora- 
geuse, II, 337. 
casadh, toux, II, 276. 
ceo, brouillard, II, 357. 
cinteir, éperon, I, 272. 
ciùrach, plein de bruine, II, 357. 
cluich, cluith, jeu, I, 202. 
corn nam fiùth , « le cor des 

braves », I, 197-199 
cuigeal, quenouille, I, ic.o. 
cuisle, veine ; cours d'eau, II, 440. 
dan, gén. dain, chant, III, 484. 
dàn, fort, hardi, I, 135. 
Dee, II, 2. 
dorn, poing: coup de poing ; frappe ! 

II, 109, IIO. 
dornach, qui a de gros poings ; 

boxeur, pugiliste, I, 462 ; II, 

109. 
drabh, dissous ! I, 300. 
drabhadh, dissolution, I, 300. 
drcachd, ruse, stratagème, VI, 93. 
eagnach, sage, VI, 520. 



faradh, échelle, V, 263. 

feallssaimh, sophiste, faux philo- 
sophe, V, 494. 

Feinn, I, 193. 

Fionn Mac Chumhaill, I, 194. 

frass, ondée, III, 88. 

gair, cri, I, 99. 

gràidheag, femme aimée, III, 58. 

lain Ileach, VI, 414. 

iasg, poisson, I, 99. 

làmh, main, II, 109. 

leis flièin, tout seul, III, 239. 

lighe, flux, inondation, fleuve, 
terrent, II, 438. 

lios, jardin, I, 100. 

loinn, joie, I, 99. 

lus, herbe, I, 217. 

luspardan, nain, I, 257. 

mala mhin, doux sourcil, V, 90. 

meanbh, très petit, VI, 373. 

meann, chevreau, V, 223. 

measg, milieu, I, 99. 

monadh, montagne, I, 94. 

neatiih, ciel, I, 92. 

os, arsa, dit-il, I, 202. 

pailt, abondant, II, 340, 408. 

piob, espèce de flageolet, II, 147. 

piuthair, sœur, III, 35. 

pôg, baiser, V, 143. 

scàil, voile, rideau, IV, 336. 

seadhmhor, important, IV, 12. 

sgeul, sgial, récit, I, 202. 

slat, na, draoidheachd « bâton de 
magie », I, 196, 197. 

tana, mince, I, 88. 

toiseach, chef, V, 3 06. 

treubh, tribu, I, 216. 



IV. Maxxois. 



aarey, échelle, V, 263. 
Bhow-Ghorree, la voie lactée, 

VI, 257. 
caghlaa, échanger, \ I, 324. 
enney, reconnaissance, VI, 320. 



Jean, fais ! VI, 158. 
jeannoo, faire, VI, 158. 
jeannvm, ferai-je? VI, 158. 
Moddey Dhoo, I, 4. 
née 'm, je ferai, VI, 158. 



XI IV 



Ttihh' ili's priiicipdiix mois cliulics 



paag. baiser, V, 145. 
Phynnodderee, VI, 215. 
raun, phoque, II, 452. 



rcn ch, il fit, VI, 159. 
thie, maison, III, 241. 
vinnin, je ferais, VI, 138. 



V. PiCTE. 

(Voir III, 596). 

Diuberr ou Duiperr, riche, VI, Pean-fahcl, « bout de la palissade», 

400. III, 283 ; VI, 598. 

Gartnait, VI, 400. 



VI . Gallois. 

(Voir I, 203-210 ; II, 279 ; III, 281 ; IV, 203 ; V, 107-109, 112, 351, 437). 



a, qui, que ; partie, verbale, VI, 5 1 

52, 56, 57, 317- 

a, de, VI, 45, 

a-, VI, 45. 

-a, 3e pers. sing. de l'indic. pré- 
sent-futur, II, 279; IV, 341. 

aa, a, il va, il ira, IV, 541 ; VI, 
31, 58. 

ab, fils, I, 266. 

aberth, sacrifice, VI, 315. 

ac, oc, et, avec, II, 19c; IV, 329. 
acos, agos, près, II, 190. 

acw, yco, là-bas, VI, 57. 

ach, généalogie, II, 188. 

-ach, noms collectifs ; abstraits ; 

termes de mépris, II, 189. 
achmonou, aînés, II, 188. 
achfen, aîné, II, 188. 
achiub, sauver, I, 364. 
achwedd, race, génération, V, 254. 
adan, sous, VI, 45. 
adar, oiseaux, II, 322. 
adciniog, ailé, IV, 533. 
adfer, restitution, VI, 169. 
adgvmeriad, reprise (d'un mot), 

V, 554- 
adnabod, connaître, V, 218; VI, 

23, 48. . 

adnebydd, il saura, VI, 48. 

adnog, ailé, IV, 333. 

-adoedd, 3= pers. sing. du plus- 
que-parfait, II, 279; VI, 45. 



adolwvn, implorer, VI, 19. 
Adran, II, 321. 
-adur, noms d'agent, I, 358. 
adwaen, je connais, VI, 21-23. 
adwaenant, ils connaissent, VI, 

22. 
adwaenoch, vous connaissez, VI, 

22. 
adwaenom, nous connaissons, VI, 

22. 
adv,-aenost, tu connais, VI, 22, 

23. 
adwy, passage, II, 321. 
-adwv, adjectifs d'obligation, I, 

358. 
addanc, animal aquatique, III, 

235. 
addas, convenable, I\ , 338. 
addef, avouer, VI, 45. 
addfed, mûr, I, 399; IV, 343. 
addvsg, instruction, VI, 45. 
aed, on alla, VI, 46, 49. 
ael, ail, sourcil, III, 397, 414; 

IV, 330. 
aelwyd, fover, III, 241. 
aer, bataille, I, 359, 370. 
aeth, euth, il alla, VI, 30, 32, 34, 

49- 
aethant, euthant, ils allèrent, \ I, 

34- 
aethpwyd, on alla, VI, 48, 49. 
af, j'irai, VI, 30. 



aux lames I-VI 



XLV 



af-, prcf. ncgatit", V, 256. 

afon, rivière, I, 355. 

agored, ouvert, 1, 353. 

agori, egori, ouvrir, I, 102. 

agucn, awen, génie, 1, 538. 

angerdd, chaleur, I, 372. 

angeu, angheu, mort, I, 218, 358, 

359- 
anghar, annghar, ennemi, V, 

275. 
Angharad, VI, 223. 
angheugant, incertain, IV, 338. 
anghrist,'antéchrist, V, 490. 
anghyspell, lointain, inaccessible, 

II, 340. 
angladd, sépulture, II, 207. 
angor, ancre, I, 215 ; V, 465. 
angraifft, engraifft, exemple, V, 

490, 
ahana-i, de moi, VI, 45. 
-aid, contenu, V, 269. 
aidd, zèle, I, 358. 
aingc, désir ardent, V, 469. 
-aith, noms abstraits, II, 422. 
al, progéniture, VI, 485. 
alarch, cygne, II, 334. 
altraw, parrain, I, 220. 
alu, vêler, VI, 485. 
alwissen, elusen, auniône, VI, 

528. 
allan, dehors, VI, 45. 
allfro, étranger, VI, 484. 
am, pour, V, 465. 
am-, autour, I, 373 ; VI, 382. 
am buei, j'avais, VI, 47. 
ambwvat, j'avais, VI, 47. 
amgen, autrement, IV, 338. 
amgnaubot, conscience, VI, 23. 
amgyfFrawd, imagination, VI, 17. 
amherawdvr, empereur, V, 465. 
Amie, IV, 202. 
ami, fréquent, VI, 528. 
amlivv, de diverses couleurs, IV, 

338. 
amlwg, en vue, VI, 19. 
amrawdd, circonlocution, VI, 382. 
amryw, plusieurs, IV, 338. 
amrywiol, varié, I, 373. 
amser, temps, III, 32. 
amuc, il défendit, \'I, 17. 
annvyn, défendre, VI, 17, 18, 

2)- 



amynedd, patience, VI, 169. 

an, notre, I, 216. 

anadl, souffle, haleine, III, 33; 

VI, 325. 
anaf, mutilation, défaut physique, 

V, 218. 
Anauoc, I, 338. 

anaw, harmonie, poésie, I, 338. 
anhunedd, insomnie, III, 87. 
anifail, animal, I, 88. 
antared, il pousse ensemble ? VI, 

52,53- 

anterth, matinée, V, 128. 

antic, antique, I, 369. 

anu, nom, II, 135. 

anvab, sans fils, II, 205. 

anwe, trame, V, 218. 

aper, aber, embouchure d'un 
fleuve, II, 75 ; VI, 45. 

ar, terre labourée, II, 115. 

ar-, sur, IV, 333. 

aradr, charrue, I, 88 ; II, 115, 

araf, doux, IV, 339, 

aravvs, séjour, III, 33. 

archadoedd, il avait été comman- 
dé, VI, 45. 

archenat, chaussure, II, 421. 

arddu, labourer, II, 115. 

arddwr, laboureur, II, 115. 

arddwyre, élève ! VI, 28. 

aredig, labourer, II, 115. 

arganuot, apercevoir, IV, 333. 

arglwydd, seigneur, I, 370 ; II, 

323'- 
argvfreu, dot, II, 120. 
Arianrod, la Couronne boréale, 

yi, 257-259. 

ariant, argent, I, 338, 541. 

arnei, arni, sur elle, VI, 16, 47. 

aros, rester, V, 222. 

arpet, arbei, épargner, II, 411. 

Arthbleid, I, 339. 

Arthur, VI, 224, 232, 237, 239, 

256, 257, 259, 416. 
arweddu, conduire, VI, 311. 
arwyre, s'élever, jaillir, VI, 28, 

29- 
ascwrn, asgwrn, os, I, 555, 571 ; 

V, 491. 
aseu, aswy, gauche, II, 328. 
-assei, -yssei, y pers. sing. du 

du plus-que-parf., V, 488. 



XLVI 



Table lies principaux mois étudiés 



-assit, 5* pors, sing. du parlait, II, 

279. 
-assut, 2' pers. sing. du plus-que- 

part"., V, 488. 
Assw, Anjou, IV, 236. 
-asswn, -vsswn, i^e pors. sing. du 

plus-que-parf., V, 488. 
asen, âncssc, I, 367. 
asyn, âne, I, 367. 
at", vers, VI, 58. 
atan, pi. ed, aile, IV, 553. 
ateb, répondre, réponse, VI, 325. 
atolwg, adoKvg, je te prie, VI, 19. 
atuis, IV, 332. 
atveilj'a, il déchoit, IV, 341. 
atwaenat, il savait, VI, 47. 
atweynnat, il savait, VI, 47. 
athoed, il était allé, VI, 46. 
athvvn, brisé, VI, 382. 
-au, -eu, -e, pluriels, I, 558, 359. 
-auc, awg, adjectifs, 1, 354; V, 

107, 108. 
-aul, adj., V, 107, 108. 
-aunt, 3^ pers. plur. de l'indicatit" 

futur, II, 279. 
-aur, -awr, -iaur, pluriels, II, 

279 ; V, 108. 
-aut, 3e pers. sing. de l'indic. 

futur, II, 279. 
auei ? IV, 44. 
awch, votre, I, 215. 
awd, on est allé, VI, 49. 
-awd, -odd, 3= pers. sing. du 

parf., V, 245, 348. 
awdosti, sais-tu, VI, 20. 
awdur, auteur, V, 490. 
aweddwr, eau fraîche, I, 355. 
awr, heure, II, 418 ; IV, 329. 
-awr, indéfini du futur, VI, 42. 
bach, petit, I, 188, 189, 365 ; II, 

325, 344; IV, 345. 
baedd, sanglier, IV, 346. 
bagl, bâton crochu, V, 491. 
baglog, l'homme au bâton (pas- 
toral), I, 466. 
balawg, prêtre, III, 399. 
banadl, banadil, genêt, I, 89 ; II, 

128, 427; III, 400. 
banwes, truie, VI, 382. 
banvw, femme, I, 362. 
harf, barbe, I, 216. 
bath, monnaie, II, 427. 



bedwen, bouleau, II, 128. 
bedyddio, baptiser, V, 490. 
behéit, behet, bet, jusqu'à, VI, 

57- 
Beli, I, 538. 
bendigaid, béni, I, 353. 
bêr, broche, I, 98. 
berwi, bouillir, I, 59, 212. 
betid, baptême, III, 286. 
beudai, maisons de vaches, VI, 

49. 
bi, il sera, VI, 15. 
biu, biw, bvw, vif, vivant, I, 97, 

217, 368." 
blaidd, loup, I, 339. 
Bledbui, I, 339. 
Bledgur, I, 339. 

Bledris, Bledrys, I, 339 ; II, 419. 
Bledud, I, 339. 
blew, cheveux, I, 368. 
blin, fatigué ; fatigant, I, 355 ; IV, 

338. 
blinder, fatigue, I\ , 338. 
blith, lait, III, 53, 38, 512; V, 

467. 
blvnedd, année, II, 195. 
bob nos, chaque nuit, IV, 167. 
bod, être, VI, 23. 
Boduc, I, 473. 
Boduoc, I, 473. 
bodi, boddi, noyer, III, J287 ; V, 

125. 
bogail, nombril, I, 99. 
bol-lafariaeth, ventriloquie, IV, 

340. 
bon, lige, souche, II, 117. 
bonedd, noblesse, II, 117. 
borau, boreu, bore, matin, I, 358 ; 

II, 193 ; VI, 24, 30. 
braich, bras, I, 505. 
braith, bariolée, I, 209. 
braues, corbeaux, I, 361. 
brau, fragile, II, 193. 
braut, jugement, VI, 266. 
brawch, terreur, VI, 390. 
brawd, frère, III, 45. 
brawddeg, phrase, VI, 382. 
brech, bariolée, I, 209. 

breuan, meule de moulin, II, 193, 

III, 87, 282. 

breuant, brouant, gorge, II, 193 ; 
V, 418; VI, 31. 



aux ioincs I-Vl 



XI.VII 



bri, autorité, honneur, rang, I, 

339; V, 268. 
briallu, primevères, V, 219. 
brithyll, truite, III, 242. 
bro, pays, IV, 355 ; V, 467. 
bront, salie, I, 209. 
brwth, tumulte, \'l, 382. 
bry, haut, I, 339. 
brych, tacheté, I, 367 ; V, 241. 
Brvchan, VI, 325. 
brydych, terme d'injure, II, 190. 
bryssva, il se hâte, IV, 341. 
brythol, turbulent, VI, 382. 
Brython, Breton, VI, 399. 
bu, il fut, VI, 19, 35, 48, 49. 
buan, rapide, I, 120. 
buarth, enclos où l'on trait les 

vaches, IV, 346. 
bûches, troupeau de vaches à lait ; 

endroit où on les réunit pour 

les traire, I, 361. 
buchod, vaches, II, 118; VI, 20. 
buchydd, vie, II, 188. 
Budic, « victorieux », I, 359. 
budicaul, victorieux, I, 339. 
budd, victoire, profit, I, 374 ; VI, 

267. 
buddai, baratte, IV, 343. 
buddug, victorieux, I, 574. 
Buddwalan, II, 351. 
bues-ti, bïes-ti, tu fus, VI, 20. 
bugail, berger, I, 104. 
bugeiliaid, bergers, I, 279. 
bugeilydd, bergers, V, 125. 
buhet,' buchedd, vie, II, 188; VI, 

18. 
bun, femme, I, 362. 
buoch, vous fûtes, VI, 19, 20. 
buom, buam, nous fûmes, VI, 

19, 20. 
buom, buom-i, je fus, VI, 20. 
buont, buant, ils furent, VI, 19. 
buost, tu fus, VI, 19, 20. 
buum, bùm, je fus, "V'I, 19, 20. 
buwch, vache, VI, 20. 
buwyd, on a été, VI, 49. 
bwbach, sorte de lutin familier, 

IV, 296. 
bwnneiaid, prières, VI, 51 1. 
bwrdd, table, VI, 509. 
bwrn, monceau, V, 219. 
bwrw, jeter, mettre bas, II, 530; 



bwrw eira, faire de la neige, 

11,135. 
bwvd, nourriture, I, 356. 
bwyell, hache, IV, 345, 346. 
bwv gilvdd, jusqu'à l'autre, VI, 

57, 58. 

bwyr, jusqu'au, VI, 57. 

bwvr, sois ! VI, 42. 

b\vyst(fil), bête, IV, 344; V, 241. 

bychan, petit, I, 363 ; II, 325, 
'344; IV, 345; V, 219. 

bydd, il sera ; il est habituelle- 
ment, VI, 15, 35. 

byddaf, je serai ; je suis habituel- 
lement, II, 116, 418; VI, 55. 

byddant, ils seront, VI, 35. 

bydded, qu'il soit, II, 116. 

byddi, tu seras, IV, 333 ; VI, 35. 

bvddin, troupe, armée, I, 361 ; 

■ IV, 335- 
bvddwch, vous serez, \ I, 35. 
bvddwn, j'étais habituellement, 
'VI, 3 5- 
byddwn, nous serons, \ I, 35. 
bvgvlu, molester, oppresser, I, 

562. 
byr, court, I, 367 ; V, 219. 
byrddau, tables, VI, 509. 
byson, bague, I, 218. 
byt, inonde, I, 96. 
cabl, calomnie, V, 490. 
cablyd, jendi saint, V, 489. 
cachu, « cacare », III, 3.J. 
cadair, siège, I, 359. 
cadnaw, renard, III, 412. 
cadol, guerrier, I, 366. 
cadr, fort, robuste, I, 362. 
Cadwal, II, 331 ; III, 188. 
Cadwaladr, II, 332. 
cadwyn, chaîne, III, 224. 
cae, clôture; enclos, I, 370. 
caer, forteresse, VI, 26. 
Caerbaddon, Bath, VI, 270. 
Caer Banhed, V, 432. 
Caer Gwvdion, la voie lactée, 

VI, 257: 
caeriwrch, chevreuil, II, 337 ; III, 

89. 
Caerlleon, « ville des légions », II, 

193. 
cain-, beau, IV, 346. 
cair, baie, fruit, VI, 390. 



XLVIII 



lable des principaux mots étudiés 



cais, effort, III, 56. 
caled, dur, I, 364. 
caledwch, dureté, II, 189. 
calonogi, encourager, I, 354. 
cam, pas, II, 1 19. 
camel. camvll, chameau, V, 491. 
camp, jeu, exploit, VI, 528. 
camse, chemise, VI, 391. 
canfod, sentir, IV, 535; V, 263. 
kanhatta, il permet, IV, 341. 
cann, can, blanc, I, 339. 
cannaid, blanc, I, 353. 
canuwvllarn, chandelier, V, 494. 
cannwvUbren, chandelier, V, 494. 
cant, can, avec, I, 88. 
cant, cent, II, 411. 
cant, il chanta, VI, 25. 
canu, chanter, VI, 37. 
caradwy, aimable, I, 358. 
Carannog, VI, 170. 
Caratauc, Çaradoc, V, 107, 501, 

502. 
cardod, charité, III, 281. 
caredd, péché, crime, II, 117. 
caregl, coupe, I, 364. 
carei, il aimait, VI, 61. 
carennydd, affection, III, 87 ; IV, 

118. 
carn, monceau, II, 117. 
carnedd, monceau, II, 117. 
carrecc, careg, pi. cerricc, pierre, 

écueil, I, 364 ; II, 421. 
carth, chanvre, étoupe, IV, 551. 
carwy, qu'il aime, IV, 339. 
casglu, clasgu, recueillir, VI, 390. 
Casswallaun, I, 342. 
cat, cad, bataille, I, 559, 563. 
Catell, Cadell, III, 188. 
Catgug, V, iio. 
cath, chat, I, 472. 
cawell, corbeille, IV, 329. 
cawod, cawad, ondée, II, 537. 
cawr, géant, II, 350. 
caws, fromage, IV, 335. 
cawssoedvat, il avait eu, il aurait 

eu, Vf, 48. Vl 

kawssoedynt, ils avaient eu, 

47, 48." 
cebr, chevron, IV, 334. 
cecys, tiges creuses, ciguë, IV, 

334; V, 220. 
ceenn, pourpre, II, 330. 



cefndryd, cousins, II, 118. 

ceffyl, cheval, V, 491. 

cêg, cou, IV, 334. 

cegid, ciguë, IV, 333. 

cei, quai, I, 370. 

ceibr, chevrons, I, 369, 505. 

ceint, cant, il chanta, VI, 25, 34. 

ceint, ceintum, je chantai, VI, 25, 

34- 
ceintost, tu chantas, VI, 34. 
ceisio, chercher, IV, 158. 
celfydd, habile, I, 205, 308. 
cehvrn, baquet, seau, II, 351. 
Celyddon, VI, 399. 
celli, des bois, VI, 399. 
cemmein, des pas, II, 119. 
cen, peau ; écailles, I, 339; II, 

330- 
cenaw, ceneu, petit d'animal, II, 

329. 
cenetl, cenedl, race, II, 329, 350, 

339: VI, 325. 
cennad, permission, V, 574. 
cerais, j'aimai, I, 209. 
ceraist, tu aimas, I, 209. 
cerdda, il marchera, IV, 341. 
cerddin, sorbier, VI, 390. 
Ceridwen, VI, 220, 259. 
Ceretîciaun, V, 107. 
cernod, coup sur la joue, II, 118. 
Cernyw, Cornouaille, VI, 115, 

599- 
cervdd, reproche, V, 268. 
cest, panse, I, 339. 
cethiu, sombre ; terrible, II, 326. 
ceubal, bac, IV, 331. 
ceugant, certain ; certainement, 

IV, 338. 
ceuntoste, tu chantas, VI, 20, 25, 

54-. 

ci, chien, II, 330. 

cidwm, loup, I, 352. 

cigleu, cigle, j'entendis ; il enten- 
dit, VI, 23, 24. 

Kilhwch, VI, 405. 

cilydd, compagnon, II, 115. 

cimadas, cvfaddas, convenable, IV, 
338. 

cimmaeticion, « conquestos n, II, 
136. 

Circan, \ I, 326. 

circhin, cou, II, 421. 



aux toiues I-VI 



XLIX 



circhinn, près de, II, 421. 
cist, cest, panier, IV, 551. 
ciwdod, cité, III, 281, 282. 
cladd, trou, II, 207. 
claddu, enterrer, VI, 172. 
cledd, gauclie, II, 116, 421. 
cleddeu, cleddvf, épée, I, 94, 358; 

II, 284. 
cleheren, taon, IV, 333. 
cloch, cloche, V, 242. 
clod, gloire, louange,- II, 404. 
cloeu, clous, IV, 342. 
cluir, entends? VI, 42. 
Clotri, II, 404. 
clun, hanche, II, 276. 
Clusas, IV, 205. 
clybu, il entendit, VI, 48. 
clyryn, cieren, mouche, IV, 335. 
clywsai, il avait entendu, I, 358. 
cnawd, chair, II, 345. 
cnawdol, charnel, II, 345. 
cnwc, petite colline, IV, 356. 

codwm, chute, I, 352. 
coes, jambe, VI, 368, 

Coetwallawn, VI, 485. 
coeth, purifié, I, 354. 

cogail, quenouille, I, 100. 

cogni, tempête ? VI, 52, 53. 

congl, coin, II, 194. 

coit, un bois, II, 142 ; VI, 485. 

colomen, pigeon, I, 219. 

collen, coll, coudrier, IV, 330. 

Concar, I, 340. 

coned, élevé ? III, 406. 

Congual, II, 531. 

Conguas, I, 340. 

Conwy, VI, 49. 

cor, nain, II, 189 

côrach, nain, II, 189. 

corfforoedd, des corps, V, 495 , 

cors, roseaux, II, 421. 

corwg, petit bateau, I, 364, 369. 

cosp, châtiment, VI, 315, 325. 

cosyn, un fromage, IV, 333. 

cougant, certainement, IV, 338. 

coupalva, place du bac, IV, 331. 

craff, fort, I, 92. 

cragen, coquille, III, 241 ; V, 220. 

craidd, centre, I, 354; VI, 390. 

crair, creir, relique, III, 89 ; VI, 

43- 
craith, cicatrice, I, 354. 



cras, aride, sec, I, 368. 

crau, sang, III, 37. 

craw, étable, III, 241. 

credu, croire, III, 89. 

creddoe, qu'il croie, IV, 359. 

creyr, cryr, héron, II, 334. 

krevren, kryeren, taon, IV, 333. 

croch, rude, II, 532. 

croen, croyn, peau, I, 215; II, 

334, VI, 22. 
Crue maur, V, 107. 
crug, monceau, I, 471. 
crummanhuo, « scropibus », IV, 

342. 
crvvm, courbe, I, 567. 
crwn, crunn, rond, I, 367 ; II, 

421 ;IV, 331. 
crwth, violon, V, 242. 
crwyn, peaux, VI, 23. 
crwysedd, dispute, V, 268. 
crvch, frisé, II, 188. 
crvchvdd, crvchvdd glas, crydd, 

héron, II, 334 ; IV, 332. 
cryd, tremblement, fièvre ; ber- 
ceau, I, 333, 353 ; VI, 169. 
crydd, cordonnier, II, 329 ; V, 

'125. 
cryf, fort, I, 92. 
crvg, rauque, II, 333. 
cryn, tremblement, I, 353. 
crvnnu, crvnu, trembler, II, 329; 

"III, 88. ' 
cryr glas, héron, II, 334. 
eu, aimable, I, 340 ; III, 275. 
cuan, hibou, VI, 528. 
cuddio, cacher, V, 221. 
cul, étroit, maigre, III, 189. 
culedd, maigreur, III, 87. 
Cunatam, II, 135. 
Cuneglase, « lanio fulve », II,- 

155- 
curan, chaussure, III, 189. 
custuudieticc, accablé, VI, 382. 
c\v, où, VI, 60. 
cwch, bateau, III, 87. 
cwd, où, VI, )8-6o. 
cwd, cod, sac, I, 367. 
cwl, faute, IV, 340. 
cwlwm, nœud, II, 343. 
cwmwl, nuage, VI, 391, 528. 
cwn, cun, chiens, I, 219; VI, 61. 
cwn, hauteur, sommet, I, 340, 



Reiite Celtique, XXIX. 



lable des principaux mots étudiés 



471; II, 545; IV, 336, 343, 
368, 482. 
cwnwg, sommet, IV, 336. 
cwrw,^ cwrwf, cwryf, bière, I, 
371 ; II, 136, 273, 344; IV, 
463. 
cwsg, sommeil, I, 353; II, 119; 

V, 220. 
cwt, pi. cytiau, étable, V, 272. 
cwvno, se plaindre, V, 220. 
cwvr, cire, I, 208. 
cychwvn, kvhuin, s'élever, VI, 18. 
cyd-, avec, I, 355. 
cvfagos, près, II, 190. 
cytaillt, cyfaill, ami, II, 189, 323. 
cvfaint, couvem, VI, 528. 
cyfallt, joim, I, 340. 
cvteiliorn, erreur, II, 321. 
cvfeillach, amitié, II, 189. 
c>fl\vg, visible, en vue, VI, 19. 
cvflwvno, présenter, VI, 19. 
cvfnder, cousin, I, 94. 
cvfnither, cousine, I, 94. 
cVfoeth, puissance, richesse, I, 
'369; II, 136. 
cytrau, pi. cyfreuau, chant, 11, 

120. 
cyfreithlonedd, légalité, II, 117. 
cyfryw, de même sorte, I, 373. 
cvfwyre, s'élever ensemble, VI. 
'28. 

cyff, tronc, II, 411 ; V, 491. 
cyffelyb, tel, II, 192. 
cyffiniden, araignée, I, 94. 
cvgein, il chantera, VI, 37, 40. 
cyhyd, cychyd, cyd, aussi long- 
temps que, VI, 18. 
cvlionvn, mouche, I, 102. 
cylmu, cylymu, nouer, II, 343. 
cymer, il prend ; prends ! VI, 47. 
c'vmerai, il prenait, VI, 47. 
cvmerech, vous preniez, VI, 47. 
cvmerem, nous prenions, VI, 47. 
c'ymerent, ils prenaient, VI, 47. 
cymerid, il était pris, VI, 47, 48. 
cymerit, tu prenais, VI, 47. 
cymerth, il prit, VI, 24, 34. 
cymervvn, je prenais, VI, 47. 
cymeryd, prendre, VI, 24, 47. 
cymhwys, uni, I, 214. 
kvmirth, il prit, VI, 24. 
cymmrodorion, confrères, V, 407. 



cymmynwr, tailleur de pierre ou 

de bois, I, 100. 
Cvmrv, les Gallois, I, 466, 496 ; 

'II, 360; VI, 399.^ 
cvmrvd, prendre, VI, 24. 
cvndvn, inflexible, VI, 382. 
cynddaredd, rage, I, 219 ; II, 117; 

IV, 344- 
cynddeiriog, kandeiryawc , enra- 
' gé, IV, 344- 

cvnenit, premier-né, I, 353. 
Cynfael, VI, 200, 368. 
Cynlas, II, 135. 
cynllwyu, guetter, VI, 19. 
Kynn-Crog, VI, 259. 
cvnnuU, rassembler, I, 362. 
cVnnulleidfa, congrégation, I, 362. 
cvnnulliad, réunion, I, 362. 
cynnygaf, j'offre, VI, 390. 
cynt, avant, I, 96. 
cvnu, se lever, s'élever, II, 343 ; 
'iv, 357; VI, 368,482. 
cvnud, bois à brûler, V, 242. 
Cvnwal, II, 331, 332, 334; III. 

'188. 
kynwyre, s'élever ensemble ? VI, 

28. 
cyrchell, cercle, V, 491. 
cvrchvn, entourant, III, 229. 
cyrfdy, taverne, II, 344. 
cvrfol, rond, VI, 486. 
cyryfau, bières, II, 344. 
cvsged, on dormit, VI, 46. 
cvsgod, ombre, abri, IV, 328. 
cvsgu, dormir, VI, 528. 
cystuddiedig, affligé, VI, 382. 
cVstwyo, châtier, V,49i. 
cythrâwl, kythreul, contraire; 

' diable, IV,' 343. 
cywarch, chanvre, IV, 335. 
cywir, juste, VI, 377. 
cvwvrain, kywyrein, s'élever en- 
semble, VI, 28. 
chwaith, encore, V, 12 j. 
chwannawc, désireux, IV, 541. 
chwant, désir, IV, 341. 
chwarae, jeu, V, 222. 
chwareu, jeu,I, 359. 
chwech, six, II, 135, 142. 
chwedl, récit, VI, 324. 
chwefror, février, V, 492. 
chweg, doux, II, 112. 



(iiix lonies 1-\'I 



LI 



chwennvcliu, désirer, IV, 541. 
chwerwtdd, amertume, II, 117. 
clîwi, vous, VI, 314. 
clnviorydd, sœurs, II, 335. 
chwistrellu, faire jaillir, VI, 390. 
chvvydalen, pustule, IV, 333. 
chwydu, vomir, IV, 333. 
chwyf, mouvement, III, 131. 
chwys Arthur , reine des prés , 

Spiraea ulmaria, IV, 190. 
chwys Mair, bouton d'or, IV, 190. 
dadlaith, dégeler, I, 354. 
dadmer, dégeler, I, 375. 
daduirein, résurrection, VI, 28. 
daeargrvd, tremblement de terre, 

II, 333- 
daeargryn, tremblement de terre, 

n, 333, 353- 
daeth, deuth, il vint, VI, 30, 

32-34. 

daethant, deuthant, ils vinrent, 
VI, 34. 

daethoed, doethoed, il était venu, 
VI, 46. 

daethpwvd, on vint, VI, 48, 49. 

dafn, pi. defni, goutte, II, 359. 

dâfraud, IV, 332. 

dan, tan, sous, VI, 57. 

danneddu, mordre, III, 36. 

dant, dent, II, 411. 

daredd, bruit tumultueux, I, 219. 

dam, morceau, V, 221. 

datl, « foro », IV ,342; VI, 312. 

datlocou, « fora », IV, 342. 

dattotimb, action de rejeter, 
vomir ? II, 1 36. 

-dau, lui, I, ICI. 

daw, il viendra, VI, 31. 

dawn, pi. doniau, don, vertu, 
grâce, III, 410. 

dechreu, commencement, I, 359. 

defnydd, matière, III, 87. 

defnvddadoedd, il avait été com- 
posé, VI, 45. 

degwm, dîme, I, 352 ; II, 119. 

deng, dix, I, 352. 

deheu, dehou, droit, I, 218, 358. 

deheubarth, sud, II, 410. 

deigr, deigir, pi. dagrau, larme, I, 

356. 
dél, il viendra, \ I, 31. 
delw, image, forme, figure, II, 



450; IV, 539. 

deongl, interpréter, II, 194. 

derw, chênes, II, 424 ; V, 487. 

derwvdd, druide, III, 37. 

Desider, Didier, IV, 202. 

deuaf, je viendrai, VI, 30, 33. 

deufed, fém. dwvfed, deuxième, 
III, 238. 

deuthoch, vous vîntes, VI, 34. 

deutlîom, nous vînmes, VI, 34. 

deuthum, je vins, VI, 30, 34. 

deuthost, tu vins, VI, 30, 34, 

dewiso, choisir, I, 340. 

dewr, brave, vaillant, I, 363. 

di, à, I, 87 ; II, 421. 

di-, V, 106, 107. 

dial, vengeance, II, 117. 

dialedd, vengeance, II, 117. 

dibyr, selle, IV, 337. 

dichon, dichwen, accident ; peut- 
être, II, 194. 

dîddvfnu, sevrer, I, 374. 

dieu, jours, II, 191. 

difauw, méprisable, I, 361. 

difïerth, défense, protection, VI, 
25. 

differth, diffirth, diftyrth, il défen- 
dit, VI, 24, 25, 54. 

diffryd, défendre, VI, 24. 

digon, assez, II, 117. 

digonedd, assez, II, 117. 

digones, il satisfit, 55. 

diguo-, dyo-, IV, 324. 

diguolouichetic, dévoilé, I, 218, 
276. 

dilis, dylvs, sûr, IV, 344. 

dimcones, qui satisfit, VI, 55, 56. 

diod, boisson, II, 194. 

diod, déposer, II, 136. 

diogi, paresse, II, 118; VI, 1 5 . 

diosc, dépouiller, II, 194 ; III, 87. 

dirfawr, pi. ion, très grand, I, 363. 

discl, dvsgyl, un plat, IV, 333. 

disliw, décoloré, IV, 3 30. 

diu, Dieu, II, 3. 

Diuguarch, II, 3. 

Diuguinid, II, 3. 

divmmod, immobile, II, 328. 

do, oui, II, 281. 

do, à, I, 87. 

do-, dy-, d-, VI, 28. 

-dod, noms abstraits, III, 131. 



LU 



Tiihlc des principaux mots cludics 



dodi, placer, jeter, II, 155, 156. 
dodo, tante, II, 136. 
doc, hier, I, 474; II, 195. 
docth, sage, I, 554. 
doeth, il vint, VI, 50, 33. 
doethocdvnt, ils étaient venus, VI, 

46. 
doluria, il souffrira, II, 279 ; l\ . 

341. 
dosparth, division, II, 535; \, 

Douerdwy, II, 2. 

draig, dr'eic, dragon ; éclair, II, 

324; V, 221. 
dranoeht, tranoeth, lendemain, I\', 

543- 
drefa, deux douzaines de gerbes, II, 

119. 
drein, vue, I, 363. 
drewg, ivraie, V, 221. 
drewi, sentir mauvais, I, 368 ; IV, 

552- 
dros, tros, sur, vl, 57. 
drud, drut, rapide, hardi, furieux ; 

lin brave, un héros, I, 304 ; V, 

221. 
drych, miroir, II, 332. 
drychu, faire voir, II, 276. 
drythyll, voluptueux, I, 363. 
duc, dug, il porta, il emporta, I, 

374; VI, 17, 48. 
ducpwvd, il fut apporté, \ I, 48. 
Duifrut, II, 2. 
duiu, Dieu, I, 259; II, 2, 3 ; VI, 

266. 
duiutit, divinité, II, 2. 
duw a dalo, Dieu vous le rende, 

III, 85. 
duw aswvno. Dieu vous bénisse, 

III, 85/ 
duyuaul, divin, II, 2. 
dwbl, double, II, 341- 
dvvfn, dwfvn, profond, I, 220, 

367. 
dwfr, dubr, dwr, eau, I, 217 ; II, 

343; ni, 242. 
dwg, il porte, emporte, vole, \ I, 

17, 19. 
dwrn, poing, I, 462 ; II, 109, 1 10, 

343- 
Du-y, II, 2. 
Dwvfach, II, 2. . , 



Dwyfawr, II, 2. 

dwvn, porter, voler, I, 374; VI, 

17-19. 
dwyrain, est, orient, \ I, 27. 
dwyre, il se leva, VI, 27. 
Dwvrvw, II, 2. 
dyblyg, double, II, 341. 
dvcpwvd, il fut apporté, VI, 48. 
dvdeuhawr, il viendra, VI, 40, 41, 

•46. 
dvduc, il porta, \ I, 17. 
dydd, jour, II, 115 ; V, 125. 
dvddaw, il arrivera, VI, 33, 40. 
dvdd gwener, vendredi, I, 100. 
dvdd gNvyl, fête, III, 241. 
dvdd ïau, jeudi, V, 126. 
dvferu, couler, dégoutter, I, 375. 
dvfnu, téter, I, 100. 
Dyfnwal, II, 332; III, 187; VI, 

199, 368. 
d\-frfarch, hippopotame, II, 343. 
dvfrgi, loutre, II, 343. 
dvfriar, poule d'eau, II, 343. 
dyfroedd, eaux, TI, 343. 
dvfrol, aqueux, II, 343. 
dvfru, arroser, II, 343. 
dvgedig, porté, conduit, volé, I, 

" 374- 
dygvvvd, il fut apporté, \I, 49. 
dvmbi, dimbi, j'aurai? nous au- 
rons? il viendra ? VI, 51-53, 56. 
dvmgofu, il est né, VI, 54. 
dvmgofvd, il est produit? il naît? 

'VI, 5-3. 
dymgoi, il naîtra .-' VI, 54, 55. 
dvmgwaret, pour me délivrer, VI, 

))• 
dvn, pi. ion, homme, II, 118, 

' 344- 
dvnan, petit homme, VI, 325, 

■ 326. 
dy-o-, I, 352. 
dvoddef, souffrir, I, 352. 
dyogel, sûr, I, 352. 
dvre, il vient, VI, 26. 
dyre, dere, viens ! VI, 26. 
dyrnaid, poignée, II, 343. 
dvrnau, poings, II, 343. 
dyrnddol, anse, II, 343. 
dyrnod, coup de poing, II, 109. 
dyrnodio, battre à coups de poings, 
II, 109. 



(iiix tomes I-VI 



LUI 



dyrnu, boxer, II, 345. 

dyrrcith, il retourna ; (après) qu'il 

est venu, VI, 26, 28, 56. 
dyscadoedd, il avait été instruit, 

VI, 45- 
dysg, science, I, 205. 
dysgu, apprendre, V, 220. 
Dvugurach ou Duigurach, II, 3. 
dvui, il viendra, VI, 1 5. 
Dyvvrdv^v, II, 2. 
dyw, jour, II, 191, 195. 
dywai, cruel, II, 332. 
dvwalgi, tigre, II, 332. 
dvwawt, dywawd, d\\vod, d\\\ad, 

il a dit, II, 190; Vï, 17, 22. 
dvwedi, tu dis, VI, 15, 16. 
dvwedodd, il a dit, II, 190. 
dywedpwvd, il fut dit, VI, 48. 
dywedvd, dire, II, 190. 
Ebrauc, V, 107. 
ebrill, avril, I, 97 ; V, 491. 
-ed, exclamatit, IV, 145. 
-ed, noms abstraits ; pluriels. II, 

118. 
-ed, prétérit passif, VI, 49. 
edafedd, fil, II, 117. 
edau, fil, II, 117, 322. 
Edern, Edyrn, I, 345. 
-edig, participe passif, IV, 537. 
edn, oiseau, II, 322. 
edrych, apparence, II, 332. 
edrvchuir, regarde ? VI, 41, 42. 
edwyn, il connaît, VI, 22, 23, 29. 
-edd, abstraits ; collectifs ; pluriels, 

II, 117, 118, 188. 
eddwyd, tu allas, II, 325. 
ef, lui, I, 92. 

efydd, bronze, cuivre, III, 87. 
eghvg, en vue, VI, 19. 
eghvys, église, I, 208 ; V, 492. 
egr aigre, âpre, V, 259. 
egA^'yddor, alphabet, V, 491 . 
eheta, il volera, IV, 341. 
ei, i, son, VI, 50, 51. 
-ei, elle, VI, 16. 
-ei, -ai, 3e pers. sing. del'imparf., 

VI, 16,47. 
eich, ych, votre, I, 215. 
eidion, bœuf, I, 102 ; III, 228. 
Eifion, VI, 399. 
Eifionydd, Eifvnvdd, II, 1 18 ; VI, 

399- 



-eincpp, enep, face, I, ici ; II, 

.421. 
Einion ap Gwalchniai, VI, 223. 
eirant ils se lèveront, VI, 26, 27. 
Eirchion, VI, 214. 
eirin, prunes, V, 221. 
eisieu, besoin, I, 358. 
eisin, balle du blé, I, 356. 
-eit, -eyt, contenu, V, 269. 
eithin, ajoncs épineux, IV, 329. 
êl, il ira, VI, 31. 
eleni, cette année, II, 19). 
Elennvth, II, 1 18. 
elestr, iris, IV, 329. 
Elfyw, II, 322. 
Elgain, II, 322. 
Elgistil, II, 322. 
Elgnou, II, 322. 
Elguoret, II, 322. 
elin, coude, I, 340. 
Ellgleu, I, 340. 

ellyn, rasoir, II, 284 ; IV, 344. 
em, lui, I, 92 ; IV, 339 ; V, 487. 
emennydd, ymenn\'dd, cervelle, II, 

206. 
emenyn, beurre, I, 91. 
enaid, âme, I, 90, 97, 164. ■ 
endau, en lui, I, 100. 
engiriawl, grand, II, 330. 
ennill, vnnill, gain, II, 322 ; IV, 

342. ■ 
enuein, noms. H, 119, 136. 
enw, henw, nom, I, 216, 352 ; II, 

135, 142,421. 
envvau, noms, II, 1 36. 
eos, rossignol, II, 194. 
er, pour, II, 323 ; III, 44. 
er-, très, II, 323. 
erch, sombre ; terrible, II, 526. 
erchi, demander, II, 321, 324 ; IV, 

261, 371. 
erchyniad, élévation, IV, 336. 
erchynu, élever, IV, 337 ; VI, 482. 
erdolwg, je te prie, VI, 19. 
erddrym, robuste, VI, 482. 
erfawr, très grand, I, 363 ; II, 323. 
erthu, faire un effort, II, 334. 
erthwch, souffle avec eff"ort, II, 3 3 1 . 
ertlîychain, souffler violemment, 

ir, 331. 

erthyl, animal né avant terme, II, 
328, 334. 



Tahh' dc$ principaux mots étudies 



erw, pi. au, sillon, I, 212, 216. 
es-, ys-, IV, 331 . 
-es, collectifs, I, 361 ; VI, 389. 
eskeuarn, vsgvtarn, oreille, IV, 

-essit, 3e pers. sing. de 1 imparfait, 

II, 279. 

et, après que, VI, 58. 

etem, fil, II, 522. 

etewvn, tison, II, 326. 

etmet, coupe ! IV, 343. 

eto, encore, VI, 57. 

etwa, encore, VI, 33. 

etwaeth, eddwaeth, encore, VI, 

33- 

ethyw, il est allé, VI, 46. 

eu, i, leur, I, 215 ; VI, 50, 51. 

eulon geifr, crotte de chèvre. II, 
193;' III, 87. 

euod, vers parasites dans le foie des 
brebis, III, 87. 

euog, coupable, II, 193. 

euon, vers dans l'intestin des che- 
vaux, III, 87. 

eurwy, joug ou anneau pour atta- 
cher les bestiaux à l'étable, II, 
325. 

Eurwy, II, 325. 

Eutigern, Eutegern, I, 345. 

euthoch, vous allâtes, VI, 34. 

euthom, nous allâmes, VI, 34. 

euthost, tu allas, VI, 30, 34. 

euthum, j'allai, VI, 30, 34. 

Ewen, III, 126. 

ewig, biche, II, 195. 

ewin, pi. oedd, ongle, II, 142, 192 ; 

III, 282. 

ewyll, désir, IV, 341. 

ewyn, écume, I, 354, 355 ; II, 119, 

557- 
ewynog, écumeux, I, 354. 
ewvrdonic irlandais, II, 115; VI, 

395- 
ewythryd, oncles, II. 118. 
ffargod, grosse panse, II, 335. 
ffaw, éclat ? honneur ? II, 336. 
ffér, cheville du pied, II, 333. 
ffiaidd, abominable, dégoûtant, II, 

335- ' ^ 

ffion, ffuon, digitale, II, 336. 
Finaun, V, 107. 
filangel!, fouet, II, 192. 



flbn, bâton, VI, 223, 257. 

flVaeth, éloquent, II, 335 ; IV, 468. 

firau, torrent, III, 411. 

iraw, mouvement, II, 336. 

fiVec, bavardage, II, 335. 

flregod, radotage, II, 335. 

ffreu,flux, II, 536. 

ftreuo, jaillir, II, 335, 336. 

ffrewvll, fléau, II, 192. 

Frioc, Friauc, I, 340. 

-frit, III, 399. 

fl'roen, narine, I, 215 ; II, 335. 

fl:rwd, cours d'eau, II, 335, 336. 

ff'rwst, hâte, II, 335. 

ftrwvn, frein, I, 208. 

iïûn, souffle, II, 336. 

ftunen, lacet, I, 205 ; V, 469. 

fturf, forme, I, 205. 

ff"\vd, mouvement rapide, I, 343. 

fv, mon, III, 58. » 

ffysg, hâte, II, 336. 

gabl, enfourchure, II, 42 1 . 

gaem, gavaf, hiver, I, 212. 

gafael, prise, VI, 325. 

gafr, chèvre, II, 337, 338; IV, 

329. 
gair, parole, I, 99. 
gai, pi. on, ennemi, VI, 115. 
Galedin, VI, 397. 
galw, appeler, I, 93. 
galluedd, pouvoir, I, 89. 
gan, avec, I, 88. 
gân, naissance, I, 342. 
ganadoedd, il était né, VI, 45. 
ganed, ganad, il est né, VI, 46, 47, 

49. 
ganedig, né, III, 286. 
garan, grue, V, 382. 
garawvs, grawvs, carême, I, 359 ; 

VI, '5 28. 
garth, enclos, III, 45. ■ 
garw, rude, IV, 344. 
gelwi, gelwei, galwai, il appelait, 

VI, 16. 
gellid, on pouvait, VI, 48. 
genou, genau, bouche, I, 218, 

358: 
geni, naître, I, 93 ; III, 286. 
gerwin, rude, IV, 344. 
Geraint, V, 376. 
gilbin, bec, I, 365. 
girat, lamentable, IV, 350. 



(iii.x toutes \-\\ 



LV 



glanliau, purifier, VI, 52. 

Gleu, I, 340. 

glew, brave, I, 340, 368 ; III, 412. 

Glewlwyt, I, 340. 

glo, charbon, VI, 24. 

gloiw, glovw, gloew, brillant, I, 

540; IV; 350. 
gnàa, il tait, IV, 341. 
gnavvt, habituel, VI, 46. 
gobennvdd, oreiller, VI, 389. 
gobrvn, mérite, II, 340. 
godrig, retard, IV, 344. 
godrigvaw, tarder, IV, 344. 
gogledd, nord, II, 116. 
gogwn, je sais, je connais, VI, 22. 
gogvftrawt, léger mouvement, VI, 



I 



golchi, laver, II, 142, 194, 332, 

goleu lumière, I, 218. 

goKvg, vue, VI, 19. 

gollewin, gorllewin, ouest, II, 192. 

gommedd, refuser, V, 375. 

gor-, gwor-, II, 194; VI, 135. 

Gorcus, V, 1 10. 

gorchan, incantation ; sorte de 

rvthme poétique, VI, 58-40. 
gorchanu, chanter, VI, 37. 
gorchegin, il chante? VI, 38-40. 
goreu, guoreu, gorau, goraf, le 

meilleur, I, 358, II, 194, 340; 

VI, 31, 32. 
goreu, il fit, II, 194; VI, 20, 51- 

33- 
goreuhal, le meilleur, VI, 32. 

gormes, oppression, désastre, V, 

459- 
gormod, trop, II, 117. 
gormodedd, trop, II, 117. 
gorphen, fin; finir, II, 324; VI, 

^35- 
goruc, guoruc, gorug, il fit, II, 

194 ; VI, 18, 48. 
gorucpwvd, il fut fait, VI, 48. 
gorwag : dvn — , histrion, IV, 540. 
gorsvvdd, cheval, VI, 33. 
gosper, vêpres, II, 194. 
gradell, gril, V, 492. 
graian, gravier, sable, III, 92 ; V, 

245. " 
Grailaun, I, 341. 
gre, troupeau, V, 490. 



Griffud, Gruffudd, I, 341 ; VI, 

409. 
gro, cailloux au bord de la mer, V, 

245. 
grwgnach, grognement, II, 189. 
grvd, cri, III, 34, 36. 
guada, il nie, IV, 341. 
guaroi, jeu, III, 415. 
guaur Helic, V, 107. 
(g)ueista\vn, (^g)wiscon, meule de 



foin, III. 8 



guetid, dire, II, 190. 
Guilou, VI, 115,1 16. 
Guinnion, VI, 2, 3. 
gulan, laine, III, 294. 
guledichuv, qu'il commande, IV, 

359- 

gulip, gwlvb, humide, I, 105, 359, 
367; II,' 352. 

gullengin, guUeuiu, ouest, II, 192. 

gumbelauc, utérus, II, 141. 

Guollauc, V, 107. 

guoraut, gwarawt, guaraud, il se- 
courut, VI, 16, 17. 

guorcosam, je dormirai, I, 355. 

guorennieu, fractions, I, 372. 

Guorthegern, V, 112. 

guotricusegeticion, délais, IV, 344. 

guoun, plaine, prairie, II, 282. 

Gurcant, I, 341, 345. 

Gurci, II, 419, 420; III, 128. 

Gurcoc, V, 112. 

Gurcon, Guorcon, I, 345. 

Gurgles, V, 110. 

Gurgust, Gorwst, VI, 249, 368. 

Gurniuet, II, 6. 

gurt, contre, IV, 337. 

g\vadd, taupe, V, 125. 

gwaed, sang, I, 341. 

gwaedd, cri, I, 341 . 

gwaen, plaine, prairie, II, 282. 

gwaesaf, gage, III, 97. 

g\vaethaf, le pire, IV, 346. 

gwaethau, rendre pire. IV, 346. 

gwahanredawl, distinctif, VI, 169. 

g\vaith, œuvre ; bataille ; fois, VI, 

33- 
gwaladr, gouverneur, II, 332, 407. 
gwallt, chevelure, I, 360, 367. 
gwann, faible, IV, 340. 
gwant, il perça, VI, 34. 
gwanu, percer, II, 331. 



LVI 



Table des principaux mots étudiés 



gwarae, jeu, V, 222. 

gwaredu, secourir, VI, 16. 

gwares, quïl secoure, VI, 20, 36,37. 

g\vasg, taille, ceinture, V, 491. 

gwasgod, abri, IV, 328. 

gwasgu, presser, serrer, III, 87. 

gwas V ncidr, libellule, V, 220. 

gwawd, gwawt, éloge ; ironie, sa- 
tire ; prédiction, II, 190, 345; 
VI, 40. 

gwawdio, louer ; se moquer, II, 

345- 
gwedi, après, \ I, 58. 
gwedodd, il a dit, II, 190. 
g^veddi, prière, VI, 31, 49. 
gweddio, prier, VI, 31. 
gweint, je perçai, VI, 25, 34. 
gweirglodd, prairie, III, 128. 
gweled, voir, II, 155. 
gwelsai, il avait vu, I, 358. 
gwelspwvd, on vit, VI, 48. 
gwell, meilleur, II, 340; VI, 117. 
gvvellt, herbe, I, 560. 
g^velltog, herbeux, I, 360. 
gwen, beauté, III, 416. 
gv.'en, guen, blanche, I, 344 ; VI, 

220. 
Gwenfael, II, 279. 
Gwenftrewi, II, 336. 
Gwenhwyfar, VI, 257, 259. 
gwenvnen, abeille, I, 90, 97 ; II, 

331- 
gNvers, espace de temps, \ I, 390- 
gwerthyd, fuseau, III, 97 ; IV, 529. 
gwingo, ruer, regimber, V, 222. 
g\vir, vrai, IV, 26. 
gwir anrhvdeddus, très révérend, 

IV, 469'. 
gwirionedd, vérité, II, 117. 
gwisg, vêtement, habit, I, 355 ; V, 

491 ; ^'I> 49- 
gu-iw, digne, bon, propre à, I, 

341, 345; II, 33s, 405. 

gwlad, gulat, contrée, pays, em- 
pire, II, 118, 333 ; III, 294; VI, 
199, 368. 

gwlaw, pi. -ogvdd, pluie, II, 118. 

gwledig, prince, II, 333. 

gwledvchu, régner, II, 190. 

gwlf, gNvlw, bec, I, 36). 

gwlychu, mouiller, II, 332, 333 ; 
III, 88. 



gwna, il fera, VI, 3 1 . 
gwnaeth, il fit, VI, 31, 32, 34. 
gwnaethant, gwneuthant, ils firent, 

VI, 34. 
gwnaethoed, il avait fait, VI, 46. 
gwnaethoedvnt, ils avaient fait, VI, 

gwnaethoeddit, g^vnaethoeddid ; 

il avait été fait, VI, 46, 48. 
gwnaethpwvd, on fit, VI, 48, 49. 
gwnaf, je fais, VI, 31. 
gwnaut, tu faisais, IV, 202. 
g\vnel, il fera, VI, 51. 
gwneuthoch, vous fîtes, VI, 34. 
gwneuthom nous fîmes, VI, 34. 
gwneuthost, tu fis, VI, 34. 
gwneuthum, je fis, VI, 54. 
gwneuthur, faire, VI, 31, 35, 46. 
gwnevd, faire, VI, 31. 
gwnïo, coudre, V, 126 ; VI, 31. 
gwnn, g^vn, je sais, VI, 21, 22. 
gwo, go-, sous, II, 194; II, 324; 

VI, 29,' 33. 
gwobr, récompense, II, 340. 
gvvobrwv, récompense, II, 340. 
g\vor-, guor-, gur-, gor-, sur ; tout à 
fait, 1, 341, 357; II, 324: III, 
44; VI, 51,42. 
gwr, homme ; celui qui, II, 194; 

IV, 203 ; VI, 21. 
gwraig, gwreic, gurehic, femme ; 
celle qui, I, 104; II, 333 ; III, 
89; IV, 203. 
gwraig wen, dame blanche, VI, 

220. 
gwregys, ceinture, II, 533. 
G'.vr gwvn, homme blanc, VI, 

220, 232. 
g\vrm, brun foncé, I, 471 ; III, 

414. 
g\vrvch, poils, soies, III, 89. 
gwth, poussée, VI, 398. 
gwvban, moucheron, V, 222. 
gwvbedvn, moucheron, V, 222. 
gwvbod, savoir, IV, 261 ; VI, 20. 
gwvbvdd, il saura, VI, 42. 
gwydn, souple, III, 403. 
gwvdr, verre, I, 100. 
gwdvwn, je saurais, je savais, VI, 

' 47- 

gwvdd, présence, \ I, 21. 

gwvdd, oie, V, 124. 



aux tomes I-VI 



LVII 



gwvddad, il savait, VI, 47. 
gwvddai, il savait, VI, 47. 
ijwvddel, Gaël, VI, 598. 
gwvddtid, chèvrefeuille, III, 87. 
gwyddom, nous savons, VI, 20, 

21. 
gwvddon, philosophe, III, 46. 
gwvddost, tu sais, VI, 20, 21. 
gwvddvat, il savait, VI, 47, 61. 
gwvg, ce qui est flasque, III, 417. 
gwvledd, modestie, II, 117. 
gwymon, goémon, III, 131. 
g\vvn, guin, blanc, beau, heureux, 

I, 96, 344; II, 276, 411. 
Gwyn, VI, 211, 256, 2)8. 
Gwynedd, VI, 203. 
gwvnt, vent, IV, 23. 
gwyr, hommes, II, 141, 194. 
g\vvr, il sait, VI, 21, 42, 43. 
gwvrdd, vert, III, 128. 
gwystl, otage, I, 341. 
gvlfin, bec, I, 365. 
hacen, I, 214; mais,hagen,II,42i. 
hafal, semblable, I, 95. 
haiarn, fer, III, 269. 
haidd, orge, II, 115, 407. 
hail, hael, généreux, I, 342. 
halen, sel, II, 441. 
haliw, salive, II, 337, 441 ; V, 

495- 
halog, halawg, sali, II, 117; IV, 

346. 
ham, été, II, 143. 
hanner, demi-, I, 359. 
hau, semer, II, 193. 
haul, soleil, II, 188; VI, 40. 
hawdd, facile, III, 86, 410. 
heb, sans, IV, 335. 
hebgori, se dispenser de, mettre à 

part, omettre, IV, 335. 
hebog, faucon, V, 49). 
heddog, tranquille, calme, III, 

410. 
heddvw, aujourd'hui, II, 195, 

215. 
heibio, le long de, VI, 49. 
helcha, chasser, II, 421. 
heledd, saleté, II, 117. 
helw, possession, V, 249. 
hen, vieux, II, 344 ; VI, 115. 
hencassou, antiquités, VI, 509. 
heolydd, rues, II, 118. 



hestor, setier, V, 495. 
heul, soleil, II, 143. 
heuodd, il sema, II, 193. 
heusleuen, pou de brebis, IV, 330. 
heuso, protéger, IV, 330. 
heussawr, heusor, berger, IV, 330. 
hi h-, son (à elle), III, 37. 
hinham, le plus vieux, VI, 115. 
hogen, jeune fille, I, 367. 
hogyn, jeune homme, I, 367. 
hon, celle-ci, I, 218. 
hona, celle-ci, III, 232. 
honneit, allégué, I, 353. 
Hu, I, 259 ; IV, 108, 109. 
huan, soleil, VI, 40. 
hud, magie, I, 259. 
hui, chwi, vous, IV, 341. 
hùn, sommeil, II, 188, 324. 
hunnoid, hunnuid, celui-là, II, 

II). 
hunnu, celui-là, II, 421. 
hwch, hucc, porc, I, 219. 
hwrdd, bélier, V, 222. 
hv, bien, V, 117. 
hvd, longueur, VI, 57. 
hvddgen, peau de cerf, II, 330. 
hyfell, humble, V, 491. 
hvgad, guerrier, V, 495. 
hvlef, qui parle facilement, harmo- 

'nieux,_I, 374, 503, 504. 
hvn, ceci, I, 362. 
hynaf, le plus vieux, II, 344. 
i, son, III, 37 ; VI, 50. 
-i, elle, VI, 16, 47. 
-i, noms abstraits ; pluriels, II, 

118, 140; VI, 14, 15. 
-i, 26 pers. sing. de l'indic. prés., 

VI, 14, I). 
-i, 3e pers. sing. de l'impart., \ I, 

16. 
ia, glace, II, 142. 
iach, sain, I, 81 ; II, 118; VI, 

483. 
iachad, guérison, \, 245. 
iachau, guérir, V, 245. 
iawn, droit, juste, II, 287. 
-id, -là, II, 115. 
-id, 5e pers. sing. de l'indic. prés., 

II, 279. 
ië, oui, \, 223. 
iechyd, santé, II, 118. 
leuan Fawr, VI, 218. 



l.VIII 



Table des principaux mois étudies 



ieuenctvd, jeunesse, V, 124. 
Ilid, III, 128. 

immisline, « allinebat », II, 120. 
immotetiu, « iactata », II, 328. 
immotihiou, « gesticulationcs », 

II, 529. 
impog, baiser, VI, 44. 
inacth, alors, VI, 35. 
infer, embouchure, IV, 342. 
ioled, qu'il prie, I, 370. 
ionawr, janvier, V, 491. 
iouenc, jeune, V, 347; VI, 370. 
ir, le, I, 89 ; II, 194, 19), 205, 

421 ; V, 464. 
Is Cqed Celvddon, Basses-Terres, 

d'Ecosse, VI, 399. 
issid, c'est, VI, 517. 
itlann, vdlan, cour de ferme, aire, 

V, 469; VI, 45. 
ithr, entre, II, 421. 
ludgual, Idwal, II, 331. 
ludnerth, I, 342. 
iurgch, chevreuil, II, 421. 
luthahelo, IV, 346. 

i '\v, à son, à leur, VI, 51. 
Iwerddon, Irlande, II, 115, 196; 

VI, 395. 

leguenid, joie, I, 99, 343. 

Legui, I, 343. 

lever, lumière, VI, 491. 

Liss, II, 442. 

lissiu, lessive, II, 442. 

Litau, Armorique, VI, 509, 510. 

lladron, voleurs, I, 356. 

llàdd, tuer, V, 240. 

lladdai, llcdei, ledi, il tuait, VI, 

16. 
llaeth, laidh, lait, II, 422 ; V, 

467. 
llaetha, quêter du lait, IV, 145. 
llafariad, parole, IV, 340. 
llaffarodd, il parla, V, 349 ; VI, 

284. 
liai, gris, brun, I, 366. 
* liai, moins, II, 322; IV, '338. 
Uaith, mouillé, I, 354. 
llan, enclos, VI, 45. 
Llan Soe, Llansoy, II, 328. 
llanw, marée, pleine mer, I, 216. 
Uaw, lau, main, I, 93 ; II, 109, 

no, 323 ; III, 88. 
llawd, rut, II, 326, 409. 



llawen, joyeux, I, 343; II, 118. 
llawenog, joveux, IV, 264. 
lawenvdd, joie, I, 99; II, 118; 

III, "86; VI, 15. 
llawer, nombreux, II, 322. 
llawn, laun, plein, II, 323, 421 ; 

III, 43- 

llawr, aire, sol, II, 142, 323, 344; 

IV, 332. 

Ile, place, I, 373. 

llech, pierre, II, 525. 

lied, let, largeur, II, 344, 421. 

llefervdd, expression, II, 117. 

lleng, légion, II, 192, 193. 

Ueibio, lécher, II, 191, 340: III, 

87. 
Ueidr, lleidir, voleur, I, 356; II, 

424. 
Ueis, Hais, voix, I, 356. 
lien, lien v werin, iblk-lore, IV, 

295 ; V, 500. 
llcnn, lenn. couverture, II, 326; 

IV, 336/ 
liesg, taible, I, 355. 
llesmair, défoillance, I, 375. 
lletacli, plus large, II, 525. 
llethu, opprimer, écraser, III, 

287, 288. 
llew, -leu, lion, I, 342, 369 ; II, 

424. 
Llew, VI, 257. 
lliaws, multitude, II, 522. 
llif, pi. -ogvdd, inondation, II, 

118. 
llio, lécher, II, 191. 
lliw, couleur, II, 325. 
llodig, (truie) en chaleur, II, 

326. 
Lloegr, l'Angleterre, \ I,'270. 
llof-, main, II, 323. 
lloriau, aires, II, 344. 
lloscwrn, queue, I, 335. 
llosgi, brûler, I, 102. 
llost, queue, I, 355. 
lluarth, jardin, II, 136; IV, 346. 
lludw, cendres, II, 326, 327, 

409. 
llug, brillant? VI, 19. 
Hun, forme, I, 343. 
Llun, lundi, I, 205. 
llurug, cuirasse, I, 337. 
llus, airelles, V, 223. 



(IIIX iO)llCS \-\\ 



llusgo, traîner, I, 55). 

Uwfr, lâche, I, 367. 

llwm, nu, I, 367. 

llws, pi. Uyson, trace, IV, 346. 

Jlwvd, gris, II, 326. 

llwvn, buisson, VI, 19. 

Jlvdan, litan, large, I, ç)6\ II, 

'525, 344- 
llyfelyn, orgelet, VI, 506. 
llvfn, uni, I, 367 ; IV, 330. 
llyfr, manuscrit, cahier, livre, I, 

' 205 ; III, 420. 
llvfr car, partie du traîneau qui 

glisse sur le sol, IV, 335. 
Ivfredd, lâcheté, II, 117. 
llvfu, lécher, II, 191, 340. 
llyg, loir, III, 89. 
llygad, œil, II, 143 ; V, 223. 
llvgoden, une souris, III, 89. 
llygorn, lampe, I, 220. 
llynges, flotte, I, 361. 
llym, aigu, I, 367. 
llvncu, avaler, I, 360. 
llvnn, étang; boisson, II, 323; 

' V, 469. 
llys, cour, I, 100. 
Llvs Don, Cassiopée, VI, 257. 
Uvsiau, herbes, plantes, I, 217. 
llvswén, llvsvwen , anguille, II, 

"193. ■ 

llvvvio, gouverner, V, 468. 
lo, veau, II, 421. 
-lonedd, plénitude, II, 117. 
louber, lumière, I, 218. 
Loumarch, Lvuarch, I, 342. 
Lucam, Lucques, IV, 202. 
luird, jardins, II, 136; IV, 346. 
-m-, moi, VI, 50. 
mab, map, pi. meib, enfant, fils, 

II, 118, 191, 196, 411 ; III, 

38, 89, 270; IV, 281, 329. 
macwv, garçon, II, 135, 191, 

196"; ni, 87, 281. 
mad, bon, I, 343. 
Madoc, VI, 409, 507. 
maedd, coup, I, 345. 
Maelgwn, Mailgwn, VI, 200, 209, 

230, 256, 368. 
maelron, phoque, II, 452. 
maen, pierre, III, 241 ; IV, 331. 
maer, intendant, I, 503. 
maes, champ, VI, 30. 



maeth, nourriture, I, 345; VI, 46. 
maeth, il a nourri, VI, 29, 30, 46. 
magadoedd, il avait été nourri, 

VI, 4S. 
maged, il fut nourri, VI, 45. 
magu, nourrir, II, 191; III, 38; 

VI, 29. 
maidd, petit-lait, IV, 333. 
mail, chauve, II, 421. 
Mailennvth, II, 118. 
Mair, Marie, I, 209. 
maith, ample, V, 460. 
maithur, nourriture, II, 421. 
mal, comme, I, 89. 
malw, malwen, escargot, II, 441. 
mail, doux, flasque, lent, II, 441. 
managadoedd, il avait été raconté, 

VI 45, 46. 
Manaw, I, 359. 
Manawvddan, Man, VI, 399. 
mantell, manteau, V, 491. 
manwl, exact, I, 367. 
march, cheval, I, 343. 
maru, mort, I, 216. 
Maun, VI, 267. 
maur, grand, I, 343. 
mebvd, enfance, II, 118. 
medi, moissonner, I, 360. 
medr, habileté, II, 190. 
medraf, je peux, II, 190. 
medru, lancer, II, 7. 
meddu, posséder, II, 136. 
meddwi, s'enivrer,!, 165. 
mein, mince, II, 421. 
meini, pierres, II, 118. 
Meirionvdd, II, 118. 
mel, miel, I, 366; VI, 201, 569. 
melin, moulin, I, 213. 
-meluet, escargots, II, 441. 
mehvi, s'étendre en glissant, II, 

441. 
melyn, jaune, I, 566, 367 ; VI, 528. 
mellhionou, violettes, IV, 329. 
meneich. moines, VI, 61. 
mer, chose liquide, I, 375. 
merch, pi. ed, fille, I, 374 ; II, 1 18, 

53)> 334- 

merllvn, étang, I, 375 ; II, 120, 

mervn, goutte, particule, I, 98. 

-metetic, moissonné, IV, 343. 

meudwy, ser\-iteur de Dieu, er- 
mite, III, 87; V, 339; VI, 30. 



LX 



Table des principaux mots étudiés 



meusydd, niaesvdd, champs, VI, 

30.' 
mewn, au milieu, VI, 525, 526. 
migwrn, articulation, I, 571. 
mil, mille, III, 34. 
minn, diadème, couronne, V, 466. 
mis, pi. oedd, mois, III, 282. 
môdd, mesure, IV, 343. 
moeledd, calvitie, II, 117. 
moi, mettre bas (un poulain), II, 

327; VI, 55. 
molim, moli, louer, I, 360; II, 

135,136. 
monachod, moines, II, 118. 
morduit, cuisse, II, 421 ; VI, 396. 
mordwvo, naviguer, VI, 396. 
Morgan, I, 339, 343. 
morionen, tourmi, IV, 465. 
muin duiu hraut, jugement de 

mon Dieu, VI, 266. 
munnguedou, entrailles. II, 188. 
mwng, crinière, I, 367. 
mwnwgl, mvnwgl, cou, IV, 337; 

VI, 325. ' 
mwyar, mûres, I, 211. 
mwyara, chercher des mûres, IV, 

145. 
mwys, plat, VI, 214. 
my, mon, I, 89. 
mynach, moine, I, 89. 
mynet, aller, II, 442. 
mynnu, mvnu, chercher, deman- 
der, désirer, VI, 528. 
mvnych, nombreux, V, 247. 
mvnvdd, minid, montagne. I, 94; 

'II,' 207; VI, 483. 
mysg, milieu, I, 99. 
mysgu, mêler, I, 99. 
mywionen, fourmi, I, 102 ; IV, 

465. 
nadu, sonner, crier, III, 36. 
nant Trineint, II, 6. 
nawd, nature, caractère, V, 223. 
nawdd, protection, III, 100. 
nawn, midi, II, 418. 
nei, nev, neveu, II, 324. 
neidr, neidir, pi. nadredd, serpent, 

h 355, 356. 
nef, nem, ciel, I, 92; II, 5. 
Neifion, I, 361. 
nemawr, pas beaucoup, I, 562 ; 

II, 120. 



nen, voûte, toit, ciel, IV, 334. 
nentvdd, ruisseaux, II, 118. 
nepell, pas loin, I, 362. 
nerth, force, I, 344. 
neuat, neuad, cour, II, 5. 
Xeuet, II, 6. 
newid, échange, II, 191. 
nevvvdd, newv, nouveau, III, 87 ; 

VI, 16. 
ni, nous, II, 421. 
nimer, nombre, II, 421. 
Ximet, II, 6. 

nith, nièce, II, 324; IV, 343. 
noddi, protéger, III, 100. 
noe, plat en bois, creux, VI, 49. 
noeth, nu, I, 369. 
no get, (plus) que, VI, 58. 
noid, nuit, II, 422. 
nos nuit, I, 369, 374; V, 124; 

VI, 26. 
nou, ni, II, 5. 
Xudd, VI, 205. 
nuvbo, il le serait, VI, 50. 
nuydalho, il le tiendrait, VI, 50. 
nuygelho, il le cacherait, VI, 50. 
nuv hatnappo, il le connaîtrait, 

VI, 50. 
nuv kvmrwv, il l'enveloppera, 

VI, 50. 
nyth, nid, II, 354. 
o, de, par, II, 421; V, 108; VI, 

45- 
o, si, III, 89. 
oc, avec? II, 418. 
ocoluin, pierre à aiguiser, III, 224. 
ocr, usure, I, 363. 
-och, 26 pers. pi. du futur, V,488. 
-od, noms abstraits ; pluriels, II, 

118. 
o dan, sous, VI, 45. 
odif, odi, jeter, II, 135, 136. 
odyn, four, II, 327, 409. 
-odd, 3e pers. sing. du parf., V, 

348, 349. 
oddf, bouton, bosse, nœud dans 

un arbre V, 468. 
oddvna, depuis ce temps, VI, 33. 
oddvnaeth, depuis ce temps, VI, 

33- 
-oe, 3<= pers. sing. du futur, IV, 

3 39- 
oedd, il était, VI, 47. 



aux tomes I-VI 



LXI 



-oedd, pluriels, II, 119. 

oeddit, tu étais, VI, 47. 

oeddwn, j'étais, VI, 47, 49, 50. 

oen, agneau, VI, 22. 

oes, il est, il y a, VI, 49, 50. 

-og, adjectifs, I, 354. 

ongl, angle, II, 194. 

ohonei, ohoni, d'elle, VI, 16, 47. 

ohonof i, de moi, VI, 45. 

-oint, 3= pers. plur. du futur, V, 

488. 
ol, marque, trace, I, 371. 
-cl, adjectifs, I, 355, 373. 
olin, olwvn, roue, II, 194, 449. 
oll, holl, 'tout, II, 196; III, 88. 
on, frêne, I, 344. 
-on, -ion, pluriels, II, 118. 
oper, embouchure d'un fleuve, 

VI, 45- 
ostruth, autruche, IV, 345; VI, 528. 
-ou, -eu, -au, pluriels, I, 218; II, 

119. 
Owain, VI, 205. 
pa, quel, VI, 60. 
pabell, tente, I, 503; V, 491. 
pair, bassin, chaudron, IV, 331. 
paith, désert, dévasté? I, 357; II, 

339- 
paith, aspect, II, 539, 411. 
palmer, pèlerin, IV, 212. 
pall, défaut, II, 408. 
palla, il manque, IV, 341. 
pallu, manquer, II, 337. 
pan, quand, pourquoi, I, 89 ; VI, 

60. 
par, lance, II, 41 1. 
parth, part, portion. II, 333, 334; 

V, 253. 
pas, toux, II, 189, 41 1. 
paup, chaque, II, 276. 
pawen, patte. II, 410. 
pechadur, pêcheur, I, 205. 
pedair, quatre fém., II, 116. 
pedwaredd, la quatrième, II, 116. 
pedwerydd le quatrième, II, 116, 

peilliaid, tarine. II, 411. 

pelechi, « clauae », II, 338, 408; 

m, 89. 
pell, loin, II, 339, 340, 408. 
pen, tête, II, 206, 330, 411 ; III, 

271. 



penadur, monarque, I, 358. 

pendefig, prince, grand person- 
nage, V, 126. 

Pendragon, VI, 259. 

peuglog, crâne, V, 242. 

penitra, « tractât », IV, 341. 

pennod, chapitre, II, 118. 

Penn Ohen, « caput boum », V, 
418. 

penyd, pénitence, V, 491. 

penydu, faire pénitence, V, 491. 

pêr, doux, II, 408. 

perchen, possesseur, II, 408. 

perchenokyon, possesseurs, III, 37. 

perchu, vénérer, II, 408. 

perth buisson, III, 89. 

peryf, souverain, I, 344. 

peswch, toux, II, 189, 411. 

petgwar, quatre, II, 115. 

pethau, petheu, pethe, choses, I, 
358 ; II, 119. 

peullawr, livres, VI, 30, 31. 

peunoeth, chaque nuit, I, 94. 

peunyd, chaque jour, I, 94. 

peuo, souffler, II, 411. 

pi, pi. od, pie, I, 375 ; II, 120. 

pib, pipeau, instrument de mu- 
sique, VI, 50. 

pibell, pipeau, VI, 50. 

pieuat, il possédait habituellement, 
VI, 47- 

pimp, pump, cinq, I, 105 ; II, 
341. 

piog, pie, 1, 37). 

plant, enfants, II, 189, 330, 411. 

plantach, marmaille, II, 189. 

planthonnor, « fodientur » II, 411. 

plwm, plomb, I, 219. 

plwyf, paroisse, VI, 14. 

plyg, pli, I, 205. 

po, d'autant (plus), VI, 61. 

pobi, cuire, II, 340. 

poc, baiser, V, 143 ; VI, 528. 

pocyn, baiser, V, 143. 

poer, crachat, II, 337. 

poeth, cuit, I, 354; II, 276, 340; 
V, 460. 

pont, pont, III, 281. 

porthi, porter, IV, 261. 

poulloraur, « pugillares », VI, 50. 

powys, repos, I, 205. 

praidd, proie, V, 493. 



LXII 



Table des principaux mois étudiés 



prain, festin, V, 490. 

pren, arbre, II, 533. 

prid, cher, II, 408. 

pridd, argile, V, 125 . 

priodad, marié, I, 553. 

pryderi, sollicitude, IV, 356. 

Prydtri, VI, 210. 

prvf, prem, ver, I, 92. 

Pryf Du, VI, 259. 

prvneit, prvnid, il était acheté, 

VI, 16, 47. 
prvnu, prvnnu, acheter, II, 340; 

m, 37, >8. 

pubyr, poivre, I, 100. 

pur, pur, I, 205. 

puvlla, il considère, IV, 341. 

pwU, pull, fosse, étang, lac, II, 

343; VI, 528. 
pwv, qui, VI, 60. 
pwy-bynag, quiconque, I, 362. 
-pwyd, prétérit passif, VI, 48, 49. 
pwyo, frapper, II, 408. 
pyg, poix, I, 205. 
pv gilyd, (de l'un) à l'autre, VI, 

59-' 
pylor, pluor, poudre, II, 194. 
pyllawc, marécageux, II, 343. 
pynag, pinnac, quelconque, I, 362 ; 

II, 421. 
pysg, pisc, poisson, I, 99, 479; 
' II, 322. 
pythewnos, p\thefnos, quinze 

jours, II, 192. 
Quouoc, V, 437. 
-rawt, VI, 17. 
reith, droit, II, 422. 
retteticc, couru, II, 421. 
rhaff, corde, I, 369. 
rhag, devant, IV, 332. 
rhan, partie, part, I, 95, 363 ; IV, 

343- 
rhasgl, racloir, V, 491. 
rhaw, bêche, IV, 166. 
rhefawg, corde, I, 369. 
rheffyn, petite corde, I, 369. 
rhedeg, courir, VI, 16. 
rhennaid, sorte démesure,!, 372. 
rhew, gelée, I, 368 ; II, 325, 327, 

421. 
rhewvdd, volupté, I, 356; II, 193. 
rhigwm, amphigouri, I, 352, 354. 
rhigyl, courant, I, 354; II, 119. 



rhioli, gouverner, I, 344. 
rhoddi, donner, I, 102. 
rhoddi, tu donnes, VI, 15. 
Rhonabwy, I, 34. 
rhudd, rud, rouge, II, m; VI, 

267. 
rluiddel, rougeole, V, 126. 
rhuddir, il rougit, VI, 40. 
Rhufain, Rome, I, 205, 370. 
rhwyd, filet, IV, 337. 
rhwyf, roi, chef, II, 324. 
rhv, trop; avant, II, 324 ; IV, 356. 
rh'vch, sillon, I, 205, 552, 357; 

II, 334. 

rhychasai, il avait sillonné, I, 357. 
rhyd, gué, I, 98, 205; II, 326, 

334; V, 228. 
rhydd, libre, II, 116, 327. 
Rliyddwal, II, 331. 
rhyfarnu, préjuger, IV, 336. 
rhvm, lien, I, 95. 
rhyw, espèce, I, 373 ; II, 327. 
Riguallaun, I, 342. 
rimawv, accorde-moi, VI, 44. 
ro-. rv-, particule de passé, II, 

324". 
rodyd, tu donnes, VI, 14, 1$. 
Rosser, Roger, IV, 236. 
rothwv, qu'il donne, VI, 41. 
rothwyr, donne! VI, 41, 42. 
ruimmein, liens, I, 95, 119. 
rwy digonsei, qui l'avait fait, VI, 

se. 
rwy goreu, il le fit, VI, 51. 
rymaeth, qu'elle nourrit, VI, 56. 
rymafei, il me donnait, VI, 44, 

50. 
rymawyr, accorde-moi, VI, 37, 

43, 50- 
ryvaeth, il nourrit, VI, 57. 
ryw goreu, qui le fit, VI, 51. 
safiad, action de se tenir debout, 

III, 35. 

-sai, 3e pers. sing. du plus-que-par- 
fait, I, 358. 
sain, son, I, 102. 
sedd, siège, VI, 390. 
sefyll, se lever, I, 93; III, 3). 
Seii, II, 328. 

seinio, faire du bruit, I, 102. 
seiri, charpentiers, II, 118. 
seith, sept, II, 337, 422. 



(Uix tomes I-VI 



LXIII 



scrch, amour, II, 528, 555, 3^3. 

sibwl, ciboules, III, 241. 

sigaw, rompre, disperser, II, 442 ; 

III, 171. 

-sid, il est, V, 125. 
sidan, soie, V, 494. 
-sit, 3e pers. sing. du parfait, II, 

279. 
slywen, slovven, anguille, II, 195 ; 

IV, 335. 

sofl, chaume, I, 217. 

son, bruit, I, 102. 

sonio, faire du bruit, parler, I, 

102. 
Soy, II, 328. 
strutiu, « antiquam gentem », III, 

100. 
Succat, Succait, Suçait, dieu de la 

guerre, I, 259; V, 495. 
Sul, dimanche, I, 205. 
Sulgen, I, 344. 
sumpl, swmbwl, aiguillon, II, 

344- 
swydd, comté, II, 118. 
swyn, charme, V, 492. 
sych, sec, I, 205, 567; II, 119. 
syched, soif, II, 119. 
sydd, sy, (il) est; V, 125; VI, 

317-' 
syfi, traises, V, 127. 
syllu, regarder, III, 228. 
symbylu, aiguillonner, II, 344. 
syw, élégant; sage, savant? II, 

328. 
svwedydd, astronome, astrologue, 
" sage, II, 328; m, 88. 
-t, 3e pers. sing. du prétérit, VI, 

25, 34- 
tâd, tat, père, I, 338, 345. 
taer, vif, prompt, IV, 339. 
Tâf, II, 444. 
tafell, pièce mince de bois, etc., 

V, 491. 
Tafida, II, 444. 

tagu, étrangler, II, 190. 
tangnefedd, caractère paisible, II, 

117. 
tair, trois férn., I, 209; II, 116. 
taith, chemin, I, 345. 
talcen, front, II, 135, 530. 
Taliesin, VI, 258. 
talm, espace, V, 224. 



tân, pi. tanau, feu, II, 135, 324. 
tant, piur. tannau, corde, II, 135, 

411. 
taran, tonnerre, V, 382. 
tardei, il tomberait, VI, 38, 39. 
tarw, taureau, II, 450. 
taroden, tarwden, trwden, maladie 

de peau, II, 190. 
tegdin, tyddyn, tyn, maison avec 

la terre qui l'entoure ; petite 

ferme, VI, 49. 
lei, tai, maisons, VI, 49, 
teithi, qualités, VI, 169. 
Teithyon, I, 345. 
teneu, tenau, mince, I, 88, 358. 
tes, chaleur, II, 324. 
tcw, épais, I, 368 ; II, 424. 
tewi, se taire, II, 425. 
tewyn, tison, II, 326. 
teyrn, seigneur, souverain, I, 

545; II, 117- 

teyrnedd, souveraineté ; souve- 
rains, II, 117. 

-th, 3e pers. sing. du prétérit, VI, 
24-29, 32, 34. 

Theodothyon, Thionville, IV, 244. 

ti, te, toi, VI, 20. 

tir, plur. edd, terre, I, 372 ; II, 
118. 

tirio, aborder, I, 372. 

tlawd, misérable, V, 460. 

tlodi, pauvreté, II, 118. 

to, couverture, toit, I, 368 ; VI, 

49- 
toddi, fondre, III, 87. 
Toquonoc, V, 437. 
tor, torr, ventre, IV, 34c ; V, 

221. 
tori, briser, I, lOi. 
torogen, personne qui a une 

grosse panse, V, 224. 
toulu, teulu, famille, VI, 49, 316. 
Towoedocus, V, 437. 
tranoheth, lendemain, IV, 346. 
trederran, tiers, I, 95. 
tref, pi. i, vdd, village, habitation, 

ville, I, 216, 370; VI, 14, 15. 
trengid, il périt, II, 279. 
treidia, il pénètre, IV, 341.. 
treing, il périt, II, 279. 
tridiau, trois jours, I, 353. 
trigo, rester, IV, 344. 



LXIV 



Table des principaux mots étudiés 



trin, bataille, I, 365. 

trodwen, étourneau, IV, 345. 

trom, lourde, II, 343. 

truedd, misère, II, 117. 

trugaredd, miséricorde, II, 117. 

trui, par, II, 421. 

trum, bord, I, 363. 

trus, au delà, II, 425. 

trvvch, truch, coupé, II, 188; IV, 

331- 
trwdel, maladie de peau, II, 190. 
trwm, trumm, lourd, triste, 1, 367, 

503 ; II, 345. 
trydydd, t. trj'dedd, troisième, II, 

116, 529. 
trymaf, le plus lourd, II, 343. 
trvmder, pesanteur, tristesse, II, 

'543- 
trymhau, rendre lourd, II, 543. 
tu, côté, II, 117. 
Tudwal, II, 331. 
tuedd, tendance, inclination, II, 

117 ; III, 229 ; VI, 390. 
tum, tour ? II, 136. 
tut, peuple, VI, 267. 
Tutnerth, I, 344. 
Twm Gelvvdd Teg, VI, 214. 
Twm Sion Catti, VI, 214. 
twr, pi. tyrau, une tour, VI, 509. 
Twrch Trwvth, VI, 232, 233, 

235. 
twrf, pi. tyrfau, tumulte, II, 343. 
tvvym, chaud, I, 217 ; II, 324. 
ty, maison, III, 241 ; VI, 49. 
ty bach, le privé, I, 399. 
tyfu, croître, III, 36. 
tyngu, jurer, IV, 261; V, 253; 

tyng\v(v)t, il fut juré, destiné, \ I, 

' 49- 

Tylwyth Teg, VI, 220. 
tymher, tempérament, II, 117. 
tymheredd, température, II, 117. 
tyn, tendu, I, 367. 
tyner, tendre, I, 100. 
tynnu, tynu, tirer, VI, 528. 
tywyll, obscurité, I, 89,99. 
tywys, action de conduire, VI, 

311. • 
tywysog, chef, prince, VI, 311. 
uceint, vingt, I, 211. 
uchel, haut, II, 422; VI, 267. 



ucher, soir, IV, 342. 

uddygl, suie, V, 126. 

ui, œuf, II, 421. 

uhv, ulvf, cendres chaudes, II, 

136. \ 
un, un, \ I, 398. 
unyd, unité, IV, 336. 
-ur, -wr, noms d'agent, I, 104. 
Urien, VI, 257, 259. 
us, menue paille, I, 356. 
usun, balle de blé, I, 356, 337. 
uth, horreur, I, 457, 458. 
uvudd, obéissant, I, 357. 
Uwch Coed Celvddon, Hautes 

Terres d'Ecosse, VI, 399. 
-val, -wal, III, 88. 
Vidnimet, II, 6. 
Vortigern, II, 194. 
'w, (à) son, leur, VI, 51. 
\vc, il importe, VI, 18. 
-wch, noms abstraits, II, 189. 
-\vm, I, 5)2 ; II, 119. 
Woednovius, V, 437. 
-wrn, I, 371. 
Uurtigern, V, 112. 
wrthvt ti, contre toi, IV, 261. 
-wy, 3e pers. sing. du futur, IV, 

339- 
-wj'd, passif du prétérit, \ I, 49, 

50. 
wyf, je suis, VI, 35, 49, 50, 510. 
wvn, agneaux, VI, 22. 
wyneb, gwyneb, face, honneur, 
wll, 411 ; VI, 29. 
wvnebwerth, don à l'épouse, II, 

■411. 
wyr, petit-fils, II, 196, 327. 
wvt, tu es, VI, 49, 50. 
y," à, I, 87, 88. 
■y, yr, que, VI, 52. 
-y-, le, lui, VI, 50. 
-ych, II, 190. 
Ychain Bannog, IV, 274. 
yd, it, blé, I, 96; II, 522, 449; 

IV, 342; VI, 254. 
-vd, noms abstraits; pluriels, II, 
' 118. 
-yd, 2^ pers. sing. de l'indicatif 

prés, actif, II, 279. 
-vdd, pluriels; noms de districts, 
'II, 118; VI, 14. 
y ddoe, hier, II, 195. 



aux loiiies I-\'l 



LXV 



•f, il boit, II, 522. 
'fed, evet, boire, I, 98; II, 322. 
• fory, demain, II, 193, 195. 
•-h, son à elle, I, 165. 
•m-, se, I, 373. 
•menyn, beurre, I, 91. 
•mennydd, cervelle, II, 118. 
•mgyfleant, ils se placent, I, 573. 
'mmodbren,mopren, bâton pour 
remuer la bouillie, etc., II, 328. 
•m pa..., VI, 43, 44. 
•n, in, dans, I, ici, 355. 
n, préfixe d'adverbes, IV, 538. 
na, alors, VI, 53. 
■nddi, en elle, II, 115. 
nddo, en lui, II, 115. 
nddynt, en eux, II, 113. 
no, là, I, 100, 215. 
nvd, les jours gras, V, 490. 
nys, île, I, 99. 
'nvs Prvdain, l'île de Bretagne, 

VI, 599- 

r, y, le, II, 194, 195. 
T avvr, lorsque, IV, 329. 
T wvf, ie suis, II, 195. 
s, c'est, VI, 317. 



ysbaid, espace, I, 280. 
ysbrj'd, esprit, 1,280. 
ysbyddad, aubépine, VI, 390. 
ysgarth, ordure, IV, 331. 
ysgawen, sureau, III, 241. 
vsgwd, jet d'eau, cascade, VI, 

■ 398- 

ysgwth, coup, \ I, 398. 
ysgwthr, action de couper, VI, 398. 
ysgwyd, bouclier, V, 249. 
ysgwydd, épaule, V, 2z]9. 
3'sgvfarnog, lièvre, IV, 551. 
ysled, traîneau, IV, 335. 
yslywen, aiguille, II, 193. 
-vssit, 3e pers. sing. du parf. actif, 
■ II, 279. 

ystaen, étain, V, 492. 
ystarn, selle, VI, 528. 
ystod, intervalle, II, 191. 
ystrad, istrat, pays plat bordant 

un cours d'eau lent, II, 190; 

III, 36. 
ystrodur, bat, V, 490. 
ystryw, stratagène, I, 565. 
yt, yd, y, particule verbale, VI, 60. 
yw, il est, V, 487. 



VII, CORXIQUE. 



\ 



(Voir I, 355-345; III, 86; IV, 261-264; V, 108, ic^, 143, 215, 216.) 



aed, feu, I, 538. 

jEdiin. I, 538. 

Aé"doc, <f ardente », I, 358. 

.Eulcen, I, 338. 

aga, leur, I, 215. 

ageri, ouvrir, I, 102. 

altrou, beau-père, I, 220. 

am, baiser, IV, 261. 

amenen, emenin, amanvn, beurre, 

I, 91 ; IV, 264. 
an, en, le, I, 89, 206 ; V, 464. 
an, notre, I, 216. 
anaf, « stellio », V, 218. 
Anaguistl, I, 338. 
Anaoc, I, 338. 
Anaudat. v père de l'harmonie », 

I, 358. 
Anauprost, I, 358. 
ancow, mort, I, 218. 
an ur, quand, IV, 329. 

Revue Celtique, XXIX. 



ar-, er-, yr-, IV, 333. 

anozo, anotho, de lui, I, loi. 

aradar, charrue, I, 88. 

Arganbri, I, 338, 339. 

Arganlis I, 338. 

argant-, argent, I, 338; VI, 201. 

Arganteilin,« au coude d'argent », 

I, 338 ; VI, 249. 
Argantmoet, I, 338, 343. 
arvez, mûr, IV, 345. 
as, votre, I, 215. 
athan, sous, V, 107. 
-auc, V, 108. 
avel, comme, I, 89. 
awell, awel, désir, IV, 341. 
bahell, hache, IV, 346. 
hahet, sanglier, IV, 346. 
bal mine, III, 240. 
banathcl, genêt, I, 89 ; III, 400. 
barf, baref, barbe, I, 216. 



LXVI 



Table des principaux mots étudiés 



bedeven, bouleau, II, 128. 

befer, castor, II, 127, 283. 

begel, nombril, I, 99. 

Bdi, I, 558. 

Benedic, « béni », I, 358. 

ber, broche, I, 98. 

ber, court, V, 219. 

bern, monceau, V, 219 ; VI, 269. 

bes, bvs, jusqu'à, VI, 57. 

bisou, besaw, bague, I, 218. 

biu, vif, I, 97. 

bizwaudhu, quatrième, III, 242. 

BWcuf, Blevt/cuf, I, 338, 540. 

bledh, bleit, loup, I, 339. 

BleJros, Blethros, I, 338, 344. 

Bodmin, I. 339. 

boobun. mèche de lampe, III, 240. 

Boscawen, III, 241. 

bras, grand, V, 219. 

breilu, rose, V, 219. 

Brenci, I, 339, 340. 

Brethoc, I, 339. 

-bri, I, 339. 

brithel, breeul, maquereau, III, 

242. 
brou, breo, meule, III, 282, 286. 
brv, (faire) estime, V, 268. 
buccaboo, un diable, III, 241. 
Budic « victorieux », I, 339. 
bue, fue, il fut, VI, 19, 20. 
bugel, berger, I, 104. 
bythyth, tu seras, IV, 333. 
camdhavas, camniuet, arc-en-ciel, 

VI, 391, 392. 
Canre(/eo, I, 339, 344. 
cant-, blanc, I, 539. 
Cantgethen, I, 339, 341. 
caradow, aimable, I, 358. 
carn, amas de rochers, III, 241. 
cat-, cas, bataille, I, 339, 
Catgustel « otage de bataille », 

I> 359- 

Catuutic « victorieux dans la ba- 
taille », I, 339. 

cawal, corbeille, IV, 329. 

Ceenguled, I, 339. 

Cemovre, Comoere, Comuyre, 1, 

339, 340. 
Cen, « pean » .■', I, 339. 
-cenedl, race, I, 339. 
Cengor, I, 339. 
Cenhui(fel, I, 339. 



Cenmenoc, I, 339, 343. 

Cenmyn, I, 339. 

cennen, « membra[na] oui », I\', 

546. 
-cenoc, I, 539. 
Cest, I, 359. 
chahen-, beau, IV, 546. 
cherhit, héron, IV, 332. 
chiblz, oignons, ciboules, III, 241. 
chil, lampe, III, 241. 
ch\', maison, ITI, 241. 
ci,' chien, I, 539, 340, 345. 
cigel, quenouille, I, 100. 
cilcet, « tapiseta », IV, 340. 
Cihfri, I, 340. 
cledhe, cledha, épée, I, 94. 
clos, gloire, louange, II, 404. 
colom, pigeon, 1,219. 
-comhal, I, 340. 
compos, uni, I, 214. 
-con, I, 340, 345. 
conerioc, enragé, IV, 344. 
Conre(/eu, I, 340, 344. 
Costentin, Custentin, I, 340. 
creman, une faux, VI, 382. 
crif, cref, crev, fort, I, 92. 
crillas, cave, III, 241. 
crochen, croin, peau, I, 215. 
crogan, crogen, crogun, coquillage, 

coquille, moule, III, 241 ; V, 

220. 
crou, étable à cochons, III, 241. 
crue, monceau, I, 471. 
-cum, cuf, aimable, I, 340; III, 

275. 
cuthe, cacher, V, 221. 
danger, pouvoir, IV, 262. 
darn, morceau, V, 221. 
datheluur. «concionator»,IV, 542. 
de, à, I, 88. 

de gwenar, vendredi, I, 100. 
dehou, droit, I, 218. 
dek, deag, dix, III, 240. 
dele, vergue, IV, 337. 
dena, téter, I, 100. 
Dengel, I, 340. 
deu, deau, deux, 1I1> 240. 
Deui, I, 340. 
dewes, boisson, II, 194. 
dewthek, dawthack, douze, III, 

240. 
dhu, noir, III, 241. 



aux ioiiu's I-VI 



LXVII 



diber, selle, IV, 557. 

diberi, debry, dibrv, manger, I, 

212. 
diguldaavz, la fête de la récolte, 

III, 241. 
discoruunait, rage, IV, 544. 
Diuset, « choisi », I, 340. 
do, à, IV, 336. 

dof, gendre, III, 407. 
dorn, poing, I, 462. 
dorsona, dursona. Dieu vous bé- 
nisse, III, 8s ; IV, 264. 
down, profond, I, 220. 
dowomisura mi, « compensabo », 

IV, 346. 

doy, hier, I, 474. 
doz, doux, IV, 261. 
dozo, dotho, à lui, I, loi. 
dregyn, dregen, dregan, maux, IV, 

262. 
drok, mal, IV, 344. 
dur, dour, eau, I, 217. 
durdala, Dieu vous le rende ! 

merci, III, 85 ; IV, 264. 
duy, Dieu, II, 2. 
-duythal, I, 340. 
dybrys, on mangeait, VI, 48. 
-dylic, -dylyc, chéri, I, 338, 340. 
dvwvsvs, choisi, I, 340. 
eath, huit, III, 240. 
ebral, avril, I, 97. 
ednack, onze, III, 240. 
ef, lui, I, 92. 
ehal, troupeau, VI, 485. 
-eilin, elin, coude, I, 340. 
elerch, cygne, II, 334. 
elestrenn, « carex », IV, 329. 
elinn, rasoir, IV, 344. 
Elisaued, Elisabeth, I, 540. 
en, le, I, 69. 

enchinethel, géant, II, 330. 
enef, âme, I, 90, 92. 
enep, face; page, I, loi ; VI, 29. 
ergh, il commande, IV, 261. 
eru, sillon, I, 216. 
estren, huître, I, 213. 
eth, foyer? II, 327. 
eus, il y a, IV, 264. 
Ewsannec, I, 340. 
eythinen, « ramnus », IV, 529. 
felja, fendre, II, 335 . 
flour, flor, floyr, doux, V, 250. 



folterguske, « freneticus », IV, 344. 

frau, corneille, II, 335. 

Freoc, I, 340. 

frig, fruc, narine, I, 215 ; II, 335. 

Fuandrec, I, 340. 

fuef, fuf, vef, je fus, VI, 19, 20. 

fuen, nous fûmes, VI, 19. 

fues, ves, tu fus, VI, 19, 20. 

fugh, feugh, vous fûtes, VI, 19. 

-futh, I, 343. 

gallos, pouvoir, I, 89. 

gan, gans, avec, I, 88. 

garow, rude, IV, 344. 

gauar, chèvre, IV, 329. 

Gaudreit, I, 340, 341. 

gelwel, appeler, I, 93. 

gemmou, pierres précieuses, IV, 

346. 
genau, bouches, I, 218. 
-gent, -ient, I, 340. 
geny, naître, I, 93. 
ger, parole, I, 99. 
gijoaltu, III, 241. 
GlowmœJ, I, 340, 345. 
Gluiucen, « peau brillante " ? I, 

3 39> 340. 
golou, golow, lumière, I, 218. 
golsow, goslou, écoute ! IV, 261. 
gon, won, je sais, VI, 21. 
gothfos, savoir, IV, 261. 
goyf, hiver, I, 212. 
Gratcant, I, 339, 341. 
Grifiut/, Grifiud, I, 341. 
grou, sable, V, 245. 
Guaedret, Guairfrit, Warfrit, I, 341, 

344- 
Guaruaret, I, 341. 
gubennid, oreiller, VI, 389. 
-gueithen, -gethen, -geden, I, 341. 
guen, guon, goon, plaine, II, 282. 
guen, blanche? I, 341. 
Guene, I, 341. 

guenenen, abeille, I, 90, 97. 
Guenguiu, Wenwiu, I, 341. 
Guenneret, I, 341. 
Guentanet, I, 341, 345. 
guetha, gueze, le pire, IV, 346. 
guhien, guêpe, IV, 334. 
guiden, arbre, I, 96. 
guilan, « alcedo », IV, 332. 
guistel, -guestel, -guistl, -guistyl, 

-gustel, otage, I, 341, 545. 



LXVIII 



Table des principaux mots étudiés 



guiu, -wiu, digne? I, 541, 545. 
guldaaz, fètc de la récolte, III, 

241. 
gur, guar, homme, II, 141 . 
gur-, préfixe intensif, I, 541. 
guraf, gvraf, je fais, VI, 31. 
Gurcant, I, 339, 541. 
Gurcencor, I, 341. 
gurhemin, commandement, I, 341. 
GurheterrI, 341. 
Gurient, I. 341, 342, 345. 
gurthit, fuseau, IV, 529. 
Guruaret, I, 345. 
-gust, « choix », I, 345. 
gustle, promettre, I, 341. 
-gwallon, I, 341. 
gweder verre, I, 100. 
gwiban, moucheron, V, 222. 
gwvns, vent, IV, 23. 
Gyiiiccael, I, 342. 
ha, va! IV, 261. 
-hael, généreux, I, 342. 
halou, « stercora », IV, 346. 
Haluiu, I, 342. 
hanow, nom, I, 352. 
haval, semblable, I, 95. 
hedvr vvwv, tant que tu vivras, 

IV, 261." 
-helec, I, 342. 
heligen, saule, I, 342. 
-hent, chemin, I, 342. 
-heten, I, 342. 
Hincomhal, I, 340, 342. 
hoch, porc, I, 219. 
hon, celle-ci, I, 218. 
horth, hor, béher, V, 222. 
-huiJel, I, 339, 342. 
Huna, I, 542. 
-ian, I, 342. 

lamwallon, I, 341, 342, 345. 
igons, igans, vingt, I, 211; III, 

240. 
Iliuth, I, 342. 
liicum, I, 342. 

impinion, cervelle, II, 118, 206. 
impog, baiser, VI, 44. 
Inisian, I, 342-345. 
-is, participe passé, I, lOi. 
itheu, tison, II, 526. 
iud-, bataille, I, 342. 
ludhent, I, 342. 
ludprost, I, 342, 344. 



luuerc/, I, 342, 344. 

lunitor, I, 342. 

ke, va, VI, 299. 

keber, poutre, IV, 554. 

kegaz, ciguë, IV, 334. 

kehavall, semblable, II, 404. 

kenter, éperon, II, 276. 

ketep, chacun, II, 285. 

kinethel, génération, I, 339. 

kùer, chanvre, IV, 355. 

lag, bercer, III, 242. 

lagen-en-dour, se dit des maque- 
reaux qui barbottent dans les 
eaux de la mer, III, 242. 

lait, lait, II, 142. 

lawenez, lawene, joie, I, 99. 

Lecem, I, 342. 

LeJeh, I, 342. 

-leisoc, I, 342. 

les, herbe, I, 217. 

lesk, berceau, IV, 332. 

leu, lion, I, 342; II, 424. 

Leucum, Loucum, I, 342. 

Leumarch, Loumarch, I, 342. 

545- 
lis, les, cour, I, 100. 
lof, main, II, 109. 
Loi, I, 343. 
lor, sol, IV, 332. 
loscy, brûler, I, 102. 
-lowen, I, 343. 
Lowenan, I, 343. 
lowenek, joyeux, IV, 264. 
louuern, renard, II, 143. 
Lucco, I, 343. 
lugarn, lampe, I, 221. 
Luncen, I, 359, 343. 
lusow, herbes, I, 217. 
luworth, lowarth, jardin, IV, 346. 
Lyscerruyt, I, 345. 
Lywci, « chien de lion », I, 542, 

^343- 
Madfuth, I, 343. 
-mae^, I, 343 . 
Maeiloc, I, 343. 
Mar, I, 343. 
-march, cheval, I, 345. 
Marh, I, 343. 
marrak, chevalier, V, 267. 
maw, ser\-iteur, III, 38, 87 : V, 

223. 
Medguistyl, I, 345. 



(I7/.V loiiics l-Vl 



LXlX 



Medhuil, I, 545. 

Mcdwuistel, I, 543. 

meith, petit-lait, IV, 333. 

melhyonen, violette, IV, 329. 

nielin, moulin, I, 213. 

melyen, escargot, II, 441 . 

men, pierre, III, 241 ; IV, 331. 

Men-an-tol, « la pierre à trou », 
111,241. 

nienit, meiiith, montagne, I, 94; 
II, 207; VI, 483. 

-menoc, I, 345. 

menolas, foyer, III, 241. 

menough, nombreux, V, 247. 

Men scr\fa, « pierre avec inscrip- 
tion », III, 241. 

menwionen, fourmi, I, 102. 

Meonre, I, 343. 

Meriasek, I, 486. 

Mermen, Mvrmen, I, 343. 

mez, meth, honte, IV, 261. 

Milcenoc, I, 339, 343. 

Milian, I, 342, 343. 

mill, pavot, IV, 328. 

min, chevreau, V, 223. 

MittuiJ? I, 345. 

Modred, I, 343. 

-moet, I, 343. 

Môr, I, 343. 

Morcant, I, 339, 343. 

Morhaytho, Morhatho, Morhai^o, 
Morharfo, MoravJo, Morhi^io, 

I, 545- 
Morhi, I, 343. 
Moruiw, I, 343. 
niowes, servante, III, 87. 
moyar, mûres, I, 211. 
Muelpatrec, I, 343. 
munes, raenvs, minvs, menu, I\', 

466. 
murrianen, fourmi, IV, 465, 466. 
musure, mesurer, IV, 467. 
mysg, milieu, I, 99. 
nammur, namur, pas beacoup, II, 

120. 
naw, neuf, III, 240. 
nef, nev, ciel, I, 92 ; II, 5, 
nenbrenn, « laquear », IV, 334. 
-ner^, force, I, 344. 
noit, nièce, IV, 543. 
nyge, voler, I, 213. 
-oc, V, 108. 



odion, bœuf, I, 102; 111,^228. 

offeren, messe, IV, 262. 

Ogurcen, I, 344. 

olas, foyer, III, 241. 

onan, wonnau, \vonvn,un, I, 399 ; 

III, 240. 
Oncenedl, Ongynethel, I, 337, 

3^>9> 344- 

Onncum, «orne aimable»? 1, 344. 

Onnwen, Onwen, Onwean, « or- 
ne blanc? » I, 344. 

Osian, Oysian, I, 342, 344. 

-ou, -ow, pluriels,!, 218. 

our-, préf. intensif, I, 341. 

Ourduythal, I, 344. 

Ourdylyc, WurJylic, très aimée, 
I, 340, 344, 345- 

paju, quatre, III, 240, 241. 

paju-pou, lézard, III, 241. 

pals, abondant, II, 340, 408. 

pan, quand, I, 89. 

pedn, tête, III, 241. 

pend-a-mean, jeu d'enfants, III, 
241, 242. 

pempez, cinquième, III, 242. 

per, chaudron, lîl, 131. 

Perem, I, 344. 

perhenek, possesseur, III, 37. 

peswar, padzher, quatre, III, 240. 

Petroc, I, 544. 

pisc, pvsc, pesc. poisson, I, 99. 

plom, plomb, I, 219. 

poli, poly, province, IV, 264. 

porthy, porter, IV, 261. 

prenn, du bois, IV, 335. 

prif, pref, ver, I, 92. 

Proscen, I, 339, 344. 

-prost, I, 344. 

Proswite, I, 544. 

pvmp, pemp, cinq, III, 240. 

rak, rag, devant, IV, 332. 

ran, partie, I, 95. 

Rannoeu, I, 344. 

-redeo, -redeu, I, 344. 

refaria, par Marie! III, 241. 

reghihten, charbon ardent, IV, 24 5 . 

re nofferen, par la messe ! IV, 
262. 

Ret, Ryt, I, 344. 

rid, red, gué, I, 98. 

Rinduran, I, 344. 

Riol, Riol, « royal »? I, 344. 



LXX 



Table des principaux mois étudiés 



-rit, I, 544. 

-ros, I, 344. 

ruid, ros, filet, IV, 537. 

Rum, I, 544. 

Rumun, I, 344. 

Salenn, I, 344. 

scaw, sureau, III, 241. 

scod, ombre, IV, 328. 

scoiiarn, scovern, scoforn, oreille, 

IV, 331. 
scouarnoc, lièvre, I\ , 331. 
scuid, épaule, V, 249, 
seithum, seithun, semaine, I, 213, 

214. 
sell, syll, regard, II, 143 ; III, 228. 
sensé, le tenir, IV, 262. 
sevel, saval, se lever, I, 95. 
seyth, seith, sept, III, 240. 
slodvvs, traîneau, IV, 335. 
soler, galetas, I, 215. 
son, bruit, parole, I, 102. 
soui, chaume, I, 217. 
squvth, fatigué, 1, 213. 
steren, étoile, I, 97. 
sudronenn, bourdon, IV, 334. 
sul-, soleil? I, 344. 
Sulcsen, I, 339, 344. 
Sulleisoc, I, 344. 
Sulmeath, I, 344. 
tal, front, I, 344. 
Talan, I, 344. 

Tancwuestel, Tancwoystel, 1, 344. 
-tanet, I, 345. 
tanow, mince, I, 88. 
tat, tâs, père, I, 345. 
Tebion, I, 345. 
-teern, seigneur, I, 345. 
Telent, I, 345. 
Terithian, I, 342, 344, 345. 
Tethion, TeJion, I, 345. 
tewal, obscur, I, 99. 
timunogi, III, 241. 
tireth, terre, II, 118. 
Tithert, Tittherd, l'idherd, I, 345. 
tivulgou, ténèbres, I, 99: IV, 354. 
toim, chaud, I, 217. 
tor, ventre, IV, 340; V, 221. 
torry, briser, I, 101. 
toy, tye, jurer, IV, 261 ; V, 253. 
tech, « truncus », IV, 331. 
tref, village, habitation, 1, 216. 
trenc, acide, I, 91. 



troet, autruche, IV, 345. 

trooja, troisième, III, 242. 

try, trois, III, 240. 

tus, gens, peuple, I, 453. 

uher, soir, IV, 334, 342, 

un, un, I, 345 ; III, 240. 

Ungust, I, 345. 

unliw, d'une seule couleur, IV, 330. 

uth, horreur, I, 457, 458. 

vatel, fatel, comment, IV, 264. 

vean, petit, III, 241. 

vons, fons, ils seront, VI, 19. 

vurcheniat, enchanteur, IV, 340; 

VI, 39. _ 
Uua(/rit, W adrit, W udrvt, I, 544, 

34S- 
-wallon, I, 345- 
-waret, I, 345. 
Wasso, Waso, I, 345. 
Wencene(fel, Wuencenet/el , I , 

534, 539, 344, 345- 

\\ endeern, \\ uendeern, « maî- 
tresse blanche » ?, I, 344, 345. 

Wengor, I, 344, 345. 

Wenumon, I, 345 . 

Wenwierthlon, I, 344, 345. 

Wenwiu, Guenguiu, « blanche, 
digne », I, 344, 345. 

wethez, sixième, III, 242. 

whe, wheh, six, III, 240. 

wheal, huel, mine, III, 241. 

why, vous, IV, 341. 

win, guinn, guin, gwyn, blanc, I, 
96, 341, 344. 

Wincuf, « blanc, aimable », I, 
344, 545; III, 416. 

wor, il sait, IV, 21. 

worthvs gv, contre toi, IV, 261. 

wothes, wothas, tu sais, VI, 21. 

wothie, wothva, il savait, VI, 47. 

wothyen, je savais, VI, 47. 

Wuencen, I, 334, 339, 344, 345- 

Wurcant, I, 345. 

Wurci, I, 559,340, 345- 

Wurcon, I, 340, 345. 

Wurfoifu, I, 345. 

W'urgent, I, 341, 345. 

Wurgustel, I, 345. 

^\'urlo^ven, I, 343. 

Wurthicirf, I, 345. 

v fvth, il sera, III, 237. 

Ylc;trthon, Ylcerthon, I, 345. 



aux fouies I-\'I 



LXXI 



vndan, sous, IV, 325 ; V, 107. 
vn kerghen, auprès de, IV, 466. 
ynno, dans lui, dans cela. I, 100, 

lOI. 



yno, là, I, 215. 

-yth, -eth, 2epers. sing. de l'indic. 
prés, act., II, 279. 



MIL Breton armoric.\ix. 



(Voir I, 347-352; 596-399; 40('^ 407, 444, 501, 502 ; II, 77, 134, 268-27], 
319; III, 48, 49, 330, 132, 2)0, 396-418, 494, 496, 497; IV, 66, 7), 
145-170, 324-348, 450-456; V, 106, 108, 109, 112-114, 225-227, 274, 
415; VI, 382, 383,495-497) 



a, ac, de, par, avec, II, 421 ; IV, 

329, 334, 340, 341, 544: V, 

108, 126, 269; VI, 45, 511. 
a, ag, particule verbale, III, 239. 
a, az, de ton, V, 125. 
-a, aller chercher, IV, 145. 
-a, 3e pers. sing. de l'ind. prés., 

IV, 341- 
-a, superlatif, I\ , 145. 
aarecer, « cianti », I, 370, 37 1- 
ab-, ap-, fils, ï, 266, 268; II, 71- 

77, 406, 507. 
abad, pendant, \ I, 510. 
Abailard, Abélard, « fils d'Alard », 

I, 265-268; II, 71, 406. 
Abalan. Abalain, I, 266; II, 71. 
Abalea, Abalia, Abeillea, Abeille, 

I, 266, 267: II, 71. 
Abaler? 11,71. 
Abariou ? II, 71- 
Abarnot, Abernot, II, 71. 
Abarnou, I, 267. 
Abautret, I, 267 ; II, 72. 
Abaziou, II, 72. 
Abbrit, II, 406. 
a b'an, d'où, III, 237. 
Abeguile, « fils de l'autre », I, 

267 ; II, 72. 
Abeozen, II, 72. 
aber, confluent de deux rivières; 

embouchure d'un fleuve, II, 75 ; 

III, 120, 212. 
Abernot, I, 267. 
Abeven, I, 266. 

Abgar, » fils du parent », II, 406. 
Abgrall, Accrall, Acrall, Avrall, 

I, 266, 267 ; II, 72. 
Abgrallabhamon, « fils de Grall, 



fils de Hamon », II, 72. 
Abgueguen, II, 72. 
Abguilierm, « fils de Guillaume », 

I, 267; II, 72. 
Abhamon, Apphamon, Appamon, 

Apamon, « fils de Hamon », I, 

267: II, 72. 
Abharnou, Abarnou, II, 71. 
Abherve, Apperve, Aperve, « fils 

de Hervé », I, 267 ; II, 72. 
Abili, I, 267; II, 72. 
Abiliou, I, 267; II, 72. 
.\biven, I, 266, 267 ; II, 72. 
Abjan, Abjean, I, 267; II, 72. 
ableuou, « iubis », I, 368. 
Abolier, Aboliver, Abolivier, I, 

266 ; II, 72. 
Abomnes, Abonnes, « fils d'Om- 

nes », II, 72. 
abrant, sourcil, II, 424. 
abre' mat, de bien bonne heure, VI, 

511. 
Absarus, le Juif-Errant, III, 206. 
aceruission, « hirsutis », IV, 544. 
Ac'h, II, 75, 76. 
achtiennein, étendre, III, 5 1 . 
aciriminiou, « seratu », I, 369 ; 

IV, 344. 
acupet, « occupât », I, 364. 
-ad, plénitude, V, 269. 
-ad, exclama tif, IV, 145. 
ad-, IV, 343. 
Adgant, III, 397, 411. 
adiabell, de loin, I, 399. 
admet, mùr, IV, 343. 
admosoi, V, 114. 
adre, adreff", adren, adran, derrière, 

I, 94. 



I.XXII 



Tdhlc des principaux mois étudiés 



Aelaun, I, 538. 

Aeluuod, I, 538. 

aer, bataille, II, 405. 

Acrviu, « propre à la guerre », II, 

405. 
aet, eet, allé, I, 104. 
-aez, -ez, noms abstraits, I, 92 ; 

III, 294. 

afa, baiser, IV, 261. 

Ahelorus, M, 385. 

aliil, essieu, III, 50. 

a brir, on fait, III, 50. 

-ailard, II, 406, 407. 

airmaou, « machide », I, 360, 505. 

airolio(n), « uim », I, 359. 

airou, « strages », I, 366. 

aiul, « ultro », IV, 341. 

al, le, 11,216. 

ala, hallaf, vêler, VI, 48$. 

alan. Haleine, III, 397. 

Alanik, renard, II, 566 

Alar, II, 77. 

Alard, I, 265-267. 

Alarrrioet, I, 343. 

Alart, II, 507. 

Alary, II, 77. 

Albr'it, II, 406 ; III, 402. 

aie' houedez, alc'houeder, alouette, 

IV, 124; V, 127; VI, 388. 
alc'houez, clef, III, 210, 211. 
alc'houezer, alhuéour, aihuiour, 

serrurier, I, 103 ; III, 52. 
almèqien, allumette, III, 256. 
altin, « ferula », IV, 344. 
alumétes, allumettes, VI, 588, 

389. 
aluzon, aluzioiî, aumône, III, 34. 
ani-, pour, IV, 338. 
amanenn, amonen, amounienn, 

beurre, I, 91 ; IV, 264; III, 53. 
-amb, nous, I, 214. 
-amb, irepers. plur., indic. prés., 

I, 214. 
amdu,amzu, mauvais côté, V, 126. 
amezegez, âiimeges, voisinage, 

V, 127. 

amezel, demoiselle, III, 237. 
am ô, j'aurai, III, 58. 
am oa, j'avais, III, 58. 
ampris, « amprise », I, 398. 
amsauath, « uicarius », IV, 338. 
amuzétes, amusette, VI, 388, 389. 



amzaw, capable de, IV, 338. 
amzer, amzir, temps, III, 32, 50. 
-an, adjectif, I, 365. 
ana, celui-ci, III, 232. 
anac'h-huei, de vous, III, 238. 
anaff, annaff, anv, ënan, orvet, III, 

58; V, 218. 
anafvon, anauon, anaon, anaoun, 

âmes des trépassés, I, 89, 90 ; 

II, 269. 
anam-nei, de nous, III, 238. 
anan-mi, de moi, III, 238. 
anas, anach-ti, de toi, III, 238. 
Anaubritou, I, 338 ; II, 406. 
Anaubud, I, 338. 
Anaucar, I, 338. 
Anaugen, I, 470. 
Anauhen, I, 338. 
Anauhiart, I, 538. 
Anauhocar, I, 338. 
Anaulechan, I, 470. 
Anauuueten, I, 341. 
ancouffhat, oublier, II, 205. 
ancera « lustram », I, 372. 
ancou, aiikeu, anko. Mort, trépas ; 

fantôme, I, 218, 358; II, 297, 

424,425; m, 203, 381. 
andiarw, soir, III, 51. 
andienn, pi. andeu, sentier, III, 

239. 
an Dunan, II, 76, 77. 
ané-eint, d'eux, III, 238. 
an efe, il aurait, III, 58. 
anehon, de lui, I, 91. 
anehou, de lui, I, 91, loi. 
anei, d'elle, elle, III, 59, 238. 
an eus, an eveus, il a, III, 58. 
an eva, il avait, III, 58. 
aneval, animal, I, 89, 90. 
anezaff, anezhan, de lui ; lui, I, 

91, ICI. 

aiifan, pelote, ballotte, IV, 146. 

anguoconam, « lacto », IV, 337. 

aniac'h, celui-ci, III, 232. 

ankenia, ankenein, ankinein, affli- 
ger, I, 97. 

ankelc'her, feu follet, I, 422. 

Anmanacdi, c la maison du moi- 
ne », II, 209. 

ann, an, le, I, 89,90, 166, 206- 
211, 213-216 ; II, 267, 421 ; V, 
464. 



(iiix lonii's I-\'I 



i.xxm 



annaor, « qiiani.ioqu'uiem «, IV, 
329, 340. 

anncein, ennuyer, I, 212. 

ann P>lin, IV, 434. 

anneu, anneuenn, trame, V, 218. 

annoarezet, annuér/.iet, annJrziet, 
anhuerichet, génisses, III, 58; 
V, 127. 

anou, de lui; lui, III, 59. 

aiîoué, pi. eu, méridienne, repos 
du midi, III, 239. 

anou -iaiî, de lui ; III, 238. 

Anparcnevez, « le champ nou- 
veau », II, 209. 

Anpradoufall, « les mauvais prés », 

II, 209. 

anrod, ornière, III, 57. 

ansamb keniac'h, en même temps 

que vous, III, 237. 
aiîtir-bautr, beau-fils, III, 239. 
antir-vamm, belle-mère, III, 239. 
an Vastardou, « les bâtards », II, 

208. 
anve, annve, trame, V, 218. 
anviez, galium sanatile, VI, 75. 
aoled, foyer, III, 241. 
aotre, otre, permission, III, 225. 
aouël, semblablement, aussi, III, 

237- 
aour iaotenn, ir-, ore-, ur-iaotenn, 

herbe d'or, VI, 80. 
-aour, pi. -arioiî, noms d'agent, 

III, 57- 

Aperebeozen, « fils d'Herry, fils 

d'Eozen », II, 72. 
Aperrv, Apery, Appere, Abere, 

Abare, II, 72. 
a pë ve, a pi vi, quand il est, III, 

50- 
a pë vei, a pi vehi, quand il serait, 

III, 50. 

apparchentaff, appartenir, III, 228. 
Apriou, Appriou, « fils de Riou », 

I, 267; II, 72. 
Aprioual, Apprioual, Arioual, 

Avroual, « fils de Rioual », II, 

72. 
ar, sur; préfixe intensif, I, 363; 

IV, 333, 341; V, 487. 

ar, er, le, I, 89, 90, 166, 464 ; II, 
212, 213, 215, 216, 267; V, 
464. 



arapred, \', 1 14. 

arar, alar, arer, alèr, charrue, I, 

88, 90; III, 50. 
Ar Braz, « le grand », VI, 385. 
arc'hand, arc'hann, argan, argent, 

III, 58. 
arc'hennad, chaussure, II, 421. 
-ard, II, .1^07. 

ardrén, « prs pugnis », I, 363. 
Are, monts Arrès, I, 227. 
arenienn, araignée, III, 54. 
arer, laboureur, I, 103, 104. 
Ar Flem, VI, 585. 
Arganthael, I, 338. 
Argantlon, I, 338. 
Argantlouuen, I, 338, 343. 
Argantmonoc, I, 338. 
argourou, argouvreu, dot, I, 218. 
ari, arri, lien, I, 95. 
arima, I, 360. 
ar-ioten, ar-gheoteu, l'herbe qui 

égare, I, 423. 
ArMen, VI, 385. 
Armine, III, 450. 
arnanek, orageux, III, 255. 
arnanienn, orage, III, 235. 
arne, arneo, arnev, arnan, harnan, 

orage, I, 95. 
arocrion, « atrocia », I, 363; II, 

120 ; V, 239. 
Aroedma, « signaculum », V, 456. 
arondiall pienndal, chauve- souris, 

III, 59. 

arour, laboureur, I, 103, 104. 
arre, arri, de nouveau, III, 50. 
ar re, are, ër ri, ceux, III, 50, 57. 
ar re-hoiit, ar re-z-ont, arre-n-ont, 

ceux-là, V, 126. 
arri, aï, arrivé, devenu, IV, 466. 
Arthuuiu, I, 341. 
articl, article, IV, 332. 
aruanta, « ambit » ? IV, 341 . 
ar-verz-man,de longtemps, VI, 390. 
arvorel. Armoricaine, III, 59. 
arvoriad. Armoricain, III, 59. 
arw, nom, III, 55. 
ar uuo art hui, « uos fascinauit », 

IV, 340. 

ar Zal, La Salle, I, 233. 
arZalou, Les Salles, I, 233. 
ascorinol? « ossilem », I, 371 ; II, 
120. 



LXXIV 



Table des principaux mots étudiés 



ask, entaille, I, 599. 
astortou, « conflictis », I, 565. 
astuz, astur, anstu, vermine, VI, 

590. 
-at, adjectifs, IV, 330. 
atanocion, ailés, I, 360. 
-atr, II, 407. 
attanoc, ailé, IV, 355. 
-au, subst. et adj., VI, 509, 510. 
auoun costez, d'un côté, I, 599. 
ausaff, préparer, I, 599. 
ausill, « vimina », V, 420. 
aut, aot, rivage, II, 277; III, 399. 
autenn, aôtenn, rasoir, II, 284 ; 

IV, 344. 
autrou, aotrou, eutru, seigneur, 

monsieur, I, 220; II, 270. 
avadienn, (une) brebis, III, 58. 
avâhi, de là, III, 236. 
aval, pomme, III, 57. 
avalou oranjes, des oranges, VI, 

389. 
avank, bièvre, castor, III, 235. 
avei-on, pour nous, III, 56. 
aveit, pour, I, 95, 213; VI, 510. 
avel, àvil, vent, I, 399; III, 50. 
avel, ave, comme, III, 56. 
a vepred, depuis toujours, III, 257. 
avon, rivière, II, 75. 
a vrema, désormais, III, 237. 
avvil, avevil, évangile, III, 52. 
-aw, -ao, plur., VI, 510. 
az, ac'h, toi, III, 237. 
aze, âhi, ai, là, III, 236. 
azei-ti, assieds-toi, III, 52. 
azeza, ajafi, aziein, ajein, s'asseoir, 

III, 52; V, 127. 
azff, mùr, I, 399; IV, 343. 
azienn, âne, III, 5 1 . 
àziët, assis, III, 57. 
Aziou, II, 72. 
aznauout, anavout, anaout, anvout, 

connaître, V, 218. 
Azo, Azou, VI, 58). 
azr, serpent, IV, 357. 
badaillat, bazaillat,bahailhat, barail- 

lat, bailler, V, 125, 127, 219. 
badeien, baptême, III, 58. 
badeyir, badîr, on baptise, III, 52, 

55- 
badez, baptême, III, 286, 287. 
badiein, baptiser, III, 50. 



badou, étourdissements, V, 125. 
baelec, belek, bialèg, prêtre, I, 466; 

III, 56, 290, 399. 
bagous, fauvette, III, 59. 
bahein, bahén, goémon, III, 52. 
bal, danse qui termine la gavotte 

bretonne, I, 230. 
balan, belann, genêt, I, 89, 90; II, 

128, 366, 567. 
balanek, abondant en genêts; lieu 

planté de genêt, III, 289, 290, 

400. 
balanienn, balai, III, 56. 
balaznen, genér, I, 89 ; III, 400. 
bali, se promener, III, 50. 
balic, petit « bal », I, 250. 
baltrein, piler, fouler, III, 239. 
banazl, banal, benal, bonal, genêt. 

I, 89; II, 128, 427. 
banazlec, abondant en genêts, III, 

289, 290. 
Banazlec, lieu planté de genêt, III, 

400. 
bann, « canora », IV, 545. 
bara, pain, V, 219. 
bara-bè, cri pour appeler les brebis, 

V, 219. 
baradoes, baradoz, barazoez, ba- 

raoues, paradis, IV, 345 ; V, 

126, 127. 
baraz, bares, balaf, baquet à anses, 

V, 128. 
bare^, barrique, III, 53. 
barenn, barre, VI, 392. 
barenu ë gla, arc-en-ciel, VI, 392. 
barennik ë gla, arc-en-ciel, 'V'^I, 

392. 
barner, juge, I, 103. 
barnour, juge, I, 105. 
barrenneq, marelle, IV, 149. 
barv, barff, baro, barbue, barbe, I, 

216 ; III, 400. 
barz, barde, ménétrier, II, 38; V, 

219. 
bat, « frenesin », \ , 219. 
baz, bâton, II, 427 ; baz an arar, 

le bâton de la charrue, I, 229, 

240, 241, 422 ; bazdeo, baz teo, 

gros bâton, V, 269. 
bazoulen, battant de cloche, I, 

399- 
beo^ein, béguin, III, 55. 



titix tomes I-VI 



LXXV 



begel, begil, nombril, I, 99. 

Be-keor, i, 415. 

beli, bclli, puissance, juridiction; 

bailli, V, 268. 
belorsienn, prune sauvage, III, 

55- 
bemdez, bamde, baonde, chaque 

jour, I, 94 ; IV, 467. 
bemnos, bamnos, baonnoz, cha- 
que nuit, I, 94 ; IV, 467. 
benaflf, bena, bencin, binein, tailler 

la pierre, I, 99, 100. 
bénin, venin, IV, 531. 
bennac, quelconque, II, 421. 
benvek, outil, instrument, I, 215. 
beo, bev, beu, biu, bihuc, vif, I, 

97, 216, 470. 
ber, bir, broche, I, 98. 
ber, bir, bière, I, 98. 
bëran, bouvreuil, III, 59. 
berdir, frères, III, 50. 
bèrè segêl, pain de seigle, III, 49. 
Berhehouc, au cou court, II, 76. 
berhienn, sillon plus court que les 

autres, V, 219. 
berhonnènnein, émieiter, I, 220. 
berlaziet, lézards, III, 51. 
bern, monceau, V, 219; VI, 269. 
beronic, sainte image, IV, 551. 
berr, bierr, court, III, 52, 400 ; 

V, 219. 
berr a lostenn, au jupon cou 

jalouse, II, 238. rt, 

berrder, brièveté, IV, 538. 
bers, berz, berh, défense, VI, 390. 
bervi, birvi, beruein, bouillir, I, 

59, 212. 
berzut, burzud, berhut, miracle, 

IV, 466. 
bet, bed, bit, be, monde, I, 96; 

m, 56. 
beteg. jusqu'à, VI, 57. 
bëtèn, tabac, III, 53. 
beugisal, roter, IV, 467. 
beuzel, bouzil, bouse de vache, 

I, 98. 
beuzi, beuziff, beuin, beuvein, 

béein, beudein, beudo, beuo, 

nover, III, 286; V, 125, 127, 

128. 
beveach, bawech, chaque fois, III, 

57; IV, 467. 



bevenn, bihuen, lisière, I, 99. 

bez, bi, tombe, III, 50, 286. 

beza, être, III, 238 ; VI, 511. 

beza digaset, il fallait apporter, IV, 
299. 

bezik ar bizaou, le doigt de la ba- 
gue, le médius, V, 161. 

bezo, bezven, bouleau, II, 128. 

bialiah, prêtre, III, 56. 

biarw, bouillant, III, 51. 

bicheq, biseq, petit chat, chaton, 

IV, 147- 

bicoled, « uecordia », 1, 361. 

biek, pointe, III, 5 1. 

bihan, bihen, petit, I, 470; III, 

400, 401 ; IV, 345; V, 219. 
bilen, vilain, IV, 331. 
Bili, I, 338; 111,450. 
bilien, pierre plate, galet, I, 423. 
bîn, monceau, V, 219. 
biniou, benieu, banieu, musette, 

sorte de cornemuse, I, 213 ; III, 

195. 
binniga, benigein, bénir, I, 213. 
binniget, beneo'iet, béni, III, 51, 

401. 
bioc'h, vache, VI, 20. 
bioc'hik Doue, coccinelle, II, 377; 

V, 178. 

birvvikein, jamais, III, 52. 
bis, bez, doigt, I, 218; V, 161. 
bisaig, bisach, v'.sage, IV, 299, 

531- 
Biscam, « doigt crochu », III, 404. 
biunrun, « epimachus », IV, 345. 
bizou, bizeu, bague, I, 218. 
blaouah, terreur, VI, 390. 
blaouahus, terrible, VI, 390. 
bleau, biau, cheveux, III, 54. 
bled, bleid, bleiz, blei, loup, 1,339; 

III, 210, 211, 401 ; V, 166. 
Bledic, I, 339. 
Bleidbara, I, 339. 
hleiet, loups, III, 58. 
bleizi, bleiji, bleidi, bleidei, loups, 

m, 58; V, 126, 127. 
blinder, « segnitia >-, IV, 338. 
blinion, « inertis » I, 355. 
blomen, pompe, jet d'eau, V,467. 
blotin, caler, consolider, IV, 149. 
bob nos, chaque nuit ; bop gir, à 

chaque mot, IV, 467. 



I.XXVI 



Tiihlc des principaux mois étudiés 



bodiniou, « phalanges », I, 361 ; 

II, 120; IV, 3 34,' 3 35- 
Boduuoret, V, 113. 
boeder lare, « large eu viande », 

I, 398. 
boestol, « beluina », I\ , 344. 
boit ! boïtu ! cri pour chasser les 

vaches, IV, 148. 
b(oit)olion, « esciferis », I, 336. 
bolos, beloces, V, 220. 
bom, élévation; bom-noz, sorte 

de lutin, I, 422. 
boqedei, fleurs, III, 238. 
boqedeu, boqede, fleurs, III, 258. 
borniall, femme borgne, III, 238. 
bosen, peste, I, 427, 428. 
Bossenno, Bossenneu, petites but- 
tes, ou bosses, III, 495. 
bot, propriété, III, 402. 
botes, pi. botou, chaussure, botte, 

VI, 389. 
Bot-Euzen-an-Du,« propriété d'Eu- 

don le noir », II, 210. 
Botuuan, Bodguan, V, m, 113. 
bouc, mou, tendre, délicat, I\', 

330. 
boud, bourdonnement, \, 268. 
boudai, bourdonner, V, 268. 
Boudédeo, le Juif Errant, III, 206. 
boudik, pi. ed, lutin, nain, I, 227, 

229, 422. 
boufïon-noz, esprit follet, I, 423, 

424. 
bouilhoiis, du bouillon, VI, 389. 
boulaiîiir, boulanger, III, 57. 
bourbon, bourbonnen, ébullition, 

bouillonnement, IV, 7. 
bout, être, I, 214. 
boutaill, bouteille, IV, 466. 
boutou berr, courtes chaussures 

(jalousie), II, 238. 
bouzellen, pi. bouzeliou, boyau, II, 

278; III, 226. 
brae, broie, I, 399. 
brages, paire de braies, VI, 389. 
bragou, culottes, VI, 389. 
bran, braiî, corbeau, TII, 54, 286. 
braiidei, corbeaux, III, 236. 
bransiall, balançoire, III, 52. 
bras, braz, grand ; (trouver) étran- 
ge; (la) plupart (de), III, 402; 
IV, 469; V, 219. 



bre, bren, colline, éminence, I, 

253. 
Bhehoulon, I, 233. 
breinder, pourriture, IV, 338. 
Breiz, Breih, Bretagne, I, 269; V, 

484. 
Breizad, Breton, I, 269. 
breman, berman, berma, mainte- 
nant, *III, 50, 57; IV, 467. 
Brengal, I, 233. 
Brenhanvec, I, 233. 
Brenilis, I, 233. 
breou, breo, brou, meule, III, 282, 

287. 
brepenn, bourpienn, bâton pour 

remuer la bouillie, III, 239. 
bresel, brisel, brezil, brizil, guerre, 

III, 50, 402, 405. 
Breseloc, Breselec, « guerrier », 

III, 402. 
Bret(Le), 111,402. 
breugeuzi, bregasein, roter, IV, 

467- 
breulini, breolim, meule à aiguiser 

III, 286. 
breuriez, breuviez, confrérie, IV, 

466. 
brezel, maquereau, III, 242. 
brezonek, brezounek, brehonek, 

berhonèk, bronniek, breton, I, 

269; III, 55 ; V, 219. 
bri, égard, considération, V, 268. 
bnenn, brn, du son, III, 55. 
Brient, III, 402. 

brignon, farine d'avoine, V, 158. 
brindi, corbeaux, V, 126. 
Brioc, I, 339 ; III, 449. 
Brioual, « fils de Rioual », II, 72. 
briserez, sottise, II, 370. 
Brit, -brit, II, 406; III, 402. 
Brithael, I, 339; II, 406. 
Britoei, I, 339. 
Britou, I, 339. 
briz, bris, brih, breh, tacheté, 

bigarré, II, 370; V, 125. 
brn, jonc, III, 55. 
bro, pays, IV, 335. 
bro- C'hall, France, Gaule, IV, 

313- 
broellou, brouellou, petites croix 
en l'honneur de ceux qui sont 
morts au loin, I, 429. 



aux lames I-VI 



Lxxvn 



brogon, éclairs, III, 54; V, 221. 
broolion, « patrias », IV, 335. 
bruzuna, brchonnein, émietter, I, 

220. 
bry, (sur ma) foi, assurance, pro- 
messe, V, 268. 
bue, pi. bocion, « putris », IV, 5 30. 
bud, « bradium»,I, 374. , 
Budguoret, V, 113. 
Budic, « victorieux », I, 359. 
Buduucten, I, 341. 
buenion, « concitis », I, 563. 
bugale, bëo-àli, entants, III, 55; V, 

125. 
bugel, enfant, berger, I, 104, 279. 
bugel-noz, esprit follet, I, 423 ; 

VI, 212, 253. 
bugéleu, petit houx, I, 399. 
bugul, bu^'-ul, beo-ul, pi. ion, ber- 
ger, I, 104; III, 53; IV, 467. 
buhez, buez, vie, VI, 18. 
bun, « uiraginis » ? I, 362. 
buorth, buuoorth, « bouello », 

IV, 340, 345, 346. 
burin, brulu, digitales, V, 219. 
burluetet, ébloui, étourdi, IV, 

467. 
buron, le privé, I, 399. 
Burun, III, 403. 
butun, tabac, IV, 466. 
Buzit, « La Boissière », I, 233. 
buzugenn, buhugenn, buhigenn, 
bëp-enn, pi. buzug, burug, ver 
de terre, III, 53 : V, 127, 219. 
cadoer, kaduir, kador, chaise, III, 

53, 225-227. 
cadr, cazr, kaer, beau, I, 362 ; II, 

276, 424; III, 290; V, 501. 
caer, kaer, chaer, quaer, car, kaier, 

kair, village, III, 404. 
Caeranpennir, « village du long 

bout », II, 209. 
Caerancroes, « village de la croix », 

II, 209. 
caiou, « munimenta », I, 370. 
calât, kàlet, dur, I, 364; III, 51. 
cam, kamm, courbe, boiteux, III, 

404, 405, 41 1 ; VI, 486. 
camadas, « habilis », IV, 338. 
campouiss, uni, I, 214. 
camusell, camarde, III, 59. 
camuses, camarde, III, 59. 



caneveden, kencveden, arc-en-ciel, 

VI, 391. 
caneven, keneven, arc-en-ciel, VI, 

591. 
canivédenn, araignée, I, 94. 
cant, cent, III, 286. 
cant, avec, IV, 333. 
cantoell, kantol, chandelle, III, 

224; IV, 343. 
Caoc, III, 449. 
car, parent, II, 406. 
Caradec, V, 501, 502. 
carez, kare, reproche, V, 268. 
cârezé, il aurait voulu, V, 488. 
carhe, il aimerait, V, 488. 
carspren, caspren, capren, petite 
fourche de bois pour nettoyer le 
soc de la charrue, I, 229. 
casec, kazek, jument, III, 404. 
castel, kachtiall, château, III, 52, 

411. 
cat-, Cad- bataille, III, 403. 
catalrid, « auelloso », I, 365, 366. 
Catihernus, « le fer de la bataille », 

VI. 409. 
Catlouuen, I, 343. 
Catmoet, I, 343. 
Catnemet, Catnimet, Canevet, I, 

469; 11,6; V, III. 
Catoc, Katoc, Cadocus, III, 224. 
catol, « auelloso, I, 363. 
Catroc, III, 449. 

Catuuallon, Cadouallain, « puis- 
sant dans le combat », I, 342; 
III, 403, 415. 
CatY-^-ethen, Catuueten, Catgue- 
then, Cadvezen, « souple, vi- 
goureux guerrier » ? III, 403, 
404; V, 113. 
Catuuodu, I, 345; IV, 19. 
Catuuoret, Catguoret, Cadoret, 

III, 403 ; V, 113. 
Catuuotal, Catuuodal, Catuotal, 
Catvudal, Cadoudal, Cadodal, 
« support du combat » ? III, 
225 ; V, III, 113. 
caubal, barque, IV, 331. 
cauell, berceau ; nasse, IV, 329, 

330. 
caul, « piacula », IV, 329, 340. 
caz, pi. kahiet, chat, 1, 464, 472 ; 
III, 58; VI, 411. 



LXXVIII 



Tiihle des pnucipaiix mots étudiés 



cedlestueuiom, I, 561. 
Cenmonoc, I, 539. 
-cent-, avec, IV, 355. 
cepriou, chevrons, I, 569, 505 ; 

IV, 334. 

cest, kest, corbeille, panier, I\ , 

531- 

chaden. chaîne, I, 217; III, 223- 
229. 

cha tu-man, cri pour chasser les 
chats, IV, 147. 

chaidronnèkienn, plur. -kiet, guê- 
pe. III, 239. 

channeein, ennuver, I, 212. 

chàpil, chapelle, III, 56. 

chardroiînienn, bourdon, III, 54. 

charj, serge, I, 95. 

chasé, chasse, VI, 411. 

chaseïr, chacheïr, chasseur, III, 

57- 

chass, châch, chiens; chass chasé, 
chiens de chasse, III, 54; VI, 
411. 

chas de Die, sacristain, VI, 411. 

chatal, chetal, bétail, I, 88, 90. 

chede, voici, III, 228. 

chetuei, chtuei, voici, III, 52. 

chibivard, qui a une grosse che- 
ville de pied, V, 127. 

chichtr, cidre, III, 54. 

chifern, rhume, III, 229. 

chifr, pi. chivriet, crevette, III, 58. 

c'hir, long, III, 55. 

c'hirvoud, gémissement, III, 55. 

chivrerion, pécheurs de crevettes, 

m, 57- 

chivrietat, pécher des crevettes, 

m, 58. 
chkaii, léger, III, 54. 
chkeul, milan, III, 54. 
chklavaj, esclavage, III, 54. 
chkoam, oreille, III, 54. 
chkoé, épaule, III, S4- 
chkolaour, maître d'école, III, 57. 
chkoleïr, écolier, III, 57. 
chkornîenn, glacière, III, 54. 
chkreuneiii, écraser (des miettes, 

etc.), III, 239. 
chkrivaniôl, écrivain, oiseau, III, 

54. 
c'hoanta, il désire, VI, 383. 
c'hoari, jeu, III, 415; V, 222. 



_^c"hoariel, fariel, jouet, III, 131. 
c'hoarier, joueur, I, 105. 
c'hoaz, c'hoez, hoah, encore, V, 125. 
chom, choum, soum, chëm, rester, 

I, 219; II, 217; III, 53, 229. 
chommein, rester, I, 219. 
c'houarn, fer, III, 55. 
chouc, cou, nuque, IV, 334. 
chou du-man ! cri pourchasser les 

poules et les poulets, IV, 148. 
c'houec'h, six, II, 142. 
c'houek, doux, II, 112. 
c'houeza, c'houec'haii, souffler, V, 

127. 
c'houibuenn, fibuen, pi. c'houibu, 

fibu, fubu, moucheron, III, 131; 

IV, 466; V, 222. 
c'houiled, hannetons, VI, 505. 
c'houirinat, hurunat, hennir, IV, 

467- 
choukenn, toin ou paille qu'on 

met dans les sabots, V, 220. 
chpelienn, épingle, III, 52. 
chpieniienn, épine, TU, '■,2. 
chpis clair, III, 34. 
chteleog. courroie de sabots, III, 

239." 
chtrao, atïaires, hardes, VI, 508. 
chtudei, étude, III, )2. 
chuec'h, choc'h, fatigué, III, 54. 
chugel, chugiall, écuelle, III, 54. 
chuieiii, répandre, III, 54. 
chupere, chipere, chufere, chifere, 

hvdromel, IV, 15c. 
chuplein, balai, III, 235. 
cibolez, ciboules, III, 241. 
cilchetou, « vêla », IV, 340. 
clanv diglanv, maladif, IV, 469. 
cledier, clezier, fossoyeur ? III, 

405. 
clehurin, « musca uolitans », IV, 

333- 

cleizvat, gaucher, IV, 330. 

clezeff, épée, I, 94. 

cloedou, clôtures, II, 208. 

Clotri, II, 404. 

clou, « acitamenta », IV, 342. 

cnoch, « tumulus », IV, 336. 

coarcholion, « canabina », IV, 335. 

coat, koad, coet, quoet, coit, co-, 
cou-, un bois, II, 142: III, 224, 
290, 405-407, 415,418. 



aux I ornes 1-\'I 



LXXIN 



Coatilouarn, « bois du renard », II, 

208. 
cobrouol, (' verbialia », I, 375: 

II, 120. 
cocitou, « intiba », IV, 535, 354. 
cof, ventre, III, 405. 
coffat, ventrée, IV, 330. 
coffec, ventru, III, 405. 
corn-, cou-, avec, IV, 330. 
Comaltcar, Coniaicar, I, 540. 
compoes, kompez, uni, I, 214. 
comtoou, « stemicamina». I, 364, 

568, 373- 
con, chiens, I, 219 
Conan, « haut », I, 345 ; III, 406. 
Conbrit, I, 339; II, 406. 
Conet, « élevé » ? III, 406. 
confuntaff, confondre, IV, 343. 
connar, rage, II, 117; IV, 3 14, 
conniryec, enragé, IV, 334. 
contre!, contraire, IV, 343 . 
controliaht, « controuersiam », IV, 

343-. 
Conwoion, Cunwoion, I, 540. 
corbell, courber de bat, VI, 392. 
corcid, quercheiz, kerc'heiz, héron, 

II, 334; IV, 332. 
corel'.ou, danses, III, 406. 
-corim, mettre, IV, 335. 
cormo, « emulamenti », I, 371. 
comigl, corneille, IV, 332. 
corr, cor, nain, I, 226; III, 406, 

414. 
corrandoun, corrandon, pi. ed, 

cornandoned, nain, I, 227. 
corrandounezed, corrandonezed, 

cornandonezed, naines, I, 227. 
corréein, corrover, I, 219. 
correenn, korrean, courroie, I, 

219; II, 379. 
corrigan, pi. ed, comiganed, nain, 

naine, I, 226, 227, 250; III, 

206 ; VI, 220. 
corrighez, naine, I, 227. 
corrikét, nains, I, 226. 
cosmid, petit-lait, IV, 353. 
cosom? V, 114. 
costadalt, « aeditui aeclesiarum », 

IV, 539- 
costenn, koztezenn, côte, I, 214. 
couann, kaouen, kaouan, hibou, 

orfraie, IV, 345. 



couarcou, « serta », IV, 5 30. 

couerezou, cowerezou-noz, lavan- 
dières de nuit, I, 421. 

Couetergarff, « bois du sévère », 
11,215. 

cougant, certainement, IV, 558. 

couhuantolion ? « andriuenereis », 

I, 357; IV, 341. 
Courentin, Corentin, III, 406, 

449- 
Couuiranum, VI, 577. 
coz, vieux, III, 290, 407. 
cozriguella, tordre, VI, 486. 
craczousell, femme sale, III, 59. 
craou, étable, III, 241 . 
craseticion, épais, I, 368; IV, 558, 
creff, krev, crean, kre, fort, I, 92 ; 

m, 407. 

(c)reham, « uibro », I, 353, 365, 

505 ; II, 329. 
creis, kreiz, krcs, milieu, VI, 590, 

510. 
creithi, « ulcéra », I, 354. 
crihot, « uibrat », I, 353. 365, 503 ; 

II, 329. 
Croasalmilguern, « croix des mille 

mais »,II, 216. 
croashent, kroaz -lient, carrefour, 

I, 419 ; V, 220. 
croc'hen, crohenn, crouhenn, cou- 

rehen, kourhienn, peau, I, 21$, 

458;II, 334:111, 55; VI, 25. 
crois, croix, III, 407. 
crom, croum, krèm, kërm, krm, 

courbe, II, 211; III, 239, 407; 

VI, 382, 392. 
crommediguiah, courbure, V, 125. 
cronion, « assiles », I, 334. 
cronn, cron, rond, I, 566; IV, 

331- 

cronnmain, pierre ronde, IV, 331. 

crouméllen, courber de bât, VI, 
392. 

croumettenn, kourméqienn, arc- 
en-ciel, VI, 392. 

crue, monceau, I, 471 ;III, 407. 

crugel, monceau, I, 471 ; III, 407. 

cuft, cuf, kun, kunv, doux, bon, 
aimable, débonnaire, II, 208, 
425 ;III, 275, 407. 

Cumael, I, 338. 

cun-, I, 362. 



LXXX 



Table des principaux mots étudiés 



Cunmarch, I, 540. 
cuanarct, rage, IV, 344. 
cunrunt, « uorticem montis ». 

IV, 545- , , 

cuntullct, « collegium », I, 362 ; II, 

323- 
curun, tonnerre, IV, 344. 
cuzaff, cacher, V, 221. 
da, de, ton, III, 258. 
da, de, à, sur, 1, 87, 88, 90; II, 

272, 421 ; IV, 468. 
dacrlon, plein de larmes, I, 474; 

III, 286. 
dadl, pi. ou, « concio », IV, 342, 

345. 
da. dou, « edulia », I, 362. 
dal, tiens ! III, 55. 
dale, délai, retard, III, 223; IV, 

466. 
dalein, tenir, III, 53. 
damant, pitié, soin, souci, V, 268. 
damaiiti, avoir souci, plaindre, 

soigner, V, 268. 
dan, gendre, III, 407. 
danjir, danger, III, 50. 
Dant-Enes, I, 415. 
daouet, f. divet, dîet, deuxième, 

III, 238. 

Daoulaziz, gens de Daoulas, III, 

2ÎO. 

daouzek, douzec, douze I, 96 ; 

IV, lOi ; V, 216. 

darbod, fragment de pot, V, 221. 
darleber, « phitonicus », IV, 540. 
darlochkienn, perce-oreille, III, 

236. 
darn, morceau, V, 221. 
darondyall, hirondelle, III, 236. 
darvoedenn, dartre, I, 88. 
datolaham, « lego », IV, 342. 
daureth, « fœdam », IV, 331, 339. 
davouzonnienn, davëzoiînienn, 

(un — ), taon, III, 239. 
Dauuinus, I, 470. 
dazrou, larmes, III, 286. 
dec'h,deac"h, hier, 1,474; H, 193. 
debrein, manger, I, 212. 
-ded, noms abstraits, III, 151. 
def, deuff, gendre, III, 407. 
de gouil, jour de fête, III, 241. 
de^four, ouvert, large, III, 35. 
ddiai, à eux, I, 279. 



d'é-heint, à eux-mêmes, III, 258. 
dehlouetic, « accommodata », IV, 

538, 539- 
dehou, à lui, I, 101. 
deine^, petit homme, III, 33. 
d'ei-qei, à elle-même, III, 238. . 
deit, venu, I, ici. 
deiz, dez, dei, dé, jour, I, 94 ; V, 

125. 
dek, diek, dix, III, 51, 57; IV, 

344- 
dele, pi. iou, deleziou, vergue, I\ , 

337; V, 127. 
deliad, habits, III, 52. 
deliaoui, ramasser des feuilles, II, 

270. 
delyir, on doit, III, 52. 
demantein, se plaindre, V, 268, 
den, homme, II, 405. 
denatî, dena, diuein, téter, I, 100. 
denedeo, delideo, sorte de dartre 

vive, VI, 69. 
denjentil, dejentil, dijentil, pi. tu- 

chentil, geutihomme, 111,57; 

IV, 466. 
dent, dient, dents, III, 51, 60, 61. 
den-vleiz, loup-garou, I, 420. 
deou, déheu, diheu, droit, I, 218; 

III, 50. 
-der, noms abstraits, IV, 538. 
deraoui, commencer, IV, 156. 
deredewez, dartre vive, III, 202 ; 

VI, 69. 
Dergen, Derien, Deryen, « fils du 

chêne » ? III, 408. 
derhouidenë, dartre, I, 88. 
dermorion, énormes, I, 363. 
dero, derf, chênes, V, 487. 
des, diz, viens! III, 51, 237. 
dés, de, III, 238. 
deuet, venu, I, 10 r. 
deuo. . .a, « attacus », IV, 345. 
deurr, « acri », I, 363. 
devo, (il) aura, VI, 512. 
Oevy, Deuy, I, 340. 
dezart, dezhan, à lui, I, ici. 
d'ezho, à eux, I, 165, 279. 
d'hé, à eux, I, 165. 
di-, préf. privatif, I, 95; V, 107. 
diann, droit, III, 239. 
diaoul, diawl, diable, I, 433 ; \, 

226. 



aux ioines I-VI ' 



LXXXI 



diarwicnn, guiyenn-diarw, chêne, 

III, 58. 

diavis, téméraire, I, 95, 96. 
diâvis t'iac'h, devant vous, III, 

239. 
diblaser, déplaceur, voleur, V, 187. 
dibr, selle, IV, 3 37. 
dibriff, dibri, dibi, manger, I, 212; 

IV, 466. 

dibuna litaniou ann diaoul, « dé- 
vider récheveau des litanies du 
diable », jurer, V, 188. 

dichenn, descendre, III, 5 1 . 

dichkar(g), verser (à boire), III, 

.59- 
didan, sous, V, 106, 107. 

didanuud, « elicio », IV, 324; V, 

106. 
dienez, diannéss, pauvreté, I, 95. 
dies, deies, malaisé, III, 52. 
dievez, téméraire, I, 95. 
difoutre, (paroles) grossières, IV, 

468. 
difreca, frétiller, IV, 153. 
digabestr, débridé, V, 159. 
digabin, débridé, V, 159. 
digarez, digare, excuse, V, 219, 

221. 
digatar, sans tache, IV, 468. 
digas, amener, V, 107. 
digeri, ouvrir; ouvrez! I, 102 ; IV, 

299. 
digorein, ouvrir, I, 102. 
diguezat, divezat, tardif, III, 408. 
diguinir, vendredi, III, ^o. 
dihoudegiah, ignorance, III, 50. 
dihuienn, défendre, III, 51. 
dihuna, difuna, réveiller, II, 425 . 
dija, déjà, IV, 466. 
'd i ke, il n'est pas, III, 57. 
dilun, dilën, lundi, III, 53; VI, 

220. 
dimerer, mercredi, III, 55. 
dinaiîn, sous, III, 337. 
dinaska, délier, V, 223. 
dioliet, diables, III, 5 1 . 
diougen, joues, II, 424. 
dioustu, dustu, de suite, IV, 

467. 
diprim, manger, I, 212, 360, 361 ; 

IV, 335, 342. 
Dirchil, III, 450. 



discou, plats, IV, 333. 
diskar, abattre, II, 143. 
diskar't, descendez, III, 259. 
diskibl, pi. -bien, disciple, IV, 

466. 
diskounta, décompter, VI, 71. 
diskuic'h, dichuic'h, délassé, VI, 

511. 
disliu, décoloré, IV, 330. 
dispartei, séparation, III, 52. 
displun al laouenanik, « plumer 

le roitelet », V, 168, 169. 
disquifF, apprendre, V, 220. 
dissadornik, petit samedi, I, 236. 
distagellet mad, qui a le filet de 

la langue bien coupé, V, 169. 
distir, dichtir, faible, III, 50. 
diuenoc, « balinea », V, 107. 
diuisquaflF, dépouiller, III, 87. 
divachkiall, ailes, III, 52. 
divar, dioar, de dessus, I, 165. 
divez, la fin, III, 408. 
diveza, diwaii, divihan, dernier, 

m, 50; V, 127. 
divinétes, devinette, VI, 389. 
divit, des brebis, III, 58, 235. 
divun, duvun, éveillé, IV, 467. 
diwonet, poussé, germé, III, 52. 
dizampar, impair, IV, 468. 
diziou, didiou, dirio, jeudi, V, 

126, 127. 
dizurz, dizurj, désordre, V, 127. 
dleout, devoir, II, 425. 
dluz, dluh, duluf, dulif, lus, truite, 

V, 125, 126, 128. 
do, à, I, 87; IV, 336; VI, 311. 
do-, V, 106, 107. 
dobcr, dobir, besoin, VI, 511. 
dodimenu, «décréta», I, 361. 
dodiprit, « gr.. sat », I, 361. 
dodocetic, « inlatam », I, 374 ; IV, 

539- 
doe, doue. Dieu, II, 2 ; I\ , 152; 

V, 178, 179, 188. 
-doetal,-doital, I, 340. 

doguo-, douo-, IV, 324, 538,"339. 
doguolouit, « redegit », IV, 339. 
doguorenniam, « perfundo », I, 

372. 
dogurbonneu, il aura demande, 

VI, 511. 
doilux, V, 114. 



Reiiie Celtique, XXIX. 



LXXXII 



Table des principaux mots étudiés 



Doitanau, I, 538. 
dol-ar-C'horriket, « table des 

Nains », dolmen, I, 228. 
-don, don, vertu, grâce? III, 410. 
donet, dont, venir; qu'il vienne, 

I, 91 ; IV, 469. 
dorguid, « pithonicus », IV, 540. 
dor- 1, « essura », I, 361. 
dornafî, dorna, dourna, dournein, 

battre, I, 462 ; II, 110. 
dorneres, dornereah, action de 

battre, V, 125. 
dorneu, mains, III, 58. 
doromantorion, « auspicibus », 

IV, 536. 

Douarinou, II, 72. 
douc'h-lî, en haut, III, 259. 
Doughedroat, « qui porte son 

pied », II, 76; VI, 385, 386. 
dougo, il portera, IV, 339. 
douleÂ-, roitelet, III, 53. 
don, doun, profond, I, 215, 220. 
douohinuom, « austuni », I, 352. 
douolouse, « depromis », I, 356, 

372 ; IV, 339. 
doupennec, qui a deux têtes, V, 

126. 
dour, deur, eau, I, 217, 218, 462 ; 

II, 108, 210; III, 242, 468. 
douretit amgruit, « turpi lucrum », 

IV, 332, 339. 
dourn, dorn, main, I, 215, 462; 

II, no. 
dournek, qui a de grandes mains, 

I, 462. 

dour tom, dour dom, dour zom, 

eau chaude, V, 126. 
drapoio, drapeaux, VI, 389. 
drapozeo, drapeaux, VI, 389. 
drask, darask, drach, pi. drachkiet, 

grive, III, 56 ; V, 126. 
dre, par, II, 421 ; III, 50. 
drèbiet, manger, III, 235. 
Drebodu, I, 345. 
dre du-maii, dre zu-ma, dir u-maii, 

chez nous, V, 126. 
dremm, visage, IV, 299. 
Dremrud, « face rouge », II, m. 
dreok, dréeucq, ivraie, V, 221. 
drëst, par dessus, III, 51. 
drogn, drog, « cetus », I, 552, 360; 

II, 119. 



drogonnienn, pi. drogoii, éclair, 

lil, 54; V, 221. 
dromeder, dromedal, dremedal, 

dromadaire, I, 102. 
Dronuualoe, Drongualoius, V, 

113. 
droug, mauvais, II, 67. 
drouk santAVeltas, la rage, III, 

201. 
druéd, le droit, III, S5- 
drueigniall, druniall, tourterelle, 

111,52. 
drujal, s'amuser, folâtrer, V, 221. 
du, noir, III, 408; IV, 330, 334. 
duard, noirâtre, II, 407. 
duardell, noiraude, III, 59. 
duardès, noiraude, III, 59. 
duardienn, noiraude, III, 59. 
duèran, petit-fils, III, 235. 
duglas, « ceruleus », IV, 334. 
dukard, noiraud, III, 239. 
du-man, chez nous, V, 126. 
duont, diont, là-bas, III, 237. 
duvun, il devine, IV, 467. 
duz, esprit follet, I, 425. 
du-ze, gu-ze, chez toi, chez vous, 

IV, 467; V, 126. 

e, he, son, VI, 385, 386. 

e, i, en (foisant), V, 488. 

e, ez, ec'h, que, III, 57. 

-e, 3e pers. sing. de l'imparfait, III, 

So, 235. 
-eah, noms abstraits, I, 92, 93. 
éal, poulain, VI, 485. 
eala, vêler, IV, 485. 
ean, nean, ciel, I, 92. 
ean, ian, eiaiî, lui, I, 92; III, 56; 

V, 487. 

ebeul, eubeul, poulain, IV, 467; 

VI, 485. 

ebrel, embril, imbril, eimberlh, 
embrei, avril, I, 97; III, 54, 
232. 

-ec, V, 108, 266, 267, 269. 

ec'h, horreur, I, 457, 458. 

ec'h, huit, III, 5. 

echkritur, écriture, III, 54. 

ec'hviet, huitième, III, 51. 

edemnetic, « desideratrix », V, 1 14. 

eeun, droit, juste, II, 287. 

efcruz, curieux, IV, 299. 

efèruza, faire son curieux, IV, 299. 



aux l ornes I-VI 



LXXXIII 



eff, lui, il, I, 92 ; IV, 3 59 ; V, 487 ; 

VI, 586. 
eff, pi. ou, ciel, I, 92; IV, 337. 
efflet, effet, III, 51. 
ef-hen, est-il, V, 487. 
e fo, il sera, III, 237. 
e gani, le sien, III, 55. 
egile, egîli, l'autre, I, 470; III, 50. 
e ha, i ga, i gia, il va, III, 55. 
ehour, iour, ivor, ancre, I, 215. 
ehuedez, alouette, VI, 390. 
-ei, 3e pers. sing. du conditionnel, 

III, 235. 
eih te, huit jours, III, 238. 
eilviet, second, III, 238. 
ei-on, pour nous, III, 36. 
eit, pour, VI, 510. 
-eit, participe passé, I, ici. 
eiz, huit, II, 422. 
-ek, pi. egiet, indiquant parenté 

par alliance, III, 235. 
-ek, infinitif, III, 256. 
e kichen, auprès de, IV, 466. 
el, comme; e pë, comme si, III, 

55- 

-el, infinitif, III, 236. 

Elar, II, 77. 

Elary, II, 77. 

Elbrit, I, 339 ; II, 406. 

elestr, iris, glaïeul, IV, 329. 

elik Doue, petit ange de Dieu, coc- 
cinelle, V, 178. 

elin, ilin, coude, I, 340. 

-eli, féminin, III, ^9. 

em, se, I, 105. 

emaint, emeint, ils sont actuelle- 
ment, V, 487. 

-emb, nous, I, 214. 

em boa, emoa, j'avais, III, 492. 

em boe, emoae, em boui, j'eus, 
III, 492. 

emgruit, « questionem », IV, 359. 

em ije, j'aurais, III, 58. 

emolc'hi, chasser, II, 421. 

en, enn, le, I, 89, 90; II, 206-209, 
211-214; III, 408, 409; V, 
464. 

-en, infinitif, III, 236. 

enan, orvet, III, 58, 206. 

enan, trépassés, I, 90. 

enaoui, allumer, I, 92. 

enarima, « in agone », I, 366. 



En-Cufii, « du débonnaire », II, 

213. 
endeeun, tout droit, II, 213. 
enderv, enderf, inderr, après-midi, 

V, 128. 
en devezo, en devo, en do, en eo, 

en o, il aura, III, 58, 492. 
en devout, en dout, avoir, III, 58, 

237. 
endlim, (f fenus », I\ , 342. 
enebehen dame? c stibale »? V, 

470. 
en efe, en eve, il aurait, III, 58. 
eneff, ene, âme, I, 92, 97, 164; 

V, 487. 
en em, se, IV, 339. 
en em, en (faisant), V, 488. 
en-enoc'h, en vous, III, 239. 
en-enon, en moi, III, 239. 
enep, eneb, einep, inep, face, vi- 
sage, honneur; contre, I, lOi ; 

II, 411, 421 ; III, 239 ; VI, 29. 
enepguerth, douaire, II, 411. 
enes, enez, inis, île, I, 99 ; II, 207 ; 

III, 409. 
enesenn, île, I, 99. 
en eus, il a, III, 58. 
eneval, animal, I, 88, 90. 
en ez, dans ton, III, 259. 
en ëz, nous avons, III, 53. 
enfinei, infini, III, 52. 
Enfloch, « le page », II, 212. 
en ije, il -aurait, III, 58. 
Enisan, Inisan, Enisen, III, 409. 
Eniun, « le marais » II, 212. 
enkres, chagrin, VI, 390. 
enn, en, dans, I, ici. 

-enn, -ienn, féminin, III, 59. 
-enn, f^ pers. du sing. de l'im- 

parf., III, 51. 
eno, inou, là, I, 100, loi, 215. 
en oa, en ifoa, en ivoa, il avait, 

III, 58. 
en oe, il eut, III, 58. 
enoeiff, ennuver, I, 212. 
enor, inour, honneur, I, loi, 104, 

215. 
enquelezr, géant, II, 530. 
enterafoh, « inopportunius », IV, 

338. 
-entez, -ante, noms abstraits, I, 94. 
entic, antique, I, 369. 



LXXXIV 



Table des principaux mots étudiés 



Entyglas, « la maison verte », II, 

212. 

en un, en eur, in ur, en (faisant), 

V, 488. 
enzel, bas, III, 50. 

eo, eu, é, u, il est, c'est, V, 487; 

VI, 583. 

-eo, pluriel, \ I, 510. 
eok, saumon, V, 274. 
eostik, estic, rossignol, III, 409 ; 

IV, 124. 

Eozenou, Euzenou, II, 72. 
e pes, vous avez, VI, 511. 
er, le, I, 89, 90; II, 212-214, 

267. 
-er, pi. icn, noms d'agent, I, 103, 

104. 
erbedaff, je recommande, IV, 333. 
ercentbidite, « notabis », IV, 33_?. 
ercolim, « editui », V, 114. 
ercroasnevez, « la croix neuve », 

11,212. 

erdrcre, « palatur » ? V, 469. 

ère, lien, I, 95. 

-erez, -ères, -ereah, noms abstraits, 

V, 125. 

ergueherent ? « fastidiant » ? V, 

469. 
er-huèrh-ma, de longtemps, VI, 

390. 
ériet, couleuvres, III, 57. 
érietaour, chasseur de couleuvres, 

III, 57- 
érietat, chasser des couleuvres, III, 

57- 
érion, couleuvres, III, 57. 
-erion, plur. des noms d'agent, I, 

103. 
ero, erv, a;rhuë, sillon, I, 216. 
ervad, erhat, bien, III, 235. 
er zourn, la main, V, 269. 
-es, féminin, VI, 389. 
-es, pluriel, VI, 389. 
-es, 2^ pers. sing. de l'indic. prés., 

111,51,235.. 
esceilenn, c cortina », I\ , 536. 
Escomarc, « épaule de cheval » ? 

III, 409; IV, 336. 
Escop-Penarstanc, I, 426. 
eskop, évèque, IV, 88. 
cskumunuget, excommunié, IV, 

467. 



Esquenor, « scieur » ? III, 409. 
ester, rivière, III, 409; IV, 336. 
-et, combien! III, 235; IV, 145. 
-et, 2^ pers. plur. de Tindic. prés., 

III, 51. 

-et, infinitif, III, 236. 

-etenn, VI, 392. 

eteô, tison, II, 526. 

-êtes, VI, 388, 389. 

eth, et, ed, yth, it, blé, I, 96, 97, 

458; IV, 342. 
ethin, « rusco », IV, 329, 335. 
-etic, participe passé, 1,553, 358; 

I^S 3 37-339- 
etncoilhaam, « aspicio », I\ , 333. 
être, itre, entre, II, 421 ; III, 50. 
etrezek, entrënek, jusqu'à, V, 127. 
eu-, II, 405 ; III, 410. 
-eu, pluriel, I, 464. 
Euboduu, I, 345. 
-eue, V, 266, 267. 
Eucant, I, 539. 
Eudon, « homme juste, droit », 

II, 405 ; III, 409, 410. 
eugenn, ejenn, eion, ujenn, ujon, 

bœuf, I, i02;ill, 51, 228: IV, 

355- 

euonoc, « spumaticus », I, 354, 
358. 

eure,il fit, III, 294; V, 120. 

eured, noce, IV, 467. 

eureuji, se marier, IV, 467. 

eur zavalen, une vallée, V, 269. 

eusiniou, « senis », I, 356. 

Eutanet, I, 341. 

euviet, (le) deuxième, III, 259. 

euz, de, à, ITI, 238; VI, 383. 

euz, horreur, I, 457, 458. 

euzuz, horrible, I, 457. 

evaff, eva, ivein, boire, I, 98. 

éveder, alouette, VI, 385, 389, 
390. 

evel, éveell, éheel, comme, I, 89 ; 
II, 205 ; III, 235. 

Even, Evven, Ewon, « actif, dili- 
gent »?II, 405 ; III, 410. 

Evenou, II, 72. 

evez, eueh, attention, 1,95. 

evit. eùit, ùit, ûi, pour, I, 95, 213 ; 

IV, 468; VI, 510. 

cvorenn, ivoenn, bourdaine, I, 
98. 



aux tomes I-I\' 



ez, ec'h, toi, III, 237. 

-ez, 2epers. dusing. de l'ind. prés., 

II, 279. 
-ez, noms abstraits, I, 92, 93. 
-ezan, i^e pers. sing. du prétérit, 

V, 488. 
-ezé, 5e pers. sing. du condition- 
nel présent et du prétérit, V, 

488. 
-ezeah, 2^ pers. plur. du cond. 

passé, V, 488. 
-ezent, 3e pers. plur. du cond. 

passé, V, 488. 
ezn, evn, oiseau, \', 128. 
-ezo, eux, V, 487. 
ezoni, ezoum, izoum, besoin, l\\ 

299. 
faez, vaincu, II, 335. 
falc'honer, falhannour, faucon- 
nier, I, 103. 
fal-diat, mauvaise langue, III, 54. 
fàli, vàli, bigorneaux, V, 221. 
famill, fameil, famille, III, 54 ; IV, 

469. 
Fanch, François, V, 221. 
fanhed, enflé, III, 236. 
fariein, faïein, errer, V, 126, 127. 
fars, far, espèce de flan : pâte de 

farine, II, 80-83. 
farser, farsour, farceur, I, 103. 
Faumoetcar, I, 343. 
faut, fente, II, 335. 
tazi, fari, erreur, III, 55. 
fazvaff", errer, V, 126. 
federell, alouette, IV, 124. 
fe^es, figues, III, 5 1. 
fein, une fin, III, 32. 
felc'h, rate, II, 336, 425. 
félienn, feuille (de papier), III, 

236. 
fëniëchtr, fenêtre, III, 5 1 . 
feunteun, feunten, fenten, fantan, 

fontaine, II, 271. 
fi, foi, III, 50. 
Fili? m, 396. 
fimble, boucle pour les porcs, III, 

236. 
finesé, finesse, \ I, 411. 
Finit ? III, 396. 
Finitan ? III, 396. 
Finnius? III, 396. 
finv, mouvement, III, 131. 



fizvoldet, affinité de compérage, 

V, 126. 
fizyoles, filleule, V, 126. 
flachrein, écraser, 111,236. 
flambeau, flambeau, VI, 389. 
flcmienn, boucle pour les porcs, 

111,256. 
flip, sorte de grog, IV, 153. 
flistra jaillir, VI, 390. 
Flocan, III, 450. 
floch, écuver, III, 410. 
Flohic (Le), « petit écuver », III, 

410. 
flour, doux, velouté. V, 250. 
folies, folle, III, 51. 
fon, foin, III, 235. 
fons, le fond, VI, 389. 
fornir, fournier, III, 57. 
forhet, forhiet, sevré, III, 5 1 . 
forz : krial — , crier force, VI, 388. 
Foubleid, I, 339. 
foultr, foudre, IV, 344; V, 188. 
fou; mus, vunnus, vite, IV, 467. 
fourchétes, fourchette, VI, 389. 
Frac, III, 411 . 

Fracan, Fragan, III, 395, 396, 41 1. 
Framval, III, 411. 
frau, chouette, II, 335. 
Fraval, III, 41 1. 
freaz, clair, IV, 468. 
frëchk, frais, III, 54. 
Fredorius? III, 396. 
Freoc, I, 340. 

fri, friv, nez, II, 333; III, 52. 
friponell, friponne, III, 59. 
froan, fron, fren, narine, I. 215; 

II, 423. 

froud, torrent, II, 425 : VI, 390. 
fuchu, un fichu, IV, 467. 
fun, pi. iou, corde, V, 469. 
furm, forme, IV, 466. 
fuzuill, fusil, IV, 467. 
gabr, gaffr, chèvre, IV, 329. 

gac, bègue, III, 411. 

gad, lièvre, II, 370. 
Galbudic, I, 339. 
Galcon, I, 345, 471. 
gall, français, II, 211. 

Gall, Gai, pi. Galloued, Français, 

III, 411 : V, 221, 471, 472 ; VI, 
115. 

gallet, on pouvait, \ I, 48. 



LXXXVI 



Tiibh' des principaux mots étudies 



Gallez, Galles, Française, I, 472, 

475- 
Gallic (an), (le) « petii Gaulois», 

II, 209. 

galliek, français, III, 51. 

Gallo, VI, 115. 

galloet, gaUout, galloud, pouvoir, 

I, 89,^90; III, 411; V, 268. 
galùein, appeler, I, 95. 

Galver (Le), « celui qui appelle », 

III, 411. 
Galuuiu, I, 341. 
-gamp, camp? III, 411. 
ganet, né, III, 286. 
ganiuedenn an glau, arc-en-ciel, 
^ VI, 392. 

ganiuet, canif, \I, 392. 

gannein, enfanter, I, 93. 

gant, gat, avec, I, 88, 90 ; II, 139; 

IV,' 340. 
-gant, blanc, III, 411. 
gaoden, terme de mépris, III, 

411. 
gaodreer, terme de mépris, III, 

411. 
gaol, enfourcliure, II, 421. 
gaou, gou, mensonge, II, 271, 

272. 
gaozan, mite, III, 412. 
gar, jambe, III, 411. 
Gargam, « bancal », III, 411. 
Gargantuas, Gargantua ; grand 

mangeur, I, 418. 
o-arian, fièvre, III, 236. 
garlantes, pi. iou, guirlande, VI, 

389. 
garlostienn, garloskenn, perce- 
oreille, III, 236. 
garmelet, garmelot, fresaie, I, 

214. 
garv, garo, rude, sévère, acariâtre, 

II, 276; IV, 344. 

garz, haie, clos, 'II, 411; IV, 

346. 
Gaudou, III, 41 1. 
Gauzun, III, 412. 
Gavrinis, I, 415. 
gell, jaune, II, 277. 
gellout, gellet, hallout, pouvoir, 

II, 89;' IV, 468. 
geltrenn, guêtre, VI, 389. 
-gen, I, 34). 



genel, enfanter, naître, 1, 93 ; III, 

286. 
geniac'h, avec vous, III, 50. 
geniem, avec nous, III, 51. 
genou, gineu, bouche, I, 218; II, 

424; VI, 115, 509. 
-gent. -ient, I, 340, 341. 
ger, gir, parole, I, 99; VI, 510. 
ger\'el; appeler, I, 95, 99. 
get, ked, avec, I, 88, 90; III, 237. 
gete-qei, avec elle-même, III, 
^ 238. 

geulia, suivre, III, 55. 
giâd, langue, III, 54. 
giaot, o^aot, herbe, III, 53, 232. 
giein, froid, III, 52. 
Gildas, III, ^50. 
çriorsou, longtemps, III, 237. 
giou, si! III, 50. 
gi\Tei, chèvres, III, 52. 
Glaimenoc, I, 343. 
glao, glav, glaw, glaù, pluie. III, 

412": 493; V, 193. 
glas, vert, I, 375; IV, 334. 
Glau, III, 412. 
gle, dette, III, 54. 
glesker, grenouille, VI, 500. 
gleu, brave, I, 340; III, 412, 413. 
Gleubidoe, I, 340. 
Gleucomal, I, 340. 
Gleudeu, I, 340. 
Gleuhocar, I, 340. 
Gleulouuen, I, 340,343. 
Gleumaroc-, Glemarec, Glemar- 

hoc, Glemarhuc, « brave cava- 
lier », III, 412, 413. 
Gleuuethen, Gleuguethen, V, 113. 
Gleuuidoc, I, 470. 
glizik, petit saumon, V, 274. 
gioan, laine, III, 54, 294. 
gloat, glat. pays, bien, seigneurie, 
^ III, 294. 
Gloesanau, I, 338. 
-gloeu, brillant, I, 340. 
gloiatou, brillants, IV, 330. 
gloumétenn, arc-en-ciel; douve 

de tonneau, VI, 392. 
glueb, gleb, glub, humide, I, 104, 

105. 
gluér, gloire, III, 53. 
goab, (rire) par moquerie, IV, 

469. 



aux tomes l-Vl 



LXXXVIl 



goachkiall, pressoir, III, 52. 
goah arzi, goa'rzi, tant pis, III, 

257- ^ 

goal, mauvais, II, 67. 
goanv, hiver, I, 211. 
goar, humblement, III, 294. 
goar, il sait, III, 294; VI, 21. 
goarantcin, gorantein, garantir, 

III, 5 5- 
Goarc'had, Vieux-Marché, III, 57. 
goarec, arc, III, 45 1. 
goarec an glau, arc-en-ciel, III, 

450, 451; VI, 392. 
goarem, garenne, champ non cul- 
tivé, VI, 392. 
Goaremancoat, « garenne du bois», 

II, 215. 
goarem er glaû, arc-en-ciel, VI, 

592. 
Goarem Liaven, I, 228. 
goarennik ë gla, arc-en-ciel, VI, 

392. 
goas, gwaz, serviteur, garçon, III, 

39; V, 124. 
goaskir, pressoir, III, 52. 
goazhat, empirer, IV, 346. 
gober, gobir, faire, VI, 511. 
gobr, salaire, VI, 511. 
gochqiall, gâteau, III, 236. 
goeien, pi. goei, oie. III, 58. 
goelaflf, goela, pleurer, IV, 332. 
goelann, goélan, goéland, IV, 

332. 
goeleiii, couvrir, III, 235. 
Goello, VI, 115, 116. 
goémon, goémon, III, 151. 
Goezenfloch, « ruisseau du page >■>, 

II, 211. 
Goeznou,VI, 120, 121. 
goff, forgeron, III, 413, 415. 
goiz, ruisseau, III, 413. 
gôl, (brebis) qui n'a pas d'oreilles, 

V, 222. 
golbinoc, « rostratam », I, 565. 
golc'het, couette, IV, 340. 
goleuienn, chandelle, III, 31. 
golff, sans queue, V, 222. 
golhediguiah, ablution, V, 125. 
golhouries, lavandière, oiseau, III, 

51- 
golou, lumière, I, 219. 
gonare, rage, I, 219. 



gor-, sur, m, 414. 

gorinourr, gourénour, lutteur, I, 
103. 

gorrec, gorec, lent, III, 414. 

goskôr, serviteurs, III, 59. 

goubtnner, oreiller, VI, 389. 

goude, goudi, après, III, 50, 239. 

gouian, hiver, I, 211, 212. 

gouiet, taupes, III, 58. 

gouieta, gouietat, chasser les tau- 
pes, III, 58. 

gouietaour, chasseur de taupes, 

III, 58. 

gouiladenn, gouriadienn, feu de 

joie, III, 55. 
gouilaniet, goélans, III, 51. 
gouilein, voir, III, 237. 
goulaouenn, goleuenn, chandelle, 

I, 219. 
goulei, plaie, III, 52. 
goulenn, demander, VI, 511, 
goulennezen, je demandai, V, 488. 
goulifias, grand mangeur, I, 418. 
' goulou, golou, goleu, lumière, I, 

218. 
goun, je sais, VI, 21. 
gounei, gagner, III, 52. 
gounez, gone, gouni, il gagne, V, 

125. 
gourai, corail, IV, 540. 
gourdrouz, gourdouz, menace, 

IV, 466. 

goureÀ', le plus jeune, III, 53. 
gourid, fuseau, III, 55. 
gourinner, lutteur, I, 103. 
gouriz plouz, ceinture de paille, II, 

374- 
gourmèqienn, (ur — ), arc-en-ciel, 

m, 239. 

gouryir, pi. ion, tailleur, III, 57. 
gousot, gouzoud, tu sais, VI, 21. 
gouspero, gouspireu, vêpres, III, 

50; VI, 500-505. 
gouzonn, je sais, VI, 21. 
gouzouk, gouk, cou, V, 127. 
gouzout, savoir, IV, 261. 
govél, goviall, forge, III, 52. 
goz, go, taupe, V, 125. 
gràgiet, femmes, III, 58. 
granenn,gernienn, (eur) laiinienn, 

lënienn, grain, III, 55. 
granniéle, grenier, I, 212. 



LXXXVIII 



Table des prineipaux mois cliidiés 



Gratlon, Gradelonus, I, 541 ; V, 

III. 
gravaz, civière, III, 226. 
grazal, graduel, III, 226. 
grec, grec, III, 415. 
gregail, coquilles, V, 221. 
gret, fait, III, 238. 
Greubidoe, I, 470. 
gria, griziat, coudre, V, 126; VI, 

grignol, grenier, I, 212. 
grizinkal, hennir, IV, 154. 
groaff, graf, je fais, VI, 31. 
groagi, gragi, femmes, III, 58. 
grouan, gravier, gros sable, V, 

245. 
grouian, goariein, coudre, VI, 51. 
gruec, grouic, grek, femme, I, 

104; III, 415. 
gruiam, je couds, VI, 31. 
gruizvien, grisien, racine, III, 

guaan, « scurilis », IV, 340, 342. 
-guall, puissant? III, 415. 
guanorion, histrions, IV, 340. 
-guarai, jeu, II, 415. 
(^ruarh, vends, III, 52. 
guascotou, « (umbras et) frigora», 

IV, 328. 
(Tudal, hurler, III, 232. 
guetïret, ensemble, IV, 340; auel 

gueffret, « vent de mydy », I, 

399- 
guegan, fruits de l'aubépine, III, 

59- 
Gueganton, III, 450. 

•."^uein, vin, III, 53. 

guelé, gwelé, gulé, gueli, guli, lit, 

I, 458; III, 50; VI, 510. 
gueltresenn, guêtre, VI, 589. 
guenanenn, gweuanenn, gunan- 

nienn, gunénienn, gucrenene, 
guirinenn, abeille, I, 90, 91, 97; 

II, 331 ; III, 54, 236. 
Guenargant, « blanc comme de 

l'argent », ou « argent blanc », 
III," 416. 
guenat, ^'uenat, o'iënat, blanchir, 

m, 237. 

Guencalon, Guincalon, I, 341. 
Guencuf, « beauté aimable >>, III, 
416. 



Guened, Guîniet, Vannes, III, 51 ; 

VI, 203. 
guener, gwener, guinér, guenir, 

vendredi, I, 100; VI, 510. 
guéneuienn, pi. gueneuiet, sang- 
sue, III, 236. 
guéneuienn, pi. eu, verrue, III, 

236. 
Guengamp, Guingamp, « champ 

blanc », III, 411, 416, 417. 
Guenhael, I, 341. 
guenn, gwenn, guin, i,''uen, .'/'ùin, 
_^non, <,''on, blanc, I, 96; III, 55, 
237,416, 417; ly, 155. 
guennuidic, guinvidic, guinuizic, 

bienheureux, V, 126. 
guerg, efficace, II, 277; V, 124. 
Guethenoc, III, 395. 
gueun, iun, terrain marécageux, 

II, 282, 287. 
gueureu, gueure, guère, il fît, III, 

294; V, 120. 
guezenn, guénn, arbre, I, 96. 
guezn, gwevn, gwen, fort, souple, 
difficile à rompre, III, 405; V, 
128. 
guezr, gwer, guirr, verre, I, 100. 
«.'•uial, nappe, III, 235. 
Guicbri, I, 339. 
Guidgual, Guidual, II, 406. 
guido-, « connaisseur » ? III, 

416. 
Guidomarc-, « connaisseur en che- 
vaux »?II, 208; III, 416, 417. 
Guigan, « homme mou »? III, 

417. 
guilannou, goélands, V, 532. 
guilët, giol't, giol, vu, III, 56. 
Guillou, Guillaume, loup; le dia- 
ble, III, 84, 200, 201. 
Guillou Rous, Guillaume le Roux, 
loup; habitant de Cap-Sizun, V, 
163, 164. 
guiltiatou, (.< tonsuras », I, 566, 

367, 569, 503. 
Guinguali, III, 449. 
Guingualoe, Guenole, III, 396. 
guinhezl, gwénaer, gwinaer, ve- 

-neur, IV, 337. 
guinic'h, guneh, froment ; gunoc'h- 

tu, blé noir, VI, 5 10. 
guinodroitou, « plagae », IV, 337. 



aux tomes I-\'I 



LXXXIX 



guinuclou, « uenabula », IV, 357. 
guir vella, le mieux du monde, IV, 

469. 
guirtitou, fuseaux, IV, 329. 
guiskein, guskein, vêtir, VI, 

SU. 
Guitcon, I, 345. 
guitibunan, jusqu'au dernier, II, 

.283. 
gulcet, « agipam », IV, 340. 
guo-, gua- gu-, uuo-, II, 287; 

IV, 328, 340, 341, 343, 344. 
Guodnou, III, 449. 
guohethe, « probum » ? IV, 346; 

V, 125. 

guohi, bourdons, IV, 334. 
guomonim, « puUiceri », IV, 342. 
guor-, sur, I, 341 ; IV, 330. 
guorail, sourcil, IV, 330. 
Guorhouuen, I, 470. 
guotan, « nepta », V, 469. 
guotric, gutric, « differ», IV, 343, 

344 ; VI, 486. 
guparth, « remotus », I, 353; V, 

106. 
gupartolaid, « privilégia », V, 106. 
Gurdilec, I, 344. 
Gurgualr, III, 430. 
Gurheten, I, 341. 
gurionni, vérité, III, 237. 
gurlimn, « deliniti », IV, 336. 
Gurmil, I, 343. 
gurpait, « fusam », I, 357; V, 

107. 
gurth, contre, IV, 337. 
Gurtiern-, Gurthierne, III, 449 ; V, 

113. 
guvr, droit, redevance, III, 417. 
Guvrben, « bout de la redevance », 

m, 417- 

gwadegenn, goedigenn, boudin, I, 

98. 
gwalc'hi, laver, II, 142, 194. 
gwamm, femme, II, 141. 
gwan, faible, II, 277. 
gwasa, le pire, IV, 346. 
gwaskaden war al loar, éclipse de 

lune, IV, 328. 
gwasked, abri, IV, 328. 
gwaskerez, pressoir à cidre, II, 51. 
gwaspel, gwespel, paille hachée 

par la machine à battre, V, 222. 



gwaz-dour, ruisseau, IV, 162. 
gwaz, gwa, gwai, oie, V, 124. 
gwaz, gwez, goah, pire, V, 125. 
gwelet, guiliet, guicl'd, voir, II, 

143 ; III, 237. 
gwell, guel, guil, guiall, meilleur, 

mieux, III, 50, 238; VI, 117. 
gwenaenn, verrue, III, 236. 
gwenan, guneii, gurein, abeilles, 

m, 54, 35- 

gwennard, blanchâtre, II, 407. 
gwennili, hirondelle, III, 204, 205. 
gwennt, vent, IV, 25. 
gwerbl, bubon, V, 244 ; VI, 70, 

gwerz, guerz, pi. iou, chanson, 
II, 46, 52, 54, 55, 64, 271 ; III, 
336; IV, 129, 430. 

gwerzid, fuseau, IV, 329; V, 107. 

gwestl, gage, I, 441. 

gwiad, toile, III, 415. 

gwinkal, ruer, regimber, V, 222. 

gwinnt, élévation, IV, 23. 

gwiziek, savant, II, 406. 

lia, hag, hac, et, III, 57; VI, 386. 

habasc, doux, III, 397. 

habëlzac'h, havresac, V, 127. 

Hadho, Hadou, Hazou, VI, 385. 

Haelcant, I, 339. 

Haelliffen, I, 470. 

Haelrit, I, 344. 

Haeluualoe, I, 470. 

Haeruuiu, Haer\-eu, Haervi, Her- 
viu, Hervi, « propre à la guerre», 

I, 341; II, 405- 
haff, han, été, II, 143. 

hall, hael, généreux, I, 342; II, 

407; III, 414, 417, 418. 
Hailcobrant, I, 342. 
hailhebod, f. es, enn, coquin, III, 

59- 
halliek, saule, III, 51. 
haloc, « lugubri », IV, 346. 
Hamn, II, 75. 
Hamonenoan, « Hamon l'ageau », 

II, 212. 

hanac'h, celui-ci, III, 232. 

Hangant, III, 411, 418. 

hani, haniv, hanei, celui, I, 212; 

III, 52." 

hano, hanv, hanhué, nom, I, 216, 
352 ; II, 142, 421 ; III, 55, 130. 



xc 



Table lics principaux mois ctiidics 



hanter, hantir, moitié, demi-, I, 

559; III, 50. 
hanter-kant, hanter-hând, cin- 
quante, VI, $11. 
hantertoetic, « semigilati», I, 359. 
hanval, haval, semblable, I, 95. 
harherpond, sur le pont, II, 215. 
Harlam, « main «, III, 418. 
-harnoc, « de fer », III, 418. 
harsaff, harza, retenir, V, 222. 
hat, semence, III, 286. 
hav, haô, mûr, I, 599. 
he, hec'h, son, à elle, I, 165 ; III, 

57; VI, 386. 
he, et son, VI, 386. 
heb-on, heb-d-on, heb-t-on, heb, 

z-on, heb-s-on, sans moi, V, 

126. 
hedr, hezr, hardi, II, 209; III, 

418. 
hegarat, aimable, I, 469. 
hegon, mais, I, 214. 
hei, hiv, orge, III, 50. 
hei, elle, III, 52. 
hei do, hei !, cri pour appeler les 

chevaux, IV, 14S. 
Hellart, I, 266. 
Hemhoir, Himhoir, I, 471. 
hen, lui, I, 92 ; IV, 339. 
henaff, le plus vieux, V, 109. 
henderviac'h, soirée, VI, 510. 
heni, celui, I, 212. 
Henleis, Henlée, II, 210. 
hennez, celui-ci, III, 232. 
henoaz, henoez, henoz, heneah, 

hiniac'h, cette nuit, II, 213; V, 

125. 
hent, ient, ien, chemin, I, 342 ; 

III, 56. 
henvel, semblable, I, 95. 
heol, soleil, II, 143 ; III, 325. 
heor, ancre, I, 215. 
hep, sans, IV, 33;. 
hep-mui-ken, hemiken, seulement, 

m, 57- 

he pysy, tu auras, VI, 512. 

her, le', II, 213. 

herie, herouë, heroa, aujourd'hui, 

V, 127. 
Herpond, le pont, II, 213. 
herzel, durer, tenir, V, 222. 
heskenncr, scieur, III, 409. 



hestr, huîtres, \'. 469. 
heuanemdoguo, « se ingerit », 

IV, 3>s/3 59- 
hcureuchin, hérisson, IV, 467. 
hevelep, semblable, II, 192. 
hevlene, cette année, II, 195, 213. 
-hi, -là, III, 236. 
hidiv, hidu, hudu, aujourd'hui, 

IV, 467 ; V, 125. 
hiem, sans, III, 5 1. 
hiemkein, seul, III, 52 . 
higolen, pierre à aiguiser, III, 224. 
hileiou, il suivra, III, 52. 
Hincant, Hingant, « chemin 

blanc »? I, 339, 342; III, 418. 
Hinhoiarn, I, 342. 
hini, celui, I, 212. 
hinihue, aujourd'hui, V, 127. 
hint, chemin, I, 572; III, 418. 
hinvis, chemise de femme, VI, 

390, 391. 
Hinuualart, I, 342. 
Hinuuallon, I, 342. 
Hinworet, V, 415, 417. 
Hirdan, VI, 590. 
Hirdhoiarn, VI, 390. 
hirglas, (i longi, fulva », V, 446. 
hirié, hirio, hiru, aujourd'hui, I, 

165 ; II, 213 ; V, 127. 
hirvoud, gémissement, V, 268. 
histrenn, eistrenn, huître, I, 213. 
hizio, hiziu, hizieu, hizeu, hicho, 

hvo, aujourd'hui, II, 213; V, 

125, 127. 
ho, hoc'h, hoz, houc'h, votre, I, 

215 ; m, 57,238. 
ho, hou, leur, I, 215. 
hoarais, hoareis, carême, VI, 390. 
hoàrei, jouer, III, 52. 
hoarier, hoariour, joueur, I, 103. 
Hobrit, I, 339; II, 406. 
Hocar, Hugar, -hegar, I, 469 ; V, 

III. 
hochélat, bercer, III, 236. 
Hoernin, Huiernin, III, 269. 
hoès, e hoès, vous avez, VI, 511. 
hogen, mais, I, 214; II, 421. 
hoiarn, hoarn, houarn, fer, I, 342 ; 

III, 269, 408, 418. 
Hoiarnbiu, III, 449. 
Hoiarnscoet, Harscoid-, Harscoec, 

« bouclier de fer », III, 418. 



iiii.x laines I-\'l 



lioleii, liarmouicux, I, 374, 375, 

505, 504. 
hon, hor, hol, notre, I, 216. 
hona, celle-ci, I, 218. 
honestis, honnêteté, V, 124. 
honnez, hounnez, celle-là, I, 16). 
hopes, vous avez, VI, 512. 
hopper, lutin appeleur, I, 419. 
horrubl, horrible, IV, 467. 
hou, houç, votre, I, 215. 
'hou, (il) sera, III, 235. 
houannadein, gémir, III, ^3. 
houareiii, rire, III, 55. 
houarv, hiarw, amer, III, 53. 
houc'h, hoh, porc, I, 219. 
houionek, poussiéreux, III, 257. 
houll, arrêtez ! (aux bœufs), III, 

239. 
hou-man, homan, celle-ci, I, 218. 
houn-nez, honnez, honeh, celle-là, 

I, 218. 
-hozoc, hozec, -ozec, ezec, ezoc, 

a tranquille, calme » ? III, 410. 
htigutre? « uttensilia », V, 114. 
huchellat, bercer, III, 236; IV, 

333- 
huec'h, six, III, 55. 
huec'hviet, hueac'hviet, sixième, 

III, 51. 
huedaff, c'houéda, vomir, IV, 333. 
huedez, huide, huider, huidr, 

alouette, IV, 124; VI, 389, 

390. 
huer, pi. utrziet, sœur, III, 55, 

58. 
hugunod, hugonod, huguenot, 

impie, IV, 467. 
hui, huei, houei, il sait, III, 52. 
hui, c'houi, vous, IV, 341. 
huïek, doux III, 51. 
huiennein, sarcler, III, 51. 
huibeden, moucheron, V, 222. 
huiben, moucheron, V, 222. 
huicht, à droite ! (aux bœufs), 

m, 239. 

huital, verrues, IV, 333. 

hûler, suie, V, 127. 

hum, eiii, in, un, se, I, 105 ; III, 

53>55- 
hun, hur, notre, I, 216. 
hum re-ni, 'ri-nei, les nôtres, III, 

S7- 



luiskeilat, uskuvat, balancer, IV, 

467. 
huzel, hudel, udel, huel, hueil, 

suie, V, 126, 127; VI, 396. 
i, il est, V, 487. 
1 tiskir, i tichkir, on apprend, III, 

50. 
i petra, pourquoi, III, 50. 
ia, oui, V, 223 ; VI, 388. 
ia, ça ! en route ! V, 158. 
iac'h, à gauche ! (aux bœufs), III, 

239. 
-iac h, 2e pers. plur. de l'impf., 

m, 235. 

-iall, féminin, III, 238. 
lan-an-Od, « Jean du rivage », I, 

420. 
lann Bitoch, III, 239. 
iaou, plus jeune, II, 426. 
iaouanc, jeune, II, 426; III, 130. 
iaouantctet, jeunesse, V, 124. 
iaouankis, iaouankiz, jeunesse, V, 

124; VI, 391. 
iaouanktiz, ioahktis, iouaiiktis, 

iuaiîktis, jeunesse, V, 124. 
iarh, neige, III, 56. 
iarik Doue, « poulette de Dieu », 

coccinelle, V, 178. 
larnbidoe, I, 342. 
larnbud, I, 342. 
larnbudic, I, 339. 
larncant, I, 339, 342. 
larncar I, 342. 
larncon, I, 342, 345. 
larnganoe, I, 342. 
larnn, I, 471. 
larnuuallon, larnguallon, I, 542 ; 

V, 113. 
iarw, sillon, III, 56. 
-iat, IV, 340. 

iboud, hiboud, murmure, V, 268. 
ichenn, scie, III, 51. 
i chklourr, en suspens, III, 236. 
idan, sous, V, 107. 
-idigez, noms abstraits, I, 92. 
iechet, yehet, santé, III, 56 ; VI, 

483. 
iecht, moisson, III, 51. 
i ëm, nous étions, III, 55. 
-iemp, -iëmp, fe pers. plur. de 

l'impf., III, 235. 
ien, froid, II, 142. 



XCII 



Ta hic des principaux mois ctiidics 



-ien, pluriel, I, 102, 103. 

-ienn, v^ pers. sing. de l'impf., 

111,235. 
-ient, 3e pers. pi. de l'impf., III, 

.235- 

-ier, pluriel, II, 279. 

-ies, pi. -iezet, -iéziet, féminin, 
111,51. 

-ies, 2e pers. sing. de l'impf., III, 
235. 

-iet, pluriel, III, 58. 

iez, langage ; cri des animaux ; 
manière de se faire entendre ; 
manière; faculté, puissance phy- 
sique ou morale; goût, avis, II, 
51 ; IV, 104, 105. 

igueltocion, « in fenosa », I, 360. 

i hane t'ian, le sien à lui, III, 56. 

i hepcorim, « cassum » IV, 335. 

ihuel, enhuel, haut, III, 50, 235. 

i kevir, à l'égard de, III, 50. 

ikiernel, éternel, III, 54. 

ilei, il suit, III, 50. 

ili, prunelles, prunes sauvages, V, 
221. 

Ili, II, 72. 

ilin, coude, II, 277. 

-im, infinitif, I, 360; IV, 335, 
342. 

imbouda, ibouda, enter, V, 268. 

imcobloent? II, 120. 

imgupatton, « se abdicant «, V, 
106. 

Imhoir, I, 471. 

-imp, nous, I, 214. 

imprimeri, imprimerie, II, ji. 

Imuuor, I, 471. 

in, le, II, 207, 208 ; V, 464. 

in, en. dans, IV, 335, 341. 

inardotas ? V, 1 14. 

incedlestnéuiom, « tabe », I, 355. 

incorit? « quesitus », V, 114. 

ifid a zou, 'd a zou, ils sont, III, 

57- 
in dicomit, V, 1 14. 
Indres, les Indes, VI, 389. 
iné, pi. o, âme, I, 164. 
inean, inian, âme, I, 92, 97, 164; 

_ III, 54 ; V, 487. 

in-ë-më, dans mon, III, 239. 
iniem, contre, III, 239. 
in-iem-zon, sans moi, III, 239. 



inirogedou, « orgiis », I, 356, 

369. 
inis, enes, île, I, 415 ; II, 207. 
Inisan, « insulaire » ? I, 342 ; II, 

207. 
in i uenan, tout seul, III, 239. 
inoui, ennuyer, I, 212. 
int, ent, préfixe d'adverbes, IV, 

338. 
intannezent, ils auraient incendié, 

ils incendièrent, V, 488. 
int coucant, « nihilominus », IV, 

538. 
inuaiictou, « incx'nis », IV, 341, 

342. 
iolent, « pr.tcentur », I, 370. 
-ion, pluriel, I, 105. 
loncorus, « mirans », VI, 357. 
iorn, « triturantis », V, 114. 
iourc'h, chevreuil, II, 421. 
ipn, « ualere », V, 107. 
-iq, -eq, diminutif, III, 232. 
-ir, -eïr, pi. -ërion, noms d'agent, 

irinen, pi. irin, irein, prunelle, 

prune sauvage, III, 52; V, 221, 

274. 
irinienn, prune sauvage ; prunier 

sauvage, III, 52. 
irouut, bien, III, 235. 
irvi, cerhui, sillons, I, 212. 
Is, III, 220-222. 
is gantan! mords-le, III, 257. 
is-,IV, 331. 

-is, noms abstraits, VI, 391. 
iscartholion, « stupea », IV, 331. 
Islantez, Irlandaise, I, 224. 
iterniti, éternité, III, 50. 
ituen, utuen, grain de blé noir, IV, 

467. 
ludcant, I, 339, 342. 
ludcar, I, 342. 
ludcum, I, 342. 
ludhael, I, 342. 
luduuallon, I, 342. 
lunargant, II, 287. 
lunet, I, 342. 
lunethuuant, I, 342, 
lunetmonoc, I, 342. 
iuzevien, V, 126. 
iv, huile, III, 57. 
iveiii, boire, III, 51. 



aux loiiies 1-VI 



XCIII 



iviet, boire, III, j i. 

ivict, (la) deuxième, III, 239. 

ivin, ivein, ongle, II, 142, 277; 

III, 52. 
Ivinou, II, 72. 
izel, ijel, bas, V, 127. 
jabot-ru, jabouru, rouge-gorge, III, 

59- 
Jagou,Jegou, Gcgou, III, 4Ï2. 
Jakes, Jacques, VI, 389. 
jamez, jamais, IV, 299. 
jarnidié! V, 188. 
Jarnuuocon, Jarnuocon, Jarngu- 

con, Jarnogonus, V, 1 11, 113. 
Jezequellou, II, 72. 
Jezu-Krist, III, 56. 
jist, chist, cidre, III, 238. 
Jubudoc, III, 449. 
judevien, juifs, V, 126. 
Judicael, III, 449. 
Juluan, Julien, IV, 467. 
Juneprit, II, 406. 
Juno-, V, 104, 105. 
Junobrus, V, 104, 115. 
Juti, III, 430. 
juzev, juif, II, 129. 
kabestr licou, III, 223. 
kabiallek, alouette, III, 52. 
kac'het, kac'hout, cacare, V, 220. 
Kaerdu, Kaerzu, VI, 396. 
kaerell, kériall, kéiriall, belette, III, 

59. 235. 
Kaer-en-Mostoer, « village du Mo- 
nastère », II, 211. 
kaftieren, cafetière, V, 124. 
kaier, ker, ville, III, 289. 
kailhost, perce-oreilles, III, 256. 
kakous, cacous; cordier, tonnelier, 

I, 404, 405. 
kal, premier jour, III, 223. 
kalon, kaloun, kaloii, cœur, I, 

215, 279; III, 54. 
kalur, calice, IV, 467. 
kamiall, pi. iet, boiteuse, III, 238. 
kamigel, action de boiter, VI, 

486. 
kammigellou, zigzags, VI, 486. 
kanipi : rei var gampi, prêter, VI, 

391. 
kamps, aube de prêtre, \l, 391. 
kan a dra, (pas) grand' chose, III, 

54- 



kanaill, pl. es, canaille, VI, 389. 
kanastel, buffet, III, 132, 223. 
kanec, montée, III, 290. 
kanêtei, des billes, III, 258. 
kann, canal, III, 53. 
kannerezik ann dour, lavandière, 

bergeronnette, V, 192. 
kanouenn, keneuienn, kraouenn, 

noix, III, 55, 290. 
kantved, centième, I, 458. 
kaoter, chaudière, III, 223. 
karac'h, vous aimiez, V, 488. 
karanti, amour, III, 50. 
karchon, j'aimai, V, 488. 
kardi, karzi, remise, V, 126. 
kardiallat, engraisser (une terre), 

III, 52. 
kareheoh, kareheah, vous aimeriez, 

V, 488. 
karei, tu aimeras, V, 488. 
kare^iall, brouette, III, 53. 
Karengoiz, Kerengoez, « village du 

ruisseau », II, 211, 214. 
kares, il aima, V, 488. 
karféet, vous aimerez, V, 488. 
karféfet, vous aimerez, V, 488. 
karfeomp, nous aimerons, V, 488. 
karfot, vous aimerez, V, 488. 
karg, rempli, III, 57. 
kargët, rempli, III, 57. 
karh, avoine, III, 52. 
karinchou, voies, VI, 385. 
karit, vous aimez, V, 488. 
karjon, karjoun, j'aimai, V, 488. 
karjot, vous aimâtes, V, 488. 
karjout, tu aimas, V, 488. 
karoc'h, vous aimerez, V, 488. 
karou, il aimera, V, 488. 
karouint, ils aimeront, V, 488. 
karrek, pl. kerrek, êcueil, II, 421. 
karren, j'aimerais, V, 488. 
karrik ann Ankou, le char du 

Trépas, VI, 270. 
karz, raclure, ordures, IV, 531. 
karzot, vous aimâtes, V, 488. 
karzout, tu aimas, V, 488. 
kastelienn, pl. kastei, groseilles, 

m, 54- 

kataret, (esprit) affaibli, tombé en 

enfance, IV, 468. 
kavezan, je trouvai, V, 488. 
kaviall, berceau, III, 52. 



XCIV 



Table des principaux mois éiudiés 



kaz, chercher (à), IV, 158. 
kaziek, pi. kezek, kezekiet, jument, 

III, 58. 
Ké, 1,411. 

kébr, quepr, chevron, IV, 334. 
kefnidenn, araignée, I, 94. 
kcgel, kegil, quenouille, I, 100. 
kegid, ciguë, IV, 333. 
kegnion, kenienn, kinenn, kinén, 

de l'ail, III, 54. 
kegust, sorte de ciguë, V, 220. 
keies, kiges, chienne, III, 52. 
keina, gémir, V, 220. 
ke^, viande, III, 5 3. 
kelc'hia, cercler, faire un cercle, I, 

422. 
keleren, feu follet, I, 422. 
kelienenn, kelionenn, kelionnienn, 

mouche, I, 102; III, 55. 
kelienn, du houx, III, 54, 236. 
kelihuc, coq, II, 208. 
kemener, keminer, tailleur, I, 100; 

II, 427. 
kemier'd, prendre; prenez, III, 

237. 
kemir, prendre, III, 50, 237. 
kemesk, mélange, III, 412. 
kemm, changement, VI, 391. 
kemma, changer, II, 128. 
ken peau, V, 223. 
kenderv, candêrhue, kaiîdiarw, pi. 

kandien.viet, cousin, I, 94 ; III, 

51- 

kenech, montée, II, 214. 
kened, kinet, beauté, I, 98. 
Kenguethen, V, 113. 
keniterv, quenitêrhué, caniterhuë, 

kenitiarv,v, pi. keneitiarwieziet, 

cousine, I, 94 ; III, 51. 
kent, avant, I, 96. 
kentr, éperon, II, 276. 
kér, ville ; monet d'ar ger, aller à 

la maison ; monet e ker, aller en 

ville, III, 493. 
Kerambars, « village du barde », 

II, 215. 
Kerambellec, « village du prêtre », 

11,215. 
Kerancouat, « village du bois », 

II, 21S. 
Kcrandcur, « village de l'eau », 

II, 210. 



Kerandu, « village du Noir », II, 

210. 
Keranflech, «c village des pages », 

11,215. 
erangall. 

II, 216. 
Kerangoff, « village du forgeron », 

11,216. 
Keranguen, « village du blanc », 

II, 210, 216. 
Keranhalegen, « village du saule », 

II, 209. 
Keranlay, « village de la cour », 

II, 210. 
Keranrun, c village du tertre », II, 

216. 
Keransquel, « village de l'échelle », 

II, 210. 
Kerantal, « village d'en face », II, 

210. 
kerc'hen, cou, II, 421. 
kerdein, croire, III, 55. 
kerdienn, croyance, III, 55. 
kere, quere, kiri, cordonnier, II, 

329 ; III, 50; V, 125. 
Kerenheull, « village du soleil », 

11,211. 

Kerenmanach, « village du moine », 

II, 212. 
Kerenprovost, « village du prévôt », 

II, 212. 
kerez, cerises, II, 278. 
Kergournadeac'h, III, 206, 207. 
Kerinaven, « village du ruisseau », 

II, 208. 
Kerimarch, « village du cheval », 

II, 208. 
Kerimmerch, Kerimerch, « village 

de la fîlle », II, 207. 
Kerincuff, Kericuff, Kericunff, 

Kericune, II, 208, 214. 
Keriscoul, « village du milan », 

II, 208. 
kerlh, pi. kerlieu, cercle de barri- 
que, III, 232. 
Kermadeuc, III, 225. 
Kernèw, Cornouaille, IV, 115. 
kerrot, vous aimerez, V, 488. 
Kervinio, VI, 115. 
kerzin, alisier, VI, 390. 
kes ketou, mords-le! III, 237. 
kesein, e.xciter (un chien), III, 237. 



aux Ivnit's l-\'I 



xcv 



kestad, côtes, I, 214. 

ket, kiet, qet, ke, (ne) pas, III, 57, 

232. 
ket nanieit, kc' nicid, ne que, VI, 

510. 
keuiyall, petite caisse à barreaux où 

l'on met la vaisselle, III, 256. 
keuz, keu, ké, regret, V, 125. 
Keuuirgar, VI, 377. 
kezek, chevaux, juments, III, 58. 
ki, kiy, -chi, -gui, chien, III, 52, 

416 ; VI, 411. 
ki, va, III, 50. 

kiarein, kicrein, marcher, III, 55. 
kiarh mat, bon pas, III, 51. 
kichen, kuchen, kuchun, auprès, 

I, 466, 467 ; II, 421 ; III, 229. 
kiem, à nous, III, 54. 
kigiy, coqs, III, 58. 
kigna, écorcher, V, 223. 
kigner, kignour, écorcheur, I, 103. 
kinnigan, j'offre, VI, 590. 
kir, maison, III, 493. 
kirei, des cliarrettes, III, 52. 
kirit, vous aimez, V, 488. 
kirlao, sangsues, III, 253. 
kistin, kichtein, châtaignes, III, 

54, 223. 
klask, chercher, VI, 390. 
kleiiîhet, kleiiîwiet, maladie, III, 

5.3- 
kleiz, gauche, II, 421. 
klenvet sant Tujan, rage, V, 188. 
kleuzier, fossoveur, III, 405. 
kleve, kleve, kléaii, épée, I, 94 ; 

111,235. 
kloarek ar glao, arc-en-ciel, III, 

451- 
klouar, tiède, doux, II, 66. 
kludiall, herse, III, 52. 
kluid, klud, claie, III, 235. 
klujiri, klujuri, des perdrix, IV, 

467. 
knech, quenech, kreac'h, montée, 

tertre, I, 471 ; II, 214; III, 290; 

IV, 356. 
Koadalan, I, 106, 107. 
koan, souper, II, 278. 
koantis, koahtiz, gentillesse, beauté ; 

belle, maîtresse, V, 124. 
koar, cire, II, 278 ; III, 224. 
koarh, chanvre, IV, 335. 



koaris, koraiz, koreis, carême, III, 

53; VI, 528. 
kodioc h, alouette (huppée), I\ , 

124- 

kog avril, coq, (poisson) d'avril, 
V, 189. 

kogediennek, kogegiennek, alouet- 
te, III, 54. 

kogiennek, alouette, III, 54. 

kogiet, coqs, III, 58. 

kokes, coquillages, IV, 159. 

koler, colère, III, 50. 

kolévienn, ruche, III, 51. 

kommoul, nuage, VI, 391. 

konoc'hal, faire son curieux, IV, 

-99; 

konoc'huz, curieux, IV, 299. 

kordaiînir, cordonnier, III, 50. 

korn, lune cornue, croissant de la 
lune, III, 452. 

korn (-butun), pipe, V, 220. 

korrean, courroie. II, 578. 

korsenn, roseau, II, 421. 

korvigel, état de ce qui est entor- 
tillé, duplicité, VI, 486. 

korvigella, brouiller, VI, 486. 

kosti, côté, III, 50. 

kouchkouries, dormeuse, sorte de 
crabe, III, 54. 

kouiliar, pi. kouliariet, perdrix, III, 
58. 

kouiniaoua, aller chercher des gâ- 
teaux, II, 270. 

koulein, lapin, III, 52. 

koulm, nœud, II, 343 ; VI, 486. 

koulm, klom, kolëm, pigeon, I, 
219; III, 53. 

koulmienn, colombe, III, S 3 . 

koumanand, koumenand, ferme, 
I, 89. 

kounnar, konnar, rage, I, 219. 

kourreza, corroyer, I, 219. 

kourrezer, korreour, corroyeur, I, 
103. 

kousket, dormir V, 220. 

koutiall, couteau, III, 52. 

kouviet, convié, V, 268. 

koveseet, koveseit, confessé, I, ici. 

koz, vieu.\ ; mauvais, II, 272 ; III, 

131- 
kozenn, koc'hienn, vieille, III, 58. 
koziad, vieillard, III, 38. 



XCVI 



Table des principaux mois étudiés 



krechenion,krecheneion, chrétiens, 

III, 52. 
krecheniah. chrétienté, III, 50. 
kréët, né, III, 53. 
kregi, saisir, I, 102. 
kreirio, reliques? VI, 43. 
krén, tremblement, I, 553: 
krenn, rond, II, 421. 
kreski, kriskein, kreskein, croître, 

I, 97,98. 
krésteiz, kresté, kreichti, midi, I, 

165 ; m, 258. 
krign, krgn, du gratin, III, 236. 
kriz, kri, cru, V, 125. 
krogein, saisir, I, 102. 
krogen, coquillage, III. 241 ; V, 

220. 
krogilhen, coquille, V, 220. 
krok, krog, croc, III, 415. 
krouadur, enfant, III, 55. 
kros, kroz, réprimande, V, 268. 
kruéour, créateur, III, 55. 
kruét, créé, III, 53. 
krzeilh, de la grêle, III, 255. 
kùch, réserve, provision, IV, 160. 
kuein-kuein, pinson, III, 59. 
kuit, au loin, V, 193. 
kurén tonnerre, III, 53. 
kurust, choriste, IV, 467. 
kustum, coutume, IV, 466. 
kuzat, cacher, V, 221. 
kuzul, conseil, IV, 466. 
laer, f. ies, voleur ; laër lann, voleur 

d'ajoncs, III, 51, 451; V, 187. 
laez, lez, liac'h, lait, II, 142 ; III, 

5o:V, 467. 

lagat, lagad, œil, II, 145 ; I\ , 538; 
V, 223. 

lakezeah, vous auriez mis, vous 
avez mis, V, 488. 

lamein, ôter, I, 93. 

lan, pi. iou, lieu consacré, monas- 
tère, V, 469. 

Lanenmerchet, « iande des filles», 
II, 212. 

langaich, langage, II, 51. 

lann, jan, lande (ulex europa;us), 
II, 240, 241, 366, 367. 

lano, lannhuë, marée, pleine mer, 
I, 216. 

Lanouarerstancq, « lande sur l'é- 
tang », II, 213. 



Lan-Rivoare, III, 220. 

laret, dire, VI, 382. 

larezai, il dit, V, 488. 

largentez, larganté, largesse, I, 94. 

las, lacet, IV, 160. 

latein, latin, III, 52. 

lau, main, V, 115. 

laur, leur, sol, aire, II, 142 ; IV, 

332- 
lavarit, livirit, dites, V, 126. 
lavarout, dire, VI, 382. 
lâvrek, pantalon, III, 51. 
laza, lac'han, tuer, V, 127. 
Le Braz, VI, 385. 
lec'h, leac'h, leh, lieu, place, I, 

375,415- 
led, largeur, II, 421. 
ledan, large, I, 96. 
léet, veaux, III, 235. 
LeFlem, VI, 385. 
-lei, moins, IV, 358. 
leimaj, image, III, 52. 
lein, lin, III, 52. 
lein, lire, III, 56. 
leiii, dîner, III, 54. 
leinad, lérad, ortie, III, 55. 
leinot, linot, III, 52. 
Leisou, I, 471. 
lemel, ôter, I, 93. 
LeiMen, VI, 585. 
lenn, lienn. étang, lac, I, 417; 

m, SI. 
leon, lion, I, 368. 
lequesot, tu mis, V, 488. 
1er, cuir, III, 50. 
léroiïsei, léroiïsiy, larcin, III, 52. 
les, lez, lis, cour, I, 100; II, 210, 

283. 
leski, loskein, brûler, I, 102. 
lestnaued, nausée, I, 355, 375. 
lestr, vaisseau, vase, II, 283. 
letern-noz, feu follet, I, 422. 
Leubri, III, 450. 
leue, veau, II, 421. 
Leugui, « chien-lion », I, 543. 
leun, plein, I, 216; II, 421; III, 

43- 
Leuric-en-tal-enn-Yliss, « petite 

aire en face de l'église », II, 
212. 
levenez, léhuiné, leuini, joie, I, 
99; III, 50. 



aux tomes I-VI 



xcvii 



levies, pilote, V, 468. 

Lezobrè, II, 64, 65. 

Lhcvcdcr, VI, 385. 

liac'h, leac'h, dolmen, I, 228. 

lian, lianein, pleurer, III, 255. 

liau, lieue, III, 52. 

liaven, dolmen, I, 228. 

libiriou, rouleaux, IV, 335, 537. 

lieac'hë^ienn, lieao-ienn, laitue, III, 

lies, leies, beaucoup, III, 52. 

lies, les, souvent, VI, 511. 

liessafu, très souvent, IV, 469. 

limn, « lentum », IV, 330, 556. 

limncollin, pi. limncollou, tilleul, 
. IV, 330, 333. 

linom, « litturam », I, 364. 

Liorsanguern, « jardin de l'aune », 
II, 215. 

Liortzenlazer, « couriil du meur- 
trier », II, 212. 

Liortzerpunce, « courtildu puits », 

II, 212. 

liorz, liorh, leiorh, iorh, courtil, 
clos, jardin, II, 421 ; III, 52 ; IV, 
_ 344; VI, 511. 

lieu, « neuum », I, 366. 

lippat, lipat, lécher, II, 191, 340. 

lirzin, joveux, V, 128. 

Usure, III, 450. 

liu, liou, couleur, IV, 330. 

liuan, courroie pour attacher les 
bœufs, III, 236. 

liuanein, moisir, III, 236. 

liuannies, luannies, religieuse, III, 

54- . 
livrin, joyeux, V, 128. 
liyen, leiein, toile, III, 52. 
lizer, liver, lehir, leyir, liyir, lettre, 

III, 52, 23s. 
lizienn, loi, III, 51. 
loar, lune, III, 204, 205. 

loaret, rendue enceinte par la lune, 

m, Ar- 

loariet, lunatique, disgracié au 
physique ou au moral, destiné 
à être malheureux, III, 204,205. 

loch-corriganed,« loge des Naines», 
dolmen, I, 227. 

lodiek, participant, III, 5 1 . 

logodienn pienndal, chauve-sou- 
ris, III, 59. 



Loguelancozze, « loge du vieux », 

II, 209. 

Loiesbritou, II, 406. 

Loiesbudic, I, 339. 

Loiesoc, I, 342. 

Loicsuuallon, I, 342. 

loman, alors, III, 294. 

lonchegez, goulue, I, 425. 

lonkerez, goulue, I, 425. 

lohn, bête, III, 55. 

Loquentas, Saint-Gildas, III, 237. 

lotrucc, autruche, IV, 345. 

louarn, liuarn, pi. liuarniet, re- 
nard, II, 143, 372 ; III, 54, 256; 
V, 166. 

-louuen, -loucn, joyeux, I, 345. 
Louuenan, I, 343. 
Louui, I, 343. 

louzaouenn, lézeuenn, pi. louzou, 
herbe, légume, remède, I, 217; 

III, 388. 
Loviau, III, 450. 

Lovocatus, « quia des combats de 
lion », VI, 409. 

luchenat, luchenein, bercer, III, 
236. 

ludu, luru, luri, cendres, III, 55. 

luduek, luruiek, luriyek, luriek, 
frileux, III, 59. 

luduenn, lurivenn, lùrienn, fri- 
leuse, III, 59. 

lugerni, lugernein, ligernein, liu- 
geruein, briller, I, 220. 

lugernuz, ligernus, lingernus, bril- 
lant, I, 220. 

lugustr, troène, IV, 466. 

Lui, I, 343. 

Lunen, I, 543. 

Lunmonoc, I, 343. 

Luortzencloarec,« courtil du clerc », 
II, 212. 

Luortzenkaer, « courtil du village », 
II, 212. 

lus, airelles, V, 223. 

luscou, « oscilla », IV, 332. 

luséenn, punaise, III, 235. 

luska, osciller, IV, 532. 

luskelladur, oscillation, IV, 352. 

luskellat, balancer, IV, 467. 

luson, « tramitem », IV, 346. 

lutun, lutin, IV, 467. 

luvadenn, luvëdënn, éclair, III, 235. 



Revue Celtique, XXIX. 



XCVIII 



Table des principaux mois étudiés 



ma, me, men, mem, mon, 1, 89 ; III, 

• 58. 

ma, si, III. 57. 

ma, que, IV, 468. 

-ma, -man, men, -ci, III, 50, 294. 

mab, pi. mipien, fils, enfant, I, 

266; II, 76; IV, 281, 529. 
mabcauuelou, « conabula », IV, 

529. 
Mabetad, Mapedat, <' fils de son 

père », II, 76. 
mab Rohan, pourceau, III, 208. 
Maccent, III, "450. 
Machlove, III, 449. 
Machtiern, V, 112. 
macoer, moger, pi. magaerou, 

mur, II, 208; III, 224. 
mad, bon, II, 66; III, 238; V, 

223. 
madelez, madeleah, madeliah, 

bonté, I, 93 ; III, 50. 
Madganoe, I, 343. 
Madgone, I, 343. 
Maedri, I, 343. 
Maeloc, I, 345 ; V, 105. 
Maenuuifi, V, 112. 
magan, niégan. fruits de l'aubépine, 

III, 59. 
main, maen, men, pierre, III, 241, 

408, 409; IV, 331. 
maleres, action de moudre, V. 

125. 
mamm geu, belle-mére, III, 239. 
man, un baiser, IV, 161. 
manac'h, menah, monah, moine, 

I, 89-91. 
Manac'hti, I, 415. 

mané, manné, montagne, I, 94 ; 

II, 207. 

manniegeu, gants, III, 50. 

mantiall, manteau, IIT, 52. 

maoues, maouez, femme, V, 223. 

maout, mouton ; vin d'accomplisse- 
ment, III, 196. 

Mapodore, II, 76. 

mar, doute, hésitation, II, 123. 

mar, si, III, 57. 

marc'h-aer, libellule, V, 220. 

marc'halec'h, place du marché, I, 

415. 
marc'h Hamon, le cheval d'Ha- 

nion, jalousie, II, 238, 239. 



Marchoc, I, 543. 

marc'h rouz, cheval roux, jalousie, 

II, 238, 259. 
Marchuallon, I, 343. 
mardoue, morbleu, V, 188. 
marek, cavaHer, III, 55, 290. 
nnir g-e, s'il est, III, 54. 
mar g-eus, s'il y a, III, 54. 
mârhiet, chevaux, III, 58. 
Mari, Mai, Màrei, III, 52 ; [IV, 

466. 
maro, marv, marhuë, mort,*?!, 

216; II, 269, 270; III, 493 ; V, 

223. 
mârsi, peut-être, III, 50. 
martelovet, matelots, III, 236, 
marvaili, merveille, IV, 466. 
marwein, morwein, mourir, III, 

50. 
matiac'h, pi. eziet, ser\-ante, III, 

258. 
Matith, III, 449. 
Matoc, Madocus, III, 224. 
matoc'h, de ' meilleur goût, III, 

238. 
Matuueten, Matguethen, \, 115. 
ma ziaot, me jaot, ma langue, V, 

127. 
mecher, métier, III, 228. 
mechtr. miechtr, maître, III, 51. 
mederes, medereah, moisson, V, 

niedi, midi, moissonner, IV, 345. 
meid, petit-lait, IV, 333. 
meid, seulement, VI, 510. 
meiiî, pi. meiii, meiiîeu, pierre, 

m, )8. 
meleinour, meunier, III, 57. 
melenard. jaunâtre, II. 407. 
Meleor, III, 449. 
melfeden, escargot, II, 441. 
melgabr, (f ligustra », IV, 328, 

329, 559- 
melinereah, mouHnage, V, 125. 
melionnienn ér, grosse fourmi 

rouge, III, 55, 236. 
mellezour, meliouir, miroir, III, 

50, 226. 
melv, morve, II, 441. 
meniez, même, II, 267. 
-mened, menez, miné, montagne, 

I, 94; II, 207; VI, 483. 



aux lomcs I-\'I 



xcix 



men glas, ardoise, V, 223. 

menhir, VI, 210. 

menn, chevreau, V, 223. 

mennik, petit chevreau, V, 223. 

meo kollet, ivre-mort, IV, 159. 

mera, administrer, IV, 29. 

merdeat, marin, VI, 396. 

merenn, mirenn, mirienn, colla- 
tion, I, 98; III, 51. 

merienenn, merionenn, melion- 
nienn, fourmi, I, 102; III. 55 ; 
IV, 46). 

Merlin, III, 206, 207; I\ , 433, 

434- 
niesk, misk, mélange, I, 99. 
meskein, mêler, I, 99. 
mésklienn, pi. niésk, une moule, 

III, 56, 57- 
meurs, mars, III, 64, 65. 
Mewinus, Meguinne, III, 449. 
méz, muid, IV, 343. 
meza, mera, pétrir, III, 53. 
mezur, nourrir, II, 421. 
mezvi, mévi, meoui, meouin, 

meoueiu, s'enivrer, I, 165. 
mezz, honte, IV, 261. 
mialchoiî, mielchoh, trèfle, III, 

52. 
miarek, belle-filic, III, 51, 235. 
miarh, fille, III, 51. 
midir, midour, moissonneur, III, 

50. 
miga, étouffer, VI, 590. 
mil, animal, bête, II, 406. 
mil, miel, III, 50. 
mil, du mil, III, 50. 
Milcondoes, I, 343. 
mileine/e, verdier, III, 53. 
milin, melin, moulin, I, 213 ; III, 

418. 
milinon, « libosas », I, 366, 369, 

503. 
Milon, I, 343. 

miluigienn, limaçon, III, 54. 
Milun, I, 343 ; II, 406. 
miniaoue^, alêne, III, 236. 
minic'hi, minihy, asile, I, 452; 

II, 507; III, 138, 141. 
minor, f. es, ez, orphelin, II, 272 ; 

VI, 388. 
minut, menut, muned, munud, 

menu, IV, 466. 



mister, mystère, III, 50. 

mitein, miteii, matin, III, 52 ; 

VI, 511. 
miteniac'h, matinée, VI, 510. 
moal, chauve, II, 421. 
moan, mince, II, 421. 
moc'h, cochons, II, 425. 
mod, mesure, IV, 343. 
Modez, V, 301. 
Modrot, I, 343. 
moérieb, pi. moérieuziet, tante, 

III, 58. 
moest, mouicht, humide, III, 

235- 
-moet, I, 343. 
Moetgen, I, 343. 
moéziet, femmes, III, 51. 
moge, museau, I, 220. 
mofi-iet, fumée, III, 232. 
mogou, « comas ^), I, 352, 360, 

367. 
Molenes, I, 415. 
moneiz, monnaie, II, 278 ; III, 

227. 
monet, moiîet, mont, aller, I, 91 ; 

III, 51. 
Morcant, I, 339, 343. 
morc'hed, souci, inquiétude, III, 

294, 295. 
mordeiff, naviguer, VI, 396. 
mordiè! V, 188. 
Morganed, Morganezcd, femmes 

de la mer, II, 287. 
Morman, Morvan, Murman, V 

III. 
Mormoet, I, 343. 
morzed, morzat, cuisse, II, 421 ; 

VI, 396. 
morzell, museau, I, 220. 
morzoliou, marteaux, III, 64, 65. 
moualhiy, merles, III, 58. 
mouarenn,mouiarenn,mouiarienn, 

mûre, I, 211 ; III, 53. 
mouei, moue, plus, III, 56. 
moug, suffocation, VI, 390. 
mouiaihiet, merles, III, 58. 
mouniau, moineau, III, 52. 
muncul, V, 114. 
muoet, faste, IV, 340, 342, 344. 
muzel, museau, I, 220. 
muzur, muzul, mesure, IV, 466. 
na, ni, V, 125. 



Table cks principaux diùIs étudiés 



na-, ne pas, IV, 358. 

nadoez, nadoz, nadoe, nâdui, noa- 

de, aiguille, III, 50, 224; IV, 

466. ' 
nahoah, naouah, neoah, naouez, 

néanmoins, IV, 358; V, 125. 
nahulei, « nihilominus », IV, 338. 
name, si ce n'est, III, 36. 
nammein, sortir, tirer, III, 54. 
Nanuiet, Nantes, III, 3 1 . 
nanvek, dix-neuf, III, 236. 
nask, lien, V, 223. 
naska, lier, V, 223. 
uatrolion, « regulosis », « pithis », 

I, 355, 365- 
naues, « reumas », I, 555, 361. 
néaiï, filer; ronfler, gronder, IV, 

163. 
nebedeik, très peu, III, 55. 
nedo ? « erant », V, 114. 
neff, nenv, nean, tnv, I, 92 ; II, 

.5 ; V, 487. .... 
neiadei, heiadei, eiadei, nichées, 

nids, III, 238. 
neiadeu, niadeu, nichées, III, 58. 
nein, sommet, faîte, comble, I\', 

334- 

neiz, néj, nid, III, 238; V, 127. 

'n em, dans mon, III, 239. 

Nemet, IV, 53; VI, 357. 

nepen, « nequit >■, I, 362. 

néren, néran, non, III, 49. 

nérhenn, nerf, lïl, 255. 

netré, rien, III, 49. 

neubet, peu, IV, 466. 

neùz, neù, forme, mine, V, 223. 

neuze, alors, IV, 466. 

'N éveder, 'N ec'houéder, « l'a- 
louette », VI, 385. 

ni, nei, nous, II, 421 ; III, 52; 

IV, 336. 

niarlî, force, III, 5T. 

nied, qui a une entorse, III, 259. 

niein, filer, III, 50. 

niirion, fileurs, III, 57. 

nij, nei), vol, I, 213. 

nijal, voler, IV, 335. 

nim, « seriem », I, 371. 

ninou, lambris, IV, 334. 

nionuret, nous-mêmes? IV, 336, 

337- 
nith, nyz, nièce, IV, 342, 343. 



niver, nombre, II, 421 ; IV, 466. 

Xominoe, V, 1 1 1 , 

nos, noz, nuit, I, 96; V, 124. 

novid, nevez, nouveau, III, 290. 

nouitiou, foires, II, 191. 

noz mar\-, tout à fait nuit, V, 223. 

-nt, -hk, 3e pers. plur.,111, 54. 

nuïenn, extrême-onction, III, 50. 

0, oc'h, oz, ouz, en (faisant), V, 
488. 

oar, var, sur, I, 165. 

oar-du, var-zu, du côté de, III, 

-57- 
-oc, suff. d'adjectits, I, 354; V, 

107, 108, 266, 269. 
occrou, V, aigus, 239. 
oc'h, vous êtes, VI, 511. 
-oc'h, comparatif, II, 277. 
-oc'h, 2^ pers. plur. de Tindic. près., 

yi, su. 

oc'h eus, vous avez, \ I, 511. 
ôchkal, oaskal, chardons, III, 53. 
oc'h outo, à eux, IV, 468. 
offerenn, ovîrienn, messe, III, 52; 

IV, 262. 
ognonétes, civette, VI, 389. 
ogrou, orgues, VI, 389. 
ohcin, oahein, bœufs, III, 53. 

01, « polici », I, 371. 
-ol, V, 107, 108. 

ol dored, « indago », V, 114. 

-om, I, 352, 355; II. 119. 

omb, on, nous sommes. I, 214; 

III, 5 5- 
ômcobloent, « apocant », I, 569; 

373- ,. . 

-omp, 1^^ pers. plur. de l'indic. 

prés., I, 214. 
-omp, -omb, nous, I, 214. 
on, hon, notre; oh deu, nous deux, 

III, 54; IV, 336. 

-on, moi, III, 54. 

oniecht, honnête, III, 51. 

-or, V, 107. 

orgiat, qui tue, I, 503. 

orgies, pi. orglezeu, jeu d'orgues, 

VI, 389. 
orh, marteau, VI, 390. 
Ormant, Normand, IV, 337. 
orohkiet (monct d'), (aller) se 

baigner, III, 5 1 . 
-ot, V, 107. 



aux tomes I-\'l 



CI 



ôter, ôtir, autel, III, 50. 

otro, seigneur, monsieur, II, 270. 

ou, hou, leur, I, 215. 

ou, ous, votre, III, 57. 

-ou, -o, -eu, aou, -uo, pluriels, I, 
164, 166, 218; II, 72, 270; IV, 
342; VI, 509, )io. 

-ou. adjectifs, VI, 1 14. 

oualleiii, répandre, III, 59. 

ouc'h, contre, IV, 466. 

oueit, allé, I, 104. 

ouf, oun, on, on, je suis, III, 54; 
VI, 310. 

ouna, celle-ci, III, 232. 

ounionnneu, ognons, III, 3 3. 

ou piet, ayez, III, 235. 

-our, noms d'agent, I, 103, 104. 

-ouries, pi. -ouriezet, -ouriézet, 
noms d'agent fém., III, 37. 

ourlik! III, 203. 

ousor, berger, IV, 330. 

ouz, à, IV, 468; VI, 383. 

ouz en em, en (faisant), V, 488. 

ouzoch, vous savez, VI, 311. 

ozac'h, ozec'h, oheh, chef de 
famille, I, 88. 

ôzei, osier, III, 34. 

pa, pan, pe, quand, I, 89, go ; II, 
142. 

Pabu, 111,1 38, 1 39. 

pad, pendant, VI, 510. 

paez, il paie, V, 127. 

Paganis, Paganiz, II, 73 ; III, 212, 
213. 

palevirë, bonne gifle, l\ , 163. 

paluc'hat, palivat, palevat, prépa- 
rer le lin, III, 233. 

pao-bran, hvdrocharis, bouton d'or, 
V, 223 : VI, 74. 

paot, abondant ; beaucoup, plu- 
sieurs, II, 340, 408. 

paotr, pot, pi. potriet, garçon, I, 
227; m, 31. 

paotred-ar-zabbat, « garçons du 



sabbat », nains, I, 22 



paourentez, peurante, ptranti, pau- 
vreté, I, 94; III, 30. 

papelion, papillon, III, 34. 

paradoes, paradoz, paradis, 111,224. 

parc, champ, II, 208. 

Parcancompaignon, « champ du 
compagnon », II, 210. 



Parcancroeshento, « champ de 

la croix des chemins », II, 210. 

Parcandu, « champ du noir », II, 

209. 
Pai'canehen, « champ des bœufs », 

II, 210. 
Parcanfeunteun, Parqanfeunteun, 

'( champ de la fontaine », II, 

213. 
Parcangovel, « champ de la forge », 

II, 210. 
Parcanleur, :< champ de l'aire > , 

II, 213, 216. 
Parcanmarec, « champ du cheva- 
lier », II, 209. 
Parcanroux, «champ du roux», II, 

209. 
Parcanrun, « champ delà montée », 

11,213. 
Parcanrunbras, « champ de la 

grande montée », II, 213. 
Parcanscallierbihan, c champ du 

petit escalier >■, II, 213. 
Parcdiracenportz, « champ devant 

la cour », II, 212. 
Parcenbastard,« champ du bâtard >.', 

II, 212. 
Parcenbleiz, « champ du loup », 

II, 212. 
Pacenescop,Parcennescob,(f champ 

de i'évêque », II, 212. 
Parcenruncreis, t< champ de la 

colline centrale », II, 212. 
Parcenrunpellanfi", " champ de_ la 

colline la plus éloignée 0, II, 

212. 
Parcenruntostanff, « champ de la 

colline la plus proche », II, 212. 
Farcertorn, « champ du four > , 

II, 213. 
Parcerlen, « champ de l'étang », 

II, 213. 
Parcermoten,« champ de la motte », 

II, 213. 
Parchigouenpitanzer , « petits 

champs du pitancier », II, 212. 
Parc Liaven, I, 228. 
Parcmaesanmen, « champ de la 

campagne de la pierre », II, 

210. 
Parcoaranroeh, « champ sur le 

roc », 11,209. 



cil 



Tiiblc des principaux mois ctudics 



Parcoiianleurbras, Parcouenlcur- 
bras, V champs de la grande 
aire ••, II, 212, 215. 

Parcpenanliorz, « le champ du 
bout du courtil », II, 215. 

Parcrunangroes, « champ du co- 
teau de la croix », II, 209. 

Parctoulenportz, « champ de l'en- 
trée de la cour », II, 212. 

parez, parouj, paroisse, V, 127. 

Parqanroz, « champ du friche », 

II, 215. 

pas, touN, II, 276. 

Pascuitan, V, 112. 

pater, prières, VI, 528. 

Paterne, III, 449. 

Patrici, III, 449. 

Pauluinan, III, 449. 

paw-kec'h, pouskcc'h, pauvre cher, 
VI, 508. 

pebez, quel, I, 141, 142. 

pebr, pibr, poivre, I, 100. 

pechar, (animal) de plusieurs cou- 
leurs, IV, 164. 

pec'her, pechezr, pi. pirion, pé- 
cheur, I, 103, 104; III, )5. 

pechesenn, pi. pèches, pèche, VI, 

pedenn, pidienn, pigienn, prière, 

III, 54, 226, 227. 
peder, quatre, f., II, 141. 
pegement, pegemend, pegemen, 

combien ; (dire à quelqu'un son) 
affaire, IV, 468 ; V, 225. 

pagen, combien, IV, 468. 

peo'iall, pioche, III, 53. 

pehini, qui, I, 212. 

pehour, pécheur, I, 103, 104. 

peimp, pipe, III, 52. 

pe/i'ol, pi. iet, f. ien, grand, III, 58, 

59- 
pell, loin, II, 359. 
pemdez, paoiîde, le tous les jours, 

IV, 467. 

pemdeziek, paondeiek, quotidien, 

IV, 467. 
pemoc'h pourceau, III, 57. 
pemp, pem, puemp, puemb, piemp, 

piomb, piom, piem, piam, cinq, 

I, 105; III, SI, 57. 237. 
pemp gwennek, cinq sous, V, 

195. 



Penangarzo, Penangarheu, « bout 
des haies », II, 210. 

Pen-an-Run, « bout du tertre >•, 
II, 209. 

Penarhoat, \', 220. 

Penenkanech, « bout de la mon- 
tée », II, 212. 

Penenluorz, « bout du courtil », 

II, 212. 
Penfeunteniou, V, 220. 

penn, pen, tête, bout, III, 2, 283, 

400 ; V, 220. 
PennanknechuhelafF, « bout de la 

hauteur la plus élevée », II, 

209. 
pen-naska, lier la tête, V, 223. 
penn-coat, pengot, massue, III, 

224. 
penn-da-benn, pedabenn, penna- 

benn, d'un bout à l'autre ; tout 

droit, III, 57, 237. 
peorien, pevien, pauvres, IV, 465, 

466. 
pep, pob, pëp, pë, chaque, I, 94; 

III, 56; IV, 467. 

perdiek, pervek, parler, III, 51, 

236. 
perenn, pirienn, poire, I, 99, 100; 

III, 51. 
péri, piri, lesquels, III, 50. 
pesk, pisk, pi. et, poisson, I, 99; 

III, 51. 
pesketaer, pêcheur, I, 103. 
peskik avril, petit poisson d'avril, 

V, 189. 
pesquatour, pécheur, I, 103. 
pesquetaour, pisketaour, pécheur, 

I, 103; III, 57. 
pesquezr, pécheur, I, 103. 
pet, ped, combien, II, 141, 142; 

V, 270. 
peti! keti ! pouti ! bouti!, cri pour 

appeler les poulets, IV, 148. 
Petran, III, 450. 
petré, quoi, III, 49. 
peulvan, I\', pierre longue, 282. 
peur, quand, IV, 466. 
peurbadus, éternel, IV, 164. 
peurliesan, le plus souvent, IV, 

469. 
pcvar, piar, pior, piér, quatre, 

III, 49, 50, 271. 



aux tomes I-\'I 



cm 



pcvaro, quatrième, II, 329. 

piah, paix, III, 50. 

piarh, pich, combien, III, 52. 

piall, de la balle, III, 52. 

piarh, part, III, 51. 

piarson, pierson, recteur, III, 51. 

piârviet, quatrième, III, > i . 

piarziek, quatorze, III, 50. 

pich, piège, VI, 390. 

piempiet, cinquième, III, 51, 238. 

piemviet, cinquième, III, 51. 

piemzieg\'iet, quinzième, III, 51. 

picmziek, piemiek, quinze, III, 51. 

piennek, têtu, III, 255. 

piennë-ru, macreuse, III, 50. 

pif, sifflet, clarinette, IV, 164. 

pig, pe^%pie, I, 375; III, 53. 

piget, combien, III, 50. 

pik al lagad, pique l'œil, V, 195. 

pilad, pilât, espèce d'avoine ou de 

blé avorté, III, 68, 69. 
pillaouer, chiffonnier, I, 427. 
pinard, richard, V, 127. 
pinijenn, pénitence, III, 5 1 ; IV, 

555- 
Pinnuh, III, 449. 
pinoz, comment, III, 50. 
pinsetes, pi. pinsetezou, paire de 

pincettes, VI, 389. 
pinvidigez, pihuidigueah, richesse, 

I, 92. 
pinvidik, pinwidik, pinvizik, piui- 

zic, pihuiuic; pëneueA', pinvik, 

pinwik, penhuik, pineq, pëneÂ% 

pihuik, riche, III, 52; V, 126, 

127. 
Pirisac, I, 471. 
piskedienn, poisson, III, )-] . 
piskour, pécheur, I, 103. 
pistronket, pétoncles, III, 51. 
pitach, niaiserie, III, 239. 
pitaut, pitau, richard, III, 59, 

.-39- 
pitek, terme d'injure, III, 239. 
pitiiivat, coup, soufflet, III, 239. 
pitouch, niais, III, 239. 
pitowènek, drôle de corps, niais, 

III, 239; IV, 165. 
piziall, de la vesce, III, 52. 
ploum, plom,plëm, plomb, I, 219; 

III, 53- 
plënienn, plume, III, 55. 



Pleucadeuc, III, 224. 
plig, pli, III, 56. 
Ploigaznou, III,»4i2. 
Ploudalmezeau, VI, 115. 
Pluherlin, III, 269. 
plujourr, plongeur, I, 103. 
plunjer, plancher, plongeur, I, 

105. 
Pluscoat, « pura silva », VI, 557. 
poaz, cuit, II, 276. 
pobeLriallienn, cotylet, cotylédon 

umbilicus, III, 259. 
pobir, boulanger, lîl, 57. 
Poezhevara, II, 76. 
pok, baiser, V, 143 ; VI, 44. 
Polbleiz, « trou de loup », III, 

290. 
Polie, le diable, I, 433. 
polost, beloces, V, 220. 
pofi, pont, III, 57. 
Pont-Guéhénac, V, 267. 
Pontreo, Pontrieux, III, 208. 
Portitoe, I, 470. 
possubl, possible, IV, 467. 
pot, pi. podou, pot, III, 66, 67 ; 

V, 221. 
potik, petit garçon, I, 227. 
Potr-ar-scot-tan, feu follet, I, 422. 
Potr ar voutou koad, « le gars 

aux sabots «, I, 420. 
potrek, beau-fils, gendre, III, 235. 
poudik koc'hienn, la burette à 

crasse • , V, 165. 
poues, repos, II, 408. 
poulc'henn, porhenn, mèche, I, 

220 ; III, 240. 
poultr, peudr, poussière, I, 218. 
pounir, lourd, III, 50. 
Pratangoazy, « pré des oies j>, II, 

209. 
praticien, débauché, VI, 388. 
prederia, avoir souci, III, i 30. 
preff, prenv, prev, preanv, prean, 

ver, I, 92 ; V, 487. 
preiz, proie, III, 227. 
prenn, bois, IV, 335 ; V, 464. 
preteram, « perpendo », III, 130; 

IV, 336. 
prezek, predek, preek, prek, prê- 
. cher, III, 226; V, 125, 127. 
pri, priv argile, III, 52 ; V, 

125. 



CIV 



Table des priticipaiix mois étudiés 



priedeliah, mariage, III, 50. 

Pritient, I, 541. 

pritiri, pridiri, jouci, IV, 535, 
556. 

promesé, promesse, VI, 411. 

Prosilon, I, 544. 

Prostuuoret, I, 344. 

pruneisen, prunosen, pi. pruneis, 
prunos, pruneau, VI, 589. 

puns, puits, VI, 389 

-qan, (son. . .) à lui, III, 238. 

qiê, qen, cri pour chabser les mou- 
tons, IV, 148. 

-qieint, (leur. . .) à eux, III, 239. 

qiemat, chauffer, III, 232. 

qioFt, qicl, ^iol, (je vous ai) vu, 
III. 236. 

Quarenbaelec. « village du prêtre >', 

II, 211. 

Quarenniarec, Karenmarec, II, 

212. 
queflusqui, remuer, IV, 332. 
queiniff, gémir, V, 220. 
Quemenet-Ili, II, 75, 76. 
querhet, vous aimerez, V, 488. 
queudet, cité, III, 226, 227, 282. 
queuneuden, bois à brûler, V, 242. 
quoant, beau, II, 209. 
quoscor, serviteurs, famille ; sorte, 

III, 294. 

ra, il fait, VI, 382. 
rac, devant, IV, 332. 
Racat, III, 449. 
rachtiall, râteau, III, 52. 
racloriou, « proscenia », IV, 532. 
raden, razenn, fougère, V, 126, 

274. 
Radenec, Radenuc, \ , 266, 267. 
rahet, rahiet, rats, III, 51. 
raktal, sur-le-champ, V, 223. 
rambre, rêverie, IV, 331. 
rân, raii, pi. raneit, grenouille ; 

têtard, II, 61 ; III, 54 : IV, 345; 

VI, 500, 505. 
ranea, radoter, II, 267. 
raneou, radotages, niaiseries, II, 

267. 
ranket, falloir, I, 91. 
rann, pi. ou, partie, part, portion, 

I, 95, 565; n, 61; IV, 345; V, 

rannam, je partage 1,95 ; IV, 543. 



ranv, bêche, IV, 166. 

Ranuuinae, I, 471. 

ré, trop, III, 50. 

rec, « sulco », I, 352. 

red, rid, course, I, 98. 

redek, ridek,_ridiek, courir, I, 98: 

III, 51. 
redet, couru, II, 421. 
régi, rogein, rongein, rou^-ein, 

déchirer, I, 102 ; III, 53. 
reguez, braise, IV, 245. 
reifi", rein, rei, roei, roein, donner, 

I, 102, 279. 
reit, donné, I, loi. 
rekeit, riket, dû, VI, 511. 
rencout, falloir, I, 91. 
renn, mesure pour les grains, I, 

572. 
renso, les reins, \ I, 389. 
reo, gelée, II, 421. 
reon, pelle, IV, 166. 
respontas, il, répondit, IV, 343. 
Rethgualt, III, 450. 
Rethwal, VI, 478. 
reuzeudik, malheureux, IV, 467. 
revi, selon, III, 50. 
ri, paire, III, 50. 

ribaut, ribaud, adultère, III, 277. 
ribod, il baratte, il fait ribote, II, 

82. 
ridos, pi. ou, rudeiso, rideau, VI, 

389. 
riglion, « garrulis », 1, 3 54 ; II, 1 19. 
rikein, falloir, I, 91. 
Rinduran, I, 344. 
Ristanet, I, 341. 
rit, gué, II, 326, 334- 
Ritcant, I, 344. 
Ritgen, I, 344. 
Ritguoret, I, 344. 
Ritient, I, 341. 
Riwal, V, 112. 
rivall, crible fin, III, 236. 
ro-, avant, IV, 536. 
Roaii-doar, Ruian-dar, Rennes, 

III, 59- 
Roan-mour, Rouen, III, 59. 
Roazon, Rennes, I, 273. 
rocredihat, « uigricatus >■, I, 355, 

354: II, 119. 
roeantelez, roantelaez, rouantelez, 

ranteliah, royaume, III, 50, 294. 



aux loiiics I-VI 



cv 



Roenbrit, I, 539; II, 406. 
Roencomal, I, 340. 
roenv, rame, III, 224. 
roet, rui, pi. -roitou, roedou, roue- 
jou, ruideu, filet, III, 57; I^ , 

33)' 357- 

roet, donné, I, loi. 

rogedou, orgies, I, 336; II, 195- 

rogulipias, < oliuauit », I, 3 59- 

Rohan, Rohan ; pourceau, III, 208. 

roiant-, III, 294, 399. 

roluncas, « guturicau[it] «, I, 560. 

Romhail, I,' 342. 

Ronan, III, 449. 

rond, rond, IV, 343. 

ronsiet, chevaux, III, 51. 

roricseti, u sulcauissent », I, 3 57- 

rouanes , rouanez , rouannies , 
ruaiïnies, reine ,111, 53 ; ^' '-4- 

rove, rui, pi. rouanez, rouane, 
roi, III, 55, 399; V, 124, 12). 

rounfl, ogre ; f. ez, ronfez, ogresse ; 
femme d'une forte corpulence 
et d'un grand appétit ; femme 
brutale et méchante, I, 233. 

rud, ruz, ru, rouge, II, iii ; V, 

12). 

Ruian, Rouen, III, 59. 

Rumuual, I, 544. 

run, tertre, éminence, tumulus, 
motte féodale, I, 240. 

Runenbleizi, « tertre des loups », 
II, 212. 

Runencorellou, w collines des dan- 
ses ». II, 211. 

ruskelat, III, 236. 

ruz, rue, plante, III, 226. 

ruzard, rougeâtre, II, 407. 

ruzel, rudel, ruel, rougeole, V, 
126, 127. 

sa, jusqu'à, V, 127. 

sadorn, samedi, III, 226, 227. 

saill, seau, IV, 466. 

saldrein, chaldrein, sardine, III, 

))• 
Salmon, III, 450. 
saltrocion, « graciles »? IV, 345, 

346. 
salvir, sauveur, III, 50. 
Samsoni, III, 449. 
santelez, santeleah. sainteté, I, 

93- 



sant Jakez an Turkez, saint Jac- 
ques de Turquie, I, 250. 

saotr, saleté, corruption, IV, 
346. 

saouein, sauein, lever, I, 93- 

sardonenn, frelon, bourdon, IV, 

3 34- .^ ., 

Sarhelagat, « qui ferme son œil », 

II, 76. 
satron, bourdons, IV, 354. 
sav, sao, posture d'un corps qui 

est debout, IV, 338. 
sclacc, glace, IV, 331. 
sclaer, clair, IV, 331. 
scleraen, éclaircie ; moment de 

répit dans la souffrance, IV, 

469. 
scoaz, épaule, \ , 249. 
scobarnocion, « auritos», IV, 331. 
scoet, scoed, écu, bouclier, III, 

405 ; V, 249. 
scouarn, skoarn, oreille, II, 143 ; 

IV, 331. 
sebeza, étonner, III, 226. 
sec'h, sept, III, 5 5. 
sec'hviet, septième, III, 51. 
seiiijet, singes, III, 51. 
seintiek, dix-sept, III, 54. 
sell, regard, II, 145. 
sellad, œillade, II, 143. 
sellout, regarder, III, 228. 
senefei, il signifie, III, 52. 
seni, sonein, sonner, I, 102. 
sent, scient, saints, III, 5 1 , 200. 
ser, « fiscina », IV, 351. 
serch, serge, I, 95. 
serrurvir, serrurier, III, 52. 
servech, serveich, service, III, 52. 
sevel, lever; se tenir debout, I, 93 ; 

III, 35. 
sezlou, écoute! I\ . 261. 
siaou, savon, III, 53. 
siarpant, sierpant, serpent, III, 

51- 
sich, siège, \ I, 590. 
siel, sceau, V, 113. 
sifern, chifern, rhume de cerveau, 

II, 217. 
sihit, soif, III, 255. 
sila, filtrer, II, 441. 
silienn, sileienn, pi. silienneu, 

siliet, silieu, anguille, III, 52. 



CVI 



TabJr dis priinipaiix niob ctiulics 



silict, regarder, III, 51. 
silvidigaez, silvidigez, salvedigeah, 

salvudegiah, salut, 1,92, 212; 

III, jO."^ 
Siou, II, 72. 
sioul, calme, silencieux, VI, 510, 

siq, siqu!, cri pour chasser les 

pourceaux, IV, 148. 
sitrons (avalou — ), citrons, VI, 

. 389- 

sitrouillezenn, pi. sitrouilles, ci- 
trouille, VI, 589. 

sivétes, civette, VI, 389. 

sivi, zivi, zibi, jibi, sëni, fraises, 
. V, 127. 

sizun, suhun, semaine, I, 213. 

skas, entrave de ronce pour empê- 
cher les poules de gratter la 
terre, IV, 166. 

skaw, skawen, sureau, III, 241. 

skei, skoein, frapper, I, 102. 

skiant, skient, esprit, I, 89, 90. 

slulfou, griffes, VI, 390. 

skoet, frappé d'un sort, I, 420. 

skouarnek, qui a de grandes oreil- 
les, IV, 331. 

skoul, milan, VI, 390. 

skour, branche, I, 284. 

skrill, grillon, III, 204, 205. 

skudel, chudel, écuelle, VI, 311. 

skuiz, scueh, fatigué, I, 213. 

skuiz-marv, mort de_] fatigue, V, 
223. 

skum, chum, écume, III, 54. 

so, zo, zou, (il) est, I, 215 ; V, 
125. 

sodel, sodiall, pi. sodellèd, sodial- 
lliet, sotte, III, 59. 

solier, suler, galetas, I, 216. 

soner, sonneur, ménétrier, III, 194, 
195. 

soniou, chansons, III, 336; I\ , 
129, 450- 

soroc'hell, vessie de porc gonflée, 
où l'on a introduit quelques pois 
secs, V, 181. 

soubienn, subienn, soupe, III, 51. 

soûl, seul, chaume, I, 217, 218. 

souptieren, zoubcheren, soupière, 
V, 124. 

sourdiall, femme sourde, III, 238. 



Spagn, Espagne, III, 218, 219. 
sparll, barre, II, 208. 
spezal, sperat, groseilles, VI, 390. 
spiri-sante, Saint-Esprit, III, 56. 
splanouir, chplanwer, épervier, 

III, 5^. 
squeut, ombre, l\ , 328. 
starda, sterdein, serrer, I, 88. 
stér, stir, rivière, III, 50, 409. 
steredenn, étoile, I, 97. 
sterenn, stirenn, étoile, I, 97. 
stirgannek, chtirgannek, brillant 

d'étoiles, III, 235. 
stlabez, ordure, IV, 335. 
stlaon, anguilles. IV, 355. 
stleja, ramper, IV, 335. 
stloitprenou, rouleaux, IV, 533; 

V, 464. 
straul, « calamidis •-, V, 114. 
striz, streh, étroit, I, 213. 
strouis, « straui », I, 365. 
stumm, usage, III, 131. 
Sulbrit, I, 339, 344; II, 406. 
Sulcar, I, 344. 
Sulcomin, I, 344. 
Sulgobri, I, 344. 
Sulhail, I, 342, 344. 
Sulhoiarn, I, 344. 
Suliau, III, 449; VI, 115. 
Suhnael, I, 344. 
Suloc, I, 470. 
vSultiem, I, 344. 
tabourein, tambour, III, 52. 
tad, ta, père, III, 56; V, 332. 
tad-paeron, parrain, IV, 162. 
talàchk-gunec'h tu, sonde blé noir, 

m, 236. 
Talan, I, 344. 
talgenn, bandeau, II, 135. 
tahn, fronde; coup (de tonnerre), 

V, 224. 
tan, taii, feu, III, 54, 286; V, 

470. 
tanau, tano, teuau, mince, I, 88. 
tanet, brûlé, III, 407. 
Tanetbiu, I, 341. 
Tanetcar, I, 341. 
Tanetguion, I, 341. 
Tanetmarcoc, I, 341. 
Tanetuuoion, Tanetguoion, V, 

113. 
tann, chêne, VI, 390. 



illl.X loiDCS \-\'\ 



CVII 



tan-noz, Icu follet, I, 422. 
tanol, « acciboneum «, V, 470. 
tar, ventre, IV, 534, 340; V, 221. 
taraguenn, tarrak, tique, V, 224. 
taran, tonnerre, VI, 458. 
tarlaskenn, tique, III, 236. 
tartou/,, hartouz, mite, III, 151. 
te, toi, IV, 353. 
téar, vif, prompt, impétueux, IV, 

339- 
tech, habitude, III, 229; M, 

630. 
teg-, maison, V, 113. 
teignouss, tignouz, teigneux, I, 

213. 
teir, trois, f., II, 141. 
teisour, tisserand, III, 57. 
Telent, I, 345. 
tener, tenir, tinér, tendre, I, 100; 

III, 50. 
Terithien, I, 345. 
terridik, terrizik, fatigant, V, 126. 
terriff, terri, torrein, briser, I, loi. 
Tcrrouerarmesou, « territoire des 

champs non clos », II, 215. 
terrubl, terrible, IV, 467. 
terzvenn, tersienn, terhian, dar- 

hian, fièvre, I, 94. 
testoner, « inevitabili » (necessi- 

tate), IV, 382. 
Tethion, I, 345. 
tettediél V, 188. 
teur, ventre, V, 221, 224. 
tcurek, ventru, V, 224. 
teurek, teurk, teureguenn, tique, 

V, 224. 
teurel, turul, jeter, I, 105 ; IV, 467. 
teuz, esprit follet, I, 423. 
teval, tefïlial, tiouel, ténhuel, ob- 
scur, sombre, I, 89, 90, 99; 

III, 50. 
tevel, se taire, II, 423. 
Thuriaw, VI, 115. 
ti, maison, pi. tiez, tié, tier, tivir, 

tevir, I, 165, 415 ; III, 59, 241 ; 

V; 127. 
Tiarn, V, 112. 
Tiarnan, I, 345. 
Tiarnmael, I, 345. 
Tiarnoc, I, 345. 
tiegez, tvegueah, ménage, famille, 

I, 93 ; IV, 469. 



tiek, kiek, chef de ferme, chef de 
famille, laboureur, VI, 511. 

tiem, à n-jus, III, 31. 

tiennein, tirer, III, 5 1 . 

tigom, « neui », I, 364. 

timat, kimat, vite, VI, 511. 

tirolion, « agrica a, I, 372. 

tivienn, pi. tiv, tuile, III, 57. 

toc'h, à droite! (aux chevaux), III, 
239. 

-toe, participe de nécessité, I, 470. 

toeaft", touéein, tuïeih, touein, 
tuein, toui, touëio, toueiët, jurer, 
III, 53; V, 253; VI, 511. 

toem, tuemm, tiëmm, tomm, 
chaud, I, 217; III, 52, 237. 

toemder, tuemder, tomder, tuêm- 
zér, chaleur, I, 217; V, 126. 

tolein, verser (à boire), III, 59. 

Tolleflam, VI, 385, 386. 

tonnerdié! V, 188. 

torchen, tertre, butte, éminence, I, 
240. 

torgen, torgan, tertre, butte, émi- 
nence, I, 240. 

torguisi, « fido », I, 357. 

torleberieti, « phitonistarum », IV, 
340. 

torlosket, perce-oreilles, III, 236. 

torr, tor, ventre, IV, 334, 340; 
V, 221. 

torriganed, naines, I, 227. 

toruisioUon, « fidis » I, 357. 

tosken, tertre, butte, éminence, I, 
240. 

tossêg, tosek, toucec, toussoc, cra- 
paud, I, 219; II, 225 ; III, 51. 

tossen, tertre, butte, éminence, I, 
240. 

tost, proche, V, 506. 

touchen, gazon, I, 240. 

toufiau, tufiau, tuffeau, III, 52. 

toul, trou, III, 53. 

Toulicoet, « trou du bois », II, 
208. 

tourz, bélier, V, 222. 

Toz (an — ), « le tondu », II, 
209. 

tracl, « larum », IV, 345. 

traou, treo, treu, choses, I, 88, 
90, 165. 

trchoiî, oseille, III, 55. 



CVIII 



Table des principaux mois étudiés 



tre, très, III, 50. 

tie-, à travers, 1, 503. 

treb, village, habirauon, I, 216. 

Trebaltnou, V, 1 12. 

Trcbmoetcar, I, 343. 

trebou, « turmœ », I, 370. 

trederenn, terderann, tiers, I, 95. 

Tregastel, III, 411. 

treinhuec'h, dix-huit, III, 52. 

trënek, tënak, jusqu'à, V, 127. 

trenk, tréanq, triank, trank, aigre, 
acide, I, 91: III, 235; V, 224. 

treo, trefF, tr;thuë, église succur- 
sale, I, 216. 

treo, tro, chose, VI, 308. 

treorgam, « perforo », I, 365, 
303. 

trezi, trehi, par là, III, 236. 

tri, trei, trois, III, 32. 

Tribodu, I, 345. 

trig, tromperie, IV, 344. 

trinchin,trinchonenn,trinchenenn, 
oseille, V, 224. 

trindet, dreinded, trinité, III, 226, 
227. 

tritid, tredez, trede, tridi, troi- 
sième, II, 329, 423; III, 52. 

triviet, troisième, III, 52. 

trizek, treize, I, 96. 

troc'her buzuk, coupeur de vers, 
laboureur, V, 219. 

tronpleres, îrompereah, tromperie, 
illusion, V, 125. 

trot, « strutionem )-,IV, 345. 

trouc'h, coupe, VI, 331. 

trueik, maigre, III, 53. 

Tuai, III, 1^38, 139. 

tuchen, tertre, butte, éminence, 
I, 240. 

tudach, famille, IV, 469. 

turchen, tertre, butte, éminence, I, 
240. 

turieilat, turluyat, fouir, IV, 467. 

tusken, tertre, butte, éminence, I, 
240. 

tuss, à gauche ! faux chevaux). III, 
239. 

tussen, tertre, butte, éminence, I, 
240. 

tut, tud, gens, peuple: famille, pa- 
rents, I, 433, 454; II, 142; IV, 
469 ; VI, 388. 



Tutael, I, 338. 

Tutgual. luttguall, Tutwal, Tu- 

\val,III, 139,415,439; V, 113. 
Tv-ar-Boudiked, « maison des 

Nains ■ , I, 227. 
Tv-Corriked, « maison des Nains », 

dolmen, I, 227. 
-uc, V, 108, 266, 269. 
uc"hel, huel, uvel, haut, I, 288, 

289; III, 2^5. 
uéliet, foyer, III, 233. 
uën, je suis, IV, 510. 
ueruencou, verveines, IV, 334. 
ugent, iigend, ugenn, uigien, ui- 

gent, uégend, vingt, I, 211; III, 

38. 
ui, vi, u, œuf, II, 421 ; \ I, 511. 
uileou, violettes, IV, 329. 
unan, un; Cnous-) mêmes, IV, 

356. 
unannvet, unannet, unième, III, 

238. _ 
un dén, n en, n in, un homme, 

quelqu'un, on, III, 237. 
uneik, uneÂ-, unei, unique, III, 53. 
Uorbili, Guorili, V, 112. 
Urbien, I, 341. 
Urmgent, I, 341 ; II, 308. 
Urmie, I, 470. 
Urnioet, I, 343. 
Urmonoc, V, 103. 
urre, ure, quelques-uns, III, 57. 
uruson, hérisson, IV, 467. 
urz, ordre, IV, 466. 
ur zraizeen, une ronce, V, 269. 
ur zùardel, une noiraude, V, 269. 
-us, -uz, adjectifs, V, 124. 
uscumunuguen , excommunica - 

tion, V, 216. 
uskelat, bercer, III, 236. 
utgurthconeti, « obnixus », IV, 

337- . 
utul, utile, IV, 467. 
va, mon, I, 89. 
-val, III, 41 1. 
vantredié!, V, 188. 
ven, (quand) je suis, VI, 5 10. 
véret : er — , le cimetière, III, 235. 
-ved, noms ordinaux, II, 277. 
vet, 'fet, '-ous serez, III, 257. 
'viar ket, 'vier ket, n'importe, III, 

51- 



luix f ornes 1-Vl 



CJX 



Vidnimet, I, ^69. 

viltansed, lutins, êtres immondes, 

I, 227, 420. 
vin, petite venelle, IV, 169. 
Vinuanau, I, 471. 
viof, viouf, je fus, VI, 19, 20. 
violete, violetes, violette, VI, 389. 
violons, violans, pi. ou, violon, 

VI, 589. 
vioch, vous fûtes, \ I, 19. 
viomp, nous fûmes, VI, 19. 
voe, voue, il fut, VI, 19, 20. 
volaiiti, volonté, III, 50. 
vou, 'fou, il sera, III, 257. 
vrmienn : er — , la brume, 111,256. 
vronvron, hanneton, III, 59. 
-walart, -walatrus, II, 407. 
Uuallon, I, 342. 

war didouran, en pente, V, 126. 
Warocus, I, 269. 
Uuenbrit, I, 339; II, 406; III, 402. 
wen mened, mont blanc, VI, 557. 
Uuenuuocon, I, 341. 
Uuenuuoial, I, 341. 
Uuenuuorgou, I, 341. 
vver, il sait, VI, 511. 
-uueten, I, 541. 
Uuetengloeu, I, 340, 470. 
Uuetenrit, I, 344. 
Vuid, II, 406. 
Vuidal, II, 406. 
Wigon, V, 112. 
Wihomarcus, V, 112. 
Winbrit, V, 112. 
Winiau, Guiniau, III, 449. 
Winnocus, I, 269. 



Vuinou, I, 471. 

Winwaloe, V, 415, 418. 

-uuiu, « digue », I, 341. 

Uuiucant, I, 341. 

Uuiuhomarch, I, 541. 

uuor-, gour-, préf. intensif, I, 

341; VI, 42. 
Uuorbri, I, 339. 
Uuorcantoc, I, 345. 
Worcoet, VI, 485. 
Uuordoetal, Uuordoital, I, 544. 
Worgen, Worien, Goren, III, 414. 
Vuorhouuen, I, 470. 
Uuorocar, I, 344. 
Uuoruuoret, I, 341. 
Uurbudic, I, 339. 
Vurfandus, V, 112. 
Uurlouuen, I, 343. 
Wrmonoc, V, 415, 418. 
Vurnahat, V, 112. 
Wurdisten, V, 415, 417. 
vâlad, boursée, III, 55. 
yar, pi. yir, gir, poule, III, 52. 

56. 
vâr enn eutru Dui. la bête à bon 

Dieu, m, 59. 
yê, ye, oui III, 49. 
yi, tu iras, III, 52. 
yin, froid, III, 52. 
yir, on va, III, 52. 
vôd, vô, vou, bouillie, III, 56, 

57-' 
youU, eoll, volonté, IV, 341. 
Yuerdon, Irlande, VI. 395. 
zawo, il se lèvera, III, 52. 
-ze, -zi, -là, ni, 236. 



Cette table est dédiée par Fauteur et par M. d'Arbois de 
JUBAINVILLE, directeur actuel de la Revue Celtique, 

A M. Henri Gaidoz, fondateur de ce périodique, et sous 
la direction duquel ont paru les tomes I à W. 



Le Propriétaire-Gérant, H. CHAMPION, 



XACOX, PROTAT FRERES, I-MPRIMEUKS 



QUESTIONS DE GRAMMAIRE 
ET DE LINGUISTIQUE BRITTOXIQ.UE 



I 

La particule verbale ro-(ry-) en gallois, corniciue et breton. — 
Sa valeur ; — sa coiisiruction ; — son effet sur les consonnes initiales ; — la 
partitule yr, y; — les formules or a, ar a. 

La Granimatica Cellica- résume la valeur de ry- en disant 
que cette particule marque l'achève nient, le parfait ; elle constate 
son existence avec les prétérits primaire et secondaire et lui 
attribue la vertu d'apporter à l'infinitif et au conjonctif la 
valeur prétéritale. 

Williams ab Ithel (Dospartb Edeyrn Davod aiir, p. 130) 
signale à propos de r\- des lacunes chez Zeuss, Il prouve son 
emploi au présent, à rimparfait et au futur, par des exemples 
irrécusables. Il soutient également avec raison contre la G. 
Celt. (et d'autres depuis) que ry- peut être séparé du verbe 
par un pronom infixe. 

La particule ro- en irlandais a été depuis quelques années 
l'objet d'études importantes. On les trouvera résumés avec de 
notables additions dans le travail de Strachan, Action and tinie 
in the irish verh. 1 900 (Extrait des Philological Society transac- 
tions). 

La découverte de Zimmer qu'il y avait entre ashert et asrii- 
bart, en vieil-irlandais, une différence très nette de sens 
contrairement à ce qu'on avait soutenu jusqu'alors et ce 
qu'avait soutenu Zimmer lui-même, a fait faire un pas à la 
question (Kuhn Zeitschrift, XXXVI, p. 463 et suiv.). 

Revue Celtique, XXIX. i 



2 /. Loth. 

Le travail de Thurneysen (ibid., XXXVII, p. 52 et suiv.) 
rectifie sur certains points et complète celui de Zimmer; il 
propose aussi une autre explication de l'origine du rôle de 
la particule ro-. Dans ces travaux, le rôle de ro- en brittonique 
n'a pas été oublié. 

Enfin tout dernièrement, Strachan a signalé un emploi de 
ro- en gallois analogue à celui dero- en irlandais avec le sens 
de la possibilité. Quelques remarques intéressantes ont suivi 
dans un autre fascicule de la même publication '. 

Sur un point spécial qui touche d'assez près à la question 
de ry-, en gallois_, Zimmer a fait paraître un travail très sug- 
gestif, malgré quelques erreurs de détail et une documenta- 
tion incomplète, sur les formules or a, ar a (C. Z., XI, p. 86 
et suiv. sous le titre de Grammatische Beitràgé). 

Toutes ces recherches néanmoins, en ce qui concerne ro- en 
brittonique, sont incomplètes sur certains points et en laissent 
d'autres dans l'ombre. De plus, tous opèrent sur des matériaux 
insuffisants. Le travail qui suit repose sur des notes déjà 
vieilles que je me proposais d'utiliser dans la partie grammati- 
cale de l'introduction d'une édition du Livre noir de Carmar- 
then avec traduction et commentaire ; d'autres travaux d'une 
tout autre nature m'ont empêché de la terminer mais ce n'est 
que partie remise. Comme à l'époque où cette édition paraîtra, 
ces recherches pourraient avoir perdu de leur actuafité, je les 
livre à la pubficité ; si elles ne donnent pas une solution 
complète de la question, elles fournissent en tout cas des 
matériaux abondants et épargneront aux travailleurs des 
investigations longues et difficiles. Ce travail sera suivi de 
d'autres, sur les autres particules verbales, sur les formes 
équivalentes au sens à'avoir en gallois, sur la négation, le 
relatif, l'infection vocalique, etc. ^ 

L'étude de la particule ro-, en brittonique, est infini- 
ment plus délicate et plus difficile qu'en irlandais, en ce sens 



1. Eriu, vol. II. Part I, p. 60; welsh ry- =r Irish ro- o/possibility; — 
ibid., Further remarks on welsh ry-, p. 215 et suiv. 

2. Le présent travail a été adressé en mannscrit à la Revue Celtique en 
juin 1906. 



Questions de grammaire cl de linguistique brittoniquc. 3 

que nous n'avons pas, même en gallois, de textes aussi 
anciens que les gloses du vieil-irlandais. 

Le Livre d'Ancurin, assurément, a été composé antérieure- 
ment au xi^ siècle, probablement sous la forme où il nous 
est parvenu, au ix«-x% mais il a subi des remaniements ou des 
rajeunissements postérieurs . Les parties les plus anciennes du 
Livre noir que l'on puisse dater, ne remontent pas plus haut 
que la fin du xi" ou le commencement du xii^ siècle. Deux 
pièces faciles à dater sont du xn% et une authentiquement de 
la fin de ce siècle ; d'autres sans date, d'après certains événe- 
ments qui y sont mentionnés; sont également de la fin de ce 
siècle. Pour le Livre de Talicsin, il est très disparate; il y a 
des pièces très anciennes, d'autres relativment récentes. Il en 
est de même de la portion des poésies du Livre rouge, publiées 
par Skene; ici, en général, les pièces, à part un petit nombre, 
sont du moyen-gallois '. Quoiqu'il en soit, la langue de ces 
poèmes, en général, ne difii"ère guère grammaticalement de 
celle des poèmes de la Myv. Arch., allant authentiquement 
du milieu du xii'^ siècle à la dernière moitié du xiir siècle. 
Chez les poètes le rôle de la particule ry-, en particu- 
lier, se restreint; chez Dafydd ab Gwilym, son emploi est 
fort rare. Il en est de même chez lolo Goch, mort au 
commencement du xv^ siècle, chez Lewis Glyn Cothi 
(xv^ siècle). 

La langue des poèmes du xii'' et du xiii^ siècle est fort 
diff"érente de celle des poèmes du xiv^ et du xV-" siècle. Elle 
difi"ère aussi considérablement de la prose même des écrits 
contemporains. Cet écart entre la prose et la poésie, n'a 
rien de surprenant; c'est un fait qui a été observé un peu 
partout. La différence est peut-être encore plus prononcée en 
gallois, parce que la poésie galloise, à ces époques, avait 
derrière elle un long passé et une très ancienne culture. Pour 
l'évolution si brusque de la langue poétique, il y a des motifs 



I. Revue Celtique, 1900, fasc. I, II et III (J. Loth, Remarques aux Four 
ancien books of Wales ; cf. Métrique galloise II, i'"'^ partie, préface et passim). 
— Retnw Celtique, 1901, p. 438 (J. Loth, Corrections au point de vue métrique 
au Livre noir de Carmarthen). 



4 J. Loi h. 

de plus d'une sorte, un surtout qui tient aux destinées même 
du pays de Galles, à son histoire. La culture nationale, et en 
particulier celle de l'art poétique, n'a pas longtemps survécu à 
la perte de l'indépendance galloise, à la fin du xiii" siècle. 
Tant que le pays de Galles a vécu d'une vie nationale, le 
bardisme a été une institution d'état, il y a eu un enseigne- 
ment officiel de la poésie, et l'étude des poèmes du xii^-xiii^ 
témoigne d'une culture savante et raffinée, exclusivement 
galloise. Un des poètes les plus connus de la fin du xii^ à la 
première moite du xiii^ siècle, Dafydd Benfras déclare qu'il 
n'a jamais su le saxon'. Souvent, les poètes parlent avec 
fierté de leur coetb gyniraeg, gallois pur. Il n'est pas rare qu'ils 
prennent soin eux-mêmes de faire remarquer les artifices et 
l'art de leurs compositions. 

Dès la chute de l'indépendance, l'écart entre la langue cou- 
rante et la langue littéraire s'atténue. Les sujets eux-mêmes 
changent. Quoique la langue de Dafydd ab Gwilym soit excel- 
lente et très souple, le vocabulaire est déjà moins abondant 
et moins pur. Peu à peu le bardisme, encore honoré au 
xiv^ siècle, malgré la perte de son rôle national, perd de sa 
valeur littéraire et morale ; au xvi^^^ siècle, les bardes sont 
méprisés, comme en témoignent les railleries de Griffith 
Roberts et, justement, d'après lui. Or au xvi^ siècle, comme 
en témoignent les vocabulaires manuscrits de cette époque, 
dont les erreurs ont passé par Davies, et d'autres, à Owen 
Pughe (sans parler des siennes propres), on ne comprend plus 
guère la langue des poèmes du xii^ siècle. 

Pour la poésie, je m'appuie principalement sur les Four 
aiicient books, en particulier sur le Livre noir, le Livre d'Amurin, 
le Livre de Taliesin, et sur les poèmes de la M\v. Arch. des xir' 
xiir siècles. Il y a, dans les poèmes de la M\v., quelques 
erreurs au sujet des dates et des attributions, mais elles ne sont 
pas nombreuses : j'ai relevé les plus importantes dans ma 
métrique galloise'. Il y a aussi, dans l'orthographe, des rajeunis- 

1. Myv. Arch., 222. I. 

2. Métrique galloise, II, v^ partie, pp. 15, 25, 31, 55, 35, 56, 38, 41, 44, 
46, 47, 55, 58, 72, 73, 77, 79, 85, 92 note I ; p. 103 note i (et 104-105), 
123, 173 note 3, 207 et note i, 213, 248, etc., etc. 



Questiom de grammaire et de linguistique brittouique. 5 

sements, en généiMl, faciles à contrôler par l'étude de la 
métrique '. 

Pour la prose, le plus ancien texte suivi nous est fourni 
par les Lois, mais il est important de distinguer ici les sources 
manuscrites. La rédaction des Lois remonte bien au temps 
de Howel Dda, mais il est clair que le texte primitif a été de 
siècle en siècle rajeuni au point de vue grammatical et ortho- 
graphique et aussi a subi des remaniements et des additions. 
Le ms. le plus ancien, ms. A de l'édition d'Aneurin Owen 
remonte à 1200; mais c'est une copie d'un manuscrit beau- 
coup plus ancien comme le prouvent les formes archaïques 
dressou, troith, hitcc, hxcr, etc., formes qui témoignent de l'exis- 
tence d'un archétype en vieux-gallois, comme l'a judicieuse- 
ment fait observer Gwenogfryn Evans-. Malheureusement le 
texte du ms. a été reproduit d'une façon assez défectueuse par 
Aneurin Owen, sans parler des malencontreuses additions dont 
il l'a émaillé inutilement en faisant appel à d'autres luss. J'ai 
particulièrement étudié la portion des textes d'Aneurin Owen 
qui repose sur ce manuscrit, et tenu compte des variantes des 
autres iiiss., variantes souvent très instructives pour l'histoire 
de la particule '. 

L'histoire de GruffuJd ab Cynan, roi de Nord-Galles, mort 
vers 1137, histoire dont les sources ont dû être réunies peu 
de temps après sa mort, est un document instructif, même 
au point de vue grammatical. Le texte de VArchacol. Camhren- 
sis, XII, 3" série, pp. 20, 112, 369, est préférable à celui de 
la Myv. Arch. ; il reproduit avec fidélité le texte d'un ms. de 
Hengwrt 406, aujourd'hui Peniarth 17^; manuscrit du milieu 
du xiii'= siècle. Il est probable que la rédaction n'est pas beau- 
coup plus ancienne, car l'auteur dit qu'il suit un vieil historien. 



1. Pour les sources viss., cf. J. Loth, Les principatcs sources âes pohiies âii 
XII-XIV^ siècle dan<: la Myv. Arch. (Revue Celtique, 1903, p. 15 et suiv.) 

2. Report on ms. iit the irelsh Laiiguiige, I. Part. II, p. 359. 

3. D'après Gwenogfryn Evans, ibid., le ms. A (Peniarth 29) correspond 
aux pages 2-80, 108-110, 80-106, 1 10-166, 254-334 du vol. i de l'édition 
d'Aneurin Owen, et aux pages 1-20 du tome II. 

4. Gwenogfrvn Evans. Report on ms. in the uvlsh lanoruage, I. Part, II, 
P- 339- 



6 J. Lolh. 

Le Bnit v Tvwxsoi^ioii n'allait pas d'abord plus loin que l'an 1 196, 
date de la mort de Rhys ab Gruftudd, roi du sud Galles. Je l'ai 
parcouru avec soin. Les Mnbinogioii offrent un égal intérêt au 
point de vue de la langue. C'est la même langue que celle des 
publications parues sous le titre de Sélections froin Hengiurt 
inss. 

Pour le comique, j'ai fait un dépouillement complet du 
Pascon agaii arliilh, Giireans an bys, Beunans Meriasek, sans 
négliger les textes en comique moderne. 

Pour le breton, il y a peu de chose à ajouter à ce qui est 
déjà connu. 



VALEUR DE RY EN GALLOIS 

A ne considérer que les textes en prose, l'emploi de ry- 
est restreint et sa valeur tend à diminuer de plus en plus du 
XII'' au xy^ siècle. En poésie jusque vers la fin du xiii*^ siècle, 
son emploi est beaucoup plus étendu. Ry se montre même 
avec des formes verbales où sa valeur n'apparaît pas nette- 
ment, où son rôle pourrait être aussi bien et est effectivement 
parfois joué par d'autres particules comme dy-, où même sa 
présence paraît inutile. La poésie est, en effet, non seulement 
archa'isante mais aussi néologisante, tant par besoin de produire 
de l'effet que pour les nécessités de la l'allitération et de la rime 
si impérieuses dans le sj^stème gallois. Ce fait, par exemple, 
est surtout frappant dans les poèmes à longues laisses où des 
thèmes apparaissent avec des suffixes de dérivation assez 
inattendus. 

Aussi est-il difficile, dans l'état que nous présente la parti- 
cule ry-, en gallois moyen, de déterminer ce qui, dans son 
emploi, est réellement ancien, sans avoir recours d'un côté à 
l'irlandais, de l'autre, au comique et au breton. 

Il y a aussi, dans cette question, un écueil à éviter, c'est de 
ne considérer que les formes avec ry- et de ne pas examiner 



Questions de grauuuahe et de linguistique brilUviiiine. 7 

les mêmes formes verbales sans ly, dans les textes de la 
même époque. 

Pour le verbe, une tendance des plus frappantes, c'est le 
besoin évident qu'éprouve la langue, dès le xii^ siècle et avant, 
d'arriver à une précision plus grande dans la distinction 
des degrés dans le temps et la forme de l'action. Elle y 
arrive par l'emploi de formes verbales comme le plus-que- 
parfait, par l'emploi d'adverbes ou prépositions précisant 
le temps ; par le dévelop pement continu de la conjugaison 
analytique; par l'emploi de plus en plus fréquent d'auxiliaires 
comme darfod, comme le verbe à signification de faire, qui 
restreignent l'emploi de ry- dans ses principales fonctions de 
particule temporelle et perfective. Il est frappant que le cor- 
nique moderne a remplacé ry- par grig, rig (griig), et lui a 
donné la même place. C'est |si vrai que Lhwyd, dans son 
Archaeologia, p. 231, col. 2 '^, a écrit ces lignes curieuses : 

« The particle rig {did) which is commonly premised to 
the Prêter Time, is generally abridged to Ry or Re and writen 
either separately as : 7ne rygoskas, I hâve slept, or to the 
verb : as ?ne rxgoJlas hâve lost (cf. p. 244, col. 2 : // rygiieles, 
hwi rygguda{. » 

Richards (a british-welsh or wehh-english Dici., 3^ éd., 181 5, 
rhy, p. 367) est tombé dans la même illusion « Rhy, did made. 
It is an abbreviation of gicriig, zvrug or ortig still retained 
in the cornish : E. Lh. E ry dothoedd or rhydothoedd, he came, 
he did come. » 

Même théorie pour le breton, chez Dom Le Pelletier, Dict. 
de la langue bretonne, 175-, à ra, p. 729 : « Ra est auxiliaire, 
formant avec un nom substantif une espèce de conjugaison 
de ce nom mais qui est proprement celle de ce ra, lequel est 
gra, faire, et cette conjugaison marque l'action de ce que 
signifie le nom qui y est joint. Exemple : len a-ra, il dit : à la 
lettre, il fait lecture. . ., mais il a un usage tout particulier 
dont voici quelques exemples : Ra vihot salvet, que vous soyez 
sauvés ; Doiie rho caro, que Dieu vous aime, où ;' est pour Ra 
et du futur fait l'optatif, répondant assez au latin Faxit Deus 
qui est, si je ne me trompe, pour faciat ut sit. » 

Il est certain, sans même avoir recours au vieil irlandais, en 



8 J. Loth. 

s'en tenant au gallois seulement, que ry- a eu un rôle plus 
étendu au point de vue temporel, mais il n'y en a pas moins là 
une indication précieuse et justifiée dans une grande mesure, 
par le rôle delà particule ry- dans les trois groupes brittoniques 
et en particulier par Tensemble même de son rôle en moyen- 
gallois où on peut le suivre plus longtemps. 

Avant de donner des conclusions plus rigoureuses, j'étudie 
ly- avec toutes les formes verbales auxquelles elle se trouve 
associée. Je n'abuse pas des subdivisions qui ne seraient pas 
inutiles mais qui sont parfois délicates et risquent d'être 
arbitraires. La traduction indique suffisamment les variations 
de sens que le même temps avec ry peut exprimer. Ces tra- 
ductions, pour la poésie, ne sont pas toujours aussi rigou- 
reuses que je l'eusse désiré, mais pour y arriver j'aurais dû 
m'engager dans des recherches et des études critiques hors de 
proportion avec le profit que j'en aurais tiré et dépassant le but 
que je vise. 

yiEUX GALLOIS 

Les gloses ne nous donnent qu'une forme avec ry- : dirga- 
tisse, gl. concesscraî {Mart. Capellà). Cette forme se décompose 
en di \-ro -\- gat- et est un plus-que-parfait, y pers. du sing. 
d'un verbe qui est actuellement dv-adu, qui a le même sens. 

Les deux poèmes du ms. de Juvencus, publiés par Skene 
(^Four anc. boohs, II, p. 2) présentent malgré l'obscurité 
résultant de la mutilation du texte (je parle du premier poème) 
quelques formes avec ry- : 

Ritpiicsaun mi de Trinîatii, « je t'avais désiré moi, toi, 
ô Trinité. » Rit-pucsaiin est un plus-que-parfait indicatif (ou 
conditionnel-passé) d'un verbe qui est actuellement rhyhuchio, 
désirer vivement. La forme est instructive, elle nous montre 
ry- séparable au ix^^ siècle dans un verbe où elle est le plus 
souvent inséparable au xii^. Ce n'est pas un cas unique. La 
particule er- est encore séparable au xii^-xiii'' siècle dans les 
verbes ' . 

I. Livre d'Ancurin 69 : er-ys-m\'gci (cf. eniiygei, 60, 80; 101-25, 
er-yth-vaccei, cf. eryveis). 



Queslious de grammaire ci de linguistique hrillouique. 9 

Ritercis, j'ai demandé ou je t'ai demandé. Le / peut ici être 
un pronom infixe de la y pers. du singulier : nous en verrons 
d'autres exemples. 

Il semble aussi que dans la dernière strophe du 2" poème, 
riceus soit un verbe à prétérit en -s avec rv- : 

Dou nam riceus unguetid 

(Deux qui ne se sont guère irrités mutuellement, un seul 
parlant ou puisqu'un seul peut parler). Je suppose que ceusQsl 
un prétérit en -s du verbe codai (caivdd) : pour eu (eir), 
cf. toreusit, gl. attrivit; unguetid ^=mo\Qr\-^d\\o\s un givedydd, 
rimant avec couidid du vers précédent : cyzvcithydd \ 

GALLOIS-MOYEX 
1° RY AVEC LE PRÉTÉRIT PRIMAIRE. FORMES ACTIVES : PrJSC. 

Ancient Laws, I, p. 10, 5, 12 : . . .er edlyg a re}- redeue- 
dassam ny huchof « l'héritier et ceux^que nous avons dit plus 
haut^. » 

no. 5. I. Ken ni dele perchennauc er aniveil lavuriau 
dros gueisret e neb re ' gunaeth cam ydau « car le propriétaire 
de l'animal ne doit pas souffrir par l'acte de celui qui l'a 
endommagé (l'animal). » 

114. 2, oni urhtuc emach arnau bit rith e kannogen or 
hawl am e guat re digones « si la caution ne lui oppose pas 
un serment, le débiteur doit être libre de la poursuite en vertu 
de la dénégation qu'il a faite "■. « 

— men e creir esset ena, macht huivi i kenniti ar er hin 
a deuetassam (B et C > : rc au lieu de a) ny ac anudon a tyngeist 



1 . Riceus est peut-être à rapprocher des formes qu'on trouve dans un 
vers de Taliesin, malheureusement obscur (F. A. B. II, 123. 10.) : a 
r\gosszij rygossys . 

2. Au lieu de re, a en D, mss. du xiv et xve s. (Peniarth 32) : ces notes 
paléographiques sont empruntées pour Peniarth au Report cité plus haut. 

3. Var. a (D. J. K.) : K et J d'après An. Owen sont des mss. du xv^ siècle. 

4. am e giiat re digones est emprunté à B et K. 

5. C'est du milieu du xiii^ siècle au plus tard. 



10 /. Lot h. 

ti ac wrth y gwrthtung r\ iinieiithiimi ' arnat ti, mi a vena 
barnu braut imi or egnat. « Par ces reliques qui sont ici, je 
suis bien caution avec toi pour ce que nous avons dit, et ce 
que tu as juré est un faux serment, et d'après le serment que 
je t'ai opposé, je prétends obtenirdu juge un arrêt en ma 
faveur. » 

ii6. 7. bit rith e mach am eguad - a digones (B. D. C. : 
ry au lieu de r?); la caution sera déchargée à cause de la déné- 
gation qu'elle a faite. » 

— os ef a guna e kennogon gurhtun ar emach 3 a galu 
am braut ar er ignat wrth e gurhtun a digones (B. C. K. : ry) 
« si le débiteur jure à l'encontre de la caution et qu'il réclame 
un arrêt de la part du juge en vertu du contre-serment qu'il 
a fait. . . » 

126. 31 e da anilis re devedassam ny ema (D. : var. a) 
« le bien sujet à débat dont nous avons parlé ici (dont nous 
nous venons de parler). 

140. 5 : o dervit y din guneuthur cam keniauc ar e nodvc.. 
a kevodi haul arnau ef am er a^hevrevth redii'ones ■* « s'il 
arrive qu'un homme ait fait tort pour la valeur d'un penny 
au lieu de refuge et qu'une plainte ait été portée contre lui 
pour l'illégalité qu'il a commise ...» 

152. 154. 25 : o dervit ir amdifenur rc adait testion a vo 
guell no rei a edenis Çry- B.J) er haulur... « si le défendeur a 
promis des témoins meilleurs que ceux qu'a promis le pour- 
suivant...» 

— ibid. ae ena emay yaunt yr enat datkanu y deubrein 
reducdasant > e duypleit y eu testion... <c et alors le juge doit 
récapituler les deux privilèges qu'ont reconnus les deux 
partis à leurs témoins, » 

198, 27. 3 : or ryw vara a (C. : ré) dywedassam ny uchot 
« de l'espèce de pain que nous avons dit plus haut. » Ce 

1. Le passage depuis »v (ic est emprunté à divers mss. ; K porte a au 
lieu de ry. 

2. a guad par faute de scribe. 

3. amach par faute de scribe. 

4. C : re dygonsey. 

5. D, B, C : ry dyu^awt- 



OiiC!:tions tic i^nimiiuiirc et de l'nn^uist'uiue brilloiiiquc. 1 1 

passage est tire do E (ci. 210 « y deii vab r\ dywedassam ny 
uchot. » 290, pop keycg or man guyt ry dyivedassani ny uchot). 

180. 17 : talet ydau coet cystal ar hun a dyosges . . . ardet 
yr hun ry dyodcs or coet « qu'il lui paye un bois de même 
valeur que celui qu'il a fait disparaître et qu'il laboure ce qu'il 
a enlevé du bois. » 

206, 31, 2. La mère jure à propos de son fils : nas ry creus 
tat y callon mam y mab hun namyn y gur ar gur « que 
personne n'a engendré dans son sein de mère ce fils sinon 
tel ou tel. » 

Le père prétendu jure ibid. 4 ' : nas re creus ew y mab hunnw 
yg callon y gwreic honno « qu'il n'a 'pas engendré ce fils-là 
dans le sein de cette femme. » 

456. 7^ os rx gavas kvnno hynnv (cowyll, argyfreu) : s'il 
les a eus auparavant. 

528. 48 y g\\r arydigones h\ (le passage paraît altéré). 

— Ef a rygafas y hamobyr hi nys dyly o dri achaws, « celui 
qui a eu son amobr, n'y a plus droit pour trois motifs. » 

— ony ry dalawd hitheu y hamobyr yr arghvyd a vu ar y 
thad gvnt « si elle n'a pas payé son amobr au seigneur dont a 
dépendu son père auparavant. » 

238. 34 (version B au bas de la page) : ur un or rey ry 
dywedassam ny uchot, taler ydau mal y dywedassam ny e sarhaet 
« à l'un de ceux que nous avons dit plus haut, qu'on lui 
paye son sarhaet comme nous l'avons dit. » 

Tome II, 92. 140 : kyfreith a dyweit y dyly y neb ry 
ladaii'd y ki provi y vot yn gyndeiryawc « la loi dit que celui 
qui a tué le chien doit prouver qu'il est enragé. » 

166. 49 : Ema nu ny r\ wadns er amdyffynnur er hyn re 
dodes ' er haulur arnau « ici, en effet, le défenseur n'a pas 
nié ce dont le plaignant l'a chargé. » 

Tom I 208. 7 : y tat ry giuadus ynteu, « le père qui l'a nié. » 

234. 24: e sef re iveles e kevre3'th : voici ce que la loi décida 
(trouva bon) (nat sarhaet e nep namen un o try peth). 

En somme, on trouve aussi bien dans A que dans les 
autres mss. des formes avec ry ou sans re- indifféremment 

I. G : a. 



12 /. Loth. 

pour constater l'existence d'un fait antécédent, soit en par- 
lant du présent, soit dans le passé. A côté des exemples cités 
plus haut, j'ajoute : Ane. Laws, II, 36, 35:7 dj n n\ Uaiia-wd; 
ibid., 92. 140 : y neb ry Jadan'd y ki (m. A). 

Ane. Laws, I, 92. 36 : nyny evssyoes a adun valedeiicdassaiii 
n\- uchot. 

ibid. irS : 9 val edreckassam (jreythassani)nx uchof(i82. 19 
uchot, y traethassam nv. 

190. 19.6 na dym namvn a dywedassam nv uchot. 

132. 46 : k3't dylvor howlwr i gann v march gwrthep ido 
ef ai hymcrth yn gyfrevthyol « Quoique le plaignant ait 
le droit d'exiger de la caution qu'il lui réponde à lui qui Va 
pris légalement . . . » 

Haxes Gruffudd ab Cyxax (Arch. Camb., 1866, XII), 
p. 86 : o damunet rydoethost « tu es venu (tu arrives) à souhait. 
— Il lui demande : pwy oed ac y ba beth rxdothoed « qui il 
était et pourquoi il était venu. » 

P. 42 : pwy wyt ac y ba beth rydoethost ema « qui tu es et 
pourquoi es-tu venu ici. » 

116 : ac odeno. . . v kerdus. . . hvt en enyssed Denmarkar 
Gothrei . . . canys ena gent ef rydotboed ataw gan emdiryet 
y geissyaw porth « et de là, il voyagea jusqu'aux îles du 
Danemark jusqu'auprès de Gothrei, car c'est là d'abord qu'il 
était venu le trouver en CMifiance pour lui demander secours.» 

Brut y Tywysogyox (éd. Rhys-Evans), p. 282 : nyt yttiw 
yma y neb ageisswch : neiir dibcgis « il n'est plus ici celui que 
vous cherchez : il a échappe. » 

303 : ar castell ;v dywedassain ny vrv « le château que nous 
avons dit plus haut. » 

J'ai relevé les exemples de rv avec le prétérit primaire (et 
les autres temps) jusqu'à l'an 1201-1202, p. 343 : ils sont 
relativement rares. On trouve les mêmes formules avec ou 
sans ry- : 

P. 296 : Gruffud ab Rys a dywedassani ny uchot. 

303 : ac wynteu a dywedassant ni vry « et eux que nous 
avons dit plus haut. » 



Questions de grammaire et de litiguistique brittoniqiie. 1 3 

Mabinogion (édit. Rhys-Evans). 

35 coet ryvehom ar y weilgi yn y lie ny luelsain eiryoet un 
pren « nous avons vu (nous venons de voir) sur l'Océan 
un bois, là où nous n'avions pas vu jusqu'ici un seul arbre. » 

18 : och. . .ncurgolles ' y mab « hélas, le fils est perdu. » 

71 neur gavas ef enw « voici qu'il a trouvé (qu'il a) un 
nom. » 

113 : a unbenn_, ny ry giglef i eirmoet dim ywrth y 
vorwyn a dywedi « roi, je n'ai rien entendu au sujet de la 
pucelle que tu dis. » 

99 : wedy y gyniver collet a sarhaet ry wnaethost titheu 
ymi « après tous les dommages et outrages que tu m'as 
faits. » 

115 : ac am vym priawt ym rylygrwys vym brawt « et c'est 
à cause de mon bien (jeu de mots sur priaiut qui signifie 
bien propre et femme légitime) que mon frère m'a ainsi 
maltraité. » 

118 : ha vorwyn, ti a gereis; dyvot a wnelhych gennyf rac 
eirychu pechawt itti ac y minneu; llawer dyd yth rygereis, 
« ô jeune fille, c'est bien toi que j'aime; viens avec moi 
pour épargner un péché à moi et à toi. Il y a bien des jours 
que je t'aime. » 

124 : Gwynn vab Nud arydodes Duw aryal dievyl Annwvyn 
yndaw « Gwynn fils de Nudd dans lequel Dieu avait mis 
la force des démons d'Annwfn. » 

185 : mae yr ireit oll ? neur golles oll heb bi, « où est tout 
l'onguent? Il est tout entier perdu, dit-elle. » 

169 : peth ryfed ryweleis yghot « j'ai vu une chose surpre- 
nante ici près. » 

214 : Dy glot rygiglef y m pob gwlat or y bu m. « j'ai 
entendu te célébrer dans tout pays où j'ai été. » 

294 : ny mynnaf i, heb ynteu, namyn nabo yma vyth y 
gware htcnn nar cae nywl nar hut nar llettrith aryvu, « je 
ne veux qu'une chose, dit-il, c'est qu'il n'y ait plus jamais 



I. lieu -\- ry- donne neui- avec mutation sonore, ce qui n'existe pas 
quand -;- représente y 



14 /. Lot h. 

ici ni ces jeux enchantés, ni le ciiamp de nuage, ni le jeu de 
tromperie et de sorcellerie. » 

On remarquera que dans tous les exemples précédents, r\-, 
la plupart du temps, marque simplement la constatation d'un 
fait antécédent, appelle simplement l'attention, semble-t-il, 
sur le fait, un peu plus que la forme verbale simple qui est sur- 
tout narrative. Voici deux exemples tirés du Report on viss. on 
the welsh languagc où ry- donne manifestement au verbe 
cette valeur. Ils sont tirés d'un traité ins. sur les éléments, 
les plantes, qui vaudrait au point de vue de la langue la peine 
d'être publié. Le ms. ' est du milieu du xiir siècle : e dyfred 
ry gerdassam, esgynnwn weithyon er awyr, « nous venons 
(nous avons fini de) de marcher sur les eaux, montons 
maintenant dans Tair) » : cf. ibid. : neii ry gerdassam qx awyr^, 
esgynnwn trostau enteu e tan, « maintenant que nous avons 
marché dans l'air, montons par-dessus lui au teu. » 

Plus haut, notamment dans les exemples tirés des Mabino- 
gion, les formes avec rv- ont parfois nettement la valeur d'un 
parfait (la particule neu sert notamment à préciser qu'un fait 
est accompli au moment où l'on parle). Dans l'exemple des 
Mabin., donné plus haut, y a-t-il une différence entre ti a 
gcreis et yth rygereis ? Les deux ont le sens de continuité qui est 
caractéristique du parfait; il semble donc que rygereis insiste 
avec plus de force et plus de netteté, ce qui est confirmé 
encore par llawer dyd. 

Poésie : (^Four ancient books, II). 

Livre d'Aneurin : 

86. i8 : Ry duc oe lovlen ^ glas lavanawr, 

« Et il a porté (serrées) dans sa main les lames bleuâtres. » 

91. i6 : ry duc diwyll o win bebyll ar lies tymyr, 

« Il a rapporté abondamment des tentes à vin pour le profit 

1. Peniarth 17; J?f/o;7, p. 339-340. 

2. Neu (jieiis, tient) n'a pas la valeur interrogative qu'on lui a souvent 
attribuée, mais bien la valeur confiriiiative, l'affirmation dans le moment où 
on parle d'un fait intécédent. Neu a aussi le sens de scilicet. 

3. Lovlençarâh s'ignlûar proprement gant, nniiii gitnlce. 



Questions de graDiinairc et de linguistique brittonique. 1 5 

de son paj's natal. » Dans ces deux exemples, on remarquera 
que ryduc indique une habitude ou un fait répété dans le passé. 

Ihid. (Gorchan Maeldcrw). 102. 15 : 

rwg e rygolleisy ' om gwir garant, 

« Entre ceux que j'ai perdus de mes vrais parents (de trois 
cents il ne s'en est échappé qu'un). » 

106. 34 : 

In cetwyr am Gatraeth ri guanaid britret, 

« Parmi les combattants autour de Gatraeth, il a fait du 
tumulte. » Il est probable qu'il faut supprimer in et traduire : 
« les combattants autour de Gatraeth firent du tumulte. » En 
effet le vers paraît demander neuf syllabes et ri guanaid est 
sûrement pour ry zunaeth (g-wiiaeth ne vaut qu'une syllabe). 
Cette graphie rappelle certaines graphies du ms. A. des Lois. 
Le passage correspondant du Gododin paraît décisif (82. 14). 

Ketwyr am Gatraeth a wnaeth brithret. 

Un remarquera que le Gorchan Maelderw, qui présente 
bon nombre de formes du vieux-gallois, a ry- et que le Gododin 
ne l'a pas dans le passage correspondant. 

Livre noir 23. 9 : Ryni dyiuod huimleian chuetil am echrin 
« une sorcière m'a dit une nouvelle qui m'épouvante. » 

27. 18 : Rymdivod gvyllan o pell ymi, 

«Une sorcière m'a dit de loin. » 

59. 2_| : maes Guitneu rytoes, 

« (La mer) a recouvert la terre de Guitneu. » Ici le sens du 
parfait est assez net. 

19. 17 : ry revineis y mab ae merch, 

« J'ai ruiné son fils et sa fille. » 

I. Le passage correspondant du Gododin porte : 81. 18 : nvyf a golleis. 



i6 /. Lot h. 

6. 2 : ry chedivis detyf, ry chynis ' grety w, 

« Il a gardé la loi ; il a levé haut un vrai génie (poétique) ». 

5.8: 

ncur uum ydan un duted a bun dec liv guanec gro, 

« Eh bien, j'ai été sous la même couverture qu'une belle 
femme couleur de la vague sur les galets. » 

46. 4 : Duv. . . 

Dyllit ^ enweir Meir rymaeth, 

« Dieu, boisson vigoureuse, Marie a nourri (de son lait) ». 

49. 33 : Owein Reged atn ryvaeth, 

« C'est Owein de Reged qui m'a nourri. » 

45. 28-31 : nid' porthi ryvic ryvegeis im bron 
nid porthi penid 7'y veîyleis 
in adaud '^ wy ren rydaniiineis 
Rydid im eneid reid ry iole[i]s, 

« Ce n'est pas alimenter l'orgueil que j'ai nourri dans mon 
sein ; ce n'est pas supporter la pénitence que j'ai médité ; 
dans la demeure de mon roi j'ai désiré la ^liberté pour mon 
âme, pour mes besoins je l'ai prié. » 

56. 23 : Nyth adwaen ni rytb luelas, 

« Je ne te connais pas moi qui ne t'ai pas vu (qui ne l'a pas 
vu).» Le texte ami qui ne donne pas de sens satisfaisant. 

L. Taliessin : 170. 24 : 

rygadivys Duw dial 
ar plwyf Pharaonus 

1. Il s'agit d'un protecteur éclairé des bardes. 

2. On pourrait supposer : dy lit {lydâ), ta boisson, ton lait, — Marie, a 
nourri Dieu. 

3. Nid équivaut, quand il n'est pas suivi immédiatement d'un verbe 
commençant par une voyelle, à une proposition avec le verbe substantif : 
t est un pronom. 

4. addawd a exactement le sens de place de dépôt. 



Questions de g ranima ire et de linguistique brillonique. 17 

Dec pla poeni 
Kyn eu bodi, 

« Dieu garda (ou avait gardé) sa vengeance contre le peuple 
de Pharaon, dix plaies de châtiment avant qu'ils ne soient 
noyés. » 

174. 9 : nen rygigleii gan proffwydeu lleenawc 

geni lessu a r\darfn hyt y vuched, 

« En vérité j'ai entendu de prophètes lettrés que Jésus est 
né et aussi ce qui est arrivé pendant toute sa vie '. » 

195. 25 : ys meu . . 

a da dieisseu 
gan teyrn goreu 
haelaf rygigleu 

« Est mien (suit une énumération de présents) et du bien 
abondant, de la part du chef le meilleur, le plus généreux dont 
fai entendu parler. » 

123. I : Crist Jessu uchel ryseilas trychamil blwydyned 

Er pan yttyvu yni buched -, 

« Jésus-Christ a fixé trois cent mille ans depuis qu'il est en vie. » 

112. II : Ac eiraul ei urdawl pwys 

dan syr seint ryseilwys, 

« Et ceux qui demandent le le poids de sa consécration, sous 
les étoiles il les a établis comme saints. » 

186. 22 : Duw ryth péris 

« Dieu t'a créé. » 

192. 7 : Gweleis i keig kyhafal y blodeu 

neiir luelcis ud haelhaf v dedveu, 

« J'ai vu une branche aux fleurs semblables, et voici que 

1. Même pièce, vers 13 : ry duc claer; le sens est obscur, le texte étant 
sûrement altéré. 

2. Le passage, à tout point de vue, est altéré : on lit plus bas, vers 23 : 
Revue Celtique, XXIX, 2 



iS /. Lof h. 

j\ii vu (et vois) un chef aux lois les plus généreuses » (cf. )ieitr 
ordyjncis. 203 .11: ucur ordxfncis = neii ryÇg^ordyfneis. »). 

21^. 16 : Rytaliis mab grat, 

« Le fils a payé la faveur ? » (Le passage est dans une pro- 
phétie d'une obscurité voulue.) ' 

21 5 • 16 : R\ goruc duw vry 

Ary planète. 

Ry goruc sola 

Ry goruc luna, etc. 
25. A seithved Saturnus. 

Ry goruc Duw da. 

« Dieu a tait... et Saturne est la septième qu'a faite Dieu 
bon. » C'est une sorte de parfait historique. 

216. II : Ry goruc vy awen 

y voli Uryen. 

c: Il a fait mon inspiration pour louer Uryen. » 

128. 17 : Saesson o pop parth y gwarth ae deubvd 

R\ treghis eu hoes nys oes elvyd -. 

« Les Saxons auront de la honte de chaque côte, leur temps 
est passé, ils n'ont plus de pays. » 

158. 10 : Avacdu vv mab inheu 

Detwvd Dovvd rwv ' ^oreu 
Ygkyfamrysson kerdeu. 



Trvchan mil blwydvned namvn ivi ricodit buched tragvwyd, « il y a 
trios cent mille ans moins un, depuis qu'a été élevée (relevée) la vie éter- 
nelle. » 

1. Il est probable que mab grat signifie ///5 de la gidce. Dans le même 
poème, on remarque le vers 12 : 

a ryiuelei a ryiveleis o aghvfieith « celui qui verrait ce que j*ai vu d'étran- 
gers. » 

2. Elfydd a le sens de monde et aussi, d'une façon restreinte, celui de 
pays. 

3. On trouve ro- combiné avec le pronom infixe sous les formes rwy- 
et ryii--: de même avec la négation : nu-y- et iiyn--. Cf. Rh\s, Revue CeU., 
VI, p. 50. 



Questions de graimiiairc el de Ihigiiisliijiie br il tonique. 19 

« Avacddu mon fils, Dieu Ta foit habile dans la compétition 
des arts. » 

Livre rouge : 

259. 18 : Neur digerds a garaf, 

« Voici que j'ai désainu' Çyd'i fini par ne plus aimer) ce que 
j'aime. » 

269. 2 : vyg callon iieur dorrcs, 

« Mon cœur vraiment est brisé. » 

269. 21 : Gwae vyllaw llam ryin daerawt, 

« Malheureuse main, ce choc ' m'a terrassé » (cf. 27, llam 
rym gallas). 

Myv. Arch. 142, i : 

Beich rygyiinulleis 
o bechawd annoveis 
ry dy ergryneis ^ 
oe gymhelri, 

« Le fardeau que j'ai rassemblé du péché ', que je n'ai pas 
dompté, j'ai grandement tremblé par suite de l'anxiété qu'il me 
cause. » 

Ibid. Diheu darogant 

I Adaf ae blant, 

Y rydraethyssont 

Y proffÀvydi, 

Bod lesu yn mru merthyri, 

« Prophétie certaine pour Adam et ses enfants, ont exposé 
les prophètes : que Jésus est dans le sein des martyrs. » 

1. Ltam, comme en breton, indique un saut que l'on fait ou qu'on vous 
/./// subir; neid est employé dans le même sens : Myv. Arcl]. 228, i a guae 
ni or neiii yn rydoded (malheur à nous par suite du saut qui nous a été 
donné). 

2. Il faut lire en un mot d\ergry)icis. 

^. Annoveis paraît être composé de an- privatif et doji : anuo-i'cis peut 
être un verbe, mais un adjectif irait mieux. 



20 /. Lot h. 

1 49 . I : Ry llojîes yntef ' 

undawd gyfadef - : 
gan engylyon nef 
neu ry iirdiuyd, 

« Il lui a donné la cohabitation avec TUnité (divine) : voici 
qu'il a été mis au même rang que les anges du ciel. » 

148. 2 : Ryfarw ud gwlyb ystrad 

Astrus chvv'edl ;-)' chweiris i Gymry, 

« De ce qu'il soit mort, la vallée est mouillée (de larmes), 
nouvelle embarrassante est venue brusquement aux Gymry » 
(sous chiuaren dans le Welsh Dict. de Silvan Evans, on trouve 
le sens de remuer, secouer d'une façon irrégulière, chwerivis de 
chîuerwi, dérivé de chiucnv irait encore mieux). 

160.2 : Am gledyfrut rwyf ym rygoded 

ry docneis vawr gert am y vawr ged, 

« Au sujet du roi à l'épée rouge on m'a irrité (ou excité, sui- 
vant la valeur de ^i,»- et d^; j'ai fourni abondamment un grand 
poèirie en retour de son grand présent. » 

160. I Aghen cadortwy rwy rj'm ro/^j' 

aghen am lutgwen : gvi^ae rwy golles 

« Le marteau des batailles m'a causé trop d'angoisse ; l'angoisse 
m'empêche de sourire : malheur à qui l'a perdu. » 

239. 2 : Ef diveiaf naf ryiunaet]) Do vit 

« C'est le chef le plus sans défaut qu'ait fait Dieu. » 

240. 2 : Ny rj'^Mw gerdennin 

ryddarfod breu gyfnod breiddin 
ry ddyiuawd oi farddwawd Ferddin, 

« Je n'ai pas été errant (barde) ; que la période brillante du 
butin est passé, Merddin l'a dit par son poème bardique. » 

1. Pour ynteu : on trouve assez souvent alternance, en moyen gallois, 
entre les terminaisons -eu et -ef : dioddef et dioddcu. 

2. CyfcuieJ signifie habituellement avoue, reconnu. Ici, cyfaddej me paraît 
composé de cyf + addcf, demeure. 



Questions tic grniiiiiiairc cl de Vunguislique hrilloinquc. 21 

248. I : Mal yth rygeiscis yd yth geisaf, 

« Comme je t'ai cherché, je te chercherai. » 

227 I. Kymmot ar creaiidyr ae rygrcas 

credun i'n Reen rybendigas, 

« Accord avec le Créateur qui Ta créé; croyons-en notre roi 
qui l'a béni ». 

228. 2 : Ac ys meu erchi. . . 

kyrreivyeint or meint. . . 
Ry wneuthym... 

« C'est à moi de demander le pardon de tout ce que j'ai fait. » 

229. 2 : Crevyduyr credu ryitnacthant 
« Les. fidèles ont cru ». 

231. I : Dryc vab wyf yd rwyf rym goreu, 

« Je suis un mauvais fils pour toi, ô chef, qui m'as fait. » 

233. I : Yscwynais nad byw 

Hael or rhwy ' rygollais, 

« Que j'ai déploré qu'il ne soit plus vivant le chef généreux 
que j'ai perdu. » 

251.2 Dagreu rwy 

rydiic lliw vyg grudyeu, 

« L'excès de larmes a enlevé l'éclat de mes joues. » 

292. 2 : rygaraivd wisgaw ragoreu eglur 

risc - odidawc dur, rwysc y deidieu, 

« Il a aimé les supériorités des vêtements brillants, l'écorce 
superbe d'acier, opulence de ses ancêtres. » 

208. I : Dy gledyf ry glywssam arrod. 

« Ton épée, nous l'avons entendue sur le bouclier » (leg. ar 
rod : pour ce sens de rod, cf. rhodaïur). 

1 . Je lis haeî nvyj. 

2. L'écorce d'acier est l'armure; on trouve, dans le même ordre dit 
haearuc^aen. 



22 /. Lotb. 

2 12. 2 : Dy gletyf dy glod rv .îM.?, 

« Ta gloire, ton épée Ta semée. » — 

Llywelyn Llywarch rxth ganas, 
« Llywelyn, c'est Llywarch qui t'a chante ^ » 

204. I : Marw Einyawn mawr, anaw dibrid 

myrt rv wneith yg gyvreith gymid : 

« La mort du grand Ein\'-awn a enlevé leur valeur à des 
milliers de poètes ^ . . . » 

255. 2 : Gwander y lawer... 

Rydoeth am argKvyt. 

« Faiblesse a beaucoup est retenue à cause du chef. » 

206. I : 'Treissyeu ardaleu, ardwy trin, ry duc. 

Ry digywys y gwerin, 

« Régulateur du combat, il a conduit de violentes attaques 
contre les marches : il a irrité leurs peuplades. » 

202. 2 : Milveirt mawrvr}'dic, ryd anvones à\x\\ 
Dyn yn myd ae gwares, 

« Pour mille poètes à la pensée généreuse, Dieu a envoyé 
quelqu'un au monde qui les protégera. » 

214. 2 : Kymro kelvytaf rjct'Wrtf//; Keli, 
« Le Kvmro le plus habile qu'ait fait Dieu. » 



1. Le texte porte rv gaiias. 

2. Je fais porter rviuneith sur dibrid, mais sans être sûr qu'il ne porte pas 
sur gYvreith, gymid. Cvniid est rare et paraît composé de cvm + mid combat. 
Anaiu a le sens abstrait et concret, d'inspiration et d'inspirés (poètes). 

3. Rvdnc a pour objet treissyen ; ardaleu, pavs frontière, est sans prépo- 
sition, ce qui n'est pas pour surprendre : cf. gwyr a aeth Gatraelh. Y est le 
pronom possessif, 3^ pers. du pluriel. Ce ne peut être l'article, gwerin étant 
féminin et l'allitération exigeant gwerin sans mutation. Digytuys vaut deux 
syllabes : c'est la règle ; = digwvs. 



Oiicslioiis âc '^ranuuaire cl de linguislique hrlllonique. 2^ 

217, 2 : Bar Llychwr gwr yn oed gwas 

Beirdd byd yth gyd rygafas', 

« Barre de Llychwr, homme à l'âge d'adolescent, les bardes 
ont trouvé le monde dans ta compagnie \ » 

168.2: rym ^tt^na^//' yn athrist, 

« Il m'a rendu tout triste. » 

180. 2 : Rybu Erthyst 

Rybu Ulkassar 
Rybu Vran 
Rybu Ercwlf 
Bu Alexander, 

(c II a existé Erthyst... etc. » 

232. I : Gwetiwn gwyhvn hvtwn parawd 

Parth ar gwr arwr an ry warawd, 

« Prions, veillons, soyons prêts vis-à-vis de celui qui nous a 
sauvés » (cf. ibid., rwy duc). 

254. 2 : Ym pob gwlat )'nw«, 

« Dans tout pays où il a été.» 

200. I : Dadolwch teyrn tarw catuc prydvawr 

gwyr Prydein nuy goruc, 

« La réconciliation avec le chef magnifique, le taureau du 
combat % ce sont les hommes de Bretagne qui l'ont faite. » 
Le poète oppose Dafydd aux petits chefs avec lesquels il était 
en lutte. 



1. Je traduis comme sibxd était objet de rxgajas ; c'est assez peu ordi- 
naire, mais si on fait dépendre b\d de beirdd, il faut supposer qu'un mot 
est tombé : Cyd signifiant proprement yo«r//oK, parfois coitus. 

2. Catuc = caddiig; ce mot a sûrement ici et dans beaucoup de passages 
la valeur de combat. C'est un sens métaphorique comme celui d'un grand 
nombre de termes similaires : caled, trium, brivxdr. trxfrivyd, garthan etc. 
Au sens ordinaire, caddug a le sens de brouillard, atmosphère épaisse, ce qui 
convient bien à l'aspect d'une Diélêe tumultueuse. Caddug est quelque chose 
comme notre funice du combat, toute proportion gardée. 



14 /. Lotb. 

202. I : Ny wtant cwt ant rïv\ cotes, 

« Ils ne savent où ils iront ceux qui l'ont irrité, » 

202. r : Kynna ' hwn neu gwn nas o;weles 

Dyn ymyw or meint ;v gtfnhes ^, 

« Aussi bon que lui, je sais bien que ne l'a pas vu homme 
vivant parmi tous ceux qui sont nés. » — 

Mad gogant molyant nix moles, 

« Il a chanté heureusement sa louange celui qui l'a loué » 
(il a été bien inspiré en chantant). 

i86. 2 : rxgalhs rec dinas, 

« Il s'en est allé la forteresse du présent. » 

187. I : ;v iillcis rwyf anaw, 

« Il s'en est allé le régulateur de l'inspiration » (des poètes). 

157. I : Gwin a met a metgyrn rwy meith, 

« Vin et hydromel, cornes à hydromel l'ont nourri. » 

158. I : nawved ran ym poen yr pan aned 

nys rxborthes nep., 

« La neuvième partie dans ma peine, depuis qu'il est né, per- 
sonne ne l'a supportée. » 

225. I : ny n'U'eJeis dyn dim mor engir, 

« Personne n'a vu rien d'aussi terrible. » 

180. I : ny rxgolluyf Duw o deured byt 

ny rxgolles nef ny bo ynvyt, 

« Que je ne perde pas Dieu par suite des pompes du monde ; 
personne n'a perdu le ciel qui ne fût insensé. » On remarquera 
le sens particulier ici de rygoUes, mais le sens n'est pas 



1. Kvtiiia = kyti (Ai; on trouve aussi kynthin : cf. le breton /.v«(7«. 

2. R\ ganbes. Les formes en -ri ont assez souvent le sens intransitif ou 
passif : bodes s'est noyé, tories s'est brisé. 



Oiieslioiis de i^ruiiinuiire cl de liiigiiisliqiie bnlloniijue. 25 

dû à ry- : cf. Myv. Arch. 86. 2. (Proverbes) : ni chediuis 
Duw rag neb a vai da iddo « Dieu n'a gardé contre per- 
sonne ce qui peut lui être bon : c'est-à-dire Dieu ne refuse à 
personne ce qui lui est utile. » 

C'est un emploi analogue à celui de l'aoriste gnomique en 
grec. Cf. le proverbe donné par Richards dans son Wehh Dict., 
y éd., p. 469, 2 : rybrymuys r\'erchis, « Il a acheté celui qui 
a demandé : c'est-à-dire, qui demande, achète. » 

353. I : Y cam ryzunaelbani un rynoelha, 

« Ne mets pas à nu le mal que nous avons fait. » 

Durynad... ry swynas Dovyt_ 

« Acier juge que Dieu a béni ». 
Tiré d'un poème au fer ronge : (cas d'ordalie) 

202. 2 : Rodri mawr;-)'m Jloves 

a ryd but y bawby gymhes '. 

« Le grand Rodri m'a donné, lui qui donne du butin, à cha- 
cun, sa mesure. « 

202. I : Ny chwsg y gywlad, ny chyscoges glew ^ 

Glyw Prydein ruy proves, 

« Le pays frontière ne dort pas, lui le vaillant est inébranlable : 
le roi de Prydein l'a essayé » (de l'ébranler) Ny chyscoges gleiu a 
le sens parfait : « le vaillant Rodri ne bouge pas et n'a pas 
bougé. » 

255. 2 (xiii'^ siècle 5) : 

Rym goreu agheu aghen... 
Rym diriuoen Duw ryni diriuy 
Ryni diriunaeih rann hiraeth rwv, 

« La mort (de Howel) m'a causé de l'angoisse, Dieu me 



1. Il faut lire cymiues : cf. vieil-irl. coiiiimes z=. coiii-iiiessii. 

2. C\sgo^cs a le sens intransitif, comme dans le Livre d'Aneurin (F.a.B. 

5. Howel ab Goronwy figure dans une charte de Margam de 1246. 



2é /. Lof h. 

poursuit trop', me punit; il m'a reparti une portion trop 
Sirande de re2:rets. » 

Dafydd ab Gwihm et lolo Goch ne fournissent à peu près 
rien, en exceptant quelques cas de ry- avec l'infinitif ^ 

Formes impersonnelles dites passives 

Prose ; Auc. Laïcs, tome I, p. 314. 24. 2 : Am vessur yr 
crw rieur dywelpivyt , kynno hynny, « pour l'étendue du sillon, 
on en a parlé avant. » 

246. 28 : yr hyn rv dywetpuyt wrthau, « ce qui lui a été 
dit. )' 

II. 96, 15 : y swydawc rxgafjat y nawd, « L'officier dont on 
a eu la protection. » 

Mabinogioii, p. 44, seith gantref rv edewit ymi (sept canîrcf 
me furent laissées). 

Poésie : L. Aneurin : 63. 20, 

N}^ nodi nac ysgeth "> nac ysgwyt 
Ny ellir anat ry vaethpivyt 
Rac ergA't Catvannan catwyt. 

Il faut lire : 

Ny ellir a nyt (orig. net) ry vaethpwyt, 

« Ne protégeaient (contre lui) ni ornements ni bouclier. Il 
ne se peut et on n'a pas nourri (quelqu'un) qui ait été protégé 
contre le coup de Cadvan. » 

1 . Dinvaen n'apparaît que dans ce passage. Silvan Evans le confond avec 
dirwanu, ce qui est trop commode. S'il n'v a pas d'erreur de scribe, on 
est en présence de ^icaen. O. Pughe donne : eidion \ii cricaeiiadu, pour le 
bœuf qui fuit devant les mouches. 

Le livre d' Aneurin 99. 28, donne : giuienauc en parlant des guerriers : le 
sens serait hupétueux, qui se jettent la tête la première : d. irl. fdn. 

2. Cependant rxgavas, chez Daf3'dd ab Gwilym, éd. CynddeKv, Liverpool 
1873, p. 8. ■' ^ 

3. Le sens de vsgeth n'est pas sûr. Pughe le traduit par lance sans 
preuve. Dans un autre passage, il paraît avoir le sens que je lui attribue 
(87. 29). Cf. Go-sgeth, beauté, en parlant des habits, de l'extérieur, parfois; 
le mot a un sens plus étendu. 



Onrslioiis (h' ^niiiinidirc et de Vnigiiisrujiic hrilloiiique . 27 

89. 20 : Cochro ' llan ban ; v godhcl, 

« Le sol était rouge quand on l'avait irrité » (cf. 91. 28 : 
pan ry godet). 

Ibid. (Gorchan Maelderw), 

105. 21 : Nit atwanai riguanai rigiianet, 

« Il ne refrappait pas ceux qu'il frappait, qui avaient été 
frappés » (cf. Gododin, 74. 1 1 : eneb aimnai nyt adwenit. 

98. 26 : gwyr gorvynnaf ry annet 

en llwrw rwydheu ry gollet. 

« Les hommes les plus passionnés qui fussent nés à la pour- 
suite du succès- ont été perdus. » 

Dans la même tirade, on remarque ces formes avec ry- qui 
peuvent ne pas être impersonnelles et être employées d'ail- 
leurs pour un autre temps : 

29 Gogled Run ren ; v dyuuit 
42 am rwyd am ry ystoflit 
ystofflit llib ' llain. 

De même, le sens n'est pas sûr dans : 

98. II. Nyt muy ry vudyt y escor. 

58.6: A chid rilkthid \y Uedysseint. 

« et s'ils ont été tués, ils avaient tué » (mot à mot, qwiquils 
aient été tués); on pourrait aussi comprendre : avant qu'ils...). 
Cf. Gorchan Maelderw 99. 23 : Ket et rylade wy ladassant. 
Rylade est altéré; cf. Gododin 73, i : a chet Uedessynt wy 1 la- 
dassant. Il y a une variante dans la Myv. Arch., lledesid, qui 
équivaudrait exactement à rilkthid (Il après ri- s'explique 
vraisemblablement ici par un pronom infixé objet). Lledesid 

1. Je \hcocJjre. 

2. L'orthographe ici est incertaine : 11 peut être w ou t'; je Vis gonuru- 
naj) mais il se peut qu'on ait affaire à gorvynhaf, les plus remplis d'émula- 
tion (gorjynl). 

Rivydheu : l'orthographe est également ici douteuse. 

j. Vieux-gallois = moyen-gallois //// : llil> tain; lame aiguisée. 



28 /. Lolb. 

se retrouve sous la forme la plus correcte Uedessit 69, II, 
probablement avec le sens passif. 

Lkdessit ac athrwys ac aftVei. Cf. Myv. Arch., 64, i : 

a chyt lletyd llatysynt, 

« Et quoiqu'on les ait tués (si on les a tués), ils avaient 
tué. .) 

Les formes en -/</' équivalent parfois aux formes en -ir : 
Elucidarius : nyt edezcit dim yn teyrnas nef heb yluneithaw 
(nihil inordinatum relinquitur). Ane Laivs II. 484. > : cosp 
gyviawn lie ai dylit (là où c'est dû). 

Ibid. 8 : tri pheth a dylit ar bôb un o'r teir colovyn hyn : 
{trois choses sont requises... \ 

La forme latysseint a été refaite d'après une forme plus 
ancienne exprimant le plus-que-parfait : llesseint : 

L. Rouge, 285 24. 

O anffawt vyn tavawt vt lesseint », 

« Par le malheur de ma langue, ils avaient été tués, » 

Cf Livre Noir, 21.21 : 

guir ny lesseint heb ymtial. 

« Des guerriers qui n'auraient pas été tués sans vengeance. » 

Cf. 28. 21 : guyr ni lesseint in lledrad. 

Pour le sens passif des formes en -ei, cf. L. Noir : 

Din a coliei bei nas prynhei, 

« L'homme eût été perdu s'il ne l'avait racheté. » CoUei 
(pour *collhei) équivaut à coUasei et remonte probablement à 
""colbs-. 

58. 23 : i?v ^v/tcvW Madauc kyn noe Icith 

Ruid galon, 
« On appelait Madawc avant sa mort, le filet des ennemis. » 

I . Les formes en -id ont souvent la valeur de l'imparfait, mais aussi celle 
d'un prétérit. La forme Ihihid et non lledid indique une forme condition- 
nelle : les formes similaires comme tiatthei = ladehei, équivalent aux formes 
comme crettei forme dacredei : d. moycn-hret, petes : pan pelés ; si tu priais 
(prierais) cf. vannetais pedeljei (par analogie avec les verbes en -aat). 



Questions de grammaire et de liugnistique britloiiiqtie. 29 

L. noir 42. 20 : 

Bluytin llaun im ry doded 
y m Bangor ar paul cored, 

« Une année entière on m'a placé à Bangor sur le pieu du 
barrage. » 

8. 23 : neii riiiiartuad oth laur kiueithad, 

« J'ai été noirci par ta basse compagnie (dit l'âme au corps). » 

22. 23 : Ny mad rianed o plant Adaw 

ar ny creddoe y Dovit in dit divethaf, 

« Il n'est pas né heureusement, d'entre les enfants d'Adam, 
celui qui ne croira pas au Créateur, le dernier jour » (il eût 
mieux valu qu'il ne fût pas né). 

Livre de Taliessin : 178. 26 : 

Ar clawr elvyd y gystedlyd ni ry and, 

« Sur la surfiice du monde, son émule n'est pas né. » 

187. 2 : 

A chein tudet 
imi ryanllofet. 

« Et de beaux manteaux m'ont été donnés. » 

177. 17 : Bu haelhaf berthaf o;- ryanct. 

« Il fut le plus généreux, le plus magnifique de ceux qui ont 
été mis au monde. » 

178. 31 : O hil Ade ac Abrahe yn ryûfw^^ 

« (Jésus) nous est né de la race d'Adam et d'Abraham. 

Anvers suivant 32 : Wvxryanet. 

211. 5 : Rac daw ryglywhawr mawr gyfagar ', 

« Devant lui on entendra un grand bruit de batailles. » 

1 . 11 est probable que cyfagar est pour cy/angar de coin + i'"^'^- : le sens 
serait « mêlée pressée ou étreinte. » 



30 /. Lolh. 

i8i. 20 : Ny beirw bwyt Ihvfyr, ny rylyghit^ 

« Il (le chaudron de Penn Anmvn) ne bout pas la nourriture 
des lâches, ce n'était pns son destin » (fixé par le destin). 

2 1 : Cledyf lluch lleawc ' idaAV rydyrchit, 

« Une épée brillante, homicide, avait été levée par lui ? » 

173. 6 : Nac ny rywelct 

y biw rac ffriw neb, 

« On ne le vit pas refuser son bétail devant la face de per- 
sonne-. » 

204. 16 : Kaer yn ehaer 

Ry yscrifyat. 

Le sens est douteux. 

L. Rouge 263. 2. Ti yn vyw wynt ry las. 
(' Toi, tu es en vie, eux sont tués. » 

269. 24 : Gwae vy llaw llam ry gallàt. 

Il est possible que -at n'indique pas ici le passif : il y a, en 
moyen gallois, des formes actives prétéritales en -at. Cf. Myv. 
Arch. 251. I. gwae ny, ry allad, « il est mort, il est parti. » 

Myv. Arch. 160. 4. am gletyfrud r\vyf ym rygoded(y. plus 
haut formes actives). 

160. I : Yd oleithid gwr g\vrt ry weled. 

« On flattait un homme que l'on voyait rude '. » 

2)8. 2, Davyt la\vr}'t ry las, 

« Dafydd à la main facile a été tué » (est tué). 



1. Lleau'C est de la mcme racine que liens meurtre, racine Icg- (cf. lleilb, 
irl. lecht). 

2. Il est possible que nac soit la négation et ne. 

3. Cette idée est courante chez les Bardes : Myv. Arch. 247. 2 : 
gwae a gawdd llew ac nvw llawch " malheur à qui irrite un lion et ne k 

flatte pas. » 



Questions de grammaire et de linguistique hrittonique. 31 
199. 2 : Ef oreu ricu ' r\ gread, 

« C'est le meilleur roi qui ait été créé. ^ 
191. I : Llys Ewcin ar breit 3/ ;v /w7/;f^ eirioed, 

« La cour d'Ewein a toujours été entretenue par le butin. » 

Si on jette un coup d'œil d'ensemble sur ces formes avec 
ry-, on trouve que la plupart du temps, elles constatent un 
fait antécédent ; parfois la valeur perfective est claire. Dans le 
plus grand nombre des cas, dans les mêmes textes, les formes 
sans ry- ont la même valeur; on peut tout au plus supposer, 
et nous verrons ce fait se préciser, que ry- a une valeur confir- 
mative qui attire l'attention sur le fait. Je pourrais multiplier 
les exemples, mais ils me paraissent inutiles en face des mêmes 
formes avec le même sens relevées dans le Gododin et le Gor- 
chan Maelderw, dans les Lois. 

Si on prend gwnaeth, par exemple, dans le Livre noir, on a 
la même valeur au point de vue du temps et de la durée de 
l'action que pour la forme si commune ry gornc (ou ry 
orne), ryiunaeth : 13. 11, ij- (Il s'agit de la louange de Dieu) : 
a wnaetb friiitb... a unaeth maurth a llun. Cf. ibid., 25 : 

Duu an amuc Duu an goruc Duu an giiaraiid. 

Il n'y a aucune différence temporelle chez Taliesin entre 
goruc et ry gornc. Nous avons vu par la Myv. Arch. dans la même 
pièce, rybn et bn, avec la même valeur. 

Une pièce de la Myv. arch. 346, i, qui doit être du xii^ siècle, 
sur le meurtre de Hywel ab Ywain fils du roi de Gwynedd, 
donne cinq vers de suite : Lias, et ensuite : Ryllas a llafneu 
rhuddiar. 

Je constate ici l'usage du texte gallois moyen, sans contester 
que la valeur de ry-, indéniable d'ailleurs encore dans certains 
cas, n'ait été, en face du prétérit purement narratif, analogue 
à celle de ro- en vieil-irlandais. 

En fait le prétérit primaire seul a, par le sens et le contexte, 

I. Rien est souvent un 5^^. (Livre noir 19. 19; 45. 11 ; L. Tal. 149. 7; 
149. 7; 191. 28; 186. 25 : 192. 50 : L. Rouge 293. 15, etc. Cf. le nom 
propre breton Riou. 



52 /. Loth. 

une valeur antécédente parfois équivalente au plus-que-parfait. 
Plus haut, p. 13, j'ai relevé dans les Ane. Laws 160. 5, à côté 
deredigones, la variante^ re digoiisey. Cf. ibid., p. 2 (ms. A) : 
a guedy honni onadunt e kefreythyeu a varnassant eu 
cadu, Howel a rodes y audurdaut udunt. « Et après avoir 
publié les lois qu'ils avaient décidé de garder, Howel leur donna 
son autorité. » Aneurin Owen traduit avec raison par : 
which ihex bad decided... 

Cf. Hanes Gniff. ab Cyiian (Arch. Camb. XII, 3^ sér. p. 40) : 
val henné y gwnaeth pobyl yr Israël a vredychassant ac a 
rodassant eu brenhin dylyedauc, « ainsi avaitfait le peuple 
d'Israël qui avait trahi et livré son roi légitime. » 

2° R\- AVEC l'imparfait et le conditionnel (Présent et 
futur secondaire) : 

Formes actives : Prose : 

Ane. Laws. I. 84. 18:0 dervyt e gur escar a menu obono 
ur arall a bod en edivar gan e gur cantaf reescarassey ay 
greyc : ms. E : ry ysgarhei. Ce ms, qui est du milieu du 
XIII' siècle a probablement ici la version primitive : ry- donne 
bien ici au présent secondaire le sens d'un prétérit secondaire 
(à remarquer ysgarhei et non ysgarei : qui se serait séparé de. — ). 
Il est remarquable qu'Aneurin Owen donne ce ms. comme 
une copie de A. Il serait sans doute plus juste de dire qu'ils 
remontent à une source commune dont les formes grammati- 
cales auraient été parfois mieux respectées dans E. Le vis. est 
donné comme étant du milieu du xiii" siècle. 

Hanes Griiffudd ab Cynan, p. 120 (Arch. Camb.) : 

A phei as ryatci ' Gruffud yw wyr emgymyscu ac wynt ar 
y llwvneu, diwethaf dyd vydei hwnnw y brenhin Lloeg}T ae 
Freine, « et si Gruffud avait permis (a-s : pronom objet par 
prolepse) à ses guerriers d'en venir aux mains avec eux au 
milieu des fourrés, ce jour eût été le dernier pour le roi et ses 
Français. » 

Mabinog. (Ed. Rhys-Evans p. 116) : pan y ryattei \ y 
dywawt hitheu, « et lorsqu'elle l'eût retiré, elle dit. » 

I . Ry atei et non r\ adei. 



Questions de grammaire et de liitguislique brit tonique. 35 

The Bruts (éd. Rhys — Evans), p. 87 : a gwrthwynebu yn 
wrawl a oruc gwyr Rufein kyt rydiodefynt dirvawr perigyl ar 
y dyfwr (leg. dzufyr.), « et les hommes de Rome résistèrent vail- 
lamment, quoiqu'ils eussent supporté un très grand péril sur 
les eaux. » 

Poésie : Livre d'Aneurin. 91.3: 

gweleys y deu oc eu tre re ' ry gwydyn, 

« J'ai vu deux qui de leur habitation Pétaient tombés. » Je 
serais presque tenté de lire : oc eu gre (de leurs cavales). 

L. Aneur. 105. 21 : 

nit atwanai ri guanai, ri guanet, 

« Il ne refrappait pas ce qu'il frappait, ce qui avait été frappé » 
(c'est-à-dire son coup était mortel). On serait tenté de croire 
que ri donne ici à l'imparfait guanai le sens prétérital; mais 
dans le passage correspondant du Gododin, on Ht 74. II : 

E neb a ivauai nyt atwenit, 

« Celui qu'il frappait, on ne le frappait pas une seconde fois » 
(^perçait serait plus exact) ; mais il est également fort possible 
que le texte primitif ait été : 

E neb ry luanai nyt atwenit. 

Dans le Gorchan Maelderw, la quantité est flottante. Le vers 
du Gododin, avec sa formule e neb indique un remaniement. 

L. noir. 55. 12 : 

Mi a wum lie lias Guendoleu, 
Ban ryerhint brein ar creu, ^ 

« J'ai été là où fut tué Gwendoleu, quand les corbeaux 
s'élançaient sur le sang ^ » 

1 . Re est de trop, comme le montre la mesure ; il est clair que le ms. 
antérieur avait re pour ry-. 

2. Ry erhint peut appartenir à une autre formation que ry-reeint : *ex 
reg-, 

5. Creu indique le sang répandu par violence; répond au cruor latin, 

Rei-ue CeUique, XXIX. 3 



34 /. Lot h. 

V. 1 5 Ban rycrint ' brein garthan 
17 Ban ryreint brein ar creu. 
22 Ban ryreeint hïtm ar cic. 

38. 7 Oet re rcreint dan vortuid Gereint, 

« Il y avait des cavales qui s'élançaient sous la cuisse de 
Géreint. » 

10 oet re rerent. 

13 oet re rereint; id. i, 16, 19, 22, 25,28. 

Ici, /■)' reeint peut marquer la répétition, mais il est possible 
aussi que ry- ne soit qu'intensif et même qu'on ait affaire à 
un composé véritable, à un verbe ry-rt : rhyréd existe comme 
substantif avec un sens métaphorique; cependant re existe seul. 

L. Taliessin 201. 26 : 

Kyn kymun Cuneda 
Rymafei biw blith yn haf 
Rymafei edystrawt y gayaf 
Rymafei v/in gloyw ac olew 
Rymafei torof keith rac untrew^. 

« Avant la mort ' de Cunedda, j'avais des vaches à lait pen- 
dant l'été, j'avais des coursiers l'hiver, j'avais du vin limpide 
et de l'huile, j'avais une troupe d'esclaves contre le malheur. » 

Il est possible, probable même, que rymafei soit à corriger en 
rymawei (y. plus bas, optatif). Il est probable que le scribe 
copiait un manuscrit dans lequel v (f actuel) était exprimé 
par lu, comme c'est le cas pour le Livre noir, et qu'il n'en aura 
pas compris la valeur. Dans ce cas, il faudrait traduire : // 
me donnait. 

L. Taliessin. 211. 23 : Rioy keissut kystud, rybud hagen. 
« Tu la cherchais (ou Vavais cherchée) l'affliction, tu étais cepen- 
dant prévenu » (mot à mot : avertissement cependant). 

1. Dans tous les passages suivants, ry-reint est pour ry-ruint (y. 22) 
et vaut trois syllabes. 

2. Pour untrcii\ v. J. Loth, Revue Celtique. 

5. Kymun signifie proprementco//////H«/i)/f et métaphoriquement mort. 



Questions de grammaire cl de linguistique briitoniqiie. 55 

169. 29. ny lafaraf i deith reith ryscatiun, 

« Je ne dirai pas son voyage (ou le voyage), le droit je le 
gardais (ou je le garderais.) » 

Myv. arch. 154. i. (pièce du xii^ siècle, rajeunie comme 
orthographe). 

154. I : Cyd bei tau wledig hyd wlad bor eurawg 
Rybydei fau faith ragor 
Ryhyduii ben cerd ben cor. 

« Quand même serait tien le seigneur qui gouverne magni- 
fiquement tout le pavs, mien serait un avantage beaucoup 
plus grand : je serais le chef des arts, le chef des chœurs. » 

Ibid. Cyd bei tau wledig wlad Run ab Maelgwn 

kyd bydei fau fed anhun ' 
Rybydii'fi ben cerd ben cun-, 

« Quand même serait tien le chef du pays de Run, quand 
même serait mienne la triste tombe, je serais le chef des arts 
aimé par dessus tout ». 

310. 2 : Ker}'d ny haedei 

Rei ae ryvolei llawr huvelyd, 

« Ils ne méritaient pas le blâme ceux qui la louaient, flamme 
brillante du monde '. » 

Dans les exemples de la Myv. arch. ainsi que ceux de Talies- 
sin et du Livre noir, ry- ne paraît rien ajouter à la valeur du 
verbe. En prose même d'ailleurs, la forme de l'imparfait pou- 
vait avoir la valeur d'un plus-que- parfait par contraste avec un 
plus-que-parfait précédent. Mabinog. 280 : pei as gorchymmyn- 
nasstit, nys gadwii. « Si tu l'avais ordonné, je ne Y aurais pas 
laissé aller » (Gereint était déjà parti). 

Pour les formes impersonnelles en -//, voir plus haut. 

1. Anhun a plusieurs sens : celui de insomnie venant de an privatif plus 
hun et aussi celui de désaccord^ qui n'est pas d'accord avec : c'est alors le 
contraire de cyjun. 

2. Cun adjectif et substantif; il a le sens de chef. 

3. Llaivr, seul, a souvent le sens de monde, opposé à ne/. 



36 /. Lûlh. 

3° PUis-qiic-parjait (^prétérit secondaire) : Prose : Ane. Laivs 
II. 74. 89 (mss. B) : a dywedut or Hall y dodei ef ympenyr 
ynat ar arghvyd hyt na vyvnassei arna\v et eiryoet hawl hvt 
y dyd hwnnw, « Et l'autre dit qu'il en appellerait au juge et 
au seigneur ' d'autant qu'il n'y avait jamais eu de plainte 
contre lui avant ce jour-là. » 

I : 84. 18 : Gan e gur cantaf reescarassey ay greyc (v. plus 
haut. Imparfait). 

112. 5 : o dervit er din rcbrivasei gurthot e lluden, « Si 
celui qui avait blessé l'animal le refuse. » 

140. 5 : Mss. C : ry dygonsei (v. Prétérit prim.). 

The Bruts. 104 : Kanys y Ffichtiaid a dugassei Sulgen gan- 
taw a rywnathoed idav ef brat Basianus, « Car les Pietés que 
Sulgen avait emmenés avec lui, avaient causé la trahison de 
Basianus. » 

III : Kanys y tywyssog}^on a ryadawsei Gustennin yn 
kadvv llywodraeth, « Car les chefs que Constantin avait laissés 
pour garder l'état. » 

279 : Ar cledyf a rydaroed idaw y dodi ar benn y wely ae 
wayw is y traet a rydygassei Gad\\ga\vn, « Et Tépée qu'il avait 
placée à la tète de son lit et sa lance au pied, Cadwgawn les 
avait enlevés. » 

100 : Kanys y gwyrtheu a rywnathoed yr ebystyl yn pre- 
gethu ar hyt y byd ar daroed kyfroi a goleuhau y gallon, 
« Car les miracles qu'avaient faits les apôtres par le monde 
avaient fini par émouvoir et éclairer son cœur. » 

III : Kanys y rei hynny a rydaroed udunt givrthlad Maxen, 
« Car ceux-là avaient repoussé Maxen. » 

HanGruff. ab Cynan : p. 36 ae rannii (Gwyned) ry daroed - 
udunt, « Et ils avaient partagé Gavynedd. « 

— Lynges hagen a ;'}- welsynt. « Cependant la flotte 
qu'ils avaient vue. » 

P. 36 megys y dothoed gynt nebun wryanc... or vr\vy- 
der ryviiassei y menyd Gelboe. « Comme était venu autrefois 
un jeune homme du combat qui avait eu lieu sur le mont de 
Gelboe. » 

1. Ancurin Owen a lu ./';■ argkrvd. Il est possible qu'il faille conserver 
le texte et traduire : qu"il se plaindrait au seigneur contre le Juge. 

2. Texte ry darved. 



OuesliiVis de grammaire fi de linguistique hriitouique. 57 

Mûbi)iogio}i, p. 83 : A cherricuchel eithyr agarw amdyfrwys 
ny rywelsei eiryoet y gyfryw, « Et des rochers élevés extrê- 
mement abruptes, arrosés, tels qu'il n'en avait jamais vu de 
pareils. » 

85 : Am y vorwyn ryweJsei trwy y hun, « Au sujet de la 
jeune fille qu'il avait vue pendant son sommeil. » 

1 14 : nyt oed waeth kyfuarwyd yn y wlat nys ryiueJsei 
eiryoet noc yn y wlat ehun, « Il n'était pas plus mauvais 
guide dans le pays qu'il n'avait jamais vu que dans son propre 
pa5's. » 

139 : A gellung yna arnadunt a oed o gi ryuodydoed yn 
llvvyr, « Et il lâcha alors tous les chiens qui avaient été 
désignés. » 

14e : achynhebrwydyr twryf hwnnw nys rxglywssei eiryoet, 
« Et de bruit aussi rapide que celui-là, il n'en avait jamais 
entendu. » 

151 : A plan ordiwedassant y llu, neur disgynnassei Arthur 
aelu..., « Et lorsqu'ils atteignirent la troupe, Arthur et sa 
troupe étaient déjà descendus. » 

Poésie : L. Aneurin 86. 28 : 

A gwyr Nwythyon ry gollessyn, 

« Et les gens de Nwyth3'on avaient été perdus. » Le texte 
n'est pas sûr. 

L. noir 8. 2 : 

Ac ni riuelssud y meint a gar}'ssud, 

« Et tu n'avais pas (bien) vu tout ce que tu avais aimé ? » 
Il s'agit de reproches faits au corps par l'âme. 

L. Taliessin : 138. 34: 

Datwyrein y Vrj-thon 
a oreu Gwytyon 
Gehvyssit ar Neifon 
ar Grist o achwysson 
hyt pan y g\varettei 
y ren riuy digonsei. 



38 /. Loth. 

« Gwytyon a causé le relèvement des Bretons; il avait fait 
appel au Créateur, au Christ, dans les épreuves ; pour qu'il 
sauvât (ou jusqu'à ce qu'il sauve), lui le chef, ceux qu'il avait 
créés. » Çbyt pan n'a parfois que le sens de pour que). 

Mn'. airb. 230. i : 

R\)i parassoi Duw heh dim eisseu, 

« Dieu nous avait créés sans aucun besoin. » 

Il va sans dire que r\- ici est inutile, s'il ne s'agit que de le 
valeur temporelle ou modale. Tout au plus peut-on admettre 
que rv- renforce l'idée d'antériorité dans le passé exprimée 
par le plus que-parfait; rv sert aussi à introduire le pronom 

4" CoxjoxcTiF (pour le sens opiaiif, v. p. 4_|. 

Prose : A)ic. Laïcs, II : 22. 4. i : Ket ryjo yth dewys, nyt 
ydyv : « Si (quoique) cela a été à ton choix, ce n'est plus. » 

Ane. Laws, I, p. 6 : claiir eur... kyn tehet ac ewyn am- 
-aeth n%'0 amaeth seyth vlenet, « Un plateau d'or aussi épais 
que l'ongle d'un laboureur qui aura été laboureur sept ans. 
J'ai adopté ryvo : en effet, avec son manque de critique et 
de méthode habituel, Aneurin Owen n'a su prendre aucun 
parti. Le ms. A portait a iv, ce qui est régulier; An. Owen 
préfère r\- qu'il emprunte à B et D, mais il laisse a qui n'est 
pas dans B. Il eût fallu laisser intacte la version de A et 
mettre en note en outre les versions de B et D. Même pas- 
sage. Lois de Gwent (I, p. 624 : 2. 2) : kvndewhet ac ewin 
amaeth ar amaetho seith mlvned : var. a r\ddalio aradr; autre 
var. : ;v amaetho ; autre : a aniaetlio. Aucun de ces mss. n'est 
antérieur au xiv'' siècle. La variante de Dyfed est intéressante: 
kynn dewhet y ffiol ar claur ac ewin amaeth aniaefhei seith 
mlyned, « Si épaisse la coupe et le couvercle que l'ongle d'un 
laboureur qui aurait labouré sept ans. » An. Owen a introduit 
a dans son texte devant amaethei ; var. amaetho. Le ms. L qui 
sert de base est de la rin du xiii^ ou du commencement du 
XIV'. Une version de B, en appendice, au bas de la page, reve- 
nant sur le sarhaet du roi d'Abertfraw (y^;/r. Z^u'.n, I, p. 234. 
24) donne : a chvn tewet ac ewyn amaeth v rxffo amaeth nau 
mlvned. 



Questions de p-nmvwire et de liiiguislique briltoiiiipie. 39 

I. 678. 5 : « Ny cheif dim liagen ar neithawr gwreic a rygaffo 
gynt da ar y neithawr, « Il n'a rien cependant à l'occasion du 
mariage de la femme dont il aura obtenu déjà du bien à l'occa- 
sion de son mariage. » 

274. 6 : Ac en ty nx rcfo clavery enteu seyth blenet kynt, 
« Et dans la maison où il n'v aura pas eu de gale depuis 
sept ans. » 

316. 6. Od amheuvr y perchennauc na regafo er hyc cam 
ykanthau ef (var. o rvgaffel), « Si on se demande en ce qui 
concerne le propriétaire si le bœuf n'a pas été endommagé 
par lui-même. » 

528. 48 : Pa beth bynnac ryivnel hi yn y welygord y bu 
g}'nt yndi, « Quoi qu'elle ait fait dans le clan où elle a été 
auparavant ». 

270. 10 : O byt kennen am y Uaet, y duen nauuetyt mey 
en lie keveuvn ny re el ' un lluden en y blaen yndau, « S'il y 
a discussion au sujet de son lait, il faut la mener (la vache) 
le neuvième jour de mai, dans un lieu verdoyant où ne sera 
allée aucune bête avant elle. » Le ms. qui sert de base ici n'a 
que }i\el ; re est emprunté à C et inséré dans le texte. 

Mahiuog. 99 : Kyt rvwnelxch di sarhaedeu llawer nys gwney 
bellach, « Si tu as fait beaucoup d'outrages, tu n'en feras plus 
désormais. » 

184 : Nvt oes ary hehv namyn yr unty hwnn nys ry dycko 
iarll ieuanc yssyd gymodawc idi, « Il ne reste en sa posses- 
sion que cette seule maison que n'ait pas enlevée le jeune 
comte son voisin. » 

Poésie. L. noir 39. 3 : (en parlant de Hywel ab Gorony) : 

gvae rxcothin, 
« Malheur à qui l'aura irrité. » 

Cf. Myv. arcb., 191. i : 

a rygotiuy glew, gogeled ragtau, 
« Que celui qui a irrité un brave prenne garde de lui. » 

I. £/ a le sens conj. et futur : yr el puisse-t-il aller (Levis Gl. Choti). 



40 /. 1(1//;. 

Pour l'idée, et. Mxv. Arch. 247. 2 : 

Gwae a gawdd llew ac nyw llawch. 

Cf. ce passage du Livre noir avec le même sens pour coilny 
sans ry- : 

35. 26 : a gothux Crist na chisced. 

« Que celui qui aura irrité le Christ ne dorme pas. » (Cf. 
Myv. arch. 230. i. Gwae a godiux duw.) 

Je laisse de côté la forme ar caulwyiu ' probablement pour 
^-rv (41. 21), parce qu'elle est discutable. 

Le Livre d'Aneurin présente une forme avec ry- et un verbe 
qui a l'apparence d'un futur ou conjonctif. 

ICI. 10 : rivy gobnuy gotàwy lain, 

« Qui l'aura mérité la lame d'épée l'abat. » 
Llain a deux syllabes. 
Livre de Taliessiu : 

iio. 22 : Ac yn duun glas- dyfyd imi, 

Hyt pan rychaficyf vynteithi 

« Et d'accord avec eux (les saints), j'aurai du lustre, tant 
que je garderai mes qualités. » 

148. 31 : Kewssit da nyr gaho drwc, 

« Il a obtenu le bien celui qui n'a pas eu mal. » 

206. lé : Kerydus wyf na chyrbwyllwyf am rjw;?^/ da. 

« Je suis à blâmer de ce que je n'aie pas publié ce qu'il m'a 
fait de bien. » 

Le passage suivant (123. 10) est trop peu clair pour qu'on 
puisse en tirer parti : 

nys deupi rjTys 
rygosswy rygossys. 

1. Myv. arch. 171. 2, (même poème) attep a ganaf, a ganwyt. 

2. Duun est pour dyun; glas a parfois le sens de lustre, particulièrement 
en parlant des habits ; dyfyd peut avoir, comme nous le verrons, ainsi que 
d'autres formes similaires, le sens d'avoir. 



Oiicslioi/s de oyattiwaire cl de Vnigiihlique hnllov'hjuc. 41 

157. Il : Kadeyr Teyrnon 

kelvyd nuy kcitiuo. 

« La chaire de Teyrnon, habile celui qui la gardera. » 

L. Ronge. 307. 2 : 

R\ brynhiuy' nef nyt ef synn, 

« Celui qui aura mérité le ciel, celui-là ne sera pas surpris » 
(saisi d'étonnement, après sa mort). 

308. 5 : N'y rydecho rydygir. 

« Celui qui ne s'est pas enfui, on le porte » (sur une 
civière). 

Myv. Arch. : 250. 2 : 

a ry goJlo pawb a gar 
ar wyneb daear dyfi -, 

« Tous ceux des parents qu'on aura perdus viendront à la 
surface de la terre. » 

348. 2 : (Goi-ddodan Merddin) 

. . . gw}^ arfogion a dynn 
y gad pan ryddyfo y dydd diarbed, 

(' Des hommes armés accourront au combat quand sera 
venu le jour où on sera impitoyable. » 

158. 2 : 

Ny ry weleis tec nwy 7'y giuelwy. 

« Il n'a pas vu beauté celui qui ne l'a pas vue. » 

— vy rin a riein nys rybuchwy 
nys gwybyt rewyt nys ry gelwy, 

« Mon secret avec une dame qu'il ne le désire pas, il ne 



1 . Texte ry hrynw. 

2. Le texte porte faussement Dyfi; il s'agit des signes du jugement der- 
nier); d\fi est un doublet bien connu de clyfydd. 



42 /. Lof h. 

le saura pas l'homme lascif qui ne saurait le cacher ' (cf. Livre 
noir 5. 6 : ni ritreithir y revyt nys guibid ar nuy gelho). » 

197. 2 : Ny dirper pebyll ny ssyll pâli 

nep a rwy gonvy yn vwy noti ? 

« Il ne mérite pas une tente, il ne verra pas les vêtements 
de paik, celui qui aura aimé. ? — » 

158. I : Yn anhun anhed kyd rysporfwyf 

Gorthewis iwrthyfv gwerth vy hir gKvvf, 

« Quoique j'aie supporté des troubles et de l'insomnie, elle 
s'est tue vis-à-vis de moi, pour prix de ma longue maladie » 
(prix, récompense, dit ironiquement). 

274. I : AthfolafDuw 

Pwy nith fawl or sawl a ryseilych 

« Je te loue Dieu. Qui ne te loue pas de tous ceux que tu 
établis solidement! » 

244. r : Ac ny meddylio a ;'//)■ âirpero 

y ruyf a gaffo nyt ymgoffha, 

« Celui qui ne méditera ce qu'il aura mérité (ou pourra 
mériter), oublie à quel maître il aura affaire (ne se rappelle 
pas le maître qu'il trouvera) ». 

IMPERS, ou FORMES DITES PASSIVES 

Les formes sont essentiellement conjonctives et impéra- 
tives : v. plus bas, pour les formes en -ri. 

Prose : 

Aiic. Laws, I : 316. 7 : O derv3'd y dyn menu guerthu 
hycc or kevar rekevarer [yndaw], ny dele y guerthu eny darfo 
e kevar, « Si quelqu'un désire vendre un bœuf de l'attelage 

I. Proverbe (Richards, IVelsh Dicl., 3e éd., p. 449. 2) : can rewvdd ni 
bydd pell rhin. 

Cf. L. Rouge 306. 22 : 

Gan rewyd ny phell vyd rin. 
Le texte donne à tort- fxddrin en un seul mot. 



Questions de grammaire et de liugtiistiqiic brillonique. 45 

du terrain qu'on laboure en commun, il ne doit pas le vendre 
avant que le labour ne soit terminé. » 

II. 40. 7 (ms. B) : o dervyd llad mab amheu diodefedic ac 
na rygemerer, ny thelir y alanas, « Si un fils douteux, sim- 
plement toléré, mais qui n'aura pas été accepté, est tué, on ne 
paie pas son galauas (prix du meurtre). » 

La forme ryâigher du Livre noir, p. 34, citée par Strachan 
(Eriu II, Part. II, p. 218) n'existe pas : c'est rydighir et le 
sens n'est pas celui qu'il donne : il confond tynghii et tyngu : 
V. plus bas, formes en -ir. Pour d'autres formes en -er avec 
ry-, V. optatif et impératif. Le sens prétérital ou coiijonctif, 
parfois nettement constaté par plusieurs exemples dans les 
formes avec ry-, est-il dû à ry- } On trouve ce sens avec les 
mêmes formules, plus fréquemment sans ry-. dans tous les 
textes. Outre les exemples cités plus haut, j'en ajoute quelques 
autres : en face de ry wuelych, on peut citer : L. Rouge 258 : 
26 : nyt atwna Duw ar a wnel, « Dieu ne défait pas ce qu'il 
aura fait (ciuod fecerit^. De même dans les Lois : nit adwna 
cyvreith a U77t'//;oun\vaith yn ngwybod(cité par Silvan Evans, 
Wdsh. Dict.^ Le sens est commenté d'une façon instructive 
par ce proverbe des loloinss. 259 : Duwda nid adwna a lunaeth 
Mabinog. 100 : Kaffel etived ohonat ti yr nas kafo o arall, 
« (Il est prédit) qu'il aura un héritier de toi quand même il 
n'en aurait pas eu d'une autre. » 

Rees. Livesof Camhro-british saints, p- 17 : Kyn ny lado cledyf 
eu gelynyon wynt eisoes ny collasant wy palm y buddugo- 
lialeth, « Quoique l'épée des ennemis ne les ait pas tués, ils 
n'ont pas perdu néanmoins la palme de la victoire. » 

Ane. Laws IL 114. 58. Treftadawc yw kyt bo o Iwyn a 
pherth y cajfer, « Il a droit à l'héritage (par son père), quoi- 
qu'il art été conçu dans les buissons (obtenu, tiré des buissons : 
enfant illégitime). » 

Mabin. 199 : a dywet na deuaf y lys vytli yny ymgatfwyf 
ar gwr hir, « Et dis que je ne viendrai pas à la cour, avant 
de m'être rencontré avec l'homme long. » 

p. iry : Duw a wyr nat ymchoelwn hyt pan lueJhom y vor- 
wyn, « Dieu sait que nous ne nous en retournerons pas avant 
d'avoir vu la jeune fille. » 



44 /• Lot h. 

p. 187 : hyt pann gaffer y eneit ef 3-11 g3'ntaf, n\- cheffir y 
tlysseu hynny, « Jusqu'à ce qu'on ait eu d'abord sa vie, on 
n'aura pas ces objets précieux. » 

p. 262 : a chyt caffo Edern vab Nud govut a chlwyfeu gen- 
nyt ti, bynt hvydyannus a dugost, « Et quoique Edern fils de 
Nudd ait reçu de toi souffrances et blessures, ton expédition 
a été heureuse. » 

5° Ry AVFX LE COXJONXTIF D.\NS LE SENS OPTATIF OU 
IMPÉRATIF. 

Formes actives . je n'ai rien trouvé en prose. 

Poésie. L. noir 47. 7 : 

Ren new rxphrimmnc di gerenhit, 

« Roi du ciel, puissions-nous mériter ton amour. » 

9. 5 : Nac im adneirun neu rini uarcdnn \ 

« Ne nous faisons pas de reproches, protégeons-nous mutu- 
ellement. » 

L. Taîiessin -, 23. 6 : 

Re[e]n net rymaïuyr dy wedi 
Rac ygres rym gwares dy voli, 

« Roi du ciel, accorde-moi de te prier, contre l'oppression 
que ta louange me protège. » 

158. I : Re[e]n rymawyr titheu 

kerreifant om haredeu, 

« Roi, accorde-moi toi-même pardon de mes fautes. » 



1. Ri -\- iiinL'aredun. Il s'agit du dialogue du corps et de l'àme. 

2. Le texte porte ren : il faut rren : cf. L. Rouge 504. 8. Reen nef 
rymmvyr . . . 



Questions de grammaire et de linguistique bril tonique. 43 

Cf. Myv. arch. 122. 2 : 

Rymauir culuit cyrreifiaint, 

« Que le Seigneur m'accorde le pardon '. » 

109. 25 : Ren aiit rotiuxr dy volawt, 

« Chef, accorde-moi de te louer. » V. 3 i : 

kyn escar vy eneit am knavt. 
Rymawvr ympa pa yn pechawt. 

Le premier yiii. est de trop : il ne taut que sept syllabes : 
« Avant la séparation de mon àme d'avec mon corps, accorde- 
moi (remets-moi) tout ce que j'ai de péchés. » \'oir au présent 
second. Rym.afei. 

109. 22 : Ar sawl agiglueii - vym bardgyfreu 

rx prxmvxnt nef adet goreu, 

« Et tous ceux qui auront entendu mes paroles bardiques, 
qu'ils méritent le ciel, la meilleure des demeures. » 

105. 19 : Rydyrchafwy ' Duw ar pKvyf Brython 
anvyd llewenvd, 

« Que Dieu lève sur le peuple de Bretons le signe de joie. » 

1. Le texte porte : 

R\m a vil \r culuit cyrreisiaint. 

La faute est d'autant plus évidente qu'il faut sept syllabes. Le scribe copiait 
un ms. plus ancien, qui offre des analogies au point de vue orthographique 
avec le Livre noir. Il aura pris 11 pour :• (f); voir plus haut Rxiii j fci. Si 
on adoptait le texte, il v aurait neuf svllabes; avec Rviihinir, on en a sept. 

Dans le Livre noir, 5. 19, on a lu à tort rinian'v. Il faut décomposer /•/-/«- 
aii.' V : y )iotii au^ens ne compte pas, suivant la règle. Le vers a 12 syllabes, 
divisé en tranches de 4 (v. ma Métrique giilloise II, 1, p. 120). 
Deus reen riiiian' \ awen (amen, fiât), 

« Dieu chef accorde-moi l'inspiration. Amen fiât. » Le ms. a reti, ce 
qui ferait une faute de qu intité ; il faut reen qui se trovve ailleurs. Dans 
le L. noir, ren est toujours à corriger en reen. 

2. Il faut lire gi^^leii : cf. L. Rouge 304. 26 : 

ar sawl a gigleu vy mard lyfreu 

rv hrynhivyni wlat nef adef goreu 
BarJgxfrcu est, en revanche la leçon ancienne. 

5. Cf. 211. 25 : Dydyrchafwy Dreic o parth Deheu : ici le sens peut être 
futur. 



46 /. Loth. 

Il est possible que rydyrchajivy ne porte pas sur anuyd et 
qu'il faille traduire : que Dieu se lève en faveur de... 

179.2: 

Rydrychafom erbyn Drindawt gwedy gwaret Croes Crist. 

« Elevons en face de la Trinité, après le salut la croix du 
Crist. » 

Myv. arch. 232. 2 : 

Kyn boed ym oerglat boed ' ym arglwyd 
Ry dalw)f yzwn yn radia wn rwyt, 

« Avant que je n'aie le froid de la fosse puissè-je rendre 
raison à mon Seigneur abondamment. » 

180. I : 

Ny rygodzuyf rwyf rym gweryt o dygyn 
ny rygollwyj Duw o devv^ed byt, 

« Que je n'irrite pas le guide qui me préserve du malheur, 
que je ne perde pas Dieu par suite des magnificences du 
monde. » 

287. I : Direidyon dynyon ny rydoiiiych, dat. 

« Les méchants, ne les favorise pas, ô Père (dawn a le ^lus 
souvent, comme dân, en irlandais, le sens de talent). » 

182. I : Daioni vy ri am rydha 

Ryd rybuyfgan vy ruyf ruy gwna, 

« La bonté de mon roi me libère, puissé-je être libre 
avec mon chef qui le fait (ou la fait, la bonté) ». 

228. I : Or drun ry loveist ry lavaruyf, 

« Que je parle du., que tu as accordé. » La lecture drun est 
suspecte. 

I. Mot à mot : puisse-t-il être que j'aie payé. Cf. ihid., boed ef y bylwyf 
gwedy betrawd kyd ar unduw ... 



Ouestious (le gramiiiairc et de linguisliqiie brillonique. 47 

230. I : 

Rex rys gallychiiyf ruyf ryvedcu, 

« Que je prie le Roi le maître des merveilles. » 

236. 2 : Dtiw rym rodduy... 

« Que Dieu me donne... » 

La poésie de la M\v. arch. fournit cet exemple avec la 
forme même de l'impératif : 

Myv. arch. 353. i : 

Y cam ryivnaelhain na rynoetha. 

« Ne mets pas à nu (trop à nu ?) le mal que nous avons fait. » 

C'est le seul avec l'exemple cité plus haut du Livre noir 
(rimiiaredmt). 

Formes impersonnelles : 

Ane. Laws II, p. 198 : il s'agit d'un serment prêté sur les 
reliques et qui n'a pas été tenu : ac wrth hynny y dyvvedir : 
ny rypeirch ny ryparcher, cany pherchis ef y creireu ny dylyir 
perchi y creireu wrthaw ynteu, « Et c'est à ce sujet que l'on 
dit : quon ne respecte pas celui qui ne respecte pas; puisqu'il n'a 
pas respecté les reliques, on ne doit pas respecter les reliques 
en ce qui le concerne. » 

La même idée exactement se retrouve interprétée Myv. arch. 
128. I : ar nat parcho na pharch, « No respecte pas celui qui 
ne respecte pas : n'aura pas respecté. » 

Poésie : Livre de Tal. : 194. 4 : 

Rylyccrer rytharnawr ry barnawr. 
Le sens est fort incertain. 

Myv. arch. 167. i : 

yg goleuad rad r\ damtiner, 
« Que dans la lumière de la grâce (au ciel) on le désire. » 



48 /. Lotb. 

Dans la même pièce sans ry-, avec le même sens. 

Yn ran orfowys yci gynniuyser 
yg goleuvreint seint yt asswyner 
yg goleu adef nef yt noter. 

Ry- à l'optatif" n'a guère qu'une valeur de renforcement, 
quand il en a une. Inutile de dire que l'optatif se passe de ry- : 
c'est même à peu près la règle. On se sert simplement du 
conjonctif en -o ou uy, ou encore de l'infinitif (Daf. ab Gwi- 
lym, 171 Gwyn am nudd /'/;/ duyii, « que Gwynn ab Nudd 
m'emporte). » 

6°. Ry- AVEC LE FUTUR : 

En prose, je n'en connais pas d'exemple. 
Poésie : Livre noir : 22. 22. 

Oian a parchellan, na vit hunauc 
Rydihit attamne chuetil dyfridauc. 

« Ecoute, petit pourceau, ne sois pas ami du sommeil, une 
nouvelle attristante va nous venir. « 

24. 7 : Rydibit div maur dit guithlonet 

kywTug glyv Powis a chlas Guinet, 

« Viendra un grand jour, un jour de colère, entre le chef 
de Powys et la communauté (peuple) de Gwynedd. » 

25. 28 : Ryllettaud y wir ew tra thir Mynvy, 

« Il étendra son droit (sa puissance) à lui au delà de la terre 
de Mynwy. » 

L. Taliessin 126. 26 : 

Ryn giuarawt yt Trindawt or trallawt gynt, 

« La Trinité nous préservera de l'épreuve d'auparavant. » 

Le contexte semble indiquer un futur : c'est une prédic- 
tion ; mais un autre sens est possible. 

131. 14 : Mi twyf Taliessin, 

Ry phydaj y iawn llin 



Ouesliolis de grammaire et de linguislique britloiiiqiie. 49 

Parafa] wt hyt ffin 
ygkynelw Elphin, 

« Et moi je suis Taliessin, je chanterai la lignée légitime, 
elle durera jusqu'à la fin au profit d'Elphin*. » 

193. 19 : En enw gwledic nef gorchordyon, 

Rychanant rychivyimnt eu dragon, 

« Au nom du chef des grandes cohortes du ciel, ils chante- 
ront, ils pleureront leur dragon. » 

Ibid. 25 : RydysyfaJ^ rycbaiiaf y wledic 
yn y wlat yd oed ergrynic, 

« Je réclamerai, je chanterai le chef dans le pays où il était 
craint. « 

202. 17 : Rydybyt Llyminawc 

a vyd gwr chwannawc 
y werescyn Mon, 

« Viendra Llyminawc ' qui sera un homme avide de sou- 
mettre mon. » 

Myv. arch. 160. i : 

Rys niolaf om cert om kein aches. 

« Je le louerai par mon art, par ma belle inspiration. » 

i<Si. I : « Il s'agit de trois troupes dont une de damnés qui 
viendront au jour du jugement devant Dieu. » 

Rygyrcbant unpeir teir trydar 
Kynnadledd kenedloedd ampar 

1. Le texte porte paraift qui rend !e vers incorrect métriquement : il 
faut cinq syllabes. Il y a donc à corriger en paraaivt ou mieux parahatvt qui 
est connu. Pour kynelu; cf. Myv. arch. 157. 2 : 

eiihyr kenyt kynehu ny wnaf. 
« Je ue ferai de profit qu'avec toi seul. » kynehu est différent de 
kytidehu (\r\.con-delhe). 

2. Je lis deisyfaf. 

3. Llyniinaivc (le sauteur) rappelle le Llyniminaivc lled/er de Hanes Gr. ab. 
Cynan traduisant \t salins fciinus de Gaufrei de Monmouth (Arch. Canib. 
XII. 45); le biographe l'applique à Gruft'udd ab Cynan. 

Revue Celtique, XXIX. 4 



50 /. Loth. 

« Elles iront rrouver le même créateur les trois réunions 
bruyantes de nations différentes. » Le sens est quelque peu 
discutable, mais non celui de ry gyrchant. 

211. 8 : Racdaw ryglywhaur maur gyfagar 
A triganet kyrn a gwerin trygar 
R\ thrychynt rygyrchyut yg cledyfar. 

« Devant lui, on entendra de grandes marques d' allégresse 
et le tapage des cornes et du peuple très aimé : ils tailleront 
en pièces ce qu'ils attaqueront dans le jeu des épées. » Cyfa- 
gar est-il pour cyfangar de cyfan complet et de car ? 

J'ai adopté le futur pour rythrychynt : le contexte y oblige 
(cf. L. n. 32. 15 : ban vitinf lorsqu'ils seront; 25. 2 : ban 
dottint etc.). » 

292. 33 : Oes ieuengtit aghyfyrdelit y vaeth dybyd, 

Berw ymdifant ■ barvawc or cant nys ryiuelyd. 
Uryen Reget. 

« Une génération de jeunes gens, dont l'éducation ne sera 
guère belle viendra; ils disparaîtront' comme des bulles 
d'eau bouillante : sur cent il n'y en aura pas un avec de 
la barbe à voir Uryen de Reget. » (11 est possible qu'Uryen 
soit le sujet. Ur}'en ne verra pas un d'eux sur cent ayant de la 
barbe). 

iio. 3 : Bydwyf Trindawt trugared 

lolaf rybechaf eivyd gwaed, 
naw rad nef. 

« Que j'aie la pitié de la Trinité. Je prierai, je demanderai 
instamment, cri du monde, les neuf faveurs du ciel. » 
Il est possible qu'il faille lire naw grad, les neuf degrés. 

219. 2 (marwnad) : 

maith i'm gwnaeth alaeth ac arwydd arnaf 
[ny] rydyunaf ^ dan ei aflwydd, 

1. Mot à mot : disparition de huiles (sur l'eau bouillonnante). J'ai lu au 
lieu dclhiniiiii'C, qui est dans le texte, Ihiivauw 

2. «V s'impose. Il se trouve d'ailleurs dans un ms. plus ancien que la 



Qitcsiiolis de grai}uiiairc cl de linguistique britoniquc. 51 

« Sa mort m'a causé grandement de douleur et il y en a 
des signes sur moi; je ne céderai pas sous le poids de son 
infortune. » 

194. 2 : Ban del gofyn arnam ni ryhytwn ofnawc 
Rac gormes kedeirn. 

« Quand on nous appellera, nous ne serons pas peureux 
devant l'oppression des puissants. » 

20). I : 

ry chiuynant anant anhawt goll teyrn. 

« Ils pleureront, les poètes, les chefs dont la perte est si 
pénible (si difficile à réparer). » 

157. I : Ry talal ym rwyf om rwyhveith molawd. 
Nid molyant o vriw yeith 
Delw ym peirch a meirch myg}'r bydeith 

« Je paierai (revaudrai) à mon chef par mon œuvre trans- 
parente ' un éloge — non un éloge en mauvais ^ langage, 
mais comme ' il m'honore lui aussi en chevaux de bel aspect, 
bons coursiers. » 

Formes passives. 

Les formes en -ir, q uoi qu'en dise Strachan, d'après Stern, 
expriment le futur aussi bien que le présent. Les formes en -er 

source de la M\v. ici (G. Evans, Report on iiiss. in the zvelst L., t. II, p. 360 : 
ms. 29 de Peniarth) : niy nv retcnnaf adan e afluyd. 

Cf. pour le sens ce proverbe : Pan bwver arnad, tyun ii\ droed attat 
(Rich, Dict., 468. i). 

1. rwyl est probablement identique à l'irlandais rèil, clair. La racine est 
la même probablement que dans rhiv\U : rhivxU-waith, travail à claire-voie. 
Il est possible même que le poème ait voulu donner à nvyl-ivaith le sens 
d'œtivre à entrelacs. Dans un sens analogue on trouve assez souvent : 
^^■weu, tisser (un poème) ; trvfnvvd, percé de trous comme une dentelle, se 
dit aussi des poèmes. Il est à noter que tryjrivyd a pris aussi le sens de 
transparant, clair. 

2. briiv a tous les sens de l'anglais broken. 

3. dekv, image, statue, est employé fréquem nt dans le sens de connue 
en poésie : d. comique del. 



52 /. Loi h. 

forment contraste avec elles : celles-ci sont essentiellement 
conjonctives et impératives : ex, Elucid. 

p. 32 : mwya bolir yr nep mwyhaf 

a orchymynner idaw 

(traduit : cui plus committitur (coiniiiissiiiit erit), plus ab eo 
exigitur. 

Cf. Mabinog, 13 : y gymeint ohonot i âgajferfH gef/îr drwy 
ymlad, « Tout ce qu'on pourra avoir de ma personne on l'aura 
par combat. » 

Ibid., p. 137 : hytpan y gaffer y eneit ef yn gyntaf, ny cheffir 
y tlysseu hynny, « avant qu'on ait eu sa vie, on n'aura pas 
ces objets précieux. » 

Pour la valeur de -ir : 

L. noir 23 : 

assuinaf archaf, eirchad 
ym gehvir. 

« J'adjurerai, je demanderai, quémandeur on m'appellera. » 

L. Aneurin 64. 9 : 

Hyveid hir enn\gir tra vo kertawr. 

« Hyveidd le Long sera admiré, tant qu'il y aura des 
poètes. » 

96. 17 : Etmygir y vab Tecvann. 

« On admirera son fils Tecvann. » 

loi. 16 : kewiry//? elwir oth kywir weithret 

« Lovai on t'appellera à la suite de ton œuvre loyale. » 

L. rouge 292. 19 : 

mwy a gollir noc a gcjfir o Wyndodyd 

« Il se perdra plus qu'il ne se conservera de gens de 
Gwynedd. » 



Qiirslions de ordiiniiairr cl de lliic^uislitjiie hrilloiiique 55 

Myv. arch. "^il. 2 : 

ni weled ne ni luelir, 
« On n'a pas vu et on ne verra pas. » 

179. I : a ueles ny itelir hyt vraut, 

« Ce qu'il a vu, on ne le verra pas jusqu'au jugement. » 

225. I : fyth bellach ni welir, 

« Jamais plus on ne le verra. » 

Les formes en -/;■ sont fréquentes chez les poètes de la 
Myv. Arch. et ont aussi souvent la valeur de futurs. 

L. n. 5.6: 

Breuduid a uelun neit 
ny riireilhir ' y reuit nis guibit ar nuv gelho 

« Le songe que j'ai vu, on ne l'exposera pas (je ne l'expo- 
serai pas) à un libertin, il ne le saura pas celui qui ne 
saura le cacher. » 

Ihid., 54. 20 : canisti Guin gur kiwir 
racod ni ryimgelir. 

« Et puisque c'est toi Gwyn, homme sincère, devant toi, 
on ne se cachera pas. » 



I. Il ne s'agit pas du tout ici d'un fait général. Le songe dont il est 
question commence à être exposé d'une façon, il est vrai, énigmatiquc dans 
ces vers : 

ni ritreithir... 

neur vu m ydan un duted 

a bun dec liu guanec gro 

« eh bien, j'ai été sous la même couverture avec une belle femme, couleur 
delà vague de la grève. » 

De même dans le poème, delà Myv. arch. 158. 2 : il s'agit d'une dame 
à laquelle le poète fait la cour : 

vy rin a riein nys rybuchwv 
nvs guyhyt reuyt nvs rv gehvv 

« mon secret avec une dame, qu'il ne le désire pas : il ne le saura pas le 
libertin qui ne le cacherait pas » (qui serait incapable de le cacher). 



54 }■ J-olh. 

L. roLigc 262. 2 : 

oth rylcdir ath gws'nnwyf. 
« Si on te tue (te tuera), je te pleurerai. » 
L. rouge 284. 9 : 

Ry gelivir Trenn tref difawt. 

« On appellera Trenn une habitation sans renom. 

Ibid. 12 : Ry gelwir Trenn tref lethrig. 

L. Tal. 294. 3 : 

Tru phryder, rygohoyw rylyccrawr 
Rylyccrer rytharnazur rybarnaur 
Rybarn pawp y gwr bainhcr ' . 

« Sujet d'extrême souci, ce qui est très brillant on le gâtera, 
ce qu'on aura gâté, on le -, on le jugera. » 

Chacun juge qui a été jugé (aura été jugé). 

211. 8 : Rac daw ryglywhaur mawr gyfagar (v. formes 
actives, plus haut). 

L. rouge 308. 11 : ny lydecho rydyghir 

« Qui ne fuira pas, sera porté (sur une civière). » 

Myv. Arch. 194. i : a garo Dewi 

Rygelii'ir ef yn goeth yn gyvoethawc 

« Qui aimera Dewi on l'appellera pur, riche. » 

205. 2 : kyrch Gruffut r y honnir 

« On célébrera l'attaque de Gruffudd. » 

215. 2 : berthideu rieu ry luascarawr. 

« Les richesses du Roi (Dieu) seront répandues de tout 
côté. » 

1. Je lis harnher au lieu de baiiher. Ce qui est très brillant s'applique aux 
personnes. Llygru se dit des personnes et des choses et indique un dommage, 
parfois la corruption. 

2. Ry tharnaur tsimctnain; tarmi existe avec le sens rfV5SMv«r, de sécher. 
On pourrait peut-être lire tarvaivr : tarfu, mettre en fuite, chasser. 



Oiirslioii!: t!r graiiiiiidirc et iJc linguistique briUiniiquc. 55 

7" : R\- Avi-x: i.h présent de l'indicatif. 
A. Le présent avec ry- a le sens de possibilité. 

L. n. 47. 10 : 

Llicrid rid reuhid llin 
Ryseiiu gur ar un conin. 

« Le gué est gelé, l'étang gèle, on pourrait se tenir debout 
sur un seul roseau. » 

Le passage du fol, 45 -^2, Skene 9. 29, cit. par Strachan, ne 
peut figurer ici ; le vers n'est pas isolé et se rattache au vers 
précédent. 

ac e\v gueith dimgunelem ne dim brodic ' dit 
vis rydraeth ryueteu kyvoeth ruyteu Dovit. 

« Et l'œuvre que nous pourrions avoir faite n'est rien le 
jour du jugement, celle qui n'expose pas (habituellement) les 
merveilles, les richesses^ de Dieu. » 

Rydraeth apparaît aussi 46. 17, mais il manque évidemment 
ici un vers : 

kyvoetheu ri nisrdraeth 

« Les richesses du roi (du ciel) celui qui ne les célèbre 
pas. . . » Il faut lire nis rydraeth, pour faire le vers qui est de 7 
syllabes. 

En revanche, le sens de la possibilité est très net dans le 
passage correspondant de la Myv. Arch. 241. i : Cyfoetheu 
fy rhen nés rydraeth tafawd, « les richesses de mon roi, la 
langue ne saurait les exposer. » 

Ihid. 232. I : y radeu 

ni rydraeth nep tavawd 

« Ses grâces à lui, aucune langue ne saurait les exposer. » 

L. n. 49. 3 : briuhid ia brooet lum 

Rydieigc glev o lauer trum 

1, Pour hrodic, cf. L. Tal. 216-9, Hyt "^'rodic yt para. Dimgunelem ne est 
composé de dym ^ do-\-amhi- ; ce préfixe apparaît fréquemment chez les 
poètes du xii-xnie siècle. 

2. Il est probable qu'il faut lire kyvoetJjruyleuen un seul mot. 



56 /. Lof h. 

« La glace se brise, les plaines sont nues; le brave 
peut s'échapper (ou plutôt s'échappe habituellement) de beau- 
coup de mauvais pas \ » 

Myv. arch. 261. i : le poète dit en parlant des bardes : 

Keneis dy volyant val fias ry ganant 

« J'ai chanté ta louange, comme ils ne sauraient la chanter. » 

250.2 (en parlant du feu dans « les signes avant-coureurs 
du jugement. » 

mor ddiffaith nisryddiffawdd, rhagmeintfFrawddffrydiautan. 

« La mer stérile ne saurait l'éteindre à cause des nombreux 
et impétueux torrents de feu. » 

Proverbe (Richards, Welsh Dict., p. 463.1) : 

711 rygeJir dryclam 

« On ne saurait cacher une fâcheuse chute. » 

Le sens de possibilité est très voisin du sens futur. La 
plupart des exemples précédents pourraient s'expliquer ainsi; 
et de fait, en français, on emploie le futur dans ce sens. En 
voici dans les Mabiiwgioii, p. 199, un exemple assez frappant. 
Peredur, après avoir tué le chevalier, veut en vain lui enlever 
sa cuirasse : 

ny daw vylh, heb y Peredur, y beis hayarn y amdanaw. 

« Il est impossible de lui enlever sa tunique de fer » (mot à 
mot : elle ne viendra jamais d'autour de lui, sa tunique de 
fer). 

B. R\- se trouve avec Je présent, indiquant qu'une chose se fait 
habituel lenient sans précision de temps ni de personne (v. plus 
haut A, l'exemple de rydieigc). 

Myv. arch. 216. i : 

Kywirdoeth ruy gzuel brad annel bryd. 
I. Tniiii, pas méthaphore, a aussi le sens de conihat. 



Questions de grain maire et de Jinguislique brilloiiiqiie. 57 

« L'homme véritablement sage l'aperçoit, l'esprit qui tend 
la trahison. » 

La variante de Cynddehv est préférable et plus clair 
(v. Silv. Evans, JFelsh. Dict. à annel). 

Kywyrdoeth ' ryii gogel brad annel bryt 

« L'homme complètement sage l'évite, l'esprit qui tend 
la trahison (l'esprit à piège à trahison). 

L. Tal. 149. 3 : 

Rac ryna\vt tan dychyfrwy mwc 
an ren Duw an ryanmr. 

« Devant le souffle de feu que la fumée fasse rage; Dieu 
qui nous guide nous défend, » 

194. 3 : Ryharn pawb y gwr banher 

je suis disposé à lire :. 

Ryharn pawb y gur barnher 

« Chacun juge celui qui l'a jugé (aura été jugé). 

Le sens est incertain. 

180. 6 : Ti a nodyd a ryoeryd o pop karchar. 

« Tu protèges qui tu aimes de toute prison (tous ceux que 
tu aimes). » 

Myv. Arch. 267. i : 

Gnaut ryguyà rygais ny allô 

« C'est chose habituelle qu'il échoue celui qui cherche 
au-dessus de ses forces. » 

209. I : Lleveir a gwbleir ;/v ry gablaf, 

« Des propos qu'on accomplit je ne les blâme pas. » 



I . Ici kywyrdoeth = ky/r -dJoeth ; r-ay et r\n {rxic-) n'est pas très rare : 
V. plus bas, c'est le pendant de nyiv- nivv-. 



5S /. Lolb. 

Proverbe (Afvr. Airh., cité d'après Silvan Evans, ÎFelsh. 
Dicf.)^ g\vyno rhwy ni rygNvynfan, « qui se plaint trop ne 
se plaint pas du tout. » 

(Richards, 448) : a oddef rydau, « qui souffre se tait. » 

Myv. Arch. 190. i : a ffrwythau a doniau Duw ryddigawn, 
« Et les fruits et les dons (de l'esprit) Dieu les fournit abon- 
damment. » 

Ms. Peniarth 29 (Report on mss. in the welsh Lang. I, II, 
p. 361): 

ny kusc Duu pan ryth gnaret. 

« Dieu ne dort pas quand il le protège. » 

Cf. Prov. 217 : ni clnvsg Duw pan rydd givared, « Dieu ne 
dort pas quand il donne sa protection. » 

Myv. Arch. 187. 2 : 

kret a ched a chert ry chygein 

« Foi et présent et art s'accordent. » 

Myv. Arch. 

ny rygar trugar tra syberwyd 
ny rydaw anaw ae anwylyd ' 

« L'homme pitoyable n'aime guère l'excès de superbe ; le 
poète ne sait pas se taire au sujet de l'aimé. » 

Formes impersonnelles 

Myv. arch. 159. 2 : 

a glywch chwi deon a dywedir : 
a dyweid rieu ny ry geblir. 

« Entendez-vous, grands, ce que l'on dit : ce que dit le roi, 
on ne le blâme pas. » 

L. Aneiirin 94. 8 : 

Pawb pan ry dyngir yt bail 

(f Chacun défaille, quand le moment fixé par le destin est 
arrivé. » 

I. On attendrait teu, qui est la forme régulière. 



Oiu'sliolis lit' c^niiiinuiiir rt de liiigiiislitjiit' l'rllloiiltjiic. 59 

L. )i. 34. iS : Lleas paub pan rxdighir. 
« La mort de chacun arrive au moment fixé par le destin. » 

Cf. plus liaut : 

nis beirw hwvt Iwfyr u\s rxtxghit. 

Dans le L. n. la graphie -i^h- n'exprime jamais que la nasale 
gutturale sourde, nk- vieux-celtique, actuellement ngh-. Les 
deux racines iiinc- et iàng- ont été souvent confondues par 
erreur : txiigbii est à rapprocher dans breton toaka ; txngn, 
de toiii, toiief, jurer, faire serment. 

Prose : 

Proverbes (Richards, Wehh Dict., 469-448) : 

rhygas rxwelir 

« Trop de haine se voit. « 

a noddo Duw ;-\' noddir 

« Ce que Dieu protège, est bien protégé. » 

Bon nombre de proverbes gallois remontent par leur 
forme et leur construction à une époque fort ancienne et 
sont précieux pour la syntaxe et la lexicographie. 

C. Présext avec ;v sans caractère particulier : 

Assez souvent il s'agit d'une habitude mais aussi d'une 
personne précise. 

Prose : 

Mabinog, p. 60, ef a ryeill ych nackau, « Il se peut qu'il 
vous refuse. » 

Il est impossible de supposer ici une formule ef ar y eill 
En effet, y qui ne pourrait être dans ce cas que la particule 
verbale, ne produirait pas infection, si y est pour yr; si c'était 
yd, on le trouverait écrit (yd eill). 



6o /. Loi h. 

Poésie : 

L. Aneurln 85. i 

aer dwvs ' rydyivys ryvel 
gwlat gord garei gurt vedel. 

« Tête de combat, il dirige la guerre : la troupe du pays 
aimait ce rude moissonneur. « 

Ibid. 97. II : Rymun^ gulet rwiun rymdyre. 

« Il me désire, le pays, il me désire, il accourt à moi. » 

L. noir 27. 2 : 

i?r;;/^y////^7W huimleian chuetyl enryvet 

« Une sorcière me dit une nouvelle étonnante. » 

Ibid. : 

Rec rysiolaw, rec a archaw', ruymav iurthen 

« Un présent je demanderai (par prière), un présent je 
demanderai, je m'y attacherai. » 

6. 25 Ry hait •+ itaut rycheidv y naut rac caut gelin. 

« Il mérite sa richesse ?. il garde bien son droit de protec- 
tion contre la colère de l'ennemi. » 

Voir plus loin, pour rycheidv, l'exemple de Taliessin 204, 30. 

L. Taliessin 204. 30 : 

yth iolaf 
Budic Veli 
amhanogan ri 
Rygeidiv y teithi 
Ynys vel Veli 
Teithiawc oed idi. 

1. Le texte donne acr dxivxs ce qui est une faute certaine, le mètre 
exigeant 7 syllabes. Il s'agit ici de twys, épi, employé métaphoriquement. 

2. R\-iii-iin contient une. verbe inio, désirer, que contient aussi liainiino : 
Myv. arch., 14$. 2 : Owain a uni!; fymryd. 

3. Sans Iz. cvnxi^hanedd qui exige la rime en af, on aurait pu songer au 
substantif-infinitif rwymaw et voir dans iurthen un dérivé de vïvrch ; cf. ce 
passage des Mab. p 250 : sef a barawd eu rwvnunv wvnt ncvviat hurch. 
Je me suis donc décidé à voir dans inrtt) la préposition avec un suffixe 
pronominal -en. On ne peut supposer -v«; la rime est en -en. 

4. Ryhait rappelle le vieil-irl. ro- sagim. 



Ouesliolis de grunimaiic cl de liiignistiquc bril Ionique. 6l 

«Je te prierai Beli le victorieux, fils du roi Manogan, qui 
garde ses qualités (royales) : l'ile de miel, c'est Beli qui était 
son chef légitime. » 

162. 6 Ryt ' cbnuydaf- drut 

Ry talmaf' ehut 
Ryduhiinaf dremut. 

« Je facilite la course de l'audacieux, je frappe le téméraire, 
je réveille le silencieux. » 

Myv. arch. 147. 2 : 

Rydost fymhenyd 
Rydrwm fy nhristyd 
Rym ergyd oer goded. 

« Trop cuisante est ma pénitence, trop lourde ma tristesse : 
je suis frappé par un coup qui me glace. » 

203. I : ef rywr /'vzt'f;_)'c? digreid +. 

« Lui, le héros protège le faible '^. » 

226. 2 : rychyiigeiii ^ Prydein yn dibryder >. 

« La Bretagne se trouve sans souci. » 

158. 2 : am a rygaraf y kenym karuy. 

« Pour celle que j'aime, quoiqu'elle ne m'aime pas. » 



1. On remarque le / pronominal dans rylehnvxddaf; cf. plus haut 
rydanvones.. 

2. Ehnuydo a le sens propre d'accélérer ; mon interprétation est donc 
quelque peu hasardée; mais rhivyddJiau {nvoythau) a. le sens de faciliter (un 
voyage, une entreprise). 

'3. Talviii est traduit différemment. L'expression courante : nid oes di m 
vil taliiiii arno(il n'v a rien qui fasse impression en lui) semble indiquer que 
le sens propre est frapper, peut-être arrêter. Ce qui est confirmé par le vanne- 
tais/a/w, coup de tonnerre, hataltii, fronde. Cf. l'expression galloise vrv^ tiilni 
il V a un certain temps, est empruntée probablement au lancement de la 
fronde (cf. à une portée de lance). Il se pourrait que le sens du gall. faltii, 
laqueus, fût dérivé et non primitif, malgré l'irlandais; d'ailleurs /«/7w a aussi 
le sens de fronde. 

4. Le sens de digraid est incertain. 

5. Je suppose que cvngeiii est \>o\.\r ex n-ga 11 et non cyu-ghaii : cf. geni, être 
contenu dàm; gaiiii, contenir. Le sens n'est pas sur. 



62 J. Loth. 

249. I : ae habad rotyad rad rxdyryt 

attann ' rydyrraiin oe lan Uuossyt. 

« Son abbé généreux donne des faveurs à eux ; à son monas- 
tère beaucoup arrivent se grouper. » 

188. 2-189. I (Éloge de Hywel M. Ewein) : 

Ry dylawch eirchyad ac eirchon 
R\ dylat yn drud ran canaon knud 
R\ dylud alltudyon 

Ry dyly dilein gwleidiadon 
Ry dylyf kynnif cadvaon 
R\ dc)v\U rwyf dreic rodolyon eirchyeid 
R\ dahiut eu rotyon 

R\ dxsgaf disgywen veirtyon 
R\ni gedir y gadeir amrs'sson 
R\ dirIJid vyg cert yg keinyon o vet 
yg kvnted teyrnon 

« Il (Hywel) accueille aimablement suppliant et suppliques ; 
il frappe (ou tue) le parti des fils de loup - ; il chasse les 
étrangers, il a le droit de détruire les petits chefs ' ; 'il dirige ^ 
la lutte des guerriers; il reçoit', lui le chef, le dragon, les 
demandeurs errants"; eux lui paient ses dons. Pour moi 
j'instruis les bardes brillants ; on m'abandonne la chaire du 
concours (bardique)'; mon art se récompense^ en cadeaux 
d'hydromel dans la place d'honneur des chefs. » 



1. altann parait ici, d'après le sens, indiquer la 5« pers. du plur. ; cf. ibid. 
250. I : Deon meironyt. . . 

Daw gantut eu but parth ac attaini. 

2. Knud a souvent le sens de loupî et aussi de troupe de loups. 

3. Dans plusieurs poètes on aperçoit l'hostilité du souverain contre les 
grands chefs vassaux. 

4. Dylifo, ourdir, est employé ici comme ystofi qui est également 
empiové au figuré dans ce sens (j'ai corrigé kyum'ftn kvimij). 

5. J'ai remplacé ryd t'i-uyll par ry dcrfyll (darfolli). 

6. Ces demandeurs errants sont des ménétreis. 

7. Rvm gedir v : y est nota anoeiis, comme le montre la mesure. 

8. Dxrllid, cf. breton dellt'd, mérite. Les formes du présent et du futur 
sont en -ydd (breton -t*^) : dyrllydd. J'ai supposé, à cause de la construc- 
tion avec xg ki'iiiwn que dirllid est une forme impersonnelle. 



Questions de grammaire cl de linguisliquc hrilioniquc. 63 

226. 2 : Rymolant anant anaw kymer 

RymoJir y wir y orober 

« Les poètes le célèbrent lui le confluent ' de la poésie ; on 
loue sa puissance, ses grandes actions. » 



Formes impersonnelles 

L. Taliessin 158. 26 : 

Rym gelivir kyfrwys yn llys Don 

« On m'appelle habile à la cour de Don. >i 

M)V. arch. 178. i et 2 (habitudes de monastère de Meivod) : 

a unel iavn ratlaun rymolir 
a vo llary llawen rygyrchir 

« Celui qui agit bien on le loue, on le comble de fliveurs. 
— qui est gracieux et joyeux, on le recherche. » 

Il y a dans ce poème une longue laisse de vers finissant en 
-ir ; les formes en -//• sont avec ou sans -/y, sans qu'aucune 
différence de signification puisse être relevée. 

Ibid. 188. I : 

nid arllutyav ri rycllir 

« On ne peut arrêter le roi (Hywel m. Ewein). « 

Ibid. Pan gymrwy ryvel ryboffir 

Pan gymer glewder yd glywir. 

« Quand il tait la guerre % on l'aime; quand il l'entreprend 
on entend des prouesses. » 



1. Celui auprès duquel se rencontrent les poètes. 

2. Cymrœy, sur la foi de l'inévitable O. Pughe est écrit cynibrwY 
chez Silvan Èvans sous prétexte que la racine est pr^iy (existant seulement 
dans (h'rpmy). Jamais le mot n'est écrit de cette façon. Il y a un cvniru'v, 
substantif, qu'on trouve dans le L. noir. Le verbe est représenté daiis 
Taliessin : 

147- 27 : Hutlath Vathonwv 

Yg koct pan tyfwy 
frwytheu nwy kviurzvv 
« La baguette enchantée de .Mathonuy quand elle poussera dans les bois, 



64 /. Lot h. 

8" ry- AVEC l'ixfinitif, lui donne le sens du prétérit et aussi 
du parfait. 

Prose : Ane. Laws i. 92. 36 : a theghet hy. . . erreemreyn 
ar regneiientbiir mevel assaraet ohonau ef vdhv : « juret suam 
stupratimem. . . « (qu'elle jure) qu'il lui a causé honte et 
outrage. » 

116. 6 : testu yr re adiief (leg. adef) ohonau. « (Quand la 
caution avoue au juge sa qualité de caution, alors il est juste 
pour le défendeur) d'attester qu'il l'a avoué (reconnu) comme 
tel. » 

430. 20 : a thyget. . . y rvvot hwnnw yn vach idaw... 
« et qu'il atteste que celui-là (le mort) lui a servi de caution. » 

152-25 : o dervit ' ir amdifennur readaii testion « si le 
défendeur a promis des témoins. » 

146. 17. . . ay reerru en agkevreythyaul yar y briodolder 
« (le plaignant doit dire . . . ) et qu'il a été chassé illégalement 
de sa propriété. » 

Afic. Laws II 86. 9 (ms. A) : os y haulur a gymer y mach, 
tystet kyntaf yr kymrit mach o newyd ar vynet yr haul y arnau 
ef « si le plaignant prend la caution, que la première caution 
atteste qu'une caution a été prise de nouveau et que la plainte 
ne le concerne plus (est allée de dessus lui). » 

74. 94 : a chyffroi gwybydyeit or amdiffynwr y ryvot 
dygymot am yr haul honno « (si. . .) et que le défendeur 
produise des témoins oculaires ^ prouvant qu'il y a eu accord 
au sujet de la plainte. » 

132. 10 : my a dewedeys ve reerru en agky vrey th3'awl odema 
« j'ai dit que j'aurais été expulsé illégalement d'ici. » 

96. 35 : L'homme qui a tué un chien enragé doit prouver 
qu'il l'a vu se battre avec des chiens et des hommes, ou qu'il 
Ta vu ayant dévoré sa langue : yr rywelet yn emlad ef a chwn 
ac a dynyon, neu rywelet gwedy ryessii y tavawt. 

des fruits tUt donnera ou prendra. » Il est possible que se soit une forme 
rare de cxininer. Cf. ibid., 149 22 : kat yr ae kviiiru'v kanhon « règle 
du combat pour qui l'engagera. » 

1. Le verbe darfod est très employé comme auxiliaire : dervit readaii, 
équivalent à un futur parjait (si promiserit). 

2. gzi'vbyddiad est traduit par évidence, ce qui est insuffisant, comme le 
prouve le passage des Lois, cité par O. Pughe à givyhyddiad. 



Questions île graiiiiiiaire et de liiigiiistiqne brit tonique. 63 

Brut y Tyw. 

290. a phan gigleu Henri Vrenhin rylad lorwoerth , « et 
quand le roi apprit que lorwerth avait été tué (ou était tué). » 

305 a phan gigleu ryfodi y veibon « quand il apprit que 
ses fils étaient noyés. » 

80 : gwedy yryvot yn crwytraw, « après qu'il eût erré 
(été errant). 

106. y venegi rv darvot idaw q{ ry lad"- Allectwn, « pour 
annoncer qu'il avait tué Allectwnt. » 

Haiies Gi . al Cyiiau, p. 36 : 

y venegi rylad y orescynnwr 

« pour annoncer (à Gruffudd) que son usurpateur était 
tué... « 

The Bruts 65 : 

a dywedut a wnaeth hitheu v rxgarii ef eiryoet 

« Et elle dit (la fille de Llyr) qu'elle l'avait toujours aimé (et 
qu'elle aimait encore). » 

Mabinogion 93 : 

gwedy clybot ryvariu brenbin 

« Après avoir appris que le roi était mort. » 

155 a dywedut idaw rydarvot llad y brein, « et il lui dit 
que les corbeaux étaient tués. » 

159. y dvwedut wrthaw rwot y brein yn llad y wyr, « et il 
lui dit que les corbeaux étaient en train de tuer ses gens. " 

145 : gwrysc kelyn gwedy rwjj'// or gwarthec eu bric, « des 
branches de houx dont les bouts avaient été mangées par le 
bétail. » 

Daf. ab Gwilyin 2. i : 

Om iaith y rhyhiniaethir. 
Air nid gwael, arnad y gwir 
Hyd yr ymdeith dyn eithaf. 
« De mon langage (poétique), on ordonnera (mettra en 
ordre), affirmation qui n'est pas sans importance, à son sujet 
la vérité, aussi loin que l'homme peut aller... » 

I. darvot tlad suffirait pour exprimer le prétérit. 

Reviie Celtique, XXIX. 5 



66 J. Loih. 

Dans les Mabiuogiou, p. 29, la forme rvtr>v/;?<'/v"a' (est arrivée) 
est pour le sens parfait : cxnneryiu = c\u -j- deryia; cyn- 
renforçait d'abord, sans doute, la valeur de deryw qui a déjà 
le sens de est arrive, c'est fait (infinitif darfoeJ). 

Mabin. 146 : a gwedy ryyssii or dinewyt ymeint gwellt a 
oed uch eu penneu, « et les bouvillons auraient mangé tout 
ce qu'il 3^ avait de paille au-dessus de leur tête. » 

— a pheis o bali. . . wedy/-^ wniaw acadaved glas, « et une 
robe de paile cousue avec du fil vert. » 

— llenn o pâli melyn wedy ry wniaiv a sidan glas, « et un 
manteau de paile jaune cousu avec du fil vert. » 

Cf. 1 48 : a gwisc ymdan y gwr o pâli coch giued\ ryiuniaw a 
sidann melyn. Cf. sans ry-, p. 154, gwedy y giuniaiu. 

léi a phan deffroes yd oed ar groen y dinawet melyn givedy 
rxgyscu ohonaw teir nos athri dieu, « et quand il se réveilla 
il était sur la peau de veau jaune, ayant dormi trois nuits et 
trois jours. » 

172 : ac yna adnabot a oruc y marchawe duawc rv gajfel 
dyrnawt agheuawl ohonaw, « et alors le chevalier noir 
reconnut qu'il avait reçu un corps mortel. » 

194 : peth ryved ryiueleis 3'ghot : dwy oth eifyr di gwedy 
ryvynet g^vylltineb yndunt a rygolli eu kyrn « je viens de voir 
ici près une chose étonnante ; deux de tes chèvres devenues 
sauvages et a3'an*t perdu leurs cornes. » 

207. n3't oes namyn da arglwyd, tra vych. iach di, namyn 
bot 3' iarll ae holl allu gwed3^ rydisgynnu wrth y porth, « Il 
n'3' a rien que de bien, seigneur, tant que tu seras en bonne 
santé, rien sinon que le comte et toutes ses forces sont descen- 
dus à la porte. 

211 : yd oed gawat o eir3' gwedy ryodi y nos gynt, « une 
ondée de neige était tombée la nuit précédente » (pour 
gwedy ryodi, cf. plus bas gwedy r odi de Dafydd ab Gwilym : 
c'est une allusion au même fait. » 

212 : tebygu ry lad Kei, « ils pensèrent que Kei était tué. » 
260 : ae Edern vayb Nud wyt ti ^ mi, arglwyd, heb ynteu, 

gwedy /')' gyhwrd a mi dirvawr ovut , « Es-tu Edern fils de 
Nudd ? oui, seigneur, c'est moi, dit-il, mais atteint par de très 
grandes souffrances. » 

269 : ar heul yn t3'W3'nnu ar y gwely ar dillat gwed3' 



Oucslioiis de granniKiirc cl de lifigiiisliqiie hrillomqitc. 67 

rxUlhiaii' y ar v dwvvron ac dwyvreich, « Le soleil envoyait 
ses rayons sur le lit et les habits avaient glissé de dessus sa 
poitrine et ses bras. » 

290 : a dyvot yndaw deu dolur, un ohonunt o welet Enit 
wedyr golli y lli\v ae gwed « et deux douleurs le pénétrèrent : 
une en voyant qu'Enit avait perdu ses couleurs et sa beauté. « 

Poésie. L. noir : 19. 27 : 

chuetleu a a;ikleu in nechreu dit 
Ryssorri Guassauc guaessaf meunt ' 

« J'ai des nouvelles au point du jour que Gwassawc ai 
irrité le représentant de ma toi. » 

Il y a peut-être un exemple de ry- avec l'infinitif dans ce 
vers de Taliessin 201. 20 : 

Am rxaftaw hallt am hydyrver mor. 
Le sens est obscur. 
Myv. arch. 269. 2 : 

ei ben yn anghrain wed'Cr grciniaw, 

« Et sa tète (au Christ sur la croix) penchée après s'être 
affaissée. » 

144. 2 : gnawt wedy rxserch ryseiliaw cas, 

« D'habitude après trop d'amour la haine s'établit. » 

Dafydd ab Giuilym 1 9 : 

g\yaed yr edn givedi 'r odi 

« Et au sang de l'oiseau après qu'il eût neigé » (ses joues 
étaient semblables). 

lolo Goch 347. 30 : 

a'r ddayar u'cdi 'r ddiiaw, 
« Et la terre couverte de ténèbres. ». 
Pour d'autres exemples avec ry-, v. formes et coustriiclioii. 

En résumé, l'infinitif avec ry- peut avoir la valeur du présent 
secondaire, du prétérit primaire et secondaire, du parfait, d'un 
participe passé et même (cf. ryseiliazu cas) d'un présent habituel 
sans distinction de temps. 

(A suivre.) J. Loth. 

I. Guassa-u'C pourrait être un nom commun, mais il est à peu près sur 
ici que c'est un nom propre : cf. ibid., 19.16: oef kas gan gwassauc guaessat 
Rvdirch. 



NOTES 
ÉTYiMOLOGIQUES ET LEXICOGRAPHIQ.UES 



I. GoscoR, goscord ; gwas, gwos. 

VOxon. prier donne casgoord, g\. satellites. Cette forme, en 
laissant de côté la question de Va, parait assurée par cosgort 
chez deux poètes du xir^ siècle (v. Silvan Evans, Welsh-Engl. 
Dicl. à cosgordd), par le moyen-breton coscor, par le coscor pi 
teilii du Voc. comique. Uétymologie n'en est pas claire. On ne 
peut supposer un composé de co scor ou scorâ qui eût donné en 
gallois cysgordd; v aurait-il eu en brittonique, un mot cas 
dérivé de cat-, combat, ou de cad-, fort ? {cad-lû-) : à cat- on 
peut supposer un doublet cot-. 

En tout cas, à côté de ces formes, il existe un vieux-britto- 
nique woscor et u'oscorâ. C'est la seule forme que l'on trouvera 
dans le Bl. Book, Book of Tal., Book of Aneiirin : 
Bl-B. é-i Kywrisc luoscorâ. 
— 14. 27 teilygdaud wascaud osgord nau grad new. 
B.Aiieitriii : 65, 12, 19. 

roc gosgord Mynydawc (ibid. vers 26 rac hedui 
ododin). 

— 98. 7 menit ' a osgord maur. 

— 102. 12 t? t)\^W6/ mynydauc. 

— 18 gosgord Gododin. 

B. Talicsin: 135. 7 pawb yn y oscord (rime avec heissor, 
pegor). 

169. I Bu goscor a bu kerd. 

155. 27 ym plith o'ojaW vur. 

— 210. 3 branes o goscord - gwyrein. 

— 116. lomal^oi^^orJUuyd heb pen. 

— 181. 32 gwin gloyw eu gwirawt rac eu gosgord 

(écrit gorgord). 

1. A lire lueti il i/. 

2. On peut supposer ici coscord. 



Nofes étymologiques. 6q 

La forme vannetaise (Sarzeau) est égnlement goscor. On 
peut, sans doute, pour celle-ci, la faire, à la rigueur, remonter 
à coscor, en invoquant une fausse analogie, le mot étant fémi- 
nin, mais cependant la forme correspondante étant assurée en 
gallois, ce serait plutôt illogique. 

On a expliqué u'oscord ou uvscor par wo plus sronî ou esconf. 

C'est peu vraisemblable : cor ou cord ne peut signifier que 
groupement, rêuuiou et a besoin d'être complété par un autre 
mot pour arriver au sens de troupe, clan, famille : cf. tref- 
gordd, hameau, communauté de village. 

Dernièrement en étudiant tout autre chose dans le cartu- 
laire de Redon, je fus frappé par le nom d'un témoin dans 
une charte de 837 (p. 13) : Guoscadoc. Comme il s'agit vrai- 
semblablement d'un moine, et que le contrat a lieu /;/ plèbe 
Catoc {Pleucadeuc, Morbihan), il ne me paraît guère douteux 
que Guos-cadoc ne signifie serviteur de Catoc (cf. aujourd'hui 
Goasdoué). Il aurait donc existé, en celtique, une forme wosso- 
à côté de wasso-, et l'irlandais foss ne serait pas dû à un fait de 
phonétique gaélique. 

Les variations ico-, iva-, sont fréquentes dans tout le domaine 
brittonique, mais à une époque qui ne paraît pas dépasser le 
vieux-gallois ou vieux-breton, et c'est wo- qu'il faut supposer 
comme primitif. Si cet échange est accepté, goscor ou goscord 
s'explique très facilement et signifie réunion, troupe de vassaux 
{satellites). 

2. Cou.M en breton. 

Coum, vallon n'existe pas dans les dictionnaires bretons. Il 
est probable que c'est le mot qui entre en composition dans 
Comniana, paroisse du Finistère, qui apparaît dans le cartulaire 
de Quimperlé et que MM. Maître et de Berthou, à ma grande 
surprise, n'ont pu identifier. En tout ais, il existe seul dans 
divers noms de lieu : Le Coum en Ploudalmezeau ; coum bras, 
coum bihan, prat ar choum en Lamnilis ; Coumou en Plouzé- 
védé ; Comou en Plouvien (Finistère). 

On a la forme française dans diff'érentes paroisses de la 
Bretagne française ; par exemple La Combe, Etables (Côtes- 
du-Nord). 



70 /. Lot h. 

3. Cran. 

Il y a des mm à peu près dans toutes les communes de 
Basse-Bretagne : crnii ou rraiiii, Pcunaii, Craiioii (cnvio), 
Cramr, etc. 

Le sens n'est donné dans aucun dictionnaire. Assurément, 
comme j'ai eu occasion de le faire remarquer, ce mot n'a 
aucune espèce de parenté avec l'irlandais rranii, arbre ; mais 
quel est son sens ? Je ne l'ai trouvé nulle part qu'à Ouessant. 
Don Malgorn, dans la transcription des formes de ce dialecte 
qui paraîtra dans les Annales de Bretagne, donne à crann le 
sens de : endroit où il y a des restes de fougère ; di-granna, défri- 
cher. 

Ce sens est confirmé par deux noms de terres en Landé- 
vennec : ar graunec lannec; ar grannec saoulec, l'endroit où il 
y a des restes de racines d'ajoncs, l'endroit où il y a des 
restes de chaume. 

Cranx ^= indo eur. Krniiâ, probablement de la même 
racine que le latin rerno. 

4. Tin. 

Tïn, podex, en gallois, ne se trouve pas dans les dic- 
tionnaires bretons. Il paraît conservé dans quelques noms de 
lieux : Tin-dnff village en Plougastel-Daoulas ; cf. Tinsedio 
(Cart. Redon, p. 242). Cf. Tintagcl en Cornwall. 

5. Ado, brèche, à Ouessant. 

Les formes bretonnes connues sont Ocidé, odé qui, comme 
l'a fait justement remarquer M. Ernault (G/. Moyen-bret. à 
Oade^ sont identiques au gallois adiuy : cf. haloen donnant 
hoalcn et holeu ; niagoer arrivant à nioger etc. 

La forme ado prouve que la forme la plus ancienne est adoe. 
Il est probable que adiuy et adoe remontent à ât- qui se sera 
abrégé en al-, par suite de Taccentuation de la diphtongue 
finale : cf. pour le breton nado:;^ à côté du gallois nodiuydd. 

Le mot paraît identique à l'irlandais àth, gué, passage. 

6. alor, à Ouessant, indique une terre que l'on travaille la 
seconde année. Le mot est identique au gallois altor conservé 
dans un manuscrit de Llanover, donné par Silvan Evans : 
attor, l'ir attor : sef a dorrer eto. 

Le mot est composé de aie- plus torr-. 



Noies (•tyniologiiiiics. 71 

7. Pcii! est le nom d'une pointe ;ui nord-ouest d'Ouessant. 
C'est aussi le nom d'un saint breton : saint Pern, dont le 
nom se trouve même dans un nom de lieu : Lan-bern. 

Le nom propre Pern paraît identique au nom Picte que 
M. Whitley Stokes a identifié avec l'irlandais cern victoire, 
quernons (On the ling. voliie of the Irish Annals, p. 108). 

8. Cok, taureau. On voit généralement dans cole, moy.-bret. 
co:;le ', taureau, un composé de co:^ vieux et de h veau. Cela 
n'a évidemment rien d'impossible, mais cela devient fort dou- 
teux si on rapproche ce mot de cojen, bouvillon. A Ouessant 
où on a codle (le th, â, dans cette situation devient d), on a 
aussi kos, taureau, en général. Kos ainsi que cojen, supposent 
cot- ou cod-. Il me paraît tentant de rapprocher ce cot-, eut- de 
l'allemand hode et du latin côlciis , hodensack = côi-kits. 
CotJ-leio-ou cûld-hio- expliquent bien notre Jcodle^. 

9. Tan, DANNOUET. 

Tan, chêne, existe en composition dans glasiannen, et aussi 
en Léon : ' parc ar véyCn dan, le champ de l'arbre de chêne, 
terre en Landéda. Il y a bon nombre de noms de lieux 
paraissant dérivés de lan, mais ils se présentent assez souvent 
sous la ïorme'Dannonet (à Mousterus, C.-du-N.) ; Danoedel à 
Saint-Nicolas-du-Pelem(C.-du-N.); on trouve aussi Tannonet 
(petit et grand) en Bocqueho, Tanhoucdou en Merléac. La 
forme art dannoe:iûu en Plourivo, suppose un composé danwed 
(arbre), mais on attendrait si je ne me trompe, dannoco. Le 
sens serait-il différent ? 

Assurément on peut expliquer dannouct par la construction 
syntactique, mais il se peut aussi que le dso'w. primitif et que 
le / soit dû à des composés comme glas-tannen où danncn 
devient régulièrement tanncn. S'il en était ainsi, l'allemand 
Tanne et le brittonique pourraient remonter à une même 
source. Kluge a rapproché Tanne du skr. dhanvan Bogen, et 
supposé comme origine commune un nom d'arbre * dhanvan. 

{A suivre.) J. Loth. 

1. La forme ho^hiie, terme d'injure, est une tentative étymologique. 

2. Pour / devenant â devant /, cf. Caïman =z Catlan. 



CHRONIQUE 
DE NUMISMATIQUE CELTIQ.UE 



On s'accordait mal sur la forme de la Minerve adorée par 
les Massaliètes et un éminent historien avait même proposé 
récemment de considérer cette divinité comme une Diane 
d'Ephèse. Si Ion reconnaît que la cité maritime de Massalia 
dut avoir nécessairement des rapports avec Athènes ; si l'on 
se souvient du texte de Pausanias où il est dit que parmi les 
statues du temple de Minerve Pronoia, à Delphes, il s'en trou- 
vait une, offrande des Massaliètes, plus grande que celle de la 
cella ; si l'on considère quelques petites monnaies de bronze 
de Massalia, avec la tête casquée de Minerve et, au revers, une 
figure de la même déesse armée, du type de la Minerve 
Pronoia, on pourra admettre facilement qu'une statue sem- 
blable était adorée dans un temple de l'acropole de Massalia'. 

L'utile inventaire des monnaies gauloises recueillies dans f ar- 
rondissement de Ckrniont (Oise\ dressé par le D"" V. Leblond -, 
a fait connaître un nouvel exemplaire du bronze portant Cele- 
corix au revers. Autour de la tête casquée, la légende n'est pas 
Andiigovoni, comme on lavait cru, mais ANADGOVONI. 

On a trouvé, aux environs de Xarbonne, une monnaie de 
bronze de la série au lion, qui, au lieu de la légende commune 
Bitavios, porte BITOYIOTOYO[cI- M. G. Amardel pense que 
la première forme n'est que l'abréviation de la seconde et que 
Bilcrviotoi'os est la forme celtique du nom célèbre de Bituitus. 

1. Adrien Blanchet, L; Minerve de Massalia, dans CoioUa miiiiismalica, 
(ni boiiour of Barclay F. Head), O.xford et Londres, 1906, p. 10 à 15, 3 fig. 

2. Rev. iiiiiiiisiiiali(]iie, 1906, p. 381-411, fig. Cf. du même auteur, Le Pays 
lies BeUovaqws, essai de géographie liislorique el de nuiiiisiuatique, dans Congrès 
ard'éol. de France, LXXIIe s. à Beauvais, en 1905, p. 326 à 333. 



Cbroiiquc de nuinisniatiquc Celtique. 73 

L'auteur reconnaît d'ailleurs que la monnaie est très antérieure 
au Bituit arverne, adversaire des Romains'. 

M. G. Frœhner a vu autrefois un bronze au lion qui por- 
terait le nom BPirANTIKOC On sait que les exemplaires les 
plus complets n'ont pas encore fourni la première lettre-. 
La nouvelle forme est certainement satisfaisante. Mais il faut 
se garder de dire qu'elle est en rapport étroit avec certaines 
légendes celtibériennes, car le g essentiel n'existe pas dans ces 
légendes. Et, d'autre part, il ne faut pas croire que le B initial 
est nécessaire au nom. On sait en effet que rëgnuto- et lîgantos 
sont parfaitement celtiques \ 

Parmi les séries monétaires de la Gaule celle des monnaies 
dites « à la croix » est assurément une des plus difficiles à 
classer géographiquement. L'aire de répartition s'étend du 
golfe du lion au golfe de Gascogne et de la Dordogne aux 
Pyrénées. Les variétés sont innombrables. C'est donc seule- 
ment par une étude attentive des trésors, que nous parvien- 
drons à attribuer ces variétés à des régions déterminées. 
M. G. Amardel vient de décrire un dépôt de 200 pièces décou- 
vert à Castelnau d'Aude, à 30 kilomètres à l'ouest de Narbonne-*. 
Il croit que l'olive placée dans un cantonnement de la croix 
représente réellement le fruit de l'olivier. C'est une hypothèse 
qui a déjà été formulée, il y a quarante ans, par M. de Clausade. 
M. Amardel croit encore que les monnaies à la croix ne circu- 
laient pas à Narbonne. Il faudra des observations nombreuses 
pour que cette hypothèse puisse être admise. 

On ne saurait trop recommander aux chercheurs, épars dans 
nos provinces, d'étudier les dépôts de monnaies que la pioche 

Pour la question des rapports monétaires entre les Bellovaques et les 
Veliocasses, dont il a été question au Congrès des Sociétés savantes de 1906 
et dans la Rev. des études ancienues (1906, p. 172 et 269), cf. mon Traite des 
monnaies gouhises, 1905, p. 538. 

1. Une monnaie gauloise inédite de Narbonne, d.xns Rei\ nuinism., ic)o6, 
p. 412-424, fig. 

2. Trois chapitres de philologie monétaire ; II, Le roi Brigantikos, dans Rev. 
iium., 1907. 101-105, fig. 

3. H. d'Arbois de Tubainville, Les noms gaulois che~ César et che~ Hirtius, 
De bello gallico, k^ s'»--, i 891, p. 7 et 8. 

4. Une trouvaille de monnaies gauloises à la croix, dans la Rn'. numism., 
1907, 324-336. 



74 ^- Bliiinhrl. 

ou la charrue mettent au jour assez fréquemment. MM. Joseph 
Mathurin et Ludovic Mocudé ont fait ainsi un travail utile 
en inventoriant les 400 statères armoricains de billon, aux 
différents de la lyre ou du sanglier, trouvés, le 30 janvier 1907, 
à 1500 mètres de Roz-Landrieux (arr. de Saint-Malo, Ille-et- 
Vilaine). Si les auteurs n'ont pas fait les rapprochements néces- 
saires avec les trouvailles de Saint-Solen, Saint-Pierre-de- 
Plesguen, Merdrignac, etc., ils ont du moins rédigé une des- 
cription précise dont on tirera un profit certain '. 

Se basant sur une contremarque au type d'un dauphin, 
empreinte sur un as d'Auguste attribué à la colonie romaine 
de Vienne, M. R. Mowat a prétendu établir que les petits 
bronzes de Massalia portant un dauphin au revers ont continué 
à être fabriqués jusque vers 27 avant J.-C. et qu'on a contre- 
marqué, à Massalia, les as de Vienne^. Je ferai plusieurs objec- 
tions à cette théorie. D'abord l'as en question ne porte pas de 
légende qui permette de l'attribuer sûrement à Vienne. D'ail- 
leurs, nous ne connaissons cette pièce que par un dessin 
exécuté en 1842; nous ne pouvons par conséquent vérifier si 
le dauphin est semblable à celui des bronzes de Massalia, et, 
du reste, tel qu'il se présente, ce dauphin est très différent. 
Enfin Massalia n'est pas la seule ville de l'Occident antique 
dont les monnaies portent un dauphin ; on le trouve comme 
type principal dans les villes ibériennes de Sagonte, Carteia, 
Gadès et Asido. 

On connaît les curieuses pièces de Nemausus, qui se dis- 
tinguent seulement des bronzes ordinaires, au type des deux 
tètes et du crocodile, par l'adjonction d'une patte, qui, avec la 
circonférence du flan, représente assez bien un jambon. Dans 
des leçons sur les monnaies primitives, M. Svoronos rappelle 
que Nîmes était un entrepôt par d'où sortaient les exporta- 



1. Monnaies armcricaines ; trouvailh' de Ro~-Lanàriciix, Rennes, 1907, 8°, 
15 p. (Extr. des Mêin. de la Soc. archéol. d'IUe-et-V Haine, t. XXXVII, i^e pie^ 
1907, p. 179-191). 

2. Exemples de Vart de vérifier les dates par les contremarques, dans Rev. 
ttumism., 1906, p. 475-480, fig. et 1907, p. 64-65. — L'existence d'un 
bronze de Gadès contremarque d'un dauphin n'est pas une preuve que 
cette marque a été apposée hors de Gadès. Les types primitifs de cette mon- 
naie et le dauphin ne sont pas de la même époque. 



Chronique de iiiiinisnuitique Celtique. 75 

sions de salaisons des Gaules, et pour expliquer les pièces pré- 
citées, il émet l'opinion que les habitants de Xemausus, par 
souvenir d'une coutume ancienne, jetaient dans les sources 
sacrées des monnaies, qui représentaient l'objet principal de 
leur commerce '. Mais les « jambons » de Xemausus, d'ailleurs 
connus à douze exemplaires au plus, n'ont pas été trouvés 
tous dans des sources. De plus, quand les anciens jetaient des 
monnaies dans des sources ou des gués, il s'agissait toujours 
d'espèces qui avaient cours. Or il est peu probable que les 
jambons de Nemausus aient circulé. 

A propos des fouilles d'Alise, mon ami le Commandant 
Espérandieu a écrit récemment : « Je croirais assez toutefois, 
« en raison de la grande quantité de pièces gauloises mêlées 
« aux médailles romaines retrouvées, surtout à celles d'Au- 
« guste et de ses premiers successeurs, que cette fobrication 
« ne prit fin que dans le courant du i^'' siècle, au moment 
« peut-être de l'abolition, sous Claude, des derniers vestiges 
« de la puissance des druides-. » 

Cette théorie se rapproche de celle d'Anatole de Barthélémy 
sur les cités alliées et libres. Je crois, pour ma part, que la 
circulation des monnaies gauloises s'explique naturellement, 
comme celle des monnaies de Napoléon I" et de Louis X\' m, 
à notre époque. Il fallait beaucoup de numéraire au commen- 
cement du I" siècle de notre ère et l'atelier de Lyon ne suffi- 
sait pas à fournir toute la Gaule. C'est, je crois, la principale 
cause de la persistance des espèces gauloises. La question est 
d'ailleurs digne d'être étudiée. 

On trouve assez fréquemment en Moravie des statères d'or 
que je considère comme des imitations de la monnaie 
d'Alexandre le Grand. Il y a aussi des divisions plus petites 
aux mêmes types et des exemplaires d'argent ou du moins 
d'un alliage qui ne contient plus guère que du métal blanc. A 
propos d'un exemplaire d'or trouvé à Harka en Hongrie, 

1. J.-N. Svoronos, MaOr^axTa Xo;i.'.7jj.aT'./.rj;, dans Journal inteni. d'ar- 
chéologie nuniisni., t. IX, 1906, p. 207 à 217, fig. 20 (-ipva; N;aaJao'j) : 
A'JvaTOv apa xaTa -avàpya'.ov t'. ËO'.aov oï Y.i~0'.y.o\ Tr,ç Nîaayao'j va Èv£|jaXov 
£V taïç UpaTç -r,Ya?; -7. -apâoo?a t6 T/f^aa voa'''j|JLaTa aCiTtÔv àvTÎ aÀr,0(ov 

^Ol'plOV... 

2. Pro Alesia, juin 1907, p. 190. 



76 .^. Bhiiichcl. 

M. Edmond Gohl a étudié les exemplaires d'argent et constaté 
que le nom Biat. lu par M. R. Forrer, ne s'y trouve pas; on 
ne voit qu'un simple méandre'. Cette constatation n'est pas 
sans intérêt, car les pièces d'argent à la légende Biaiec étant 
assez tardives, certains érudits étaient tentés de rajeunir beau- 
coup trop les pièces de la Moravie. 

A Raffna (comitat de Krassô Szôrénv, Hongrie) on a découvert 
un dépôt de pièces d'argent qui sont des imitations tardives 
des tétradrachmes macédoniens, d'un travail grossier, avec les 
bords relevés au marteau. M. Gohl les considère comme 
contemporaines des pièces daces scvphatcs, c'est-à-dire du 
11^ siècle avant J.-C. -. 

Les musées de Cilli et de Pettau (Styrie méridionale) pos- 
sèdent des monnaies celtiques, de provenance locale, qui pré- 
sentent un intérêt réel. C'est d'abord la trouvaille, faite en 
1883, à Unterlahnhof, dans un vase de terre noire qui conte- 
nait quatre monnaies d'argent de 9 gr. à 9 gr. 83 et 14 petites 
pesant de o gr. 54 à o gr. 88. Parmi les grandes pièces, signa- 
lons un exemplaire analogue à celui que j'ai reproduit dans 
mon Traité (p. 540, fig. 499), mais avec la forme CONGES 
que M. Luschin von Ebengreuth a raison de rapprocher du nom 
de Cougeisllus, fourni par une inscription de Carinthie (C. I.L., 
III, 4887). Les petites pièces sont marquées d'un globule 
(déformation d'une tête) et d'un cheval, comme celles de 
Gurina; une autre porte, au revers, une petite croix, et est 
analogue aux monnaies de la trouvaille d'Eis (Carinthie). Le 
musée de Cilli possède aussi des pièces du trésor de Doberna- 
Retje (a 18 kil. sud-ouest de Cilli, en 1868), distinct de celui 
découvert entre Lemberg et Bad Neuhaus (en slovène Doberna, 
à 12 kil. au nord de Cilli), en 1829'. 



1. E. Gohl, Ujdhh adatok a pulhis/eji's horhiirf>c)i-{eh csoportjdbo-, dans le 
Xiii!n\iinUiktii K(\loiiy, 1906, p. 122 à I2>, (Ig. (en magvar). 

2. f-. Gohl, Raljmin kit IhirlHirff'ii-eh.dms le Xinnisiinifikdi Ko~Ioiiv, 1907, 
p. I à 4, fig. (en magvar). 

3. C'est à cause du mot slave Doberna, qui p.iraît dans les dénominations 
des deux trouvailles, qu'elles ont été souvent confondues (je n'ai pas échappé 
à cette erreur ; Traite, p. 447). La trouvaille de Doberna-Retje comprenait 
142 pièces de six sortes différentes: elle a été décrite dans les Mitlbeiliaii^en 
de Vienne (1869, p. xii et s.), par Richard Knabl. 



Chronique de iiuiiiisiiKitiqiie Celtique. 77 

A Lcichcn, près de Windischgratz, une pièce de 12 gr., 
portant deux chevaux, et, à Cilli, !'« âme » de cuivre d'une 
pièce à la légende Neiiiet, sont encore deux découvertes à 
signaler. A Polsterau, dans la région de Pettau, deux imita- 
tions fourrées du tétradrachme de Philippe; à Haidin, près de 
Pettau, à Tûrkenberg, près de Sauritsch, des pièces analogues 
à d'autres de la trouvaille de Doberna-Retje. 

A propos des pièces fourrées, M. Luschin von Ebengreuth 
émet l'opinion qu'elles ont dû être des monnaies de nécessité 
plutôt que des produits de fimx monnayage. Quant au mon- 
nayage de cuivre, il n'existait pas chez les Celtes orientaux ; 
toutes les pièces citées comme étant de cuivre, par exemple 
celles de Lemberg, doivent être simplement des « âmes » de 
pièces fourrées ^ 

A Karlstein, près de Reichenhall (Haute-Bavière), des 
cabanes de la dernière période de La Tène (fin du ii'^ ou com- 
mencement du i^'' siècle av. J.-C), ont fourni divers instru- 
ments de fer et un dépôt de 54 petites monnaies concaves 
avec le cheval bondissant sur une face et le revers lisse. Elles 
sont analogues aux petites pièces du dépôt d'Unterlahndorf et 
fournissent par conséquent un indice chronologique^. La 
découverte suivante nous apporte des données du même genre, 
encore plus précises. 

Les fouilles exécutées, en 1906, par M. Coloman de Darnay 
sur un plateau de Szalacska (comté de Somogy, sud-ouest de 
la Hongrie), non loin de Kaposvàr, ont fait découvrir les 
restes d'une cabane, avec débris de bois, quantité d'instru- 
ments de bronze et de fer, moules de fibule et d'anneau, 
chaudron, marteaux, enclumes, pinces, couteaux, fibules, bou- 
tons, ornement de bronze ajouré, appartenant certainement à 
la dernière période de La Tène. Enfin, sur le même lieu, on a 
recueilli trois piles et trois trousseaux, c'est-à-dire six coins 
monétaires, ayant servi à frapper de petites monnaies de mau- 



1. A. Luschin von Ebengreuth, Neue Funde voii Kelteuiiiïmicii ans Steier- 
mark, dans Mitteilun^eii der k. k. Zential-Kommission (Vienne), V, 1906, col. 
188-195, pi. IL 

2. F. Weber, dans Jlthavrische Monatssehrift, t. V, 1905, p. 156 et s.; 
A. Luschin v. Ebengreuth, loc.cil., 1906, col. 194. 



7!^ A. Bltiiichcl. 

vais argent, aux types de la tète barbue et du cavalier, imités 
de ceux du tétradrachme de Philippe. A côté des coins étaient 
d'ailleurs sept pièces de ce genre ; mais les coins retrouvés 
n'avaient peut-être servi que pour deux de ces pièces. Il est 
vrai que deux de ces coins étaient très usés, ce qui rendait 
l'examen difficile ' . 

Les coins sont de bronze; les piles sont plus larges et plus 
plates que les trousseaux ; c'est le cas de la pile d'Avenches. 
Je remarque que les piles plates portent toujours la tète, 
tandis que les trousseaux ou coins supérieurs, encastrés sans 
doute dans un bloc de fer ou de bois, portent le cavalier. De 
même, la pile plate d'Avenches présente le type de la tète, 
tandis que les trousseaux gaulois connus offrent le t3^pe opposé 
à la tête sur les monnaies correspondantes. Les monnaies de 
Szalacska et les coins, destinés à en frapper de semblables, 
appartiennent au groupe des monnaies celtiques de Gerjen, de 
Regôly et de Szcàrazd, dans la vallée de la rivière Kapos (comté 
de Tolna), groupe formé par des imitations du tétradrachme 
de Philippe, de poids divers selon l'aloi qui décroît en même 
temps que les types deviennent plus barbares, conformément 
à la loi dont j'ai constaté l'existence pour les monnaies gau- 
loises {Traite, p. 350 et passini). Ce groupe comprend aussi 
des divisions dont M. Gohl connaît au moins quinze variétés 
d'alois divers, qui en général sont de style moins bon que 
les meilleurs tétradrachmes. M. Gohl pense que le numéraire 
de la vallée du Kapos pourrait avoir été émis par les Andizètes 
pannoniens, cités par Ptolémée. En tout cas, les habitants de 
Szalacska appartenaient à la civilisation de la troisième période 
de La Tène. 

La découverte de Szalacska est d'une grande importance, 
car elle fournit des renseignements qui aideront à fixer la suc- 
cession chronologique des monnaies antiques de l'Europe 
centrale. De plus, elle nous donne la physionomie d'un atelier 



I. C. de Darnay, Kellu pei!:^verô es ôiitô-niùhcly S:{iilacskaii, dans V A rchivo- 
loffùii Ertesitô du 15 décembre 1906, p. 416-435, fig.; Edmond Gohl, A 
siiihicskai kelia pen:^verô..., dans Niiiin\iimti/ctu Kôiloiiy, 1907, p. 47-64, fig. 
(en magyar), et Usine nionetiiire et fonderie celtique à C^alacska, dans Rei\ 
nuntism., 1907, p. 170 à 183, fig. et pi. III à VI. 



Chronique de mimismaiiqiic Celtique. 79 

monétaire celtique vers la hn du ir siècle avant notre ère. 
Mais je crois qu'il ne faut pas tenir à considérer cette officine 
comme un atelier officiel et ceci nous ramène à l'hypothèse 
de M. Lusclîin von Ebengreuth sur les pièces fourrées des 
Celtes orientaux, qui seraient des monnaies de nécessité. Si 
l'on veut bien lire dans mon Traité (p. 224) ce que j'ai dit 
de l'influence des marchés sur la dégénérescence des types 
celtiques, on sera amené à admettre que la cabane de Szalacska 
pouvait être simplement la demeure d'un monnayeur parti- 
culier. Admettant cette théorie, on s'étonnera moins de l'infinie 
diversité de types et d'aloi que présentent les petites monnaies 
de la vallée du Kapos et en général toutes les monnaies cel- 
tiques. 

Adrien Blaxchet. 



CHRONIQUE 



Scmiihiiir. — I. CAMii.i.i; Jullian. Histoire de la Gaule. — II. Sébillot, Folklore de 
France. — III. T. RtcE Hol.mks, Ancient Britaiii and the Invasions of Julius 
Caesar. — IV. William Ridgeway, The date of the tirst shaping of the Cuchu- 
lain-saga. — V. Du même, Who were the Romans? — VI. Peter Skok, Die mit 
den suffixen -actim, -aniiiii, asciiiii, -iisciim gebildeten sudfranzosischen Ortsna- 
men. — VII. Mario Esposito, éditeur du Librr de astroiiomia de Dicuil. — 
VIII. Hermann Osthoff, Bilder aus Irland. — IX. Mary Hutton, TheTdin. — 
X. P. Power, The Place-names of Decies. — XI. Raoul de Félice, Essai sur l'ono- 
mastique des rivières de France. — XII. J. Vendryés, Grammaire du vieil irlan- 
dais, phonétique, morphologie, syntaxe. — XIII. Alort du professeur Robert 
Atkinson. 



I 

M. Camille Jullian vient de publier les tonies I et II d'une Histoire de la 
Guide ■ qui aura six volumes et qui sera l'ouvrage le plus considérable écrit 
sur ce sujet. Il v montre le rare talent d'exposition historique dont il a déjà 
donné tant de preuves. 

Le premier volume a un second titre: « Les invasions gauloises et la colo- 
nisation grecque ». Il débute par trois chapitres qui ont pour objet la géo- 
graphie physique, et où elle est exposée de la fitçon la plus attrayante. Les 
chapitres suivants sont consacrés à l'établissement en Gaule : 1° des Ligures, 
2° des Celtes, 5° des Ibères, à la colonie grecque de Marseille, au passage 
d'Hannibai, 218 avant J.-C, à l'histoire de la Gaule depuis cette date 
jusqu'en l'an 150 avant J.-C. 

Le titre secondaire, spécial au second volume, est« : la Gaule indé- 
pendante », et l'auteur nous y donne le tableau de ce que paraît avoir été la 
Gaule pendant l'espace de près d'un siècle, de l'an 150 à l'an 58011 com- 
mença le proconsulat de Jules César. Cet exposé fait d'une façon très inté- 
ressante, devra trouver de nombreux lecteurs. 

Je vais signaler ici quelques points sur lesquels je ne suis pas de l'avis de 
l'auteur. Il est possible que ce soit lui qui défende la bonne cause, que sa 
doctrine soit celle de l'avenir et la mienne celle du passé destinée à la pro- 

I. Camille Jullian, correspondant de l'Institut, professeur au Collège de 
France, Histoire de l.^ Gaule, Paris, Hachette 1908, in-8°, 530, 557 
pages. 



Chronique. 8i 

chaîne défaite. Quoi qu'il en soit, voici des critiques que j'adresse à M. 
Jullian. 

Tome Ii-r, p. 112, il donne pour ligures les noms de rivières Dive, 
Divonne, Bièvre. Je crois que Bièvre n'est autre chose qu'une forme fémi- 
nine francisée du gaulois hehro-s^ « castor ». Suivant moi, 1'/ de Dive, 
Divonne est dû à l'influence romaine . Cette influence a fait remplacer par 
Vi long latin = ('/ son équivalent gaulois ë long, dans Dêtia, Dénoua, mots 
gaulois qui ont dû précéder, Dlva,DTvoiia, d'où le français Dive et Divonne -. 
Ainsi Bièvre, Dive et son dérivé Divonne seraient postérieurs à la période 
ligure de l'histoire de la Gaule. 

Reiio en Italie est gaulois. Ue long du nom de fleuve Rhènus, est Vê gau- 
lois égal ei primitif : donner ce mot pour ligure est en contradiction avec 
la doctrine qui fait de Diva .rr *dciva un mot ligure. 

Si la doctrine nouvelle exposée par M. William Ridgewav dans son 
mémoire intitulé Who ivere the Romans ? ? vient a être admise, on croira que 
le latin est un dialecte ligure et des formes latines comme Diva, Divoita 
seront aussi considérées comme ligures par les linguistes ; ainsi on pourra 
admettre qu'elles remontent en Gaule à la période préceltique. Mais l'ori- 
gine ligure du nom de rivière Reno restera inadmissible. 

Je passe à ce que M. Jullian nous dit à propos des Druides. Suivant lui 
les expressions de Jules César : Disciplina in Britannia reperta, ne signifient 
pas que le druidisme gaulois fût originaire de Grande-Bretagne où il aurait 
été trouvé par les Gaulois conquérants vers l'an 200 avant J.-C. Suivant 
M. Jullian, les doctrines religieuses peuvent voyager sans missionnaires, 
exemple, dit-il, p. 87, le christianisme. Mais le christianisme est venu de Judée 
apporté dans l'empire romain par des juifs, les apôtres et les disciples de 
Jésus. D'autre part comment un enseignement non écrit, tel que celui des 
Druides, pouvait-il se propager sans le déplacement des maîtres qui le don- 
naient ? 

P. 108, note II, M. Jullian prétend que le mot druide désigne en 
Irlande une catégorie de prêtres inférieurs, sorciers ou devins. 

Ce n'est pas exact quand il s'agit des textes épiques. Dans la seconde 
bataille de Moytura, les sorciers, corro^uinigJi, sont distingués des druides, 
druide*. Mais ce qui est surtout remarquable c'est ce que la littérature 
épique irlandaise rapporte du Druide Cathba. Le grand roi d'Ulster Concho- 
bar est son fils >. C'est ce même Cathba qui, entouré de ses élèves, prédit 

1. Brugmann, Gnindriss der vergleicheinien Grajuniatih t. I, 2^ édition, 
p. 448, 5 492; p. 518, § 518; Walde, Lateinisches ctymoJo^isches IVœiter- 
huch, p. 220, au mot /^«- ; Zeush, Gi-amtnalica celtica, 2e édition, p. 37 ; 
Hatzfeld, Darmesteter, Thomas, Diciionnaire géuéraî de la langue française, 
t. I, p. 234. 

2. Cf. Brugmann, Grnndriss, I, 2^ édition, p. 187, § 190. 
5. Procecdings of tlh' Britisb Acadcniv, vol. III. 

4. Voir l'édition de M. Whitley Stokes, Revue celtique, t. XII, p. 90, 
§ 108, 109, 1 12, 1 13. 

5. Voir chez Rudolf Thurneysen, Sagen ans deni allen Irlaml (1901). 
Revue Celtique, XXIX. 6 



82 Chronique. 

les merveilleux exploits du demi-dieu Cùchulaiun '. Plus tard nous vovons 
Sualtam, père nourricier de Cûchulainn, arriver dans l'assemblée silencieuse 
que tenaient avec leur roi les guerriers d'Ulster convalescents, après une 
mystérieuse maladie ; Sualtam les appelle aux armes ; mais il y avait défense 
à qui que ce soit de prendre la parole avant le roi, comme au roi de par- 
ler avant ses druides ^ Une mort subite fut le châtiment merveilleux qui 
punit la violalicn de cette loi : Sualtam eut la tète tranchée par son bouclier'. 
Préalablement une sentence de mort avait été prononcée contre lui et le 
juge qui, pour châtier la violation de la loi, avait prononcé cette sentence 
redoutable, était le druide Cathba ■*. 

Quand saint Patrice au cinquième siècle de notre ère vint prêcher l'évan- 
gile aux Irlandais, ses adversaires furent les druides. « Il combattit les 
« Druides au cœur dur. Il vainquit ces orgueilleux avec le secours de 
« notre Seigneur du beau ciel », dit Ninine dans un hvmne irlandais >. 
Après leur défaite les Druides en Irlande furent réduits à l'état de vulgaires 
sorciers ; sorcier est le sens actuel de leur nom qui en irlandais moderne, 
s'écrit diiioi, au génitif dru.ulh. Ce n'est pas une raison pour laisser de côté 
les textes épiques qui représentent un état de choses antérieur et bien 
différent. 

M. Jullian, p. io8, note ii, suppose qu'en Gaule les personnages appelés 
oùârc'.; par Strabon, étaient soumis à Tautorité des Druides. Aucun texte ne 
le dit. Ooi-v.;, est la notation grecque du mot qui s'écrit en latin liâtes 
plus tard vates, en irlandais jdithi. Les fdithi, dits aussi Jitid en Irlande, 
étaient une corporation puissante, rivale des Druides et qui, en s'alliant 
contre eux au clergé chrétien, assura leur défaite. 

Ce que M. Jullian, p. 109, note 12, dit des prêtres appelés gutuatri 
est incomplet, il ne rapproche pas du texte de Jules César, De bello gallico, 
VII, 3, I, les inscriptions postérieures à cet ouvrage (C. I. L. XIII, 1577, 
2585). 

On peut èire étonné de voir intervenir chez lui, dans la description de la 
Gaule indépendante entre les années 150 et 58 avant l'ère chrétienne, le 
passage de l'histoire naturelle de Pline qui nous montre les Druides coupant 

p. 63-65, le morceau intitulé Coitchohirs Gehitrt, en irlandais Compert Con- 
chohair dont une rédaction plus récente a été publiée par M. Kuno Meyer. 
Revue celtique, t. V.^, (1885), p. 174-182. 

1. Tdin hô Ciuilii^e, édition Windisch, p. 150, 131, Revue Celtique, 
t. XXVIII, p. 249. 

2. Geiss d'Ultaib labrad ren-a-rig, geis don rig labrad ren-a-druidib, Tdin 
ho Cùalnae, édition Windisch, p. 673, 1. 4724, 4725. On trouve la même 
règle dans la pièce intitulée Mesca Uhid : Oen do gessib Ulad labrad ria na 

rig, in rig labrad ria na druidib. Edition Henness}', Todd Lectures Séries, 

vol.I, partie I, p. 12. 

3. Tdiu bôCiialn^e, édition Windisch, p. 675,1. 4646-4647. 

4. Tdin ho Cùalnge, édition Windisch, o. 675, 1. 4641-4642. 

5. Whitley Stokes, The tripartite Life of Patrick, t. II, p 426; Win- 
disch, Il isché Texte, t. I, p. 23 ; J. H. Bernard et R. Atkinson, The irish 
Liber Hyinnorum, t. I, p. 5. 



Chroniiiue. 83 

le gui du chènc et en faisant une panacée universelle. On sait que l'histoire 
naturelle de Pline a été présentée par l'auteur à Titus l'an 77 de notre ère. 
Les Druides avaient été supprimés par Tibère, 14-37 après J.-C, et par 
Claude, 41-54. Mais ces empereurs en ôtant aux druides leurs fonctions, les 
avaient laissés en vie comme simples particuliers. De ce que les ex-druides 
n'avant plus ni culte à pratiquer, ni enseignement à donner, ni jugements à 
prononcer, étaient réduits à faire pour vivre une médecine absurde, on a tort 
de conclure qu'il en était de même au temps de leur toute puissance, un 
siècle ou deux plus tôt. 

Dans le texte irlandais de la seconde bataille de Moytura, le médecin, 
liaigb, est Diancecht qui n'appartient pas au groupe des Druides '. La dis- 
tinction entre le druide et le médecin apparaît aussi dans le Tain bô Cûahige. 
voir l'édition de M. Windisch, p. 792, note 2. Dans un passage de ce texte 
épique, p. 608, 609, on voit intervenir quinze médecins, lega, du nombre 
des médecins des hommes d'Irlande, dû legih Jer ii-hErend ; des druides par 
un mot. 

M. JuUian, t. I, p. 85, note 7, exprime des doutes sur la valeur de l'étv- 
mologie proposée par M. R. Thurneysen pour le mot druide, qui serait com- 
posé de deux termes, drii-uid, dm signifiant fortement et tu'd « savant ». 
Dru, forme réduite de la racine deru, dont, dru, « être fort », est constaté 
en irlandais par l'adjectif dron « fort » =r driitio-s, ancien participe passé. 
Uid est la forme réduite de la racine indo-européenne ueid, uoid, uid, 
« voir, savoir ». Les deux u de dru-uid se trouvent en Irlande dans la 
forme DRVVIDES de l'inscription de Killeen Cormac -. Ces deux 11 
expliquent Fapex placé sur Vu du vieil irlandais drûi. Le chêne s'appelait 
en gaulois denio-s et non drus. 

Ces quelques critiques n'enlèvent rien à la valeur du grand ouvrage de 
M. JuUian, dont le troisième volume paraîtra prochainement. 

II 

Le Folklore de France, par M. Sébillot, tome IV 5, contient plusieurs pas- 
sages intéressants à rapprocher des usages celtiques constatés dans les Iles 
Britanniques. Il y a dans la Revue Celtique, t. XXVI, p. 289, une note 
intitulée : Des victimes immolées par les constructeurs pour assurer la soli- 
dité des édifices. On y trouve cités les exemples associés aux noms du roi 
Vortigern, v^ siècle, et de saint Columba, vF siècle. M. Sébillot, p. 89 et 
suivantes, traite ce sujet et rapporte des traditions concordantes recueiUies 
de nos jours en Basse-Bretagne. Ce n'est pas ici le lieu de discuter le rap- 

1. Whitlev Stokes, The second haitle of Moytura, '] 33, 64, 98, 99; Revue 
Celtique, t. XII, p. 66, 78, 88. 

2. Planche en face de la page 4 du mémoire de sir J. Rhys, Siiuiies in early 
irish Epigraphy, extrait du tome I, des Proceedings of the British Aciidemy; 
cf. Revue celtique, t. XXVI, p. 185. 

3. Paris, Guilmoto, un volume in-80, de 499 pages. 



84 Chronique. 

port qui peut exister entre ce vieil usage et la doctrine exposée par Fustel 
de Coulanges, La cite antique, chapitre VI, « Le droit de propriété », où 
l'auteur insiste sur l'importance du droit de propriété quand il a pour objet 
les tombeaux '. Nous dirons seulement ceci : le moine enterré vivant dans 
les fondations du monastère construit à lova, aujourd'hui Hi, lona, par 
saint Columba, devait par sa sépulture assurer pour toujours la propriété 
de ce monastère à la corporation cénobitique dont ce moine faisait partie. 
Et l'entant qu'il fut question d'enterrer dans les fondations de la forteresse 
du roi ^'ortigern n'avait pas de père connu, il entrait par conséquent sans 
difficulté dans la famille du roi, et pouvait jouer le même rôle que le moine 
de saint Columba =. Plus tard on remplaça les personnes par des animaux ; 
c'était moins cruel et en même temps c'était conforme à la fois au principe 
primitif, et à l'usage ancien d'enterrer avec le mort ses animaux favoris >. 

Passons au culte des menhir par la danse. Si nous avons bien compris 
la vie de saint Samson, citée Revue Celtique, t. XXVII, p. 314-515, ce culte 
païen se pratiquait dans la Grande-Bretagne au vie siècle. Dans la Rei'ue 
Celtique, t. XXVIII, p. 129, il est donné un exemple de ce culte pratiqué 
encore aujourd'hui en Basse-Bretagne. D'autres exemples de cette danse, 
encore usitée ailleurs en France, sont donnés par M. Sébillot, p. 61-63. 
Dans certaines parties de la France on ne danse plus autour des menhir, 
mais on raconte que, la nuit, des fées, des lutins y viennent danser, comme 
le rapporte M. Sébillot, à la page 16 de son intéressant ouvrage. 

Les »/<'///;//■ remontent aux populations qui ont précédé les Indo-Européens 
dans l'Europe occidentale, le culte des menhir par la danse a été probable- 
ment introduit par ces populations primitives. Les danses autour des menhir 
semblent être une trace conservée de ces antiques populations que les 
Indo-européens ont conquises, mais non pas exterminées et desquelles 
descend encore une notable partie, peut-être la partie la plus considérable, 
de la population actuellement vivante dans les contrées que nous habitons. 

III 

Après avoir écrit une History of Ihe Indian Mulinv qui a eu beaucoup de 
succès, M. T. Rice Holmes a fiiit paraître en 1899 un gros volume sur la 
conquête de la Gaule par Jules César, Caesar's Conquest oj Gaul, la Rei'ue 
Celtique en a rendu compte en 1900, dans son tome XXI, p. 107-108. 

I Septième édition, p. 67 et suivantes. 

2. Ce moine s'appelait Odran, voyez ^\'hitle^• Stokes, Three niidâle irish 
Homilies on the Lires of saints Patrick, Brigit and Columba, p. 118, 119. 
Sur l'enfant sans père voyez dans les Monumenta Gennan iae historica, m-4°, 
Auctorum antiquissimorum tomus XIII, Chronica minora, tomus III, p. 182 
et suivantes. Mommsen, avec la collaboration de M. H. Zimmer, a publié 
dans ce volume, p. 126-212, VHisloria Brittonuni cum addilamentis Kennii. 

3. Jules César, De bello t^allico, 1. VI, c. 19, S 4, ne parle que de l'inci- 
nération ; mais l'usage de l'inhumation persistait en Grande-Bretagne au 
temps de Jules César, Rice Holmes, Ancient Brilain, p. 286. 



Chronique. 83 

Comme suite à cet ouvrage, le même auteur vient de mettre au jour un 
volume intitulé : Aucient Biilaiii aud the Invasions of Jitlius Cacstir'. 

Cet ouvrage est divisé en deux parties : 

La première est historique, elle traite de l'histoire de la Grande-Bretagne 
depuis les temps les plus anciens jusqu'en l'an 43 après J.-C. La seconde 
partie est un recueil de courtes dissertations. 

La première partie est divisée en huit chapitres, 1° introduction ; 2° âge 
paléolithique ; 3° âge néolithique ; 4° âge du bronze et voyage de Pythéas 
qui paraît avoir été contemporain d'Alexandre le Grand, seconde moitié du 
ive siècle ; alors existait déjà en Grande-Bretagne une population indo- 
européenne, probablement celtique; 5° premier âge du fer qui commence 
avec l'invasion gauloise ; 6° première invasion de Jules César en Grande- 
Bretagne, 55 avant J.-C. ; 7° seconde invasion de Jules César en Grande- 
Bretagne, )4 avant J.-C. ; 8° résultats des invasions de Jules César en 
Grande-Bretagne. 

La seconde partie traite les sujets les plus variés; par exemple l'auteur 
parle des nains qu'il appelle pygmées, qui, puis-je ajouter, sont nommés 
en irlandais au singulier luchrupan -, au même nombre en breton korrigan 
et qui appartiennent à la mythologie. Il aborde la question picte, celle de 
l'usage de l'inhumation et de la crémation, etc. 

M. Rice Holmes, paraît étranger aux études de linguistique, il n'est pas 
de profession archéologue, il travaille en général de seconde main, sauf 
lorsqu'il prend pour base le texte latin du De hello gallico ; mais il a énormé- 
ment lu : les notes de son livre constituent une bibliographie très abon- 
dante presque complète du sujet qu'il traite ; son livre, de dix-sept ans pos- 
térieur à la seconde édition d'Elton, Origins of engJish History, est en grand 
progrés sur ce dernier ouvrage. Cependant il y a des points sur lesquels les 
spécialistes pourront contester la compétence de l'auteur qui prétend les 
juger. 

IV 

En archéologie M. William Ridgewa\', qui précisément professe l'ar- 
chéologie en Angleterre à l'Université de Cambridge, a une compétence 
inconstestable. Son mémoire sur la date de la première formation de la 
légende de Cùchulainn, The Date of thefirst Shapiug of the Cuchulain Saga >, 
est au point de vue archéologique d'une inconstestable valeur. Mais l'au- 
teur ne sait pas l'irlandais ; il ne parle du Tdin bô Cùailngi que d'après la 
traduction anglaise de Miss Winifred Faraday; et, comme nous Talions 
voir, il l'a lue un peut rapidement. De plus, il paraît croire que le Tdin hô 
Cùailngi et les autres morceaux épiques concernant Cùchulainn sont écrits 
en vers, car il les traite de poèmes. Sa conclusion est que la première forma- 

1. Oxford, at the Clarendon Press, in-80, y.vi--j64 pages. 

2. Windisch, Irische Texte, t. I, p. 671 ; Whitley Stokes dans la Revue 
Celtique, I, 256. 

3. Extrait du tome II des Proceedings of the British Academy, Londres, 
Frowde, in-S», 34 pages. 



86 Chronique. 

tion de ces poèmes serait difficilement placée plus tard que l'an loo av. J.-C. 
et qu'on pourrait la faire remonter un siècle plus haut, c'est-à-dire à l'année 
200 avant notre ère. Je ne contesterai point cette doctrine, mais le morceau 
principal, le Tain bô Cmilugi, ayant été pour la première fois mis par écrit 
au vue siècle de notre ère, bien des détails dont l'origine chrétienne ou 
romaine est incontestable ont pénétré dans cette vaste composition dont 
l'origine païenne et celtique ne peut être contestée. 

M. Ridgewav, p. 15, note i, me reproche d'avoir dit que le casque 
n'est pas mentionné dans les plus anciens textes irlandais, et que, lorsque 
le casque v apparaît, il est l'indice d'une composition relativement récente. 
J'ai emprunté cette doctrine à un savant irlandais, Hennessy, je suppose, 
qui m'a fait observer qu'en général, dans les descriptions de guerriers au 
champ de bataille données par les textes épiques irlandais la couleur des 
cheveux est mentionnée avec des détails qui montrent que ces guerriers 
n'avaient pas la tète couverte. M. Ridgeway m'oppose le casque du cocher 
de Cûchulainn, chez Miss Winifred Faraday, The Cattle-raid oj Cuahige, 
p. 87, et celui de Cûchulainn lui-même, ibidem, p. 89. Il aurait pu ren- 
vover au Lehor va hUidre, p. 79, col. i, 1. 8, et p. 79, col. 2, 1. 15, ou à 
l'édition d'O'Keetïe, p. 68, 1. 1875 ; p. 69, 1. 1921. Enfin il aurait dû faire 
l'observation que dans la traduction de Winifred Faraday quelques lignes 
avant le casque du cocher de Cûchulainn, on voit apparaître Simon inagus, 
Simon le magicien, Simon dn'ii dans le Lebor na hUidre, p. 179, col. i, 
1. 5 (cf. O'Keeffe, p. 68, 1. 1574)'; le nom de ce personnage est emprunté 
aux Actes des apôtres, chap. VIII, verset 9, où Simon est qualifié de 
aayî-jojv, mot rendu par 7nagiis dans la vulgate, par draoi, forme moderne 
de dri'ii, dans la traduction irlandaise de William O'Domhnuill, par a 
gnàthaich druideacht, « il pratiqua le druidisme », c'est-à-dire la magie, dans 
la traduction gaélique d'Ecosse. 

Enfin, quelques lignes après le passage où apparaît le casque de Cûchu- 
lainn, on voit mentionnée la « terre de promesse » land of promise chez 
miss Winifred Faradav, tir tairngire dans le Lehor na hUidre, p. 79, col. 2, 
1. 21, 22, qui est la yfj tt,; I-xj^ûJ.cl;, terra repromissionuis, de saint Paul 
ad Hebraeos, chap. xi, verset 9, glosée par ///■ tairngeri dans le ms. de 
Wûrzburg, p. 55 b, note 2, Thésaurus palaeohilvniicus, t. I, p. 708, 1. 31. 
Ce sont là des interpolations bien postérieures à l'an 100 avant l'ère 
chrétienne et qui pourraient nous permettre de contester l'antiquité des 
casques de Cûchulainn et de son cocher. Mais sans en venir là nous pou- 
vons dire qu'il v a des exceptions qui confirment la règle. Le récit des 
combats livrés par Cûchulainn avant l'apparition des casques occupe chez 
Miss Winifred Faradav une cinquantaine de pages. Cûchulainn et son 
cocher prennent des casques pour la première fois, lorsqu'ils se préparent à 
faire le grand massacre de la plaine de Murthemne, Breslech Maige Miir- 
themne, c'est-à-dire, quand sur leur char armé de faux, ils vont attaquer et 
vaincre une armée de cinquante mille hommes. Pour retrouver ensuite des 

I . Simon dri'ii apparaît aussi dans le passage du Livre de Leinster, 
p. 77, col. I, 1. 6, où il est question du casque de Lôeg, cocher de Cûchu- 
lainn, cf. Tain bâ Cûainge, édition Windisch, p. 355, 1. 2530. 



Chronique. 87 

casques dans le Tain ho Cûailiigi, il faut arriver à des parties finales qui 
paraissent être des additions à la composition première. Ce sont d'abord le 
chapitre XX, combat de Cùchulainn contre Ferdiad, où les deux adversaires 
portent des casques ', or il faut remarquer ceci, c'est que Cùchulainn v 
porte aussi une cuirasse, lurccb, au génitif singulier /////V/ -, qui est un 
emprunt au latin lorica. Viennent ensuite dans l'édition de M. Windisch 
les chapitres XXV et XXVI, p. 721, 1. 5074, 5075, 5081 ; p. 847, 1. 5855, 
où tous les guerriers semblent porter des casques et en outre la cuirasse 
romaine, lurecb = lorica. 

M. Ridgeway ne peut signaler qu'un seul casque archaïque trouvé en 
Irlande ; ce casque provient du comté de Down, en Ulster, et aujourd'hui 
est conservé au musée de Belfast. M. Ridgeway en donne deux photogra- 
vures prises l'une de face, l'autre de côté : ce n'est pas la preuve qu'en 
Irlande le casque fût d'usage fréquent au ii^ siècle avant notre ère. Mais 
les braves gens qui croient que l'illustre Cùchulainn a existé en chair et en 
os sont libres d'imaginer que ce casque a jadis couvert sa tête héroïque. 

V 

Nous avons reçu de M. Ridgewa}' sa brochure intitulée IVho were the 
Romans, extraite du tome III des Proceedings of the British Acadeniy 3. 

Nous avions inséré dans notre tome XXVIII, p. 357, 358, un compte 
rendu de ce remarquable mémoire dont nous connaissions déjà il y a plu- 
sieurs mois la doctrine, grâce à une analyse donnée par VAtheiiaeiiiii. 

VI 

Le Dr. Peter Skok vient de publier une savante étude sur les noms de 
lieu qui dans la France méridionale sont formés à l'aide des suffixes -daiiii, 
-âmuii, -asciim et-usctim *. C'est un mémoire qui est le résultat de recherches 
considérables et qui semble avoir eu pour but de compléter et rectifier ce qui 
a été dit de ces suffixes aux chapitres I, II, IV, VI, XV, du volume intitulé 
Essai sur l'origine de la propriété foncière et des noms de lieux habites en 
France {période celtique et période romaine^ qui a paru à la librairie Thorin en 
1890, et au tome II, p. 199 et suivantes des Premiers hahitanst de VEurope, 
même librairie, 1894. 

Je ne traiterai ici qu'une question, celle de savoir si j'ai eu raison, dans 
mon chapitre XV, de considérer comme ligures, les suffixes -asco-, -usco-. 

M. Skok me reproche d'abord, p. 39, d'avoir à leur sujet copié Giovanni 

1. Tdin hô Cûalnge, édition Windisch, p. 479, 1. 3310, p. 535, 1. 3731. 

2. Tdin hé Cûalnge, édition Windisch, p. 479, 1. 3310. 

3. Londres, Henry Frowde, in-80, 44 pages. 

4. Beihefie :;tir Zeitschrift Jïir romaniscbe Philologie, herausgegehen von 
Dr. Gustav Grôber. — 2. Heft. Die mit den Suffixen -âcum, -ânum, 
-ascum, -uscum gehildeten siidfran^ôsischen Ortsnamen. — Hall a. d. S., 
Max Niemeyer, 1906, in-80, xi-265 pages. 



88 Chronique. 

Flecliia sans le citer. Il n'a pas lu la note i, de la page 586 de VEssai sur 
l'orio-iiw de hi propriété foncière, où, au début du chapitre XV, renvoyant à 
la table alimentaire de Veleia, j'ajoute : cf. Giovanni Flechia, Di alniiie 
forme locaii delV Italia stiperiore, di.';scrtii:iioiu' liiigiiisticii, Tiirin, 1871, 
p. 62 et suivantes. 

Déjà en 1889, dans le tome P"" des Premiers hahitaïUs de l'Europe, 
p. 364, note, traitant du suffixe -asco, j'avais à ce sujet renvoyé au mémoire 
précité de Flechia; j'ai parlé encore de ce mémoire en 1894 dans le 
tome II, p. 48, des Premiers habitants de l'Europe. Mais dans ce volume la 
base sur laquelle je me suis principalement appuyé, comme je le dis dans la 
préface, p. vu, est l'ouvrage de K. Mùllenhoff, Deutsch: Altertumskunde, 
t. I, II, III, et, je puis dire ici, principalement les pages 189, 190 du 
t. III, publié en 1892 par M. Max Roediger. Les suffixes que Flechia, 
Mùllenhoff et moi considérons comme ligures sont fréquents dans la région 
qu'a étudiée M. Skok, ils font défaut dans la partie nord-ouest de la Gaule 
et dans les Iles Britanniques. Les exemples que Zeuss, Grammatica celtica, 
ire édition (1853), p. 775, 2e édition (1871), p. 808 % considère comme 
celtiques, appartiennent tous à l'Italie du nord sauf Caranusca, aujourd'hui 
Elzing près Buding, Alsace-Lorraine ^ C'est prendre plaisir à être arriéré 
que de s'en tenir sur ce point exclusivement à Zeuss. 

Quand Zeuss a écrit son immortel ouvrage, quand Ebel l'a réimprimé, 
ni l'un ni l'autre ne connaissait ni le travail de Flechia, ni surtout la 
démonstration faite dans le tome III de la Deutsche Altertumshnide. Cela 
n'empêche pas qu'il n'y ait de très bonnes choses à prendre dans le nombre 
énorme de faits linguistiques et géographiques réunis par M. Skok. 

VII 

M. Mario Esposito vient de donner dans les Proceedings de la Royal 
Irish Academy, vol. XXVI, section n" 15, un Liber de astronomia resxé 
inédit jusqu'ici et qui, dédié à Louis le Débonnaire, a pour auteur un 
moine irlandais nommé Dicuil. Dicuil vivait au ixe siècle. Il est connu sur- 
tout comme l'auteur d'un ouvrage géographique. De meusura orbis tcrrae, 
écrit en 825, publié à Paris deux fois, l'une par Walckenaer en 1807, l'autre 
par Letronne en 1814, et dont Gustav Parthey a donné à Berlin en 1870 
une troisième édition dédiée aux mânes de Letronne, mort en décembre 
1848, aux Archives Nationales dont il avait la garde 3. Le Liber de astrono- 
mia, publié par M. Mario Esposito a été découvert en 1879 par Ernest 
Dùmmler dans un manuscrit du ix^ qui appartient à la bibliothèque de 

1. Esta noter que le testament d'Abbon, abbé de Novalèse, cité par 
Zeuss d'après Mabillon, De re diplomatico, 1681, a été réimprimé en 1849 
dans les Diplomala de Pardessus, t. II, p. 370-378. 

2. Longnon, Atlas historique de la France, p. 26. 

3. Je ne puis lire cette dédicace sans émotion. A l'enterrement de 
Letronne, je faisais partie du cortège en qualité d'élève de l'Ecole des 
Chartes. C est un des premiers enterrements auxquels j'ai assisté. Com- 
bien ! depuis. 



Chronique. 89 

Yalcncicnnes. C'est d'âpres ce manuscrit que rédition a été faite. Dicuil, 
qui appelle l'Irlande tiostraiii iiisiilam Hibeniiiun ', paraît avoir été du ' 
nombre des savants irlandais qui, fuyant devant l'invasion Scandinave, 
trouvèrent au ix'^ siècle un asile paisible dans l'empire carolingien. 

VIII 

Le professeur Hermann Osthoff de Heidelberg, si connu par ses travaux 
sur la grammaire comparée des langues indo-européennes, a été faire un 
séjour pendant les mois de juillet et d'août 1907 dans une des l'îlesd'Aran 
qui, située à l'ouest de l'Irlande dans la baie de Gahvay et baignée par l'océan 
Atlantique, fut pendant quelques jours l'île de Patmos de ce nouveau Jean 
l'évangéliste, si telle comparaison est permise, car en la faisant M. Osthoff 
en demande pardon à son lecteur, n'étant, dit-il, en rien ni un apôtre ni 
un saint. 

Il vient de recueillir en une brochure de vingt-neuf pages, Bilder ans 
Irhutd, les souvenirs que lui a laissés son passage à Dublin en juin et son 
séjour en Aran pendant les deux mois suivants. 

En 185 1, 1.534.376 personnes en Irlande parlaient irlandais et sir ce 
nombre 319.602 ne savaient pas l'anglais. Aujourd'hui le nombre des 
Irlandais qui parlent la langue nationale est réduit à moins de moitié, 
620.189, dont 20.933 ignorent l'anglais. La ligne gaélique lutte contre 
cette marée descendante. A la tète de la ligue gaélique s'est placé le Dr. 
Douglas Hyde, si connu par ses ouvrages, et, en qualité de président, il 
mena le professeur Osthoff voir dans les rues de Dublin le 9 juin dernier 
la procession historique annuelle où le savant allemand vit figurer Cùchu- 
lin et Ossian. Mais son séjour dans les îles d'Aran ne lui permit pas d'assister 
à l'assemblée solennelle dite Qircachlas ^ qui se tint dans la seconde semaine 
d'août. Il n'en peut parler que d'après le journal Claidheamh 5 Soluis 
« Epée de lumière » numéro du 10 août dernier. Il termine ce qu'il avait 
à dire de Dublin en parlant du Trinity Collège, de la School of Irish Lear- 
ning, du Dr. Kuno Meyer et de la mort prématurée de John Strachan. 

Tel est en gros le sujet de la première partie de la isrochure de M. H. 
Osthoff. La seconde partie est consacrée aux îles d'Aran. On y voit le savant 
professeur âgé de soixante ans se promener dans une de ces îles avec un 
enfant de quatorze ans qui est à la fois son guide et son maître d'irlandais. 
Il se plaît a décrire les beautés naturelles de l'île et les souvenirs histo- 
riques qu'elle rappelle. 

Les femmes savantes ne sont pas rares dans les Iles Britanniques. A côté 
de Mni^s Eleanor Hull, Jessie L. Weston, Winifred Faraday, lady Gregory 

1. De inensina orbis terrae, édition de Gustav Parthev, p. 41, 1. 3. 

2. En moyen irlandais aireehtits, Windisch, Irische Texte, t. I, p. 554. 

3. Plus anciennement chiuleb, Gûterbock et Thurnevsen, Iinlices glossa- 
riiiii... in Granniiaticae celticae edilione altéra, p. 93. 



90 Chronique. 

vient de se placer M^e Mary A. Hutton avec un volume in-8o carré, de 
xii-495 pages, intitulé The Tâin. C'est un arrangement du Tdiii ho CùaiJiigi, 
et de ses préfaces, retnscéla, le tout en vers, environ dix mille vers anglais 
de dix syllabes non rimes. 

On se demandera pourquoi traduire exclusivement en vers une composi- 
tion dans laquelle les parties versifiées sont l'exception et qui doit au 
mélange de vers et de prose un caractère spécial effacé par la traduction 
uniforme en vers. 

Enfin il y a chez les femmes une délicatesse de sentiment qui les rend 
incapables de faire exactement certaines traductions. 

Miss Winifred Faraday elle-même quand vient le moment de parler des 
relations du roi détrôné Fergus avec la reine Medb (Casth-raiâ of Cualnge, 
p. 44), ne traduit pas littéralement les deux mots /;/' coiiilepaid {Lehor tia 
hUidre, p. 65, col. 2, 1. 45), qu'elle a rendu par in oiie anoiber's anus ■ et, 
p. 46, elle a laissé au fond de son écritoire la traduction du mot fi'iail, 
pensant qu'on ne pouvait décemment dire que des hommes avaient besoin 
d'uriner (Lehor na hUidre, p. 67, col. i, 1. 54). 

Mme Mary A. Hutton, nous montre, p. 240, les deux amants arrêtés 
derrière une belle fougère, et je ne sais pourquoi dans ce passage elle rem- 
place Cuillius le cocher d'Ailill par Ferlogà son successeur (édition Win- 
disch, p. 859, 860, 1. 5951, 5952). En effet Cuillius fut tué par Cûchulainn 
peu après l'aventure de Fergus et de Medb (Lehor na hUidre, p. 67, col. 2, 
1. 34-56), et Ferloga prit sa place. D'autre part, je n'ai pas eu le talent de 
trouver dans le poème anglais le passage correspondant à Lehor na hUidre, 
p. 67, col. I, 1. 34, où miss Winifred Faraday a supprimé cette chose mal- 
propre que les Français appellent urine, les Allemands harn. 

Mme Mary A. Hutton intercale avec raison dans le texte du Tain un 
arrangement des préfaces de cette composition épique. En tête, elle a placé 
le récit de la découverte du Tain : Do faUsigud Tdna ho Cùahige, livre de 
Leinster, p. 245, col. 2 ; mais des deux versions indiquées par le manuscrit, 
l'une, la plus ancienne, qui donne à un file la gloire d'avoir fait sortir un 
mort du tombeau, l'autre plus récente qui fait de cette résurrection 
momentanée un miracle opéré par des saints chrétiens, c'est la seconde, 
qu'elle a préférée. Elle en a donné une rédaction très développée (p. 4-6). 

Son livre est cependant une publication utile. Il contribuera à faire con- 
naître la vieille littérature de l'Irlande dans le monde si nombreux qui ne 
peut lire que des ouvrages de vulgarisation. 

X 

Nous parlerons en d'autres termes d'une publication que vient de flaire 
paraître à Londres la maison David Nutt, si féconde en ouvrages impor- 



I. Le sens litt»'ral de /.'/ coiiiJepaid est « commun lit », mais comme il n'y 
avait pas d'autre lit que la terre nue, la traduction française paraît devoir 
être« couchés ensemble ». 



Chronique. 91 

tants au point de vue celtique ; c'est une étude sur les noms de lieu des 
Decies par le Rév. P. Power, membre de la Royal Irish Academy '. 

Les Decies, mieux Dessi, sont une population irlandaise établie dans 
l'Irlande du sud-est aux diocèses de Waterford et de Lismore, autrement 
dit dans les comtés de Cork, Tipperary et Waterford. Les noms de lieu 
dont s'est occupé M. Power diffèrent beaucoup entre eux d'origine et de 
date : il y en a qui remontent plus haut que l'arrivée des Celtes en Irlande, 
et qui proviennent d'une population étrangère au groupe indo-européen, 
de plus récents sont celtiques, bretons, Scandinaves, anglais : parmi ceux-ci 
il y en a qui datent du temps d'Elisabeth, de Cromwell, même du roi 
d'Angleterre Guillaume III, 1689-1702. L'auteur suit l'ordre topogra- 
phique, puis donne quatre index alphabétiques : 1° paroisses, 2° ioii'iilaiids 
ou lieux dits, 30 noms irlandais, 4° noms anglais. Si dans une seconde édi- 
tion il ajoutait trois index, un des noms antérieurs à l'invasion celtique, un 
autre des noms Scandinaves, le dernier des noms brittons -, il augmente- 
rait par là l'intérêt de sa publication. D'autre part il rendrait service à cer- 
tains érudits s'il donnait plus de précision à ses renvois. Ainsi, p. viii, 
note I, il parle de la publication de M. Kuno Meyer sur une migration des 
Dessi, il ne dit pas où a paru cette publication qui se trouve dans Y Cvium- 
rodor, t. XIV, comme l'a dit hReiiie Celtique, t. XXII, p. 350-351. 

XI 

On peut considérer comme inférieur à cet ouvrage la thèse de M. Raoul 
de Félice intitulée Essai sur l'onomastique des rivières de Frauce K C'est un 
sujet excessivement difficile à traiter, et l'auteur a des langues celtiques 
une connaissance un peu superficielle ; c'est ainsi que, page 7, il traduit 
hriga « forteresse » par « pont » ; p. 79, il écrit rite- au lieu du gaulois 
ritu- « gué », en gallois rhyd; cf. le breton vannetais, er rit « a gué » +; 
il confond la racine rét « courir », qui est dans l'irlandais rethini >) 
rithini ^ « je cours » avec la racine per « traverser » qui se trouve à la fois 
dans le latin ^or/i7, dans l'anglais/orJ « gué », dans le zend perelu- « pas- 
sage, entrée, porte, gué, pont », et qui dans le gaulois ritu- a perdu suivant 
la règle son p initial ". Dlvos, ou mieux dluos, est latin, la forme celtique 

1. The Ptace names of Decies, 1907, un vol. in-80 de x.\vii-503 pages et 
3 cartes. 

2. Je ne demande pas d'index des noms français. Je n'en ai relevé qu'un. 
Grâce Dieu, p. 386, qui paraît garder le souvenir d'une fondation monas- 
tique du mo\en âge. 

5. Paris, Champion, 1906, in-B", 166 pages. 

4. Troude, Nouveau dictionnaire pratique français et breton, p. 455, au 
mot gué. 

5. Windisch, Irische Texte, t. I, p. 757. Walde, Lateinisches etymolo^isches 
JVoerterhuch, p. 530 au mot loto. 

6. Whitley Stokes, Urkelti-cher Sprachschat:^, p. 231. 

7. Brugmann, Grundriss der ven^leichenden Grannnatih, t. I, 2^ édition, 
p. 517; 'Walde au mot porta. 



92 Chroinijiic. 

était (IPkos ', c'est ;\ tort qu'à la p;igc ^S M. de Félice donne illvos comme 
gaulois. 

Ce qu'il dit p. 74 de la racine ap montre qu'il ignore la règle celtique de 
la chute du p. 

Cela n'empêche pas qu'il n'y ait quelques bonnes choses dans le volume 
de M. de Felice, ainsi ce qu'il dit, p. 73, de l'irlandais esc « eau » est con- 
forme à la doctrine de M. Whitle\- Stokes, Urkcllischer SprachschUi. 
p. 329. 

XII 

Un ouvrage d'une toute autre valeur est celui que notre savant collabo- 
rateur M. Vendryès vient de publier, et qui est la grammaire des textes 
réunis par MM. Whitley Stokes et Strachan dans les deux volumes de leur 
Tlk'Siiiirus pahieobibi'niicus avec exclusion des textes moyen irlandais, tels 
que ceux du Lchor iia bUidre et du livre de Leinster -. Cette grammaire est 
divisée en trois parties : phonétique, morphologie, svntaxe. 

L'auteur se tient dans son sujet, il évite les excursions dans le domaine de 
la grammaire comparée, mais il paraît être du nombre de ceux qui croient 
à la primitive unité italo-celtique.Il a, autant que possible, dans sa morpho- 
logie, imité l'ordre traJitionnel de la grammaire latine. Chez lui la première, 
déclinaison de l'irlandais comprend les thèmes en à, la seconde les thèmes 
en 0. Par là le paradigme de tuath 'peuple' = tenta, touta, Idia, p. 96, est 
rapproché du paradigme de iiieitsa tel qu'on le trouve par exemple dans la 
grammaire latine de Madvig 5 et le paradigme de fer « homme » = uiros 
est rapproché de celui de doiiiiiitis dans la même grammaire *. La concor- 
dance ensuite n'est plus si rigoureuse. La 3e déclinaison irlandaise de 
M. Vendryès comprend les thèmes en / que la grammaire latine met dans 
la troisième déclinaison, mais exclut les thèmes consonnantiques; elle com- 
prend aussi les thèmes en u qui constituent la 4^ déclinaison latine. 

Quant à la 4^ déclinaison irlandaise de M. Vendrvès, elle comprend les 
thèmes consonnantiques qui constituent la majeure partie de la 3*^ déclinai- 
son latine. 

Passons à la conjugaison. M. Vendryès met dans la f^ conjugaison, 
p. 191-195, les thèmes en -a, rapprochant ainsi lègaim « je lis », d'i/wo5 ; les 
thèmes en / forment sa 2e conjugaison, qui correpond à la fois à la 2^ et à 
la 4e conjugaison latine, puisque en celtique Ve long caractéristique de la 
2e conjugaison latine, iiioucre, se prononce / ci se confond avec i'7 caracté- 

1. Brugmann, t. I, 2^ édition, p. 187. 

2. Collection linguistique publiée sous la direction d'A. Mcillet. — 
Grammaire lin vieil irlandais, phonétique, morphcloi;;ie, syntaxe, parj. \'endryès, 
chargé du cours de grammaire comparée à la Sorbonne. E. Guilmoto. 
éditeur, 6, rue Méziéres, Paris, un vol. in-S» de x-408 pages, prix : 25 francs. 

3. Troisième édition de la traduction française publiée chez Hachette, 
par N. Theil,.p. 23, 24. 

4. Ibidem, p. 25, 26. 

5. Ibidem, p. 104. 



Chronique. 93 

ristique de la 4'^ conjugaison latine, audlre ; ainsi h'iciiii, 2^ conjugaison 
irlandaise chez M. Vendryès, peut être rapproché quant à la désinence à la 
fois de nioneo, 2^ conjugaison latine, et de aitdio, 4'". 

La 5^ conjugaison irlandaise de M. Vendryès, p. 200-208, correspond à 
la 3*= conjugaison latine. 

L'ordre adopté par M. E. Windisch dans sa Kuijgejassle irischc Graiii- 
tualik semble plus logique, mais celui qu'a préféré M. Vendryès a l'avantage 
de mettre en relief l'intime parenté du vieil irlandais et du latin. 

On peut dans le détail lui adresser quelques critiques. Par exemple il 
n'a pas expliqué, p. no, la cause de l'apparente irrégularité qu'offre la 
déclinaison du vieil irlandais beii femme. Ce mot a deux thèmes : heu femme 
r= bénâ =igiiemi, les autres cas sont empruntés au thème réduit iimâ ^=hiiâ 
r= gijiiâ en grec y-jvr|', qui dans cette langue n'est usité qu'au nominatif 
singulier, tandis qu'en irlandais la forme réduite n'est pas employée à ce cas 
et a fourni tous les autres cas. Il est curieux de trouver dans le grec ;j.vxo;j.ai 
la même déformation du groupe i^y/; que dans l'irlandais niinl, génitif de heu. 

La phonétique de M. Vendrvès contient plusieurs observations intéres- 
santes. Un des faits extraordinaires qu'offre l'orthographe du vieil irlandais 
est ceci que deux sonores consécutives se réduisent à une seule lettre qui est 
une sourde. Ainsi du verbe adgladiir, l'infinitif est acaldain, mais cette singu- 
larité n'est qu'apparente. Dans acdldain, c intervocalique est la notation du Li- 
tton aspiré, qu'on n'a pu écrire 0- parce que dès cette époque t,»^ intervocalique 
est aspiré (p. 25). L'orthographe moderne agallaïuh exprime en ce qui 
concerne la gutturale une prononciation qui remonte au vieil irlandais. De 
même en vieil irlandais le p intervocalique doit se prononcer h ; le p entre r 
et voyelle : coiinirpi, a la même valeur. 

Le vieil irlandais, niag a aujourd'hui en Irlande deux prononciations, l'une 
est avec a long, nidgh, c'est la prononciation indiquée par Dinneen, Foclôir 
GaedhiJge agiis Bearla, 1904, p. 456; et M. Vendryès, p. 18, en a trouvé, 
un exemple dans le ms. de Wùrzburg, un des plus anciens mss. irlandais que 
nous ayons. Mais en vieil irlandais cette orthographe est une exception et la 
notation nnigb sans apex, donnée par O' Neill Lane, Eiiglish-irish Dictio- 
iiarv, 1904, aux mots Jicld et phiin, p. 208 et 420, nous offre Va bref ordi- 
naire dans ce mot en vieil irlandais. 

P. 26, M., Vendryès dit que le /' de niarh « mort », aujourd'hui iiiarbh, 
était spirant, c'est-à-dire se prononçait v en irlandais, il ne donne pas la 
preuve la plus concluante, c'est la notation galloise marie avec le -iv = ic 
consonne du latin niortiios. Le vieil irlandais delb « forme » aujourd'hui 
dralbh, peut donner lieu à la même observation : le gallois deliv « image, 
idole », est le même mot. 

Je regrette que, p. i, parlant de l'alphabet ogamique, M. Vendryès ait 
négligé de dire que le signe désignant la lettre/?, est une addition étrangère 
au système primitif de cet alphabet. La lettre ogamique qui, suivant lui, a eu 
les deux valeurs d'/et de z', a eu aussi celle d'w, en français ou. Un mot qui 
figure plusieurs fois dans les inscriptions ogamiques est le génitif singulier 

I. Cf. Whitlev Stokes, UrkcHischcr Sprachschati, p. 167. 



94 Chronique. 

du vieil irlandais aiie « petit-fils », en moyen irlandais iia, aujourd'hni o ; 
les éditeurs d'inscriptions ogamiques écrivent ce génitif singulier AVI, mais 
l'orthographe du nominatif singulier in(^« petit-fils », = auios, nous montre 
que le V d'AVI doit être prononcé ou : 

Creitfed, traduit par croira, p. 297 aurait dû être traduit par croirait. 

Quoi qu'il en soit de ces petites critiques, la grammaire de M. Vendrvés 
est une oeuvre considérable qui pourra servir de préface à une grammaire du 
moyen irlandais. Une grande partie des textes movens irlandais sont des 
copies de textes vieil irlandais, copies dans lesquelles le copiste a tantôt 
conser\'é la notation du ms. primitif, tantôt substitué à ces vieilles formes 
celles de la langue que ce copiste parlait. 

XIII 

Nous apprenons la mort du Dr. Robert Atkinson, enlevé par les derniers 
progrès d'une paralysie lente qui lui avait ôté toute possibilité de travail, 
et qui enfin l'a emporté. C'est le sixième celtiste frappé par la mort dans 
l'espace d'un an, deux en Italie, MM. Xigra et Ascoli, deux en Grande- 
Bretagne M.M. Macbain et Strachan, un en France M. Victor Henrv, le 
dernier en Irlande le professeur Atkinson, que peu auparavant, la maladie 
avait contraint à prendre sa retraite. 

Voici les dates auxquelles sont décédés les cinq premiers : 

Ascoli, le 20 janvier 1907 ; 

Henry, 9 février suivant ; 

Macbain, le 5 avril ; 

Nigra, le 30 juin ; 

Strachan, le 25 septembre. 

C'est le 10 janvier 1908 que le professeur Atkinson est venu clore cette 
liste funèbre. 

On doit à ce laborieux érudit les Introductions, Contents et Index placés 
en tète : i^du fac-similé du Book of Leinster, 1880, 90 pages in-fo ' ; 2° de 
la photogravure du Book of BaHymotr, 1887, 22 pages in-f° , 3° de celle du 
YeUou.' Book of Lecan, 1896, 30 pages in-fo. Les photographies de ces deux 
derniers volumes, l'un de 501 pages, l'autre de 468, tous deux in-fo, ont été 
exécutées sous sa direction, mais on ne peut lui imputer les taches qui dans 
plusieurs endroits rendent la reproduction photographique illisible, ces 
taches sont la conséquence de la fabrication défectueuse soit de l'encre, 
soit du parchemin dont faisaient usage les scribes irlandais du moyen âge. 
Des manuscrits français du même temps la photographie est quelquefois 
plus lisible que l'original. Pour les manuscrits irlandais, c'est le contraire 
qui se produit. Peut-être est-ce la faute du soleil. 

I. Le premier volume de ces fac-similés, avait paru en 1870 sous le titre 
de Leabhar na h-Uidhri avec une préface signée J. T. Gilbert et une des- 
cription du ms. par Eugène O' Curry alors décédé ; le second volume, 
Leabhar Breac est daté de 1876; la préface est signée Samuel Ferguson, 
suivent Description et Contents, sans signatures. 



Chroiiitiue. 95 

Robert Atkinson, avant terminé la publication de ces photogravures, a 
fait paraître en 1901 les tomes V et VI des Ancient Laivs of Ireland, 
deux volumes in-80, l'un de xv-)96 pages, l'autre de vi-792 pages ■. 

On doit en outre à Robert Atkinson : 

1° le tome II des Todd Lectures Séries, contenant : The Passions and 
Hoinilies front Leabbar Breac, text, translation and Glossary, un volume in-S" 
de 9)8 pages in-S", 1887 ; 

2° le vol. II, première partie, des Irish Munuscript Séries, publiées par la 
Royal Irish Academy, sous ce titre : Tri hior ghaoithe an hhdis « The three 
Shaftsof Death, par Geofïrey Keating, texte, glossaire et appendice, 462 et 
XXXII pages, 1890 ; 

30 en collaboration avec M. J. H. Bernard les tomes XIII et XIV des 
publications de la Henry Bradshaw Society, contenant le livre irlandais 
des hymnes, The Irish Liber Hymnorum, texte, glossaire, traduction et 
notes, XXXII-299, LVIII-261 pages, 1898. 

Il n'a pu terminer le grand dictionnaire irlandais de la publication duquel 
il était chargé. Mais on peut dire qu'il a accompli sa tâche d'érudit : le 
nombre des volumes auquel son nom est attaché s'élève à huit ; et nous ne 
parlons ici que de celles de ses publications qui concernent les études 
celtiques. 

Qiiand on a vieilli comme celui qui écrit ces lignes il y a une chose 
bien pénible suivant nous, c'est de ne pouvoir jeter les yeux sur la plupart des 
livres qu'on possède sans voir se dresser au loin derrière le volume qu'on 
a près de soi, le tombeau d'une homme qu'on a connu et souvent qu'on a 
aimé. Je serai toujours reconnaissant de l'aimable accueil qu'en 1881 j'ai si 
souvent trouvé dans l'agréable habitation de Robert Atkinson, Clareville, 
Upper Rathmines, à Dublin. 

H. d'Arbois de Jubainville. 

I. Le premier volume date de 1865. Les copies et les traductions qui 
ont servi debase à cette publication sont l'œuvre d'O' Curry et d'O'Dono- 
van. Le tome VI, glossaire, est l'œuvre de Robert Atkinson, cf. Revue 
Celtique, t. XXXIV. p. 328. 



PÉRIODIQUES 



Sommaire. — I.Archiv fiir celtischeLexicognipbic. — II. Celtic Review. — III.Eriu. 

— IV. Zeitscbrift fur romanische Philologie. — V. Indogermanische Forscliungen. 

— VI. Zeitschril't fiir verglcichcnde Sprachforscbung. — VII. Romania. — VIII. 
Analecta Bollandiana, — IX. Journal ol'the Society of Antiquaries of Ireland. — 
X. Revue des Études anciennes. — XI. Folklore. — XII. Pro Alesia. — XIII. 
Annales de Bretagne. — XIV. Mémoires de la Société de linguistique de Paris. 

— XV. Revue des traditions populaires. 



I 

Nous apprenons avec un vif regret que la 4e livraison du tome III de 
Y Aichiv fïir celtische Lexicographie, dirigée par MM. Whitley Stokes et Kuno 
Mever, sera la dernière de cette importante et si utile revue ; les trois 
volumes parus deviennent la propriété de la Roval Irish Academv. 

L'avertissement qui prévient le public de ces faits se termine par une 
annonce importante : le grand dictionnaire irlandais, dont la Roval Irish 
Academv avait projeté la publication et de la préparation duquel le regretté 
Robert Atkinson était chargé, va être entrepris par M. Kuno Meyer avec 
la collaboration de M. Osborn J. Bergin. Ces deux savants linguistes 
pensent commencer par donner une suite au tome I" des Coiilribiitioits lo 
irish Lexicogmphy, qui, publié comme supplément à VArchiv fur celtische 
Lexicographie a été terminé en 1906 et qui comprend les mots commençant 
par les lettres A. B. C. Ils pensent mettre sous presse dans deux ans la 
lettre D du dictionnaire nouveau. 

Ce dictionnaire ne sera pas, comme les Coiitribulioiis, un complément 
du glossaire mis par M. Windisch à la fin du tome le"" des Irische Texte et 
de celui par lequel Robert Atkinson a terminé ses Passions nnd HoniiJies. 
Ce sera autant que possible un dictionnaire complet de l'ancien et du moyen 
irlandais. 

La livraison d'où nous tirons ces nouvelles contient d'importants articles. 
Les deux premiers, dus à M. J. Loth, sont intitulés l'un : 

« Les gloses à Smaragdus », l'autre : « Etymologies diverses ». 

J'ai parlé des gloses à Smaragde dans le tome XXVII de la Rei'iie cel- 
tique, p. 1 51-154. L'objet que s'est proposé M. J. Loth est de compléter et 
rectifier mon article. M. E. Ernault a traité le même sujet dans le tome 
XXVIII, p. 45-56, de la Kei'tie celtique. Pi:\somic ne pourra contester la 
compétence de nos deux savants collaborateurs. 



Périodiques. 97 

Les (Jtymologic's diverses de M. Loth sont bretonnes, comiques et gal- 
loises. Il connait aussi à fond son sujet. 

• Vient ensuite un recueil de noms d'écrivains irlandais, tirés par 
M. Alfred Holder d'un ms. du ix^ siècle, le n" CCXXXIII de Reichenau. 
Parmi eux le plus fréquent est Brcccauus ou Brecanus, dont Bcrcanus filius 
Aido semble être une variante, cf. Brecaii iiiacc Aido dans les additions à 
Tigernach publiées par M. Whitley Stokes, The t ripait ile Life of Patrick, 
t. II, p. 348, 1. 27. Bdnhâmts dont le nom se rencontre une fois dans les 
extraits de M. Holder peut être identique au Banban egnaidlj dont le nom 
se trouve au neuf mai, page 122, du Martvrology of Donegaî publié en 1864 
par James Henthorn Todd et William Reeves. Ce Banban est le même 
probablement que Banban, fer Icgiiid Cillidara, lecteur de Kildare, mort en 
68s •• 

Ensuite M. Whitlev Stokes publie deux glossaires qui pourront servir 
aux auteurs du grand dictionnaire en préparation ; ils ont été conservés par 
un manuscrit de la collection Stowe, aujourd'hui dans la bibliothèque de la 
Royal irish Academv, sous la cote C. i. 2. Le premier glossaire n"a pas de 
titre, le second est intitulé Foriis Focail. Est-ce \c Foras focal « science des 
mots » cité parO'Clerv dans son Fochlâir no saiiasaii tiûa, « Nouveau vocabu- 
laire ou petit glossaire [irlandais] », 1643 -. Ces glossaires pourront être uti- 
lisés par MM. Kuno Meyer et Bergin pour la préparation du grand diction- 
naire irlandais qu'ils vont entreprendre. 

Les deux articles suivants sont de M. Kuno Meyer. Dans le premier, le 
savant auteur publie d'après le ms. H. 3. 17 de Trinity Collège un poème 
écrit par Fingin, auteur du neuvième siècle, pour les Fir Ardae, qui habi- 
taient la baronie dite aujourd'hui Ferrard, comté de Louth en Leinster, 
comme l'a dit O'Donovan dans son catalogue des manuscrits irlandais de 
Trinitv Collège et dans le tome VU de son édition des Annales des 
Quatre Maîtres. Les Fir Ardae apparaissent au génitif pluriel, Fear n-Arda, 
Fer n-Arda sous les dates de 921 et 954 dans les Annales des Quatre 
Maîtres, t. II, p. 608, 672. Un index des mots difficiles termine cet article 
de M. Kuno Meyer. 

Le second article de M. Kuno Mever est un recueil de quatorze textes 
irlandais inédits, les premiers d'après copie de 1628 par Michel O'Clery 
ms. de la collection Stowe qui est aujourd'hui coté B. IV. 2 dans la biblio- 
thèque de la Royal irish Academy, les suivants d'après d'autres mss. 
Signalons, p. 323, le court morceau intitulé Aided Neil! Nôigiallaig, 
« Mort violente de Niall aux neuf otages » qui se rapporte à l'histoire de 
la Grande-Bretagne au cinquième siècle de notre ère. Niall aux neuf otages 

1. Annales de Tigernach, éditées par Whitley Stokes, Revue celtique, 
t. XVII, p. 209, cf. Annala Ulad, publiées par William Hennessy, t. I, 
p. 136. 

2. Voyez l'édition donnée qar M. Arthur W. K. Miller, Revue celtique, 
t. IV, p. 354; cf. O'Currv, Lectures on the manuscript Materials of ancient 
irish Hisiory, p. 177, 559, où le titre est écrit : Fo rus focail « science du 
mot ». 

Revue Celtiqw, XXIK. 7 



98 Périodiques. 

serait mort en 411 sur les bords de la Manche, /f tutiir n-Icht, suivant le 
Cbronicuiii Scotoium ' ; cet événement est daté de 405 par les Annales des 
quatre maîtres '. Si l'on admet comme probable une date intermédiaire, 
408, cette date s'accorde avec celle des événements connus par un passage 
de l'historien Zozime où l'on voit les habitants de la Grande-Bretagne, 
abandonnés par l'empereur Honorius, prendre les armes et triompher des 
barbares ', parmi lesquels outre les Irlandais pouvaient déjà se trouver des 
Saxons comme dit le texte publié par M. KunoMever, p. 325. 

D'après ce texte il y aurait eu déjà des Saxons en Grande-Bretagne avant 
la mort de Niall qui eut lieu au plus tard en 411 +. 

Cette livraison se termine par l'errata et par l'index des trois volumes, 
enfin parles pages 639-670 des Contributions ta irish Lexicography , de dichra 
à dno. 

II 

Depuis notre dernier compte rendu, Reviir celtique, t. XXVIII, p. 560, il a 
paru deux livraisons de la Celtic Revieiu, celles de juillet et d'octobre 1907 
formant les 192 premières pages du volume IV de ce périodique. Le pro- 
fesseur Mackinnon v continue la publication du Glenmasan manuscript et 
le Rév. Charles Robertson son étude sur les dialectes gaéliques d'Ecosse, 
M. Henry Jenner son mémoire sur le drame comique, M. Kenneth Mac- 
beod ses éditions de courts poèmes, etc. 

Au point de vue historique le plus important des articles est celui que le 
professeur Auwyl a intitulé, Wales and the Britons in the Korth, p. 124-15 1, 
C'est une chose bien connue que Dumbarton — Dùn-Bietan, sur la Clyde 
en Ecosse, — veut dire « forteresse des Bretons ; » M. Anwyl a colligé un 
recueil d'indications de textes relatifs à ces Bretons septentrionaux. 

III 

La seconde partie du vol. III d'Eriu débute par un mémoire de 
M. Anscombe sur VExordium des Annales Camhriac^. L'objet que l'auteur a 



1. Édition Hennessy, p. 18, 19. 

2. Édition O'Donovan, t. I, p. 126, 127. Dans les notes O'Donovan cite 
les vers 251,252 de Claudien, De considatu Stilichonis, livre II, édition de 
1. Jeep, t. I, p. 239. Mais dans cette pièce il s'agit du premier consulat de 
Stilichon. elle a été écrite dès 399 : voir la préface de Jeep, p. xxvii-xxix. 
Il y est donc question d'événements antérieurs à la mort de Xiall. 

3. Oi Te oJv £/. tf,; BcîTTavôaç o-Àa Èvovvtî; xx". isiov aÙTWv —poxivô'jvê'j- 
aavTc;, Ti/.-jOîpojjav Ttov È-'.zs'.aivov 'jjO.oZiotov -'x: ~ô\v.i. Zozime, 1. VI, C. 
5, p. 322 de l'édition d'Immanuel Bekker dans le Corpus scriptonnn ecclesiue 
Bxiantinae, cf. Pétrie, Monuinenta historia Britannica, p. LXXix. 

4. Cf. Élton, Origins of English Historv, 2^ édition, p. 344 et suivantes, 
cf. Claudien, De consulatu Stilichonis, lib. II, vers 255, édition Jeep, t. I, 
p. 259. 

5. M. Anscombe appelle ainsi le texte qui occupe la page 209 du tome III 



Périodiques. 99 

en vLiu est Je maintenir contre tout contradicteur la date proposée en 1848 
pour l'établissement définitif des Saxons en Grande-Bretagne par le Chro- 
iioho^icd Ahslracl inséré dans les Moiiunieiita historica hiitannicci, p. 143. 
Cette date est 428. Voir ci-dessous, p. 107. 

Ensuite M. Kuno Mever donne la seconde édition d'un texte relatif aux 
migrations des Dessi dont il a fait paraître la première édition : Tairired 
un ii-Dess! en 1901 dans v Cyi)iiiirodor, t. XIV, p. 104-135. Le titre de la 
seconde édition est De causis torche iia ii-Dcisi. La base des deux éditions 
a été fournie par deux manuscrits de la Bibliothèque Bodléienne d'Oxford, 
Rawlinson B. 502 pour la première édition, Laud 610 pour la seconde. 
Les sept combats livrés par les Dessi au roi suprême Cormac (Eriu III, 
p. 136, 1. 19) apparaissent aussi dans les Annales Tigernach '. Les Annales 
des quatre maîtres datent ces batailles de l'an 265 de notre ère '. 

Le 3e article est une édition ^vec traduction par M. J. G. O'Keeffe d'un 
poème sur l'observation du dimanche ; il le publie d'après un ms. des 
Franciscains de Dublin. 

Le 4e article, par M. Kuno Meyer, donne le texte irlandais et la traduc- 
tion de la plainte d'Eve après sa faute. C'est un poème conservé par un ms. 
de la collection Stowe, écrit en 1628 par Michel O'Clerv. 

Dans le 5'' article, M. R. J. Best publie et traduit d'après le Book of 
Fermov, xve siècle, les « Aventures d'Art, fils de Conn ». Suivant les 
Annales des Quatre Maîtres, Art fut roi suprême d'Irlande de l'an 166 de 
notre ère à l'an 195, et Conn, son père, avait régné de 126 à 157 >. Dans 
le texte inédit jusqu'ici, que publie M. Best, on voit apparaître des druides, 
il est question de sacrifice humain, de la Terre de la promesse, Tir tairngire, 
où C^onn aborda et de laquelle il regagna l'Irlande en trois jours et trois 
nuits. Puis Art, son fils, entreprit aussi un vovage par mer et finit par 
arriver à la Terre des merveilles, Tir iia ii-Ingiiad, où il trouva une femme 
qu'il épousa et ramena en Irlande. Tir tairngire « terre de la promesse », 
Tir lia n-iiignad « terre des merveilles » sont des expressions nouvelles 
substituées au nom du Mag Mell « plaine agréable» où, suivant le Serglige, 
Cùchulainn était allé chercher femme. Les « Aventures d'Art » sont en 
une certaine mesure imitées du Sei-glige. Le sacrifice humain, projeté et 
non réalisé, semble emprunté à Xennius +. 



des Chronica viinora publié par Mommsen en 1894 dans les Mouuvieuta Gcr- 
maniae historica in-40 (cf. Moinimeiita historia hritaiinica, p. 76 D, 77 
BC). Suivant ce document l'arrivée des Saxons sous le règne de Vortigern 
aurait eu lieu quand Félix et Taurus étaient consuls, lisez Flavius Constan- 
tinus Félix et Flavius Taurus, cf. Go\au, Chronologie de Fempire Romain, 
p. 624. Ces consuls sont en effet ceux de l'année 428, comme on le lit 
dans Moniimeiita historica hritannica, p. 77 en marge. 

1. Edition Whitlev Stokes, dans Revue celtique, t. XVII, p. 19. 

2. Edition d'O'Donovan, t. I, p. 114. 

3. Édition d'O'Donovan, t. I, p. 102-109. 

4. Moiiuwenta GerviaiiiiV historica in- 4°, Chronica minora, t. III, p. 182, 
et suivantes. Pétrie, Monumenta historica hritannica, p. 67. 



100 Périodiques. 

Le 6e article a pour objet l'état de l'Irlande au xvie siècle, l'auteur est 
Madame). R. Green. 

Le sujet du 7'-' est un poème latin du ix^ siècle (?) adressé sut le continent 
par un irlandais nommé Colman à un autre irlandais son homonyme qui 
retournait en Irlande. L'éditeur est M. Kuno Mever. 

Dans le huitième article, M. E. J. Gwvnn a réuni quelques notes gram- 
maticales. 

Le neuvième met sous les veux des lecteurs à'Eriii un poème irlandais 
sur la crucifixion de J.-C, ce poème copié et traduit par M. Tomâs 
O'Màille. 

Le loe et dernier article est consacré par M. Kuno Mever à la mémoire 
de John Strachan dont le portrait a été mis en tête de la livraison. 

Elle se termine par les pages 65-80 de l'édition du Tciiii hô CùaiJugi que 
nous devons à M. O'Keeffe. 

IV 

Dans le t. XXXI, p. 641 et suivantes de la Zeitschrift fur romanische 
Philologie, M. H. Schuchardt a publié un article intitulé Elymologische 
où p. 653, il a placé une étvmologie celtique : il parle d'un poisson appelé 
cragticus dans un vieux glossaire anglais. Il est vraisemblable que ce mot est 
identique au gaélique d'Irlande et d'Ecosse cicagach, traduit par coiiger-eel 
dans le dictionnaire d'O'Reillv, et par coiiger dans celui de la Highland 
Society ofScotlaiid ; il s'agit de l'anguille de mer. 

Dans le tome XXXII, p. 79, de la même revue le même savant pro- 
pose de considérer Compluluin, nom de ville d'Espagne, comme une défor- 
mation d'un celtique com-snitu- « confluent ». L'5 initial de srutu- est devenu 
/dans le breton froiid « torrent », dans le gallois //Vii'rf « torrent, cours 
d'eau ». Il se serait prononcé p en Espagne par assimilation à Y m antécé- 
dant, et cela dès le temps ou écrivaient Pline l'anc'en et le géographe Ptolé- 
niée, premier et second siècle de notre ère '. 

V 

Parmi les savants articles contenus dans les livraisons 3'' et 4e du tome 
XXII des IxDOGEHM.wiscHE FoRSCHUXGEN nous citerons en premier lieu 
celui où p. 385, 386, M. Whitlev-Stokes donne trois exemples de présents 
irlandais en s : i" essim « je demande » = * pelso, cf. latin peto; 2^ géssini 
«je crie » = * gmigsio, cf. Yoyvj^civ « gronder, murmurer » ; 3e Icssaivi 
« je bats violemment », cf. latin plaiigo « je frappe avec bruit », grec 
-ÀTiJ^M, futur -/.r[:/,), parfait -izlr,/ 1 « frapper ». 

Aux pages 317 et suivantes, M. 'W. Fr. d. Otten-Saken cite plusieurs 
mots néo-celtiques, l'irlandais caire « blâme », certi, ceniine « écuelle », 
coire « chaudron », le breton keni « sonmiet de la tête », le gallois 
cent « mâchoire » qu'il rapproche de mots slaves. 

I. Alfred Holder, AltceJlischer Sprachschati, t. 1, col. 1087, 1088, donne 
l'indication de textes plus récents. 



Périodiques. loi 



VI 

La 4e livraison du tome XLI de la Zeitschrift fur vergleichende 
Sprachi-orschung, fondée par A. Kuhn, contient sous le titre d'Irisb 
Etyma, un important supplément par M. Whitley Stokes à son Urkeltiscber 
Sprachaschti. Le nombre des articles est de quarante six, couvrant dix pages. 
Nous regrettons vivement que cet article n'ait point paru dans la Rtviie 
celtique. Cependant être jaloux est un mauvais sentiment. 

VII 

M. H. Oskar Sommer a donné à la Romamia, t. XXXVI, livraison de 
juillet et d'octobre 1907, un article rédigé en anglais sur un texte espagnol 
de la Quête du saint Graal publié à Tolède en 15 15 et à Séville en 

VIII 

Dans le Bulletin des publications hagiographiques qui renferme le 
t. XXVI, fascicule II-III, p. 340, 341, des Analecta Bollandiana nous 
signalerons le compte rendu d'un volume dont il a été parlé dans la Revue 
celtique, t. XXVIII, p. 82, 83 ; c'est le livre intitulé : L autre monde, mythes 
et lègemles. Le purgatoire de saint Patrice, par M. Philippe de Félice. Le 
tome XXVII, fascicules p. 35-60, du même périodique nous offre, précédé 
d'une savante introduction, par le P. Delehaye, le récit en latin du pèle- 
rinage fait au purgatoire de saint Patrice par le hongrois Laurent de Pasztho 
en 141 2. Ce récit, écrit à Dublin par un notaire impérial de cette ville 
immédiatement après le pèlerinage, nous a été conservé par un manuscrit 
du xve siècle qui appartient au Musée Britannique ; il occupe les pages 43- 
60 du volume des Analecta. La préface du P. Delehaye donne entre autres 
renseignements une liste des pèlerins qui ont visité le purgatoire de saint 
Patrice au xiii, au xiye et au xve siècles jusqu'à sa destruction en 1497 par 
ordre du pape Alexandre VI '. Le monument visité par M. de Félice 
remonte à une date plus récente. 

IX 

La seconde livraison du tome XXXVII du Journal of the Royal 
Society of ANTiauARiES of Ireland contient, p. 181 et ss., un article de 

I. Annales d'Uhter, t. 111, p. 416, 417. Le P. Delehaye ne dit rien du 
pèlerinage d'Owen en 1153, s'-^'' Itrquel on peut voir, dans la collection du 
Maître des Rôles, Mathaei Parisiensis chronica majora, éditées par Richard 
Huard, vol. II (1874), p. 192-203, où Owen est appelé Hoenus. Marie de 
France, dans son Purgatoire de saint Patrice, écrit au cas direct Oweins, si 
l'on s'en rapporte à l'édition de Roquefort, Poésies de Marie de France, t. II, 
p. 454. 



Î02 PérwâUjues. 

M. George Coffjy, sur des moules de pierre trouvés en Irlande qui avaient 
servi à fondre des pointes de lances en bronze; p. 187-259 un inventaire 
par M. Henry S. Crawford des croix monumentales de pierre qui existent 
en Irlande ; de nombreuses planches accompagnent cet article. Enfin nous 
signalerons, p. 240-241, une notice sur les débris d'une habitation lacustre; 
p. 242-245 les renseignements malheureusement incomplets donnés par 
M. T. J. Westropp sur une inscription ogamique aujourd'hui perdue et dont 
la partie conservée par un dessin semble devoir être lue : dma maq.i 

RAGATTESS '. 

En tête de la 5e livraison M. Goddard H. Orpen critique avec raison 
l'étymologie du nom d'Athlone, telle quelle est donnée par le texte irlan- 
dais du Tâin bô Cùalnge -. La seconde partie du mot AthJoue, serait, dit ce 
texte, l'irlandais Ion, aujourd'hui h'taii, « rein » >, qui aurait autrefois signi- 
fié hanche *. Athlone devrait son nom à une partie du corps du taureau 
aux blanches cornes, Fiudheiuiach ; cette partie du corps de ce taureau serait 
tombée là quand cet animal fut tué par son rival le taureau brun, Doiin. 

Citons aussi, p. 291, le dessin d'une croix de pierre qui existe encore à 
Clonmacnois, et p. 310 une découverte faite à Donaghadee, comté de 
Down : il s'agit de quatre urnes contenant des cendres et trouvées aux 
quatre coins d'une petite chambre souterraine longue de 27 pouces anglais, 
large de 20, environ 68 centimètres sur 50. Le sol de cette petite chambre 
était couvert de fragments d'os calcinés. Les ouvriers ont eu la maladresse 
de briser trois des urnes, la quatrième subsiste et a été transportée au musée 
de Belfast avec les pierres dont la chambre était construite. 

X 

M. C. Jullian a donné au no 3 du tome IX de la Revue des études 
AKCiEXXES trois articles intéressants comme toujours, le premier sur le 
nom de la rivière appelée Tiiohirin à l'accusatif par Sidoine Apollinaire, Car- 
iiiiihi, XXIV, 22 5. Cette rivière, suivant M. Longnon, Atlas historique de la 
France, p. 52, serait la Truyère, affluent du Lot, au département de la 
Lozère. Suivant M. Jullian Tri-ohri-s serait le cas sujet et signifierait : « trois 
fontaines ». On pourrait supposer qu obri- serait le succédané d'un primitif 
-ôd-heri- désignant l'acte de se porter dehors. Sont à comparer le vieil 
irlandais inber^ « embouchure d'une rivière », mot qui désigne littérale- 
ment l'acte de se porter dedans, et le breton keniher « confluent » = coin- 
heros, acte de se porter avec. D'abri- M. Jullian rapproche, d'accord avec 

1. Cf. O'Donovan, A grammar ofthe irish Language, p. XLVII. 

2. Édition Windisch, p. 904, 905. 

3. Dinneen, Irish-english Dictionarv, p. 448. 

4. Windisch, Tdin bô Cùalnge, p. 1008. 

5. Voir dans les Monunicnta Gennaniae hislorica le t. VIII des Auctore? 
Antiquissinii, p. 262, 447. 

6. M. Whitley Stokes, Urlrltischer Sprachschat-, p. 30, propose la forme 
primitive celtique eui-beros. 



Périodi(pie.<:. 103 

M. AllVcd Holdcr, Allù'!lis:bcr Spniihclhil-, t. II, col. cS2^, le nom de rivière 
Obriiica ' désignant un affluent de gauche du Rhin, au sud de Cologne, 
probablement l'Ahr. 

Le second article de M. Jullian, a été écrit en collaboration avec M. de 
Pachtére ; il concerne le bas-relief parisien du musée de Clunv qui dans le 
Corpus iuscriptioiium latiiianim, tome XIII, partie 1, fascicule i, p. 466, 
porte la cote 3026 a. Suivant les deux auteurs ce bas relief représente les 
Wnilae parisiiui ocrant à l'empereur Tibère un eollier d'or, torques iiureus. 

Citons encore un article signé Jérôme Carcopino et concernant une 
inscription trouvée à Roirxe (Corpus inscriptionmn laliuaruni, VI, 31 182). 
Cette inscription est une dédicace au dieu gaulois Toutatis par un certain 
Petuganus Placidus -. L'épithète ajoutée au nom divin est Mcdiiruii, datif 
de Medurinis qui reste inexpliqué >. 

Dans le no 4 du même tome, p. 362, 563, M. Michel Clerc constate que 
les noms de Dcsuatus et Desuviaticus lacus attribués par plusieurs savants 
à l'étang Deseaumes, Bouches-du-Rhône, est une invention moderne 
qu'aucun texte ne justifie. 

M. Gassies étudie, p. 364-368, le groupe à trois personnages du monument 
de îiaintes publié en 1880 par Alexandre Bertrand +. 

M. Jullian a donné à chaame de ces deux livraisons une chronique gallo- 
romaine qu'on lira avec grand intérêt. 

XI 

Le FoLKORE, vol. XVIII, n° 2, débute par un article de la savante Miss 
Eleanor HuU qui prétend établir contre Sir John Rhvs et contre moi que 
les Irlandais n'ont jamais eu l'idée de l'Hadès. C'est enfoncer une porte 
ouverte. 

"A'.OT];, "Aor,; l'invisible, pour A -vidés >, est le roi des enfers '', il a eu pour 
lot d'obscures ténèbres ". Ce n'était pas dans ce domaine qu'après la mort 
les Celtes, Gaulois comme Irlandais, pensaient trouver une vie nouvelle, 
c'était sur la terre dans une autre partie du monde que nous habitons, in 
orbe alio, comme dit Lucain aux vers 450-458 du premier livre de la 
Pharsale : 

Et vjs harbaricos ritus moremque sinistrum 
Sacroruin druidae positis rcpetitis ah armis 



1. Ptolémée, 1. II, c. 9, 5 2 ; édition donnée chez Didot par Charles 
Mûller, t. I, p. 221. 

2. Cf. Holder, Aitceltischer SprachscJniti, t. II, colonne 1895. 

3. Cf. Holder, ibidem, colonne 527. 

4. Revue archéologique, i. XXXIX. 

5 . Sur cette étymologie voir par exemple le début de l'article consacré à 
ce dieu par Chr. Scherer dans ÏAusfiihrIiches Lexicoii der g^riechischen iiiid 
roniiscbeii Mythologie, t. I, col. 1779. 

6. 'Ev£oo;7'v àvâiaojv, Iliade, XV, 188. 

7. "E/.xxt Toiov f.iodiVTa, Iliade, XV, 191. 



104 Périodiques. 

Vobis auctoribus umbrae 

Non tacitas Erebi sedes Ditisque profundi 
Pallida régna petunt; régit idem spiritus artus 
Orbe alio : longae, carritis si cognita, uitae 
Mors média est. 

Dans ces vers il s'agit des Champs Élj'sées tels que les décrivent un pas- 
sage de l'Odyssée et l'Enéide de Virgile : 

« C'est un pays situé à l'extrémité de la terre ; la vie est là très facile aux 
hommes ; dans cette région, pas de neige, peu d'hiver, point de pluie 
d'orage, toujours le souffle gracieux du zéph\'r vient de l'Océan rafraîchir 
les hommes '. » Ainsi s'exprime r0^v55<'e. 

Voici un extrait de la description de Virgile : 

Devenere locos laetos et amoena uireta 
Fortunatorum nemorum sedesqne beatas. 
Largior hic campes aether lumine vestit 
Purpureo, solemque suum, sua sidéra norunt. 
Pars in gramineis exercent membra palaestris, 
Contendunt ludo et fulva luctantur arena ; 
Pars pedibus plaudunt choreas et carmina dicunt. 

Conspicit ecce alios dextra laeuaque per herbam, 
Vescentes, laetumque choro Paeana canentes ' 

Anchise qui habite cet heureux séjour l'oppose au Tartare : 

Non impia namque 
Tartara habent tristes umbrae, sed amoena piorum 
Concilia, Elysiumque colo î. 

Ce sont les ij.avâptov vr^ao'. situées à l'extrémité de la terre prés de l'Océan 
aux gouffres profonds où la terre fleurie et fertile donne trois fois l'an des 
fruits doux comme miel +. 

C'était Kpdvo; qui y régnait. Voilà le Dispater dont parle Jules César 5. 
Celui-ci qui connaissait mieux la Gaule au point de vue stratégique qu'au 
point de vue des croyances religieuses paraît avoir confondu cet ancêtre des 
Celtes avec l'Aïdès des Grecs puisqu'il croit pouvoir établir un rapport entre 
ce dieu et l'usage de compter par nuits ''. Mais Jules César se trompait. 
Lucain écrivant plus d'un siècle après la conquête de la Gaule par les Romains 
appartient à une génération où la religion des Gaulois était mieux connue 
à Rome qu'à la date où fut rédigé le De hello gallico. 

Suivant les textes grecs et latins une élite seulement était admise aux 
Champs Élysées, les enfers étaient le séjour de la plupart des Morts. 

1. Odyssée, IV, 563-568. 

2. Enéide, VI, 658-657. 

3. Euéide, V, 733-735. 

4. Hésiode, Opéra et dies, vers 168-173 

5. De hello gallico, 1. VI, c. 18, '' i. 

6. De bello gallico, 1. VI, c. 18, $ 2. 



Périodiques. 105 

M. Alfred Nutt ne voit pas de différence entre cette doctrine et la croyance 
celtique : c'aurait été un choix de morts plus favorisés qui, suivant la 
croyance celtique, se serait fait recevoir dane cet orhis alius que les textes 
mythologiques irlandais appellent Mag Mell. 

Telle est la doctrine qu'il expose dans la 4^ livraison, p. 435-448 du 

t. XVIII du FOLKORE. 

Il ne dit pas comment il explique les vers de Lucain cités plus haut. 

XII 

Depuis notre dernier compte rendu, Re-vtie celtique, t. XXVIII, p. 359, 
Pro Alesia a eu de mai à octobre cinq livraisons. Le commandant Espé- 
randieu y a donné, p. 187-190, un quatrième bulletin des fouilles qui nous 
apprend la découverte des fondations d'un temple gallo-romain, et, p. 203- 
20i, un cinquième bulletin annonçant qu'on a tiré du sol d'Alise une pote- 
rie qui représente le dieu Mithra tuant un taureau. Comparez les représen- 
tations de ce mythe chez Roscher AusfûhrUches Lexicon der Griechischen 
uiid roemischcn Mythologie, t. II, col. 2043, 2044, 3051-3054, et chez Darem- 
berg et Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, t. VI, p. 1952. 

Le culte de Mithra ne doit avoir pénétré en Gaule qu'au premier siècle 
de notre ère. 

Une grande partie des trouvailles faites sur l'emplacement d'Alise sont 
de date postérieure à la conquête romaine. La nomenclature des monnaies 
recueillies du 7 mai au 3 novembre 1906 comprend 202 monnaies des 
empereurs romains depuis et y compris Auguste jusqu'à Valentinien II, 
qui régna de 375-392. Il y a un peu plus de monnaies gauloises, mais les 
monnaies sont du nombre des monuments qui se déplacent et se conservent 
le mieux. 

De la poterie mvthriaque dont a parlé le commandant Espérandieu on 
on peut rapprocher la flûte de Pan étudiée par M. Théodore Reinach, 
p. 161-169, 180-185, 201-202, enfin le miroir dont s'est occupé M. Héron 
de Villefosse, p. 129-134,165 fûts de colonne dont parle M. Henry Barbe, 
p. 224-229. Tous ces objets datent de la période où Alise fut sous la domi- 
nation des Romains. 

N'oublions pas que M. Pernet a continué le récit des fouilles exécutées au 
mont Auxois par ordre de Napoléon III, que M. G. Testart a écrit deux 
articles sur les fouilles opérées antérieurement au xix^ siècle dans la même 
localité, que le commandant Colin a poursuivi ses recherches sur les travaux 
d'approche exécutés par les soldats romains pendant le siège dirigé par 
Jules César. 

Nous devons à M. Camille Jullian, p. 186, un joli article sur le supplice 
de sainte Reine, novée dans une cuve remplie d'eau, et le rapprochement de 
ce supplice avec celui qui est représenté sur le vase probablement gaulois de 
Gundestrup. 

M. Vercoutre a montré que le nom gaulois d'Alise-Sainte-Reine était 
AHsea et non AUsia. 



io6 Périodiijues. 



XIII 

M. Ferdinand Lot a continué dans les Annales de Bretagne, livraison 
de novembre 1907, et de janvier 1908 ses savantes études sur l'histoire de 
Bretagne, vies de saint Malo et de saint Gildas. 

M. de Closmadeuc y termine son mémoire sur la Vénus de Quinipilv dont 
il a été déjà parlé dans la Rn-iie celtique, t. XXVIII, p. 365. Signalons aussi 
l'étude de M. R. de Laigue sur les noms de lieu de la paroisse de Bains 
mentionnés dans le cartulaire de Redon. 

XIV 

Le tome XIV^, 5e fascicule, des Mémoires de la société de linguis- 
TIQ.UE DE Paris nous offre deux m jmoires importants au point de vue cel- 
tique, l'un de M. Vendrvès, p. 593-411, sur la distinction à faire entre la 
métaphonie et l'infection en irlandais, l'autre de M. Meillet, p. 412-41 5, sur 
l'origine de la désinence de l'irlandais beri « tu portes ». 

De ce dernier article il faut rapprocher celui de M. Meillet sur l'origine 
de la distinction des flexions conjointe et absolue dans le verbe irlandais. 
Revue celtique, t. XXVIII, p. 569-375- 

XV 

La Revue des traditions populaires, t. XXII, n" 6, contient p. 201, 
une note de M. René Basset citant un passage de Mathieu Paris où sous la 
date de 1256 est mentionnée la fraternisation par le sang contractée par des 
Irlandais et par des habitants du Gallowav en Ecosse et de l'île de Man. Ils 
versèrent de leur sang dans un vase, le mêlèrent et le burent. 

Dans le n°7, p. 247, M. Frison parle du bugul uo^ « enfant de la nuit » 
dont on menace les enfants dans le Morbihan ; p. 269 et suivantes, lui et 
M. de Kerbeuzec donnent des contes bretons. Nous retrouvons M. Frison 
et le même sujet dans la livraison numérotée 8 et 9, p. 310-514. Le hug'ul 
Ho;^ reparait dans le no 10 p. 360, 371. Au no 11, p. 405, 409, M. Frison 
reproduit deux petits contes bretons où apparaissent les Korrigans : p. 462, 
M. de Kerbeuzec décrit les cérémonies du mariage dans le Morbihan; on 
simule un enlèvement. 

H. d'Arbois de Jubainville 



POST-SCRIPTUM 



QUAND LES ANGLO-SAXONS s'iNSTALLÈRENT-ILS EN CONQ.UÉRANTS 
ET A DEMEURE EN GRANDE-BRETAGNE ? 

On a vu plus haut, p. 9^5-99, que M. Anscombe prétend dater de 
l'année 428 l'établissement définitif des Saxons en Grande-Bretagne. Nous 
venons de recevoir, grâceà l'obligeance du savant professeur). C. Kern, 
associé étranger de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, un mémoire 
où est de nouveau traitée la question de savoir quand a eu lieu cet établis- 
sement définitif. Nous voulons parler d'une thèse latine intitulée : De popu- 
lis Genuanis antiqiw temporepatriain iiostiam vicolentihus, Anglo-saxomimque 
niigrationilms. L'auteur est M. Nicolas Jean Krom de Bois-le-Duc, candidat 
au doctorat ; il doit avoir soutenu cette thèse devant l'Université de Leyde 
le II février 1908. 

Son travail est divisé en trois chapitres : le premier est consacré à l'étude 
des textes de l'antiquité qui concernent les populations établies alors dans la 
région où se trouve aujourd'hui le royaume des Pays-Bas. Le second 
chapitre a pour objet l'étude des textes de l'antiquité où apparaissent les 
Anglo-Saxons. Les renseignements fournis par l'archéologie sont réunis dans 
le troisième chapitre. 

Dans le second chapitre la question discutée par M. Anscombe est 
résolue en un sens différent de celui qu'a adopté le savant anglais. Il y a 
dés le début une distinction à faire. Dès le iv^ siècle de notre ère les pirates 
saxons ont été faire sur les côtes de la Grande-Bretagne des actes de brigan- 
dage, la date de 365 résulte d'un passage d'Ammien Marcellin, XXVI, 4, 5. 
Ces actes de brigandage continuèrent pendant les premières années du 
ve siècle. Mais de là à un établissement définitif par conquête il y a loin. 
Pour cet établissement la date de 428 est celle que soutient M. Anscombe. 
Elle est donnée par un passage de V H istoria Brittonum de Nennius". Mais 
on y peut opposer la Cbronica gallica de l'année 452, publiée par Mommsen, 
Chroiiica minora, t. I, p. 615 et suivantes, où p. 660, sous la date d'Olym- 
piade 306, année 2^, correspondant à l'année 441-442 de l'ère chrétienne, 
on lit : 

Britanniae usque ad hoc tempus variis cladibus eventibusque latae in 
ditionem Saxonum rediguntur '. 

■ I. Mommsen, Cbronica minora, t. III, p. 209 ; cf. Krom, p. 137, note 5. 
2. Cf. Krom, p. 130. 



loS Post-scripium. 

La Chrotiiû} gallica de Tannée 452 a le mérite d'avoir été écrite par un 
contemporain de l'événement, ce que Nennius n'est point. Mais dans le 
passage de la Chroaica gallica que nous venons de citer, il n'est question 
que des Saxons, les Angles n'y paraissent pas ; on peut supposer qu'ils accom- 
pagnaient les Saxons, ce serait une hvpothése gratuite, quoi que Bède au 
moins un siècle et demi plus tard ait pu dire ; il faut descendre au milieu du 
vie siècle, c'est-à-dire jusqu'à Procopc, mort en 562, pour trouver la pré- 
sence des Angles en Grande-Bretagne constatée par un contemporain '. 

H. d'A. de J. 

I. Bp'.TTtav oï tf,'/ '^f^'jO'> ïO'it] xpix -oX-javOpw-OTaTa ïyojj;... ovo;j.aTa oè 
/.£ÏTX'. ~o<x Ï9v£at -rojToi; "AyY'^°^ ■*- ''•*'• •ï>p;aaovî; za- oi r^ vr^^u o|jLoivjjxo'. 
BsÎTTwv;;. De bello gothico, 1. IV, c. 20, édition donnée par Haury, t. II, 
p. 590, 591. Pétrie, Mouiinicnta historica hritannica, p. LXXXIV, col. i, 
et". J. K\\\i>,Early Briaiii, 5c édition, p. 106. Procope appelle *ï)p(T7ov£ç les 
Saxons. 



Le Propriètaire-Gcrant, H. CHAMPION. 



MAÇON, PROTAT FRÈRES, IMPRIMEURS 



THE TRAINIXG OF CUCHULAINN 



No less than eleven copies of this story are mentioned in 
the Essai ifiui catalogue Je la littéraliire épique de Flrlaiide, 
pp. 1^0, 141; two are in the British Muséum, nine in the 
Hbrary of the Royal Irish Academy, and there is, or \vas 
lately, a twelfth in the PhiHips hbrary at Ciieltenham, no. 
10, 840. They ail were written in the eighteenth century, 
and the copy now for the first time edited is taken from the 
oldest, namely, Egerton 106, a paper manuscript in the 
Muséum library, written in the year 1715. 

The story, though obviously defective in many places, is 
of some importance as making Tochmarc Emire more intelli- 
gible, as and tending to prove that the current belief that Cûchu- 
lainn received his training in the Isle of Skye merely rests 
on the similarity of the Gaelic names for that island and tor 
Scythia. See Mrs Hutton's The Tàia, Dublin, 1907, p. 492. 
Of interest as bearing on the great epic taie so admirably 
edited by Windisch (Leipzig, 1905), are the covenant which 
the amazon Scâthach causes Cùchulainn and his fellow-pupils 
to enter into (§ 58) : the jealous hatred aroused in Fer- 
diad (§ 70), which may hâve influenced him in accepting his 
fatal duel with Cùchulainn, Windisch, op. cit., pp. 437 et seq. ; 
and the non-existence of sexual morality in the case of the 
hero and his female teachers. 

The rarer Nvords found in the taie are collected in the 
Glossarial Index. Spécial attention may be called to the 
homonymsfl/f 'leap' and ait 'breadth', to car 'the whole', and 
to imh-aes 'of like âge'. 

London, April 1908. 

W. S. 

Revue Celtique, XXIX. 8 



110 H'hitlcx StoLxs. 



DO FOGLUIM CHOXCULAINN ANNSO ' SIOS 

(Egertox io6, po 45»). 

1. Antan do bhi Cuculainn 'na mhacaoimh ôg go mbùaidh 
crotha 7 dealbha agas deghdhéanmha, innsgne, egna ^ 7 
urlabhra \ met agns maise 7 menmna, go ttain/V mcl menman 
chuige gur bhàil leis dol do dhéanamh foghlomtha fan 
dom//?2 mhor. 

2. Cidh as î dit a ndenWh Vis a foghlamtha, a Glerin na 
hUathaidhe ag Uathûf/gh an Ghlenna, a gcoîge môrghairg 
Mum^n, 7 ni ni fada dobhi ann antan thain/^/j ^ tarais go 
côige Ulm/h, 7 dorinnctfh comiiairle dol do dhenam foghlamtha 
don domiD! soir, 7 donug dids do \uchl cumainn leis .i. Lao- 
ghaire Buadhach 7 Conail Ce;nnach, 7 do chuirscd an Engach 
.i. long Chonaill. ar an sail strbhghlas 7 ar an muir thâobh- 
uaine ttrenghairbh, 7 tar na srothaibh sdrlûatha sdobhthon- 
nach[a], 7 tar na ciséalaibh chladhardha cubharanfacha, go 
rangad//r crioch^r/bh eochairghormai na hAlban, 7 as î bz/Jh 
banghaisgt'i/hach dhoibh 'san chrioch sin, Dôrdmhair ingcH 
Domhnaill Mhdoil teimhil. 

3. Antan dorirtr/;/ad//r da hionsûfzVhe do ftvWh fîorchaoine 
failte friu, 7 doroincJh umhk ^ (osaich 7 foirtic/Wh doibh. Ro 
ansad ann an aoidhche sin, 7 ro fiafraigh an vigen diobh cidh 
uma ttangadar. 

Thangamz^r d'foghluim gaisge 7 clesa nderachia. chugadsa, 
ar sidd. 

4. Thainig an iwo'fw rempa''amach an la soin, 7 do ghabh ag 
denamh a clés goile 7 gaisge iona bfiadhnuise ", oir is meinic 
leis na hoideadha techt mur sin lé diamhair a gcles ngoile 7 
ngaisge do lathair na ndaltadha do thig dd n-ionnsuighe ^ à 
criochaibh imchidna, 7 is é clés do ro ghabh an mgen an Id soin 

I. Ms. Chongculann anso. — 2. Ms. egnoi/h. — 3. Ms. urlabhra. Hcre 
and elsewhcre I omit tlic mark of length wrongly inserted by the scribe. 
— 4. Hcre and elsewherc the liard g (c) is 'aspirated' see Irische Texte IP 182. 
5. Ms. umhWh. — 6. Ms. rempadh. — 7. Ms. biiaghnuise. — 8. Ms. 
ionnsuidhe. 



The Traiiiiiig of CiiLhiilciiiin. m 



OF CUCHULAINN'S TRAINING, HERE BELOW 

1. When Ciichulainn was a young lad, with the palm ot 
shape and form and goodly make, of speech and wisdom and 
éloquence, of bulk and beauty and mind, pride of spirit came 
to him, so that he was fain to go throughout the great world 
to get his training. 

2. Well, this is where the beginning of his training took 
place, in Glenn na hUathaige, with Uathach of the Glen, 
in the great fierce province of Munster. Not long was he 
therein when he fared across it to the province of Ulster, and 
formed a design to get training in the eastern world. He 
took with him two of his comrades, namely, Loegaire the 
Victorious and Conall the Triumphant ; and they launched 
the Engach, Conall "s ship, on the bitter-blue brine, and on the 
green-sided, strong-rough sea, and across the swdft, whirling- 
waved streams, and across themounded(?), foam-stormy wave- 
troughs, till they reached the blue-edged districts of Alba. And 
in that country was a woman-warrior for them, namely, 
Dordmair ' daughter of Domnall Maeltemel-. 

3. When they came to visit her, a truly beautiful welcome 
was given them, and service of footwashing and bathing was 
provided for them. There they remained that night, and 
(on the morrow) the damsel asked them why they had come. 

« We hâve come to thee » they say, « to learn warfare and 
feats of knighthood . » 

4. The damsel went forth before them, that day, and began 
performing in their présence her feats ofvalourand warfare. 
For 'tis often with the teachers o go on like that, with the secret 
of their feats of valour and warfare in présence of the pupils 
who repair to them from distant countries. This is the feat 

1. Apparentlv an alias of Dornoll daughter of Domnall. Crowc 
{Siiiburcbarpal Conculainn,, p. "^441) calls her 'Ducreann daughter of Dom- 
nall soft-smooth, King of Alba'. 

2. A corruption of the Miîtemai! 'soldierlv' of Tochmarc Emire. 



112 Wbilky Stokcs. 

doua hôgaibh, ôirtugadh slegh choigrinne do liionnsâî^die 7 do 
sâith a crann a ttalmhain 7 a rinh âithgher ailtnidhe ôs a 
cionn go dircch. giir ling iar soin an hhandraoi a n-airde san 
aedheôr ' 7 do leig anuas doridhise -, giir léig a hucht 7 a 
hurbhminne ar rinn na slegha. ' slinngheire, 7 ni tug tolg 'na 
hearra/dhe na iona head^irrh, 7 dobhi a bfad 'na comnaidhc ar 
rinn na slc^^'ha ' m///sin. 

5 . Iar soin do ghabh ag agallmhadh + Chonaill 7 Laoghaire 
Buadhrt?Vh, 7 adubfl'/rt : Tigt'iih nech éigin agaibh do dhe- 
namh an chlesa ûd, a ôga, ar si. 

Cia udinn rach//5 da denamh Parsiad. 

An ftv is uaisle don triar atathdoi, ar si. 

Agus adubhrad//;-san g/'/'b é Conall G'/nach mac Aimogin 
duine dob uaisle 7 dub urrumhanta diobh, 7 adubradnr risdol 
d'fuabant an chlesa ar ûws. kcht chena gc;' > hudh laid/V a 
Idmh 7 gér' hudh c;uadh a chroidhe, 7 g^V'bh//^ih àiïcch a 
dhiubhrac^tfh, 7 g^V budh lead/nthach lûathglioinach ar 
bhiodhblîiodhuibh é, nir ft'7 an clés do dhenamh. 

6. Agus do tliairg Laoghaire a dhenamh, 7 moïiété. 

7. Adubflf/n Cûchulainn : dob/f^/h ndr dhùinn ion/<;- ttriar 
Ulltach gan an clés do dhenamh le d/z/z/e eigin aguinn. Acus 
d'eirigh iona sesamh 7 doch/z^î/dh d'ionnsuighe an chlesa, 7 
do ling a n-airde go het/z/bbiias^rch, gnr léig anûas a \icht 7 a 
urbhruinne ar rinn dithgheir na sleighe, 7 do b//^h beg an 
bhrigh leis da madh i sin dit comhnrt/Whe car an chaoimh- 
Idoi. 

8. Thainig an mgcn chugtha iarsin, 7 as edh adubairt : 
Anni as a ttarabhairsi bladh 7 oiràercm [f°. 45^] go ttrasJa, 

a dhids oile ùd, congmrt/Wh uime an gein mhairfidhe, ôir do 
thiormuigh bwr bfuil, 7 do chruadh/r/^'^h hiir bteithe, 7 ni 
bfuil \)iir n-aiglWh fes^/^f le clesaibh ridtvac/j/a na re foghluim 
gaisge, 7 madh. xwaixh libh coimhdec/;/ nô amhsainer/j/ do- 
gheabhthar sin agamsa. 

Ni righmid a les, ar Connaill. 

I. dh inserted to prevent hiatus. — 2. Ms. dorighisé. — 5. Ms. sh'i/ha. 
— 4. leg. agallaimh? — 5. Ms. geir. 



Tbc Traiiiiiig of CùchiiJaiini. 113 

which the damsel on that day shewed the youths : a five-barbed 
spear was brought to lier, and she thrust its shaft into the 
earth, with its sharp, razorlike point straight above it, The 
druidess then leapt aloft into the air, and came down again, 
so that she left her breast and her bosom on the point of the 
sharp-edged spear. And she brought no lear in her dress nor 
in her raiment, and she was a long time resting thus on the 
point of the spear '. 

5. Thereafter she began to converse with Conall and Loe- 
guire the Victorious, and she said : « Let some one ot you 
corne to perform yon teat, O youths ». 

« Which of us shall go to periorm it ? -> they ask. 

« He that is noblest of the trio that ye are », she answers. 
And they said that Conall Cernach son of Amergen was the 
noblest and boldest of them, and they told him to go first and 
attempt the feat. However, though strong was his hand, and 
hardv was his heart, and straight was his casting, and though 
at foes he was mangling and swift-striking, he was unable to 
perform the feat. 

6. And Loegaire endeavoured to perform it, and he could 
not. 

7. Said Cûchulainn : « It were a shame to us three Uho- 
nians if the feat were not performed by one of us ». And he 
stood up, and went to the feat, and leapt aloft hoveringly, so 
that he left his breast and bosom on the sharp point of the 
spear ; and he deemed it a trifling matter if that were his 
place of rest for the w^hole ofthe tair day. 

8. Thereafter the damsel came to them, and this she said : 
« Oyou other twain, keep, so long as ye shall live, that from 
which ye hâve hitherto got famé and distinction ; for your 
blood has dried up, and your sinews hâve hardened ; and 
henceforward your honour (?) is not with feats of knighthood 
nor with study of warfare ; but if ye like attendance or war- 
service, that can be obtained with me ». 

« We need it not », says Conall. 

I. A siniilar passage is cited (presumablv from one ofthe Dublin mss.) 
and traiislated bv Crowe, ubi supra. 



114 Whitlcy Slokcs. 

Mas<Y/h, ar si. anacih an nwcaoimh ôg ûd agamsa .i. Cûcu- 
lainn. Jgus d'dontuigeJh/^r soin. 

9. Do hiomnad//;- an dîas soin cheiliubhradh ■ do Coin chu- 
lainn 7 don mgin, 7 thangad//r tarais go hEir/nn, 7 ro an 
Ci'ichiilûinn a nÂlhain ag foghluim na gcles rid^;-ac/;/a. 

10. La n-aon a gcionn hliadnd. do ghabh CûzhiiJainn ag 
denamh a chlesa uile grtchar' toghluim se ar îcàh na bl/Whwa 
soin, 7 mur dobhi ann do fhtwairc an t-âonduine adhbhalmhôr 
ar bru an mhara dd ionnsrt/>he, 7 comhdhubh re gûal gach 
n-ailt dhe o bhonn go a bhath//,v. 

11. Cïét soin agad da dhenamh ? ar an fer mor. 
Do[g]nirnse, ar Ci'irhiilainii, hhnh ag denamh mo chloise ^ 

ngoile 7 ngaisge noch do foghlum//.j fo/h na hliadhua so 
anall. 

Cred sin a mh^caoim? oir mur a bfu///d na cleasa nàer- 
ar/Ka ag'a bfoghluim, ni hàirmheathar ^ na clesa sin orr^/bh 
ann. 

An fior soin ? ar Cùchulainn. 

Is fior go d^/'bh, ar an ùr môr. 

An bfuil san dom7/n bainrid/re is fcrr na an bhainrid/Ve aga 
bf///limse anois ? ar Cùchulainn. 

Ata, ar an îer môr, oir is ferr Sgathach inghen Bûanuinne 
.i. righ na Scithia ata a n-oirthtv an dom//i//, na i. 

Do chualam//;- a hiomràdh go ttrdsda, ar Cùchulainn. 

Is dôigh go gcualuis, ar an i'cr môr-*, 7 is môir chriôcha 7 
hîorhaidh 7 a bhfc/onn uaitse anois, a tir hhig, don Scithia. 



I. Ms. cheiliubharadh. — 2. kg. chlisse orchless. -— j; Ms. hairmhea^ 
gthar. -^ 4, Ms. môir. 



Jiû^^r 



The Train iiig of Ciichuhiiini. 115 

« Wcll », she says, « let yon young lad stay with me, 
even Cûcliulainn ». 
And that isagreed. 

9. That pair (Conall and Loegaire) bade farewell to Cùchu- 
lainn and to the damsel, and they came across to Ireland ; but 
Cûchulainn remained in Alba, learning the feats of knight- 
hood. 

10. One day at the end of the year Cûchulainn began to 
perform every feat which he had learnt in the space ot that 
year; and while he was there he saw a solitary huge man, 
on the edge of the sea, approaching him. Black as coal was 
every joint of him from sole to crown '. 

11. « What is it that thou art doing ? » says the hig 
man. 

Says Cûchulainn : « I am performing my feats (?)ot valour 
and warfare, which I learnt in the course ot the past 
year. » 

« What is that, my lad ? For where the feats of knight- 
hood are learnt, there tJjosc feats (of yours) are not counted (?) 
among them. » 

« Is that true ? » asks Cûchulainn. 

« 'Tis true assuredly », sa3^s thebigman. 

« Is there in 'the world a woman-knight who is better 
than the woman-knight with whom I am now? » asks 
Cûchulainn. 

« There is », answers the big man : « for Scathach daugh- 
ter of Buanuinne, king of Scythia, in the east of the world, is 
better than she. » 

« We hâve hitherto heard talk of her », says Cûchu- 
lainn. 

« 'Tis likely thou hast heard », says the big man ; « and great 
are the countries and lands and grounds now between thee, 
O little man, and Scythia. » 



i« Perhaps this was Forgall Monach, Emer's father. 



ii6 IVhitkx Siohs. 

An ttiiibharthasa eol//^damh. a tir mhôir ? ar CùchuJniun. 

Ni hiubharsa eolus dhuit go brdth, ar an îcr môr. 

Ort do cillé 7 do chol dûabhais, a sillide siabhartha sear- 
guithe, 7 is a btegmuis t'oirbtrta 7 t'eoluis thanagsa riamh, 
ar ÇLùchiilainii. 

12. A^^us ro imthigh an fer môr uadha iar soin, 7 do 
cVinaidh Cùchiilaiiin 'cum an dun^'/Jh angnâthuig/o-h do bhu- 
nndb, 7 nior sdimh leis codladh na comhsanrt'(/h an oidhche 
sin, 7 rô eir/Vh a ttosach laôi 7 kinsoilLse 'arnamharach, 7 do 
ghabh a chlesa' goile 7 gaisge uime iona thimchioll, 7 is 
uath«i/h dona heolchuibh aga bf///l fios na slighe[dh] dorinne 
C/'ichiihiinii 'chum na Sgeithia, 'ar/;/ ni dherna^h oiresa/h na 
coimhn/Jhe no go rainig m//ra raibhe Sgathach \ngen Bhuâ- 
nuine .i. righ na Sgithia. 

13. Agiis do f/jt)«[n]airc Cûchulninn an ma.craidh aluinn- 
édrof/jt ag cor iomdna 7 cluiche ^, 7 gér' hndh meirtnech 
dobhi andiaidh ' a.siubhail 7 aisdir d'ionnsrt/ghe se a n-iomdine, 
7 dianMtih gairdiugh//^h le neach do macraidh ni thug-san 
iomagallrtwh air go r//g an liathroid leis tar bhord an bhdire 
iiatha. Agiis go vhcbt leathtaoisech na macraidhe chuige 7 
adubrt/rt : a mrtcaoimh, ar se, créd ima ruguis an baire orm? 

Md rugiis bâire ort, ar Çlûchulainu, béarad leat aris é. 

Dar ar mbreithir amh, ar an macraidh.^, ni bhéartha an 
baire ruguis ornn da n-airighmis tii 6 thôsach. 

Ata a fios agaibh anois, ar Cûdmlaitni, 7 béarad -^ bdire 
oraibh. 



14. AgiisYug Cûchulainn an bdire sin ovvaibh >, 7 rug fo thri 
é gan cuidiug//^h na congnamh 6 nach oile leis. 

I). IS annsoin thain/V cethrar Eirennach [f. 46^] dobhi 
san mbdile dd bfoghluim chuige, 7 tugsad pôga iomda do, 7 
do bhadar ^ ag iiafraighe sgéal a ttire 7 a ttalm^;/ ïéin dé, 7 
ro fiaf/aiiïh seisen sijéala dhiobh-san mur an ijcétna '. 



I. Ms. chltsadh. — 2. Ms. cluithi. — 3. Ms. andiaigh. — 4. Ms. béa- 
raid. — 3. Ms. sgcalaibh. — 6. Ms. bhadir. — 7. Ms gcéthna. 



Tbe Trahihig of Ciicbnhnini. 117 

« Wouldst thon give me guidancc, O big man ? » says 
Cûchulainn. 

« I will never givc thec guidance », says the big man. 

« On thee (be) thine evil » says Cûchulainn, « and thy 
sorrowfiil sin, O spectral, shrivelled phantom ! Without thy 
kindly help and thy guidance I hâve ever come. •■) 

12. Thereafter the big man left him, and Cûchulainn went 
to the quite strange fort, and no ease to him was sleeping or 
resting that night. On the morrow, at the beginning of da}'' 
and full light, he arose and took his feats of valour and war- 
fare ' round about him. Few of the guides know the road that 
Cûchulainn took to Scythia ; but he made neither stop nor 
stay till he came to (the place) wherein was Scdthach daughter 
of Buanuine, king of Scythia. 

13. And Cûchulainn saw the beautiful, bright youths 
playing hurley and games ; and though he was fatigued after 
his march and travel, he went to their hurley, and if one of 
the youths was exulting, he held no converse with him until 
he had taken the bail from him over the border of the goal. 

And one of the two leaders of the youths came to him 
and said : « My boy », says he, « why hast thou taken the 
goal from me ? » 

« If I hâve taken the goal from thee », says Cûchulainn, 
« I will take it again with thee. » 

« By our word », say the youths, « thou wouldst not hâve 
taken the goal that thou tookest from us if we had perceived 
thee from the beginning ». 

« Ye know it now », says Cûchulainn, « and I will take 
the goal from y ou. » 

14. And Cûchulainn took that goal from them ; and he took 
it thrice, without any one else assisting or helping him. 

15. Then four Irishmen who were in the steading to be 
trained came to him, and gave him many kisses, and were 
asking him news of their own countr}' ajid land ; and he asked 
thcm news in the same way. 

1. i. e., I suppose, the instruments used in performing the feats. 



iiS JVhilley Stoh-cs. 

Mâith anih. a ôg[a], ar Cûchidainn, ci foghluim dona clea- 
saibh goile 7 gaisge donither-' libh san mhl/W«/n ? 

Donith^';- ' linne, ar siad, droichitt na n-alt. 

C;i fàd bithidh - da foghluim ar Cùchiilaiiiii ? 

Foghluim raithe 7 miosa 7 bliadhna 7 tri ' la 7 tri 
n-oidhche. 

Maith âmh a ôga, ar Cûchiila'uui, an ttiubhra + sibh qoXhs 
dhamhsa air ? 

T/uagh sin, amjcaôimh, arsiad, ca tarbhadh///tse sin nogo 
raibhe Sgathach da thegasg dhuit féin 7 do chàch eilc. 

Is maith lem a feicsin, ar se. 

16. Agiis do ghluais('^//r rempaihh d'ionnsnighe an drochit, 
Is an[n]soin bhâd;/r na huile mh^îrdoimh hhad//rag Sgàthaigh 
re foghluim ar uran droic/;/d, 7 is amhb/Wh ro bhi droich^/ na 
n-alt 5 antan soin .i. antan do lingthidhe é ro chaoUWh go 
mbiodh comhchaoileii/; re ruibe 7 gomadh comhghtT ré hôrr- 
laâh 7 coimhsleamhain re héimh easguinne, 7 ro eirgcdh 
fec/;/ oile go mbiodh comhard re seolc/j/ann, 7 ro ling Ciichu- 
lainn an àro\c\\ct iarsin. 7 do ghabh ag sWovaradh 7agtuisWh 
ar druim an droich//. 

17. Agus do chonairc//^ 'san ngrianàin iona raibhe Sgathach 
Coinciilainn do hheith ar an ionnioll sin, 7 is amhlaidh dobhi 
an grianân soin, 7 secbt ndoirse diomhora air, 7 secht bfuinn- 
eôga id/V gach da dhorz/^- dhiôbh, 7 sQchl n-iomdhai ^ id/V 
gach dà fuinneôig, 7 tri chaogad ingeii ann gach iomdhai diobh 
sin go mbrataibh corcra 7 gorma, 7 do hhadur tri caogad 
m^câoimh iomhaoise", tri chaogad m^caomh mo;ghlonnach, 
7 tri caogad cura^h crûaidhchalma fa chomhair gach doruis 
diobh, amach 7 asteach, ag foghluim gaisge 7 cleasa ridtvar/j/a 
ag Sgàthaigh. 

18. Agiis is amhlaidh ro bhi Sgathach (éin antan soin, 
7 a hingen na fiadhnuise*^ .i. Uathach a hainm, 7 b?/^h î sin 

I. Ms. do nidhther. — 2. Ms. bithidhe. — 3. Ms. itri. — 4. ttiubhnn'dh. 
— 5. Ms. nailt. — 6. Ms. iomdhjiigh. — 7. imaise Eg. 145. — <S. 
Ms. a hengen na fiaghnuise. 



The Tniiiiiiig of Cùchiiliiifii/. 119 

« Well, O vouths », says Cûchulainn, « what training in 
feats of valeur and warfare hâve ye got in the year ? » 

« We hâve got », they answer, « the Bridge of the 
Leaps. » 

« How long were ye learning it ? » asks Cûchulainn. 

« A training of a quarter and a month and a year and three 
days and three nights. » 

« Well then, O youths », says Cûchulainn, « will ye 
give me guidance to it ? » 

« Alas, O hoy », they say, « what profit were that to thee 
until Scdthach cornes to teach thyself like ever}' one else ? » 

« I wish to see it », saith he. 

16. So they fared forward to the bridge. Then ail the youths 
who were with Scâthach were on the edge of the bridge. 
.And thus then was the Bridge of the Leaps, to wit, when 
one leapt upon it it was narrowed till it was as narrow as a 
hair, and it was as sharp as a..., and as slippery as an eel's tail. 
And at another time it would rise so that it was as high as a 
mast. And thereafter Cûchulainn leapt on the bridge, and 
be^an slidins and tallin" on its back. 



17. From the bower where Scâthach was, Cûchulainn was 
seen in that plight, and thus was that bower ; with seven 
huge doors, to it, and seven windows between every two ot 
the doors, and seven rooms between every two windows, ànd 
thrice fifty girls in each of those rooms, with purple mantles 
and blue. And there were thrice fifty like-aged boys, and 
thrice fifty great-deeded boys, and thrice fifty champions, 
hardy and bold, opposite each of those doors, outside and 
inside, learning valour and feats of knighthood with Scâthach. 

18. And thus was Scâthach herself at that time, with her 
daughter named Uathach in her présence. And that girl was 



120 ÎFhith'v Slolrs. 

an irigcu mhéirgheal mhacdnta mhaladhuibh, 7 is amhl^/Wh 
bhi a cenn on chluâs 2:0 céile s;o ndath ôir orioisçthi ' ar gach 
ruai[n]ni dhi, 7 coirce cas ouinnchler/j/ach ag cumd^ch a cinn 
7 a cennmhull^/Vh, 7 cium/.'//j- adhluinn - orsndithe iona làimh, 
7 cloidhemh caoimhédror/.'t corihnïch ag dinge innigh uirre. 

19. Âgns ôdchonnairc ann ingcii sin an t-aonm^7caonih ' ar 
druim an droichitt tue grddh a hanma ré hedh na hùaire sin 
dô, 7 do siahhradh a haignt^t/h go môr do ghnidh an mflcdo[iJmh 
arna faicsin san eâdualang soin. Agiis antan biidh diïdhî sndithe 
ôir do chur fan gciumh//s do bhi 'na Idimh is sndithe airg/d 
dochuirfJh, 7 do thigdis datlia iomdlm don iiigiii, ôirfa bânuigh- 
ther+ ré bansgoith 7 fa corcnTrh crôidhearg andara fec/;/ i. 



20. Agiis dordla ' aire 7 menma a mdthair uirre, 7 
is t'(/h adubn/Vt : a ingen, cred i so ro chlaoc/.'L/Jh do dhealbh 
7 do dhenamh ? 

Aônmacdomh do chim ar an droichiod, 7 is t; udgh ^ lem 
bmh aga feithiomh san riochi iona bfuil se, 7 intan sgiorrd//5 a 
chosa 7 a lamha do d;uim an droich/7 is é dobheir an 
midhealbha[dj-sa oram, 7 intan ghabhaid ' a chosa 7 a 
lamha g/eidhtv ar an droicht'/ ^ is faoil/Vh lémsa mo mhenma, 
7 is baogh//l lem ga?! a ror/;/ain sldn d'ionns^/ghe a athar 7 a 
mhâthar'^ ïéiii aris, [fo. 46''] agas is dcrhh go btuil drem leis 
b//^yh iargna a bheith mitr sud. 

21. Maith amh, ar Sgathach, feichsa go maith an macaomh 
soin, oîr lariiis dhamhsa gairid aims/;e uaidhe aônmhacaomh 
ôg naoidhenta nemharsa do ihecht a hiathrt/7'h Eirionn aniar 
dom ionnsa/Vhe, 7 go mbéara'°sé bûalijdh droich/7 na n-alt a 
n-aonuair, 7 go bf«// foghluim rdithe 7 miosa 7 bliadhna 7 
tri hi 7 teora n-oidhche do gach duine oile ann, 7 da dhe- 



I. Ms. ôrloisg/Wh. — 2. Lcg. àlainn ? — 3. Ms. taoinmjcoinih. -- 4. leg. 
bânaithir. — 5. Ms. dorâWh. — 6. Ms. truaigh. — 7. Ms. ghaibhaid. 
— 8. Ms. droket. — 9. Ms. athair 7 a mhathair. — 10. Ms. nibéari(</h. 



The Traiiiiiig of Ciichiihiiiui. 121 

white-fîngered, modest, black-eyebrowed. And thus was her 
liead from one ear to the other, with the hue of burnished 
gold upon every hair of her, and a curch curled, round- 
plaited, covering her head and her crown, and a beautiful 
fringe of golden thread in her hand, and a fair bright border- 
ed (weaver's) beam pressing a woot upon it. 

19. When that girl saw the unique youth on the back of 
the bridge, she gave him in the space of that hour the love of 
her soûl; and her nature was deluded greatlv trom the love of 
the youth seen in that strait. 

And when it was meet for her to put a tliread of gold to 
the fringe in her hand she used to put a thread of silver'. 
And many colours used to come to the girl, for (at one 
time) she was as white as a white flower, and at another time 
she was purple, blood-red. 

20. Her mother's heed and mind chanced upon her, and 
she said : « M}^ daughter, what is it that has changed thy form 
and thy make ? » 

« A unique youth whom I see on the bridge ; and 'tis 
sad for me to be watching him in the state in which he is ; 
and when his feet and his hands slip from the back of the 
bridge, this is what causes this misshapement upon me; and 
when his feet and his hands gret a hold on the bridge mv 
spirit is glad. And I deem it a danger that he will not again 
safely reach his own father and his mother ; and it is certain 
that he has many who will be grieved at his being (in péril) 
likeyon. » 

21. <' Good indeed », says Scdthach : « look well at that 
youth, tor it was shewn to me a short time ago, that a 
young, childlike, unold youth was coming to me from 
the west, ont of the lands of Erin, and that he would gain 
the victory ot the Bridge of the Leaps, in one hour, although 
for every other person it requires a training for a quarter and 
a month and a year and three days and three nights, and 

I. So in the Danish ballad HeUdil og Hildehrami, where the gu'l's dis- 
traction is caused by sorrow : 

Det hun skulde mit guld virke 
Det sver hun nied silice. 



122 IVhiiley Slokcs. 

nimih a n-âonlô 7 go mbiddh a ghniômha goile 7 gaisge dd 
n-innisin go deire^h an domain, 7 go m[b]adh xnac tairang- 
thach ' é. 

22. Dàla Conculainn ïmono, do gabh ag sliomradh 7 ag 
tuisledhflrh ar druim an droichitt, gur lingestar iar soin go 
lâr 7 go lantala///h, go ttugs^d tri priomhsgolaà/h an dom///« 
iolach 7 iolgarrtha fochmuide 7 fanamhuid flioi ar met a 
léimhe dhô dol do dhenamh na foghlamtha soin gan Sgà- 
thach da thegasg dhô, 7 ro {ergaxghedh. - Ci'tchiilaimi tridsin, 
7 ro ling a n-airde go headarbhuasach ag co'imhdecht na gaôithe, 
go ttar/j5 don bhdothleim sin 'na sesamh é ar Idr an droich// 
.i. ar uai[th]ne boillsgéanach an droich/V, ocus nior chaokJh 
7 nior 'ghearadh 7 nior' sleimhni_t''/;i'^h an droichrf fdoi. 

23. Agiis t//csad an macrailh Eirionnach gdir mhôir os aird 
ag commaoidhemh an chlea^a do denamh dô 7 ar feabh//y 
leo a thecht as Erinn nech da ttain/Vh a dhenamh amhlaidh 
soin, gonadh annsoin aduhain an ingen re Sgdtha4''h go ralnig 
leis an maJcdomh foghluim d/oic[hJid na n-alt do dhenamh. 

24. Maithamh, [a|anaim, ar Sgdthach, einVhsi 'na chuinne, 
7 fdiltigh roimhe uaimsi 7 uait ïéiii, 7 tabhair eolus oireghail 
dhô anoc/;/ .i. go tegh na mbearrthoiridhe. 

25. Agtis doch//a/dh an Ingcn 'na aghaidh, 7 ni dhechaidh 
rîamh turiis budh luinne7 budh liithghairidhe lé iona an tur«s 
soin, 7 do f(2r tdilte '^ o Sgatha/ch 7 uaithe 11'/// risan macaomh, 
7 tug himh tar a bhraghaid dô, ociis do thoirbhir pog go dîl 7 
go deghthairisedô, 7 is edh ro radh : Maith amh, a mhacaoimh, 
ar si, ta[i]r leam go ttugar eolus aireghail dhuit anor/;/. 

26. Agiis do ghludised///' rempa/bh go dorus tighe na mbearr- 
thoiridhe, 7 aduhain : Maith amh, a ôga, ar si, goirr/^h chu- 
gaibh an ma<:aomh-sa, 7 danaidh mine ris anochi, oir is m^- 
caomh ôs Eirionnach é. 



'& 



I. Lcg. tairngcrthacli, which is translatcd. — 2. Ms. fVrguidhfi/h. — 
Ms. narhid. — 4. Ms. lias the rébus t (^ te) surrounded by a circle (fdl) 



The Trainiiii^ oj Cùchiila'uin. 125 

do it in one day, îind that his deeds of valour and bravery 
would be related till thc end of the world, and that he would 
be the Prophesied Son. » 

22. Touching Cûchulainn, he began sUpping and falling 
on the back of the bridge, so that he afterwards leapt to earth 
and full ground. 

And the three chief scholars of the world uttered a shout 
and many cries of scorn and mockery at him for the greatness 
of his folly in going to practise that lesson without having 
been taught by Scdthach. Thereby Cûchulainn was enraged, 
and he leapt aloft hoveringly, accompanying the wind, so 
that from that mad leap he came standing on the floor of the 
bridge, that is, on the middle pillar of the bridge. And the 
bridge was not narrowed or sharpened or madeslipper}^under 
him. 

23. And the Irish youths gave a great shout on high, prais- 
ing the feat that was performed bv him and because they 
deemed it excellent that ont of Ireland some one had come 
who had achieved a performance like that. So then the girl 
said to Scdthach that the boy had succeeded in periorming the 
lesson of the Bridge of the Leaps. 

24. « Well then, mv soûl », says Scdthach, « go to meet 
him, and give him a welcomefrom me and from thyselt ; and 
give him guidance to a lodging tonight, namely, to the house 
of the barbers. » 

25. So the girl went to meet him, and never had she gone 
on a journey that she deemed prouder or more joyous than that 
journey. And she gave the youth a welcome from Scdthach 
and from herself ; and she put a hand over his neck, and gave 
him a kiss lovingly and loyally, and this she said : « Well, 
thou youth, » says she, « come with me that I may give thee 
guidance to a lodging tonight. » 

26. So they fared forward to the door of the house of the 
barbers, and she said : « Well, ye youths », quoth she, « call 
this lad to you, and deal gently with him tonight, tor he is 
a young Irish lad.» 



134 ÎVhiih'y Stokes. 

27. Antan do rain/^'-h Cûchulainn etorra//'h adubhrad/zr 
ris : a oîg, ar sidd_, gidh bé ni do dhenuimne riot anocht na 
ferguithtT ' thû uime, 7 tri naonmhair atamaoidne ann so, 7 
sec/;/ mbeara fiched ^ d'iaron aithleghtha ar gach fer aguinn, 7 
gach don roiches droichet na n-alt is chugainne bhios a chea- 
dugh//^h 'na dheaghaù/h. 

28. Créd donithear > aguibhsi ris ? ar Ciichiilaiiin. 
Domther, ar siàd .i- a dhiubhracût^/h a bhtéige ■* 7 a btior- 

mhullach an tîghe suds, 7 na bearrt > 7 na r[e]anna ta aguinne 
d'innioU ara chionn go rîa a corplan, go nach bîadh ait bearfl 
iona corp uile gan crû a chroidhe 7 fuil a cnirp do léigen as. 

29. Cut an fdth fa ndentar sin ris, ar Ciichiilaiiui. 
Donithear ^, ar sidd, gidh môr da slc'^'-huibh 7 do socha- 

dhuibh, do dhûagh 7 do dhochair bhias romhad nach biadh 
sgdth na gigliochw^ ort rempaibh a hhvradh a bfuighe tû do 
dhochair ann so tiçh-si anor/;/. 



30. Is briathar " dhamhsa, ar Cûchulainn, nach bfuil ar 
[f° 47*] tuinn tahiihan *^ nech da léigfinnse mo corp do thollaJh 
d'fordlamh gaisge ar éigin orm ; ar/;/ muna léiginn do Idoch 
do bhiadh am aghaidh a gcath no a gcomlann é. 

Is côir sin, ar fer dhiobh, dd leîgthcr ar do chum//5 tein 
tù. 

31. Dar mo bhréithir'' {ciii amh, ar andara i'er, ni gheabh- 
tharuaitsin, ag gabhail Conculainn ar chdoil choise chuige 7 
dd dhiuhhracadh a mullach a tighe suas, 7 do hinnie^h na 
beara 7 na r[ejanna uile aracheann, 7 is amh/aùfh do thainig 
Cûchulainn anûas go foill firghlic fîredttrom, 7 dorinn^^h 
fos 7 comhna/i/he ar cenn na beara'° fa nesa dhô, 7 rainig 
iarsin gus an mbior tanaisde" do thadhall'' an très bior, 7 
m//rsin 6 bhior [go biorj go rainig ar an mbior ndédhenach''. 

I. Ms. fc;guidhthcr. — 2. Ms. fithchiod. — 5. Ms. donidhthcar. — 
4. Ms. bcan/Jh. — 5. Ms. bhfeighe. — 6. Ms, Donidhthear. — 7. Ms. 
briathair. — 8. Ms. talmhann. — 9. Ms. bhreithar. — 10. Ms. bcan/(/h. 
— II. Ms.tanuidhe. — 12. Ms.thaghall. — 13. Ms. ndéghanach. 



IIjc Train iii^; oj Ciichnliiiiin. 125 

27. When Cûclnilainn came amont^ them, they said to 
him : « O youngster », they say, « be not angered by what- 
soever \ve shall do to thee tonight. Tlirice nine men are we 
hère, and seven and twenty spears of snielted iron each of us 
hath, and whoever reachesthe Bridge of the Leaps must after- 
wards get our permission. » 

28. V. What do ye do to him ? » asks Cûchulainn. 

« We cast up at him on the ridgepole and the very top of 
the house, and set our spears and darts upon him, so that 
his... will corne, and that there may be no place of a dart inhis 
whole body without his heart's blood, and that (ail) the blood 
ot his body be let out of him. » 

29. « What is the reason for doing that to him ? » says 
Cûchulainn. 

« It is done », they answer, « so that, although there be 
many armies and multitudes, (and much) hardship and hurt 
before thee, there would not be fuiy or excitement (?) on thee 
before them, considering the hurt thou wilt receive in this 
house tonight. » 

30. « 'Tis a Word of mine », says Cûchulainn, « that there 
is not on the surface of the earth anyone whom I should 
allow to pierce my body after an offer of compulsory fighting, 
unless I should allow it to a warrior standing against me 
in battle or conflict. » 

« That is right », says one of them, « if thou art left 
(depending) on thy own power. » 

31. « By my word, » says the second man, « that (word) 
will not be taken from thee ». And he seized Cûchulainn by 
the ankle, and threw him up on the top of their house. 
And ail the spears and darts were set against him. 

But Cûchulainn came down slowly, cunningly, lightly, 
and made stay and rest on the end of the dart that was next 
him, and afterwards came to the second dart, and reached 
the third dart, and so from dart to dart, till he came to the 
last dart. 



Revue Celtique, XXIX. 



126 IFhitley Slokcs. 

32. Dala an bhiorchleasa, ni frith ag Uathcf/^^h na ag Sga- 
thflf/Vh na ag Aoife, nâ ag Abhlaigh, na ag bainrioghain Tire an 
tsnecljLi, na ag Eisin Chinne, na ag ndere no ag bainridtve 
ttà ' t:ain/ch riamh foghluim an bhiorchleasa do dhenamh no 
go ttainig dïchiila'niu, 7 do diubhraca^/h fo th/i amhia/dh sin 
é, 7 'na dhiaidh - sin thainig luinne Conculainn risna bearr- 
thoiridhe, 7 do ghabh armgaisge, 7 do ghab ag[a] marb(7t/h 7 
aga miochôruigheJh, giir bhean a gcinn diobh go huiUdhe, 
g//;- chuir tnr dliorsaibh an diiin/ ' iad fa cosaibh na shiagh 7 
na sochrt/dhe ionnus go maclh moide a ngrdin 7 a n-egl^ ^ re 
câch é, 7 ro thuitet///r na tri chaogad cur^c/h cruadhchahna 
do bhi fa chomhair an dontis as. Sgathfl/Vh ris mur an ga'Yna >. 

33. Agiis ro an féin 'san tigh an oidhche sin, 7 tain/Vh 
roimhe 'san maidin arna mharach go dorM5 an griandn ana 
raibhe Sgathach, 7 d'fiat/aigh an raibhe Sgdthachann. 

Crèl soin, a m^caomh ? ar Sgathach. 

An mhét do stf/uibh 7 do mhaoinibh 7 d'ionnmh//5 n\a- 
cràidhc an doma/// atà agadsa gan tahain dôibh atâimsi d'iar- 
vaidh on anois. 

A niflcaoimh ôig, ar si, is iomdha deghlaoich annso dana 
chôra sin sin d'nrraidh 7 do dhioghailt ionâ th«sa. 

Ni thain/Vh diobh e, ar Ciichiilaiiin, 7 is diomsa thig a dhio- 
ghailt 7 a iârraidh. 

34. Crf't an dioghalhus doghénta'' ormsa, a mâfcaoimh, ar 
an mgbcn. 

Ebigh suas, ar Ctichulainn, go bfearmâois comhrac 7 comh- 
lann re chéile. 

Rachadsa annsoin, ar si. 

Ni tû rachus ann, ar Cuar 7 Caf .i. dha mhac Sgatha/^e, 
acht sinne. 

Ni hu ' sibh rach/^' ann, a macaibh ionmhuine, ar Sga- 
thach. 

Kachadsa im aonz/r ann, ar Cuar mac Sgdthaighe^. 

3 5 . Agus is amhk/Jh ro bhi an ïer sin, 7 é co/premh//;- 

I. i. e. dà. — 2. Ms. dhiaigli. — 5. Ms, duin/Jh. — 4. Ms. cgh/i/h. — 
5. Ms. gct'/hua. — 6. Ms. do dhénta. — 7. Ms. b//(/h. — 8. Ms. 
Sgjthuidlie. 



The Trainiiig of Cùchiilaiiiii. 127 

32. ToLiching the dart-feat, it was found neither with 
Uathach, nor with Scâthach, nor Aife, nor Ablach, nor the 
queen of the Land of Snow, nor Eisin chimie ', nor with 
knight or lady who had received instruction how to perform 
the dart-feat, until Ciichulainn came ; and in that wise he 
was thrown thrice (to the top of the house). Thereafteranger 
with the harbers came to Cûchulainn, and he seized his arms 
and began kilUng and derangingthem ; and he eut off ail their 
heads and put them on the gâtes of the fort under the feet of 
the hosts, so that fear of him might be the 2:reater. And the 
thrice fifty hardy and valiant champions who were opposite 
Scàthach's door ^ fell bv him in like manner. 

33. And he himself remained in the house that night, and 
on the morrow in the morning he fared forward to the door 
of the bower wherein was Scâthach, and asked if Scâthach 
was there. 

« What is it, my lad ? » sa3"S Scâthach. 

« I am now demanding of thee the mass of jewels and 
treasures and wealth of the youths of the world, which 
thou hast (kept) without giving to them. » 

« O young lad », quoth she, (.< there are many warriors 
hère fitter than thou to ask that and to avenge ». 

« They hâve not been able to do it », says Cûchulainn ; 
« and I am able to avenge it and demand it. » 

34. « What is the vengeance that thou wouldst inflict on me, 
O youth ? » says the damsel. 

« Rise up », says Cûchulainn, « that we may fight and 
combat with each other. » 

« I will go there », she says. 

« 'Tis not thou that shall go there », say Cuar and Cat, 
Scâthach's two sons, « but we ». 

« 'Tis not you that shall go there, my dear sons », says 
Scâthach. 

« I will go alone there », says Cuar son of Scâthach. 

35. Thus was that man : thick-bodied, ample-chested, 



1. Sce more as toher^^ 53-56 infra. She is the Ess Enchenn oiTochtmirc 
il ire. 

2. See ^17 supra. 



128 mitîey Stokcs. 

cliabhtairsing 'na tomôr fiormhôr, 7 do eirigh ina sesamh 
goiîfl' tliri nàoigcleasa air, m//r do bhî ubhall-chleas-, torainn- 
cleas 7 fuamchleas, roithchleas, corpcleas, cet- chaithchleas, 
7 [ijach n-earwi/h 7 coir n[d]ealanii 7 leim tar neimh 7 cleas 
îur anala 7 foibhéim ociis fâithbheim 7 beim go gcomus 
fâithréim andiaidh "^ do r[ejannaibh slegh^ go mbidis sin 
ûaidh chuige amhrt/7 beacha ag tionôl -^ a tt/omchnuasfl'/gh go 
treabhruighthe do bharrrt/bh na mbànsgoth'. 

36. Ag us do ghabh asgiath chobhradhach^ gona slabhradh- 
uibh lînecha tar a gelghualainn, gona ^ secht gcobhradha ^ 
muin ccobhradh ^ nWhôin [f. 47''] go raibh é an sgîath soin ar 
na choimhegair do chruadhan 7 do chriosdal 7 do charmho- 
gaill'°, giir budh mionn sûla"' re hùair ntaicsiona an sgiath 
ioldhathach soin. 

37. Agus doghabh a chlaiti/;emh trom tortbhuilltrh go bted, 
go btigh 7 go bfosgrtJh, go gc;uas cruaidhiaroinn, go ccioc/us 
tolrt'- flannrûaidhe go tesgfrtdh fionna anaghaA/h srotha, 7 a 
n-iomad do chorranaibh cré|d]umhai'5 ag leodh 7 ag leadradh 
a bhiodlîb^Jh, go ttruaill fadu fiond/uinne, go ccresaibh aille 
airgid a n-ardghabhdil goile 7 gaisge ar a thaobh. 

O iT* 0/00 

38. AgiiS roghabh a dhd slegh choigrinne chrôtairsinge 
crannr[e]amhracomhmoragona'' semanuibhsoidhiubhruc[th]e 
isna crannaibh cubhairdearga coimhdhiorga iona himhaibh. 

39. Agus rangadwr iarsoin go lathair an chomhla[ilnn, 7 
lucsad troighthe re talmain 7 aighthe re hiomghoin, gnr' 



I. Ms. gonadh. — 2. Ms. umhall cleds. ■ — 3. Ms. andiaigh. — 4. Ms. 
tionôil. — 5. Ms. mbânsgoith. — 6. Ms. comhradhach. — 7. Ms. gonadh. 
— 8. Ms. gconihradha. — 9. Ms. ccomgradh. — 10. Ms. charradhmho- 
gaill. — II. Ms. siiala. — 12. Ms. fokn/h. — 13. Ms. gonah. 



The Train iiig of Ci'icbiilaiini. 129 

like a truly-grcat giant. And he arose standing, with his thrice 
nine tcats upon him, as were the applc-feat, thunder-feat, 
and noise-feat : the wheel-feat, bodv-feat, hundred-battle-feat, 
hero's salnion-leap, and cast of sling-stick, and leap over..., 
and teat on breaths, and under-blow, and... blow, and blow 
with power, and... course hnally of parts ofspears '. So that 
they were (coming) from him to Cûchidainn hke bées active- 
ly gatheringtheir heavy collection from the tops of the white 
flowers. 

36. And he took over his bright shoulder his bossy shield 
witli its seven bosses round the central boss ^ ; and that 
shield was adorned with steel and crystal and carbuncle, so 
that that many-coloured shield was an 'eye's diadem' at the 
time of looking. 

3/. And he took his heavy, weightily-smiting sword, with 
length, with sharpness(?), with shadow, with the hardness of 
steel, with hunger for rud-red blood, and in a multitude of 
bronze sickles that would sever a hair against a stream, cutting 
and mangling his enemies. On his side a long scabbard of 
electrum, with beautiful belts of silver, in a high grasp of 
valour and weapons \ 

38. And he took in his hands his two five-barbed spears, 
ample-socketed, thick-shafted, with their well-poising rivets in 
their foam-red, equally straight shafts. 

39. And thercafter they came to the place of combat, and 
they set feet to ground and iaces to wounding : so that feet 

1. See as to thèse feats, the names of some of which are hopelessiy 
corrupt, Windisch's Tdiii bc Cùahige, and Crowe's notes to his édition of 
SiiihiircbarpLit Conciilaiuu, pp. 432-448. And compare the feats ofthe Celto- 
Roman cavalry described bv Arrian, The Celtic kevieiv,l\ , 384. 

2. l'he nis. hère is greatlv confused and verv corrupt. It runs thus : go 
thesgfid/h fionud anàgliaidh srotha ag leodh 7 ag leadradh a bhiodhbhjdh 
7 an-ioinad do chorrânuib cré umhaidli go raibh é an ^giath soin arna 
choinihegair do chruadhan 7 do chriosdal 7 do charnrdh mhogaill, s,itr 
budh mionn sûala ré huair ntaicsiona an sgiath ioldhathach soin 7 do ghabh 
a chlai(/hcnih trôni 'tortbhuillech go bfed go bhgh 7 go bfqsgi/dli go gcriias 
cruaidhiaroinn, go cciocrus foladh flannrùaidhi go ttruaiU fada fiondruinne 
go ccresaibh aille airgid a nardghabhâil goilé 7 gaisgé ara thaobh. 

3. Compare the description of Cûchulainn's shield, sword and spear, 
LU. 81-. 



130 JFhitlcy Stokcs. 

fosiiiglmyh troightlie 7 g//r' lûaithigh^'if Idmha, 7 giir' bailc^rfh 
bcimionna, 7 g//r' harduigh^i/h ' aigenta, oir dob/zi/h chlos a 
macalla ^ a n-innsibh, a n-oilennuibh 7 a gcarmrhuibh cenngha- 
rabha na g[c]rioch hadh coimhtbigse dhôibh. 

40. Agiis ro aithin Cûchulainn gan bheith ag diothugh»(fh 
a neirt anagh^/dh an fir mhôir, acht do leig dô a ' bhraith- 
bheimenna^ môra mileata do thabain gan f/eastol no friotho- 
\iidh udidh ù'in ormibh, gur enigh crioth 7 comhboga[d] a 
gcosa an tir mhôir risan sirsesamh, 7 doch//a/Wh a nen asa 
lamhaihh risan uirbheimn^rh 7 risan ttuarguin sin. Agus à do 
aithin Ciichiilainn an ier môr aga thraothfl^/h '> m///sin d'eir/Vh 
a luinne 7 a lûaithfearg, a briôgh 7 a nen, 7 lue beîm don 
tear mhorg//;- bhen a lâimh agiis in?/leth a ghualann dhé, 7 
lue andara beini dô gur bhen a chos des dé, 7 lue an très 
béim gur bhen an oenchos do bhi ag iomlat a chuirp faoi 
dhe. 

41. Agus dothuit an ier môr'' iar soin 7 agh^/V/h ar 
Coinchulaiuu, go ttarla clâirfiacail an tir mhôir a mullach a 
ghualann, gur rug a chuid feola 7 leathair go hiomhin di go 
barr a mheôr, gonm/h é sin Lomradh Co/zculainn. 

42. Agus dodhichenn Cûchulainn Cuar mac Sgathuighe 
gan fechuin dd chomhal///jr, 7 lue an cenn go àorus an ghria- 
ndin anna raibhe Sgathach, 7 iiatraighios an raibhe Sgathach 
ann. 

Qred soin, a macaoimh ? ar Sgdth^ch. 

An ttabhrair aithne ar an gcenn so, a rioghain ? ar se. 

Do bheirim, ar Sgdtharh, 7 is môr an gniomh dorinnis, a 
macao[i]m, 7 tair" astech go Id, ar si, go ndent^r leab^/t/h 
dhuit fam chosa ïcin, 7 go ndéntar do leighes 7 do leasug//^h 
go cenn treimsi. 

43. Oidhche ann doch//rt/V/h Uathach mgen Sgathuighe 
d'ionnsaighe ar Coinculainn 'san iomdrt/dh iona raibhe. 

Qrét do rad ann so thù 'san ttrdth so, d mgen ? ar Cûchu- 
lainn. 

Gach sloigh n^îch soith soithfidhcr ^, ar an uighen. 

I. Ms. luaithidhcrfh. — 2. Ms. mucalla. — 3. Ms. doléig dâ. — 4. Ms. 
bhruithbheimionna. — 5. Ms. thniochadh. — 6. Ms. môr. — 7. Ms. tar. 
— 8. leg. soich soichfidhir. 



The Traiiiiug of Cùcbiilaiuii. 131 

werc staycd, and hands were movcd quicklv, and blows were 
dealt boldlv, and spirits were raised, for the écho was heard in 
isles and islands and in the rough-headed rocks of the dis- 
tricts that werc nearest to them. 

40. And Cûchulainn perceived that he was not destroving 
his strength against the big man ; but he let him deal bis 
fierce, great, soldierly blows, without attendance or waiting 
from himself upon them, until trembUng and shaking came 
into the big man's legs through long standing up ; and from 
that striking and smiting his strength passed out of his arms. 
And when Cûchulainn perceived the big man abating thus, 
his wrath and his swift anger, his power and his strength 
arose, and he gave the big man a blow that eut off his arm 
and his shoulder-blade ; and he gave him a second blow that 
eut off his right leg; and hegave a third blow that eut off the 
one leg that was under him moving his body. 

41. Thereafter the big man fell with his face on Cûchulainn, 
50 that a foretooth of the big man chanced on the top of 
Cûchulainns ' shoulder and took a pièce of flesh and skin 
completely from him, as far as the tip of hisfingers. So that 
was Cûchulainn's Shearing -. 

42. And Cûchulainn beheaded Cuar son of Scdthach, 
without regard to their tellow-pupilship, and he brought the 
head to the door of the bower in which Scdthach was, and 
asked if Scdthach was there. 

« What is it, my lad ? » says Scdthach. 

« Dost thou recognise this head, O queen ? » quoth he. 

« I do, » says Scdthach; « and violent is the deed thou hast 
done, O youth ! And come inside till day, » she savs, « that 
a bed may be made for thee at mv own feet, and that thou 
mayst be leeched and healed till a quarter's end ». 

43. That night Uathach, Scdthach's daughter, came to 
Cûchulainn in the room in which he lav. 

« What bas brought thee hère at this hour, O damsel ? » 
says Cûchulainn. 

« Ever}' army that attacks not will be attacked », savs the 
damsel. 

, I, Literally 'destroyed'. 

2. Apparently the name of a lost story. 



132 Whitley Stokcs. 

Nach bhf///7 a fios agadsa, a lUi^hcn, ar Cùchulainn, g//;b 
coll ccesa ' do nech bhîas a n-othar teacht a coimhder/;/ 
mnà ? 

44. Agus ro imthigh an inghcii iona leab^f/Jh ïéin 7 niôr 
mhôr giir théigh^Jh a héadach iiimpe antan tain^Vh aris 
d'ion nsflf/o^he Coiiailaiiin 7 luighes 'san ïomàaidh ré a thâobh. 
R6 thoglm/li Cùchiiliiiini go môr tridsin, 7 do sin an Idmh 
slân do bhi aige d'ionns^/Vhe na hinghine -, 7 thark ' mér 
na hinghine iona làimh, g//;- hhen an croicionn 7 an feoil 
d'âontoirb('/t dé, gur gheoghoin 7 giir ghortaigh go môr i. 

45. Ole ort do chlé 7 do chol duabhais, a silide siahhar- 
tha searguithe ! ar si. Is ainfial dhuit baineck do dhenamh, 
ag//5 [fo. -jS-"] dféaduis mise do chor sldn uaît 7 gan mo 
threighdr^yh go môr mur sin. 

Is ùvï leam do chor amhhïA/h sin udim, ar Ci\chiilainn, ar 
go mrt(/h moide a thàir 7 a tharcuisne dhuit é. 

Do maithfinn dhuit anôis, ar an ingJk'ii, an gortug/^^/h 
adhh/zhiihôr -^ t//cuis orm, 7 gan mo chor asan iomdaidh 
anocht. 

Is a n-ôirchill d'tasd^rJh do bhios, ar Cuchulainn, 7 noclia 
n-anfair annso anocht. 

Do bhràithfinnse comhthaigh maithe dhuitsi, ar an ms^hen, 
7 gcDi mochoruait anocht amàin, ionn//s go ctiubr^ > mo mhâ- 
thair dhuit na irî cleasa ata aice n^ch t//c d'aond///ne riamh 
.i. cleas Cuair 7 cleas Cait 7 cleas ocht uisgé. 



46. Agus ro naisg Cuchulainn na comhthaigh sin ar an 
mghin, 7 tue toil a menman 7 a haigenta dhi an oidhche sin, 
7 d'fiafraigh dhi 'arnaniàrach : cred îad na comhthrt/Vh l'id do 
gheall<7/i dhamh, nô cionn/<5 do gheabhad iad ? 

47. Inneosad sa sin dhuit, ar an inghean. Is amhWdh théid 
Sgdthflch d'agallmha na ndee, 7 clîabh clis fuithe, 7 dîairm do 
théid ann, 7 dd bmighthesa a n-égmhuis a hairm 7 a hiolfao- 
bhair i ^ do bhainfea na comthû/^h ûd uile ' dhi, 7 eirigh 

I. leg. gesa, gen. sg. of. geis. — 2. Ms. hinghinne. — 3. Ms. tharlarfh. 
— 4. Ms. a.dhbul mhôir. — 5. Ms. ttiubhnnWh. — 6. Ms. .i. — 7. Ms. un. 



The Traiuiug of Cucbiilaiiiii. 133 

« Knowest thou not, O damsel », says Cûchulainn, « that 
it is a breach of tabu for one who is sick to forgather with a 
woman ? » 

44. The damsel went to her own bedroom, and it was not 
long till her dress was donned, and she came again to Cùchu- 
hainn and lay down in the bed by his side. Therebv Cûchu- 
lainn was greatly annoyed, and he stretched the sound hand 
that he had to the damsel, and her finger chanced in his 
hand, so that with one otfer he struck the skin and the flesh 
from her, and wounded and hurt her greatlv. 

45. « On thee be thineeviland thy sorrowful sin, O spec- 
tral, shrivelled phantom ! » says she : « 'tis shameful to com- 
mit woman-slaughter. And thou couldst hâve sent me whole 
from thee, without hurting me greatly like that. » 

« I prefer to put thee thus from me, » says Cûchulainn, 
« so that the disgrâce and contempt of it mav be the greater 
to thee. » 

« I would torgive thee now, » says the damsel, « for the 
sore hurting thou gavest me. provided I am not put out of 
thv bed tonight ». 

« Thou wast lying in wait tostay »^ says Cûchulainn, « and 
thou shalt not remain hère tonight ». 

« I would adjudge good rewards to thee, » says the 
damsel, « iflam not put from thee tonight only, so that mv 
mother wili give thee the three feats which she has, and which 
she has not given to anyone, namely, Cuar's feat and Catt's 
feat and the feat of eight waters. » 

46. And Cûchulainn bound those rewards on the damsel, 
and on that night he gave her the désire of her mind and her 
nature. And on the morrow he asked her : « What are y on 
rewards that thou promisedst me, or how shall I obtain 
them ? » 

47. « I will tell thee, » says the damsel. 

« 'Tis thus that Scâthach goes to hâve speech with the gods, 
with a feat-basket beneath her, and without weapons she 
goes there ; and if thou find her apart from her arms and 



154 JJl'ith'y Sfokes. 

amach amâracli iona dîaidh ', 7 abair go mbainfîdhcr^ an 
cenn dhî muna niwa > dhuit na comhth<7/Vh iarrfus uirre. 



.:|8. ^gns do ghlûais Cuchulainn roimhe 'arnamhamch 
d'ionnsa/^he droich/7 na n-alt, 7 is amhlrtà/h do bhi Sgathach 
antan-sin, 7 i iona cliabh clis, 7 nior' mhothflf/^h si Cuchulainn 
uaisde 7 cloidhemh urnocht iona laimh, 7 do chonnairc si 
taithnemh + ag//^ taidhlcch an chloidhiomh id/V i 7 léas, 7 
fiUios Sgcâthrtch ar sesârd a ghualann >, 7 is ed\\ ro râidh : 
Cn'/ soin, a Chuagain Par si. 

M^n'th leam, ar Cuchulainn, bas 7 ég d' im/Vt ortsa. 

Is ien m'anacol, ar Sgath^/ch, 7 comthc//>li m<7/thed' flighail 
uaim. 

Crt''(/ iad na comhth^7/Vrh ? ar Ciichiilaiiiii. 

Na comhthfl/^'-h is ail leat fm/, ar SgatlMch. 

Is f'dh onn, ar Ciichiilainti, na tri cleasa ata ugad nach t/<cuis 
do d/////e riamh romham, 7 cardes do sViâsda, 7 inghean fôs. 



49. .■Jgiis do gheall Sgdthach na comtlv?/Vh soin uile ^ 
dhô, 7 dorad si na tri cleasa dhô, 7 dobhi ar fes laimhe 7 
leaptlîrt " ag an inghin an oidhche sin, 7 dobhi cairdes slîas^a 
on rioghain aige o soin am^/ch : 7 do an ** go cenn bliadhna na 
fochar. 

50. Agiis tue lam ar ïmihecht a gcionn na hliadbna soin 
'chum dùnaidh 7 deghbhaile na bainridere oile .i. Aoife 
mgheaii rig Grég 'san nGréigMhôir, acht dorain/Vh roimhe go 
dorus an ghriandin iona raibhe Aoife, ro ùr si iâilte go mio- 
chair muinntc/dha roimhe. Âgus do bhi ar feis laimhe 7leaptha 
agan inghin sin an oidhche sin, 7 ro an go cenn bli^7Jh;/a na 
fochair, 7 twc lamh ar imthec/;/ a gcionn na hïiadhna soin. 

51. Ni coîr d'fior do mhenmasa imthec/;/ no go raibhar 
dt'/bhtha isna hilcleasaibh goile 7 gaisge go hiomldn. 

I. Ms. diaigh. — 2. Ms. mbainfigher. — 3. Ms. muni!(/h ttugadh. — 
4. leg. taitncinh — ■ 5. Ms. gliualong. — 6. Ms. uu. — 7. Ms. Icapthiii/h. 
— 8. Ms. ann. 



The Tniiiiiii^ of Ciichiila'nin. 135 

many-cdgcJ wcapons thou wilt obtain from lier ail yon 
rewards. Follow lier fortli tomorrow, and say tliat her head 
will be struck off unlcss slie give tliee tlie rewards thou 
wilt demaiid of lier. » 

48. On tlie niorrow Ciichulainii fared forth to the Bridge 
of the Leaps ; and at that time Scâthach was thus : in her 
feat-basket, and she did not feel Cùchulainn over her with 
a naked sword in his hand ; and she saw the sheen and 
brightness of the sword between her and a ray of light, and 
Scâthach turned on the... of his shoulder, and this she said : 

« What is that, O little Cû ? » 

« I désire », saith Cùchulainn, « to inflict death and 
extinction upon thee. » 

« 'Tis better to give me quarter », sa3's Scâthach, « and to 
get good rewards from me. » 

« What are the rewards ? » asks Cùchulainn. 

« The rewards that thou thyself desirest », says Scâthach. 

« They are, then, » says Cùchulainn, « those three feats 
of thine which thou hast never given to anyone before me, 
and the 'friendship of thy thighs', and also (thy) daughter ». 

49. And Scâthach promised hini ail thèse rewards, and 
she gave hini the three feats; and on that night he had the 
festival of hand and bed with the girl, and from the queen he 
had thenceforward the 'friendship of thighs'. And he remained 
in her company till the year's end. 

50. And at the end of that year he prepared to travel to the 
fortress and goodly stead of the other woman-knight, namely 
Aifè daughter of a king of Greeks in Magna Graecia. He fared 
forth to the door of the bower in which Aifè was, and she 
welcomed him lovingly and kindly. And on that night he had 
the festival of hand and bed with that damsel, and he 
remained in her company till a vear's end, and at the end of 
that year he prepared to travel. 

51. « 'Tis unfair to the truth of thy mind to go until thou 
art approved completely in the many feats of valour and bra- 
very. » 



156 JFbitky Slflkcs. 

Anéiirtch bhf/^/lim dearbhtha ionnta anois Par Cûchulainn. 

Ni bfuilir chena, ar Aoifé, oir ataid tri cleasa buadlia 
agumsa, 7 ata foghluim h\\ad\\m\ ionnta, 7 ansa agum an 
bl/Vz(/hain " si, 7 dobhear^ os ogaibh an domhain da rabheid 
agad. 

Anfad, ar Cûchulainn. 

52. Agns ro an gocenn na hWadlma sin, 7 iar caithiomh na 
haims/Ve sin dô, t//c lamh ar imther/.'/, 7 adub«//t Aoife ris : 
ni coir dhuit imtherk anois, ôir ata mise torr^ch 7 nogo 
bt'esair [p.48''] câ chknn bhîas agam. 

Madh ingJk'ûii bhéarar, ar Cûchulainn, is leis gach mdthair 
sochair a hinghine, 7 tabhair don fior bh//5 ail leat îcin i, 7 
mas mac bheâr//^ tu, oil go maith é, 7 mûin - cleasa goile 7 
gaisge dhô. 7 mûin na huile chleasa dhô Tncht cleas an ghâ ' 
builg amhain, oir mûinfed îcin sin dô ar ror/.'/ain a nEirinn dô. 

53. Ro cheiliubhair Cûchulainn don mghin iar sin, 7 fa 
dubhach dobronach dobhi si an Id soin 'ar ndealug//i/h Con- 
cuJainn riu. Gidh edh Cûchulainn ïéin, fa himsniomhach leis 
a mhenma ag ter/.'/ an slighe an la soin st'ch gjch la, nogo 
rainz^h go drochet na n-alt, 7 do con[n]airc an t//rcharthafh 
urbhadhach athduam/zr [leg. aduathmar] iongantach anaithne 
fan chenn aile don d;oichet .i. caillioch ard anadhb^Jh, 7 
athch'asg iarnrt/Jhe iona laimh iona raibhe medhkin glaice 
d'iaronn aithlea^rtha. 



54. M^7/th amh, a Chuchûlaii!n,aY si, leîg seachad an tslighe 
dhamh. 

Aniontaith/Vhe an t-ion^d-so iona bf///lim, ar Cûchulainn, 
munrtch ndéan^^ih nathfl'Jh, oir is comhchàol re rudi[n]ne 7 is 
coimhghéar re horrdlm/h, 7 is coimhsleamhain re héimh eas- 
guinne, 7 da ttengmm/h dealg fothbhannain 'san dit iona hùd- 
lim, ni greamôchm/h ann ion^d a ttoirisfcvfh no go roiched an 
mhuir mhôr-^amach. 



I. Ms. blijJlina. — 2. .Ms. muin». — 3. Ms. ghadh. — 4. Ms. mhôir. 



The TraiHÏui^ of Cùchiilaiiiu. 157 

« Is it that iwiu I am not approvcd in tliem ? » asks Cùchu- 
lainn. 

« Indecd thon art not, for I hâve threc prize-feats, and therc 
is a year's training ia theni : so sta\' with me tins year, and 
if thou hast them thou wih surpass the youtlis of the 
world. » 

« I will stay, » says Ci'ichulainn. 

52. And he staid till the end of that year, and after spend- 
ing that time he prepared to départ, and A'ife said to him : 
« It is not right tor thee to go now, tor I ani pregnant, until 
thou know wliat child I shall hâve. » 

« If it be a daughter that will be born » says Cûchulainn, 
« every motherhas the profit of her daughter, so give herto the 
man whom thou thyself likest. But if it be a son that thou 
wilt bear', nurture him well, and teach him feats of valour 
and bravery, and teach him ail the feats save only the feat 
of the gac builg, for I myself will teach that to him after he 
reaches Ireland. » 

53. Thereafter Cûchulainn bade farewell to the damsel, 
and sad and sorrowful was she that day after Cûchulainn 
parted trom them. As to Cûchulainn himself, his mind was 
anxious on that day beyond any day, wending his way, till 
he reached the Bridge of the Leaps, and saw the offcast, 
baleful, horrible, wondrous, strange, at the other end of the 
bridge, to wit, a hag-, tall, over-ripe, and in her hand an iron 
vessel (?) in which was a balance (containing the) full of a 
fist of smelted iron. 

54. « Well, Cûchulainn, » quoth she, « leave me the road 
past thee. » 

« This place in which I am is unfrequentable unless a soli- 
tude is made : for it is as slender as a hair, and as sharp as 
an orrdladh, and as slippery as an eel's tail ; and if the thorn 
of a thistle chanced on the place wherein I am it would not 
stick to the place in which it would stay until the great sea 
would come outside. » 

1. She bore Cûchulainn a son, Conlaech or Ôinfer Âife, who was slain in 
battle by his father. See the Rennes Dindsenchus, no. 95, Revue celtique xvi 
46, and Aided Èiifir Aifi, Ériu i. 1 14. 

2. This was the Ess Enchenn of the Tochmarc Emire. Cûchulainn had 
slain her three sons. Hence her attempt on his life. 



138 IVbitlcy Slokcs. 

53. Gesa 7 airmearta ort, ar an challe^/ch', munacb leigt'dh 
an tslighe dhamh. 

Trudgh soin, ar Ciicbiilûiiiii, béo de déis a anma 7 ni beô 
deîs a oinigh, 7 as i an tslighe leigiVdsa dh///tsi gidh bas no 
aoidht't/h do gheab^Jh {ci 11 dé. 

56. IS a[n]n soin do iathm/h Cûchulainna dhâ laimh 7adhà 
chois timchell an droichit, ocns do leig faon fortharsnaJh ar 
an d/oichet é, 7 do ghabh an chailkc^ ag toirnchleas go gairbh 
ainiarm/nthach ar ait a dhroma 7 ar a chosaihh 7 ara lâmhaibh, 
go ngeoghoin 7 go ngoirt<'Jh go môr é, 7 'ar ndol thairis 
don chailligh, do ling an-airde go hc'trom c/airbuasrtch, 7 tue 
beim don chaill/gh ar ndol tairis, lear' bhen a cennda eoluinn, 
7 fa mailh an marbc/^/h dorinnedh Ci'icbulaiim a[nJnsoin .i. 
Eisin chinne. 

57. Jgiis is amhlaidh robhi Sgathach, 7 î ag denamh 
foghlumtha do chuid dona rid/Vibh Eirennrtc/;^/bh do bhi 'na 
foehair ris an mhWadaifi sin do bhi Ciicbiilaiiui 'san nG/eig Mhôir 
ag Aoife. 7 fa hiad so anmanna na rideridhe sin .i. Fer dîadh ^ 
mac Damhain 7 ¥0 Démain nMc Damhdin 7 Frdoich Fàil m^c 
Fiodhfl/o-h 7 Naoisi mac Uisn^ch 7 Lôit môr mac Mogha Fei- 
bhis 7 YergHs mac Lûach leabharmongach. Agiis an la do thai- 
nich Cûchulainn 'chum an dùnaidh is ann thain/rh am 
imihecbla. dona rid^/ibh sin 'chum na hEircnn, 7 ro ans^d 
hliadain oile ag Sgatlw/o-h leath ar leath lonniis go ndt'rn/îdh 
gach don diobh uïret foghluimtha re Coinculainti, id/V chleas 
7 ghal 7 ghaisge % acbt madh cleas an ghd -^ builg amhdin ; 7 ro 
cheiliubair sidd do SgdtlM/^dî iarsoin. 

58. Maith am-h, a mghen, ar Cûchulainn, is côir dhamhsa 
dol leis na ridt';zbh ci le so go hEirin;/. 

Nocha tteighiise léo, ar si, no go gcenglarsa crô cadat 7 
caradrâ!zV/h eattraibh uile, ionn//i" nach cuirfcYfh fir an domain 
a gcenn a cheile sibh dochum. comhraic > no comhlainn, ar 
ni baoghz/1 daoibh nech oile isan doman dabur mbdoghlu- 
g//^h munrt'' ttiasar liaibh ùiii ù'ihh. Agiis is iad so gesa tag- 
bhuim orruibh .i. mas é anti is ffrr aguibh iarrf//5 comhr^c 

I. Ms. chcallach. — 2. Ms. diagh. — 3. Ms. gliaisght. — 4. Ms. ghàdh. 
— 5. Ms. coiruhraic. — 6. Ms. munflJh. 



The Traiiiiiii^ oj Cùcbuldiiiii. 139 

55. « Tabus and injunctions upon thee ! » says the hag, 
« unless thou leave the road to me. » 

« Sad is that », says Cùchulainn : « life from it after his soûl 
and non-life after his honour. And this is the road I shall 
leave thee, though thyself may get death or destruction from 
it. » 

56. 'Tis then Cùchulainn closed his arms and his legs 
around the bridge, and he lay thereon supine athwart, and 
bv a thunder-feat the hag seized him roughlv, ill-fatedlv on 
the breadth of his back and on his legs and arms, so that she 
wounded and hurt him greatly. But he leapt aloft lightly, 
hoveringly, and having gone over to the hag he gave her a 
blow whereby he struck her head from her body. Good was 
the killing that Cùchulainn wrought then, to wit (the 
death of) Eisin chinne. 

57. And thus was Scâthâch, instructing some of the Irish 
cavaliers who were about her during that year when Cùchu- 
lainn was with Aifè in Magna Graecia. Thèse were the names 
of those cavaliers, to wit, Fer diad son of Daman, and Fer 
demain son of Daman, and Fraech Fail son ot Fidach, and 
Nâisi son of Uisnech, and Lôit môr son of Mogh Feibis',and 
Fergus son of Lua the long-maned. And on the day that 
Cùchulainn came to the fort, 'tis then came the time for 
those cavahers to travel to Ireland. Butthey remained another 
year with Scathach, side by side, so that each of them might 
gain as much instruction as Cùchulainn, both feat and valour 
and prowess, save only the feat of the gac huilg ; and thereafter 
they bade farewell to Scathach. 

58. « Well, O damsel, » says Cùchulainn, « 'tis meet for 
me to go with thèse other cavaliers to Ireland. » 

« Thou shah not go with them, » says she, « until I bind 
a covenant of honour and friendship betw^een you ail, so that 
the world's men may never put one of you .against the other 
toconflict or combat, for you are in no danger of any one else 
in the world imperilling you, unless it come from yourselves 
against you. And thèse are the injunctions I leave upon you, 
namely, if the better man of you seek combat with him who 

I. Loch Môr mac Mofebhais, Tbc, éd. Windisch, pp. 516, 438, 1088. 



I40 IVhillcy Sfokcs. 

aran ti hhus mesa gomm/h é an ti hhiis ferr chlaoifidhear '. 7 
m//;- an gct'/na donti hhiis mesa, da n-izn-fadh comhnu- aran 
ti hhus \en ; 7 nd téighc^/h nech aguibh tar na fàghala soin. 

59. A^^HS lucidur a làmha da cheile le comliall an clion- 
nartha soin da cheile go bruinne an bnitha [fo. 49']. 

60. ISan[nJ soin ro ceiliubhrad/o- do Sgdthfl/crh, 7 roiôcsflfd 
fiacha- a btbghlumtha le, 7 rangad//r remp^/bh an oidhche 
sin, 7 ni haithrisd//r a sgéala ' go rangad//;' crioch na bhfer 
cCat. 

Cia an chrioch so, ar icr dhiôbh, nô cia righ uirre? 

Rioghacht bf(T cCat so, ar Ci'tchiilaimi, j Aodh Ruàidh is 
righ uirre. Caidhe dhuinne gan aoidheac/;M na hoidhche 
anocht do bhuain di, ar Cuchulainn. 

Ciat a bf«//firsi ag dol ? ar siàd. 

Rachadsa fa eochairimlibh an mhara so sios, ar Cùchulaiiin, 
d'fios an bhfaghuin[n] eôin no eatuidt'^h dobheiruinn d'ion- 
nsaighe an dunaiilh, ionnus gom^'^i moide m'iongantus ag 
mnaibh 7 ag mrtcaôimh 7 ag h-àntracht an dun^rà/h a mbeith 
béo da n-ionnsrt'/^he. 

Déanaidh d.mhlûidh, ar iadsoin, 7 ag so sinne 'chum an 
dunû[/dh romhad. 

éi. Do sgarad//r re cheile ann' soin, 7 do ghludis Cuchu- 
lainn 7 t//c agh^7/t/h ar an mhuir mhôir amach. M«r dobhi 
ann docho;/[njairc an t-oireacht adhbhalmhôir 'san trar/;/ ta 
nesa dhô .i. cet d'frruibh 7 cet do mhnaibh, 7 idd na suidhe^ 
a gcoim an chudin 7 an chak/Wh, 7 mgben c/uthach cdomh- 
aluinn etornz/bh fa mgbean dcr^gnuithe do mhndibh an dom- 
haiji, 7 iad ag gol 7 ag doghra ^ tiomcioll na hingliine. 

62. Thain/ch Ciichnlainn do Idthair 7 do bheannaigh 
dhôibh. Crét an doilghios nô an dogh; a so oraibh ? ar Ci'icbu- 
lainn. 

Ro fregair an mghcn 7 is edh adubairt : cios riogh " bheirid 
lîne Fomor^ch asan thîr-si gâcha. ser/;tmadh bliadhna .i. cct- 
ghein chloinne an riôgh, 7 is damhsa rainic dol ann anuair-se 
•san gciossoin, uair is mé is dile leis an riogh dia chloinn. 

Cia lion thig da togbhdil an chiôsasinPar Cuchulainn. 

Tri maie Alatruim d'Fomorchrt/bh, ar si, .i. Dubh, Meall 7 
Dubhros a n-anmanna. 



I. Ms. chlaoidhfidheur. — 2. Ms. fiach.;(/h. — 3 Ms. sgcaladh. - 4. Ms, 
aoidheai/;/. — 5. Ms. sùighé. — 6. doghnd/h. — 7. Ms. bl/adhain. 



The Traiiiiiii^ oj Ciichulainn. 141 

is worsc, thc bctter man shall be vanquished, and, in tlie 
same way, (defcat) to him who is worse if lie seek combat with 
him who is better. Let none of you transgress those leavings. » 

59. And the}" gave their hands to each other for the fuifil- 
ment of that covenantto the brink of Doom. 

éo. Then they bade farewell to Scâthach, and paid the fées 
for their training by her ; and tidings of them are not told till 
they reached tiîe country of the men of Catt. 

« What is this country? » says one of them, « or who is 
king over it ? » 

« This is the kingdom of the men of Catt », says Cùchu- 
lainn, « and Aed the Redis king over it. Which of us without 
thc night's guesting will obtain it from him ? » says Cûchu- 
lainn. 

« What is the place on which thou art going ? » say they. 

« I will go by the edges of this sea below, » says Ciichu- 
lainn, « to know whether I can get birds or winged things 
which I can take to the fort, so that the women and youths 
and womankind may marvel the more at their reaching them 
alive. » 

« Doso », say they;.« and hère we fare to the fort before 
thee. » 

éi. Then they parted from each other, and Cùchulainn went 
and looked forth on the great sea. As he was there he beheld a 
greatassembly on the strand nearest to him, to wit, a hundred 
men and a hundred women seated in the bosom of the haven 
and the shore, and among them a maiden shapely, dear 
and beautiful, the most distinguished damsel of the world's 
women, and they a-weeping and lamenting around the damsel. 

62. Cùchulainn came to the place and saluted them. 

« What is this sorrow or the misery upon you ? » says 
Cùchulainn. 

The damsel answered and this she said : « A royal tribute 
which the tribe of Fomorians izarry out of this country every 
seventh year, namely, the first-born of the king's children. 
And at this time it has come to me to go as that tribute, for 
tothe king I am the dearest of his children. » 

« What number comes to lift that tribute ? » asks Cùchu- 
lainn. 

« Three sons of Alatrom of the Fomorians, » she answers, 
« and Dub, Mell and Dubros are their names. » 

Revue Celtique, XXIX. 10 



142 Whiilcy Slokcs. 

63. Aî:[iis niôr chidn doibh ar na hiomraidhtibh sin an tan 
do A';/|nlacad//;' an lo[i|ng lur/;/nihair lanmhoir tar mhear- 
thonnuibh an mhara da n-ionns^r/Vhe, 7 antan [do| chonnca- 
dur muuler na hinghine an long ag iccht do thechiod?<r ' uile 
uaithe, 7 niôr tan aond///;/e iona fochair acht C//chulainn 
iona aonar. 

A^iis is amhl^/^/h do bhi an long-soin, 7 aonôglaoch 
dubh diiaibhsrrh diabhluidhe a ndeim/h na deghloinge sin, 7 
do rinn^'i/h gaire garbh ^ ainiarinurthach, ionn//^ go bhfaca- 
dair cdch a abach 7 a ionathar tri choimpir a chraôis. 

(Zrà an subhach//.? iid ar an hier môr ? ar QùchMlaiiui. 

Ar feabhas leis t/z^a do bheith do bhiseach ar a chios 
a mbliddhna (-w) seach gac/; bliadha// oile, ar an mghcii. 

Mo chubhuis amh, ar Cûchulainn, nior choir dhôsan 
mise do chommaidhiomh amhl^/Jh soin da bteas^fi/h a mbeith 
dhé. 

64. Is annsoin thain/rh an fer niôr a ttir chugtha 'san t;ar/;/ 
asteach, 7 sinisa hiimh ùih féithremhar fîorghrannado ghabh- 
ail Conciilaiim a n-urthosach a chiôsa riogh. Togbh//j" Ci'icbii- 
lainii an hiimh dhes dhirioch 7 nochius a chk/dhrmh, go ttuc 
béim don fer mhôr ', g/zrbhen an cenn dé, g//r'b é sin cet- 
duiiic do thuit le Coinailairin iar tter/;/ ô dhenamh a foghlumh- 
tha dô, 7 dothuitedar an dias l'ile leis iar soin, y {a.ghhiis mur 
sin iad muin ar mhuin. 

65. Dala Conciilaimi {iiiniorro, ni thug uidhe na aire don 
inghin, ûair nior' mhiadh 7 nior' mheabhair leis lahhain ria 
7 i iona hdonMr ar tteichi'^yh + a muinnt/Ve l'iaithe, 7 do ghluâis 
roimhe andiaidh > a aosa comhtha, 7 nior' innis an gniomh 
soin dôibh, 7 rancadar iarsoingo dorus an dunaidh, 7 benuid 
beim baschrainn 'san dorus, 7 fiafraigheas an doirseôir cia 
dobhi ann. 

[f''49''| Buidhen do ridtribh Eireanch^/7; sinn, ar siad, ata ar 
tter/;/ as an doman anoir iar ndenamh ar bfoghlumthrt ^. 

66. DocUiiûiilh an doirseôir mur a raihhe an righ, 7 é go 
cumthach dobrônach andiaidh 7 a ïngbine, 7 ro innis dô 
buidhne do rid^ribh éirenn:iw/^h do bheith 'san do;«i-. 

Leigther ast^'ch iad, ar an righ. 

Thangadwr astcrh, 7 doter an righ fiorchaôine fàilte riu go 
milis muinntear^/hfl'. 



I. Ms. thethiod;(r. — 2. Ms. gairbh. — 5. Ms. mhôir. — 4. Ms. tteithé?(/h. 
5. Ms. andiaigh. — 6. Ms. bi()ghlumth(i(/h. — 7. M. andiaigh. 



The l'yain'Dio of Ciicludaiiiii. Ï45 

63. Xot long had they been at thosc talks whcn tlicv saw 
the well-manned, fuU-great vessel approaching them ovcr thc 
furious waves of the sea. And when the damsel's people saw 
tlie ship coming, they ail fled tVom her, and not a single 
person remained in her company save only Cûchulainn. 
And thus was that vessel : a single warrior, dark, gloomy, 
devilish, on the stern of that good ship, and he was laughing 
roughly, il!-fatedly, so that every one saw his entrails and his 
bowels through the body of his gullet. 

« What is that mirthfulness on the big man ? » asks Cûchu- 
lainn. 

« Because, » says the damsel, « he deems it excellent that 
thon shouldst be an addition to his tribute in this vear rather 
than in any other year. » 

« By my conscience », says Cûchulainn, « it would not be 
right for him to brag thus regarding me if he knew what would 
corne of it. » 

64. Then the big man came ashore to thera into the strand, 
and stretched forth his long, sinewy, hidcous arm to seize 
Cûchulainn in the very front of his royal tribute. Straightway 
Cûchulainn raised his right hand, and bared his sword, and 
gave a blow to the big man and struck off his head, so that 
he was the first that fell by Cûchulainn after having completed 
his training. And thereafter the other two fell by him, and he 
left them thus, neck to neck. 

65. Touching Cûchulainn, hegave neithcr care nor heed to 
the damsel, for he deemed it neither honourable nor sensible 
to speak to her, as she was alone after her foUowing fled from 
her. And he fared forward after his comrades, and did not 
tell them of that deed. Then they came to the gâte of the 
fortress, and they strike a blow of the knocker on the door, 
and the doorkeeper asked w^ho was there. 

« We are a band of Irish cavaliers », thev say, « come out 
of the world in the east, after completing our training ». 

(>(>. The doorkeeper went where the king was, mournful 
and sad after his daughter, and told him that a band of Irish 
cavaliers was at the gâte; 

« Let them in, » says the king. 

They came in, and the king gave them a heartv w^lcome, 
sweetlv and courteouslv. 



144 IVhilley Stokcs. 

67, ^gi(s m cian do bhad//r m«rsoiii autan do concadur an 
mghiit chugtha. 

Maith amh, a ingJjeny ar an righ. in cumhthrt andiaidh ' do 
mliuintcre, no an t-egl^ ^ titc ort teich^^li amhlaidh soin ? 

Ni hedh go deimhin, ar an \nghen, acht aonmhaçaomh ôg 
nemharsa thain/Vh dom ionnsaighe, 7 do an im fochair ar 
tteicht'Jh mo mhuinnt/Ve uaim, 7 do chomraic tar mo cheann 
le tri mrtcaihh Allatruim d'Fomôrchaibh 7 do thuitt't//;- leis, 
7 da dbearb^Jh soin téigr^fb duine uaitsi ar cheann na coda 
oile don cliiôs, 7 tabliarthar chug^d é. 

Beir bûa[ijdh 7 hennocht, a inghen, ar an righ, is maith na 
sgéalrt 5 innisiostù dhamh, 7 chuir ôglaoch ar chenn na coda 
oile don chiôs, 7 twcadh chuige é. 



68. Agus hudh luthghairioch Aodh R//flfdh don sgél sin, 7 
adubfl!/Vt re bantrac/;/ 7 le bandâlrt/7;h an dunaidh : Eirg/^h, 7 
(o'ûcedh 7 foirthicadh do dhenamh dona ridt'/uibh. 

69. D'éirghetwr an hantracbt iarsin .i. ben a gcomhair gach 
ridcri*^ dhiobh da nighe 7 da nîamhghlanrt^h, 7 isiAoife mgheii 
Aodh [a] R//<7/dh tharlrt > os cionn na daibhche 'na raibhe Ci'icbii- 
laiini, 7 tarlrt ^ lâmh Conculaiun iona hiimh, 7 adubflf/;'t : Maith 
amh, ar si, is mô[r] cuid goile 7 gaisge na Idimhe si. 

Crét sin, a ïugben Par an righ. 

Ata, ar an inghen, g//;'b leis an laimh-si do thuitet?//' tri 
mie Alatruim d'Fomorchdf/bh, 7 as é tue mise asan mbroid 
moir iona rabh//i'. 

An fior sud, a ridcruibh Eirionnchâf/bh ? ar Aodh Kûad h. 
An raibhe duiiie ar bioth da hiir muintir lonhur n-égmuis ag 
ter/?/ isan dûnm/h diobh ? 

Dobhi Cûcbulaiiin ataann sud, ar sidd, oir do chufl!/^h se fa 
cochairimlibh na mara so siôs d'fios an bfuigt'^h eoin no 
ethaite ^ dobhéuradh leis d'ionnsrt/Vhe an dûnaidh. 



70. An é sud an Ci'ichulainn oirdt'rc ata ïogur aguibhse a 
nEirinn? ar an righ. Masc^h, ar Aodh Riiadh, ag sud an ciôs 
rîogh do chosnuis fein dhitit, 7 an ingben fos. 

I. Ms. andiaigh. — 2. tcgl./i/li. — 5. Ms. sgcalcfJh. — 4. Ms. ridc/ibli. 
— ). Ms. tharli;(/h. — 6. Ms. tarl.d/h. — 7. Ms. raibhus. — 8. Ms. atliaid- 
higtv/h. 



The Triiiiiiiig of CùchiiUnuu . 145 

67. And they were not long thus when thcy saw the dam- 
sel approaching theni. 

« Well, mv daughter, » says the king, « art thou sorrow- 
ful after thv "foUowers, or is it the fear that caused thee to 
flee like that ? » 

« Not so assuredly, » says the damsel, « but a single, 
voung, youthful lad who came tome, and remained near me 
after my followers fled from me, and fought on my behalf 
with three sons of Alatrom the Fomorian ; and they fell by 
him ; and to prove that, sendsome one for the rest of the tri- 
biite, and let it be brought to thee. » 

« Take triumph and blessing, my daughter, » says the 
king : « good are the tidings thou hast told me. » And he 
sent a servant for the rest of the tribu te, and it was brought 
to him. 

68. And Aed the Red was glad at that taie, and he said to 
the womankind and the females of the fort : « Go and wash 
and bathe the cavaliers. » 

69. Then the women went, a woman opposite each of 
the cavaliers, to wash him and to bathe him. And it is Aife. 
Aed the Red's daughter, that happened to be abovethe tub in 
wliich Cûchulainn v^'as, and Cûchulainn's hand chanced to be 
in hers, and she said : « Well, indeed, great is this hand's 
share of bravery and valour ! » 

« What is that, my daughter ? » says the king. 

« It is, » savs the damsel, « that this is the hand of him 
by whom the three sons of Alatrom the Fomorian hâve fallen, 
and 'tis he that rescued me from the great captivity in which 
I was. » 

« Is yon true, ye Irish cavaliers ? » says Aed the Red. 
« When ye entered the fort was there a single one of your 
Company absent ? » 

« It was Cûchulainn who is yonder », they answer; « tor he 
went along the edges of this sea below, if perchance he could 
get birds or winged things to take to the fort. » 

70. « Is yon, savs the king, «the renowned Ciichulainn, 
whose famé ye hâve in Ireland ? If so, » says Aed the Red, 
« hère for thee is the royal tribute which thou thyself hast 
gained, and the damsel also. » 



146 U'hilky Slokcs. 

Ort do chlé 7 do chol dûabhdis, ar Ver diadh mnc Damhdin, 
ni bfuighe dnine ar hioth hhidh nô nés na buânoirJcrc//^ ar 
choimhslighe riot go brâth. 

71. Dala ' Coiiciilaimt hniiiorro, ni tue sin da uidhe na da 
aire aonfocal da ndub^/n ¥er d]àdb, achî roinnios an cîos soin 
na bFomorach .i. a thrian dona rid^ruibh 7 an dara trian do 
bhiatachuibh - hhïer cCait, 7 an 1res triàn a gcoibhche na hin- 
ghine ', 7 robhi si aige ar feis leaptha an oidhche sin. 

72. Ociis do bhad?/r caoigcidhis "i ar mhi iona gcomhnaidhe 
'san baile sin chaôintresdail 7 fritbeoladh, 7 a gcionn na 
haimsire sin twcad///' làmh ar imtber/;/ 'chum na hEirenn, 7 do 
ghabbad//r cûan 7 calrtdhport a ttraigh na Fohn/h a n-UllM/^h, 
7 rangadwr iarsoin go hEamhain mionalainn Mhacha iwur a 
nr/bhe Qwc/;//bhar > mac Fachtna Ykihai^^h airdrîgh \}\ad\\ °, Ro 
tasd^/Vh Connchubbar aige ïé'm iâd ar fo/h bliadhna, 7 lue 
Qouchiihur clos na coîge dhoibh iona û\ihrusàal, 7 is ed\\ 
airmid uchdair 7 eok/o-h nach raibhe ag riogh no ag rotlaith 
'san doman mhôr' an tan soin laochrm/h na cur<7<ihaibh na 
taoiscchuibh comhcbalma na comhchrodha ris an mbuidhin 
do bhi a nUWiaihh an tan soin da ngairthe cur^^/haibh na 
Craoibhe Ruaîdhe, mur ata Conaill Cemach [7] Fergw5 mac 
Rosa Rurt/dh, rona gcloinn, Laogbaire Buadhfl'fh, Cornwc 
Co;/loinges mac Conciihhair, 7 an t-oc/;tar oile sin tairi/ch le 
Cowculainn a n-Eirinn. 

73. Ao^us a gcionn na bliadhna soin do roinn Conrh?/bM7' 
fuinn 7 f>y-ain[n] cîorrail'h an met diobh n^rh btuair fc/ ann '"* 
roimhe sin, 7 do roinn iad fa imiollbhorduibh Ulfl'^h ?, 7 
do thugdàois môirchiôs na n-oilén léo, 7 môran '° do c/io- 
chaibh oile don cruinde fa chiôs 7 fa umhl^/" dhoibh a los a 
ngoile agiis ngaisge. Gonadh i soin cuid d'imther/;/aibh Concil- 
iai nu sonuise sin. FINIS. 



Arna sgriob^rfh le Riosdard Tuibear. anno domini, 1715. 

I. Ms. Daladh. — 2. Ms. bhinthacliuibh. — 3. Ms. liinghinne. — 
4. Ms. caogcaoidhios. — 5. Ms. Co«chHbhair. — 6.Ms. uil(/(/h. — 7. Ms. 
mhôir. — 8. Ms. fVran. — 9. Ms. uih/dh. — 10. Ms. morain. — 11. Ms. 
umhladli. 



The Training of Cùcbiilahni. 147 

« On thee be thine evil and thy sorrowful sin ! » says Fer 
diad son ot Daman : « may no one on earth ever gct renown 
or famé or lasting distinction on the same road with thee ! » 

71. As to Cùchulainn, however, he gave neither heed nor 
care to a single word that Fer diad uttered ; but he divided 
that tribute of the Fomorians, to wit, a third to the cavaHers, 
and the second third to the hospitaliers of the Fir Catt, and 
the third third as the damsel's dowry. And on that night he 
had her on a bed-festival. 

72. And they were a month and a fortnight abiding in 
that stead with gentle attendance and ministering; and at the 
end of that time they set ont forireland, and took harbourand 
havenonTràignaFoladinUlster, andwentthereaftertosmooth- 
beautiful Emain Mâcha where Conchobar son of Fachtna 
Fathach, overking of Ulster, was dwelHng. And Conchobar 
retained them with him for the space of a year, and gave them 
the tribute of the province as theirpay. And authors and sages 
recount that no king or great lord on the Continent had at 
that time heroes or champions or leaders as brave or as hardy 
as the band that was then in Ulster called the Champions of 
the Red Branch, such as Conall the Victorious, and Fergus son 
of Ross Ruad, with their children, Loeguire the Triumphant, 
Cormac Conloinges son of Conchobar, and those eight others 
who came with Cûchulamn into Ireland '. 

73. At the end of that year Conchobar divided lands and 
estâtes among so many of them as had not got land before, 
and distributed them along the borders of Ulster ; and they 
used to bring the great tribute of the islands, and many of 
the other countries of the globe under tribute and subjection 
to them by dint of their valour and bravery. 

So that so far is a portion of the proceedings of Cùchu- 
lainn. Finis. 

Copied by Richard Tipper, in the year of the Lord 1715. 

I. See 5 57 supra, wlierc only six are named. 



148 JFhifh'v Slokcs. 



GLOSSARIAL INDEX' 

THF. RARE NUMBERS REFER TO THE PARAGRAPHS OF THE TEXT 



Adluinn 18, probablv for dlaiiiii 'beautiful'. 

Agallmhadh 1 5 , agallmha 47, for O. Ir. acaldam. 

Ailt 10, a joint. 

Airmert5),aH injunction, airmeart .i. geis, O'Cl. 

Alt a kiip, gen. pi. 15, 21, 23, 27, 48, 55, i. leini, O'Cl. froni *siilt = 
Lat. sdllits, with loss of initiale, as in hireiii, 'longest'. O'Dav. no, 1066, 
from sireiii, and Eristiti (Rev. Celt. XIX 385) from Saracenus. 

Alt a droma 56, biradlh of bis hack : ait .1. leithéid O'CL, from * ptill-, 
* plot- = Gr. -Xâxo;, Skr. prâthas. 

Ani imthechta ^y, timc of travelling. 

Amsainscht S, u'ar-service, a bv-fonn of anisaine, Windisch Wtb. 

Anadbad 55, for anapaid ? 'overripe' ? 'corriipt ?' 

ain-fial 45, slmniefid. Hence atnbfe'ik .1. amhnaire, O'Cl. Cf. Cxmr. gîvxl 
'modest', g-wvkdd 'bashfulness. 

an-gnâthuigeclî 12, nniisual} leg. angnâthach ? 

An-iarmartach 56, 63, of eviJ conséquences, ill-fated, Mever Contribb. and 
Dinneen. 

An-intaithige ^4,HnJit for frequenting,tinfrequentahh : cf. taithige, Wind. 
Wtb. taithighe net of fréquent ing, Dinneen. 

Ath-chlasc 53, « large cap or vessel } Is clasc cognate with Lat. calix, 
Skr. kalaça ? 

Athduamur 53, for aduathmar, horrible, LL. 266b 31. 

Bâeglugud 58, rtinning risk, being in danger, v. n. of bdeglaigim : see 
Mever Contribb. 162. 

Bâeth-léim 22, a reckless leap. 

Ban-dâl 68, an assenibly of ivomen. 

Ban-écht 45, ivonian-slaughler. 

Ban-ridere 11, 32, ^o, a fetnale cavalier. 

Bân-scoth 19, i^, a lubiteflower. 

Berrthôir 24, 26, 52, ff barber, 
Bir-chles 32, dart-feal. 

Boillscénach 22, middle : cf. bolgân .i. buillsccn no meadhôn, O'Cl. Mever 
Contribb. lias exaniples of bolscen, bolgsen. 

Brâthaim / adjudge, do bràithfinn 43, denoni. of brdth 'judgment'. 
Bùan-oirdercus 70, lasting distinction. 

Bunad 12, where dobhiinadb seems used to intensify the mcaning ofthe 
preccding adj. 

Càel coise, 31, the sknder part of a leg, the aiikle. 



The 'rrah\ing of Cinhiildiiiu. 149 

Càem-âlainn 61, dear aiid Imiulifiil. 

Câem-étrocht, ggntk iiiid hright. 

Càem-làe 7, a miU ilay. 

Câin-frestal 72, oentle atiendance. 

Cairdes sliasta 48, frit'iidship of thighs (sensu obscaeno). 

Car 7, thc ivhole, to ::àv, with which it is cognate : car .i. toit (leg. toit, 
borrowed from Lat. lotutu), Lee. 510 (Archiv, I. 60), and Stowe Glos- 
saries 289 (Archiv. III, 275). 

Carniogall 56, carhuncic, dat. carrmocol. LU. 8r'. 

Cenn-garb 59, rough-hcaded . 

Cenn-muliach 18, hcad-cnnvn. 

Cét-chaith-chles, 35, hundred-hattle-feat. 

Ciat 60, meaning obscure, perhaps for cia ait ? 

Cisél 2, ci'sél .i. iseal eidir da thuinn a hoUoiv hetiveen Hvo u\vves,0'C\. 
Mever, Contribb. 375 bas rw/, with both vowels short. 

Cladarda 2. seems a deriv. of cladh 'mound' : cf. itir na cladaib accarba 
uscide, LB. 11 8^ 19. 

Clâir-fiacail 41, a Jorelooth. 

Clasc, see athchlasc. 

Clé II, 45, 70, evil ; in gniom cenclé, Meyer, Contribb. 382. 

Ch'ab dis 47, 48, a feal-haskct. i. e. I suppose, the basket containing tools 
used in perlorming leats. 

Ch'ab-fairsing 35, aniple-chesled. 

Clos 39,'s. m. hearing, report, O'R. fdtiw : but it is fem., Meyer, Contribb. 
392. 

Cobradach 36, bossed, deriv. of cobra. 

Coirce 18, (cuire, Dinneen), a curcb, cap, coif. 

Col duabais45, 70, sorroivful sin. 

Com-bocad 40, acl of shakiug, boccaim cognate with Eng. quake. 

Com-chael 54, eqiially sletider, Cvmr. cul. 

Com-chaeled 16, equal sleiideniess, Cvmr. culi. 

Com-chrôda 72, equally hardy. 

Com-direch 38, equally straight. 

Com-dub 10, equally black. 

Com-gér 34, equally sharp. 

Comper 65, c/;c5/, breast, compar, Mever Contribb. 

Cotn-slemain 16, 54. equally smooth, pi. com(s)lemna LL. 266'^' 28, 

Com-slige, 70, a couuuon road. 

Comthaig, 45, 46, 48, 49, bribes, reivards. nom. pi. The gen. pi. comthach, 
occurs in Dinds. 153. 

Corplân 28, meaning obscure : cf. medhlân. 

Corp-remar 35, Ihick-bodied. 

Cortrach 18, meaning obscure, for cortharach bordered} 

Crann-remar 38, thick-shafled . 

Crô cdtat 7 caratraid 58, a covcnant ofhononr and friendship. 

Crô-fairsing 38, ample-socketed . 

Crùaid-chalma 17, 32. hardy and hravs, 

Crùaid-iarann 57, hard iron. 



150 Whilley Stokcs. 

Cruinn-chlechtacli i8, i-oumi-plaited clecht from Lat. pJecla. 

CûacAn 48, /////<- Cù(chuhiiiiii). 

Cubar-anfach 2, foam-stonvx, antach for anfathacli, deriv. of anlad sterii. 

Cubar-derg 58, foam-red . 

Cuinne 25, for coinne j Dieetiiii^. 

Dee 47, gen. pi. gods : from *dheson, cogn. with Gr. O/ci-iaToç. 

Deg-baile 50) a good-steadiiicr. 

Deg-dénum i, gocdlv mahe (or ivell-doiiig}) 

Deg-làech 33, i\ good hero. 

Deg-long 65, 1/ good sbip. 

Deg-thairise 25, lovai. 

Diabluide 65, dnnlish, deriv. of diiûnil. 

Di-airm 47, iveapoiiless. 

Doilges 62, sorroiv. 

Drem 20, a vuiny, better dremm. 

Dû 19, mect, du .i. dual, O'Cl., from OFr. deii pariiciple of devoir. 

Dûagh 29 ^ duadh toiJ, trouble, hardihiù, Dinneen. 

Duaibsech 63, glooviw 

Èim 16, tail, eimh O'R. 

Engach 2, name of Conall Cernach's ship. 

Eochair-immel 60, 69, edge-horder, pi. eochairimle an mliara, O'Cl. 

Etualang 19 (ms. eâdualang), iiiability, impotence, a strait. 

Féige 28, O. Ir. féice, Corm. ridgepole, féige .i. miillach tigheno dûnaidh, 
O'Cl.' 

Feis Icptha 71, festival ofhed. fes Idime 7 leptha 49, ^o, fi'slival of Ikunl 
and hed. 

Féith-remar 64, tbick-sinewed, siueivy. féitli (gl. rien, gl.fibra). 

Fir-chdine fâilte 3, 66, heartiness of welcome; cL fi or chao in fa il te 'a hearty 
welcome', Dinneen. 

Fir-étrom 31, triily light. 

Fir-glic 31, Inilv ciinning. 

Fir-grânna 64, tnilv horrible. 

Fir-mor 35, triil\ great. 

Fir-mullach 28, thevery top or croivn. 

Fochmad 22, dérision, fochmaid, Dinneen. 

Fond from hzx.funhis, pi. nom. used for ace. fuinn, 73. 

Fothbhannân 54, thistle, fothannan, Dinneen. 

Foi-beim 35,1'" underbloiv. 

Foirthicad 68, foirticed 3, a corruption oî fothrucud 'bathing' (Meyer). 

Fordlam gaisge ^o, offer 0/ braverv. 

Fortharsna 56, athiuart, fortarsnu LU. 76b 15. 

Fosaich 3, for essaie borrowed from Lat. obseqiiimn. 

Fiiaim-chles 35, noise-feat. 

Gel-gûala 36, bright shoiilder. 

Giglichus 29, excilement ? et. gigleaeht nervoiis excitenient, Dinneen. 

Goirtim Ihurt, 56, denom, oî goirt 'britter'. 

Greider 20, a holô or griisp'f Cogn. with greini from *grednien} 



Tbc 'fraiiiiiii^f of Ciichiihiinu. 151 

Gremuighim 54, / stick ta. 

largnd 20, i^rief, iarglinô, Dinneen. 

Il-chles 51, many feats. 

Il-faebar 47, man\-eil^cii u'eapoiis. il gartha 22, many cries. 

Imlides, of the saine âge. gen. iomhaoisc 17 : cf. im-lhd, so is; nini-tba 
'not so is' and cf. Lat. int-ago, iin-itor. 

Imlat 40, (Tc/ ('/ woz'//;,^, iomlad Dinneen, iomlat o-('i-/»7-(', O'Br. 

Imsnimach 53, anxioiis, deriv. of insniomh .i. tuirsi no bron, O'Cl. 

Innleth gualann 40, shoulderhlade} cf. leithi .i. slinuén, O'Cl. leithi in 
chon, Rev. celt. III, 177. 

Lâni haiid ; tue làim ar imthecht 50, 32, lie prcpared to (lit. put haud on) 
travel. 

Lés 48, light, a rav of light, Dinneen, lés .i, solas no soillse, O'Cl. 

Leth-tôisech 13, one of tivo chiefs. 

Linech 36, netted} inade of Unen} cf. lenti linecda, LL 2661^ 12. 

Làn-talam 22, fiill earth. 

Lonn .1. dimsach 'proud' O'Dav. no. 1:83, compar. luinne 25. 

Lûaith-ferg 40, swift anger . 

Lùatli-goinech, 5, szviftlv-wotaid iiig . 

Macânta 28, childlike, gentle, modest etc. Dinneen. 

Mala-dub 18, dark-eyehroived. 

Médian 53, a balance, scales : the -/</// seems meaningless as m coiplan 
supra. 

Mér-gel 18, -ivUte-fingered. 

Mer-thonn 63, a f lirions -wave. 

Michair 50, miochair kind, frieinUx, loving, a/fable, Dinneen. 

Mi-chôruiged 32, act of deranging. 

Mi-delba 20, (leg.-delbad ?) act of niissbaping. 

Min-âlainn 72, gentle and beantiful. 

Minn siila 37, lit, exe's diadeni, cf. ba mind sùla sloigh tar 1er, Ac. na 
Senôrach 1. 146. 

Môr-chis 73,1! great tribiite : cis borrowed from Lat. census. 

Môr-garg 2, great and fierce. 

Muin 36, for immu-in aroiind the. 

Nem-arsa 21, 61, not old, xoutliful : arsa cogn. with arsaid, arsanta, arsata. 

Niam-glanad 60, niamh-ghlanadh act of purifxing, brightening, Dinneen. 

Oirbert ii, a good action, Dinneen. 

Oirchill 45, dat. sg, lying in ivait. 

Oireghal 24, aireghal 25, seems a corruption of airecal chaniber, apartment, 
lodging, borrowed from Lat. oraculum. 

Orloisgthe 18, burnished, for forloiscthe. 

Orrdladh 54 (ord-slad ?), orrlad 16, some sharp instrument? cogn. with 
oirdleacb, 'a cutting', 'hacking', etc. (ord-sleg?) 

Othar, sickness . 

Prim-scolaid 22, chief-scholar. 

Ro-flaith 72, a great lord. 

Rûainne 18, 54, a hair. 



1)2 îritlcy Slokcs. 

Saeb-thonnach 2, ti'hirling-^vaved. 

Sâr-luath 2, ver\-stvijt, sâr = C\Tnr. baer. 

Scirdaim 20, / slip, sciordaim 'I flee', sciorraim 'I slip', Dinneen. 

Serb-glas 2, lutter andh'.ite. 

Sergauhe 11, 45, ivitbereJ, shrivelled, part. prêt. pass. of sergaivi, now 
scargaiiii. 

Sesârd 48, meaning obscure, apparently some part of the human 
shoulder. 

Siabraim, 19, 45. I enchant, I deJiule. 

Silide 45, sillide ii, d phaiitoni ? prêt. part. pass. o['silIi»i 'I see'. 

Sir-sesam 40, constant standing. 

Sleimnigim 22, / inake slippcrv : cf. the modem sleimhne, sleimhneachi 
sJipperincss. 

Slimrad 16, 22, act o/sliding^ Cf. slim 'S7nootb\ 

Sochair 52, profit, sochar, Dinneen. 

So-diubraicthe 38, gen. sg. of sodiubracadh act of shoot ing, or hiirling, 
U'ell. 

Taeb-uaine 2, green-sided, tâeb, O. Ir. tôib, Cymr. tu. 

Tâinic dib, diomsa tig, 33, they hâve heen able, I ani ahle, K. Mever, CZ. 
i. 109. 

Tarraingthech 21, leg . tairngerthach , tairnngire .i. gealladh , O'Cl . 
prophesied. 

Tir an tsnechta 32, the Land of the Suow, Icelaiid ? 

Togiaim ? toghlaim, /, destroy, O'R. ro tlioglad 44. 

Toirbert 44, an offer, toirbhirt .i. tabhairt, O'Cl. 

Tonn talman 50. surface af earth, O'Cl. 

Tort-buillech 37. xveightily (?) smiting : pi. tortbuillechaLL. 85'', 266 b 4. 
Cf. tortughadh. .i. coimhéigniughadh, huillecb deriv. o(biiil]ea. blow. 

Tremse 42 (trémse?) a qiiarter of a year. 

Trén-garb 2, strong and rough. 

Trom-chniiasach 3 5 , « heavy gathering. 

Tuisledach 21, act offalling, deriv. of tuisel fait. 

Turcharthach 53, rt ivretcbed person ? an offcast ? 

Uaithne 22, pillar. 

Uide nô aire 65, 71, beed or care. A sister-form of uidh .i. aire, O'Cl. 

Uir-beimnech 40, sore-smiting. 

Uiret 57, so niiicb, as mitcb, oiret, airet. 

Ur-nocht 48, qiiite naked. 

Urrumanta 5, respected, honoured, Dinneen. 

Ur-thosach 64, the very front. 



ENLEVEMENT DU TAUREAU DIVIN 

ET 

DES VACHES DE COOLEY 



CHAPITRE VIII 

SUITE DE LA MARCHE DE l'aRMÉE. 

I' [Premier désastre). 

« Partons maintenant d'ici », dit Ailill. Ils vont à Mag 
Muicceda. Cùchulainn coupe devant lui un chêne et trace 
une inscription ogamique sur un côté de cet arbre. Cette 
inscription disait que personne n'irait au delà de ce chêne 
tant qu'un guerrier avec son char ne l'aurait pas dépassé 
en sautant par-dessus. L'armée dresse là ses tentes et, montés 
dans leurs chars, les guerriers essaient de sauter par-dessus le 
chêne. Trente chevaux y périrent, trente chars y turent brisés. 
Cet endroit fut appelé Passage de la Gloire^ [nous verrons 
plus bas que ce fut plus tard à cause du succès de Fergus], et 
ce nom lui sera toujours conservé. 

2. Meurtre de Fraech (c'est-à-dire La Bruyère). 

L'armée reste là jusqu'au matin. Ailill et Medb font appeler 
Fraech, filsdeFidach. « Délivre-nous », dit Medb, « éloigne 
de nous la fatalité qui pèse sur nous. Viens à notre aide 
contre Cùchulainn; nous voulons savoir si tu le combattras. » 

1. Ce paragraphe et le suivant sont tirés du Lebor na hUidre, p. 65, 
col. 2, 1. 1-28; O'Keeffe, p. 28, 29, 1. 754-761 ; Winifred Faraday, p. 34-36. 

2. En irlandais Bélach iiAtie. 



i$4 H. d'Arhois de Juhainvillc. 

Fmech partit le matin de bonne heure avec huit compagnons. 
Il arriva au gué de Fùad et il vit Cùchulainn prenant un 
bain dans la rivière. « Attendez », dit Fraech à ses gens, 
« attendez jusqu'à ce que j'aie atteint l'homme qui est Là-bas. 
L'eau n'est pas bonne pour vous. » Il se dépouille de ses 
vêtements et dans l'eau se dirige vers Cùchulainn. « Ne viens 
pas vers moi », lui dit Cùchulainn, « si tu le fais, tu en 
mourras et pour moi il serait triste de te tuer. » — • « Certes 
j'irai », répondit Fraech, « j'irai afin que nous nous rencon- 
trions dans l'eau et que ton jeu avec moi soit à risque égal 
pour nous deux. » — « Apprécie cela comme tu le trouves 
bon », repartit Cùchulainn. — « Que chacun de nous deux 
mette sa main autour de l'autre », répliqua Fraech. Ils font 
chacun de grands efforts pour se terrasser l'un l'autre dans 
l'eau, et Fraech est submergé. Cùchulainn le relève. « Cette 
fois-ci », demanda Cùchulainn, « supporteras-tu que je te 
fasse grâce de la vie ?» — « Xon », répondit Fraech, « je ne 
le supporterai pas. » Alors Cùchulainn fit tomber Fraech et 
Fraech mourut. Cùchulainn tira sur la rive du cours d'eau le 
cadavre que les gens de Fraech portèrent au camp. Et le gué 
fut depuis toujours appelé Gué de Fraech. Tous les guerriers 
du camp chantèrent la plainte du mort. Puis on vit arriver 
autour du cadavre de Fraech fils de Fidach une troupe de 
femmes vêtues de tuniques vertes [c'étaient des skie, c'est-à- 
dire des déesses ou des fées], elles l'emmenèrent dans leur 
palais divin [en irlandais shi] qui dès lors s'appela Sîd de 
Fraech. 

Alors Fergus dans son char sauta au delà du poteau de 
chêne [planté par Cùchulainn, de là pour cet endroit le nom 
de Passage de la Gloire]. 

3. Meurtre d'Orlam. 

Le matin suivant, les guerriers de quatre des cinq grandes 
provinces d'Irlande allèrent à l'est de l'autre côté de la mon- 
tagne appelée Cronn (c'est-à-dire de l'autre côté du Mont- 
Rond). Cùchulainn vint au-devant d'eux et rencontra le 
cocher d'Orlam, fils du roi Ailill et de la reine Medb. C'était 
au lieu depuis dit Tombe d'Orlam, près du Désert de Lochad 



Enlèvt'iiieiil du taureau divin. 155 

au nord. Le cocher coupait dans la forêt du hois de houx pour 
fau'e un char. « Héhis », s'écria Cûchuhtinn, « quel acte témé- 
raire font les habitants d'Ulster si ce sont eux qui ainsi coupent 
du bois en face de l'ennemi. Attends ici un peu », dit-il à 
son cocher, « attends jusqu'à ce que je sache qui coupe ainsi 
du bois. » Cûchulainn partit et arriva près du cocher d'Orlam. 
« Que fais-tu ici, mon garçon? » demanda Cûchulainn. — 
« Je suis », répondit le cocher d'Orlam. « je suis à couper 
du houx pour faire un char, parce qu'hier nos chars se sont 
brisés en donnant la chasse au chevreuil célèbre qui est par 
ici. Je veux parler de Cûchulainn. Et toi, par ta valeur je t'en 
conjure, donne-moi ton aide et empêche ce fameux Cûchu- 
lainn de venir m'attaquer. » — « Je te donne le choix, mon 
garçon », reprit Cûchulainn, « ou tu feras l'assemblage 
des pièces de houx dont le char doit se composer, ou tu les 
tailleras, ce sera l'un des deux. » — « Je ferai l'assemblage », 
dit le cocher d'Orlam, « c'est plus aisé. » Cûchulainn se mit 
à tailler les pièces de houx et les tirant avec les doigts de ses 
pieds et de ses mains il les frottait les unes contre les autres 
de manière à faire disparaître tant leurs courbes que leurs 
nœuds et à rendre ces pièces de bois si polies qu'une mouche 
ne pouvait se tenir sur elles quand il s'éloignait. Le cocher 
d'Orlam le regardait fiiire, « Il me semble », dit cet homme, 
« que je t'ai donné un travail indigne de toi ; qui es-tu donc ? » 
— « Je suis », répondit le guerrier, « je suis ce célèbre 
Cûchulainn, dont tu parlais ce matin. » — « C'est un grand 
malheur pour moi », répliqua le cocher d'Orlam, « par le tait 
de ce guerrier me voilà perdu pour toujours ». — « Nulle- 
ment, mon garçon », répondit Cûchulainn, « je ne tue ni les 
cochers, ni les courriers, ni les gens sans armes. Mais où ton 
maître se trouve-t-il? » — « Il est près d'ici sur la tombe », 
répliqua le cocher d'Orlam. — « Va le trouver », reprit 
Cûchulainn, « préviens-le, fais attention à lui, car si nous 
nous rencontrons il tombera sous mes coups. » Le cocher 
d'Orlam alla chercher son maître, sa course fut rapide, plus 
rapide encore celle de Cûchulainn, Celui-ci coupa la tête 
d'Orlam et la levant très haut la montra aux guerriers d'Ir- 
lande. 



1)6 H. d'Arbois (le Jiibiiiiiville. 

[Ensuite 'Cùchulainn mit la tète d'Orlam sur le dos du cocher 
de ce malheureux et lui dit : « Porte-la sur toi et va au camp avec 
ce fitrdeau. Si tu n'y vas pas comme je dis, tu recevras une 
pierre lancée de ma fronde par moi. » Arrivé auprès du camp, 
le cocher ôta de son dos la tête de son maître. Puis il raconta 
à Medb et à Ailill (père et mère d'Orlam) ce qui venait de 
lui arriver. « Tuer Orlam », dit Medb, « n'est certes pas la 
même chose que de prendre un oiseau. » — « Cùchulainn a 
déclaré », reprit le cocher, « que si je ne portais pas la tête 
d'Orlam sur mon dos jusques au camp, il briserait ma tète 
avec une pierre.] 

4. Meurtre des trois fils de Gara-. 

Alors les trois fils de Gara vinrent à la rencontre de Cùchu- 
lainn au gué de Ciannacht. Ils s'appelaient Lon (merle), Ual 
(orgueil) et Diliu (déluge), les noms de leurs cochers étaient 
Meslir, Meslaig, Meslethair. La raison pour laquelle ils vinrent 
attaquer Cùchulainn était qu'ils considéraient comme une 
énormité ce qu'il avait fait les jours précédents : le meurtre 
des trois fils de Nera % fils de Nùatar, petit-fils de Tacân au 
gué de la Fourche et le meurtre du fils d'Ailill et Medb, 
Orlam dont il avait montré la tête aux guerriers d'Irlande, 
Ils dirent que de même ils tueraient Cùchulainn et emporte- 
raient sa tête pour la montrer. Ils allèrent au bois et coupèrent 
trois baguettes de coudrier blanc, les mirent entre les mains 
de leurs cochers, et dirent qu'à eux six ensemble ils iraient 
attaquer Cùchulainn. Cùchulainn se tourna vers eux et 
coupa les six têtes. Ce fut ainsi que les fils de Gara tombèrent 
sous les coups de Cùchulainn. 

5. Meurtre de Léthan. 

Léthan voulant combattre Cùchulainn vint au gué situé près 
de Nith dans le territoire de Gouaille en Murthemne. Gué du 



1. Ce qui se trouve ici entre crochets est tiré du Lebor na hUidre, p. 64, 
col. I, 1. 19-26. O'Keeffe, p. 21, 1. 895-899. Winifred Faraday, p. 38. 

2. Ara au gén'iùf A rach, dans le Livre de Leinster et dans l'édition de 
Windisch, mais Gu'rii, au gén. Gdrach dans le Lebor na hUidre, p. 64, 1. 27, 
en marge. Ce mot, suivant O'Reilly, veut dire « utile, profitable ». 

5. Voyez plus haut ch. vi, § 11. 



liulcvciiiciil du Uuircaii divin. 157 

Char est le nom du gué où les deux guerriers se rencontrèrent. 
Il doit ce nom à ce que le char de Léthan se brisa pendant 
le combat livré dans le gué. Alors Mulche [cocher de Léthan 
frappé par Lôeg cocher de Cûchulainn ' | tomba mort sur la 
colline entre les deux gués. Et voilà pourquoi cette colline 
s'est depuis appelée colline de Mulche. Dans le Gué du Char 
Cûchulainn et Léthan se rencontrèrent. Cûchulainn, ayant 
terrassé Léthan, lui coupa la tête et laissa cette tète près du 
cadavre. De là le nom que ce gué porta depuis : Gué de Léthan 
au territoire de Conaille en Murthemne. 

6. Les beaux et bons harpistes. 

Alors pour récréer les guerriers irlandais amenés par A.ilill 
et Medb, vinrent les beaux et bons harpistes d' Ess Rûaid (Assa- 
roë). Les guerriers irlandais crurent que ces harpistes étaient 
les éclaireurs des habitants d'Ulster. Ils leur donnèrent une 
chasse incomparable qui dura longtemps, jusqu'à ce que ces 
harpistes vinrent à se transformer en cerfs dans les rochers de 
Lia Môr. On disait que c'étaient de beaux et de bons har- 
pistes, mais c'étaient de très savants druides-. 

7. Meurtre du furet et de l'oiseau favori. 

Alors Cûchulainn fit une menace : « Là », dit-il « où je 
verrai Medb, je lui lancerai une pierre qui arrivera près d'elle 
à côté de sa tête. » En effet, là où il vit Medb il lui lança de 
sa fronde une pierre et cette pierre tua l'oiseau favori que 
Medb portait sur son épaule près du gué au couchant. Medb 
alla au delà du gué au levant. Alors Cûchulainn lança de sa 
fronde sur elle une seconde pierre et cette pierre tua le petit 
furet que Medb portait sur son épaule près du gué au levant. 
De là vient que Nuque du Furet, Nuque de l'Oiseau ont été 
les noms de ces deux endroits. Et le gué au delà duquel 

1. Addition du manuscrit H. 2. 17 : Windisch, p. 179, note 3. 

2. Si on se rapporte au Livre de Leinster, la traduction devrait être : 
« c'étaient des hommes en possession de la grande science et de la grande 
capacité prophétique qu'ont les druides ». Nous reproduisons pour ce 
passage le texte plus court du Lebor na hUidre, p. 64, col. 2, 1. 21 ; 
O'Keeffe, p. 82, 1. 835. Winifred Faraday, p. 40, traduit (fn//^ par tf/'-a/Ji 
« sorciers ». 

Reçue Celtique, XXIX. II 



i)S H. d'Arbois de JubainviUe. 

Cùchuhiinn lança de sa fronde les deux pierres a reçu le nom 
de Gué de la Fronde ' 

8. Avertissement donné au taureau de Cooley par la déesse Morrigu. 

Pour la première fois le Brun de Cooley vint dans le terri- 
toire de Margine. Cinquante de ses génisses l'entouraient. |I1 
était suivi par son pâtre nommé Forgemen. Il jeta par terre 
les cent cinquante entants qui jouaient sur son dos et en tua 
les deux tiers -]. Au même moment fut par lui creusée sa 
fouille et à coups de cornes il jeta la terre au loin. 

Ce fut le même jour que des palais des dieux vint [sous 
forme d'oiseau'] Morrigu fille d'Ernmas. Elle se posa sur la 
pierre levée qui se trouvait à Tara de Cooley. Elle voulait 
avertir le Brun de Cooley du danger auquel l'exposait l'arrivée 
des guerriers d'Irlande. Elle lui adressa la parole : « Eh bien, 
malheureux Brun de Cooley », dit Morrigu, « fais attention, 
car les guerriers d'Irlande viendront près de toi, ils te mène- 
ront dans leur camp si tu ne prends garde. » 

Alors elle tît au taureau un discours conservé par les manuscrits et où 
elle lui annonce de grands malheurs, mais dont une grande partie reste à 
présent inintelligible. 

Puis le Brun de Cooley partit. Il alla devant lui au Val 
des Génisses sur le mont Culinn (c'est-à-dire du Houx) et 
cinquante de ses génisses avec lui. 

Un des triomphes du Brun de Cooley consistait à couvrir 
chaque jour cinquante génisses, qui le lendemain donnaient 
le jour à des veaux. Celles qui ne pouvaient les mettre bas se 
déchiraient en éclatant autour du veau qu'elles portaient, car 
elles n'étaient pas de force à supporter la saillie du Brun de 
Coolev. 



1. Ici se trouvent dans le Livre de Leinster, éd. Windisch, p. 183, un 
éloge de Cùchulainn par Fergus. On y voit apparaître les montagnes 
d'Arménie et les Amazones. Ce texte qui fait défaut dans le Lebor na hUidre 
est une addition relativement moderne que nous supprimons. 

2. Lehor na hUidre, p. 64, col. 2, 1. 42-44. O'Keeffe, p. 35, 1. 8^4-856. 
W'inifred Faraday, p. 41. 

3. Lebor na hUidre, p. 64, col. 2, 1. 30-51. O'Keeffe, p. 32, 1. 844. 
Winifred Faraday, p. 40. 



EuUvcinetil du laiiirau divin. 150 

Un autre des triomphes du Brun de Cooley était que tous 
les jours le soir [trois fois] cinquante gentils petits garçons 
se livraient aux jeux d'adresse sur son aimable dos. 

bn autre des triomphes du Brun de Cooley consistait en 
ce que cent guerriers étaient protégés par son ombre contre 
la chaleur, par son abri contre le froid. 

Un autre des triomphes du Brun de Cooley était que ni 
génie à visage pâle, ni génie à visage de bouc, ni fée de vallée 
n'osait approcher du canton habité par lui. 

Un autre des triomphes du Brun de Coolev était le mugis- 
sement mélodieux que tous les jours le soir il faisait entendre 
en approchant de son enclos, de son étable, de sa basse-cour. 
Tout ce que pouvait désirer de musique un guerrier du nord, 
un guerrier du sud, un guerrier du centre du canton de Coo - 
ley, ce guerrier l'obtenait grâce au mélodieux mugissement 
fait tout les soirs par le Brun de Cooley, quand ce taureau 
approchait de son enclos, de son étable, de sa basse-cour. 

Nous avons ainsi dit quelque chose des triomphes du Brun 
de Cooley. 

9. L'armce en Murthemne. 

Ensuite les armées allèrent le matin autour des rochers et 
des dunes du territoire de Conaille en Murthemne. Or, Medb 
dit qu'on mît sur sa tête des boucliers pour la protéger; elle 
craignait les projectiles que du haut des collines Cûchulainn 
lui aurait lancés. Mais ce jour-là Cûchulainn ne fit aux 
guerriers d'Irlande aucune blessure, il ne les attaqua pas 
pendant leur marche autour du territoire de Murthemne. 

10. Meurtre de Loche. 

Les guerriers des quatre grandes provinces d'Irlande dor- 
mirent à Rêde Loche après y avoir pris étape et campement 
pour la nuit. 

Medb dit à une de ses aimables servantes d'aller à la rivière 
chercher de l'eau à boire pour elle-même et pour cette fille. 
Loche était le nom de cette fille. Loche y alla, cinquante 
femmes l'accompagnaient, elle avait sur la tète le diadème 
d'or de la reine. Cûchulainn lui lança une pierre de sa fronde 



i6o H. irArbois de Juha'uivillc. 

en sorte qu'il brisa en trois morceaux le diadème d'or et tua 
la fille. De là vient qu'il se trouve en Cooley une plaine dite 
de Loche. Il est vraisemblable qu'il v avait erreur chez Cûchu- 
lainn et qu'il avait pris cette fille pour Medb. 

1 1 . Meurtre de Lôthar '. 

A partir de Findabair en Cooley les troupes irlandaises se 
partagèrent en plusieurs corps [et parcoururent le canton à la 
recherche du taureau de Cooley]. Elles détruisirent le pays 
par le feu. Elles réunirent en Findabair tout ce qu'il y avait 
de femmes, de fils, de filles et de vaches en Cooley. « Vous 
ne l'avez pas trouvé », dit Medb, « je ne vois pas le taureau 
parmi vous. » — « Il n'est pas dans le canton », répondit 
chacun. On invita Lôthar le pâtre à venir trouver Medb. 
« Où est le taureau ? » demanda Medb, « qu'en penses-tu? » 
— « J'ai grande crainte de le dire », répondit le pâtre. Il parla 
cependant. « La nuit où chez tous les Ulates commença la 
maladie qui devait durer neuf fois douze heures, le taureau 
est parti avec trois fois cinquante vaches autour de lui. Il est 
à Dubchaire dans la vallée des Osiers. » — ^'' Levez-vous », 
dit Medb, « et par groupe de deux portez un brin d'osier. » 
Ils le font. De Là vient le nom de Glenn Gat, Vallée des Osiers, 
portée par cette localité. [Ayant trouvé le taureau] ils l'amènent 
à Findabair. Dès que le taureau vit le pâtre Lôthar, il l'attaqua 
et bientôt il porta sur ses cornes les entrailles de ce malheureux. 
Il attaqua aussi avec ses cent cinquante génisses les guerriers 
dans leur camp, en sorte qu'il en tua cinquante. Cette expédi- 
tion est connue sous le nom de Meurtre de Lôthar. Le 
taureau sortit du camp et on ne sut où il était allé. Les Irlan- 
dais en furent trstes. Medb demanda au pâtre [qui, paraît-il, 
n'avait pas encore expiré] en quel endroit il pensait que serait 
le taureau. « Probablement », dit-il, " il s'est caché sur le 
mont Culinn (ou du Houx). » 

Ils y retournèrent après avoir dévasté le canton de Cooley 
et ils n'}' trouvèrent pas le taureau. La rivière de Cronn se 



I. Lebor na liL'idre, p. 65, col. 1,1. 11 etss. O'Keeffe, p. 53, 34, I. 867- 
t)88. Winii rcdFaraday, p. 41-42. 



Etilcvcmevt ilii taureau divin. i6i 

leva contre eux jusqu'aux sommets des arbres. [Ils passèrent 
la nuit etj dormirent près de cette rivière. Puis Medb donna 
l'ordre à une partie de ses gens de la traverser. 

12. Mort de Uala. 

Les troupes partirent le matin, atteignirent la rivière de 
Cronn et essavèrent en vain de la traverser. Prairie des Chars 
est le nom de l'endroit où ils arrivèrent, parce que la rivière 
entraîna jusqu'à la mer cent de leurs chars. Medb dit à ses 
gens qu'un d'eux irait tenter le passage de la rivière. Des 
gens de Medb un guerrier fort et grand se leva. Son nom 
était Uala; il mit sur son dos une forte pierre de roche et 
alla tenter le passage de la rivière. Mais la rivière le rejeta 
sans vie, sa pierre sur le dos. Medb dit de porter le cadavre 
plus haut, sa tombe tut creusée, sa pierre dressée, c'est la 
pierre de Uala en Cooley. 

13. Meurtre des compagnons de Rôen et de Rôi. 

CA'ichulainn s'approcha beaucoup de l'armée ce jour-là. Il 
provoquait les guerriers au combat. Il en tua cent autour de 
Rôen et de Rôi, les deux historiens qui ont les premiers 
raconté l'enlèvement [du taureau divin et] des vaches de 
Cooley'. 

14. Appel par Medb à ses guerriers. 

Medb dit à ses gens d'aller combattre Cùchulainn. « Je ne 
veux pas que ce soit moi », dit chacun de la place où il était, 
« personne de ma famille ne doit rien à Cùchulainn. Du 
reste peu importe de savoir qui est son débiteur. Le combattre 
est trop difficile ». 

15. Passage par une brèche pratiquée dans une montagne. 

Les troupes longèrent la rivière qu'elles ne pouvaient tra- 
verser et arrivèrent à la source de cette rivière qui sort de la 

I. Suivant le Lebor na hUidre, p. 65. col. 2, 1. 7-8; O'Keeffe, p. 34, 
1. 900; Winifred Faraday, p. 43, Cùchulainn aurait en cet endroit tué cent 
quarante-quatre rois. 



ié2 H. d'Arhois de Jubainvillc. 

montagne. Ils auraient pu passer entre la source et le haut de 
la montagne. Mais la permission de le faire fut refusée par 
Medb. Elle exigea que devant elle pour lui plaire une tranchée 
fût creusée dans la montagne, c'était un affront pour les 
habitants d'Ulster. Depuis on appela cette tranchée Brèche de 
l'Enlèvement des vaches de Cooley, parce que ce fut là que 
passa l'expédition. 

i6. Campement au Val de la Laiterie. 

La nuit suivante les guerriers des quatre grandes provinces 
d'Irlande prirent étape et campement au Carrefour de l'Ile, 
en irlandais Bélat Ailcàiu. Cet endroit s'était appelé jusque-là 
ainsi; depuis, son nom a été Val de la Laiterie, à cause de la 
quantité de lait que les bestiaux, les troupes de vaches donnè- 
rent à boire aux hommes d'Irlande, htable de pierre est un 
autre nom de la même localité parce que les hommes d'Irlande 
construisirent là leurs érables et leurs cours de fermes pour 
leurs bestiaux, pour leurs troupes de vaches. 

17. Campement sur le bord de la rivière appelée depuis Glass Gatlaig, 
cours d'eau de l'entrelacs d'osier. 

Continuant leur route, les guerriers des quatre grandes 
provinces d'Irlande arrivèrent au Séchair. Séchair était le nom 
d'une rivière qui s'est appelée depuis cours d'eau de l'entrelacs 
d'osier, Glass Gatlaig. Elle tire son nom des entrelacs d'osier 
dans l'enceinte desquelles les guerriers d'Irlande mettaient 
leurs troupeaux, leurs bestiaux ; et après avoir traversé la 
rivière, ils y laissèrent leurs entrelacs d'osier. Voilà pourquoi 
ce cours est dit Glass Gatlaig. 

18. Fergus et Medb. Vengeance du mari'. 

Il y a cependant des auteurs et des livres qui font suivre 
aux guerriers d'Irlande une autre route pour aller de Finda- 
bair en Conaille. 



I. Lebor na hUidre, p. 65, col. 2, I. 22 jusque p. 66, col. i, 1. 12 ; 
D'Keetfe, p. 35, 1. 91^-945. Winifred Faraday, p. 44, 45. 



EiilèvL'Dieiil (In taureau diviu. 165 

Après que chacun fut arrivé avec son butin en Findabair 
de Coolev, Medb dit : " 11 faut partager Tarmée en deux. 
L'expédition ne sera pas conduite par une seule route. Qu'Ailill 
avec moitié des troupes aille par Midluachair. Nous irons 
Fergus et moi par la Brèche des Ulates. » — « Elle n'est pas 
belle •>•>, dit Fergus, « la moitié de l'expédition qui nous est 
attribuée. On ne pourra mener les vaches à travers la mon- 
tagne sans les partager. » On fit ainsi, et la Brèche des Vaches 
d'Ulster porte ce nom à cause du passage des vaches. 

Alors Ailill dit à Cuillius, son cocher : « Trouve-moi 
aujourd'hui Medb et Fergus; j'ignore pourquoi ils se sont 
réunis ainsi ; je serais bien aise si tu me procurais une preuve. » 
Cuillius part. Quand Medb et Fergus furent en Cluichre, ils 
restèrent en arrière des guerriers qui continuèrent la route en 
avant. Cuillius s'approcha du couple. Medb et Fergus n'enten- 
dirent pas l'homme qui les voyait. Il arriva que Fergus avait 
posé son épée à côté de lui. Cuillius la tira du tourreau et 
laissa le fourreau vide. Puis il alla trouver Ailill. « C'est donc 
vrai », dit Ailill. — '< Oui », répondit Cuillius, « tu comprends 
la valeur de ce signe. » — « Très bien », répartit Ailill. Et 
tous deux se regardèrent l'un l'autre en riant. — « Comme tu le 
pensais », reprit Cuillius, « je lésai trouvés couchés ensemble. » 
— « C'était une nécessité pour elle », dit Ailill, « il fallait 
qu'elle agît ainsi pour assurer le succès de l'expédition. Fais 
en sorte de conserver cette épée en bon état; mets-la sous 
ton siège dans le char en l'enveloppant de toile à chemises. » 

Fergus se leva pour prendre son épée : « Hélas ! » dit-il. — 
« Qu'as-tu ? » demanda Medb. — « J'ai fait contre Ailill une 
mauvaise action », répondit Fergus. « Attendez ici que je 
sorte de la forêt », dit-il à Medb et à son cocher, « et ne vous 
étonnez pas s'il se passe longtemps avant que je revienne. » 
Medb ne s'était pas aperçue que Fergus eût perdu son épée. 
Il part tenant à la main l'épée de son cocher, et dans la forêt 
il se fait une épée de bois. De là pour cette forêt en Ulster le 
nom de Forêt du Grand Fourreau. « Allons d'ici rejoindre nos 
camarades ». dit Fergus. Les guerriers de toutes les troupes 
se réunissent dans la plaine. Ils dressent leurs tentes. De la 
part d'Ailill, Fergus est invité z venir jouer aux échecs. Quand 
il arriva dans la tente d'Ailill celui-ci lui rit au nez 



164 H. ifArhois de JubainvUlc. 

19. Suite des exploits de Cùchulainn '. 

CùchuUiinn vint en face du gaé Je Cronn. « Maître Lôeg », 
dit Cùchulainn à son cocher, « les armées sont près de nous. » 
— « Je jure par les dieux », répondit le cocher, « je ferai 
vraiment de grands exploits en f;ice des guerriers montés en 
char «... 

« Je prie », dit Cùchulainn, « les eaux de me venir en 
aide. Je prie le ciel et la terre, la rivière de Cronn en particu- 
lier. Le Cronn va les attaquer, il ne les laissera pas rester en 
Murthemne jusqu'à ce que soit fini le travail des guerriers 
d'Irlande au mont des gens d'Ochaine. » Alors l'eau s'éleva 
tellement qu'elle atteignit le sommet des arbres. 

Mane, fils d'Ailill et de Medb s'avança devant toute l'armée. 
Cùchulainn le tua sur le gué ; trente cavaliers de la maison de 
Mane y furent noyés. Cùchulainn fit tomber sur le bord de 
l'eau trente-deux autres bons guerriers de Mane. Les guerriers 
d'Irlande dressèrent leurs tentes près de ce gué. Lugaid, fils 
de Nos, c'est-à-dire du petit-fils, de Lomarc, alla accompagné 
de trente cavaliers, s'entretenir avec Cùchulainn. « Je te 
souhaite bienvenue, Lugaid », dit Cùchulainn. « Si une 
troupe d'oiseaux vient chercher sa pâture dans la plaine de 
Murthemne tu auras un canard entier avec moitié d'un autre. 
S'il vient du poisson dans la rivière, tu auras un saumon 
entier avec moitié d'un autre, tu auras aussi trois brins 
d'herbe, un de cresson, un de varech, un d'algue. Un homme 
te remplacera au gué. » — « J'y compte », répondit Lugaid,- 
« et je souhaite que mon remplaçant soit des plus distingués. » 

— « Vos armées sont belles », reprit Cùchulainn. — « Il est 
triste », répliqua Lugaid, « que tu sois seul en face d'elles. » 

— « J'ai avec moi », répondit Cùchulainn, c les exploits et 
la valeur guerrière. Dites, maître Lligaid, si vos armées me 
craignent. » — « Je jure », répliqua Lugaid, « je le jure par 
le dieu [par qui jure mon peuple] : jamais un homme ni deux 
ensemble n'oseraient aller seuls verser leur urine hors du 



I. Lebor na hUidre, p. 67, col. i, 1. 1-35 ; col. 2, 1. 2(S-37. O'Keeffe, 
p. 39, 40, 1. ro2 1-1055, P- 4'» '• 1089- 1097. Winifred Faraday, p. 45-48. 



Hiilî'veiiii'iit du latireuii divin. 165 

camp; il laiit qu'ils soient vingt ou trente ensemble pour en 
avoir la hardiesse. » — « Ils ne l'auront pas », répondit Cûchu- 
lainn, « si de ma fronde je leur lance des projectiles . » 

Cûchulainn leur tua trente guerriers sur le gué de Dorn. 
Les troupes ne purent atteindre le coin d'Airther avant la nuit 
et là Cûchulainn leur tua encore trente guerriers. Les guerriers 
d'Irlande dressèrent leurs tentes au coin d'Airther. Le matin 
Cuillius, cocher d'Ailill, se mit à laver dans le gué la garniture 
du char de son maître, Cûchulainn lui lança une pierre et 
ainsi le tua '. Ce fut à cause de cela que le coin d'Airther prit 
le nom de Gué de l'anéantissement, Ath CuiUiie. 



CHAPITRE IX 

LES NÉGOCIATIONS AVFX CÛCHULAIXN 

Les guerriers des quatre grandes provinces d'Irlande allèrent 
prendre étape et campement pour la nuit à la Colline des 
Oiseaux, D;7///y/ Èii,im territoire de Conaille en Murthemne. 
La même nuit Cûchulainn campa près de là, à Ferta Illerga, 
et cette nuit, il secoua tellement ses armes que cent guerriers 
moururent de saisissement par l'effet de la crainte, de la terreur 
que leur causa Cûchulainn. 

Medb dit à Fiachu, fils de Ferfébe, guerrier d'Ulster, d'aller 
s'entretenir avec Cûchulainn et lui porter proposition d'ar- 
rangement. « Quelle proposition lui porterai-je ? » demanda 
Fiachu. — « Ce ne sera pas difficile à dire >^, répondit Medb. 
« Par son entremise on indemnisera tous ceux des habitants 
d'Ulster qui ont subi préjudice; on lui paiera à lui-même 
l'indemnité la plus élevée suivant la sentence des Irlandais. Il 
y aura toujours fête à Crûachan pour lui. On lui donnera sa 
part de vin et d'hydromel. Il viendra à mon service à moi et 
au service d'Ailill, et ce sera plus avantageux pour lui que 
d'être au service du petit seigneur qu'il sert. » Dans l'Enlè- 

1 . Il eut pour successeur Ferloga qui mit entre les mains d'Ailill l'épée 
enlevée à Fergus par Cuillius, et Ailill rendit cette épée à Fergus. Tdin hô 
Ci'idliiçre, édition Windisch, p. 858-861, 1. 39)i-)959. 



léé H. d'Arhois de Juha'im'iUc. 

vcment [du taureau divin et] des vaches de Coolev il n'a pas 
été dit plus grande moquerie et parole plus injurieuse que 
celle-là : traiter de petit seigneur le meilleur roi de province 
qui fût alors en Irlande; nous parlons de Conchobar. 

Fiachu, fils de Ferfébe, alla parler à Cûchulainn. Cûchulainn 
lui souhaita bienvenue. '< Ce souhait lait à moi est loyal », 
répondit Fiachu. — « Il est loyal en effet », repartit Cûchulainn. 

— a Je suis venu », dit Fiachu « pour te parler de la part de 
Medb. » — I' Quelle proposition m'apportes-tu ? » demanda 
Cûchulainn. — « La voici », repartit Fiachu : « paiement à toi 
des dommages-intérêts dus aux habitants d'Ulster, et tu rece- 
vras toi-même l'indemnité que fixeront les hommes d'Irlande. 
A Crûachan on te fera fête, on te donnera vin, hydromel et tu 
te mettras au service d'Ailill et de Medb qui sera pour toi plus 
avantageux que le service du petit seigneur chez qui tu es. » 

— « Non certes », répondit Cûchulainn, « je ne vendrai pas le 
frère de ma mère pour le remplacer par un autre roi ». — 
« Enfin », reprit Fiachu, « tu viendras demain matin au tendez- 
vous que te donnent Medb et Fergus à Glenn Fochaine ». 

Le matin de bonne heure Cûchulainn alla à Glenn Fochaine. 
Medb et Fergus se trouvèrent au rendez-vous. Medb regarda 
Cûchulainn dont la vue l'étonna beaucoup, car il ne lui parut 
par plus grand qu'un gentil enfant. « Est-ce donc Là », demanda 
Medb, le célèbre Cûchulainn dont tu parles, ô Fergus ? » Et, 
s'adressant à Fergus, elle fit le poème qui suit : 

« Est-ce donc là ce beau chien 

Dont vous parlez chez vous, habhants d'Ulster? 

Ce chien qui ne donne pas du pied contre un fort guerrier. 

Sans enlever ce guerrier aux hommes d'h'lande. » 

[fhrgus] 

« Quelque jeune que soit le chien que tu vois. 
Qui voyage sur la plaine de Murthemne, 
Il ne met pas pied sur terre 
Sans, à lui seul, éloigner ses adversaires par les exploits d'un guerrier. » 

[medb] 

« Une proposition est portée de notre part à ce guerrier ; 
S'il demande plus, il est insensé : 



Enlèvement du lauieaii divin. 167 

Moitié de SCS vaches et de ses femmes lui sera donnée ' ; 
Mais qu'il change sa façon de combattre. » 

[l-liRGUs] 

« Il est bon, à mon avis, que ne soit pas vaincu par vous 
Le chien de Murthemne la noble. 
Il ne craint pas d'exploits sauvages et brillants. 
Je le sais, voilà bien ce qu'il est. » 

[medb] 

« Est-ce donc là ce beau chien 
Dont vous parlez chez vous, habitants d'Ulster ? 
Ce chien qui ne donne pas du pied contre un fort guerrier 
Sans enlever ce guerrier au.x liommes d'Irlande? » 

« Adresse la parole à Cûchulainn, ô Fergus », dit Medb. — 
« Non », répondit Fergus, « parles-lui toi-même. Il y a peu 
de distance entre nous et lui d'un côté à l'autre de cette vallée 
ci, la Glenn Fochaine. » Et Medb commença un entretien avec 
Cûchulainn, elle le fit en vers. 

[medb] 

« O Cûchulainn fais la paix avec nous. 
Éloigne de nous ta fronde. 
Ton combat sauvage, brillant, nous a écrasés, 
Nous a brisés et plongés dans l'affliction. » 

[cûchulainn] 

« O Medb, épouse du grand fils de Maga, 
Je ne suis pas un guerrier mauvais et sans gloire. 
Tant que je serai en vie, tu ne me feras pas cesser 
D'attaquer de toutes parts ceux qui enlèvent les vaches de Coole\-. » 

[medb] 

« Si tu acceptais de nous, 
O chien batailleur de Coolev, 
La moitié de tes vaches et de tes femmes, 
Elle t'appartiendrait, nécessaire effet de tes exploits. » 

[cûchulainn] 

« Puisque c'est moi qui, par le droit de la guerre, 
Suis en quelque sorte le vétéran protecteur des Ulates, 
Je n'accepterai rien tant qu'on ne me donnera pas 
Toutes les vaches laitières et toutes les femmes prises aux Gôidels. » 

I. Ici Cûchulainn est considéré comme propriétaire des femmes et des 
vaches d'Ulster que seul il défend. 



i68 H. iVArbois de JuhaiiivtUc. 

[medb] 

« Ton appréciation de ton droit est trop élevée ; 
Tu as massacré nos bons guerriers. 
Tu nous a tué beaucoup de chevaux, détruit bien des objets précieux, 
Et toi, notre seul adversaire, tu conserverais tout ton avoir. » 

[CÙCHULAIXXJ 

« O lille d'Echaid le beau d'Irlande, 
Je ne suis pas habile dans les combats de parole. 
Qiioique comme guerrier j'aie un bonheur brillant, 
Mes avis ont peu de valeur. » 

MEDB 

« Ce que tu dis n'est pas honteux pour toi, 
O fils de Dechtire, tu vaux une troupe de guerriers ; 
Tu tiens dans le monde une place célèbre, 
O chien belliqueux de Culann ! » 

Ainsi se termina le poème. Cûchuhiinn n'accepta aucune des 
propositions que Medb le pria d'accaeillir ; ils se séparèrent, 
allant chacun du côié opposé de la vallée; ils partirent en 
colère également tous les deux. 

Les guerriers des quatre grandes provinces d'Irlande prirent 
étape et campement pendant trois jours et trois nuits à la Col- 
line des Oiseaux, Druiiii En, chez les Gouaille de Murthemne; 
mais ils ne dressèrent ni cabanes ni tentes, ils ne firent pas de 
repas, ne prirent aucune nourriture; ils ne chantèrent pas de 
poèmes, ne firent pas de musique pendant ces trois jours et 
ces trois nuits. Chaque nuit Cûchulainn leur tuait cent guer- 
riers avant que le jour apparût. 

« Notre armée », dit Medb, « sera bientôt détruite de cette 
manière, si Cûchulainn nous tue cent guerriers chaque nuit. 
Pourquoi ne lui porterait-on pas une proposition en lui adres- 
sant la parole de notre part ?» — « Quelle proposition ? » 
demanda AihU. — « On lui amènerait », répondit Medb, 
« toutes les vaches laitières, toutes les femmes esclaves que 
nous avons prises; lui cesserait de lancer avec sa fronde des 
projectiles sur les hommes d'Irlande; il laisserait dormir nos 
troupes, h — « Qui ira porter cette proposition? » demanda 
Ailill. — "Qui?» répondit Medb; «ce ne peut être que 
iMac Koth le courrier. » — " Je n'irai certes pas », répliqua 



Enlèvement du taureau divni. 169 

Mac Roth, « il me manque un renseignement indispensable : 
je ne sais pas où est CùchiiUiiim. >i — « Demande-le à Fergus », 
dit Medb, « il le sait probablement. » — « Je ne le sais certes 
pas », repartit Fergus; «mais une chose est vraisemblable : il 
serait entre Fochàin et la mer, laissant souffler le vent et briller 
le soleil sur lui après la dernière nuit passée sans sommeil 
pendant laquelle il a, lui seul, frappé et massacré l'armée. » 
Et vraiment Cûchulainn était là où Fergus le pensait. 

Il tomba beaucoup de neige cette nuit; en sorte que la neige 
fit prendre à toutes les provinces d'Irlande l'aspect d'une planche 
blanchie. Et Cûchulainn rejeta les vingt-sept chemises ' raidies 
comme tablettes de cire que sous fils et cordes il portait sur sa 
peau. Il ne voulait pas que son jugement si intelligent fût 
troublé quand viendrait l'heure de son emportement. La grande 
ardeur de Cûchulainn et la chaleur de son corps firent fondre 
la neige autour de lui jusqu'à une distance de trente pieds. Sa 
colère, son ardeur belliqueuse, la chaleur de son corps étaient 
si grandes que son cocher ne put rester près de lui. 

« Un guerrier vient vers nous^ mon petit Cûchulainn », dit 
Lôeg. — « Comment est fiiit ce guerrier? » demanda Cûchu- 
lainn. — « C'est un garçon brun », répondit Lôeg. «Il a le 
visage large et beau, un manteau brun de forme élégante l'en- 
veloppe, une brillante broche de bronze est fixée dans ce man- 
teau, une solide camisole de peau de taureau lui couvre le corps, 
entre ses deux pieds et la terre sont deux sandales, il a dans 
une mam un bâton de coudrier blanc pour chasser les chiens, 
dans l'autre main une épée tranchante d'un côté, et dont la 
poignée est d'ivoire. » — « Mais », dit Cûchulainn, « ce sont 
les signes distinctifs des courriers. Des courriers d'Irlande quel 
est celui-ci qui m'apporte un message? » 

Mac Roth, s'avançant, arriva à l'endroit où se trouvait Lôeg. 
« Quel est le nom du maitre au service de qui tu es, mon 
garçon ? » demanda Mac Roth. — « Je suis au service du guer- 
rier qui est là-haut », répondit Lôeg. Mac Roth se rendit à 
lendroit où se trouvait Cûchulainn. — « Quel est le nom du 
guerrier au service de qui tu es? » demanda Mac Roth. — « Je 

1. Ce nombre se retrouve plus bas, édition W'indisch. p. 561, 1. 2557. 



I/O H. d'Arhois Je JiihainviUe. 

suis au service Je Conchobar, tils de Fachtna Fatiiach' », répon- 
dit Cûchulainn. — «Peux-tu préciser davantage ?», insista 
Mac Roth. — « Pour le moment ce que j'ai dit suffit », repartit 
Cûchulainn. — « Saurais-tu », reprit Mao Roth », et pourrais-tu 
me dire en quel endroit je trouverai ce fameux Cûchulainn à 
cause de qui en ce moment les hommes d'Irlande poussent 
des cris de douleur dans cette expédition-ci. » — « Pourquoi », 
répondit Cûchulainn, « ne me dirais-tu pas ce que tu lui dirais 
à lui-même ?» — « De la part d'Ailill et de Medb », répliqua 
Mac Roth, « je suis venu pour lui parler, lui faire une propo- 
sition, lui offrir un amical rendez-vous. » — « Quelle proposi- 
tion lui apportes-tu ? » demanda Cûchulainn. — On lui offre 
les vaches laitières enlevées, et les femmes esclaves qui sont 
prisonnières, on les lui donnera à condition qu'il ne fasse plus 
usage de sa fronde contre notre armée, car le jeu bruyant 
comme tonnerre qu'il fait sur elle chaque nuit n'est pas 
agréable. » — « Quand même », repartit Cûchulainn, « celui 
que tu cherches serait devant toi et près de toi, il n'accepterait 
pas la proposition que tu lui fais; car les habitants d'Ulster, 
pour réparer leur honneur flétri par vos outrages, par vos 
satires, par vos prohibitions magiques, tueraient les vaches 
laitières prises par vous; ils les tueraient, à moins que ne soit 
tari le lait des vaches qui leur restent. S'ils acceptaient votre 
offre, ils mettraient dans leurs lits |au lieu des femmes libres 
restées chez vous prisonnières] les femmes esclaves [restituées 
par vous] et nous verrions grandir en Ulster [au lieu d'enfants 
Hbres] de petits esclaves à côté des femmes esclaves leurs 
mères » . 

Mac Roth s'en retourna. « N'as-tu pas trouvé celui que tu 
cherchais? » demanda Medb. — « J'ai trouvé », répondit Mac 
Roth, « j'ai trouvé entre Fochàin et la mer un garçon bourru, 
colère, furieux, terrible. Je ne sais pas si c'est Cûchulainn. » 
— « A-t-il accepté la proposition ? » reprit Medb. — « Non », 
répliqua Mac Roth, « il ne l'a pas acceptée. » Et Mac Roth 
exposa les motifs du refus. — ft C'est bien à Cûchulainn que 
tu as parlé », dit Fergus. 

I. Fachtna Fathach ctait porc adoptil' de Conchobar dont le pjrc naturel 
avait été le druide Cathha. 



Enlèvemciil du taureau divin. 171 

« Qu'on lui porte une autre proposition », dit Medb. — 
« Quelle proposition ?, demanda Ailill. — « Des vaches cap- 
turées », répondit Medb, « on lui amènera celles qui ne donnent 
pas de lait, et parmi les femmes captives, ce seront les femmes 
libres qu'on lui conduira; mais qu'avec sa fronde il ne lance 
plus rien à nos troupes ; le jeu de tonnerre qu'il fait sur elles 
chaque soir n'est rien moins qu'agréable. » — « Qui ira porter 
cette proposition ? », dit Ailill. — « Qui ? » répondit-on, « si 
ce n'est Âlac Roth. » — « J'irai », dit iMac Roth, « cette fois 
je sais qui je vais trouver. » Mac Roth partit pour adresser la 
parole à Cûchulainn. « Je suis venu cette fois », dit-il, « pour 
t'adresser la parole, car je sais que tu es le célèbre Cûchulainn. » 

— « Quelle proposition m'apportes-tu ? » demanda Cûchu- 
lainn. — « On t'offre », répondit Mac Roth, « celles des vaches 
capturées qui ne donnent pas de lait et les femmes libres qui 
ont été faites prisonnières, mais ne lance plus rien avec ta 
fronde sur les hommes d'Irlande, laisse-leur le sommeil ; le jeu 
de tonnerre que tu fais sur eux chaque nuit n'a rien d'agréable. » 

— « Je n'accepte pas cette proposition », répondit Cûchulainn, 
« car si elle était acceptée, les habitants d'Ulster par' point 
d'honneur tueraient ces vaches qui ne donnent pas de lait. 
Les habitants d'Ulster sont gens d'honneur, et ils n'auraient 
plus ni vaches stériles, ni vaches laitières. [N'ayant plus de 
femmes esclaves] ils obligeraient les femmes libres à tourner 
les meules des moulins, à pétrir le pain, à faire métier de 
femmes esclaves. Il ne serait pas bien pour moi de laisser en 
Ulster après moi les filles de rois et de grands chefs réduites à 
mener une vie de servantes et d'esclaves. » — « Y a-t-il une 
proposition que tu acceptes? » demanda Mac Roth. — « Oui 
certes », répondit Cûchulainn. — « Me diras-tu quelle est cette 
proposition ? » demanda Mac Roth. — « Non certes », repartit 
Cûchulainn, « je ne la dirai pas. » — « Ainsi nous restons 
dans le doute », dit Mac Roth. » — « Si dans votre camp et 
parmi vous », répondit Cûchulainn, '< il y a quelqu'un qui 
sache les conditions que j'exige, il vous les dira, sinon, que 
personne ne vienne m'apporter une proposition quelconque 
ou m'offrir un rendez-vous; quel que soit le messager, il 
n'aurait pas longtemps à vivre. » 



1J2 H. iVArbois de JulntinviUc. 

Mac Roth s'en rctourmi : " L'as-tu trouvé ? » demanda Medb. 
— « Oui certes, je l'ai trouvé », répondit Mac Roth. — « A-t-il 
accepté ? » demanda Medb. — « 11 n'a pas accepté », répondit 
Mac Roth. — « Y a-t-il », demanda Medb, « des conditions 
qu'il accepte ?» — « Il y en a », répondit Mac Roth. — « T'as- 
t-il dit ces conditions? » demanda Medb. — « Voici ses 
paroles », répondit Mac Roth : « Ce ne sera pas lui qui vous 
dira ces conditions. » — « Nous restons dans le doute », dit 
Medb. — « Mais ». reprit Mac Roth, « Cùchulainn a dit que 
s'il y a parmi vous quelqu'un qui sache les conditions exigées 
par ledit Cùchulainn, ce personnage peut me les dire à moi; 
dans le cas contraire, Cùchuhiinn n'entend pas qu'on lui envoie 
désormais demander réponse quelconque. Quant à moi, voici 
ce que je déclare : m'offrît-on la royauté d'Irlande, je n'irai plus 
porter aucun message à Cùchulainn. » 

Alors Medb jeta un coup d'œil sur Fergiis : « Quelles sont », 
demanda-t-elle, « les conditions que désire Cùchulainn? » « Je 
ne considère pas comme bonnes pour vous les conditions qu'il 
désire », répondit Fergus. — « Quelles sont ces conditions ? » 
demanda Medb. - — « Les voici », répondit Fergus : « Un des 
guerriers d'Irlande ira chaque jour combattre avec lui. Pendant 
qu'il tuera ce guerrier, l'armée suspendra sa marche. Quand il 
aura tué ce guerrier, on enverra un autre guerrier combattre 
avec lui sur le gué ou bien les guerriers d'Irlande prendront là 
étape et campement jusqu'à ce que le jour se lève le lendemain 
matin; et, tant que durera notre expédition, la nourriture et le 
vêtement de Cùchulainn seront à notre charge. » — « Franche- 
ment »,dJt Ailill, « ces conditions sont ignominieuses. » — Ce 
sont de bonnes conditions », répliqua Medb, elles me vont. 
Mieux vaut lui abandonner un guerrier par jour que cent 
par nuit. » — « Qui ira », dit Ailill, « lui faire connaître ces 
conditions ?» — « Qui ? » répondit Medb. « Ce ne peut être 
que Fergus. » — « Non », repartit Fergus. — « Pourquoi cela ? » 
dit Ailill. — « Il fiiut », repartit Fergus, « que, pour g'arantir 
l'exécution des conditions proposées des cautions, des sûretés 
soient données à Cùchulainn. » — « Je me porte caution », dit 
Medb. Et Fergus prit le même engagement. 



Eiilèvcinciit du laurcait iliriii. 173 



CHAPITRE X 
MKURTRH d'eTARCOMOL 

Les chevaux de Fergus furent pris et attelés à son char. En 
même temps les deux chevaux d'Etarcomol furent attelés au 
char de ce dernier qui était fils de Fid et de Lethrinn. C'était 
un tendre et gentil jeune homme de la maison de Medb et 
d'Ailill. « Où vas-tu ? » demanda Fergus. — « Nous allons 
avec toi », répondit Etarcomol. « Je voudrais voir quels sont 
la mine et les traits de Cùchulainn, je désire le regarder. » — 
(.< Si tu m'écoutais », répondit Fergus, « tu n'irais pas du 
tout. » — « Mais pourquoi cela ? » demanda Etarcomol. — 
« A tagaîté, à ta fierté », répondit Fergus, " s'opposent la féro- 
cité, la belliqueuse habileté, la haine du jeune homme au 
devant duquel tu vas. Il est vraisemblable qu'il y aura bataille 
entre vous avant que vous ne vous sépariez. » — « Ne pourras- 
tu pas intervenir entre nous ? « demanda Etarcomol. — « Je 
le pourrais », répliqua Fergus, « si toi-même ne cherches pas 
le combat. » — « Je ne le chercherai jamais », répondit 
Etarcomol. 

Ensuite ils allèrent trouver Cùchulainn. Celui-ci était alors 
entre Fochâin et la mer. Il jouait avec Lôeg à cette espèce du 
jeu de dames qu'on appelait en irlandais hûanbach; rien n'arri- 
vait dans la plaine sans que Lôeg le remarquât, et cependant 
contre Cùchulainn il gagnait toutes les parties. « Un guerrier 
se dirige vers nous, mon petit Cùchulainn », dit Lôeg. — 
« Quelle espèce de guerrier? » demanda Cùchulainn. — « Le 
char qui porte ce guerrier », répondit Lôeg, « me semble 
aussi grand que la plus haute montagne qui domine la vaste 
plaine. La chevelure toufîue, bouclée, d'un beau blond doré, 
étalée autour de sa tête, me paraît aussi grande qu'un des prin- 
cipaux arbres dressés sur la pelouse du principal château d'Uls- 
ter. Une tunique pourpre avec franges de fil d'or l'enveloppe. 
Une broche d'or bien décorée est fixée sur son manteau. Il 
tient dans sa main une large lance verdâtre à flamme rouge. 
Il porte un boucher bombé ciselé avec bossette d'or rouge. 

Revue Celti(^uc, XXIX. 12 



174 H. cVArhoh de Jiihaiiivillc. 

Une épée longue, aussi longue que le gouvernail d'une barque, 
repose sur les deux cuisses du grand et fier guerrier qui est au 
milieu du char. « — « Mais », dit Cûchulainn, « nous ferons 
bon accueil à cet hôte qui nous vient. Nous connaissons cet 
homme; c'est mon maître Fergus qui arrive ici. Je vois encore 
un autre guerrier en char qui s'approche de nous. Ses chevaux 
s'avancent avec assez d'habileté, d'élégance, d'agrément. Celui- 
là, maître Lôeg, lequel est-ce des gentils fils des guerriers 
irlandais ? Il est venu voir ma mine et mes traits, car je suis 
célèbre parmi eux jusqu'au milieu de leur camp. » Fergus arriva 
et sauta en bas de son char. Cûchulainn lui souhaita la bien- 
venue. « Je tiens pour sincère le souhait que tu me fais, » dit 
Fergus. — « Oui, certes, il est sincère ^), répondit Cûchu- 
lainn, « car si une troupe d'oiseaux traverse la plaine, tu auras 
une oie sauvage avec une autre qui fera la paire; si du poisson 
vient à l'embouchure d'une rivière, tu auras un saumon avec 
un autre qui fera la paire. Tu auras une poignée d'une espèce 
de cresson, une poignée de varech, une poignée d'une seconde 
espèce de cresson. Si tu as à soutenir combat ou bataille, ce 
sera moi qui irai au gué pour te garder, pour te protéger, 
jusqu'à ce que le sommeil te venant tu t'endormes. » — 
« Très bien », répondit Fergus, « nous avons déjà fait l'expé- 
rience de ton amicale hospitalité dans cette expédition pour 
l'enlèvement [du taureau divin et] des vaches de Cooley '. 
Mais cet engagement que tu as demandé aux hommes d'Irlande 
de prendre envers toi, envoyer un guerrier te combattre, 
tu l'obtiens. Je suis venu pour faire cette convention avec 
toi ; l'acceptes-tu ?» — « Oui, je m'y engage, maître Fer- 
gus », répondit Cûchulainn, et l'entretien ne fut pas plus 
long. Fergus craignait que les honmies d'Irlande ne pen- 
sassent qu'il les avait trahis ou abandonnés pour plaire à son 
élève Cûchulainn. Les deux chevaux de Fergus furent pris 
et attelés, il s'en retourna. 

Après le départ de Fergus Etarcomol resta assis. Il regarda 
longtemps Cûchulainn. « Que regardes-tu, mon garçon ? » 
demanda Cûchulainn, — « Je te regarde », répondit Etarco- 

I. Voir plus haut, chapitre IX. 



Eiilh'i'iih'iil du taureau divin. 175 

mol. (' — Tu n'as pas la vue longue », répartit Cùchulainn, 
« il faut que tu regardes attentivement. Si tu savais, combien 
est en colère la petite bête que tu regardes ! Cette petite bête^ 
c'est moi. Et quelle espèce d'individu suis-je à tes yeux ? » 

— « Cependant », répliqua Etarcomol, « tu me fais bonne 
impression. Tu es un gentil garçon, de belle, d'admirable 
prestance, qui joues nombre de jeux brillants, dignes d'être 
vus ; mais si tu penses être compté parmi les bons guerriers, 
parmi les bons soldats, parmi les héros de bravoure, parmi 
ces marteaux dont les coups anéantissent l'ennemi, nous ne 
sommes pas de ton avis, nous ne te placerons point parmi 
eux. » — « Je sais », répondit Cùchulainn, qu'ici tu es en 
sûreté : quand tu es venu du camp ennemi, l'honneur de 
mon maitre Fergus a été ta garantie. Mais je jure par mes 
dieux, ces dieux que j'adore : si ce n'était l'honneur de 
Fergus, tu ne rentrerais pas au camp sans qu'auparavant 
tes os n'aient été réduits en petits morceaux, tes membres 
mis en pièces. » — « Mais », répliqua Etarcomol, « ne 
m'adresse pas de menaces plus longtemps ; tu as désiré obte- 
nir des guerriers irlandais un combat singulier. Or, le seul 
homme d'Irlande qui vienne demain t'attaquer c'est moi. » — 
« Viens donc », repartit Cùchulainn. « Quand même tu 
viendrais de bien bonne heure, tu me trouveras ici, je ne fui- 
rai pas devant toi. » Etarcomol alla en arrière et se mit à cau- 
ser avec son cocher. « Je serai demain, mon garçon ». dit-il, 
dans la nécessité de me battre avec Cùchulainn. » • — « Tu l'as 
promis », répondit le cocher, « mais j'ignore si tu tiendras ta 
parole. » — « Lequel vaut mieux », demanda Etacormol, « ou 
de combattre demain, ou de le faire ce soir tout de suite ? » 

— « En conscience, répondit le cocher, » quand même tu ne 
devrais pas triompher demain, il serait encore plus désastreux 
de te battre ce soir, puisque ton combat [et ta défaite] seraient 
plus proches. » « Fais retourner notre char, mon garçon », 
répondit Etacormol; « car je le jure par les dieux que j'adore, 
jamais je ne reviendrai au camp tant que je ne pourrai rappor- 
ter avec moi pour la montrer la tête de ce petit cerf, la tête de 
Cùchulainn. » 

Le cocher fit tourner le char vers le o;ué. Lui et son maitre 



176 H. iVArhois Je Juhainvillc. 

mirent le côté gauche de leur tète en face de leurs deux 
adversaires dans la direction du gué. Lôeg le remarqua. 
« Voici », dit-il, « le guerrier en char qui vint à la suite de 
Fergus. Il est ici depuis longtemps, mon petit Cùchulainn. » 
— « Que dis-tu de lui? » demanda Cùchulainn. — « Il a 
tourné le côté gauche de sa tête dans la direction du gué, 
« répondit Lôeg. — « C'est Etarmocol, mon garçon, » 
repartit Cùchulainn, « il cherche bataille contre moi. Cela 
ne m'est pas très agréable à cause de l'honneur de mon père 
nourricier sous la protection duquel il est venu du camp ici. 
Mais moi, je ne le protégerai pas du tout. Porte, mon gar- 
çon, mes armes au gué. Il ne serait pas honorable pour moi 
qu'il arrivât au gué avant moi. » Puis Cùchulainn alla au gué 
mit son épée nue sur sa blanche épaule et fut prêt au 
gué en face d'Etarcomol. Celui-ci arriva au gué. « Que 
viens-tu chercher ? » demanda Cùchulainn. — « Bataille 
contre toi, voilà ce que je cherche, » répondit Etarco- 
mol. — « Si tu faisais ce que je désire », dit Cùchulainn, 
« tu ne viendrais pas à cause de Fergus et de son honneur 
sous la protection duquel tu es arrivé du camp ; mais tu 
n'as pas du tout à compter sur ma protection, n Puis 
Cùchulainn donna un coup par lequel il coupa le gazon 
sous la plante des pieds d'Etarcomol. Celui-ci tomba en arrière 
comme un sac avec le gazon sur le ventre. Cùchulainn aurait 
pu, s'il lui avait plu, faire du corps d'Etarcomol deux mor- 
ceaux. « A ton tour maintenant J^, dit Cùchulainn, « je viens 
de te donner un avertissement. » — « Je ne veux pas m'en 
aller », répondit Etarcomol, « nous nous battrons encore. » 
Du tranchant de son épée Cùchulainn le frappa avec modéra- 
tion et lui coupa les cheveux, de la nuque au front, d'une 
oreille à l'autre. On eût pu croire que les cheveux avaient été 
coupés avec un rasoir tranchant et léger ; pas une goutte de 
sang ne coula sur Etarcomol. '■< A ton tour maintenant, « dit 
Cùchulainn, « car je n'ai fait que me moquer de toi. » — 
« Je ne m'en irai pas », répondit Etarcomol, « tant que nous 
n'aurons pas combattu encore, tant que je n'aurai pas emporté 
ta tête, tant que, vainqueur, je n'aurai pas triomphé de toi ; 
ou bien il faut que tu aies emporté ma tête, et qu'ainsi tu aies 



Eiilcveiiient du taureau div'ui. 177 

obtenu victoire sur moi, ii;loire à mes dépens. » — « Hh 
bien », repartit Cûchulainn, « de ces deux alternatives ce sera 
la seconde qui se réalisera. J'emporterai ta tète et vainqueur 
de toi, je tirerai gloire de ta défaite. « Puis Cûchulainn lui 
donna un premier coup qui du sommet de la tête atteignit le 
nombril, ensuite, d'un second coup perpendiculaire au premier 
il partagea le corps ne son adversaire en trois morceaux qui 
tombèrent à terre. Ainsi périt Etarcomol fils de Fid et de 
Lethrinn. 

Fergus ne savait pas que la bataille se livrait. Son ignorance 
là-dessus était inévitable, car jamais Fergus ne regardait der- 
rière lui, ni en s'asseyant, ni en se levant, ni en voyageant, 
ni en se promenant, ni au rempart, ni pendant une bataille ou 
un combat singulier. Il ne voulait pas qu'on dît qu'en regar- 
dant derrière lui, il fît acte de prudence exagérée ; il ne regar- 
dait que ce qui était ou devant lui ou sur la même ligne que 
lui. Le cocher d'Etarcomol arriva sur la même ligne que 
Fergus. « Où est ton maître, mon garçon ? «demanda Fergus. 
— « Il y a longtemps », répondit le cocher, « qu'il a été tué 
sur le gué par Cûchulainn ». — « Il n'a pas agi régulière- 
ment », répliqua Fergus, « ce lutin démoniaque, lorsqu'il m'a 
insulté ainsi par le meurtre d'un homme venu sous ma pro- 
tection. Fais retourner notre char, mon garçon », dit Fergus 
à son cocher, « allons nous entretenir avec Cûchulainn. » 

Le cocher fit tourner le char. Ils allèrent trouver Cûchu- 
lainn au gué. « Pourquoi », demanda Fergus, « pourquoi 
m'as-tu insulté, lutin démoniaque, en tuant un homme venu 
sous ma protection et sous ma garde ? » — « Après l'éduca- 
tion et les soins que tu m'as donnés », répondit Cûchulainn, 
lequel préfèrerais-tu, ou la victoire et le triomphe d'Etarcomol 
sur moi ou ma victoire et mon triomphe sur lui? Et encore 
un mot : demande à son domestique, qui d'Etarcomol ou de 
moi s'est mis dans son tort. 

[Cûchulainn ' posa lui-même la question au cocher d'Etar- 
comol : « Est-ce moi qui suis la cause de son malheur? » — 
« Nullement », répondit le cocher. — « Etarcomol, « reprit 

I. Lebor na h-Uidre, p. 69, col. i, 1. 25-29. O'Keeffe, p. 46, 1. 1218- 
1223. Winifred. Faraday, p. 54. 



178 H. iVArlms de JuhaitiviUc. 

Cûchulainn, « a dit qu'il ne partirait pas sans emporter ma 
tête ou sans me laisser la sienne. Des deux, maître Fergus, 
lequel était le plus facile ?» — « Le plus facile, » répondit 
Fergus « était ce qui a été fait. » Etarcomol a été bien inso- 
lent]. 

« Des deux résultats possibles « continua Fergus, » je préfère 
celui que tu as obtenu. Je bénis la main qui a frappé Etar- 
comol ». 

Alors ils attachèrent deux liens aux chevilles des pieds 
d'Etarcomol et son cadavre fut traîné derrière ses chevaux et 
son char. Chaque fois que ce cadavre butait contre une pierre 
saillante, il restait autour de cette pierre haute et dure, un 
débris soit de son poumon soit de son foie ; dans les endroits 
unis, ces débris, d'abord épars. se réunissaient autour des 
chevaux. Le cadavre fut traîné ainsi dans le camp jusqu'à la 
porte de la tente d'Ailill et de Medb. « Voici votre aimable 
fils », dit Fergus, « on devait vous le restituer, vous le 
rendre. » 

Medb sortit par la porte de sa tente. Elle éleva très haut la 
voix. « Certes », dit elle. « il nous semble que l'ardeur et la 
colère d'Etarcomol, ce petit chien, était grands, quand au 
commencement de la journée il sortit du camp. On ne pou- 
vait, pensions-nous, mépriser l'honneur sous la protection 
duquel il partait, l'honneur de Fergus. » — « Quelle cause », 
répliqua Fergus, « a rendu folle cette femme mal élevée, cette 
rustaude ? Pourquoi ce chien de condition infime a-t-il atta- 
qué le chien de guerre dont n'osent s'approcher et à qui 
n'osent tenir tète les guerriers de quatre grandes provinces 
d'Irlande ? Moi-même, dans le cas où je l'attaquerais, j'aurais 
bien du bonheur, si je pouvais m'en retourner la vie sauve. » 
Ce fut ainsi que périt Etarcomol. 

['La fosse d'Etarcomol fut creusée, et (après l'y avoir enterré), 
on posa sa pierre, sur laquelle son nom fut gravé en écriture 
ogamique ; on exécuta pour lui une plainte solennelle. Pendant 
la nuit suivante Cûchulainn ne lança rien par sa fronde à 
l'armée d'Ailill et de Medb.J 

I. Lebor na h-Uidre, p. 6<), col. i, 1. 35-56. O'Keeffe, p. 46, 1. 1250- 
1232. Winifred, Faraday, p. 55. 



EnlèveiiienI du taureau divin. 179 

Ici se termine le récit du combat d'Etarcomol et de Cûchu- 
lainn. 

CHAPITRE XI 

MEURTRE DE NATHCRAXTAIL 

Alors se leva un fort et grand guerrier qui était du nombre 
des gens de Medb ; il s'appelait Nathcrantail. Il vint attaquer 
Cùchulainn. Il ne daigna pas prendre d'autres armes que vingt- 
sept épieux de houx : en les brûlant dessus et dessous il les 
avait rendu pointus. Cùchulainn se trouva près du cours d'eau 
devant Nathcrantail. Rien ne l'abritait. Nathcrantail lui lança 
un premier épieu : Cùchulainn en marchant dépassa la pointe 
de cet épieu. Nathcrantail lança un second épieu, puis un 
troisième, et Cùchulainn en marchant les évita ; il fit ainsi 
jusqu'au dernier épieu. 

Alors apparut dans la plaine une troupe d'oiseaux. Cùchu- 
lainn les poursuivit, il les poursuivit chacun, aucun ne lui 
échappa, en sorte qu'ils lui laissèrent de quoi faire la nuit sui- 
vante le repas de cette nuit-là. C'était une des occupations de 
Cùchulainn pendant l'enlèvement des vaches de Cooley : il 
préparait et consommait des poissons, des oiseaux et de la 
chair de cerf. Mais pour Nathcrantail l'apparence était que, 
vaincu et mis en fuite, Cùchulainn s'éloignait de lui. Nathcran- 
tail alla jusqu'à la porte de la tente d'Ailill et de Medb et, éle- 
vant très haut la voix : « Ce Cùchulainn, dont tu faisais un 
guerrier célèbre », dit-il, « a été défait et ce matin a pris 
devant moi la fuite. » — ■ « Nous savions bien, » repartit 
Medb, « qu'attaqué par de bons guerriers, par des jeunes gens 
valeureux, Cùchulainn, ce jeune lutin sans barbe, ne résis- 
terait pas à ces braves. Quand il a vu un bon guerrier s'appro- 
cher, il ne lui a pas tenu tête, il a pris la fuite ». 

Entendant cela, Fergus éprouva une grande contrariété : il 
ne pouvait admettre qu'on se vantât d'avoir mis Cùchulainn 
en fuite. Il dit à Fiachu, fils de Ferfébe, d'aller parler à Cùchu- 
lainn. Il s'exprima ainsi : « Dis-lui qu'il a été honorable 
pour lui d'être plus ou moins longtemps devant les troupes 



iSo H. d'Jrbois de JiihainviUc. 

irlandaises à laire des exploits contre elles^ mais qu'il serait 
pour lui plus convenable de se cacher que de fuir devant un 
de leurs guerriers. Fiachu alla ensuite parler à Cûchulainn. 
Celui-ci lui souhaita la bienvenue. « Je me fie à cette bienve- 
nue », répondit Fiachu. « Mais je viens te parler de la part de 
ton père nourricier Fergus. » Et il continua : « Il a été hono- 
rable pour toi d'être plus ou moins longtemps devant les 
troupes irlandaises à faire des exploits contre elles, mais il 
serait pour toi plus convenable de te cacher que de fuir devant 
un de leurs guerriers. » — « Qu'est-ce que cela veut dire? » 
demanda Cûchulainn « Qui chez vous se vante de m'avoir 
fait fuir? » — « C'est Nathcrantail, » répondit Fiachu. — 
« Quoi donc ? » repartit Cûchulainn, « ne savez-vous pas, 
toi, Fergus, et les nobles d'Ulster, que je ne tue ni les cochers 
ni les courriers, ni les gens sans armes ? Nathcrantail n'avait 
d'autres armes que des épieux de bois. Je ne pourrai le tuer 
tant qu'il n'aura pas d'armes véritables. Dis-lui de venir ici 
demain matin de bonne heure, je ne fuirai pas devant lui. » 

Nathcrantail trouva long d'attendre qu'il fît jour et qu'on 
vît clair, pour aller se battre avec Cûchulainn ; il alla le matin 
de bonne heure l'attaquer. Cûchulainn se leva de bon matin 
et la colère s'empara de lui ce jour-là. Ce tut dans un mouve- 
ment de colère qu'il jeta sur lui son manteau. Un pilier de 
pierre se trouvait près de lui. Son manteau dépassa ce pilier, 
l'enleva de terre, et le pilier de pierre se trouva placé entre 
Cûchulainn et son manteau. Cûchulainn ne s'en aperçut pas, 
tant était grand !e mouvement de colère qui l'agitait. « Où 
donc est ce Cûchulainn ? » demanda Nathcrantail. — « Mais le 
voilà », répondit Cormac à l'Intelligent Exil, fils de Concho- 
bar. — « Non », repartit Nathcrantail, « ce n'est pas l'aspect 
du guerrier que j'ai vu hier. » — « Cependant, » reprit Cor- 
mac, « défends-toi contre ce guerrier-là, ce sera la même chose 
que si tu te détendais contre Cûchulainn. » 

l-'uis Nathcrantail s'avança et de loin lança son épée contre 
Cûchulainn. Cette épée atteignit le pilier de pierre qui était 
entre Cûchulainn et son manteau. Contre ce pilier elle se 
brisa. Cûchulainn marchant sur le sol arriva contre la bos- 
sette qui était sur le haut du bouclier de Nathcrantail, et. 



Enlèvement du taureau divin. l8i 

frappant Nathcrantail au-dessus du bord supérieur de son bou- 
clier, il lui coupa la tête; puis, levant très vite la main, il lui 
porta un coup d'épée sur le sommet du dos, du sommet du 
dos jusqu'à terre il fit deux morceaux du corps de Nathcran- 
tail. Ce fut ainsi que Xathcrantail succomba, tué par Cûchu- 
lainn. 

Cûchulainn dit ensuite : 

« Nathcrantail est tombé, 
Mais le combats se multiplieront. 
Il est dommage qu'à cette heure je n'ai pas à me battre 
Contre Medb et le tiers de l'armée. » 



CHAPITRE XII 
DÉCOUVERTE DU TAUREAU 

1. [Alors Medb alla avec le tiers de l'armée en Mag Coba 
pour chercher le taureau. Cûchulainn la suivit'.] Il tua Fer 
Taidle, d'où vient le nom du lieu dit Taidle ; il tua les fils de 
Buachaill, d'où le nom du pierrier appelé Carn Mac im- 
Buachalla ; il tua Luasce sur les pentes qu'on appelle à cause 
de cela Pentes de Luasce ; il tua Bobulge dans ses boues qu'on 
a depuis nommées Boues de Bobulge ; il tua Murthemne sur 
sa hauteur, dite dès lors Pointes de Murthemne. 

2. Puis Cûchulainn se dirigea de nouveau vers le nord pour 
protéger et défendre son pays et sa terre à lui, car il préférait 
son pavs et sa terre à tout autre pays et à toute autre terre. 

3. Alors il rencontra les hommes de Crandche, c'est-à-dire 
les deux Artinne, les deux fils de Lecc, les deux fils de Dur- 
chride, les deux fils de Gabul, Drucht, Dett et Dathen, Tae, 
Tualang, Turscur, Tore Glaisse, Glass et Glassne, tous ensemble 
avec vingt Fir Focherda. Cûchulainn les surprit au moment où 
ils prenaient leur campement en tête de toute l'armée, tous 
succombèrent sous ses coups. 

I. Lebor na hUidre, p. 70, col. i, 1. 31-32. O' Keeffe, p. 49,1. 1314- 
131 5. Winifred Faraday, p. 59, Windisch, p. 263, note 2. 



i82 H. ifArbois lie JiihainviUc. 

4. Là Cûchulainn rencontra Buide fils de Bàn Blai du pays 
d'Ailill et de Medb ; il faisait partie de maison même de 
Medb. Sa troupe se composait de vingt-quatre guerriers ; 
chacun était enveloppé dans un manteau. Devant eux marchait 
le taureau brun de Coolev qui avait été pris dans la Vallée 
des Vaches au Mont Culinn (c'est-à-dire du houx), cinquante 
vaches lui faisaient cortège. « D'où emmenez-vous ce trou- 
peau? » demanda Cûchulainn. — « De cette montagne-là », 
répondit Buide. — « Quel est tcn nom ? » reprit Cûchulainn. 
— « Le nom d'un homme qui ne t'aime ni ne te craint », 
répliqua Buide, « je suis Buide, fils de Bàn Blai, originaire du 
pavs d'Ailill et de Medb. » — « A cause de cela », repartit 
Cûchulainn, " reçois ce petit javelot », et il lui lança ce javelot 
qui atteignit le bouclier de Buide et son corps au-dessus du 
ventre, puis après lui avoir traversé le corps et le cœur, lui brisa 
trois côtes du côté opposé à celui par lequel il était entré. Et 
Buide fils de Bàn Blai tomba mort. De là est venu depuis le 
nom du gué de Buide au pays de Ross [comté de Loutli]. 

5. Le combat avait-il été long ou court, on n'en sait rien, 
mais les deux guerriers avaient pris le temps de lancer chacun 
son javelot à son adversaire : ils ne les avaient pas lancés tout 
de suite. Les compagnons de Buide en avaient profité pour 
faire courir le taureau brun de Cooley et le mener à leur camp 
le plus vite que puisse aller bète à cornes : cette journée causa 
à Cûchulainn la plus grande home, la plus grande tristesse, le 
plus grand trouble d'esprit qu'il ait ressenti dans cette expédi- 
tion. 

6. Les noms des localités où Medb passa en conser\-ent le 
souvenir : tous les gués qu'elle traversa s'appellent Gués de 
Medb; chaque endroit où sa tente fut posée s'appelle Tente de 
Medb; dans tout endroit où elle a posé son fouet, il y a un 
arbre qu'on appelle Arbre de Medb. 

7. Dans cette tournée et devant la porte de Dûn Severick, 
Medb livra bataille à Findmôr femme de Celtchar, elle la tua, 
puis elle dévasta Dûn Severick. 

8. Au bout d'un mois et d'un peu plus de quinze jours, 
les guerriers des quatre grandes provinces d'Irlande, Medb et 



Hnlèvciiiciil du laurcan divin. 183 

Ailill avec eux, se trouvèrent réunis à la même étape, au 
même campement que la troupe qui s'était emparée du taureau. 

9. Mort de Forgemen. 

Le taureau brun de Cooley ne leur laissa pas son pâtre. 
Ce taureau [et ses vaches] poussèrent devant eux le pâtre qui 
portait un bouclier à bossette ronde, et ils le menèrent à une 
étroite crevasse où ils le jetèrent à une profondeur de trente 
pieds, de sorte que de son corps ils firent petits morceaux et 
minces débris. Il s'appelait Forgemen, en sorte que la mort de 
Forgemen est une section de l'enlèvement du taureau [divin 
et des vaches] de Cooley. 

10. Mort de Redg le satiriste. 

Quand les guerriers d'Irlande, Medb et Aitill avec la troupe 
qui avait pris le taureau, furent arrivés à l'étape et au campe- 
ment, ils dirent que Cùchulainn ne serait pas plus brave que 
tout autre si ce n'était-l'arme merveilleuse qu'il maniait, son 
petit javelot. En conséquence ils envoyèrent Redg le satiriste 
demander le petit javelot. Redg demanda le petit javelot, mais 
Cùchulainn ne le lui donna pas. « Mon javelot n'a rien d'extraor- 
dinaire », dit Cùchulainn, et, faisant signe que non, il refusa 
de le lui donner. Redg répondit qu'il enlèverait l'honneur 
de Cùchulainn. [Il se retourna pour partir.] Alors Cùchulainn 
lança son petit javelot, cette arme atteignit Redg par der- 
rière, pénétra dans le creux qui est entre les deux os du cou, 
et, sortant par la bouche, tomba à terre. « Ce bijou », dit Redg, 
« nous est arrivé bien vite. » Et sur le gué son âme se sépara 
de son corps. En sorte ûue le gué s'appela depuis Gué du 
Rapide Bijou. Et le bronze du javelot fut jeté dans le cours 
d'eau qui, depuis, reçut le nom de Ruisseau de Bronze. 

II. Rencontre de Cùchulainn et de Findabair'. 

« Qu'on lui offre » , dit Ailill , « de lui donner Findabair, 
[ma fille], à condition qu'il s'éloigne de l'armée ». 

I. " Lebor na hUidre, p. 71, col. i, 1. 7-col. 2, 1. 8. O' Keeffe, p. 52, 
1. i3So,-p. 53 1. 1414. Winifred Faraday, p. 62-64. 



184 H. d'Arhois de JuhainviUe. 

Mane semblable à Père se mit en route pour aller trouver 
Cùchulainn. Lôeg va à la rencontre de Mane. « De qui es-tu 
l'homme ? », demanda Mane. Lôeg ne répondit pas. Mane lui 
fit trois lois la même question. Lôeg répondit enfin : « Je suis, » 
dit-il, « homme de Cùchulainn. Tu ne triompheras pas de moi, 
tu ne m'empêcheras pas de te couper la tête. » — w II est fier, 
cet homme-là », dit Mane, et le quittant, il alla parler à Cùchu- 
lainn. Celui-ci était assis au milieu de la neige qui lui 
atteignait la ceinture et fondait tout autour jusqu'à la dis- 
tance d'une coudée, tant était grande la chaleur de son corps. 
Mane lui adressa trois fois la même question, comme il avait 
fait en s'adressant à Lôeg. « De qui es-tu l'homme ?» — «Je 
suis homme de Conchobar », répondit Cùchulainn. « Ne me 
dérange plus longtemps, sinon je te coupe la tête comme 
on coupe la tête d'un merle. » — « Il n'est pas facile », dit 
Mane, « de parler à ces deux gaillards-là. » Puis il part et va 
raconter à Ailill et à Medb comment les choses se sont passées. 
« Que Lugaid aille le trouver », dit Ailill, « et qu'il lui offre 
ma fille. » Lugaid va trouver Cùchulainn et lui fait la propo- 
sition. « Maître Lugaid », répondit Cùchulainn, « on veut me 
tendre un piège. » — « C'est un roi qui vous fait cette pro- 
position », répliqua Lugaid : « parole de roi n'est pas trahison. » 
— « Qu'ainsi soit fait », répartit Cùchulainn. Alors Lugaid 
partit et alla répéter à Aillil et à Medb la réponse de Cùchu- 
lainn. « Que mon fou revête mes habits », dit Ailill, " qu'il 
mette sur sa tête ma couronne royale, qu'il reste loin de 
Cùchulainn, afin de n'être pas reconnu par lui; que ma fille 
accompagne mon fou, et que celui-ci la donne pour fiancée à 
Cùchulainn. Voilà ce que vont faire ma fille et mon fou. Et 
j'espère », dit-il au fou et à Findabair^ « que vous jouerez 
bien votre rôle et que vous ferez en sorte que Cùchulainn ne 
vous retienne pas avec lui jusqu'au jour, où, accompagné 
des guerriers d'Ulster, il viendra nous livrer la bataille. » 

Puis le fou part et la fille avec lui. Ce fut de loin que le fou 
adressa la parole à Cùchulainn. Cùchulainn alla à sa rencontre. 
A la façon dont son interlocuteur parlait il reconnut un fou. 
Il lui lança une pierre de fronde qu'il avait en main, et qui, 
pénétrant dans la tête du fou, en fit sortir la cervelle. Puis, 



H II lève nie ni du laiirean divin. 185 

venant à la fille il lui coupe ses deux nattes, met une pierre en 
travers de son manteau et de sa chemise, enfin il dresse un 
pilier de pierre brute au milieu du cadavre du fou. Ces deux 
pierres sont encore debout, celle de Findabair et celle du fou. 
Ensuite Cûchulainn partit laissant Findabair et le fou dans la 
position que nous disons. On vint les chercher de la part 
d'Ailill et de Medb,on trouvait qu'ils avaient été bien longs. On 
les vit dans l'état où Cûchulainn les avait mis. Ce fut raconté 
par toute l'armée. Cûchulainn n'accorda pas de trêve aux 
guerriers d'Irlande. 

12. Combat de Munremur et de Cûroi '. 

Quand vint le soir, les guerriers virent à plusieurs reprises 
arriver une pierre qui était partie de l'est, et une autre pierre 
qui avait été lancée de l'ouest. Ces pierres se rencontraient 
en l'air et tombaient tant sur le campement de Fergus 
que sur ceux d'Ailill et de Néra. Ce jeu, cet exercice durèrent 
du soir au matin. 

Pendant toute la nuit les guerriers restèrent sur leur séant, 
tenant leurs boucliers sur leur tête pour s'abriter contre les 
pierres qui les auraient frappés. La campagne fut remplie de 
pierres, d'où son nom, La Plaine Pierreuse, Mag Clocbair. 
Cûrôi fils de Dare lançait une partie de ces pierres, il voulait 
venir en aide à ses compatriotes-. Et pour cela il s'était placé 
en Cotai afin de lutter contre Munremur fils de Gerrcend. 
Celui-ci était arrivé d'Emain Mâcha pour donner son appui à 
Cûchulainn, et à cet effet il était venu en Ard Rôch. Cûrôi 
savait que dans l'armée il n'y avait pas un guerrier capable de 
résister à Munremur. C'étaient donc Munremur et Cûrôi qui 
se livraient à cet exercice. L'armée leur demanda de la laisser 
en repos. Alors Munremur et Cûrôi firent la paix ; ils retour- 
nèrent, Cûrôi dans sa maison, Munremur à Emain Mâcha. Ils 
ne revinrent, Cûrôi, qu'au jour de la bataille, Munremur qu'au 
moment du combat de Ferdiad contre Cûchulainn. 



1. Lebor na hUidre, p. 71, col. 2, 1. 9-39. O'Keeffe, p. 53, 1. 1415- 
1453. Winifred Faradav, p. 64-65. 

2. Les guerriers d'Ailill et de Medb. 



i86 H. d'Aihois de JiilhùiiviUc. 

Medb et Ailill dirent : « Demandez à Cùchulainn qu'il nous 
laisse changer de place. » Cùchulainn y consentit et le chan- 
gement de place se fit. Alors la maladie des guerriers d'Ulster 
allait commencera se guérir. Une fois guéris de cette maladie, 
une partie d'entre eux devait venir attaquer l'armée envahis- 
sante pour tuer ses guerriers. 

15. Meurtre des enfants'. 

A Emain Mâcha les enfants causèrent entre eux. « Il est 
malheureux pour nous », dirent-ils, « que notre maître Cùchu- 
lainn n'ait personne pour lui venir en aide. « Que faire ? >■> 
demanda Fiachra Fulech fils de Fer Féhe et frère de Fiachra 
Fialdama, aussi fils de Fer Fébe. « Qu'une troupe de vous 
m'accompagne et avec elle j'irai porter secours à Cùchulainn. » 

Trois cents jeunes garçons partirent avec lui emportant 
leurs bâtons de jeu, ils étaient le tiers des jeunes garçons 
d'Ulster. Les guerriers d'Irlande les virent s'avancer vers eux 
à travers la plaine. « Une grande armée », dit Ailill, « se 
dirige vers nous à travers la plaine. » Fergus va voir ce que 
c'est. «Ce sont», dit-il, «quelques-uns des enfants d'Ulster 
qui viennent au secours de Cùchulainn. » — « Qu'à l'insu de 
Cùchulainn », dit Ailill, « une troupe marche contre eux, car 
s'ils le rejoignent, ils ne seront pas vaincus. » Cent cinquante 
guerriers vont au-devant des trois cents enfants, qui tous 
ensemble périssent. De cette multitude d'enfants arrivés à Lia 
Toll aucun n'a survécu. Là est la pierre de Fiachra fils de Fer 
Fébe, car c'est là qu^il perdit la vie. 

« Réfléchissez », dit Ailill, « demandez à Cùchulainn de 
vous laisser partir d'ici, car vous ne pourrez le dépasser par 
force quand surgira sa flamme héroïque et lumineuse. » Ordi- 
nairement, en eflet, quand surgissait sa flamme héroïque et 
lumineuse, ses pieds tournaient derrière lui, ses fesses et ses 
mollets venaient devant ; un de ses yeux restait dans sa tête, 
d'où l'autre sortait ; une tête d'homme aurait pu entrer dans 
sa bouche. Ses cheveux devenaient tous piquants comme aubé- 

I. Lebor na hUidre, p. 71, col. 2, 1. 40-p. 72, col. i, 1. 28. O' Keeffe, 
p. 53, 1. 1454-p. 54, 1. 1456. Winifred Faraday, p. 65-66. 



Enlèi'ciiu'iit (lu laincau divin. 187 

pine et sur chacun apparaissait une goutte de sang. Il ne 
reconnaissait plus ni camarades ni amis ; il frappait également 
par devant et par derrière. C'est pour cela que les habitants de 
Connaught ont donné à Cûchulainn le surnom de Riastartha, 
c'est-à-dire de Contorsionné. 

15. Combat de femme de Rochad'. 

Cûchulainn envoya son cocher trouver Rochad lîls de Fathe- 
man, un des habitants d'Ulster pour lui demander son aide. 
Or, il était arrivé que Findabair aimait Rochad, car c'était 
alors le plus beau jeune guerrier qu'il y eut en Ulster. Le 
cocher va trouver Rochad et lui dit de venir en aide à Cûchu- 
lainn, si pour lui, Rochad, la maladie des guerriers d'Ulster 
avait pris fin; il s'agissait d'employer la ruse pour massacrer 
une partie des guerriers d'Irlande. 

Rochad vient du nord avec cent guerriers. « Regardez main- 
tenant pour nous dans la plaine », dit Ailill [à l'homme de 
garde]. — « Je vois », répondit l'homme de garde, « je vois 
une troupe très nombreuse qui traverse la plaine ; au milieu 
d'elle un tendre jeune guerrier dont les autres n'atteignent pas 
les épaules. » — « Qui est ce guerrier, ô Fergus ? » demanda 
Ailill. — « C'est Rochad, fils de Fatheman », répondit Fergus, 
« il est venu pour donner aide à Cûchulainn. Je sais le moyen 
à employer contre lui. Que cent guerriers d'entre vous aillent 
avec Findabair jusqu'au milieu de la plaine, que Findabair 
marche en avant et qu'un homme à cheval aille dire à Rochad 
de venir seul parler à Findabair. Qu'une fois venu, on mette 
la main sur lui et qu'on fasse en sorte que ses compagnons ne 
puissent nous nuire. » Ainsi dit, ainsi fait. Rochad alla au- 
devant de l'homme ci cheval. « Je viens te trouver de la part 
de Findabair», dit l'homme à cheval : « elle demande que tu 
viennes lui parler. » Rochad vient seul parler à Findabair. 
Une troupe ennemie l'entoure, met la main sur lui ; on frappe 
ses gens qui s'enfuient. Puis on lui laisse la liberté après avoir 
exigé de lui l'engagement de ne pas revenir attaquer les guer- 

I. Lebor, na hUidre, p. 7a, col. i,l. 29-col. 2, 1. 15. O'Keeffe, p. 54, 
1. 14 58-1479. Wiuifred Faraday, p. 66-67. 



i88 H. d'Arbois de Jiibaiiivillc. 

riers d'Irlande avant le moment où tous les guerriers d'Ulster 
arriveront pour leur livrer bataille. On lui promet en même 
temps de lui donner Findabair, et, les quittant, il retourne 
chez lui. 

Ainsi se termine la section intitulée Combat de femme de 
Rochad. 

i). Massacre des soldats royaux'. 

« Qu'on demande pour nous une trêve à Cùchulainn », 
dirent Ailill et Medb. Lugaid va trouver Cùchulainn et celui-ci 
donne la trêve, mais à une condition : « Que demain matin », 
dit Cùchulainn, « un homme soit envoyé sur le gué pour me 
combattre. » 

Il y avait chez Medb six soldats royaux, c'est-à-dire six 
héritiers présomptifs du roi. Ils appartenaient aux clans Dedad. 
C'étaient trois Dub [c'est-à-dire Noirs] d'Imlech et trois Derg 
[c'est-à-dire Rouges] de Sruthair. « Pourquoi », dirent-ils, 
« n'irions-nous pas attaquer Cùchulainn ? » Ils y vont le 
lendemain matin. Cùchulainn les tua tous les six. 



CHAPITRE XIII 

MEURTRE DE CÙR 

Les guerriers d'Irlande se demandèrent qui, parmi eux, était 
capable de livrer bataille à Cùchulainn. Tous dirent que 
l'homme désigné pour livrer la bataille à Cùchulainn était 
Cùr, fils de Da Lôth'. Cùr se conduisait de telle sorte qu'il 
n'était pas agréable de partager son lit ni de vivre avec lui. » 
S'il est tué », disait-on, « ce sera un bon débarras pour l'armée, 
si Cùchulainn succombe, cela vaudra mieux encore. » Cùr 
fut invité à venir dans la tente de Medb. « Que désire-t-on de 
moi ? » demanda-t-il. « Aller attaquer Cùchulainn », répondit 
Medb. — « Vous faites peu de cas de notre mérite », répliqua- 

1. Lebor na hUidre, p. 72, col. 2, 1. 16-2^. O'Keeffe, p. 54, 1. 1480- 
1486. Winifrcd Faraday, p. 67-68. 

2. C'est-à-dire Héros, fils de Deux Boues. 



Hiilèvt'iiiciit (lu laurcaii divin. 189 

t-il. « Je SUIS étonné que vous me compariez à un tendre 
gentil garçon de l'espèce de Cûchulainn. Si j'avais su ce que 
vous vouliez, je ne serais pas venu moi-même, je vous aurais 
envoyé un de mes gens, un garçon de même âge que lui. » 

« Ce que je vais dire, je l'ai vu d'avance », répondit Cormac 
à l'Intelligent Exil, fils de Conchobar. « Tu aurais un mer- 
veilleux mérite si Cûchulainn tombait sous tes coups, » [Cûr 
ne tint aucun compte des paroles de Cormac] — « Faites en 
sorte », dit-il [à son cocher], que nous partions pour notre 
expédition demain matin de bonne heure. Je ferai cette route 
avec joie. La mort que nous donnerons à ce chevreuil qu'on 
appelle Cûchulainn ne sera pas retardée. » Cûr fils de Da 
Lôth se leva le matin de bonne heure. Pour attaquer Cûchu- 
lainn il prit avec lui son équipement de guerrier ' et il chercha 
pour le tuer le moment favorable. 

Ce jour-là Cûchulainn avait de bonne heure commencé à 
faire ses tours d'adresse. Voici tous leurs noms : tour des 
pommes; tour de tranchant; tour du guerrier couché sur le 
dos; tour de javelot; tour de corde; tour de corps; tour de 
chat; saut de saumon par guerrier en char; jet de javelot ; 
saut au delà du ciel(?); tournoiement du noble guerrier en 
char; javelot de sac; profit de rapidité; tour de roue; tour sur 
haleines ; ardeur de cri ; clameur de héros ; coup mesuré ; 
coup de mèche de cheveux ; montée le long de la lance pour 
aller se tenir le corps droit sur la pointe, solidement comme 
il convient à un noble 2;uerrier. 

Chaque matin de bonne heure Cûchulainn faisait tous ces 
tours par la force d'une seule main, comme fait si bien le 
chat avec sa griffe ; il ne voulait pas que ces tours lui vinssent 
en oubli, qu'ils sortissent de sa mémoire. 

Pendant le tiers du jour Cûr fils de Da Lôth resta debout 
à côté de son bouclier, cherchant l'occasion favorable pour 
tuer Cûchulainn. Puis Lôeg dit à Cûchulainn : « Eh bien, 
mon petit Cûchulainn, prends garde à ce guerrier qui veut te 
tuer. » Alors Cûchulainn, ayant jeté les yeux sur Cûr, lui 
lança haut et loin les huit pommes, qui atteignirent le plat du 

I. Au lieu de aire Jeéiii, « charge de voiture », je lis aire fèin « pour 
lui-même ». 

Revue Celtique, XXIX. ij 



190 H. d'Arhois de Jiibaiiivillc. 

bouclier et du front Je Cûr et lui firent sortir la cervelle par 
le derrière de la tête. C'est ainsi que Cûr fils de Da Lôth fut 
tué par Cûchulainn. 

« Si vos traités et vos engagements sont observés », dit 
Fergus à Medb, « vous enverrez un autre guerrier sur le gué 
pour se battre avec Cûchulainn, ou bien, vous prendrez étape 
et campement ici jusqu'au point de jour demain matin. Cûr 
fils de Da Lôth a succombé. » — « Etant donnée la cause 
pour laquelle nous sommes venus », dit Medb, « il nous est 
égal de rester dans les mêmes tentes. » Les guerriers d Irlande 
ne quittèrent pas le campement avant que ne fussent tombés 
morts, non seulement Cûr fils de Da Lôth, mais aussi après 
lui Lôth fils de Da Brô, Srub Dare fils de Feradach et Foire 
fils de Tri n-Aignech \ Ces hommes tombèrent frappés par 
Cûchulainn en combats singuliers. Il serait trop long de 
raconter en détail comment combattirent chacun de ces guer- 
riers. 

CHAPITRE XIV 

MEURTRE DE FERBAETH, COMBAT AVEC LAIRINE 

I . Alors Cûchulainn dit à Lôeg, son cocher : « Toi, maître 
Lôeg, va au campement des guerriers d'Irlande, et porte mon 
salut à mes camarades, à mon frère nourricier, à mes contem- 
porains; porte mon salut à Ferdiad fils de Daman ; à Ferdêt, 
fils de Daman ; à Bress, fils de Ferb; à Lugaid, fils de Nos; à 
Lugaid, fils de Solamach ; à Ferbaeth, fils de Baetân ; à Fer- 
baeth, fils de Ferbend ; porte encore mon salut à mon vrai frère 
nourricier, Lugaid fils de Nos, car seul dans l'armée ennemie 
il conserve maintenant communauté de sentiments avec moi, 
amitié pour moi ; porte-lui mes souhaits les meilleurs et 
demande-lui de te dire qui est venu ce matin pour me Hvrcr 
bataille. » 



I. Nous substituons pour ce nom d'homme la leçon du Lcbor na hUidre, 
p. 73, col. I, 1. 25, à celle du livre de Leinster, p. 289, 1. 2139 de l'édition 
de M. Windisch. 



Eiilèvi'iiiciit du luurcaii divin. 191 

Lôeg alla au camp des guerriers d'Irlande. Il porta le salut 
aux camarades et aux frères nourriciers de Cûchulainn. Il alla 
aussi dans la tente de Lugaid, tils de Nos. Lugaid lui souhaita 
1.1 bienvenue. « C'est un souhait loyal », dit Lôeg. — « Oui, 
loyal », répondit Lugaid. — • « Je suis venu ». reprit Lôeg, 
« te parler de la part de Cûchulainn. Je t'ai porté un salut 
sincère et empressé, afin que tu me dises qui est venu offrir 
à Cûchulainn combat aujourd'hui. » — « Maudite soit sa 
communauté de sentiments avec Cûchulainn, l'éducation qu'il 
a reçue avec lui ', l'amitié qui l'a uni à lui ! Malgré l'éducation 
qu'ils ont reçue ensemble, c'est Ferbaeth fils de Ferbend. 
Depuis longtemps on l'amène dans la tente de Medb. On y 
conduit à côté de lui Findabair, fille d'Ailill et de Medb. C'est 
elle qui lui verse à boire ; et, chaque fois qu'il boit un coup, 
elle lui donne un baiser; c'est elle qui lui sert sa part du 
festin. Ce n'est pas à tous les invités que chez Medb on donne 
à boire comme elle fait pour Ferbaeth : au camp il n'a été 
amené que la charge de cinquante chariots de bière. » 

Lôeg s'en retourna et alla trouver Cûchulainn. Il avait la 
tête alourdie et fort triste ; il ne songeait guère à se réjouir, il 
soupirait. « C'est la tête alourdie et fort triste », dit Cûchu- 
lainn, « ce n'est pas joyeusement, c'est en poussant des soupirs 
que mon maitre Lôeg est venu me trouver aujourd'hui. 
Nécessairement, celui qui se présente pour me livrer bataille 
est un de mes frères nourriciers. » En effet, se battre avec un 
de ses frères d'armes était pour Cûchulainn plus pénible que 
de se battre avec tout autre guerrier. « Qui vient maintenant, 
maître Lôeg, m'attaquer aujourd'hui ? » — « Maudite soit », 
répondit Lôeg, « la communauté de sentiments qu'il a avec 
toi, l'éducation que vous avez reçue ensemble, l'amitié qui le 
lie à toi ! C'est ton propre frère nourricier, c'est Ferbaeth fils 
de Ferbend. Depuis longtemps on l'amène dans la tente de 
Medb ; on y conduit à côté de lui Findabair, fille d'Ailill et de 
Medb, c'est elle qui lui verse à boire ; chaque fois qu'il boit 
un coup, elle lui donne un baiser ; c'est elle qui lui sert sa part 

I. En Grande Bretagne chez l'amazone Scâthach. Lebor na hUidre, 
p. 75, col. I, ligne 5g; O'Keeflfe, p. 57., ligne 1555; Winifred Faradav, 
p. 71. 



192 H. d'Arhois de Jiibaiirvillc. 

du festin. Ce n'est pas à tout le monde que chez Medb on 
donne à boire comme à Ferbaeth : au camp il n'a été amené 
de bière que la charge de cinquante chariots. » Ferbaeth n'at- 
tendit pas jusqu'au matin pour annoncer à Cûchulainn qu'il 
renonçait à son amitié. Cûchulainn lui demanda le maintien 
de l'amitié, de la communauté de sentiments, de la camara- 
derie. Ferbaeth refusa, exigeant le combat. Cûchulainn entra 
en colère et se frappa les pieds jusqu'à la plante au moyen 
d'un épieu de houx qui pénétra entre sa peau, sa chair et ses 
os. Puis, tirant cet épieu, Cûchulainn le lança la pointe en 
avant par-dessus son épaule derrière Ferbaeth. Il lui était égal 
de l'atteindre ou de ne pas Tatteindre. L'épieu atteignit Fer- 
baeth dans le creux de la nuque, et sortant par la bouche tomba 
à terre : puis lui-même Ferbaeth tomba. « Tu as bien lancé 
ton arme, mon petit Cûchulainn », dit Fiachra, fils de FerFébe. 
D'un épieu de houx tuer un guerrier, c'était un beau succès 
pour Cûchulainn. L'endroit où se rencontrèrent Cûchulainn 
et Ferbaeth a été depuis appelé Jet de Lance de Murthemne. 

2. Combat singulier de Lairine. 

« Maître Lôeg », dit Cûchulainn, « va au camp des guer- 
riers d'Irlande, parler pour moi à Lugaid. Apprends s'ils ont 
ou n'ont pas reçu des nouvelles de Ferbaeth et demande qui 
vient me livrer bataille ce matin. » 

Lôeg va dans la tente de Lugaid. Lugaid lui souhaite la 
bienvenue. » — « C'est une bienvenue loyale » , dit Lôeg. 
— « Je viens », reprit Lôeg, « te parler de la part de ton 
frère nourricier, afin que tu me racontes si tu sais que Ferbaeth 
est venu l'attaquer. » — « Ferbaeth est allé attaquer Cûchu- 
lainn », répondit Lugaid, « et soit bénie la main qui l'a atteint 
de ses coups, il y a du temps déjà qu'il est tombé mort dans 
la vallée. » — « Raconte-moi », reprit Lôeg, « qui vient ce 
matin au-devant de Cûchulainn pour lui livrer bataille. » — 
« On parle >>, répondit Lugaid, « d'un mien frère qui irait 
provoquer Cûchulainn au combat. C'est un jeune guerrier, 
sot, fier, vaniteux, qui frappe fort et opiniâtrement ; on veut 
que ce jeune homme aille attaquer Cûchulainn pour se faire 
tuer, afin que j'aille le venger; mais je n'irai pas le venger, je 



Eiiléveiiit'iil du taureau divin. 193 

n'irai jamais. Ce mien frère est Lairine, fils de Nos, c'est-à- 
dire du petit-fils de Blathmac. » — « J'irai parler de lui à 
Cûchulainn », dit Lugaid. On prit les deux chevaux de Lugaid 
et on les attela à son char. Lugaid alla trouver Cûchulainn, 
et il y eut conversation entre eux. Voici comment s'exprima 
Lugaid : « On dit qu'un mien frère ira te livrer bataille ; c'est 
un jeune guerrier, sot, orgueilleux, barbare, entêté. Autour de 
lui on a décidé qu'il irait te livrer bataille ; on compte que 
tu le tueras et on veut voir si j'irai le venger en te frappant ; 
mais je n'irai pas, je n'irai jamais. Et toi, en considération de 
la camaraderie qui existe entre nous et qui nous unit, ne tue 
pas mon frère. » — « Je te donne ma parole », repartit Cûchu- 
lainn, « que je le mettrai seulement dans un état voisin de la 
mort. » — « Je te le permets », répliqua Lngaid, « car en 
venant t'attaquer il agit contrairement à ce que mon honneur 
exigerait. » Puis Cûchulainn, qui s'était avancé, alla en arrière, 
et Lugaid retourna au camp. 

Alors Lairine, fils de Nos, fut appelé dans la tente d'Ailill 
et de Medb. On amena Findabair à côté de lui. Avec des 
cornes elle lui versait cà boire. A chaque coup bu par lui elle 
lui donnait un baiser; elle lui servait sa part de ce qu'il devait 
manger. « Medb », dit Findabair, « n'offre pas à tout le monde 
le breuvage qu'on donne à Ferbaeth et à Lairine. Au camp il 
n'en fut amené que la charge de cinquante chariots. » — « Que 
veux-tu dire ? « demanda Ailill. — « Je pense à l'homme qui 
est là », répondit Medb. — « Que dis-tu de lui ? » repartit 
Ailill. — « Souvent », répliqua Medb, « tu donnes ton atten- 
tion aux choses qui ne le méritent pas. Le plus à propos serait 
que tu donnasses ton attention au couple chez lequel au plus 
haut degré sont réunis la bonté, l'honneur et la beauté, on ne 
trouvera mieux sur aucune route d'Irlande. Je veux parler de 
Findabair et de Lairine, fils de Nos. » — « C'est aussi mon 
opinion, répondit Ailill. » Là-dessus Lairine se jeta à droite, 
se jeta à gauche, se donna telles secousses que les coutures 
des coussins placés sous lui se rompirent et les plumes allèrent 
tacheter la pelouse du camp. 

Lairine trouva le temps long avant l'arrivée du plein jour : 
il était impatient d'aller attaquer Cûchulainn. Le lendemain 



194 H- à'Arhois de JuhaiuvUlc. 

matin de bonne heure, équipé en guerre ', il vint au gué pour 
y rencontrer Cûchulainn. Les bons guerriers du camp ne 
crurent pas que leur dignité leur permît d'aller voir le combat 
de Lairine. Il ne s'y rendit que des femmes, de la valetaille 
et des filles, qui comptaient rire et se moquer de son combat. 
Cûchulainn vint à la rencontre de Lairine jusqu'au gué; ne 
croyant pas que sa dignité lui permît de prendre des armes, 
il arriva sans armes au-devant de Lairine. Ses coups firent 
tomber les armes de la main de Lairine, comme si quelqu'un 
eût fait tomber des jouets de la main d'un petit enfant. Il le 
moulut comme blé ; le saisissant entre ses mains, il le tour- 
menta, le serra, le pressa, l'emprisonna et le secoua de manière 
à faire voler tout à l'entour la boue de ses vêtements. Cette 
boue forma un nuage qui s'éleva en l'air aux quatre points car- 
dinaux, puis, du fond du gué Cûchulainn jeta Lairine au loin, 
à travers le camp, jusqu'à la porte de la tente de Lugaid. Lairine 
ne put se relever sans pousser des gémissements, ni manger 
sans se plaindre; il ne sortit plus de la maison sans éprouver 
la faiblesse du dos, l'oppression de la poitrine et la maladie du 
ventre ; certains besoins l'obligeaient à souvent aller dehors. 
Il fut le seul homme qui revint en vie après avoir livré bataille 
à Cûchulainn. Mais il resta malade jusqu'cà ce que la mort 
l'emporta. 

Tel fut le combat de Lairine dans le Tâin Bô Cûalnge. 

5. Entretien de la Morrigau avec Cûchulainn ^ 

Cûchulainn vit s'approcher de lui une jeune femme dont 
les vêtements étaient de toutes couleurs et qui avait des formes 
distinguées. 

« Qui es-tu? » demanda-t-il. — « Je suis », répondit-elle, 
« je suis fille du roi dont le nom est Bûan [c'est-à-dire 
hternelj'. Je suis venue te trouver par amour pour toi à 

1. Nous corrigeons cri feo'ui en aire-fcin^x au lisu de «charge de char», 
nous comprenons « avec lui-même ». 

2. Lebor na hUidre, p. 74, col. i, 1. 31-col. 2, 1. 8. O'Keeffe, p. 59, 
1. 1609-p. 60, 1. 1629. Winifred Faraday, p. 7-1-75. Cf. Tain B6 Regamna 
chez Windisch, Irische Texte, t. II, p. 241-254. 

3 . Dans d'autres textes elle est dite fille d'Hrnmas = Ernbas, c'est-à-dire 
de Meurtre, littéralement « Mort par le fer ». Voir au sujet de cette déesse. 



EilUveiiioil du taureau divin. 195 

cause de ta célébrité, j'ai amené avec moi mes trésors et mes 
troupeaux. » — « Tu n'es pas venue au bon moment », 
repartit Cûchulainn, « la faim m'a épuisé. Je ne serai pas de 
force à supporter les embrassements d'une femme tant que 
durera la lutte que je soutiens. » — « Je te viendrai en aide », 
répliqua la femme. — « Si j'ai fait cette entreprise », répondit 
Cûchulainn, « ce n'est pas pour obtenir l'amour d'une femme. » 
— « Alors », reprit-elle, « je te gênerai beaucoup lorsque je 
me présenterai en face de toi pendant tes combats contre les 
hommes. Je viendrai en forme d'anguille sous tes pieds dans 
le gué et je te ferai tomber. » — « La forme d'anguille », 
repartit Cûchulainn, '< te convient mieux que la prétention 
d'être fille de roi. Je te saisirai entre les doigts de mes pieds, 
je te briserai les côtes et elles resteront brisées jusqu'à ce que 
te vienne de moi jugement de bénédiction. » — « Je prendrai », 
dit-elle, « la torme d'une louve grise et je pousserai au gué 
contre toi les bêtes à quatre pattes. » — « Je te lancerai », 
répondit-il, « une pierre de ma fronde, elle te crèvera un œil, 
et tu resteras borgne jusqu'à ce que te vienne de moi juge- 
ment de bénédiction. » — « J'irai t'attaquer », reprit-elle, 
« en forme de vache rouge sans cornes, j'amènerai des bêtes à 
cornes qui se précipiteront sur toi dans les gués, dans les lacs et 
tu ne me verras pas devant toi. » — « Je te lancerai une 
pierre », répondit-il; « elle te brisera une jambe et tu resteras 
boiteuse, jusqu'à ce que de moi ne vienne jugement de béné- 
diction. » Là-dessus, elle partit. 

CHAPITRE XV 

MEURTRE DE LOCH FILS DE MOFEBES 

I. Alors Loch, fils de Mofebes, fut invité à venir dans la 
tente d'Ailill et de Medb. « Que me voulez-vous ? » demanda 

les observations de M. Wh. Stokes, Revue Celtique, t. XII, p. 128. Son 
nom est un composé de deux termes : le second, rigaii, veut dire : « reine ». 
le premier, iiior, paraît identique à l'anglais mare dans iiigljt-uiare, et au 
français mar dans cauctiemar, signifiant tous les deux quelque chose comme 
« démon nocturne ». On la trouve aussi appelée Anand. Elle avait deux 
sœurs Bodb et Mâcha, qui, semble-t-il, apparaissent avec elle sous forme 
d'oiseaux dominant le taureau dans le monument du Musée de Clunv et 
dont les noms sont quelquefois employés comme svnonvmes de Morrigan. 



196 H. (FArbois de JuhahiviUc. 

Loch. — « Que tu ailles combattre Cùchulainn », répondit 
Medb. — « Je n'irai pas », répliqua-t-il, « faire cette entre- 
prise-là, car il ne serait ni honorable, ni beau pour moi, d'aller 
attaquer un aimable et tendre jeune homme sans barbe. Ne 
me faites pas de reproches à cause de ce refus ; j'ai un homme 
qui ira l'attaquer : c'est Long fils d'Emones ; il viendra prendre 
vos ordres. » On fit venir Long dans la tente d'Ailill et de 
Medb qui lui promirent de grands avantages, les vêtements de 
toutes couleurs pour douze honnnes, un char valant vingt-huit 
femmes esclaves, Findabair pour épouse, toujours fête et vin 
à Cruachan. Long alla attaquer Cùchulainn et Cùchulainn le 
tua. 

2. Medb dit à ses femmes d'aller conseiller à Cùchulainn de 
se coller une barbe. Les femmes allèrent trouver Cùchulainn 
et lui dirent de se mettre une barbe collée '. « Il n'est pas de 
la dignité d'un bon guerrier, » dirent-elles, « de te livrer 
bataille, puisque tu n'as pas de barbe. » [Cùchulainn prit une 
poignée d'herbe, chanta sur elle une parole magique, en sorte 
que depuis lors chacun crut qu'il avait une barbe ^] Puis 
Cùchulainn avec cette barbe vint sur la colline en face des 
guerriers d'Irlande. Il leur montra sa barbe. 

3. Loch, fils de Mofebes, la vit. «Cùchulainn», dit-il, «a 
une barbe! » — « Oui, je la vois », ajouta Medb. Elle 
promit cà Lôth les mêmes grands avantages qu'à Long. « J'irai 
l'attaquer », dit Loch. 

Loch alla à la rencontre de Cùchulainn. Les deux adver- 
saires se trouvèrent ensemble au gué, où Long avait péri. 
« Viens », dit Loch, « à l'autre gué, plus haut, il ne peut me 
convenir de livrer bataille sur le gué où mon frère a suc- 
combé. » Ils combattirent sur le gué du dessus. 

4. C'est alors que des palais des dieux arriva la Morrigan, 
fille d'Ernmas 5 ; elle voulait faire périr Cùchulainn... Elle 

1. Ulcha smertha. Ukha veut dire « barbe », et smertha est le participe 
passé du verbe smeraim « j'enduis ». L'équivalent gaulois de l'irlandais 
smertha devait être sviertos. 

2. Lebor na hUidre, p. 74, col. 2, 1. 38-40; O'Keeffe, p. 61, 1. 1643- 
1645. Winifred Faraday, p. 76. 

5. Plus haut, chapitre xiv, § 3, elle est dite fille de Bùan, c'est-à-dire 



REVUE CELTIQ.UE (1908) 




smert[vll]os 



Paris, Musée de Cluny. 



EiiU'Vi'nieiit du tauveiui divin. 197 

vint en forme de vache blanche avec oreilles rouges, accom- 
pagnée de cinquante vaches, reliées deux à deux par une chaîne 
de bronze. Les femmes firent à Cûchulainn défense magique 
de s'approcher de ce troupeau qui l'aurait fait périr; Cûchulainn 
lança de sa fronde un projectile au loin et creva un œil à la 
Morrigan. 

Alors la Morrigan, sous la forme d'une anguille à peau lisse 
et noire, arriva dans le cours d'eau et s'enroula autour des 
pieds de Cûchulainn [qui, se levant, frappa l'anguille et brisa 
chacune de ses côtes en deux ']. Mais, tandis que Cûchulainn 
était occupé à se débarrasser d'elle, Loch le blessa au travers 
de la poitrine. 

Puis la Morrigan vint en forme de louve terrible, tlle était 
d'un gris rouge. [Cûchulainn lui lança une pierre de sa fronde, 
et dans la tète lui creva un œil -.] Pendant le court espace de 
temps que fut Cûchulainn à se défendre contre elle. Loch le 
blessa une seconde fois. Après cela un mouvement de colère 
s'éleva chez Cûchulainn, en sorte que du javelot enfermé dans 
son sac il perça la poitrine de Loch en lui atteignant le cœur. 

« Je te fais une demande, ô Cûchulainn! », dit Loch. — 
« Que désires-tu? » répondit Cûchulainn. — « Je ne te 
demande pas la vie », répondit Loch, « ce serait une lâcheté. 
Donne-moi un coup de pied qui me fasse tomber devant moi 
sur mon visage, et qui m'empêche de tomber par derrière sur 
le dos devant les guerriers d'Irlande ; il ne faut pas qu'aucun 
d'eux dise qu'au champ de bataille j'aie pris la fuite devant toi, 
ni que telle soit l'impression produite par la mort que m'a 
infligée le javelot de ton sac. » — « Jeté donnerai », répondit 
Cûchulainn, « le coup de pied que tu désires. Ta demande 
est digne d'un guerrier. » Et Cûchulainn par derrière lui donna 
un coup de pied. 



« Eternel ». Buan et Erninas «. Meurtre » semblent être deux noms du même 
dieu. 

1. Lebor na hUidre, p. 77, col. i, 1. 1-2 ; O'Keeffe, p. 65, 1. 1716-1717; 
Winifred Faradav,p. 79. Cf.. Corpus hiscriptiouuui Liitiiiaruni,t.\lll,n° 3026, 
c. 4, légende Smf.rt[vll]os. M. Hirschfeld décrit le sujet ainsi qu'il suit : 
Fir barbât us clavam contra serpent on tollens. 

2. Lebor na hUidre, p. 77, col. i. 1. 6-7 ; O'Keeffe, p. 65, 1. 1712-1722 ; 
Winifred Faraday, p. 80. 



198 H. â'Arhois de Juha'niviJlc. 

En ce jour-là une grande tristesse s'empara de Cûchuhiinn. 
Il regrettait d'être seul pour résister à l'armée venue pour 
renlèvement [du taureau et des vaches]. Il dit à Lôeg, son 
cocher, d'aller chercher les guerriers d'Ulster, afin qu'ils 
vinssent s'efforcer d'empêcher l'enlèvement. Accablé de fatigue, 
il fit un poème : 

1 . Lève-toi, Lôeg, fais venir à mon aide les armées, 
Les belles armées d'Emain la Forte. 

Les combats journaliers m'ont abattu. 
Les blessures m'ont inondé de sang. 

2 . De mon côté droit et de mon côté gauche 

Il est difficile de dire lequel est le plus malade. 

La main qui les a frappés n'est pas celle de Fingin le médecin 

Qui arrête le sang par un tranchant de bois. 

3 . Dis à l'aimable Conchobar, 

Que je suis triste, que j'ai le côté blessé : 

Ainsi beaucoup a changé de forme 

L'aimable fils de Dechtire ', lui qui valait une troupe. 

4. Je suis seul contre une armée. 

Je ne la quitte pas, je n'en viens pas à bout. 
C'est le mal, ce n'est pas le bien qui m'entoure. 
Seul que je suis pour me battre aux nombreux gués. 

5 . Une pluie de sang coule sur mes armes, 
J'ai reçu de rudes blessures. 

Aucun ami ne vient partager avec moi bataille et gloire. 
Sauf le cocher qui conduit mon unique char. 

6. Si une trompette chante ma gloire, 

Cet unique instrument ne me réjouit pas. 
Beaucoup de trompettes en même temps 
Sont plus jolies qu'une seule. 

7. Il est un vieux proverbe héréditaire : 

.( On n'obtient pas de flamme avec une seule bûche. 
Si l'on en mettait deux ou trois ensemble, 
Leurs tisons flamberaient. » 

8. Il n'est pas facile de venir à bout d'une bûche unique. 
Il faut en faire brûler une autre contre elle. 

La solitude est entourée de mensonge. 
On ne peut moudre avec une seule meule. 

1. Cûchulainn était fils de Dechtire et du dieu Lus. 



Hiilcvciiienl du iaureaii divin. 199 

9. \"as-tu pas toujours entendu dire : 

Quand un homme est seul, il est trompé; c'est vrai pour moi, 

Moi, que personne n'appuie, 

Et que plusieurs attaquent à la fois. 

10. Quoique je sois seul, la troupe ennemie est nombreuse. 
Cela agite mon esprit. 

La ration de l'armée ennemie, est-elle comme la mienne, 
Cuite à une seule crémaillère ? 

11. Je suis seul en face de l'armée, 
Près du gué au bout de Tîr Môr. 

J'ai eu plus d'un adversaire : Loch avec Bodb ', 
Suivant la prédiction faite à l'enlèvement des vaches de Regamain ' 

12. Loch m'a déchiré les deux hanches, 
La louve grise et rouge m'a mordu. 
Loch a blessé mon foie. 
L'anguille m'a fait tomber. 

1 5 . Mon petit javelot a arrêté Loch, 
J'ai crevé à la louve un œil. 
J'ai brisé une cuisse à la vache 
Au début de son attaque. 

14. Depuis que conduit par Lôeg je portais le javelot d'Aife^, 
Il y eut au cours d'eau vovage d'un essaim hostile. 
J'ai lancé le javelot aigu et mortel 
Qui a terrassé Loch fils d'Eogan +. 

i') . Les guerriers d'Ulster ne livrent pas la bataille 
Que je soutiens contre Ailill et la fille d'Eochaid. 
Pendant ce temps je suis dans la douleur. 
Je suis blessé, mon sang coule à flots. 

16. Dis aux brillants guerriers d'Ulster 

Qu'ils aillent par derrière attaquer l'armée ennemie. 



1. Bodb qui dans certains textes est le nom d'une sœur de Morrigan, se 
trouve ici employé comme synonvme de Morrigan. 

2. Cette prédiction avait été laite quelque temps avant la prédiction iden- 
tique donnée plus haut, chapitre 14, C 3. L'enlèvement des vaches de Rega- 
main, Tdiii ho Regaviiia, a été publié par M. Windisch, Irische Texte, t. Il, 
p. 241-254. Cf. Eleanor Hull, CnchiiUin Sagj, p. 103-107. 

3. Aife. 11 s'agit du javelot que Cùchulainn avait dans un sac. Ce javelot 
lui avait été donné par Aife, c'est-à-dire par une femme guerrière élève 
comme lui de Scàthach qui en Grande-Bretagne lui avait enseigné le métier 
des armes. 

4. Eogaii semble être ici le doublet de Mofehes qui serait un terme hypo- 
coristique. 



200 H. d'Arbois </c Jiibaiiivillf. 

Les fils de Maga ont emmené leurs vaches 
Et se les sont partagées. 

17. Je livre bataille, j'en avais pris solennel engagement, 
J'ai tenu ma parole; 

Je combats pour mon cher et pur honneur, 
Puissé-je n'être pas seul à le faire ! 

18. Les corbeaux sont joyeux du massacre 
Dans le camp d'Alill et de Medh ; 

De tristes plaintes se font entendre 

Pendant les cris des corbeaux dans la plaine de Murthemne. 

19. Conchobar ne sort pas, 

Son armée ne va pas au combat. 

Qii'il soit ainsi absent. 

C'est plus difficile à raconter que son élévation à la royauté. 

20. Lève-toi Lôeg, fais venir à mon aide les armées, 
Les belles armées d'Emain la Forte. 

Les combats journaliers m'ont abattu, 
Les blessures m'ont inondé de sang. 

Ici se termine le récit du combat de Loch le Grand, fils de 
Mofebes, contre Cùchulainn, dans l'Enlèvement des Vaches 
de Coolev. 



CHAPITRE XVI 

RUPTURE DE LA CONVENTION ' 

I. Alors le traité fait avec lui fut violé. Cinq guerriers 
vinrent à la fois l'attaquer. C'étaient deux Crûaid, deux Calad 
et Derothor. A lui seul Cùchulainn les tua tous les cinq. De 
là vient le nom de lieu Coicer Ocngoirt (cinq guerriers d'un 
seul champ). Une autre expression consacrée dans le récit de 
l'Enlèvement est Coicsius Focherda (quinzaine de Focherd), 
parce que Cùchulainn resta quinze jours en Focherd. Cùchu- 
lainn chassa de Delga les ennemis, en sorte qu'aucun être 
vivant, homme ou bête à quatre pattes, n'a pu montrer son 
visage plus loin que lui entre Delga et la mer . 



I. Lebor na hUidre, p. 77, col. i, 1. 27-35. O'Keeffe, p. 64, 1. 1739- 
(746. Winif redFaraday, p. 81. 



Eiilh'ciiiciil du laiircaii divin. 2oi 

2. Gucrison de la Morrigan. 

Alors vint des habitations divines la Morrigan, fille d'Ernmas. 
Elle avait l'apparence d'une vieille femme, occupée à traire 
une vache à trois pis en présence de Cûchulainn. Elle venait 
pour obtenir son secours. 

Toutes les fois que Cûchulainn blessait quelqu'un, le blessé 
ne pouvait guérir, si Cûchulainn ne prenait part au traitement. 
Il lui demanda à boire du lait de sa vache, puisque la soif le 
tourmentait. Elle lui donna le lait d'un pis. « Guérison par moi 
sans retard en résultera », dit Cûchulainn : celui des deux 
yeux de la reine, qui avait été crevé, se trouva guéri. Cûchu- 
lainn lui demanda encore le lait d'un pis. Elle le lui donna. 
« Que sans retard soit guérie », dit Cûchulainn, « celle qui 
m'a donné ce lait. » Il lui demanda à boire une troisième 
fois, et elle lui donna encore le lait d'un pis. « Bénédiction 
sur toi des dieux et de ceux qui ne sont pas dieux, oh 
femme ! », dit Cûchulainn. Et la reine fut guérie [de ses trois 
blessures à l'œil comme louve, à la cuisse comme vache et au 
côté comme anguille]. 

3. Alors Medb envoya cent guerriers attaquer à la fois 
Cûchulainn qui les tua tous. « Ce meurtre de nos gens », dit 
Medb , « est notre anéantissement. » — « Ce n'est pas la 
première fois-», dit Ailill, « que cet homme nous anéantit. » 
L'endroit où Medb et Ailill étaient en ce moment s'appela 
depuis Anéantissement du Bout du Fort, CiiiUend Cind Duni. 
Le gué où les cent guerriers périrent reçut le nom à'Alh Crô, 
Gué du Sang Coagulé, à cause de la quantité du sang liquide, 
et puis coagulé, qui se répandit sous le cours d'eau. 



HIBERNICA 

(suite) ' 



10° BAC H AL Wb. 5 à 29. 

Le nom du dieu Baal {Bahaï) est écrit hachai dans le 
passage de Wb. 5 a 29, et la même orthographe se retrouve 
dans un poème du manuscrit de Sg., f° 229 (Thés , II, 290). 

Le Thcsannis Lingiiae Latinac, tome II, col. 1647, ne con- 
tient qu'un exemple de la graphie hachai-, tiré du Liher iudi- 
ciim de Cyprianus Gallus, v. 127. Il y en a un second dans le 
glossaire latin-anglo-saxon publié par M. Hessels (Cambridge, 
1906), p. 68, où il provient d'un passage de Gildas {Patrol. 
de Migne, vol. LXIX. p. 372 a; Mommsen, Mon. Gerni. Hist., 
t. III, p. 66, 20). 

L'emploi de ch pour noter /; du latin en vieil-irlandais est 
tout naturel, puisque dans la graphie des gloses /;, en dehors 
bien entendu des groupes ch, th. ph, n'a aucune valeur pho- 
nétique et ne représente même pas l'aspiration (cf. Thur- 
neysen, Indogerm. An:(eigcr, IX, 43). Il faut joindre à hachai 
les graphies telles que ahrachaiii (trequ. , cf. Thés. Palaeohih., 
II, 379), extrachireMl. 69 b, protracherelur 56 c, siihtrachitur 
12 là, uech'uiienter 58 b, 90 c 25, iiechimeiitins 48 c 20, 58 b, 
trauechcdis 122 a 3, etc. 

La graphie inverse (/; pour ch, spirante gutturale) est excep- 
tionnelle; on n'en cite qu'un seul exemple en vieil-irlandais : 
menniuihi au lieu de uienmnichi « inimitiés » (Wb. 18 a 21, 
a prima manu). 

I. \oir Revue Celliqiw, tome XXVIII, p. 5, 137 et 543. 



Hibcniica. 203 



11° SCRISSfD, SCKIS. 



La racine indo-européenne *Çs)qcr- « couper, trancher, 
séparer » (ci. PrelKvitz, Et. Wib. d. gr. Spr., 2" éd., p. 214, 
s. u. /.sipo) ; A. Walde, Lit. Et. Wtb., pp. 97 et 401, s. uu. 
careoet mnscerda; F. Kluge, El. IV ib. d. detitsch. Spr., 6" édit., 
p. 336, s. u. schercii, etc.) est attestée en celtique dans le 
verbe dérivé scaraim « je (me) sépare (de) ■» (ci. Wh. Stokes, 
Urk. Sprachsch., p. 309); et l'on a sans doute l'adjectif verbal 
correspondant dans le gallois ysgryd « fragment, éclat (de 
bois) » qui peut remonter à *sqr-to-. 

Ascoli {Glossar., p. cclxxxvij) et M. Wh. Stokes (loc. cit.) 
avaient cru reconnaître dans les mots irl. diuscariaim « je 
détache, je rejette », cscart « perditio » (Wb. 9 a 8), gall. 
ysgarlh « excrément » une forme de la racine *{sy]er- élargie 
en-/-, telle qu'elle apparaît en lituanien dans kertu « je tranche, 
j'abats » et en sanscrit même dans krntàti, kartati « il coupe » 
(cf. Uhlenbeck, Et. Wtb. d.altind. Spr., p. 63); sur ces faits, 
v. P. Persson. Ziir Lehre v. d. Win\eleriveiîerung iind Wurycl- 
variation, p. 29. Mais M. Zimmer, K. Z., XXXVI, 454, a 
soutenu qu'il fallait voir dans les mots celtiques en question 
les composés de la racine qui apparaît dans irl. cartaivi « je 
lance, je nettoie » et gallois carthii, bret. har-^a « id. » ; de 
sorte qu'à tout le moins le celtique posséderait seulement les 
dérivés de deux racines distinctes, *sqcr- tl*kert-. 

La racine *Çs)qert- parait cependant seule pouvoir expliquer 
les mots suivants : 

scrissid g\. rasorium, Ml. 72b 8, formé au moyen du suffixe 
-id ajouté au thème d'adjectif verbal *scriss- de *sqrtto- (cf. 
skr. krttâh « coupé »). Sont formés de même : de ro-feiar 
« je sais », prêter, pass. ro-fess (Wb. 23b 9), fissid « savant » 
Wb. 26 d 25 ; de guidim « je prie », partie, d'oblig. gessi (Fél. 
28 sept.), gessid « suppliant » Ml. 74 d i ; de do-eiuim « je 
protège », partie, pass. -dite Ml., 85 di3 partie, d'oblig. diti 
Ml. 145 C9, ditid « protecteur » Ml. 112 c 6; etc. 

scris, qui est sans doute le thème en -tu- correspondant 
(d. fiss « science » de *uid-tn-, mess « jugement » de *med- 



204 J. Vcmirxes. 

tu-), attesté dans sois ingen « fait de couper les ongles » 
O'R. et sous la forme sgrios dans la Grammaire d'O'Donovan, 
p. 198. Macbain, an Etymolog. Dit t. of thc Gadic Janguage, 
p. 288, explique sgrios par * skr-sti- d'une racine *skar- (ou 
*sgai-); ce qui est moins satisfaisant. 



12° FETHOL « SIGNE, INSIGNE » 

Malgré M. Whitley Stokes, Urh. Sprachsch., p. 268, il ne 
semble guère possible de rattacher au verbe gallois dywedyd 
(m. gall. dywediit) « dire » de *to-uet-, les formes irlandaises 
telle que -aisndcdat « ils exposent » Ml. 31 a 19, aisudis 
« exposé, récit », qui ne peuvent être séparées de adjiadam 
« nous racontons », Ml. 14 d 10, 93 d 14, adfiadat « ils décla- 
rent » Wb. 28 c 23, Ml. 51 d 2, etc. (cf. Ascoli, G/ossar., 
p. cccxxx et ss.), et par suite remontent à la racine *ueid-y 
mentionnée à la page 264 de VUrkeJtischer Sprachschat~. Les 
graphies irlandaises -^7/5;/^t'//;âf/ « ils dissertent « Sg. 70 b 13, 
assindetbar « il est décrit » Ml. 90 b 18, de *ess-ind-fcd-, sont 
évidemment hors de question, puisque l'alternance graphique 
de //; et, de d pour représenter à l'intervocalique la spirante 
dentale sonore est courante — dans certaines conditions — 
en vieil-irlandais (voir Vendryes, Grammaire du vieil-irlan- 
dais, p. 28, § 41). 

Mais on peut rattacher au verbe gallois dyiuedyd le substan- 
tif irlandais /i'//;o/ « signe, marque ». Dans Tur. 87, ce mot 
désigne le vêtement particulier du' prêtre, c'est-à-dire son 
« insigne » {e fethol ./. anétach sacaird), et en moyen-irlandais 
sous la forme fethal il est souvent attesté au sens de « emblème, 
symbole, ornement, objet précieux » : cf. Windisch, IVtb., 
p. 545, Tâin hô Cûaln^e, p. 831; Wh. Stokes, Lires of saints 
from the Book of Lisniore, 1. 2463 (lire fethal), Irische Texte, 
tome III, p. 225 (JethJaib, dat. pi., « reliquaires »), où est 
citée la glose fethal À. mind « insigne », etc. Le glossaire 
d'O'Clery, in Rev. Celt., IV, 417, porte : feathal À. éccosc no 
cuma « apparence ou manière ». 

Felbol (felhal) est un dérivé de la racine *uel- « dire », du 
gallois dy-ioedyd, exactement comme le latin signitm est sorti 



Hibeniica 205 

de la racine *sc(j-, de i}iquani, 'niscqiic (cf. A. Walde,!,^/, Eiym. 
Wlh., p. 571); les deux mots signifient proprement « qui 
indique, qui désigne ». Le suffixe de fethal est celui des mots 
latins bihnlus, capuliis , crcdttJus , crepiilus , Jïo^iiJiis, geriiulus, 
kg uhi s, pend al II s , qncrulns , stnduJiis, treiiiuliis , etc. (Stolz, 
Hist. Grntiiiii. d. lat. Spr., I, 507) et des mots germaniques 
got. sakuls « querelleur >■, slnJjiiIs « porté h frapper », vha. 
e;(^a/ « mangeur », sprungal « sauteur », etc. (cf. Brugmann, 
Grdr., II, 2^ éd., p. 374), c'est-à-dire un suffixe de noms 
d'agent du type -0I0-. Sur quelques autres dérivés analogues 
en celtique, voir Mciii. Soc. Ling., tome XIII, p. 228 et s. 

Ce n'est pas le lieu de rechercher dans quelle mesure la 
racine */u'/-, qui est à la base du gallois dxwedxd et de l'irlandais 
fethol , est attestée à une période plus ancienne que le précel- 
tique; le rapprochement de ces mots et du latin uolare (^Urk. 
Sprach., 1. c.)est des plus contestables (v. A. Walde, op. cil., 
p. 667). En tout cas, il semble qu'il y ait eu en celtique même 
quelque confusion entre *iiet- et '^uëd- (issu d'indo-europ. 
*//f/W-);M. Loth, Arch. f.CcIt. Lcx., I, 411, a signalé dans le 
Black Bock l'existence simultanée de kywyt (pron. kyivydd) de 
*ko-ued- et de kxwyd (pron. kyivyd) de * ko-iiel- (.<. conscience » 
et à côté de 5;// gén. sûad « sage » (cf. dri'ii, gén. dn'iad), 
l'irlandais a un dérivé siiithe « sagesse » (Windisch, JFtb., 
p. 796) qui semble remonter à *5u~uct-. Par suite, le mot 
fiiidhir qui est glosé par O'Clery ÇRcv. Celt., IV, 42e) .i. 
briathar « parole » pourrait remonter à * iiot-ri- par l'intermé- 
diaire de *iiod-ri-, et par suite, se rattacher directement à la 
même racine que fethal. 



13° A PROPOS DE BRIATHAR, GALL. BRJVYDR. 

Le rapprochement de l'irlandais briathar f. « parole », et 
du gallois bnuydr f. « combat », proposé par M. Zimmer, 
Kiihns Zeitschrift, tome XXXVI, p. 451, a été récemment 
combattu par M. Loth, Mélanges d'Arbois de Jubainville, p. 200, 
qui a fait valoir la différence des significations et n'a pas eu 
de peine d'ailleurs à ruiner un argument, plutôt inattendu, 

Revue Celtique, XXIX. 14 



2o6 /. Veiidryes 

invoqué par M. Zimmer (« da der Kelte noch lange mit 
Worten streitet, wo der Germane schon zuschliigt. . . » ). 
Mais, même en se passant de cet argument, on peut défendre 
le rapprochement en question. 

Au point de vue phonétique aussi bien qu'au point de 
vue morphologique, les deux mots se recouvrent exactement; 
hriathar et hnuydr, tous deux féminins, remontent à un 
préceltique ^brè-trà-, exactement comme d'un primitif *fr^'-/;'t'- 
« crible, tamis » sont sortis v.-irl. criathar (Sg. 48 b 2), 
v.-corn. croider (Y oc, Z. E. 1080), m. bret. kroe^r, bret. mod. 
kroiier, v. gallois cruitr gl. pala (ad luuenc, Loth, Vocabulaire 
vieux-breton, 89) gall. crwydr dans l'expression du moyen âge 
eur-grwydr « tamis d'or » appliquée à un bouclier (Red Book, 
éd. Rh3s-Evans, I, 233, 29); cf. Zimmer, loc. cit., et Zeitschrift 
/. CeJt. Philologie, I, 96. 

Quant à la différence de sens, elle ne saurait faire difficulté, 
étant donné que les langues celtiques présentent également 
dans d'autres séries de mots le double sens de « parole, cri » 
et de « bataille ». 

En irlandais, le mot bàg a ce double sens {bagh .i. briathar 
À. cath, O'Clery in Rev. Celt., IV, 370) et par suite le verbe 
bâgini signifie à la fois « parler » et se « battre » (v. Windisch, 
Wlb., p. 382, Ta in />.' Ci'ialnge, p. 925; K. Meyer, Contribu- 
tions, ^p. 164, 165). Peu importe qu'il s'agisse de deux mots 
différents, comme l'enseigne M. Wh. Stokes ( Urkelt. Sprachsch., 
pp. 160 et 335), ou d'un seul et même mot, comme le croit 
M. Zimmer (Kuhns Zeitschrift, XXXVI, 447); on pourrait 
en effet ramener au sens général de « prétendre, soutenir » 
les divers emplois du verbe bâgim « je lutte, je menace 
(Trip.Lif., 60, 6; cf. peut-être bagair gl. minae, Ir. GL, 339), 
j'affirme, je déclare, je promets, je m'engage, je me glorifie 
(bàigmi gl. gloriamur, Wb. 2d 15, cf. le composé ar-bâgini, 
etc.) » Mais le seul fait important est que l'irlandais bàg 
(bâgim) présente les deux mêmes sens, répartis entre l'irlandais 
briathar et le gallois brwydr. 

L'irlandais breisini, bressiin « cri, bruit » (.i. gâir, O'Cl. in 
Rev. Celt., IV, 375, et Wh. Stokes, Urk. Spr., 185), thème 
neutre en -nien-, connue plusieurs autres mots de même sens 



Hihcrincti 207 

{deilm, fnaiinm, gainn, geim, tairm) ne peut guère être séparé 
d'un mot commun aux deux dialectes celtiques pour désigner 
la guerre : irlandais bresalÇTog.Bruidnc Dà Derga, éd. Stokes, 
P- 170, § 35), m. br. et corn, bresel, bret. mod. hre:(el ; 
d'autant moins qu'on rencontre en irlandais le mot hresshn 
lui-même au sens de « irruption, combat, mise en déroute » 
(K. Meyer, Conlribut., p. xxij). Le glossaire d'O'Clery contient 
un mot hreas .i. gach greadhan no gach glcr « tout craquement 
ou tout bruit » {R. Celt., IV, 375), qui pourrait être le 
simple des deux dérivés précédents. 

En face de l'irlandais caint « langage » (Gloss. d'O'Mul- 
conry, in Archiv f. Celt. Lcxic, l, 285), suspect d'ailleurs 
d'emprunt brittonique, le gallois possède les mots ceintach 
« querelle », ymgeinio « se quereller » (Lotb, R. Celt., XX, 
354) et surtout un mot cain, cein qui dans les vieux textes 
a le sens de « combat » et d'où est dérivé ceinieid « combat- 
tants » (Loth, Archiv f. Celt. Lexic, I, 409, 410). 

En gallois même le mot gawr « cri », apparenté à l'irlan- 
dais ^^/r « parole »,gairm « cri », a le sens de « bataille » 
dans de vieux textes {a guydi gaur garv « et après rude combat » 
Bl. Book, 37, II etc., cf. J. Loth, Archiv. f. Celt. Lexic, I, 
445, n. 2); et c'est le cas aussi du mot gryd (cf. Loth, 
Mélanges d'Arbois de Jubainville, p. 205), apparenté à l'irlan- 
dais grilh « cri » {R- Celt., XXVIII, 140) et pour lequel le 
Geiriadur cymraeg a saesneg byr de M. O. M. Edwards ne donne 
que le sens de « a conflict, battle ». 

Enfin le mot gallois trabliidd « tumulte, bouleversement, 
guerre » a été rapproché par M. Loth, R. Celt., XX, 346, de 
l'irlandais moderne blaodh « cri » (O'Clery, in Rev. Celt., 

IV, 373)- 

On pourrait sans doute aisément allonger cette liste ; mais 

quelques exemples de plus ne sauraient modifier les conclusions 

auxquelles elle donne lieu. La connexion des idées de « parler, 

crier » et de « se battre » est dans les langues celtiques un 

fait incontestable. Il resterait à l'expliquer. Pour cela, trois 

séries d'hypothèses, faciles d'ailleurs à concilier entres elles, 

peuvent être présentées. 

Ayant hérité de deux racines homophones, signifiant l'une 



2o8 /. Voidryes 

« parler « et l'autre « se battre », le celtique aurait pu, par 
analogie, développer les deux sens dans d'autres racines possé- 
dant l'un des deux. Le point de départ pourrait être bâgini, 
avec son double sens original, si l'on admet l'enseignement 
de M. Whitley Stokes (v. ci-dessus). 

Mais on peut supposer aussi que dans une seule et même 
racine se seraient développés les deux sens, par une double 
évolution parallèle. Le sens primitif de cette racine est évi- 
demment malaisé à préciser. Celui de « faire du bruit, causer 
du tumulte » parait cependant assez indiqué. Il est en tout 
cas notable que, dans deux racines auxquelles se rattachent 
des mots étudiés ci-dessus, l'idée de « faire du bruit » est 
liée à celle de « percer » ou de « briser ». Comme l'a indiqué 
M. Loth dans l'article précité, le gallois brwydr ne doit pas 
être séparé des mots gallois hnvyd « percé, fendu », tryfrwyd 
« transpercé », qui remontent à *brè-to-, c'est-à-dire un plus 
ancien *bhrei-to-, de la racine qui a donné sans doute le latin 
friâre; au gallois /tz^'v*/ M. Loth rattache avec doute Viû.briar 
« broche » et M. K. Meyer, Contributions, p. 256, les mots 
irhndals brct , brétach « fragment », brétaini, brétaigim « je mets 
en pièces », dont le / fait d'ailleurs difficulté. D'autre part, les 
mots irlandais brcas, brcisiiii, bresal semblent dans un rapport 
étroit avec le verbe brissim « je brise » dont la parenté indo- 
européenne est donné par M. Wh. Stokes, Urh. Spracbsch., 
p. '184 {d. Brugmann, Indogerni. Fschg., IX, 347). Et l'on 
peut joindre à ces deux faits le suivant, qui semble de date 
indo-européenne : à la racine qui a donné en celtique l'irlan- 
dais tarât bar, gall. taradr « tarière » (Urkell. Spracbsch., 123) 
et le gallois teryîl « perçant », semblent se rattacher aussi les 
mots : irl. tairui, « bruit » (auquel M. Wh. Stokes, op. cit., 
133, compare le lituanien tarnic (.<■ Ausspruch»); irl. torann 
« tonnerre », gall. tarann « id. » ; bret. vannet. tarayinein 
« faire du bruit » ; gall. -tar dans trx-dar « tapage, bavardage, 
bruit de combat », clocb-dar « caquetage » (Loth, Rev. Celt., 
XX, 355); irl. fotbronn (fotbrond), gall. godonin « bruit 
tumultueux ».La ressemblance de ces développements séman- 
tiques s'explique évidemment par autre chose qu'une simple 
coïncidence. 



Hihernica 209 

Enfin une troisième hypotiièse consisterait à chercher en 
celtique même un rapport direct et immédiat entre l'idée de 
« parler » et celle de « se battre » . On le trouverait sans 
peine soit dans l'usage du « combat de paroles » (brialhar-cath), 
soit dans la tactique guerrière qui consistait à marcher au 
combat en poussant des cris. Les historiens de l'antiquité 
donnent des détails sur cette tactique spéciale aux Celtes (voir 
Tite Live, X, 26, 11; XXI, 28, i ; Appien, IV, 8 ;^ Diodore, 
V. 30, 3 ; Den3's d'Halicarnasse, Antiq. Rom., XIV, 10, 18, 
etc.). Quant aux combats de paroles, ils étaient fort en usage 
chez les Celtes, surtout à la fin des banquets, d'après Diodore, 
V, 28 et Athénée, IV, p. 154 (cf. d'Arbois de Jubainville, 
Introduction à Thistoire de la litlcrature celtique, p. 298 ; 
Windisch, Irische Texte, II, i, 171); et la littérature épique 
de l'Irlande en a conservé des exemples célèbres, notamment 
dans le Fled Bricrend et le Scél luucci Mac Dàthô (cf. Zimmer, 
KuhnsZeitschnft,XY.Y.m,4)0). On lançait alors des « paroles 
de bataille » (Jiriathra bâgi, F. Br., § 29), qui provoquaient 
ce que le manuscrit de Wûrzburg appelle imbresna coîlaindi 
« disputes avec amertume » (gl. pugnas uerborum. 29 b 6). 

J. Vendryes. 



A POEM BY DALLÂN MAC MORE 



The tbllowing poem, in which Dalldn mac More célébrâtes 
torty battles fought by his royal master Cerball mac Muirecâin, 
king of Leinster from 887 to 909, is taken from the Book ot 
Leinster, p. 47^ '. No other copy is known to me. It is com- 
posed in the mètre called cashairdue, which requires seven 
svllables with trisvllabic ending in the iirst verse, and five 
svllables with monosyllabicend-rhyme in the second (7'' -|- 5'). 
Occasionally, the trisyllabic endings also rhyme, as càem-Lifc : 
àch-dreche i, cuJicàn : Muricâu 2 (sic leg.), dilitine : firinne ^, 
gelbdaidc : dcgdiiine 5, comrania : amgala 6, fortainail : torta- 
viail (sic leg.) 19. 

There can be no doubt that the poem was composed 
towards the end of the ninth centurv. The late Protessor 
Strachan drew attention to the old-Irish verbal forms contai- 
ned in it (see his Déponent Ferb, p. 79), and any déviations 
from pure old-Irish - may well be attributed to the scribe of 
the Book of Leinster, who is so often desperatelv careless and 
capricious. Thus in the ninth stanza, reading cloastar as two 
syllables, he adds a redundant -sont \ in stanza 11 he omits 
for\ in 13 he spoils the mètre by the insertion of in; in 14 
he contracts the disvllabic deac into dcc; and miswrites càemm 
îor câeni or rathér côini, while he ruins the rhyme by writing 
câem for côir in the fourth verse. In st. 18 }?ii Faelain in mhind 
viaiîh is corrupt. In the ninth century hiia, hiii was still pro- 
nounced as two syllables. Hence I conjecture /;///' Fàelàin 



1. For further détails about Dallân and Cerball see Rev. Celt., XX, p 7. 

2. But the gen. dilintie (st. 4) is a late old-Ir. form from a nom. diJenn 
for O. Ir. dile. 



A poeiii /'v Dtillan Mac More 2n 

tnailh. But it is not so eas}- to emend discn'itan hua nDiiind 
in st. 5. In st. 19 allitération requires the emendation of the 
second forlamail to fortainail, a derivative from loirt ' bulk, 
weight'. Lastly, in st. 20, is before Cerhall is cithcr to be 
omitied or should be read '5. 

The poet divides the forty battles fought by -Cerball into 
six groups : (i) eight fought against Flann Sinna, inonarch of 
Ireland from 877-916 ; (2) ten battles against Finguine Cenn- 
gécâin, king of Munster, who was dethroned in 896, when 
Corniac mac Cuilennâin succeeded him; (3) eleven against 
his fosterbrother Cormac, which are, however, spoken ot as 
future events, as if the date of the poem were be 896 ; 
(4) eight against Conchobur mac Taidg Môir, king of the 
three Connachts, who died in 881 (AU.); (5) two battles 
against Aed Findliath, monarch of Ireland from 861-878; 
(6) one battle fought against the Norse of Dubhn. 

1 Cerball Currig cdem-Life, clôd catha for Cond, 
ra acsin ' a âeb-dreche arbath Cnogba Corr. 

2 Ar cara's ar culicân, cdemgnéach, rand 'ni làim, 

mac môr molbthach Muricain co mbûadaib, co mhaig. 

3 Biiaid crotha, bùaid cdemcheneôil for Cerball in Chairn, 

bûaid catha cirb claidebrûaid, bûaid n-étgaid, bûaid 

n-airm. 

4 Ardanfud dond dîlinne^ décsiu ' Cerbaill chôe[i]m. 
fond fiai, fortacht firinne, fir[t]laith Mugna isMôe[iJn. 

5 Mass gass glanglûairgelbdaide, gébaid Banbai + mbuirr, 
doss dess, diân degduine, discrûtan hùa nDuind. 

6 Discrûtan a chomrama cechlaitcr co brath, 
a chatha 's a chongala ûaim noscechla cdch. 

7 Comrama dia chomramaib Cerbaill c[h]irt na ndem. 
ocht catha rachlôastar for Fland sochla sder. 

8 Cath xMathaig, cath Muc[s jndime, cath Bregmaine band, 
cath Aichle, nirb assu son, do thur Themra thall. 



1 . facsin Ms. 

2. dilinni Ms. 

3. déscin Ms. 

4. nibanba Ms. 



212 Kmio Mi'\er 

9 Cath Tlachtga, ba tortbuillech, cath Rige, cath Ross, 
carh Crinna rachlôastar ' for Fland, febda foss. 

10 Comram[a] dia chomramaib Cerba/// rodoscaith, 
deich catha rachurestar for n'g Muman maith. 

11 Cath Lùachra, ba lenamnach, cath Lui for leirgg luim, 
cath fuilech [for] Fetomuir, cath Toâ, cath Truim. 

T2 Cath Cnâmchaille curestar. cath Argetrois ûair, 
cath Gabniin, cath Silchoite, tulchad Raigne rûaid. 

13 Na deich catha cinnim-se for Mumain môr ndind % 
robris mac môr Muricâin tor Finguine find. 

14 Oenchaih de[a]c diiaibside brisfid Cerball côim ' 
for Cormac cid comaha, for rig Casil côir^. 

15 Comrama dia chomramaib Cerhaill lùaith rolass, 
ocht catha for Conchob^r, for rig Connacht cass. 

lé Cath Moga, cath Môenmaige, cath Sinna na slûag, 
do braneôn nîrb airbire cath Eidnige ùar. 

17 Cath Lûatraid, cath Cétmaige, cath Bûasi co m.biiais, 
cath Boirend co mbithbuirre for Conchobar cliiais. 

18 Comrama dia chomramaib ^"^^^[i] Fâelain maith >, 
na dâ chath rachlôastar for Aed Findliath flaith. 

19 Cath Sléibe Fûait fortamail co furiud, co feirg, 
cath Torand, ba tortamail^, co très rûad, co reidg. 

20 Rachuir Cerball cétguinech cath for slûag nCall [njgel, 
na comrama atchûadammar. Cerball " fodoscer. C. 

TRANSLATION 

I Cerball of the curragh of the lovely Liffey, overthrower '^ 
of battles on Conn's Half, — when he beheld his beautiful 
countenance Cnogba Corr'^ fell dead. 

1. rachloastarsom Ms. 

2. môr indind Ms. 
5. cxmm Ms. 

4. càm Ms. 

5. hû Fa;Iain in m/;ind maith Ms. 

6. fortamail Ms. 

7. is Ct-rball Ms. 

8. Literaily, ' overthrowing', the abstract verbal noun instead of the 
nomen Uiretitis. Cf. do chlôdh cath for Cormac, Three Fragm. 218, 22. 

9. Xothing is known to me of this personage. 



A poem by Dallau Mac More 213 

- 2 Our fricnd and our darling, oflovely aspect, in his hand 
a spear; — grcat famousson of Muiregân, with triumphs, with 
glory. 

3 The triumph of beauty, the triumph ot noble race are 
held bv Cerball of Carnsore, — the triumph of murderous 
svvord-red battle, the triumph of raiment, the triumph ot 
weapons. 

4 It is the high dark tempest of a déluge to behold Cerball 
the fair; — generous foundation, succour of justice, lawful 
princeot Mona and of Moone '. 

5 Stately scion, pure, bright and fair-, he will seize 
mighty Banba ; fair — sheltermg bush, most glorious brave 
man that is the description of Donn's descendant \ 

6 The enumeration of his triumphs shall be heard till 
Doom; — his battles and his fights, ail shall hear them, from 
me. 

7 Triumphs of the triumphs ofjust Cerball of the saints, — 
eight battles which he overthrew on Flann-^ the famous, the 
noble. 

8 The battle of Mathach \ the battle of Mucknoe, the 
battle of Brawnev of deeds, — the battle of Achaill, it was 
not easy, to the tower of Tara yonder. 

9 The battle of Tlachtga of mighty blows, the battle of 
the Rye, the battle of the Rosses, — the battle of Crinna, 
which he overthrew on Flann, excellent stability! 

10 Triumphs of the triumphs of Cerball who achieved 
themten : — battles which he fought against the brave king 
of Munster '\ 

1 1 The battle of Luachair, it was stubborn, the battle of 

1. Mugna, no%v Mona-Mohenoge," Moen : now Moone, both in county 
Kildare. 

2. Gdbdaide a derivative \x\-aide from gelhad 'whiteness, fairness'. 

3. For ua nDiiind, I prêter to read tii Diiind. 

4. i .e. Flann Sinna, inonarch of Ireland. 

5. Xot identified. 

6. i. e. Finguine Cenngécâin. 



214 K II 110 Mi'\er 

theLoo' on a bare hillside, — the bloody battle upon Feto- 
mair % the battle of Toa ', the battle of Trom^. 

12 The battle of Cleghile he fought, the b.utle of cold 
Argetross, — the battle of Gowran, the battle of Silchoit, the 
encounter of red Raigne. 

13 The ten battles which I hx upon Munster of many 
strongholds, — the great son ot Muiregan lias won over Fin- 
guine the Fair. 

14 Eleven terrible battles beloved Cerball will win — over 
Cormac, though he is his fosterbrother, on the just king 
of Cashel. 

1 5 Triumphs of the triumphs of Cerball the swift-flashing >, 
— eight battles against Conchobhar, the king of curlv 
Connaughtmen. 

16 The battle of Mug^', the battle of Moinmoy, the battle 
of the Shannon of the hosts; — to the raven-bird the terrible 
battle of the Inagh: was no cause of reproach. 

17 The battle of Luatrad^, the battle of Cétmag, the battle 
of the Bush with bootv, — the battle of the Burren N\ith lasting 
fierceness, against Conchobar of tame. 

18 Triumphs of the triumphs of Faelan's noble descen- 
dant — the two battles which he overthrew on Aed Findliath 
the chief''. 

19 The overwhelming battle of Slieve Fuaid with..., 
with wrath, — the battle of the Torann"^, it was crushing, 
with bloody strife", with a rush. 

20 Cerball, the slaver of hundreds, bas pitched a battle 
against the host of the white Xorse — the triumphs which we 
hâve recounted, 'tis Cerball that won them. 

KuNO Meyer. 

1. A river in Kerr\-. Luce, LU. 98 a 14. 

2. Not identified. 

3. Toa or Tua, near Fafan ; see 5/7im Gadelica, Appendix XII, XXXVIII. 

4. Xot ideniified. 

5. Literally, 'the swift, who lias flared up". 

6. Or, perhaps, Moga; not identified. 

7. A river in countv Clare. 

8. Xot identified. 

9. Monarch ofireland. 

10. The name of a river; see the Four Masters, .\.M. 3656. 

11. Or, perhaps. *with mighty sirength '. 



LES CIMBRES ET LES CYMRY 



Dans la séance de la Cambridge philological Society qui s'est 
tenue le 20 février 1908, M. le professeur Ridgeway a lu une 
note qu'il a tait insérer dans le Cambridge Univcrsity Reparler 
du 3 mars suivant et dont il nous a adressé un tirage à part. 
Cette note est ainsi conçue : 

Since Zeuss it has been a fundamental article of faith with 
Celtic scholars th'at Cymrv, the name by which the Welsh 
designate themselves, cannot hâve corne from Cimbri, as 
welsh V cornes invariablv not from an original /, but from 
an original //. It is held that Cymro =Welshman (pi. Cymry) 
stands for an earlier Cioiiprox or Comhrox parallel to Gaulish 
AUobrox (pi. Allo-brog-es), a name applied by Gauls to cer- 
tain Ligurians. As Allobrox = an alien (Welsh allfro =■ for- 
eigner), so Comhrox is supposed to hâve meant "one belon- 
ging to one's own country, a compatriot " (Rhys, H'isL of 
Welsh People. p. 26). It is agreed that the name Cymry appears 
in Ciimberland, and was therefore used by the Brythons of 
Strathclyde, and is thus as earlv at least as the tirst half of 
the seventh centur)^ a. d. 

This theory rests on the assumption that the / in Lat. 
Cimbri, Gk. Ki\j.^po'., is the original vowel sound used by the 
Cimbri themselves or theirnorthern neighbours. If thisshould 
not be the case, the theory at once falls to the ground. But 
the Romans represented a, e (both long and short), and «in 
foreign names and loan words by / : Masinissa = Matravâ^T'o;, 
Ma(j7avâj!7r;ç ; Massilia = Mas^a/ia; Britanni ^^-^ Bcs-cavvoi; 
Catamitus = rxvj;x-(^$ï;; ; angina = x';yT/r, ; Victimulae =■ 
*IxTcu;j.;j>.c'l. With the last may be compared the regular 



2i6 H. â'Arhoh de Juha'uiviUe 

change in Latin itself of unaccented // to /, e.g. opt/niius to 
opt/mus. 

The Greeks had the samc tendency : thus 'i--zz (a borrow- 
ed form) shows an / instead of e found in gaul. Epona, 
Welsh eh, Lat. eqmts, Ir. ech. The river name Barrow (Irish, 
Bearha) is BipYcr in Ptolemy ; Isle of Wight, called Veclis by 
Romans, O'yr^v-iz by Ptolemy, appears as " h.-.iz in Diodorus, 
probably following Posidoniusor Timaeus, who took his form 
from Pytheas of Marseilles. 

Even in Greek itself there was a tendency to change from 
e to t. Thus -E occiirs on the older coins of Sicyon, SI on 
the later. 

The examples cited, which could easily be increased, suffice 
to show thatany ethnological argument based ontheassump- 
tion that / in Latin C/mbri and Gk. K(;aii,:ci represents the 
original sound, is utterly worthless. Prof. Ridgeway dealt enti- 
rely with the first /, and not with the final syllable. The Cim- 
bri of later classical times are the same as the Cimmerii of 
the earlier period, the change in the torm of the name being 
quite regular. Their cradle was Jutland and Holstein. It 
appears from theancient writers (cf. Early Age of Greece, vol. I, 
p. 392) that the Belgic tribes who inhabited north-eastern 
Gaul were Cimbric in stock, as were certainly the Aduatuci. 
To the same stock may be referred the Belgic tribes which 
settled in south-eastern and other pirts ot Britain. We may 
therefore hold that it was the Cimbri of Bntain whose name 
still appears in C//w^^rland. As the name Cimmerii is applied 
to some tribe of northern Britain in the Brough inscription' 
(not later than a. d. 400), it is possible that they were still 
styled Cimmerii when met by the Romans in northern Bri- 
tain. As the Belgic tribes were a P folk like modem Welsh 
{yiûno pedaivr ^four, where Gaels say cethir), we thus get 
an explanation of the origin of the so-called Brythons ot 
Strathclvde. 



I . Il s'agit d'une inscription métrique grecque, Ephemeris epi^raphica, 
vol. VIII, p. 306, no 952 : È-l Kt;j.a£p(f.)v -'r;. Je dois cette indication à 
M. Gagnât. On ne peut opposer ce texte à ceux que je vais citer. L'auteur de 
cette iiiscription savait le grec, mais ignorait l'ethnographie de la Grande- 



Les Cvnihres et les Cviiirv 217 

La doctrine Je M. RiJgevvay est difficilement conciliable 
avec les textes desquels il résulte que les Cimbres étaient non 
pas Celtes, mais Germains comme le disent le testament 
d'Auguste et Strabon \ De même on lit chez Pline le natura- 
liste, 1. IV, ij 99 : 

Germanorum gênera quinque : [i°jVandili quorum pars Bur- 
godiones, Varinnae, Charini, Gutones; [2°] alterum genus 
Ingyaeones, quorum pars Cinibri, Teutoni ac Chaucorum 
gentes; [3°] proximi autem Rheno Istyaeones quorum Sicam- 
bri; [4°] mediterranei Hermiones quorum Suebi, Hermunduri, 
Chatti, Cherusci ; quinta pars Peucini, Basternae. 

Il est là-dessus d'accord avec Tacite, Ger mania, 37 : 

Eundem Germanise sinum proximi Oceano Cimbri tenent, 
parua nunc ciuitas sed gloria ingens, ueterisque famns lata 
uestigia manent, utraque ripa castra acspatia, quorum ambitu 
nunc quoque metiaris molem manusque gentis et tam magni 
exitus fidem. 

D'accord avec eux Ptolémée, 1. II, c. xi, §2, 12, met la 
Chersonèse cimbrique à l'est de l'embouchure de l'Elbe et fait 
des Cimbres le peuple le plus septentrional de la grande Ger- 
manie. 

Dans sa description de la Grande-Bretagne, 1. II, c. 3, après 
avoir consacré les § 1-4 à un voyage autour des côtes de l'île, 
il emploie les §5-30 à l'énumération des peuples qui l'habitent 
et de leurs villes principales. Les peuples dont il donne les 
noms sont au nombre de trente et un : « Nouantas, Selgouse, 
Damnonii, Otalini on Otadini, Epidii, Cerones, Carnonacae, 
Caereni, Caledonii, Decantae,Lugi, Smertae, Uacomagi, Ueni- 
cones, Taezali, Brigantes, Parisi, Ordouices, Cornauii, Cori- 
tani, Catuellauni, Iceni, Trinouantes, Demetae, Silures, 
Dobuni, Atrebatii, Cantii, Regni, Belgae, Durotriges, Dumno- 
nii. La description des côtes, § 1-4, permettrait d'ajouter à cette 
liste, d'autres noms de peuples, Setantii, Gaiangani, Gabran- 

Bretague et confondait avec les Cimbri, quil crovait Gaulois, les C/w7//t'/ /ï 
qui sont les Gimirri des Assvriens. 

I. Cimbrique et Charydes et Semnoneset eiusdem tractus alii Germano- 
rum populi. Corpus iiiscriptioiinii latiiiarinii, III, p 782 1. 16, 17 ; cf.Strabon, 
1. VII, c. 1^2; édition ûidot, p. 241, 1. 50 ; et Ihm chez Pauly-Wissova, 
Realencyclop*die, t. III, col. 2551-2552 



2i8 H. iVArhois de Jiihainvilh 

touices. Les Cimbres n'apparaissent pas dans la Grande-Bre- 
tagne de Ptolémée. 

Si les Britlones avaient été des Cimbres ils auraient appar- 
tenu à la grande famille germanique, leur langue aurait été 
germanique et non celtique, comme celle des Gallois. 

Le mot gallois Cymro, au pluriel Cyntr\, a été créé au 
moyen âge pour distinguer des envahisseurs anglo-saxons les 
populations celtiques rejetées à l'ouest par les conquérants 
germains : ce n'est pas un nom apporté du continent par une 
nation conquérante. On peut le comparer pour la date au 
terme géographique Bourgogne qui, en France, conserve le sou- 
venir de l'établissement des Burgondes en Gaule au V' siècle 
de notre ère. C'est une expression géographique imaginée 
au moyen âge comme le nom français de la province de Cham- 
pagne qu'on aurait tort d'expliquer par une invasion provenant 
de laCampanie italienne et en disant qu'à une date quelconque 
des Campaniens arrivant des environs de Capoue seraient venus 
s'établir à Reims et à Châlons-sur-Marne et y auraient porté 
le nom de leur patrie comme les Burgondes en Bourgogne. 

Enfin quoi qu'en aient dit Posidonius et Strabon ', nous ne 
considérons nullement comme démontrée l'identité des Cini- 
îiierii de Crimée et celle des Cimbres de Germanie. Autant 
vaut considérer comme identiques les populations primitives 
1° de la péninsule ibérique, 'l6-r;p(x chez Strabon, aujourd'hui 
Espagne et Portugal ; 2° de l'Ibérie asiatique, près du Cau- 
case^. 

M. Ridgeway est un très savant archéologue et cherche à faire 
du nouveau dans une branciie de l'érudition à laquelle il est 
étranger. Je suis vieux, je suis un entêté routinier. Qu'il 
me pardonne de croire qu'il se trompe et de le contredire, je 
ne puis faire autrement. 

H. d'ARBOis de Jubain ville. 



1. Strabon, 1. VII, c. 2, $ 2, édition Didot, p. 424, 1. 1-6. 

2. Ptolémée, 1. V, c. x, édition Didot, p. 926 ; Strabon, 1. XI, c. ni, 
édition Didot, p. 428,429. 



THE PARTIXG OF COMHDHAN AXD CONALL 



The following amusing anecdote is an épisode in the story 
known as ' ' Imthechta na n-oinmhididhe ". There is a fine 
copy of this ston' in the Stowe ms. B IV I, but it is imperfect 
at the beginning. This, however, is suppHed b}' R. I. A. 23 
G 19 which, in its turn, is defective at the end. The présent 
épisode, which occurs quite at the end of the story^ is only 
found in B IV I. The two idiots, who figure in the story are 
Comhdhan (or Mac Da Cherda) and Conall Clogach. The 
former, having resisted the amorous advances of his step- 
mother, is, at her instigation, put under spells by a druid and 
loses his reason; the latter was cursed by St Colum cille for 
insulting him, and so became mad. They meet, first at the 
court ot king Guaire, but, at the time of this anecdote, were 
in the household of Finghin. 

Fo I77^ 

Aôn do là dhd ndeachadar Fingh/;/ 7 M6r do trosgadb go 
Gaisiol 7 do tagbhadar na h olnnndedb 'san mbaile, 7 adubh^7//t 
Finghm friochnamh maith 7 fritheolmha do dhenamh dona 
h àinmidibb 'san mbaile. 

Is ann sin rainic béim œile fo n choire do Gonall an oidhche 
sin 7 dobhi mart meith 7 mart truagh 's an choire; 7 do chur 
gioUa an reachtaire a lân do gheir 7 dfuil an mhairt mhéith 
a médail an mhairt truaigh. 7 anûair do saoil Conall an feôil 
do bheith bruithe, do sâith an t-âel 's an choire go ttarla 's an 
méduil ina raibhe tacar ghiolla an rechtaire. Leanaidh an- 
giolla é, tic Conall 'n-a rith roimhe 7 an giolla ag mallughm//; 
dhô, con dechaidh Conall uadha do ihoradh a retha go raibhe 
ar cul Comhdha/n 's an n-'ionadh a raibhe n-a suidhi astigh. 



a20 U'altcr J. Piirton 

7 cuiris an mhédal ar a chumairce. Ocus adubhairt Comhdhrtw : 
" dar lem a Chonaill", arse " gih e ni ata 's an toirt-si, as 
nescoid ar ghiolla an reachtaire a breith uadha. Dar gradh 
Dé ", ar Comhdhân, " as maith an truma ata 's an maothail-si 
7 ni laimheôchatt féin go maidin i ". 

Tainic an reachtaire féin go gerdnach drochlabhartach 
a ndiaidh an ail, 7 adubliairt nacli ttainig a ithi'iaith no a 
n-egluis torchurtlia bu mesa na iad. " Dar gradh Dé", ar 
Comhdhan, as môr an râJh uilc sin, 7 ro léigedar sin iharsa 
go maidin. Ocus mar tâinic an la chuca, rugadar an mhédal 
leo ar drd os cionn an bhaile 7 sâithid sgian innte; 7 adchon- 
nairc Comhdhâo sgenach saille 7 sgenach canncdb ag teibirsin 
aiste". 

" Ar gradh Dé ", ar Comhdhan, "sgaoil don médail, a 
Chonaill, 7 is olc béither isin tir-si dhe so; or as derbh lem 
go ro ith an hô ina raibhe an mhédal so boin eile, 7 ag sin 
cuid d teôil na bô do ith si ina médail go loill. 

Dar gradh Dé as fior sin, ax Conall, 7 is mar sin iost^/W/.'ter 
na daôine féin isin tir-si feisin. Et cidh do dhénuim-ne uirae 
sin, ar Comhdhan. Do dhén-sa imtheacht d'ionnsuidhe 
Domhnaill mie Aodha 7 mo tire dûthchusa fein, ar Conall. 
Maseadh. ar Comhdhan, rachad-sa go hairm a btuil Cuimin 
Fada mac Fiachra. 

One day Finghin and Mor went to Caisel to tast, and they 
left the idiots in the palace; and Finghin gave orders that 
good attendance and entertainment be maie the idiots in the 
palace. 

It wason that night that it fell to be Conall's turn to strike 
the flesh-hook hito the cauldron, and there was in the 
cauldron a fine fat steer and a poor lean one. Now the 
steward's son had placed his fill of the fat and blood of the 
fat steer in the paunch of the lean one, and when Conall 
thought the flesh was cooked, he thrust the fork into the 
cauldron, and it so chanced that he hooked up the paunch, in 
which was the gear of the steward's son. 

The boy pursued him and Conall ran from him, the boy 
mean whilc cursing him lustily, till by tlic excellence ot his 



The partiiig of Conihdhaii aud Conall 221 

running Conall reached the nook, where Comhglian sat in 
the house, and placed the paunch under his snteguard. 

" It seems to me, Conall ", savs he, " that whatever it is, 
that is in that pudding, it is a sad bli^ter on the stewards' 
son to lose it ". 

" By the love of God"said Comhdhan, "it isafine weight, 
that is in the paunch, and for my part I will not venture on 
it till morning". 

The steward himself came, full of complaints and abuse, 
after the flesh fork, and declared, that never either in lay 
household or clérical had there been worse doings than thèse. 

" By the love of God, " said Comhdhan", " that is a 
terrible accusation " ; however they let the matter stand over 
till morning. 

When the dav came, thev took the paunch with them to 
a height over the palace and stick a knite into it; and 
Comhdhan saw a thin slice of fat and a thin slice ol lean' 
oozing out of it. 

"For the love of God", said Comhdlian, " leave the 
paunch alone, Conall; it is a bad state of affairs in this 
countr}', for it appears to me, that the cow in which this 
paunch was, had eaten another cow and hère is some to 
the riesh of the other cow still in it's paunch ". 

"Bv the love of God, that is true ", says Conall, " and, 
dépend upon it, men will be eaten in the same way in this 
countrv ". 

" What are we to do now " ? said Comhdhan. " I shall gô 
to Domhnall son of Aodh and mv native land ", said Conall. 

"Well", said Comhdhan, "I will go to the place, where 
is Cumin Fada son of Fiachra ". 

Walter J. Purtox. 

I. This phrase ' sgenach saille' occurs earlier in the taie (fo 149» 2). As 
regards ' carin ' O'Reilly gives cairin ' lean méat ', but I hâve notseeo the 
word elsewhere. 



Revue Celtique, XXIX. t$ 



LES NOMS DES SAINTS BRETONS 



L'hagio-onomastique constitue, en Bretagne, ainsi qu'en 
Cornwall et en Galles, une branche importante, je serais tenté 
de dire la plus importante de l'hagiographie. Dans ces trois 
pays, en effet, si intimement liés par les langues et les tradi- 
tions, ce ne sont pas les vies des saints qui nous renseignent 
le mieux sur l'existence des saints, l'organisation nationale du 
culte : ce sont les noiiis de lieux. Rice Rees en a tiré un excel- 
lent parti dans son ouvrage : An Essav on tbe luelsh saints or 
tbe primitive Christ ians nstially considered to bave been tbe found- 
ers of churches in WaJes.hona.on, 1836. Mon intention n'est 
pas de l'imiter ni d'entreprendre même une esquisse de la fon- 
dation et de la filiation des paroisses bretonnes. Ce que j'offre 
ici aux lecteurs, est un premier dépouillement des noms de 
lieux au point de vue hagiographique, et une première com- 
paraison avec les noms de saints du Cornwall et du pays de 
Galles. La plus grande difficulté est, pour un certain nombre 
de noms, d'en retrouver la forme véritable. Pour les pays bre- 
tonnants la tâche est facilitée par la prononciation actuelle ; 
je n'ai pu malheureusement toujours m'en assurer. En zone 
anciennement bietonnante, aujourd'hui française, ce point 
d'appui manque, et les documents écrits sont loin d'y suppléer. 

Dans ces documents même, la tradition écrite est loin d'être 
constante. Pour le Cornwall, la difficulté est encore plus 
grande. L'orthographe anglaise a tout gâté. L'ignorance du 
comique a achevé le désarroi. On peut s'en convaincre en 
parcourant le Doinesday Book, les textes recueillis par Oliver 
dans son Monasticon, et les transcriptions des différents histo- 
riens du Cornwall. 



Les noms des saints birlons 22^ 

Les tentatives récentes de M. Baring-Gould ' n'ont guère 
fait qu'aggraver le mal : cet écrivain a le tort capital de recou- 
rir principalement à la linguistique celtique qu'il ignore. De 
plus, son érudition est gâtée par une critique peu rigoureuse 
et insuffisamment documentée ^. 

En Galles, on est sur un terrain plus solide. Les vies des 
saints, si elles n'ont guère de valeur historique, nous four- 
nissent des formes de noms anciennes; le Cartulaire de Llan- 
dav est, au point de vue onomastique, un précieux répertoire. 
La tradition écrite est plus abondante et plus sûre que pour 
le Cornwall. Néanmoins, pour un certain nombre de noms, il 
y a flottement. 

Au point de vue onomastique les Bonedd v saint, noblesse 
ou généalogie de saints, publiés dans la Myvyrian Archacology , 
dans les lolo viannscripts et ailleurs (v. Anscombe, Indexes to 
old-îvelsh Généalogies, Archiv fiïr Celt. Lexicographie, tomes II 
et III), ne sont pas sans utilité. 

La source principale de cette étude, ce sont les noms de 
lieux. Outre les noms de paroisses, il y a un grand nombre de 
lieux-dits conservant le souvenir de saints, les uns connus, les 
autres inconnus. Les vies des saints, les cartulaires ont natu- 
rellement été utilisés. 

Les Bréviaires sont aujourd'hui d'un accès facile, grâce à la 
publication de l'abbé Duine, à qui on doit déjà de bons tra- 
veaux hagiographiques parus dans l'Hermine et les Annales de 
Bretagne : Bréviaires et missels des églises et abbayes bretonnes de 
France antérieurs au XFIP siècle. Rennes, Plihon, 1906. Les 
pouillés de Vannes de l'abbé Luco, celui de Rennes de l'abbé 
Guillotin de Corson présentent quelques renseignements 
utiles. En revanche, l'Histoire dit diocèse de Vannes de l'abbé 
Le Mené manque de critique. L'auteur a beaucoup lu, mais 
ses assertions souvent ne peuvent se contrôler, les sources 
n'étant pas indiquées. 



1. A catalogue of saints connectée! witli Cornwall, with an epitome ot 
tlieir lists and list of churches and cliapels dedicated to theni (tirage à part 
dn n" XL\' du Journal of tlie Royal inslitulc of Connoatl). 

2. On peut consulter avec prudence : J coinplde panxljiaî historv oj Cor- 
nwall. Truro, 1865. 



2 24 /• Loi h 

Le Bulletin de la Coiitniission diocésaine de Oiiiiiiper et Léon, 
qui a commencé à paraître en 1901, rendra de grands services 
à l'histoire du culte en Bretagne. Il est regrettable que les 
directeurs aient pris comme base de leur édition du Cartulaire 
de Quimper, une détestable copie de M. Martonne, au lieu des 
originaux. Ils paraissent ignorer les nombreux emprunts que 
j'ai faits aux manuscrits originaux dans ma Chrestomathie. 

On peut poser en principe, que le nom qui suit les termes 
Lan, Loc, plane (pion, phi, pie) est un nom de saint. Il y a 
assurément quelques exceptions : Lan-veur, signifie grand 
monastère, Lan-goat ou Lan-goet, monastère du bois ou bois 
du monastère, etc., etc., mais ces exceptions ne sont pas nom- 
breuses. Il y a, il est vrai, à se méfier des lan qui ont le sens 
d'ajoncs et de lande, mais il est assez facile de les distinguer des 
autres ; ils ne sont pas, en général, anciens, et il est assez 
rare qu'ils soient suivis d'un nom d'homme. 

Les Loc du latin lociis sont, en général, de moindre impor- 
tance et n'ont guère désigné que de petites paroisses. 

Dom Lobineau avait eu raison en cherchant des saints 
inconnus dans les noms composés de plou-. J'ai établi, Revue 
Celt., 1901, p. 109, contre M. delà Borderie, que/)/c)«<?, dérivé du 
latin plèbe, a le sens de paroisse, et que, lorsque le nom qui suit 
n'est pas un nom commun, c'est un nom de saint. Dans un 
certain nombre de paroisses, il y a un Les Qis), résidence sei- 
gneuriale qui porte le nom du titulaire du ploue : Beu'^ec, Les- 
veu:iec ; Plo-gof, Les-cof, etc. Le Les {lis) a été, dans ces centres, 
la résidence principale. Un fait analogue s'est produit en Léon. 
L'agglomération principale, le bourg, en breton gwic = viens, 
porte le nom qui suit ploue. Pour le les, c'est l'indication vrai- 
semblablement de la co-extension du manoir avec la paroisse. 
Il est remarquable que les ploueis sont les paysans. Plebs, a eu 
quelquefois, rarement, chez les poètes gallois, le sens dépeuple. 
Il a le sens courant de paroisse, et s'il n'est pas resté figé avec un 
second terme, c'est qu'on a eu toujours conscience de sa valeur 
et de son sens. En Bretagne, le nom seul du saint, parfois, 
reste, par exemple dans Beu:{ec : en Cornwall, parfois Plii- 
vuthach. Dans une glose bretonne du x^ siècle, eru-blobion 
pour eru-ploebion a le sens de plèbe attachée au sillon, à la glèbe. 



Les noms des saints bretons 225 

Pour l'intelligence des formes variées des noms, il est 
essentiel de remarquer que ploue est féminin, ainsi que Lan ; 
que Lûc est masculin. A remarquer également que le mot sant 
anciennement est un adjectif et qu'il forme avec le nom propre 
suivant un composé syntactique soumis aux lois phonétiques 
habituelles en pareil cas. Si le nom suivant saut commence 
par une explosive sonore (en exceptant d par influence homor- 
gane, et sporadiquement §). ou ^^-n'- ou ///-, l'initiale devient 
réï^uVicrenient spirante, m devient v, et ow- devient lu-. Dans 
la paroisse de Loc-inaJo près Guéméné-sur-ScoriT (Morbihan), 
on dit Zan Vahiv, saint Malo. Partout à peu près, pour saint 
Gildas on dit sati JVeltas. Cette loi n'est pas toujours obser- 
vée. Sant est traité souvent comme un nom masculin. Il y a 
lutte entre la phonétique ancienne traditionnelle, et la pho- 
nétique actuelle : dans ce dernier cas, la terminaison / exerce 
l'influence d'une explosive sourde finale : on dit Sam Briec ; 
Saint Coal même, au lieu de Saint Oal {Saint-Goaï) : cf. pem 
hl'énec, cinq sous, pour penip givenec : on devrait avoir pemp 
wenec. A remarquer aussi que Lan n'exerce aucune influence 
sur le nom suivant quand son initiale est d : c'est une influence 
homorgane : c'est la loi, dans ce cas, en breton (sur ces difl"é- 
rents phénomènes, v. P. Le Roux : Mutations et assimilations 
de consonnes dans le dialecte de Pleitbian, Annales de Bref., nov. 
1896, surtout p. 21, 23, 28-30). 

Les autres termes religieux manachty (inanaty, maiicty), 
vier^er (^martyriuni) ne sont pas en général, suivis de noms 
propres. 

Banoor (grande congrégation) n'apparaît que dans le nom 
d'une paroisse de Belle-Ile. C'est évidemment un souvenir du 
bangor ' gallois, peut-être de Bangor-sur-la-Dee. Il est remar- 
quable que Belle-Ile, en breton, ne s'appelle pas Gne-el (Vidi- 
lis), maist'/- gçr venr {Castra magna) : ce serait un souvenir du 
Castra Legionum, Chester, qui est la Caer par excellence : en 
gallois, en effet, Chester s'appelle couramment Caer, sans 
autre désignation. 

L'hagio-onomastique est entièrement nationale, bretonne. 

I. Il y a une paroisse de Bangor- (Pliuvf Bangor dans le comté de Flint). 
Seize communautés portaient ce nom (Rees, Essay, p. 181). 



226 /. Lot 

Eii dehors des noms de quelques apôtres, de saint Michel, 
saint Mathieu, de saint Pierre qui a donné son nom à Plou- 
bezre (C.-du-N.), il est inutile de chercher du côté de la 
Gaule et de l'Kglise romaine : tout est d'origine insulaire ou 
breton indigène. Le culte s'est organisé d'une façon indépen- 
dante de l'église même des Gaules ; il en est aussi séparé que 
l'administration même des évêchés proprement bretons avant 
le viiMx'' siècle. 

Il est remarquable qu'aucune paroisse, avant le x" siècle, 
en pays bretonnant, n'est sous le vocable de la sainte Vierge. 
Les Loc-iitaria sont relativement récents. Le nom même en 
est un indice. Maria est une forme savante, comme le 
montre le gallois Meir = uiaria\ Nous aurions mer, en bre- 
ton. Peut-être, cependant, faut-il faire une exception pour 
Ploeiiiel, près Vannes : la torme ancienne est Ploeiuer et on 
prononce aujourd'hui PJoiver, peut-être pour Plo-ver. En 
Galles, où les Llan-fcir sont assez nombreux. Rice Rees a éta- 
bli que ces paroisses sont loin d'être parmi les plus anciennes. 

Cette étude n'est qu'un essai. J'espère plus tard pouvoir y 
apporter des additions et, je n'en doute pas aussi, des rectifi- 
cations. 

Les saints les plus anciens ne sont pas toujours les fonda- 
teurs d'évêchés et de monastères. Il y a toute une série de 
saints qui remonte sans doute à la plus ancienne tradition 
insulaire et avec lesquels nous touchons au paganisme. 

Saint Collen a donné son nom à LIan-golkn en Denbigh 
et à la paroisse de Lan-oçUeii (Lan-golefi avec o ouvert, donc 
avec / double). Après une vie brillante et vaillante, il se retire 
dans la solitude. Là il a à lutter contre Gwynn. fils de Nudd 
qui n'est autre qu'un dieu (= v. celt. Notides = Nonâeut-s 
dont l'équivalent en Irlande est Ni'iada ^^ v. celt. Noiiciajant'). 

On a trouvé à. Lydney (Gloucestershire) des traces d'un 
temple consacré à ce dieu : cf. l'inscription Nodenti deo (Hûbner, 
Inscr. Brit. lat., p. 42, XIV). Sur la légende de saint Collen 
et de Gwynn ab Nudd, v. J. Loth, Mabin. I. p. 252, note 2. 

I. Maria adonné Meir; mais il semble que l'accentuation Maria ait 
existé : traitée d'après la phonétique brittonique Maria a donné Mariia et 
évolué en MarcS: IJan-faredJ est sous le vocable delà Vierge. 



Les noms des saiiils bretons 227 

Edcrn me paraît un saint de la même époque, quoique l'on 
montre son tombeau, qui est du xv-xvi'= siècle, à Lann-Edern, 
dans notre Cornouailles {Bullet. de la Connu, dioc. de Qiiimper^ 
1900, p. 217). Il a donné son nom, dans le pays de Galles, 
à Llan-Edernen Glamorgan (cart. Llandav 285), à Bod-Edern, 
en Mon : les Bod indiquent le séjour du saint, d'après la tra- 
dition. En Bretagne, trois paroisses sont sous son nom : 
Edern, dans notre Cornouailles (où il y a une statue du saint à 
cheval sur un cerf) ; Lann-Ederu dans le canton de Plevben 
(Finistère), Plou-Edern. en Léon. Je relève, en outre, en 
Plougar : Parc saut Edern ; en Guerlesquin , Goareni saut 
Edern. Il est remarquable que l'Edern le plus connu de la 
tradition galloise soit Edern fils de Nudd, c'est-à-dire d'un 
dieu celtique. Or Nudd a également pour fils, le dieu Gwynn 
dont je viens de signaler les démêlés avec saint Collen. 

Neventer a donné son nom à Plou-Neventer et à un nom de 
lieu en Galles, qui a joué un rôle dans la tradition galloise : 
Caer Nevenhyr (J. Loth, Mah., i. 197). Neventer et Derien, 
Bretons insulaires, sont deux guerriers comme Collen ; ils vont 
en Terre Sainte voir sainte Hélène, et ont toute espèce d'aven- 
tures en Armorique, où ils rendent de grands services au sei- 
gneur Elorn. Yéponyme du fleuve de ce non. en le débarrassant 
d'un dragon terrible ; ils y sont encore du temps de Conan 
Meriadec (Albert le Grand, Vies des saints, rééditée par les 
abbés Thomas. Abgrall, Peyron. p. 40. Quimper, 1901). 
Pour les saints bretons dans la tradition populaire, voir Mélu- 
sine (passim). Les légendes chrétiennes de Basse-Bretagne de Luzel, 
h Petite légende dorée de Haute-Bretagne, de Paul Sébillot ; un 
article de Le Braz : L°s saints bretons d'après la tradition 
populaire {Annales de Bretagne. VIII. p. 207, 403, 622; IX, 
p. 35, 238, 579; X, 39, 413; XI, 175, 239). 

Il n'est pasinutilede rappeler que lessaints bretons ont parfois 
trois noms : un nom à deux termes : Brio-maghis = Brigo- 
niaglo-s; un nom abrégé, hypocoristique : le premier terme 
avec un suffixe de dérivation -ôc ^^^ âco-s; -i-auo-s ; -i-ano-s : 
Brieuc = 5/'/oc = Brlgâco-s ; Suliaw^= Sul-i-auo-s; Tujan = 
Tout-i-ano-s. à côté de Tujen = Tut-gen = Touto-geno-s etc. 
Enfin, un certain nombre ont, avec la forme hypocoristique, 



228 /. Lolh 

le préfixe to- : Conoc = Cunâco-s, saint-Conec ; To-Conoc == 
To-Cûnâco-s = Saiiil-Tegonec. Zimmer a voulu voir dans ces 
formes des emprunts irlandais : to serait le pronom possessif 
/(), do, -oc serait une forme évoluée de oac, jeune : en un mot 
ce serait une imitation de la forme commune en Irlande, com- 
posée du pronom possessif de la première personne ;//o, du nom 
simple et de oc : ino-Aed-oc, mon jeune, mon petit Aed. J'ai 
déjà fait remarquer qu'une formation avec to- possessif était 
étrange et invraisemblable ; que de plus, on ne pouvait en Bre- 
tagne citer un seul exemple certain de la composition avec vio et 
que, si to était le pronom possessif, on eût eu certainement do. 
de, da. M. Whitlev Stokes a abandonné la théorie de Zimmer 
et voit dans to, le vieux-celtique togi-, v. irl. toig, aiinahJc 
ÇlVortschat'. p. 333, note à la page 121). Cette hypothèse 
me paraît peu vraisemblable : il est en effet remarquable 
que to ne se présente qu'avec les formes simples avec suffixe de 
dérivation ; or, les noms à deux termes n'ont pas le suffixe de 
dérivation. Je persiste à voir dans to un pronom démons- 
tratif emphatique. 

Les saints sont classés par ordre alphabétique; les noms de 
lieux où ils figurent sont signalés : de nombreux renvois 
rendent le maniement de cette liste facile. Quand il n'y a pas 
de référence, les noms sont pris dans la géographie actuelle, 
souvent dans le cadastre de difi:erentes communes dont j'ai 
obtenu copie i^ràce à l'obliijeance des instituteurs de Bretagne : 
cette copie est souvent imparfaite ; de plus, un certain nombre 
de communes manquent. C'est un travail à compléter. 

Aanon (saint) : en Paule (Côtes-du-Nord). 

Aaron (saint) : l'ile où saint Malo aborda et à laquelle il 
donna ensuite son nom était l'île de Saint-Aaron, du nom 
d'un solitaire qui yvivait. 

Il v a une paroisse de Saint-Aaron et un Saint-Aaron en 
Pleumeur-Gautier (C.-du-N.). Il est jionoré à St Aaron s en 
Monmouth ; Merthyr lui et Aaron, aujourd'hui St Julian's 
dans le même comté {Book of LI and. éd. Rhys- Evans, o. 45). 

Il me paraît à peu près certain, que le véritable patron de 
ces églises est, non l'obscur ermite mentionné dans la vie 
de saint Malo, mais le martyr honoré en Galles avec Julius. 



Les noms des saiiils brclous 229 

Adgat : v. Plouagat. 

Aâa : Ploitha (C.-du-K.) : charte de 1198 (Geslin de 
de Bourg, et A. de Barth., Anciens évêchés de Bret., IV, 10) : 
Ploe-a:;a . 

Aelwodus (sanctus) : cart. de Redon p. 227, charte de 
916 : l'acte est fait ante ecclesiam sli Aelunodi. On a identifié 
ce nom avec celui de Sainl-Dolay (Morbihan). C'tst une 
identification impossible, à moins que Saint-Dolay ne soit 
une mauvaise transcription. 

Le nom étant isolé, il est impossible d'en rien dire. Il me 
paraît toutefois probable qu'il faut lire Ael-uodus pour Ael-bod, 
peut-être même pour El-bod, d. saint Elfod ^=-- Elbod, arche- 
vêque de Bangor en Galles. 

Avran ? dans Landavran. 

11 est possible que Land reproduise une prononciation locale 
ou une mauvaise transcription par suite d'une fausse assimila- 
tion avec lande. Afran {^=- Avran^ est honoré avec Sannan et 
Jeuan Qoiian : Saint-Jouan en Bretagne) à Llantrisant en 
Anglesey (Rice Rees, Essay, p. 32-4). 

Ala, plutôt Alla (saint) : Sant Alla à côté de Saint-Éloi en 
Plouarzel (Finist.); Lan-halla en Plouarzel, mais Slani^-alJa 
près Quimper. 

Alar (saint) : Saint-Alar en Tîle de Batz, Saint-Alar (écrit 
Saint-Alard en Ploudaniel). 

Alan (saint) : Saint- Alan (Alain), évêque de Quimper, et 
patron de Corlay (C.-du-N. : cf. Tresvaux, Vies des saints, 
I, xl). On prononce en Cornouailles, sporadiquement Aie?! 
pour Alan en raison de la brièveté de Va de la dernière syl- 
labe. Il serait hasardeux de l'identifier avec le patron de la 
paroisse de Saint-Allen en Cornwall. En effet au xiii^ siècle, 
on trouve Ecclesia de Sancto-Aluno. Or Alun est brittonique ; 
on trouve Alunoc dans le cart. de Redon ; en Galles, près 
Carnarvon, Coed-Alun. 

En revanche, il y a en Galles, un saint Alan membre de 
la congrégation dlltut (Rees, Essay, p. 221). 

Alban (saint) : paroisse de Saint-Brieuc. La forme est litté- 
raire : il faudrait Alvan ; saint Alban est honoré en Angleterre. 

Albaud (saint) : sand AJhod honoré en Berné, canton de 



250 /. Loth 

Faouët (Morbihan); Sain t-Tal bol en Vieux-Marché (^Co^- 
vanhat, Côtes-du-Nord). Le nom, a priori, paraît germa- 
nique : un prêtre du nom à'Alhalt ' signe dans une charte 
du cartulaire de Redon, p. 289, en 1056, comme témoin à 
Pléchàtel (Ille-et-Vilaine). Il est Jidcjiissor ; or, il est à remar- 
quer que les Jiilejiissores ont des noms bretons à l'exception de 
Rotbertns ; les témoins, au contraire, ont des noms germaniques 
ou romans : on est en territoire presque entièrement de 
langue romane. Il est possible que le nom soit breton et com- 
posé de al-, race, et de paît, auj. paot, nombreux : germanique 
et ancien, le nom fut devenu Alvod. 

Alerin (saint) en Guiscritf (Morbihan). Celui-ci est à rayer 
de la liste des saints. Alerin est pour Alariin qui n'est nulle- 
ment un nom de saint ; le nom du lieu visé est Sciilt -Alariin 
dans le cartulaire de Quimperlé (cf. Loth, Chresl., p. 187); 
pour le nom, cf. Ynys Alanin {Booh of Lland., p. 19e). 
Alc'houen : Lior~Sl-AIc'homn en Plogonnec (Fin.). 
Alor (saint) : Saint-Alor en Plésidy (Finist.). Le cart. de 
Quimper (Biillet. aviim. dioc, 1901, p. 131) porte : ad sanc- 
iam Aglorani. Il y a un saint Alour qui est patron d'Ergué- 
Armel (ibid., 1906, p. 70). On serait tenté de corriger Tâlor. 
Il semble en effet, qu'on prononce, non sand alor, ce qui arri- 
verait si le nom commençait par une voyelle, ma's bien sant 
alor, ce qui suppose Halor ou Talor. Or, on trouve Talori au 
aénitif, dans les Lise. Brit. Christ. 

Saint Alor est patron de Plobannalec (Finist.); il a une 
chapelle en Tréguennec (Soc. arch. Fin., 180 4, p. 123). 

Alouarn (saint) : Sainl-Daloiiarn (can. Qiiimper en 1335- 
1338; Chresl, p. 121); il y a une fiunille noble de 5"^//;//- 
DahmarnÇdQ Courcy, Nobil. de Bretagne^. Il y a un moulin de 
Saint-Alouarn à Guengat, Finistère (Du Chatelier, Époques pré- 
historiques et gauloises dans le Finistère, p. 260). Il ne taut pas 
songer à Talhouarn, autrement on eiit écrit Saint-Talouarn 
ou Saint-Alouaru. C'est la prononciation bretonne Saml- 
Alouarn qui a amené la graphie Dalouarn. Cf. Pond-Ivy (Pon- 
tivy) ; au contraire Lotivy == Loc-Devi. 

\. Cf. AlluuUif de Canupilibus. dut. de Saifit-Aubiu d'Angers, p. 178. 



Les Jioiiis (les saillis hreloiis 231 

Pour le premier terme, cï. Al-iinoret, Albeit etc. Il y a eu, 
semble-t-il, parfois échange avec ^rt'/- (v. Alvoe:;^. Dans ce cas 
on pourrait le comparer au saint gallois Aelhaiarn, patron de 
Lïon-Aclhaiarn en Merioneth. 

Saint Aelhaiarn était honoré à Llau- Aelhaiarn, Carnarvon- 
shire (Gsvyn, Ancicnt Churches of JVales, Archaeol. Cambr.y 
1900, p. 166). 

Aire : C'est le nom actuel de la ville d'Auray : en breton, 
on ne dit que : Aire. Ce n'est pas un nom de saint, naturelle- 
ment ; je le signale parce qu'il entre en composition du nom 
de paroisse Plo-are (Finist.), en 1468 Ploe-aire : cf. terra de 
Aire en Devonshire (Oliver, MonasI., 465 : xiii'= siècle); 
Alîre en Somerset (Asser, De rebiis geslis Aelfredi, à l'année 

877). 

Alvoez (saint) en 1420; Algoue~ en i_)ér. auj. Saint- Aloiié 
en Lignol. La forme Snint-Elvoe~ de I-133 (Rosenzweig, Dict. 
top. du Morbihan) est à remarquer. La prononciation actuelle 
est en faveur de Al-we = Al-wed, mais il y a eu sûrement 
échange dans plusieurs noms entre al- et ael-. Aussi peut-on 
rapprocher avec vraisemblance Llan-Ehuedd en Radnorshire. 

Aman (saint) : Log-Aman (écrit Loc-anwnd), en La Forêt 
(Finist.). 

Saint-A}nand ou Saint-Daniand en Saint-Nolf (Morbih.) ; 
Saint-Damant en Haut-Corlay (C.-du-N.). On a évidemment 
identifié ce saint avec saint Amand, mais Amandus, s'il est 
ancien, eût dû donner Avand. De plus Aman avec w dur 
paraît brittonique. 

Ana apparaît dans le nom de la paroisse de Coni-ana (Cart. 
de Quimperlé, 1087) et dans Commana an Ene~ dans l'île de 
Batz. 

Com = gallois cuni, vallée, combe. On ne peut donc dire 
si Ana est un nom de saint ou sainte, car Ana ou Anna (les 
deux formes sont parallèles en armoricain, d'après la pronon- 
ciation), est donnée comme mère de Amwn Ddn père de 
saint Samson (Rees, Essay, 185). 

Il est plus probable cependant que Commana se décompose 
en Coni-iiiana. Cf. Ker-vana en Plouhinec, Finist. ; Lamniana 
(Saint-Michel de) en Cornwall (Oliver, Monast,, Suppl. 10). 



2 32 /. Lolb 

Anou (s;iint) : Log-anoii en Poaldreuzic ; sand Anoii (écrit 
Saint-Danou), en Ploanevezel : cî. La)i-Antio, ancien nom de 
Newborough en Anglesey ; Llan-Auiio en Radnorshire (Rees, 
Essay, 324, 351. 

Aouen (saint) : Lan-Joiien en Clohars-Fouesnant. Saint 
Aoiitii en Plougonvelin (Fin.). 

Il y a une famille noble de Saint-Haouen. Il n'est pas impos- 
sible que ce soit le même nom que celui de la patronne de la 
paroisse de Adveiit en Cornwall. En etfet, dans les Liscriptioiies 
vojianiiii (Oliver, Mou. 437), le nom est Sancta Atheweurm : 
cf. gallois addu'\u et addwcn. Aoitcu a dû passer \>àr Adicen. Il 
ne faut pas oublier qu'anciennement sant placé comme adjec- 
tif avant le substantif pouvait signifier aussi bien sainte que 
5^?/;// : sani = sa)}\t]tus ou san[c^ta. 

Armel : v. Arthmael. 

Arouestl (saint), devenu aujourd'hui par dissimilation 
Sa)it-Alloncstre, paroisse du Morbihan. En 1280, la forme est 
Argocsth = vieux-celt. Arcu'cstlo-. Comme nom commun 
arwesll signifie gage, et c'est le sens qu'il a dans le cart. de 
Redon : /// ai nnislJ. 

En Galles, Arguistl {argiiistxl avec y de résonnance) est le 
neuvième évêque de Llandaf (^Book of Lland. 311). 

Anixstl apparaît dans les généalogies galloises comme saint 
personnage, mais il est possible qu'il taille lire Ancistyl, écrit 
Hawystyl {Archiv. fiir Celt. Lexic. II, 194; d. 186). Je crois 
cependant Arwxstxl préférable. 

Arthmael (saint) a donné son nom à Ploenncl (Morbihan), 
Saint-Armel (Morb.),. Ploii-Ar:;eï (Finist.) ', Saint-Armel en 
Pleumeur (Morb.), Saint-Armel en AUineuc, en Saint-Glen 
(C.-du-N.). 

La forme vannetaise est Arhei et Erhel ^ : Sant Herhel en 
Guidel (Morb.). Il y a également un Saint-Armel en Fégréac, 
un autre en Guérande (Loire-Inf.). Le saint a habité à Saint- 
Armel (paroisse d'Ille-et-\'ilaine). 

Auny (saint) : v. Doni et Donoe. 

1. Pour révolution d\4rlh-Mael = Arto-Mac^lo-s, v. J. Loth. Cl.vtst. 
Armel est une forme littéraire et française. 

2. £;7.v/ peut avoir une autre origine : v. Dircill. 



Les iioiiis des siiiiils bretons 233 

Austol (saint) : parait dans la viede .stt//// Mevcii comme un 
de ses amis. Il a donné son nom à la paroisse de Saiul-Jiistel 
en Cornwall. 

Avan (."-aint) : Laii-Avan en Mahalon (Finist.). Avan appa- 
raît comme nom propre dans le Cart. de Quimper, en 1330 : 
Yvo filius dicti Avan (Bull. Coiniii. dioc. 1905, p. 130); cf. 
Avan, femme deHuelin d'Hennebont, en 1037 (Dom Morice, 
Preuves, 11^ p. 378). Il y a un Llan-Afan en Cardigan. Afa)i 
est aussi le patron de Llan-fechau en Brecknockshire. 

Avé : V. Tevé. 

Audren : dans Plaiidreii (Morbih.). Audren- v, breton AU- 
roeii. Le vieux-celt. serait Alto- reig-}io-s. 

Baharn (saint) : v. Supplément : additions et corrections. 

Balay (saint): dans Lan-Valay ancien évêché de Dol. Cf. 
LliDi-Dyvalle ? en Brecknockshire : To-Ballei ? Dans les 
anciennes litanies des saints, on trouve Bachla, peut-être 
pour Bachlai : Bachlai a pu donner Bala\ comme Machloiu a 
donné Maloiv. Il ne faut pas confondre Balay et Pala\. 

Bara apparaît dans Ploii-vara (C.-du-X.). Il y a une cha- 
pelle de Brévara en Botsorhel, et dans cette chapelle, il y 
avait une statue de saint Brandan (^Bulletin Comm. dioc, 1903, 
315). Il n'y a pas de doute qu'on ne soit en présence d'un 
nom d'homme. 

Bavas, Bavoez : v. Guipa vas. 

Bechev (saint). Ce saint est honoré en Priziac (Morb.) : on 
prononce Behyeiv. Il apparaît dans les litanies de saint Vou- 
gay : sancte Becheiie. On n'en sait rien de plus. 

Bedan (saint), appelé aussi saint Brandan ! nous dit l'abbé 
Tresvaux, dans ses Vies des saints, l, xlii. Il y a un Urvoy de 
Saint-Bedan dans le nobil. de Courcy. Cf., si la forme bretonne 
est sincère, un saint du nom de Bydaii ou Mxdan en Galles 
(Kees, Essay, 280). 

Belec (saint), en Leuhan, Finist. (village)? 

Bergat (saint) : Logiiell {Logell) Sant-Bergat, en Pouldouran 
(C.-du-N.) : la pièce de terre de Saint-Bergat : logell vient de 
locelliis et est fréquemment employé pour désigner un lopin 
de terre dans bon nombre de communes de la région breton- 
nante de Saint-Brieuc et Trésuier. 



2 54 /• •^''/^■' 

Berhet (sainte) : sainte Brigitte : Lopcrhct en Erdeven, 
Grandchamp, Plougoumelen, Locmariaquer (Morb.); Loperhet 
paroisse du Finistère; Sainte-Brigitte est aussi une paroisse du 
Morbihan : en breton, c'est Biihyet-; Loc- suivant la règle 
générale des sourdes à la fin du mot en évolution syntactique, 
assourdit la sonore suivante : Loperhet est pour Loc-bcrhet. 

Bern (saint) : Plu-veni en Cleder : il est vrai que vern ici 
peut représenter o^//rr;/. Il y a un Laii-iiiern sur les bords de la 
rivière de Tréguier (La Borderie, Vie de saint Tutital, y vie, 
§ i6, p. 32. On a dû prononcer Lan-i<ern, d'où l'échange 
entre /;/ et /; qui d'ailleurs a pu être spontané. Il faut cepen- 
dant ajouter qu'il y a dans les noms de lieux un niern assez 
fréquent dont le sens est douteux. En Baden (Morb.), il y a un 
Pen-mern sur les bords du golfe du Morbihan, et un quartier 
du bourg qui porte le nom de Pem-hern. 

Il ne faut pas confondre avec Pern ; v. à Pern. 
Berrien (saint ou sainte) : paroisse du Finistère ; Feunteim- 
-Verien, fontaine de Saint-Berrien, en Berrien {Bull, coiiim. 
dioc, 1903, p. 59); Lan-verrien en Poullaouen (Finist.). En 
1468 on trouve Beryan {C^lxi. Quimper). Une paroisse du 
Cornwall porte ce nom. Les graphies varient. La plus ancienne 
est celle de VExeter Domesday: Terra saiicte Berrione. Au 
xiîi'= siècle, on trouve Eccksia siwcte Bédane (OWvqt, Mou., 
461). On trouve aussi Saint Bnryan. Il n'y a aucun doute que 
le$ deux noms ne soient identiques. 

Berth (saint) : auj. Bers : Lopars, chapelle en Châteaulin 
= Loc-Bers. On a eu la fantastique idée d'en tirer saint Com- 
pars pour pouvoir l'identifier avec saint Combert {Bull. comm. 
dioc. 1905). Pour le vocalisme, cf. Ropaix = Rot-bert. Il me 
paraît probable que Berth est le premier terme de Berih-walt : 
cf. Harn dans Loca m. 

Berthwalt (saint), dans Lan-Berth-gualt (Cart. de Lande- 
vennec). Le nom serait aujourd'hui Lan-ver:{aot . Un nom de 
lieu s'en rapproche dans le Book of Lland. : Lan-Berguall ou 
Mer<yualt (59. H5. 239); l'identification serait fort hasardée ; 
on aurait eu non Ber- mais Berlh- à cette époque. Bers, vannet. 
hcrh = gall. berth, riche, abondant. 

Berven (saint) : en Plouvien : saint Bervin est une graphie 



Les noms des saints bretons 235 

française. Il va une statue de Notre- Dame-de-5<'ri'<'^/ en Ploû- 
zéwédé (Bull. c. d., 1901, p. 117). Bervcn est ^our Bcr-wen 
suivant les règles de la prononciation léonarde et les habitudes 
de transcription française : Bcrweii = Berlb-iuin ; cf. Bcrth- 
gîvyn, évêque de Llandav. 

Beuzec (saint) : Bcuiec ; Beii~ec-Ciip-Si::^iin, paroisse du 
Finist. ; Les-ven~ec dans la même paroisse : Tre-veii:^ec (Tre- 
veoc) en Plouhinec (Finist.); Parc bras Beuzec, le grand champ 
de Beii~ec (pron. Beiic = Bor) en Plomeur (Finist.) ; Saint- 
Beuzec, en Concarneau. La forme la plus ancienne est Biidoc 
(v. J. Loth, Cbrcst.^. Le nom complet est Bud-mael : sancte 
Bud-mailc, dans les litanies de saint Vouga ; Biid-iiiail = 
Boiidi-maglos ; Biidoc = Boiidâcos : le vieux-celtique boudi- 
signifie victoire et profit. 

CoRNWALL : Saint-Budock (Plu-vuthach, paroisse ; 
chapelle ruinée de Biidock-veau, ou Biidoc le petit en sainte 
Constantine ; St Biidcaiix près Plymouth. 

La fête de saint Budoc était célébrée le 8 décembre à Exeter 
(Oliver, Mo;/. 37). 

Pour Bud-mael : v. LaneunveL 

Bihan (saint) : il y avait une famille noble de ce nom en 
Fouesnant. (Tresvaux, t. XLI ; de Courcy, Nob.y Aussi est- 
il fort possible que dans Pleu-bihan (Plô-via}i), le second 
terme soit le nom d'un saint. 

Bieuzy (saint) : Bieii'y, paroisse du Morbihan, prononcez 
BihiL'i : Beu~y en 1437; Bi^ny en 1480 (Rosenzweig, Dict . 
topogr.). Le saint est honoré à Pleumeur, Pluvigner (Morb.). 
Son nom est lié à celui de saint Gildas. Il est probable que 
c'est le même saint qui est honoré sous le nom de saint Bihy 
en Trégomeur (C.-du-X.). 

Bily (saint) en Plaudren (Morb.) : sati Vily. Lan-Vily en 
Argol (Finist.). S'agit-il de saint Bili, évêque de Vannes ? 
Pour ce nom, v. J. Loth, Chrest. 

Blain (saint) en Maroué(C.-du-N.). C'est une orthographe 
française. Il est difficile de rien dire, Maroué étant de langue 
française depuis plusieurs siècles. 

Bleuen (sainte) ou sainte Fleurie (trad. de Bleue) en Peu- 
merit, Finist. (Soc. arch. Fin., 1803, p. 167); cf. gallois 
Blodwen . 



236 /. Loi h 

Bodian (sninte) : saiiilc Bodianc (litanies de saint Vouga). Je 
ne vois pas pour le moment de forme moderne y répondant : 
si la forme est sincère, cf. gallois hodd, bonne volonté. 
V. Lopoyen. 

Bothmael (saint) : donné comme disciple de Mandez. On 
peut se demander s'il ne fout pas interpréter \Sà/-/;/rt(7 (v. plus 
haut Beii~cc). 

Bran (saint) : aujourd'hui Saiiil-Vran (C.-du-N.). On l'a 
confondu avec Saint-Véran. 

Il y a un Bran, cousin de saint Columba (Metcalfe, Vilae 
sancl. Scot., p. 209); un Bran ap Llyr, qui aurait été le premier 
chrétien de l'île de Bretagne (lolo mss., p. 100). 

Brandan (saint) paroisse; trêve de Plaintel (C.-du-N.); 
Saint-Brandan en Langonnet (Morb.). 

En Devon, le patron de Bratton Clovely est Saiiit-Brauuock 
qui peut être une forme hypocoristique du nom de ce saint 
ou une forme dérivée de Saint-Bran (Oliver, Mo)i. 446). 

Branwalatr (saint) : Saint-Proladre (Ille-et-Vil.) ; Sainte 
Brolade en Jersey. Dans les litanies de saint Vouga, on 
trouve sancle BraiigiiaJad/c. C'est sûrement le patron de Loc- 
Brevalaire (Finist.), plus anciennement Loc-Brevala^r ; saint 
Brevalaireest patron'de Kerlouan, Fin. (Soc. arch. Fin., 1805, 
p. 187). 

De Bra)i-walatr on a eu BraïuaJalr et Broalatr. La forme 
Brevala:{r semble indiquer qu'il y a eu à côté de Bran-waJatr, 
Bren-iualatr, ce qui pourrait confirmer l'hypothèse que ce 
serait le même saint que sainl Brandan. 

Brehan : Lan-Brehan en Broons (C.-du-N., Ane. év., III., 
252, 269). 

Broons est depuis de longs siècles de langue française. Il est 
très possible que la mutation n'ait pas été écrite. Le patron 
serait peut-être Brocbau, gallois Brychan, qui a été la souche 
de nombreux saints en Galles. Le Poiil-Brochan de Roscoft n'a 
probablement rien à faire avec ce nom Qvoch blaireau) : v. plus 
bas, Brochmael. 

Briac (saint) : Saint-Briac ; ^o\iï\)n2.c {Bonl-Briac ancienne- 
ment) Guerhriacen Plouagat (C.-du-N.); Lopriac =Loc-Bnac en 
Kervignac, Langonnet QAorh.) ; Laii-Briac en Taulé (Finist.). 



Les noms ih's .uiiiils hreions 237 

Ce saint est donné comme irlandais, ce que semblerait confirmer 
la terminaison. Il faut supposer une forme irlandaise Briacc. 

Brieuc (saint) : outre la ville, donne son nom à Saint-Brieuc- 
des-Iffs, Saint-Brieuc-de-Mauron (Ille-et-Vil.). 

CoRNWALL : St Breock ou Briock, paroisse ; St Breock de 
Lansant ; St Breock Downs en St Wenn. 

Galles : Llan-friag en Cardigan et à Llanfiiwr ; Llan- 

ilyfriog en Cardigan (Myi'. Arch., 43 1 . i). — Gloucester- 

smRE:Saiiil-Briûvcl'sCasi\e{Arch. Cambr., 1858, p. 382), 

Le nom complet (on trouve Briocus et Brio-maghis) est 

Brigo-iuaglo-s d'où Briavael et Briavel en Galles. Le nom 

hypocoristique est Brioc = Brigacos ; le nom avec To- : To- 

Brigâco-s qui a donné en Galles Ty-vrioc ÇLlaii-dyfriog). 

Broch-mael : dans Gitipronvel = Giiic-BrochiiiacJ en passant 
par Brocbvcl et Brovel : cf. Ros-canvel = Ros Caliiiacl dans le 
cart. de Landevennec ; Brochmacl =^ * Brocco-niaghs peut être 
le nom complet ; Brychan Ç= Brochaji) est la forme hypoco- 
ristique. Brychan est la souche d'une légion de saints gallois, 
Guipronvel est une ancienne trêve de Milizac. On lui a donné 
indûment comme patron Roiiicl, père de saint Guenhael (Soc. 
arch. Fin., 1905, p. 200). 

Brolade, Broladre : v. Bran-walatr. 

Bue (saint) : en Langrolay (C.-du-X.). Saint-Bucq en 
Minihic-sur-Rance (Guillotin de Corson, Poiiillc ifllle-et- 
Vilaitie, V, 287). 

Comme nous sommes en pays de zone française, où le bre- 
ton a été anciennement parlé concurremment avec le roman, 
la terminaison peut inspirer de la méfiance : je n'en veux pour 
preuve que minihic pour minihi, saint Siiliac pour saint Sulia 
^^ Suliaiu ; saint Tnrial = saint Turiaw ; Pledeliac = Ple- 
deliaw, et Bnc peut-être pour Bud. Il est vrai qu'il y a un per- 
sonnage dans les généalogies galloises, du nom de Bugi fils 
de GwxnUyw ÇArchiv., II. 158). 

Buen (saint), vraisemblablement pour Bnan, la terminaison 
en Cornouailles étant très réduite : Lopiicn = Loc-Bncn en 
Duault (C.-du-N.). Lopiien en Locarn (Finist.). 

Galles : Btiaii, saint dont la fête le 4 août (Rees, Essay, 
280). Mais il est possible que Buen = * Bud-iccn : cf. 
Tuliccn dans Loc-liicn, v. Tiidgueii. 

Revue Celtique, XXIX. l6 



258 /. Lot h 

Caden, paroisse du Morbihan, probablement un nom de 
saint, comme Bouzec pour Beuzec : cf. gallois Caden fils de 
Ceindrech ÇArchiv., III, p. 67). 

Cado, Cadoc : v. Cato, Catoc. 

Cadour (saint) : Locadour = Loc-cadoiir en Kervignac 
(Morbihan). 

Galles : sainl Cadiur, évêque, vivant à Caerllion-sur- 
Wyse {lolo ihss., p. 138). Cadiur =^Catit-iïro-s, com- 
battant, guerrier, cadiur. 

Cadroc et Cadreuc : anc. Lit. sanctc Calrocc. Cadroc est une 
paroisse d'ille-et- Vilaine ; Saiut-Cadreux = Cadroc en Plou- 
balay (C.-du-N.) ; grangiam de Sto-Kadroco en Sevignac 
(C.-ôiM-'K.') Anciens êvêchés, III, an 1272, p. 271. Il faut distin- 
guer ce nom de celui de saint Carreuc (v. plus bas), 

Galles : Ce nom apparaît dans la vie de saint Cadoc : 
il y est question d'une villa Cradoc et d'un pagus Cradoc 
(et aussi de villa Caradoc). Cradoc peut représenter Cara- 
doc, mais le ms. porte Cadroc (Kuno Meyer, Cynirodor, 
1 900, p. 82). En Bretagne, Caradoc et Cadroc ont également 
été confondus. Cadroc est un dérivé de Cadr-, fort, beau, 
gall, cadr-, fort, breton-moy, r^/^/', bret. mod. caer, beau. 
En zone bretonnante Cadroc {ùt devenu'Crtt'/r//r, Caerec. En 
zone gaUo, il n'est pas impossible que Cadroc ait évolué en 
Carreuc, quoique les noms Cadroc et Carroc soient primi- 
tivement tout différents. 
Caian : v. Cian. 

Caioc (saint) : anc. Lit. : sancte Caeoce : Lan-gueux 
(C.-du-N.): Langneheiic (d. Tre-nieheuc ^= Tref-niaiocy,Tre- 
gueux {Tre-guehiic^ près Saint- Brieuc. 

CoRNWALL : Exchequer Domesday, Lan-chehoc ; Exeter 
Domesday : Lan-cihuc : manoir tenu du temps d'Edward 
le Confesseur par Cadiualant = Cad-iuallon. 
Canen : Lan-Ganen en Plounevez-Moedec (C.-du-N.). 
Galles : Llanganen et aussi Llan-ganten en Brecknock- 
shire; la forme est douteuse. On peut arriver, en Galles, 
de Canten à Canhen et Cannen, mais il me parait probable 
qu'il y a eu ici confusion. Les deux formes existent. A côté 



Lee noms des saints bretons 239 

(le Lan-i^dncii, l'onomastique bretonne présente y^o^-t*- 
gniiteii en Ploerdut (Morbihan). 
Cano (saint) en Erquy (C.-du-N.) : Lan-ganou en Sizun 
(Finist.) et Lan-ganon en Canines (C.-du-N.). Pour Sizun, il 
est possible que Canou soit pour Catnoii (v. plus bas). Cf. 
Llan-ganna ou Lhiu-gan en Glamorgan et Carmarthen (Rees, 
Essay, p. 222). 

Car : Plou-Gar (Finistère). 

Galles : Llan-Gar en Merioneth. 
CoRNWALL : Laucar en Bodmin. Car peut être un nom 
commun. 
Caradec (saint) : Saint-Caradec-Tregomel (Morb.); saint 
Caradec-Loudéac (C.-du-N ); Saint-Caradec en Hennebont 
(Morb.). Saint-Caradec en Inguiniel (Morb.) ; sanctus Cara- 
docus près Landugen, en Callac (C.-du-N.) : Cart. Quimperlé, 
p. 276; Saint-Caradec en Trévé (C.-du-N.); Saint-Caradecen 
Mellac (cf. Bréviaire de Léon, ap. Tresvaiix, Vies de saints, I). 
Il y a eu un saint Caradec, maître de saint Ténénan (Soc. 
arch. Finistère. 190-1, p. 230). 

Galles : Caradoc, ermite en Haroldston East en Pem- 
brokeshire, patron de Lawrenny dans le même comté, 
canonisé à la demande de Giraldus Cambrensis par le 
pape (Rees, Essay, p. 305). 

Cornwall : Cradock, patron de Saint- Veep (Le Gran- 
dissons Register donne St Carrocus (v. Carreuc). Caradoc 
est en vieux-celtique Caratâco-s, nom bien connu : c'est le 
nom estropié en Caractaciis. 
Carantec : nom d'une paroisse près Morlaix (Fin.) : pion 
est absent comme pour Beuzec : Tre-Garaiitec, paroisse de 
Léon. Il y a dans l'église un reliquaire de 1563, sainte Ternoce 
(Soc. arch., Fin., 1907). 

Galles : St Caramiog ^Càvamoc (Rees, Lives, 396): 
LIan-garanog ou Llan-granog (pour -gara iiog) en Cardigan 
(Myv. arch., 420. i). 

CoRNWALL : Saint-Carantoc, ou Crautoch. 
Somerset : à un mille et demi de Dunster, Carhampton 
lui est dédié. 
Carné (sjint), paroisse anciennement de Dol. Au xiv^ s. on 



240 /. Lolb 

trouve sivirtiis Kaructiis, terminaison sans valeur. Carné est 
peut-être pour Canioe : cf. Plwyv C^/z/oen Montgomeryshire. 
Carroc, Carreuc (saint) : Saint-Carreuc, trêve de Plédran 
(C.-du-N.) : Saint-Carreuc en Plémy (C.-du-N.) ; capella 
Sti Carrocy en Erquy (^Anc. év., III, 82, an 1235). 

CoRNWALL : Saint-Carrock (Lyson's Magn. BriL, III. 

Cornwall; Saint-Carroc en Cyrus^ prieuré (Oliver, Mon., 

p. 8). 

Cast (saint), paroisse des C.-du-N. ; Cast paroisse du 

Finistère; Llangast en Merléac (C.-du-N.). On lit dans les 

Ane. év., IV, p. 254, note 2, que d'après des leçons d'un vieux 

bréviaire conservé à Saint-Aaron, saint Cast était irlandais et 

disciple de saint Jacut. Il semble que ce nom se retrouve dans 

LJau-gasty-TÀ-y llyn en Brecknokshire. 

Cat-nou : PJoi-Cathnon (Cart. de Saint- Georges, p. 118, 
an 1040), auj. PloHga:^non (Fin.) ; Ploii-gannou en Ploumagoar. 
Cat-nou = Catu-gnoii-o-s, de Catn- combat, et gnouo-s, moy.- 
bret. gnou, manifeste, évident. Il est fort possible que ce soit 
un des noms complets de Catoc. 

Catoc (saint), Cataw (saint). C'est le même saint avec des 
suffixes de dérivation, l'un en -âco-s, l'autre en -aiuo-s. Les 
deux se retrouvent en Galles ; Cado ou Cadaiu et Cadoc. 

Saint-Cado en Belz, Lignol, Nostang, Ploermel, Saint- 
Caradec-Trégomel (Morbihan); en Ploumilliaù (C.-du-N.); 
en Sainte-Reine, près Guérande (Loire-Inf.) ; Saint-Cadou en 
Gouesnach (Finist.), en Plouguerneau (£/>. prch.,^. 1 3 G).Encs- 
Cadec o\i\\q àt Cadoc en Plouguerneau (Finist.). Pecadeu pour 
Pleu-cadeuc est une subdivision de la paroisse de Carentoir, 
aujourd'hui de langue française ; Pleu-cadcuc, paroisse du 
Morbihan, depuis longtemps de langue française : on prononce 
comme pour Pécadeu : Pye-cadô. 

Galles : Cadaivc (devenu Cadog^ et Calirg : il est 
possible qu'il s'agisse de deux saints différents, quoiqu'on 
trouve les deux formes pour le même nom de lieu : il n'y a 
pas moins de cinq Llan-gadoc (Llan-cadawc, Llan-catwc) 
dans le Book of Llandaf. Aujourd'hui encore, on peut 
citer LIan-gadog Faivr en Carmarthen, Llan-galiiog en 
Monmouth ; Cado.xlon près Barry, Cadoxton .près Neath 
(Glamorgan). 



Les noms des saints bretons 241 

CoRNWALL : chapelle dédiée à saint Cadoc à Padstow. 
Un des noms complets de saint Cadoc est Cadvoâits (sanc- 
tus) dans le Cart. de Quimperlé 255-262. == Catn-hoduo-s, 
(v. CbrestO)iiatbie). 

Chapelle de Saint-Cadiiau en Braspartz (^BuU. C. D., 1904, 
42) ; Torthograplie nous laisse dans l'embarras ; si on prononce 
Cad-oau, il faudrait songer non à Cadvan mais à Catiuan, fils 
de lago et père de Catwallawn (Archiv., II, 160). Lcin-(^avan 
ou Saint-Méloir. 

Galles : Saint Cad/an, père d'EneasLledewic ou l'Armo- 
ricain ; Llan-gadfan en Montgomeryshire ; en Merioneth 
(Myv. Arch., 420-1). Cadvan =^ Catii-mano-s (ma nos 
homme.) Il y a un saint Cava ou Cavan, ce qui semble 
assurer Cavan en Plouguerneau (Soc. Arch. Finist., 1904), 
P-3I6. 
Cavan : Cavan, paroisse de l'ancien évéché de Tréguieravec 
absence de PIou : cf. Beuzec. 

Cazen (saint) : La7i-ga~en en Trémaouézan (Finist.). 

Galles : LJan-gathen en Carmathen. Le cantref de 

Catheiniog lui doit son nom. La fête était célébrée le 

17 mai(Rees, Essay, 280). 

Ke (saint) : Saint-Quay (C.-du-N.); prononcez Ké ; Saint- 

Ké (écrit Saint-Quay) en Plélo (villa de sancto Ke, Ane. 

év., IV, 124); en Ploezal, en Quemper-Guezennec, en Gou- 

delin, en Planguenoual (C.-du-N.). Saint Ké est le patron de 

Cléder (Fin.). 

CoRXWALL : paroisse de Saint-Kea.lly a ici le doublet : 
Tege: Kea, olim Lan-dcge (Oliver, Mon., 440). 
Devon : Land-Kcy (Ibid., 449). 
Somerset : Lan-Tocai, lu à tort Lan-Tocal de Gray- 
Birch (Cart. Saxon, II, 208, vers 725). 
La forme la plus ancienne paraît avoir été Cai et To-cai. 
Tegai dans Llan-degai, Carnarvonshire, est différent et paraît 
dériver de teg, beau. 

Kemeren : Loc-qncinereii en Grand-Champ (Morb.) ; Loc- 
quenier en-en- Prat en 1476. La forme est douteuse : Rosenzweig 
donne pour forme actuelle : Loc-meren-des-Prés, et aussi un autre 
Loc-nieren dans la même commune. La prononciation seule 



242 /. Lotb 

pourrait trancher la difficulté. Si Kcmercu est exact, si on 
prononce Karreti, on aurait affiiire à Ceto-meriu, disciple de 
Saint Paul Aurélien. ^o\ix Mcren^x. plus bas. 

Kenan (saint) : Saint-Quenan en Plouguerneau (Finist.) ; 
chapelle de i-jjo près de Coct-qucnan (Soc. Arch. Fin., 1904, 
p. 316). 

Saint-Kc ou Kcnau, surnommé Cottedoc (Bull. C. D., 1905, 
p. 205). 

Ce nom apparaît dans Laii-giieiian, ancien évêché de Dol 
(Ille-et-Vil.) ; PJeu-giienan {Ane. Ev., IV. 345), ancien évêché 
de Dol. Il est, en effet, invraisemblable que nous ayons ici affaire 
à Conan. Il est possible également que les Cxnaii gallois ne 
remontent pas tous à Conan. Ciuian. 

Keneau : Lan-giieneau en Plouneour-Trez (Finist.). La 
forme suppose une prononciation Keneîc. 

Galles : Llan-gxnxw en Montgomer3'shire (Rees, 
Essay, 233). 

Kenaw : Le second terme de Plon-giicimst (C.-du-N.) me 
paraît dû à une écriture fantaisiste : on prononce Ploii-gena ; 
on en aura hit -guenast,p3.r analogie avec Ca qui représente la 
prononciation de saint Cast. Si Kena me paraît être pour 
Kenaw (en l'absence de formes anciennes, cette hypothèse 
est permise), comme Su]ia est pour Sulian', Telia pour TtHaiv 
dans Pledeliae : comme nous sommes ici en zone française, 
Kena peut être pour Cenaic. 

G.\LLES : cf. Llan-geneii en Pembrokeshire. 

Ceneu = Cana-ui = Can-auû = Cana-uô ; le pluriel est 
Cznz-uon = cana-iion-es. Cenaiv est refait. Canao est bien 
connu par Grégoire de Tours. 

Kenbgan : v. Conegan. 

Keran (saint) : Loqiieran ou Saint-Jean de Loqueran en 
Plouhinec(Fin.) ', d. Quéran, trêvede Treflaouénan, anc. Kae- 
ran (vita Sti Hervei, Soc. Em. C.-du-N., 1891, p. 258; cf. 
Soc. arch. fr., 1903, p. 179). 

CoRNWALL : saint Keran ; xiii^ s. capelle 5// Kerani 
(Oliv. Mon., p. 4)6, 468). 

I. Quand je n'avertis pas, désormais je considère le nom comme celui 
d'un saint. 



Les noms des saints bretons 243 

Keouez : Laii-gtieoiie~ en Treouergat (Finist.). On trouve 
les variantes Lan-giiione:;^ et Langitionas. 

Galles : Llangeiuydd, près Bridgend en Glamorgan 
(Rees, Ess., 230); un saint Cewydd à Disserth, Radnor- 
shire (Arch. Cambr., Ane. Churches, 1897). 
Kerrien : paroisse du Finistère : Keryan en 1368 (Girt. Quim- 
perlé); Oiierrien en 1574. 

Devon : Saint-Kerrinn, paroisse d'Exeter (Oliver, Mon., 

448). 

Kerneau : Il n'est pas sûr que ce soit le nom de la Gor- 

nouaille, quoique la forme soit identique : On prononce 

Kerne pour Kenieo, comme pour la Gornouaille elle-même : 

Plon-gerne ou Gnic-Kcnie (Léon). 

Galles : Llan-gernyiu, paroisse de Denbigh. Cernyw, 
Kerneo peuvent remonter à un nom Cornoijio-s. 
Kevri ? : Locquevry en Ploiivorn. Si la forme est sincère, cf. 
gall. Cy-fri, honneur, renom. La racine (/r/) est la même que 
dans St-Gouvri. 

Kew : Saint-Oueau en Gouesnou (G.-du-N.) : Ane. Ev., 
III, 245, an 1255; cf. Saint-Qiiio en Gleguer (Morb.). La 
forme ancienne a été Caio : capella Ste Marie de Caihou (le 
Quio, autrefois en Plouasne, G.-du-N., Ane. Ev., 403 : au 
xi^s.). 

Gf. Cvnivyl Gaeo en Carniarthen. Pour l'évolution et la pro- 
nonciation Kio, d. Mieue de Maeoe, Maioe, dans Phimieux. 

GoRNWALL : St Kew, martyr d'Exeter, 8 février : fest. 
Ste Kyive virginis. 
Kian (Kien ?) : Lan-guyan en Plounevez-du-Faou ; Lan- 
gnien en Plouescat (Finist.). Dans Lan-guyan un yod s'est 
développé entre / et a : 

Ple-guian, Plugitian (Ane. Evêehés,YV, 142, 81) auj. Ple- 

gnien. Il est peu probable que Kian (gui- ne représente que g 

dut-) soit pour Caian qui aurait évolué comme Caio en Keo : cf. 

Tre-gaian en Anglesey, consacré à saint Gaian : la chapelle 

est en LJan-gefni (Rees, Essay, 146). Kian n'est pas inconnu. 

Galles : Llan-gian en LJanbedrog en Garnarvonshire, 

dédiée à saint Péris et cà saint Gian (Rees, Essay, 372). 

Kidi : Saint-Ouidy en Saint-Garadec, près Loudéac (G.-du- 



244 /• Loth 

N.); Loqiiidy en Locmariaquer ; prieuré du Grand-Loquidy à 
Saint-Donatien de Nantes. 

Kideau (saint) et Kidou : Lan-giiidon, chapelle ruinée en 
Plovan (Bull. C. D., 1902-225); saint Quidou ou Qiiido ; 
Tre-giiido en Loctudy ; Saiut-Guidou ? en Plobannalec (Soc. 
arch. Fin., 1904, p. 18). 

Kiel : compagnon insulaire de saint Paul de Léon (Chielus 
a donné son nom à Ploii-giiicJ (Kicl), C.-du-N. 

Kijeau {Kijo) : Saint-Oiiijcan en Lanvenegen (Morb.); en 
Plouguer, Finist. (Bull. C. D., 1905)- Dans les anc. Lit. 
(Loth, Revue Celt., 1890, 140-141), on trouvera 5/t' Citaïue, 
évidemment Citiaiue. Ciiiaiu donne régulièrement Kijaiu et 
Kijo. 

Galles : Ceidiaw : Capel Ceidio {Myv. arch., p. 417). 

D'après RetsÇEssay, 227), Rhodiuydd Geidio dépendant de 

Llantrisaint en Anglesev, et Ceidio en Carnarvonshire, 

lui sont dédiés. 

Dans le Cart. de Quimperlé (175) on trouve Si us Kigavus 

qui semble indiquer déjà l'évolution de Kiiiaw en Kijaw. 

Pour ei gallois = i breton, cf. neidio et nijal. 

Kintic : Lau-guidic, vaste paroisse du Morbihan : en 11 60, 
Lau-Kiutic, 1291 Lan-Guindic. 

Kiri : Saint-Quiry en Plounevezel ; à rapprocher du nom 
de lieu gallois Ceiri. 

Civoa pour Kiiua : Lan-guivoa '. v. à Lan. 

Galles : LJan-ghua en Monmouthshire (Rees, Essay. 
307). 
La prononciation voa- pour iva est courante dans certaines 
régions du Trégorrois et du Léon : cf. Rivoal = RiwaJ, 
Rh'oaUan ^^ Riwallon etc. 

Cléden : Saint-Cléden (à tort confondu avec Saint-Clet) en 
Cleden-Cap-Sizun {Cktguen en 1468). 

Ce nom se retrouve encore dans celui de la paroisse de 
Cleden-Poher (en 1468 Clefgiien-Pocher); on trouve égale- 
ment la forme Clefguen dans le Cart. de Quimperlé. Il y a une 
chapelle de saint Cleden en Plogoff (Soc. arch. Fin., 1903, 
p. 176). 

Galles : Llan-glydwyn en Carmarthen porte le nom du 
saint Clydîuyu, fils de Brychaii (Rees, Essav, 140). 



La noms tics saints hrelons 245 

Cleder : paroisse du Finistère ; pour l'absence du premier 
terme, cf. Beuzec, Querrien etc. 

CoRNWAL : Saint-Cleder : la forme varie ; on trouve 
aussi Clethcr ; au xvi'' siècle, la forme est Cleder. Ce saint 
Cleder serait frère de Nechtan (Oliver, Mou., 437)- 
Clenec : Lan-i^îencc, ancien prieuré de Sarzeau. 

Galles : Clyiinog Faïur ou grand Clynnog, monastère 
fondé par saint Beuno; Clynnog-fechcvi ou le Petit Clyn- 
nog en Anglesey (^Arch. Cambrensis, 1849, p. 2). 
Coalfinit ou Colaphin (saint), évêque d'Alet. Colaphin pour 
Coalfinit doit être une mauvaise graphie. Coalfinit est pour 
Cowalfinit, de deux termes bien connus : Coiral est le gallois 
cywai, entier, entièrement ; le sens de finit n'est pas sûr. 

Cqanves (saint) : chapelle en 1667 au Cranou en Hanvec 
(Soc. arch. Fin., 1904, p. 39). 

Cogan : chapelle de Les-cogan en Beuzec ; Cogan a été à tort 
confondu avec Conogan (Bull. C. D. 1903, p. 115). — 
Galles : Ecclesia de Cogan ÇB. LJandav, 326, 330). 
Il me paraît possible que le monasteriolum sent Ducocaii en 
Clegeruc (Cleguerec, Morbihan), mentionné dans une charte 
du Cart. de Redon, en 871, p. 198, ait pour patron Cogan : 
Dn-cocan peut-être pour To-cocan ? 

La forme Dncocca apparaît dans l'appendice, mais elle est 
fliite d'après une copie très postérieure donnée par Dom Lobi- 
neau. Toute la question est de savoir s'il y a eu deux r; s'il 
faut dire Cocan ou Coccan. 

Coco : Sen Koko, nom de lieu en Beganne {Cart. Red., xii^ s.) : 
cf. sainte Cocca, sainte irlandaise dont la fête est le 6 juin 
{aHanlon). 

Codennec (saint) en Guénin (Morb.). 

Coledoc : saint Cokdoc. D'après certains hagiographes ce 
serait un surnom de saiiit Ke. De fait, cohddog en gallois 
signifie chéri, choyé. La forme coledoc appartient au vieux- 
breton. Ce nom devient en 1218 Cole~oc et au xiv^ s. Cole:^euc 
(v. J. Loth, Chrest., p. 199) : cf. Ker-gole:;ec en Crozon. 

Galles : Coledaïuc est grand-père de saint Collen et 
père de saint Petnun (Myv. arch., '^i6. 2). 
Collodan (saint) en Plogoff (Soc. arch. Fin.. 1903, p. 178). 



246 /, Lolh 

Collen : Lan-goleu, paroisse du Fin. ; Laii-goleti, trêve de 
Briec (Bull. C. D., 1904, p. 203). 

Galles : Llan-gollen en Denbigh. 
Cork WALL : St Cokm. 
Fciiton-GoJlen, fontaine de Collen en Saint-Michael Penke- 
vel ; autel dédié à ce saint le 14 juillet 1336 (Oliver, Mon. 
siippl., 37). 

Colomban ou Coulman (saint) : Saint-Coulban en Miniac- 
Morvan (lUe-et-Vil.). Saint-Colomban en Carnac, Locminé, 
Inguiniel, Pluvigner (Morb.), etc. 

Galles : Llan-golnian en Pembrokeshire. 
Comeanus (saint) paraît dans la liste des évêques de 
Vannes. C'est un saint irlandais comme Meldeoc introduit 
subrepticement dans cette liste. 

Conan : Saint-Conan, trêve de Saint-Gilles-Pligeaux (C- 
du-N.); Loconan en Trebrivan (C.-du-N.) ; Saint-Gonnant 
pour Saint-Conan en Caro (Morb. : de langue française) ; 
Saint-Conan, paroisse prés Plésidy (C.-du-N.). 

Galles : saint Kynan, disciple de saint Catwg (lolo 
mss. 128); Kynan, saint de la suite de Cadfan (M)^^ 
arch., 415, 2); 

CoRXWALL : chapelle de saint Conan, près Pencarrow. 

Conner : Saint-Conner en Caudan (Morbihan). Peut-être 

ce nom est-il pour *Cc)//-/;<'J;-, * Coiie-r : dans ce cas, il serait à 

rapprocher du saint gallois Cxnxdr qui a donné son nom à 

LJan-g\u\dr en Brecknockshire. 

Il est vrai qu'en breton, on attendrait plutôt, dans ce cas, 
Kouier. 

Conet : Saiut-Conet en Lignol (Morb.). On trouve saint 
Connec en 1449, mais la prononciation actuelle prouve 
qu'il y a eu confusion avec saint Conet. Lan-gonnct est une 
paroisse du Morbihan, anc. de Cornouailles : Cart. Landeven- 
nec 19 : Lan-Cuniiet ; cf. Saint-Conet, trêve de Mur (C.-du- 
N.). La forme ancienne est évidemment Conoet : cf. Conoit, 
nom d'un témoin en 871 (Cart. Redon, 196). 

Galles : Llan-gynw\d s'écrit quelquefois Llan-gonwyd 
en Gla'morgan (M. arch., 422 ; Rees, Essay, 208). 
Congar : Saint-Congard (Morb.) : Saint-Comgar en 1422; 



Les noms des saints bretons 247 

Laji-Gongar en Plouzané (Finist.) ; saint Cougar est patron de 
Landéda (Soc. arch. F., 1904, p. 311). Cf. Coet Congar en 
Ploujean (Fin.) ; Laimay-Congar en Hénansal(C.-du-N.). 

Galles : Llan-gyjigar, Phuyf Cyngar (paroisse de Cyn- 
gm-) en Flintshire ; c'est le patron de Hope en Flint- 
shire, de Llan-gefni en Anglesey (Rees, Essay, 232). 

CoRWVALL : une cliapelle en Lanivet est dédiée à saint 
Congar. 

SoNîERSET : il a donné son nom à Congreshiiry (Cmiga- 

res bxrig^ ; il est patron de Badgeworth dans le même 

comté (Rees, Essay, 232). 

Conhoiarn (saint) est un saint du monastère de Redon 

(Cart. 420) ; par conséquent on ne peut le comparer que pour 

le nom au saint patron de LJaii-gxubaeani en Carnarvonshire 

et vraisemblablement de LJankynhorn en Cornwall, au xiii^ s. 

Lau-K\nheoni (Oliver, Moi., 460). 

Conmael ; Conmarch ; Conmeur : \ . Con-vel, Couvarch, 
Conveur. 

Conoc, Conec : Saint-Connec (C.-du-N^.) ; Plo-gonnec en 
Landrevarzec (Finist.) ; Pkii-gueueuc, anc. évêché de Dol (au 
xiv^ s. Plo-goneuc ; Fouillé d'Ille-et- Vil. iv, p. 482); Saint- 
Queneuc en Quessoy (C.-du-N.). 

Galles : Lan Cinauc, auj. Llan-gunnock en Hereford- 
shire (B. Llandav 275). Merthyr Cynog {inartyriiini, 
église consacrée à un martyr) est une paroisse et un 
cantref du Brecknockshire ; LJaugyuog en Montgomery- 
shire et Battel Cbapel dans le même comté lui sont dédiées. 
On lui attribue aussi les églises de Defynog, Ystrad Gyn- 
lais et Penderin en Brecknockshire (Rees. Essay, 138- 
140). 

Cornwall : Bo-aniock, demeure de Conoc, est une 

paroisse de Cornwall (Oliver, Mon., 437); St Cynog 

(forme plutôt galloise que comique) ou mieux 5f Conoc 

est honoré à Padstow. 

Il V a eu en Plourhan et Lannevez un grand fief de Lan- 

âegoneuc ÇAnr. Ev., IV, 226): v. Tegonec. 

Cono ? : Il est difficile de dire quelle est la forme sincère 
dans Lan-gonneau en Pédernec, et Tregoiinean, paroisse 
(C.-du-X.). 



248 /. Loth 

Dans Tri'-gouy, paroisse de Cornwall, il est probable qu'on 
est en présence d'une forme remontant à Coiiwy : / résultant de 
tc'V, 01 ne cause pas infection vocalique (cf. hrtionchoaii'). 

Conoe a pu donner Coné ou Coiiou', Cono, suivant Taccentua- 
tion. Lati-goinié est conservé dans un nom dhomme qui existe 
en Plabennec (Finist.). 

Tc-:^oim'y est un saint du collège Cadfan. 

Conogan (saint). La forme vraie actuelle est Kenôgan qui se 
montre dans Ker-gueitneugan (écrit à la française) en Ploudal- 
mezeau (Finist.) ; dans la chapelle de saint Gitenegau (pour 
Keiiegaii) en Botlazec (Bull. C. D., 294-295). La forme Cono- 
gan est une forme traditionnelle, Conogan remontant à un 
vieux-celtique Cnnàcauo-s. Saint Cenôgan est honoré à Gou- 
rin (Morb.). Il a donné son nom à Beii~it Conogan (Beii:(it 
=^bussltum pour huxeiuni). 

Il y a aussi un saint Cenogan en Plomelin (Finist.). 

Conogan est un dérivé de Conoc. 

Conval, Conwal : Saint-Conval en Penvenan (Le Braz, 
Légende de la mort, II, 108-109). Plan-guenouai, autrefois 
Plou-gonnoaJ en Saint-Brieuc. 

En Hanvec, on signale un saint Caval ou Conval ou Con- 
voyon {sic) : (Soc. arch. Fin., 1904, p. 39). 

Il y a un saint Conval, patron d'Eastwod en Ecosse (mar- 
tyr d'Aberdeen 28 sept.). 

Convarc'h : St GonvaJch (pour Convarcli) en Plounerin ; 
Saint-Goinarch en Plouguiel pour Conomarch (Inventaire 
sommaire des Arch. desC.-du-N., 2857); Saint-Coiivairb en 
Landunvez (Finist.) ; Conmarch est le nom qu'il faut dégager 
de Tregoinar, paroisse des Côtes-du-Nord, de langue française : 
c'est ainsi que l'or écrit et prononce à la trançaise Gnyoniar 
qui est prononcé par les Bretons Giixôvarc'h. 

Galles : Cynfarch est le fondateur de LJan-gynfarch, 
Flintshire ; il est honoré avec la vierge Marie à Llanfoir 
Dyffrvn Clwyd en Denbighshire (Rees, Essax, 169). 

Lan-Cinniairh dans le B. Llandav est Saint-Kinmark (Cheps- 
tow) : v. Index p. 407. 

J. Loth. 
{A suivre.) 



CHRONIQUE 



Sommait c. — I. Mort de M. Romilly Allen. — II. M. H. Gaidoz, membre honoraire 
de l'Académie royale d'Irlande. — III. Arthur u.\ Clerig, The History of Ire- 
land to the Coniing of Henry II. — • IV. Dhchelette, Manuel d'archéologie pré- 
historique. — V. NoRM.w MooRE, The History of the Medicine in the British 
Isles. — VI. Thèse de doctorat présentée à l'Université d'Utrecht, par M. Her- 
MANN Frederik Eelsingh. — VII. A. Meillet, Les dialectes indo-européens. — 
VIII. Emile Espérandieu, Les fouilles d'Alesia en 1906. — IX. Ferdinand Lot, 
Mélanges d'Histoire bretonne. — X. Salomok Reinach, Guide illustré du musée 
de Saint-Germain. — XI. Eoin Mac Neil, Duanaire Finn. — XII. Louis Boyel- 
DiEU, Uu bail d'animaux. — XIII. School of Irish Learning. 



I 

Nous apprenons un peu tardivement et avec regret la mort d'un savant 
archéologue anglais, M. Romilly Allen, décédé dans sa soixante et unième 
année, le 5 juillet 1907. Il avait publié en 1904 un volume intitulé Celtic 
Art in Payait and Chrisliati Times, qui a été annoncé dans la Revue Celtique, 
t. XXVI, p. 188. Il était directeur du savant recueil périodique que les éru- 
dits gallois font paraître sous le titre d'Archaeologia Cdnibrensis. 

II 

Une nouvelle plus agréable à laquelle applaudiront toutes les personnes 
s'intéressant à la Revue Celtique est celle d'un récent et légitime succès 
obtenu par M. Henri Gaidoz, fondateur de ce périodique. M. Henri Gaidoz 
a été élu riiembre honoraire de l'Académie royale d'Irlande, le 16 mars 
dernier. 

III 

M. Arthur Ua Clerig vient de mettre au jour le premier volume d'une 
histoire d'Irlande, qui s'arrête à l'arrivée d'Henri lien 1172 '. 

Cet auteur est un homme très laborieux; il a beaucoup lu, mais il en est 
encore à croire sur la plus ancienne histoire d'Irlande ce qu'enseignent le 

I. History oj Ircland to the Coniing of Henri H, London, Fisher Uuwin, 
in-8'^ 434 pages. 



250 Chronique 

Lehar GabaJa, Keating et les Annales des quatre Maîtres ; il est encore 
évhémériste. Evhémère, contemporain de Cassandre, roi de Macédoine, 
316-297 avant J.-C, enseigna que « les êtres merveilleux adorés par les 
« Grecs n'étaient point des dieux, mais des princes, des guerriers ou des 
« philosophes illustres qui, après leur mort, avaient reçu de la reconnaissance 
« ou de l'admiration de leurs semblables les honneurs divins ' ». L'auteur 
du Lehar Gahila, qui écrivait probablement au xi^ siècle de notre ère, 
n'avait pas lu la 'lîsâ àvaypaçr| du philosophe grec, mais il devait connaître 
la chronique de l'anglo-saxon Bède-, dont l'auteur écrivait dans la première 
moitié du viii= siècle et semble être mort en l'an 742 de notre ère '. Cette 
chronique commence à la création du monde : Bède distingue six âges du 
monde : le premier va d'Adam au déluge, le sixième, commençant à la 
naissance de J.-C, se continuait encore au temps où Bède écrivait +. Le 
Lehar Gabala, empruntant le chitTre six à Bède, distingue six populations qui 
successivement seraient venues s'établir en Irlande. La première serait arri- 
vée quarante jours avant le déluge, sous la conduite d'une femme nommée 
Cesair > ; la sixième serait la race des Gôidels, ancêtres des Irlandais*. Les 
quatre populations, dont la venue se placerait entre l'imaginaire Cesair et 
les historiques Gôidels, sont empruntées à la mvthologie. Ce sont Partha- 
lon et ses compagnons ", Nemed et ses gens, les Fir Bolg ^, enfin 4<^ les 
Ti'uitha De Daiiaiiii, appelés, avec respect pour la tradition mythologique, 
troupe de fantômes, Sli'iaig siahro, dans un passage du Lehar Gahala ', 
démons, deiiDio, dans un autre endroit 'du même texte qui, en ce passage, 
reproduit la doctrine des apôtres chrétiens'". Mais k note dominante est 
celle de l'évliémérisme. Les Tuatha Dé Daiianii, arrivés dans de sombres 
nuages", ne se distinguent du vulgaire qu'en ce qu'ils ont la science et le 



1. Decharme, Mythologie de la Grèce antique, 2^ édition, p. 10. Sur Evhé- 
mère on peut consulter Paulv-Wissowa, Real-enc\chpaeiUe, t. VI, col. 952- 
972. 

2. Mommsen, Chronica minora, t. III, p. 246 et suivantes. 
5. Mommsen, ihidem, p. 236. 

4. Mommsen, ihidem, p. 246-247. 

5. Livre de Leinsler, p. 4, col. 2, 1. 27 ; Keating, édition de David 
Comvn, t. I, p. 140 et suivantes; Jnnals of the Four Masiers, édition 
d'O'Donovan, t. I, p. 2-5. 

6. Livre de Leiiister, p. 11, col. 2, 1. 40, jusque p. 14, col. 2, 1. 45; 
Keating, édition précitée, p. 225 et suivantes; AnnaJs of the Four Masiers, 
édition précitée, p. 24 et suivantes. 

7. Livre de Leinster, p. 5, col. i, 1. 6 et suivantes ; Keating, édition 
précitée, p. 156-175; Annals of the Four Masiers, édition d'O'Donovan, 
t. I, p. 4-9. 

8. Livre de Leinster, p. 6, col. 2, p. 7 ; Annals of the Four Masiers, édi- 
tion précitée, p. 9-17 ; Keating, édition précitée, p. 172-197. 

9. Lii're de Leinsler, p. 10, col. 2, 1. 6, 7. 

10. For demno, ulon for Tuaith de Danand, Livre de Leinster, p. 13, 
col. I, 1. 2. 

11. In nelaib dorchaib, Livre de Leinster, p. 9, col. i, 1. 5. 



Chronique 251 

lalent, on ne donne pas le nom de dieux aux paysans '. Plusieurs d'entre 
eux turent, dit-on, rois d'Irlande : Nuadu par exemple aurait régné en 
Irlande pendant vingt ans, de l'an 1888 à l'an 1868 avant J.-C. % date de sa 
mort, qui ne l'empêcha pas d'avoir un temple sous le nom de Nochvis en 
Grande-Bretagne sous l'Empire romain '. Un autre, Lug, le dieu Lugus 
des Gaulois, aurait été roi d'Irlande pendant quarante ans de 1868 à 1828 
avant J.-C. +. Son règne se serait terminé par sa mort, qui n'aurait pas fait 
obstacle à ce qu'environ dix-huit siècles plus tard il tut l'amant de Dechtire 
et ainsi donnât le jour au héros Cùchulainn, puis vint, en qualité de dieu 
et de père secourir ce fils merveilleux pendant l'Enlèvement [du taureau 
divin et] des vaches de Cooley >. Mais M. Ua Clerig n'admet pas cette 
paternité divine et, suivant lui, p. 72, Cùchulainn n'a pas d'autre père que 
son père nourricier Sualtam. Dans sa doctrine évhémériste il est conséquent 
avec lui-même, mais en désaccord avec nous. Il nous répondra qu'il a pour 
lui de hautes autorités, par exemple le Tain hô Cûahure, édition Windisch, 
p. 667, 1. 4685; mais c'est encore un texte évhémériste contredit par le 
Lebor na hVidre, que M. Windisch cite p. 343, note 11, cf. p. 342, note 3. 

Nous ne sommes pas plus d'accord avec M. Ua Clerig quand, p. 5, il 
nous donne les Fir Bolg « hommes des sacs » pour des Volcac. Les Fir 
Bolg sont, dans son opinion, une population qui a occupé l'Irlande avant 
l'arrivée des Celtes ; or les Volcae sont des Gaulois, comme nous l'apprend 
Jules César, De hellogaïlico, I. VI, c. 24, § 2. 

Des deux récits de l'apparition de Fergus sortant du tombeau, dans la 
pièce intitulée : Découverte du Tdiii bô Cnahige, Do fallsiginl Tdna hé 
Cùalnge^, il ne parait connaître, p. 79, que le plus récent, le récit chré- 
tien ; il passe sous silence le récit païen qui est le plus ancien et à nos veux 
le plus intéressant. 

L'écriture ogamique suivant lui, p. 346, n'est pas d'origine latine. Il ne 
tient pas compte de ce fait que la dix-huitième lettre de l'alphabet oga- 
mique tel qu'il le donne, la treizième chez O'Donovan, Irish Graiiniiar, 
p. XXXII, XLVii, est la lettre appelée iigedol •< roseau », dont la valeur est ng, 
Viigma de l'alphabet latin suivant Varron, De origine linguae latinae, livre I, 
cité par Priscien, Institnlionuni graniniaticanim, lib. I, c. 39, « Ut Ion scri- 
hit, qninta vicesima est litera, quant vocaiit agina,cui us forma nullaest, et vox 
communis Graecis et Latinis, in bis verhis : « aggulus », « ciggens », 

1. Tuatha dea insin ulon int aes dàna, andei immorro int aes trebtha, 
Livre de Leinster, p. 9, col i, I. 11, 12. 

2. Livre de Leinster, p. 9, col. i, 1. 31 ; p. 11, col. i, 1. 6 ; Atinals 0/ Ihe 
Four Masters, t. 1, p. 16-19. 

3. Corpus Inscriptionuin Latinaruni, t. VII, no 138; cf. Rhvs, Hibbert 
Lectures, p. 125 . 

4. Livre de Leinster, p. 9, col. 2, 1. 14, 15 ; p. 11, col. i, 1. 9; Annals 
of the Four Masters, t. I, p. 20, 21. 

5. Il messe do athair as sidib, [don Lug mac Ethle«d, etc., Lebor na 
hUidre, p. 78, col. i, 1. 18, et suivantes ; O'Keetfe, p. 66, 1. 1805 et sui- 
vantes : Winifred Faraday, p. 84. 

6. Livre de Leinster, p. 245. 



252 Chronique 

« (li^iruiliii », « it^i^eniiit », in ciusinoJi Grâce i cl Accius iiostcr bina g scrihuiit, 
al a II et g, qiiod in hoc vcritatem vidcrc facile non est '. Il semble résulter 
de là qu'en Irlande à la date des plus anciennes inscriptions oganiiques on 
connaissait déjà Priscien qu'on glosait au ix« siècle = et que la lettre oga- 
mique appelée ngcdol est l'agma de Priscien auquel elle a été empruntée. 

IV 

Nous ne sommes guère compétents pour critiquer le savant livre que 
vient de publier M. Déchelette, conservateur du musée de Roanne : 
Manuel d'archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, t. I, archéologie 
préhistorique >. Ce livre est divisé en deux parties : 1^^ partie, âge de la 
pierre taillée (paléolithique) ; 2^ partie, âge de la pierre polie (néolithique). 

Suivant M. Déchelette on attend encore la preuve de l'existence de 
l'homme à l'ère tertiaire. L'ère quaternaire se divise en quatre âges, i" pierre 
taillée, 2° pierre polie, 3° bronze, 4° fer+. Le volume qui vient de paraître 
ne s'occupe que des deux premiers âges, il consacre onze chapitres à la 
pierre taillée, dix a la pierre polie. 

A l'âge de la pierre taillée, l'homme habitait des cavernes au moins 
une grande partie de l'année, et, non sans talent, il les ornait de gravures, 
voir ipar exemple la planche de la p. 227. De là un art remarquable dont 
les monuments subsistent et qui disparut à l'âge delà pierre polie où 
l'homme sortit des cavernes, se bâtit en bois des villages, se livra à 
l'élevage des bestiaux et, abandonnant l'art du dessin, construisit des dol- 
nwn, éleva des menhir. M. Déchelette donne, p. 384-386, le relevé par 
départements du nombre des dolmen qui existent en France. Il conclut, 
p. 384, que « leur distribution géographique actuelle rappelle encore assez 
bien dans son ensemble leur distribution originelle ». Il ne tient pas compte 
de ceci, c'est que, là où l'on trouve aujourd'hui des monuments mégali- 
thiques, le sol fournissait une pierre capable de résister indéfiniment aux 
influences atmosphériques, malgré l'absence d'abris; les monuments méga- 
lithiques n'ont pu se conserver en plein air là où la pierre, pour subsister, 
exige une toiture au-dessus d'elle. C'est ce que je crois avoir constaté 
quand j'ai écrit le Répertoire archéologique du département de F Aube où. l'on ne 
trouve de dolmen que là où le sol mettait le grès dit de Fontainebleau à la 
disposition des constructeurs. De là, aussi, le nombre des menhir dans ce 
département, nombre constaté par M. Déchelette, p. 397. 

1. Graminalici lalini ex recensione Henrici Keilii, t. II, p. 30. 

2. Stokes et Strachan. Tliesaurus palaeohibernicus, t. II, p. xviii-xxiv, 
49-232. Le passage que nous citons se trouve dans ce volume à la page 65, 
sauf quelques mots intentionnellement passés par les savants éditeurs qui les 
ont remplacés par des points. 

3. Paris, Alphonse Picard et fils, in-8, 1908, xix-746 pages et 249 figures 
insérées dans le texte, prix 1 5 francs. 

4. L'ordre successif, pierre, bronze, fer, était déjà connu par Lucrèce, 
De natura rerum, Livre V, vers 1282- 1285. 



Chronique. 253 

Nous fiiisons des vœux ardents pour que M. Déchclette puisse bientôt 
faire paraître son second volume, et nous le félicitons du soin pieux avec 
lequel il cite les auteurs auxquels il emprunte les nombreux renseignements 
qu'il a réunis : Salomon Reinach, Alexandre Bertrand, Gabriel de Mortillet, 
Piette, l'abbé Breuil, etc., sans distinguer entre les vivants et les morts k 

V 

Dans l'ouvrage de M. Norman Moore, The Hislory oj Ihe Sliidy of Medi- 
cinein the British Isles ', nous signalerons le passage où, de la page 134 à 
la page 148, l'auteur s'occupe de l'enseignement et de la pratique de la 
médecine en Irlande, d'abord au xvii^ et au xviiie siècles, puis dans les 
temps antérieurs ; il parle, p. 140, du médecin mythologique Diancecht au 
sujet duquel il indique deux sources et pourrait en mentionner d'autres '. 
Pour le vieil irlandais, il cite une glose du Bédé de Carlsruhe, écrit vers 
8^0; il précise en renvoyant au fo 35 A de ce ms. cù les mots Hippocrates 
aichiater sont glosés par le composé irlandais hinisal ]ieig qu'il traduit par 
noble physician « noble médecin », mais il ne dit pas dans quel ouvrage il a 
pris cette glose irlandaise qu'on trouve dans la Gninwiatica celtica, 2^ édi- 
tion, p. 19, 858, et dans le Thésaurus palaeohiberniciis, t. II, p. 24. Il parle 
ensuite de la médecine dans le droit irlandais, tel qu'on le connaît par le 
Senchus Môr, aux tomes I et II des Aucient Laïcs of Ireland. Il renvoie aussi 
au Livre d'Aicill, Ancient Lau's, t. III; mais, comme il ne dit pas la page, 
je n'ai pu vérifier l'exactitude de la citation. Ce qui pourrait être plus inté- 
ressant est ce que l'auteur dit des Mac-Duinntsleibhe, famille irlandaise où 
la profession de médecin était héréditaire. Delà page 142 à la page 145, il 
donne en trois planches hors texte la reproduction en photogravure de trois 
pages d'un ms. médical irlandais du Musée britannique, Harleian 546, 
écrit en, 1459 par un membre de cette famille, Cormac Mac-Duinntsleibhe. 
Seulement les très nombreuses abréviations que ces photogravures nous 
offrent en rendent la lecture très difficile pour quelqu'un qui n'est pas fami- 
liarisé avec la langue médicale des Irlandais. Pour s'en tirer facilement il 
faudrait avoir sous les yeux le texte latin dont le texte irlandais est, paraît- 
il, une traduction. 

VI 

M. Herman Frederik Eelsingh a présenté comme thèse de doctorat à 
l'Université d'Utrecht, le 17 mars 1908, une édition d'un texte sanscrit, le 



1. Une petite critique : Gavr-inis, p. 391, nous semble signifier, « île 
des crevettes » et non « île de la chèvre ou des chèvres » . 

2. Oxford, At tbc Clareudou Press, in-80, vin-202 pages. 

3. Whitlev Stokes, The Rennes Dindsenchas, § 108, Revue Celtique, 
t. XVI, p. 59 ; cf. § 77, t. I$.V, p. 477-478 ; du même, The second Battle of 
Moytura,$ 11, 33, 34, 35, 64, 98, 99, 123, 126, Revue Celtique, t. XII, 
p. 58-97. 

Rciiic Celtique, XXIX. 17 



254 Chronique. 

Sadvimsabrâhmana an Sdiiiaveda '. A la suite il a placé des positions dont 
plusieurs concernent les études celtiques. 

Ainsi, dans son édition de Vliiuam Brain, M. Kuno Mever a traduit : 
mac mnà nad festar celé - par « the son of a woman whose mate vvill not 
be known », il faut dire suivant M. Eelsingh : « who will not know 
mate » ; c'est-à-dire que festar serait un futur déponent et non un tutur 
passif. Mais, si l'on s'en rapporte au dictionnaire irlandais de M. E. Win- 
disch, Irische Texte, 1. 1, p. 544, festar a ces deux valeurs. 

Dans le nom du roi Dagobert, le premier élément da<ro serait celtique, le 
second seul serait germanique. C'est une hypothèse invraisemblable à mon 
sens, et la vérité est la doctrine de Grimm, Deutsche Graiiimatik, fe édition, 
1826, t. II, p. 551, qui explique Dago-bért par Taka-peraht, « brillant 
comme le jour » ; cette doctrine reparaît chez Fôrstemann, Nainetibuch, 
2e édition, 1900, col. 390, 392, 393. 

M. Eelsingh conteste avec raison l'explication par le slave de l'irlandais 
Pangiir Bdn dans le ms. de Saint Paul (Windisch, Irische Texte, I, 316; 
Thésaurus paheohihernicus, t. II, p. 295), hypothèse mise en avant par 
M. Zimmer, Keltische Studien, I, 134; Glossae hibernicae, p. xxxviii, xxxix. 
Mais quand il propose de supprimer le P du mot Paii^ur, écrit deux fois 
dans le ms. de saint Paul, il émet une hypothèse tout aussi hardie, surtout 
quand il traduit « chat angora blanc ». 

Je suis de l'avis de M. Eelsingh quand il rejette l'explication de Veleda, 
par Fôrstemann, Kavieuhuch, 2^ édition, p. 1559. L'origine cdtique de ce 
mot proposée par M. Alfred Holder, Altceltischcr Sprachschat^, t. III, col. 
145, me semble préférable. 

Ce que M. Eelsingh dit du mot hollandais hroeh, venant du gaulois 
brâca, « pantalon, culotte » ne peut être contesté. 

Le rapprochement du nom d'un magistrat d'Autun vier ou vierg avec la 
première partie du composé veroo-bretus (De belle gallico, 1. I, c. 16, § 5) a 
été emprunté par M. Eelsingh à Frédéric Godefroy, Dictionnaire de Van- 
cienne langue française, t. VIII, p. 230. Elle paraît très séduisante, mais 
elle n'est guère admissible : vierg est une variante moderne de vier qui 
vient de vicarius, et qui est un doublet de voyer, comme plier est doublet 
de ployer. Le «■ ajouté pour arriver au rapprochement avec le premier terme 
de vergo-bretfis, a la même valeur que le d intercalé dans le français poids 
pour justifier l'impossible rapprochement de ce mot français avec le latin 
pondus. Au sujet de vier qx. de vierg on doit consulter le volume intitulé : 
Université de Paris, Bibliothèque de la Faculté des lettres, Mélanges d'étyniolo- 
gic française, par Antoine Thomas, p. 164, 166. Dans ce volume la ques- 
tion de la valeur étymologique de ces deux formes a été étudiée et résolue 
paraît-il définivement par un savant compétent. 



1. Het Sadvimsabrâhmana van sâmaveda, chez E. J. Brill, éditeurs, Lei- 
den, i9o8,in-8o, XXXIX-231 pages 

2. Kuno Meyer and Alfred Nutt, The Voyage of Brun, t, I, p. 15, § 26. 



Chronique. 255 



VII 

Le premier numéro de la Colleclion linguistique publiée peu la société de lin- 
guistique de Paris, vient de paraître. Il a pour auteur M. A. Meillet, si connu 
par ses savants travaux sur la grammaire comparée. Le titre du fascicule 
est Les dialectes indo-europcens '. Le chapitre III, p. 31-39, est consacré au 
groupe italo-celique. 

Les langues celtiques apparaissent souvent aussi dans les autres chapitres, 
par exemple : au chapitre VII, traitant du groupe / t ;auchapitre XII, con- 
cernant la lettre s ; au ciiapitre XV, qui a pour objet le parfait ; au chapitre 
XVII, intitulé : De quelques suffises nominaux; au chapitre XVIII, consa- 
cré aux formes casuelles cnbh et en m ;au chapitre XX, où, p. 128-138, sont 
réunis des mots communs au germanique, au celtique, à l'italique. 

L'auteur aurait pu, en certains passages, faire quelques additions. Ainsi, 
p. 82, à propos des groupes sanscrits sthâ, sthà qui ont perdu leur aspiration 
dans cinq langues, il ne dit rien du celtique : rien de l'irlandais tdu, ta ^, 
« je suis », en latin sto, dont l'imparfait stâbam a donné le français 
« j'étais », et dont la racine en sanscrit est sthâ; ni de l'irlandais tech, en bre- 
ton tig, ti, en gallois ty « maison » dont la racine en sanscrit est sthâgi. 

VIII 

Nous venons de recevoir le rapport du commandant Espérandieu sur les 
fouilles d'Alesia en 1906 +. Les 54 premières pages sont occupées par une 
sorte de préface qui est le récit des fouilles et des découvertes faites de 18 10 
à 1905. Ensuite vient, p. 55-96, le journal des fouilles commencées en 
1906 le 7 mai et terminées le 3 novembre. Une troisième partie, p. 96 et 
suivantes, est intitulée : Description des monuments ; il s'agit d'un théâtre, 
d'un temple, d'un édifice à trois absides dont la destination est encore indé- 
terminée, de puits, de citernes, d'aqueducs, d'une maison d'habitation, de 
451 monnaies antiques, savoir : consulaires 25, impériales d'Auguste à 
Valentinien II, .202 ; gauloises, 247 ; objets en pierre, tant bas-reliefs que 
débris de statues et statuettes ; objets en bronze dont un buste de Silène et 
une statue représentant un Gaulois mort ; quelques objets en plomb, un 
grand nombre en fer, quelques-uns en verre ; des poteries dont deux seule- 
ment paraissent remonter au delà de la période romaine. Viennent ensuite 
les articles de toilettes et quelques objets en os, en bois, dont une flûte de 
Pan. Les traces de l'occupation gauloise sont peu nombreuses. Les Gaulois 
. bâtissaient en bois, et de ce bois rien n'a subsisté. 



1. Paris, Champion, 1908, in-80, 139 pages, prix : 4 f. 50. 

2. Whitley Stokcs, Urkellischer Sprachscbati, p. 311; cf. Windisch, 
Iiische Granimatik, p. 104; Vendryes, Giaiimiaire du vieil irlandais, \i. 221. 

3. Whitlev Stokes, Urkeltischer Sprachschati, p. 126. 

4. Les fouilles d'Alesia en içoô, Semur-en-Auxois, imprimerie V. Bordot, 
ia-8", 164 pages et 48 planches hors texte. 



2)6 Chronique 



IX 

Les Mélanges dliistoirc bretonne publiés par M. Ferdinand Lot ' con- 
tiennent en premier lieu la reproduction d'articles publiés par l'érudit auteur 
dans les Annales de Bretagne et dont nous avons dit quelques mots dans 
nos livraisons précédentes, puis une édition nouvelle, 1° de la Vita sancti 
Machutis par Bili, publiée par Dom Plaine, 1885, 1884 : 20 de la Gildae vita 
publiée en 1605 par Jean du Bois et en 1668 par Mabillon dans les Ada 
sanctorum ordinis sancti Benedicti. Un de nos collaborateurs donnera dans 
une prochaine livraison un compte rendu de ce savant voluir^e qui pour 
l'histoire de la Bretagne continentale a une grande importance. Aujour- 
d'hui nous nous bornerons à signaler, dans l'hymne imprimé p. 244-248, 
les formes diverses du nom de saint Maclou : MacJmtis, Machu, Mâchions, 
Machlou. 

X 

M. Salomon Reinach vient 'de nous donner une nouvelle édition d'un 
petit chef-d'œuvre, son Guide illustré du musée de saint Germain ^. Ce joli 
volume est divisé en six parties : 1° Gaule aux âges de la pierre et du 
bronze ; 2° Gaule aux âges du fer jusqu'à la conquête romaine ; 3° conquête 
de la Gaule par les Romains ; 4° civilisation de la Gaule romaine ; 50 Gaule 
chrétienne et Gaule franque. Un dernier chapitre est intitulé : « Itinéraire 
du musée (Promenade d'une heure et demie environ) ». On remarquera 
surtout dans cet itinéraire les pages 121-127 où sont reproduits complète- 
ment tous les dessins qui ornent le moulage du vase de Gundestrup con- 
servé au musée de Saint-Germain. J'ai longtemps considéré ce moulage 
comme mon ennemi personnel. Le gouvernement français a donné aux 
Danois en échange de ce moulage un diplôme original d'un roi de Dane- 
mark. Or ce diplôme faisait partie du fonds de Clairvaux aux Archives de 
l'Aube, j'en avais la garde, j'en étais fier; je l'avais publié en 1858 à la 
page 407 du volume intitulé : Etudes sur Vétat intérieur des abbayes cister- 
ciennes et principalement de Clairvaux. Son départ me blessait au cœur. 
Depuis lors le temps a guéri ma blessure et j'ai eu grand plaisir à voir 
reproduites, dans le Guide illustré de M. Salomon Reinach, les gravures du 
vase de Gundestiupp d'après le moulage que possède le musée de Saint- 
Germain. Je ne serai pas seul à éprouver cette satisfaction. 

XI 

La collection publiée par I'Irish Text Society vient de s'enrichir d'un 
septième volume, Dcanwire Finn >, recueil de trente cinq poèmes, qui 

1. Paris, Champion, 1907, in-8", 478 pages. 

2. Paris, Motteroz et Martinet, imprimeurs libraires, in-12, 135 pages avec 
370 figures intercalées dans le texte. 

3. Londres, librairie David Xutt, in-80, 1908, Lxv-208-21 pages. 



Chronique.' 257 

appartiennent au cycle de Finn. Les compositions épiques en prose qui 
composent le cvcle de Conchobar et de Cùchulainn sont très nombreuses ; 
pour le cycle de Finn, il y en a fort peu ; la plupart des pièces de ce cycle 
sont en vers. 

L'auteur du volume nouveau, M. Eoin Mac Neil, projette un second volume. 
Dans celui-ci il reproduit le commencement du texte du Diianaire conservé 
par un manuscrit des Franciscains de Merchant-Quay à Dublin. Ce manu- 
scrit date du dix-septième siècle, mais il est évident qu'au moins pour cer- 
taines pièces il a existé un original plus ancien. Le scribe du dix-septième 
siècle suit en règle générale l'orthographe de son temps, mais quelquefois 
par inadvertance il reproduit la leçon du ms. primitif. Ainsi dans la pre 
miére pièce, p. 1-3, on lit la leçon ancienne Aedh k côté du moderne Aoilh, 
nom d'homme ; Acdha à côté du moderne Aodha, génitif du précédent ; 
fer à côté du moderne fear, homme. 

Signalons aussi dans la même pièce, heii « femme » au lieu du moderne 
bean ; secht, « sept, » au lieu du moderne seacht ; cenn «, tète, » au lieu du 
moderne ceann. 

La plupart des morceaux réunis dans ce volume étaient, ce nous semble, 
inédits. Cependant le n" XXIV, p. 75-80, 187-193, avait été publié en 
1861, par John O'Daly dans le tome VI, p. 102-126, des Transactions oj 
the Ossianic Society. La nouvelle édition offre de nombreuses variantes. 

On peut regretter qu'en tète du texte irlandais des pièces M. Eoin Mac 
Neil n'ait pas mis les titres de chacune de ces pièces et qu'en marge de sa 
traduction, qui n'est pas en regard du texte irlandais, il n'ait pas reproduit 
de cinq en cinq quatrains les numéros qu'il a placés en marge du texte irlan- 
dais. 

Enfin ce volume manque d'index ; l'auteur se réserve sans doute de les 
donner dans son second volume. 

L'introduction contient bien des doctrines historiques nouvelles et à mon 
avis contestables, mais la place et le temps nous manquent pour les discuter. 
Cela n'empêche que la publication de ce volume doive être 'approuvée. 

XII 

La thèse de M. Louis Boyeldieu intitulée : Du bail d'.\kimaux ', est divi- 
sée en treize chapitres dont trois rentrent dans le groupe d'études auquel est 
consacrée la Revue celtique ; ce sont les chapitres XII, « L'Irlande » ; 
XIII, « Le pays de Galles » ; XIV « Les Gaulois «, qui occupent les quatre 
vingt onze pages 262-352. 

XIII 
Nous recevons de MM. Kuno Mever et R. I. Best l'annonce suivante 



I. Paris, Bonvalot-Jouve, 1908, in-80, 447 pages. 



258 

SCHOOL OF IRISH LEARNING 

33 DAWSON STREET, DUBLIN 

Director : Kuno Meyer, Ph. D. 

Session 1908 

Syllabus of Sunimer Courses 

The following Courses will be hdd during the month of July, beginning 

Wednesday the ist : — 

Ms. OsBORN J. Bergin', Ph. D., f.r.u.i. 

1. Old-Irish. 

(rt) OutHues of Old-Irish Grammar ; Strachan's 

Old-Irish Paradigiiis. 
(b) Straclian's Sdections jrom îhc Old-Irish Glosses. 
Hours : 7 to 8 p. m. every evening. 

2. Middle-Irish Texts. 

Anecdota froiu Irish Manu script s. Vol. II. 

(Hodges Figgis & Co.). 
Hours : 8 to 9 p. m. Tuesday and Thursday. 

3. Old Irish Texts. 

Taies Jrom the Tdiii, éd. Strachan. 
Hours : 8 to 9 p. m. every Monday, Wednesday, and Friday. 
The fées as foUows : (i) 105. the Course ; (2) 55. the Course ; (3) 75. 
6d. the Course. 

Mr. J. Glyx Davies. 

1 . Welsh Grammar. 

(a) Anwyl's JVelsh Gramviar. (Swan Sonnenschein & Co.) 
(h) Daniel Owen's Straeon y Pentan. (Hughes & Son, Wrexham.) 
Hours : 5 to 6 Monday, Tuesdav, Thursday and Friday. 

2. Welsh Literature. 

A sketch of the Historv of Welsh Literature froni the I4th to the 
i9th Centur)'. 
Hours : 5 to 6 Wednesdav. 

Fées for Welsh Course : 105. 

The above hours are subject to revision. 
Intending students should apply beforehand to 

R. I. BEST Hon. Secretary. 
H. d'Arbois de Jubainville. 



PÉRIODIQUES 



Sommaiie. — I. The Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland. — 
II. Zeitschritt fiir celtische Philologie. — III. The celtic Review. -r- IV. Fol- 
klore. — V. Indo-germanische Forschungen. — VI. Pro Alesia. — VII. Revuedes 
études anciennes. — VIII. Annales du midi. — IX. Revue des traditions popu- 
laires. — X. L'Anthropologie. — XI. Comptes rendus de l'Académie des Inscrip- 
tions et Belles-Lettres. — XII. Fureteur Breton. — XIII. Bulletin de la Société 
des antiquaires de France. — XIV. Revue d'histoire ecclésiastique. — XV. 
Annales de Bretagne. — XVI. Irish Leabhar na Gaedhilge. 



I 

Dans The Journ.'\l of the Royal Society of Antiquaries of If e- 
LAND, t. XXXVII, partie 4, nous signalerons d'abord le mémoire de 
M"" Robert Cochrane sur les dolmen de Baron's Court, comté de Tyrone en 
Ulster ; deux vues v sont jointes, une pierre de couverture est restée en 
place, une fouille a donné quelques fragments d'os et sept grains de collier 
dont une planche insérée dans le texte offre la figure. 

La première partie du tome XXXVIII du même périodique débute 
p. 1-16, par un mémoire de M. A. Stewart Macalister qui prend la défense 
du Lehar Gahala contre le scepticisme des critiques. 

11 dit par exemple que la légende de Cesair, venant s'établir en Irlande 
avant le déluge, doit avoir été empruntée au folklore ; mais cela ne veut 
pas dire qu'elle ait une valeur historique. II doute, il est vrai, de l'existence 
des Firbolg ; il ne considère pas comme prouvé que Sirna ait régné cent 
cinquante ans à partir de l'an 1 180 avant J.-C. ; mais quand les Tùatha de 
Danann lui apparaissent quelques siècles plus tôt, il a le sentiment qu'il 
n'est plus en présence de spectres et qu'il est entouré d'hommes. M. Stewart 
Macalister n'a pas l'air de se douter de l'existence de la mythologie. 

Ce qui, dans son mémoire, me semble le plus important est ce qu'il dit, 
p. II et suiv., des inscriptiont ogamiques de Ballvquilin et d'Ardmore dont 
il s'est occupé savamment dans ses Stitdies in Irish Epigraphv, t. III, p. 172- 
185 et p. 220. 

Les archéologues liront avec intérêt le mémoire que M. Thomas J. Wes- 
tropp a intitulé : « Promontor}' Forts in the Irrus,' County Clare », pre- 
mière partie « The Kilkee group. » 



26o Périodiques. 

Enfin M. Henry S. Crawford, publie une inscription ogamique trouvée 
à Mountrussel, comté de Limerick ; il la lit : 

IVAGEKI MAQ.UI 
LAISCEMITA 

Sir John Rhvs propose de lire le dernier mot laiscepita[s] qui serait le 
génitif du nom d'homme Loiscibet, Livre de Leinster, f» 32g, et Livre de 
Ballymote, fo 194; cl". 0"Donovan, Book 0/ Rights, p. 123. 

Mr. A. S. Macalister lit : ivaguxi maq.1 avi misciat[i]. Ivagmios = Iva- 
geiios, serait la forme ancienne du nom d'homme moderne Eoghau, pour 
lequel on a aussi proposé Esti-genos. Il ne peut rien dire de Misciat. 

M. E. G. Armstrong décrit plusieurs pierres sculptées découvertes récem- 
ment au prieuré de Galleu à Forbane, Kings county, sur lesquelles on peut 
consulter Pétrie, Christian luscriptiojis in the irish Language, p. 11. Sur une 
de ces pierres est gravée une crois avec Tinscription or[.vit] do Braux, 
où l'on trouve Xu caractéristique du datif singulier des tlièmes en qui 
manque dans les deux inscriptions : or[ait] do Bran publiées par Pétrie 
Christian Inscriptions, t. II, Figures 50, 62, cf. Thésaurus palaeohibernicus, 
t. II, p. 287'. 

Parmi les notices nécrologiques consacrées aux membres défunts, nous 
signalerons celle de John Romilly Allen dont nous avons déploré la mort 
quelques pages plus haut. 

II 

La seconde et dernière livraison du tome VI de la Zeitschrift fïir celtische 
Philologie est datée de 1908. EUe débute par un recueil de courts morceaux 
irlandais inédits, la plupart en vers et sur des sujets religieux; c'est la suite 
de Mélanges fort intéressants commencés par M. Kuno Meyer dans le tome 
III, p. 17-39, 226-263, 447-466, continués dans le tome IV, p. 31-47, et 
dans le tome V, p. 21-25, -J95"504du même périodique. 

Il est regrettable que le savant auteur n'ait pas accompagné ces textes 
d'une traduction qu'il était si capable d'entreprendre et de mener à bonne 
fin. 

Vient ensuite l'édition par M. Robinson du texte irlandais de la %-ie de 
Bevis de Hampton avec traduction et glossaire. Le même auteur avait don- 
né dans la livraison précédente la vie de Guy de Warwick. Ces deux docu- 
ments irlandais paraissent être des traductions faites sur un texte anglais. 

M. Anscombe revient sur la question de savoir à quelle date a eu lieu 
l'établissement en Grande Bretagne des Saxons, conduits par Hengist et 
Horsa, sujet déjà traité par lui en 1896 dans le tome III, 3e livraison, 
p. 492-514 de la Zeitschrift fur celtische Philologie, en 1907 dans Eriii, 
vol. III, 2e partie, p. 1 17-134. Nous avons traité ce sujet à propos de l'ar- 

I. Grammatica celtica, 2e édition, p. 224; Windisch, Kur-gefasste irische 
Granimatik, p. 31, ^ ni /' ; Vendrjès, Gramtmire du vieil irlandais, p. 100, 
remarque I. 



Périodiques. 261 

ticle inséré dans Brin, voir ce que nous avons dit plus haut, p. 98-100, 
107-108. Nous ne recommencerons pas à discuter cette question. 

M. Hermann Osthoff dont nous avons signalé plus haut, p. 89, le récent 
voyage en Irlande a réuni, dans les 38 pages 395-432, cinq dissertations 
étymologiques : 1° il rattache le gallois clir, signifiant « clair », en anglais 
cii'ar, à un primitif ^/«m-s de la même racine que le latin clïwre, que le 
grec xÀ'j',''.), que l'allemand laittcr. Le nom de rivière de Grande Bretagne, 
appelée aujourd'hui Clyde, en irlandais Cltiath, chez Ptolémée K/-''')Ta =: klouta 
aurait la même origine. — 2° Suivant lui le gallois rhech « crepitus ventris » 
s'explique par un primitii ^/•(/-/ca de la même racine que le grec -ioooaat 
« je pète )) et que l'allemand Fiiri, farieii. — 30 Le gallois esi>;id « souher » 
serait la forme moderne d'un primitif \p]ed-skûtO', « bouclier de pied ». — 
40 Le gallois nfarn et le breton tifeni « cheville du pied », tiendraient lieu 
d'un primitif uch-Jeiii, littéralement « talon supérieur, dont le second terme 
serait la forme moderne d'un primitif* spenio-, à comparer avec le grec aç-joov 
« cheville du pied » et aurait signifié originairement talon. La forme irlan- 
daise du mot serait seir « talon ». Quant au groupe sp devenant/ dans les 
langues brittoniques, .< en irlandais, on peut citer le breton fekh « rate » 
en grec cj-Àr^v, en irlandais selg, scaJcr. — Le 5e paragraphe est consacré 
à l'étude des mots gallois, laith, iiiorJailh, tiiorckvy. L'auteur rattache taith 
« vovage » et l'irlandais techt « acte d'aller » à la même racine que le grec 
iTEr/'jjetque l'allemand sleigeii, ce qui est la doctrine de M. Whitley Stokes, 
Urkeitischer Sprach>ihati, p. 124. Le gallois Mordaitb « vovage sur mer » 
a tailh pour second terme et, comme la variante Mordivy, suppose un ^n- 
mii\( viori-steigos, et, dans l'inscription qui porte le no 8164 au tome XIII du 
Corpus inscription II m latinanun, la qualité de niori-tcx donnée à C. Aiirelius 
Veriis vegociator Britaunicianus veut dire « vovageur sur mer » (cf. Revue 
celtique, t. XV, p. 243, où le mot moritex est à tort qualifié de cognoiiien puis- 
qu'ici le cognomeu est Vents). 

M. W. Lehman donne ensuite six étvmologies irlandaises. 11 s'agit i" de 
cldgh dans la locution iasc ai- cldglj « poisson en train de frayer », 2° fiothal 
« nain, fée », 3° dergnat, aujourd'hui deargnait, « puce », 4° scairt, « cœur, 
entrailles », 5° ceo « brouillard ». 

M. E. V. B. Nicholson recommence la discussion sur la date de l'établis- 
sement des Saxons en Grande Bretagne. 

Le septième article, p. 454-54), est de M. H. Zimmer. Il a pour objet 
un manuscrit que ce savant professeur a étudié à fond, c'est celui qui est 
coté M. th. f. 12 dans la bibliothèque de l'université de Wûrzburg, un texte 
latin des épitres de saint Paul qui paraît avoir été écrit au septième siècle, 
et qui est accompagné de gloses irlandaises remontant, les plus anciennes, 
semble-t-ii, aux environs de l'année 700, les autres au huitième siècle. 

M. H. Zimmer a donné en 1881 une édition de ce ms. dans ses Glossae 
hibeniicae, p. 5-198 ; voir aussi le supplément qui a paru en 1886. En 1887 
M. Whiilev Stokes a publié de nouveau ce ms. dans le volume intitulé 
Tlie oJd irish Classes al fViir~hiirg and Karlsnihe, p. 1-194, en l'accompagnant 
d'une traduction anglaise des gloses irlandaises, p. 238-537. Enfin une der- 
nière édition a paru en 1901 dans le tome i^"", p. 499-712 du Thésaurus 



202 Périodiques. 

piilueohilh'niiciis, où k traduction anglaise a été placée au bas des pages. 
Zeuss avait déjà en 1853 donné dans sa Granwiatica celtica, p. 1058-1063, 
quelques-unes de ces gloses qui ont été reproduites dans la 1^ édition, 
1871, p. 1026-1042. 

Dans le présent no de la Zeitschrift, M. Zimmer parle : 1°, p. 459-467, 
des gloses irlandaises qui sont dans le ms. de Wùrzburg et qui manquent 
dans les éditions de 1881 et de 1887 ; — 2°, p. 467-477, des passages mal 
reproduits également dans les mêmes éditions ; — 5°, p. 477-484, des passages 
mal reproduits, les uns dans l'édition de 1881 et dans le supplément de 
1886, les autres dans celle de 1887; — 4°, p. 485-500, de la division des 
mots dans ces deux éditions; — 5°, p. 500-520, des gloses qui suivant lui 
ont été placées par M. Whitley Stokes en 1887 sous des mots latins auxquels 
elles ne se rapportent point; — 6°, p. 521-530, du rapport qui existeentre 
l'édition du ms. de Wùrzburg dans le Thésaurus palaeohibernicus et les édi- 
tions précédentes. Le savant professeur de Berlin est de mauvaise humeur : 
cela est bien naturel. Quand en 1901 a paru à la Cambridge Universitv 
Press le tome i^ du Thésaurus palaeohibernicus où, p. 7-483, sont repro- 
duites les gloses du ms. de Milan, publiées par Ascoli à Turin chez le 
libraire Loescher en 1878, le bruit est arrivé à Paris que Loescher, furieux, 
allait entreprendre contre l'éditeur du Thésaurus palaeohihernicus un procès 
en contrefaçon. Ce procès n'a pas été commencé que je sache. M. Zimmer 
plaide le sien, c'est naturel ; il a passé une partie de sa vie à écrire les errata 
des livres de ses confrères, mais il a la bonne foi de reconnaître qu'il n'est 
pas lui-même infaillible, et il est d'autre part incontestable que les traduc- 
tions jointes au texte irlandais par M. Whitley Stokes donnent aux éditions 
du savant anglais une valeur qui manque à l'édition donnée en 1881 parle 
savant allemand dont personne ne conteste cependant l'évidente compétence. 
Les deux derniers articles sont dus à la plume de M. L. Ch. Stem. Le 
premier a encore pour objet les gloses de Wùrzburg et conclut qu'une repro- 
duction du manuscrit par la photogravure serait fort à désirer. 

Le second article de Mr. Stern consiste en une description détaillée du 
ms. irlandais de Saint-Paul en Carinthie (Thésaurus palaeohihernicus, t. II, 
p. xxxii-xxxiv, 293-295). M. Stem v propose entre autres choses unenou- 
velle explication du mot Paugur ; ce serait un mot grec de fabrication 
irlandaise, -ây/.jpoç ayant le même sens que -a-^-zusoç « tout courbé. » Ce 
nom aurait été donné à un chat blanc par un moine irlandais qui savait le 
grec. M. Stern termine par une traduction allemande du poème irlandais où 
cette expression bizarre apparaît. 

III 

Les livraisons de The celtic Review datées de janvier et avril 1908 
contiennent les p. 195-384 du tome IV de ce périodique. Nous v signale- 
rons la fin de l'édition donnée par M. le professeur Mackinnon du Gknnia- 
san vianuscript, texte épique irlandais qui appartient au cycle de Conchobar 
et Cùchulainn et qui a commencé à paraître en 1904 dans le tome le"", 
p. 104-151, et dont la suite se trouve aux tomes II et III et dans la pre- 



Périodiques. 263 

micre livraison du tome IV. Une traduction anglaise est jointe à la repro- 
duction du manuscrit dans cette livraison comine dans les précédentes. Un 
tirage à part serait bien venu des celtistes. 

Nous signalerons en outre comme dignes d'une attention particulière la 
fin du mémoire de M. Anwyl sur les Gallois septentrionaux, p. 249-273 ; 
la suite du mémoire du Rev. Charles Robertson sur les dialectes gaéliques 
d'Ecosse, p. 273-280 ; une esquisse de la littérature galloise par M. Arthur 
Hughes, p. 305-313 ; le mémoire que^M. David Mac Ritchie a intitulé Stories 
of the Mound-diuellers, légendes relatives aux habitants des cavernes, c'est-à- 
dire à la population qui a précédé les Indo-européens dans l'Europe occi- 
dentale. M. Mac Ritchie parle d'après M^e Hobson des demeures souter- 
raines relevées en Irlande dans les comtés d'Antrim et de Down en Ulster ; 
il y en a beaucoup qui dépassent cent pieds anglais de long et leur hauteur 
moyenne est de cinq pieds ; on en trouve aussi en Grande Bretagne et sur le 
continent. Suivant la tradition populaire d'Irlande et d'Ecosse, des fées mas- 
culines et féminines y habitaient. Sont à comparer les Cyclopes de la littéra- 
ture homérique, mais ceux-ci sont des géants tandis que le Folklore met 
souvent des nains dans les cavernes. 

Le défaut de place m'oblige à passer sous silence les autres articles. 

IV 

La première livraison du tome XIX du Folklore, débute par le compte 
rendu de l'assemblée tenue le 15 janvier dernier où le discours du président 
traite des contes de fées. Dans ce n» M. W. Crook a fait paraître sous le 
titre de Some Notes on borner ic Folklore, une intéressante étude sur V Iliade et 
VOdyssc'e. 

V 

Les deux dernières livraisons du tome XXII des Indogermaxische 
FoRSCHUNGEX Contiennent un article de M. H. Pedersen sur l'hvpothèse de 
l'origine commune attribuée par M. Môller aux langues indo-germaniques 
et aux langues sémitiques. On v trouve aussi la table des mots dont il est 
question dans ce tome XXII ; les langues celtiques apparaissent dans cette 
table aux pages 426-427. Il est encore parlé d'elles dans le compte rendu 
par M. Brugmann du [tome II première partie de son Gnindriss der ver- 
gleichenden Graiiimatik der indo-germanischen Sprachen ; voir aux pages 6-10 
de la section intitulée An^eiger. 

VI 

Dans Pro Alesia, no^ de novembre-décembre 1907, janvier 1908, 
MM. Testart et Pernet ont continué l'histoire des fouilles faites au Mont 
Auxois antérieurement à celles qui s'exécutent actuellement ; le comman- 
dant Espérandieu décrit, avec figures à l'appui, deux représentations de la 
déesse Epona découvertes en 1907 dans les fouilles d' Alesia ; une planche 



264 Périodiques. 

reproduit aussi trois vases en poterie gallo-romaine trouvés dans les mêmes 
fouilles en 1906. 

VII 

La Revue des études anciennes, t. IX, 4^^ livraison, nous offre un 
article de M. C. Jullian : Notes gallo-roniaiues, XXXVI, à propos du recueil 
de M. Esperjudieu ; cet article dont nous n'avons rien dit ici, t. XXIX, 
p. 102, est une notice sur l'important volume dernièrement publié parle 
commandant Emile Espérandieu : Recueil général des kis-reliefs de la Gaule 
rçmaine, tome jer, Alpes-Mariliiiies, Alpes Cottiennes, Corse, Narhotniaise, 
dont il a été 'parlé trop brièvement au t. XXVIII, p. 352-553 de la Reinw 
Celtique. M. Jullian étudie la svmbolique gauloise dans les bas-reliefs que ce 
volume reproduit. 

Dans le n» i du tome X du même périodique dix planches hors texte 
sont consacrées par M. Jullian au vase de Gundestrup dont un moulage est 
conservé au musée de Saint-Germain et aux pages 70-75 il donne une étude 
sur ce vase. 

A la suite deux planches intercalées dans le texte reproduisent un bas 
relief récemment acquis par le musée de Saintes et représentant un gaulois 
portant un manteau à capuchon. 

Le no 2, avril juin 1908, contient deux planches consacrées à la repro- 
duction du vase aux sept dieux du cabinet des antiques de la Bibliothèque 
Nationale. Le nombre sept est celui des jours de la semaine comme le fait 
observer M. C. Jullian dans la notice qu il a écrite sur ce vase, p. 173-174. 
Un de ces dieux est tricéphale et cornu ; nous sommes donc en présence 
d'une œuvre gallo-romaine. 

M. J. Loth étudie les vases à quatre anses qui, remontant, semble-t-il, à 
la période néolithique et au commencement de l'âge du bronze, ont été de 
nos jours recueillis dans les tombes de la péninsule armoricaine. « La presque 
totalité des sépultures en question consiste en chambres sous tumulus, com- 
posées d'une dalle de recouvrement, parfois d'une véritable table dolmé- 
nique reposant sur des murets en pierres sèches. Trois ont la voûte eu 
encorbellement... quatre sont entièrement en terre ». 

Suivant M. J. Loih pedr\- a quatre » en gallois, avant sens de c parfait » 
quand ce mot est premier terme de composé, on doit conclure de là que 
vase à quatre anses veut dire « vase parfait », et que ce sont des Gaulois qui 
ont emplové ces vases. Suivant lui l'idée de la perfection du nombre quatre 
est étrangère aux Gôidels. 

Cependant chez les Gôidels on trouve b nom de Cethor « quatuor » 
donné à Mac Grèine « Fils du soleil, » un des Tùatha de Daiiaiin, l'époux 
d'Eriu « Irlande » (Livre de Leinster, p. 9, col. 2, 1. 27-30), et O'Donovan 
dans son supplément a O'Reilly, p. 594, cite la formule cethardha comldii 
« quatuor complet' ». 

I. La copie par O'Donovan du ms. H. 5. 15 (O.D, i644)portenoniv//wr- 
dha mais la variante cetherda suivant la phtogravure conservée à la Biblio 
thèque Nationale, Fonds celtique et basque n° 78, p. 93,1. 3. 



Périodiques. 265 



VIII 

Le no 77, janvier 1908, des Awales du midi débute par un article de 
M. Graillot sur la villa romaine de Martres Tolosane. La conclusion est 
qu'elle s'appelait villa Aconiana, nom dérivé du gentilice Acoiiius porté par 
un des propriétaires gallo-romains. 

Il a existé dans la paroisse, aujourd'hui commune de Leynhac, Cantal, 
arrondissement d'Aurillac, une abbave de Notre-Dame du Pont dont le 
cartulaire est conservé à la Bibliothèque du Vatican dans le manuscrit coté 
Miscelhuiea. Arm. XV, t. 143, où il a été découvert en 1897 par M. G. de 
Manteyer. Ce cartulaire paraît être la copie faite au quatorzième siècle d'une 
compilation écrite dans la première moitié du treizième siècle et les actes 
qu'il contient semblent être tous antérieurs au treizième siècle. Dans la livrai- 
son d'avril 1908 des Annales du midi, M. Antoine Thomas en donne des 
extraits suivis d'une table alphabétique des noms propres parmi lesquels on 
en remarque plusieurs terminés par le suffixe -ac dont l'origine celtique est 
connue. Tels sont Ambavrac, Casilhac, Galhiac, Laynhac, Marcenac, 
Orlhac. 

IX 

Dans la Revue des traditions populaires, t. XXIII, n" i, janvier 
1908, M. de Kerbeuzec continue à relever les traditions et superstitions de 
la Basse Bretagne. Le n» 4, avril 1908, contient huit articles par divers 
auteurs sur le même sujet ; un de ces articles est un conte recueiUi par 
M. Louis Le Fur : « La femme enlevée par la sorcière > , il parle d'une fée 
bienfaisante qui aurait fait retrouver au mari la femme à lui ravie. 

X 

Le tome XMII, n"' 3, 4 de FAnthropologie, mai-juin-juillet-aoùt 
1907, contient une note de M. J. de Morgan sur l'incertitude de la chrono- 
logie relative des faits préhistoriques et un résumé par M. S. Reinach des 
doctrines de MM. Ridgewav et Conway sur les relations anciennes qu'ont 
eues les Romains et les Ligures ; nous avons parlé déjà de ces doctrines dans 
la Revue celtique, t. XXVIII, p. 356-359. 

M. l'abbé Breuil a inséré dans la livraison qui porte les no^ 5, 6, sep- 
tembre-décembre 1905, un mémoire sur l'âge de bronze dans le bassin de 
Paris ; c'est la suite d'un grand travail commencé dans les tomes XI-XVI 
de ce périodique et qui se rapporte semble-t-il à la période la plus ancienne 
de la civilisation celtique. 

Dans le t. XIX, u^ 1-2, janvier-février 1908, MM. E. Cartailhac et l'abbé 
Breuil continuent leurs études sur les peintures et gravures murales des 
cavernes p}Téuéennes, sujet déjà traité par eux dans les tomes XI et 
XII et très intéressant parce qu'il nous apprend sur les populations qui ont 
précédé les Celtes; dans cet article ils parlent de la caverne de Niaun, 



206 Périodiques. 

Ariège. Trente-deux figures ornent le texte ; il s'agit principalement d'ani- 
maux, ce sont surtout des bisons, puis des bouquetins, des chevaux, un 
cert", des poissons ; les dessins originaux que ces figures reproduisent sont 
l'œuvre d'artistes qui vivaient, semble-t-il, à l'époque paléolithique. 

Ne terminons pas sans mentionner la chronique gallo-romaine de 
M. C. Jullian. 

XI 

Les Compte rendus de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour 
l'année. 1907 renferment, no de juillet, un mémoire du Docteur Capitan et 
de M. Ulysse Dumas sur des constructions qui entourent les dolmen dans 
le département du Gard. 

XII 

M. Emile Ernault a inséré dans le Fureteur Breton, n^ de décembre 
1907-janvier 1908, un article dans lequel il établit qu'une erreur a été 
commise dans la Revue Celtique, t. XXVIII, page 366, où confusion a été 
faite entre le Doctrinal ar Christenien et la Doclrtn an Christenien. Le 
Doctrinal ar Christenien imprimé en 1628 est l'œuvre d'un Carme breton, 
le P. Bernard du Saint-Esprit, et M. Ernault en a publié des extraits dans 
le tome i^r de VArchiv Jnr celtische Lexicographie ; c'est h Doctrin an Chris- 
tenien imprimée en 1622 qui est la traduction d'un livre du jésuite espagnol 
Ledesma ; il en existe un exemplaire à la Bibliothèque nationale sous la 
cote D. 14604 ; M. Loth en a donné un extrait, Chrestoniathie bretonne, 
p. 298-501 ; M. Emile Ernault en a publié d'autres extraits dans le Fureteur, 
n.o'- de décembre 1907-janvier 1908, février-mars 1908. 

Dans ces n°s et dans le no précédent, octobre-novembre, 1907, M. de Ker- 
deven a commencé la publication de la- Montre des nobles de Vévéché de Cor- 
nouaille en 1^62, d'après une copie authentique écrite entre les années 1684 
et 1736. Ce texte est rédigé en français, mais contient nombre de noms de 
famille bretons. 

XIII 

Le Bulletin' de i^a société des Antiquaires de Fr.\nce, pour 1907, 
p. 544-350, contient un article intéressant de M. Mowat. 

L'an 476 après J.-C, où Romulus Augustule fut détrôné, est considéré 
comme le terme de l'empire d'Occident. Toutefois des troupes romaines 
paraissent avoit conservé encore leur organisation : 10 en Gaule sous le 
commandement de Siagrius pendant les dix années qui ont suivi la chute de 
Romulus Augustule ' ; 20 en Espagne jusqu'au septième siècle, ainsi qu'on 
peut le conclure d'un passage d'Isidore de Séville-. Un souvenir de ce fait 

1. Grégoire de Tours, Historia Francoruni, 1. II, c. 27; édition Arndt, 
p. 88. 

2. Historia de regibus Gothorum Wandalorum et Suevorum, §§6i, 62, 
Migne, Patrohgia latina, t. 83, col. 1075 C. 



Périodiques. 2b j 

historique espagnol est conservé par le nom de la ville de Léon, autrefois 
capitale d'un royaume en Espagne, et qui avait plus anciennement été la 
résidence du praefectus îegioiiis septimae '. M. Mowat pense que Saint Pol de 
Léon doit ce nom de Léon au séjour du praefectus inilittiin Mauroronim 
Osisineiitiiiiii - ; c'est l'opinion de D. Morice >. M. Mowat propose aussi 
d'expliquer le nom de Caerléon dans le pays de Galles par celui de la legio 
secunJa augHsta et pour cette doctrine il a des prédécesseurs +. Il croit recon- 
naître cette légion romaine dans le 23e régiment des Fusiliers Gallois, levé 
en 1689 à Caerléon. Ici, il semble dire du nouveau. Le 23e régiment des 
Fusiliers gallois se faisait accompagner d'un bouc ; or le capricorne était 
l'enseigne de la legio sccitnda augiista comme le dit M. R. Gagnât dans l'ar- 
ticle qu'il a consacré aux légions romaines chez Daremberg et Saglio, Dic- 
tionnaire des antiquités grecques et romaines, t. III, p. 1077. 

Mais de tous les textes relatifs au maintien de quelques corps de troupes 
romaines dans l'Europe occidentale et que cite M. Mowat le plus important 
se trouve chez Procope, De bello golhico, livre I, c. 12, écrit vers l'an 550 ou 
5 5 1 de notre ère > ; il y est question des guerriers romains qui gardaient de la 
Gaule les régions les plus lointaines, ils se donnèrent aux Arhorxchi et aux 
Germains avec leurs enseignes et avec la contrée qu'ils gardaient; ils ont 
transmis leurs mœurs nationales à leurs descendants qui les conservent et 
pieusement les maintiennent encore du vivant de Procope. Au moment où 
l'auteur byzantin écrit, ils servent encore sous les numéros qu'ils portaient 
dans les combats de jadis ^. 

Arhorychi, dans le texte grec au datif 'ApoocJyo'.:, doit être corrigé en 
Anuorici, dans le texte grec 'Apaopî/.o'.ç, et par Germains il faut entendre les 
Francs. 

XIV 

Un mémoire intitulé V Œuvre des Scotii dans V Europe coni iiien laie (fin \i^- 
fin xie siècle) vient d'être insérée dans le tome IX, p. 21-42, de la Revue 
d'histoire ecclésiastique qui depuis 1900 paraît en Belgiqée à Louvain. 
L'auteur est le R. P. Le Gougaud, bénédictin de l'abbaye de Farnborough, 
Hampshire, Angleterre. 

C'est, nous semble-t-il, le meilleur résumé qui ait été fait jusqu'ici de 

1. Boecking, Notitia digiiitatum... in partihus occident is, p. 119, cf. 
p. 1029; édition d'Otto Seeck, p. 216 ; Voyez aussi Ptolémée le Géographe 
1. II, c. 6 § 28, et Forbiger, Handbiich der alleu Géographie, t. III, p. 84. 

2. Boecking, p. 107, cf. p. 22, 28 ; Seeck, p. 205. 

3. Histoire de Bretagne, t. II, p. xxxviii. 

4. Boecking, Notitia dignitatuiu... in partihus occidentis, p. 27, 244; Seeck, 
p. 126 ; cf. les notes de Charles Mùller à son édition de Ptolémée, p. 104 ; 
Rhys, Lectures on ivelsh Pbilology, 2^ édition, p. 258. 

5. KrVim\)â.c\\tr,Geschichte der By:^antinischen Lit te rat ur, i89i,p. 42. 

6. Dom Bouquet, Recueil des historiens de la France, t. II, p. 3 1 ; Procope du 
Corpus scriptoruni historiae by~a7itinae, t. II, p. 64; Cougnv, Extraits des 
auteurs grecs, t. V, p. 354, 356. 



268 Pcriodiqiics. 

l'œuvre des moines irlandais sur le continent du sixième siècle au onzième. 
Des notes abondantes, renvoyant aux sources, semblent constituer une biblio- 
graphie complète du sujet. 

XV 

Dans le n° d'avril des Annales de Bretagne, t. XXIII, p. 322-329, 
M. Pierre Le Roux continue la publication des chansons bretonnes collec- 
tionnées par Penguern et conservées à la Bibliothèque nationale, Mss. cel- 
tiques et basques, n°^ 89-95. Son édition une fois complète sera un vrai 
monument élevé à la poésie populaire bretonne. Aux pages 364-388, 
M. Ferdinand Lot donne la suite de son érudite étude sur la vie de saint 
Gildas. < 

XVI 

L'Irishleabhar na Gaedhilge, qui vient de réduire son format, a terminé 
dans son numéro d'avril 1908 la nouvelle édition donnée par M. Micheal 
O Dûnlaige de la Bataille de MlJo Mucrime déjà publiée en 1892 par 
M. Standish H. O' Gradv, Silva Gadelica, Irish Text, p. 310-518 ; Transla- 
tion, p. 347-559; et par M. Whitley Stokes, Revue celtique , t. XIII, p. 426- 

474- 

Ces deux éditions, dont la seconde doit être préférée, ont été toutes les 
deux faites d'après le Livre de Leinster, écrit au milieu du douzième sièclç. 
Le nouvel éditeur a pris pour base de son travail des manuscrits plus 
récents qui appartiennent à la Roval Irish Academy savoir : 25. M. 47 qui 
date de 1795 ; 25. G. 10, probablement du Nix^ siècle; 23. L. 27, dont la 
date se place entre 1636 et 1738; 23. K. 37, qui remonte à 1715 ou 1716. 
La langue de ces manuscrits se rapproche plus de l'irlandais actuel que la 
langue que nous offre le livre de Leinster. Tel est un des mérites de la nou- 
velle édition : c'en est l'intérêt grammatical. On pourrait en outre chercher à 
quelle époque remontent les différences de rédaction que ce nouveau texte 
offre avec le texte du Livre de Leinster, et pourquoi ces différences. 

H. d'ÀRBOIS DE JuBAIN VILLE. 



Le Propricta ire-Gérant, H. CHA.MPIOX. 



MAÇON, PROTAT FRERES, IMPRIMEURS 



OLD-IRISH GLOSSES AT LAON 



Besides the Graeco-latin glossary with Irish signatures, 
no. 444, according to Vendryes, Rez'. Celt., XXV, 377, the 
library of Laon possesses a copy of Beda in pravcrh. Saloiiionis, 
marked LV, on the fly-leaves of which is a Latin dialogue 
between M (i. e. Magister) and A (i. e. Discipulus). This 
dialogue is in Irish pointed minuscules of the ninth centur}', 
and contains the foUowing five glosses in the handwriting of 
the scrihe : 

1. elifâi)it (gl. si quisquam eorum cognatus dicet elitantos 
esse sapientes). 

2. mél (gl. pituita). 

3 . 7iânt Jaigiii trebaire isind xs brigg. This gloss is in the right 
margin opposite quod si memhroriini id faceret magnitudo 
eo q/àsq//e pr/zdentior esset q//o longuior aiit ualidior quod se 
alittT habere non est opinor negabis. 

4. cibc bias (gl. qui fiât). 

5. déndUiu (gl. magis industrios atque strenuos). 

1. cJifàint (the last three letters are obscure) 'an élé- 
phant', is borrowed from an oblique case of the Lat. elcphan- 
tus or elepbâs. Cymr. eliphaiit, elifant, Corn, oliphant, olifans. 

2. mél ïrom *maklo- or* maki a (Strachan, Bezz. Beitr. XX, 
24), cognate with Lat. macnla, as Lat. saliva is cognate with Ir. 
sail, salach, OHG. salo. The O. Ir. mêla, and mclacht ' disgrâce', 
Ascoli, Gloss. p. cccLXxvi, may corne from the same root. 

3. 'That prudence is not less in the vigorous people. ' As 
to nànt, one of the négatives to the copula as, it is nant in 
Wb. 10'' 26, or nan 17* 12, 23=* 13 -.nant in Ml. 2i''4, 24'' 4, 36^ 
14, 53*^ %nand in Sg. 3'' 5 etc., never with the mark of length. 

Revue Celtique, XXIX. i8 



270 IVhitley Sloh's 

brigg (leg. brîgg), must be a gen. sg. like hrig in Tain bô 
Cûalgne, éd. Windisch, 1. un. The gg may be an instance 
of expressing lenition by doubling : see Thésaurus pal. hib. 
II 259, where Siggciis, Echredd, and deirhbx are quoted ' 
as examples of United g, c? and /;. If so, *br'igh may be, like 
righ, gen. sg. of a stem in g, cognate with the lem. a-stem 
brig and perhaps, as Bezzenberger thinks, (Urkelt. sprachsch. 
185), with Germ. hrieg, hriegm. 

The dat. sg. of the g-stem bri occurs without the gut- 
tural in Acallam na Senôrach, 1. 7430 : 

dobértha bretha co mbri. d' feraib betha re haenmi. 

4. cihé bias ' how (qui) shall it be ? ' bias is the relative 
3'^ sg. fut. of /'/// : cf. is c bias, Sg. 207^' 6. 

5. déndiliii is the comparative oî dén-dil, where the vowel 
of ^^'« (later dian) is not diphthongised. 

The second, fourth and fifth of thèse glosses weredetected 
by Prof. Lindsay at Munich in one of the late Professor 
Traube's photographs. On 29 June 1908, Lindsay commu- 
nicated his find to K. Meyer, from whom I learned their 
existence at Laon. 

On the upper margin of the verso of the first flyleaf I found 
the following hexameters : 

Gloria (\u\à mundi felix quid pompaue turbae 

Dum Cathusach potuit non sortem euadere mortis. 

This Cathusach may perhaps be the Cathasach, abbot of 
Armagh, who died A.D. 856, See Three Fragments of Irish 
Annals, p. 142. But four other ninth-century ecclesiastics 
of that name are mentioned in the Annals of the Four Mas- 
ters at the yeais 807, 810,880, 892, so that it seems, at pré- 
sent impossible to identify our Cathusach. 

Laon, 31 August 1908. 

Whitley Stokes. 

I. We may perhaps add as-ru-hbaiL Ml. 59a 7, aud ar{r)nhhnem Beda 
Cr. 40*^ 3 as examples of lenited b. 



LES NOMS DES SAINTS BRETONS 

(Suite) ' 



Convel : saint Convel (écrit Convdd) en Landunvez (Fin.); 
cf. Les-Convcl en Locmaria-Plouzané (Finist.) : Convel =■ 
Comnael = Cuno-maglo-s. ConomagJns était le gouverneur de 
Fracan qui a donné son nom à Plou-fragan et à Sabit-Fregant. 
Cxiifael est un nom bien connu en Galles. 

Convelen : Ploii-gonvekn (Finist.) et Ploii-goiiDicleii (Morb.). 
PlottgoiiDieleri se prononce Phii-goidcn. 

Galles : Llan-gyufelyn, Cardigan, dédiée à saint Cyiife- 
lyn. Cynfelyn et Con-velen =■ Cuno-belino-s. 
Conven : Ploii-gonven (Finist.) : cf. Tre-goiiven en Loguivy- 
Plougras (C.-du-N.). 

Galles : Le nom se retrouve vraisemblablement dans 

Cynfyn : ysbytty (hôpital) Cynfyii en Cardigan. On aurait 

pu songer à Con-wen, mais l'évolution de Conwen offre des 

difficultés. 

Conveur : Phii-gonver , paroisse des C.-du-N., est donné par 

Dom Lobineau sous la forme PJoii-gonveiir ; Tré-gomeur (Tre- 

o-t7»i'f//r) paroisse des C.-du-N. Le saint est Con-nior = Ciiiio- 

inâro- : c'est le nom du célèbre chef Coiiomor ^ . 

Galles : Cxniiiiir est un compagnon de Teliaw (Rees, 
Es sa y, 253). 
Con-woion (saint) : le fondateur de Saint-Sauveur de 
Redon. 

Pour le nom, ci. Con-ueon (B. Llandav, 140, 150). 

1. Voir plus haut, p. 222-248. 

2. Dans la vie de saint Paul de Léon 8, Ouono-morius est un surnom du 
roi Marc. 



2/2 /. Lolb 

Corentin (saint) : mieux Coiuroitin : c'est le patron de 
Quimper; Saint-Corentin en Poullaouen (Fin.); en Baud 

(Morb.). 

CoRNWALL : saint Corentin ; une église lui est dédiée à 
Cury (Oliv., Mo//., suppl. 37). 

Cornely (saint) : en Plouhinec (Morb.); c'est le patron de 
Carnac. 

Cornwall: Saint-Cornelly, paroisse (Oliver, Mon. 437). 

Couden (saint) ? en Kergrist-Moelou (Inv. somm. des 
archives des C.-du-N., n° 2725). 

Coulbéo (saint), à Tréméoc (Soc. arch. Fin., 1904, p. 24). 

Coulitz (saint) : paroisse du Finistère près Châteaulin ; 
Ecclesia de 5' CoUiîo (Cart. Coris., 1296); cf. saint Coulis 
en Tremeoc (Finist.). 

Coulm pour Colwiii {Coiitiiiba) ; Plou-goulm (Finist.) ; Saint- 
Coulomb (Ille-et-Vil.). 

CoRNWALL : saint Columb major et minor, 

Couran : Lan-gonran de Ploudaniel. 

Il est possible qu'il faille prononcer Cowran. Dans ce cas, ce 
serait un doublet de Corentin. J'ai entendu plusieurs fois appe- 
ler Cowran ou Cowrant des enfants du nom de Corentin : 
Cowrant = * Cobrant. 

Cov (saint) : Vo est nasalisé : 5' Cojf en Plouay (Morb.). 

C'est lui qui a donné son nom à Plo-goff (Fin.) (pron. Plo- 

go) : cf. Les-coff, même paroisse. Si goff avait donné son nom 

à la paroisse on aurait eu dans la prononciation Plo-5. 

Galles : Cov est un saint de la congrégation d'Iltud 

(Rees, Essay, p. 208). 

Craon : v. Crevan. 

Creirvia : on a fait s^^ Cleirvic par approximation (Albert- 
le-Grand, Vies des saints, p. 62). La vie de saint Winwaloe 
donne Creirvia : c'est sa sœur ; il y a une variante Chreirbia, 
moins bonne. 

C'est le nom gallois Creirwy; une fille de Clydno Eiddin 
porte ce nomÇArchiv, II, léi). 

Creirwy signifie joyau, perle. 

Crevan: Lan-grevan en Ploudaniel. 

Crevan paraît représenté par sant Craon en La Feuillée 
(Finist.), plus exactement sans doute CreCm. 



Les noms des saints bretons 273 

Il me paraît probable qu'on a affaire au même nom que 
dans Crcweii ou Crowan patron ou patronne de la paroisse de 
Crowan, Cornwall (Oliver, Mou., 438). 

En revanche, il y a un saint Crin en Plessala (C.-du-N. 
zone française) qui semble représenter le breton crèv, fort. 

Criseii (saint), disciple de saint They (Soc. arch. Fin., 1899, 
p. 417,424). 

Cry (saint) : en Nivillac : serait-ce le San Creed de Cornwall ? 
Le li a pu tomber dans la prononciation, Nivillac étant, depuis 
assez longtemps, de langue française. 

Cristin : Lan-gristiii, chapelle en Plougastel-Daoulas (Soc. 
arch. Fin., 1904, p. 45). 

Cumfol (saint) : une église lui était dédiée à Rennes, du 
temps de saint Conwoion (Tresvaux, Fies, I). 

Cuoc ? : Lan-guoc (-gii-oc) en Guipronvel (Fin.); cf. Llaii- 
giu'g en Glamorgan,'' communément Llaii-gitk (Rees^ Essay, 

271)? 

Cuvan : S^ Ciivan, patron de Pluguffan, près Quimper : le 

saint a sa statue dans l'église avec des ornements épiscopaux : 

on prononce saut Keôn. C'est un dérivé de cuv, doux, 

aimable. 

Il est possible que ce soit le nom du patron de Llan-gua 
(Monmouthshire), car on trouve la graphie Llau-guwau 
(B. Llandav, p. 318 xiv* s.). Llan-guwan serait à rectifier en 
Llan-guan pour Llau-gnvau. 

Il y a en Irlande plusieurs saints Coemau (moderne Caoviha}i) 
dont le nom répond exactement à -Cuvau : la graphie -cuffan 
indique la nasalisation. 

Daman : v. Aman. 

Daniel : Plon-danicl, PJcu-danicl. 

Daniel est une forme littéraire ; la forme bretonne doit être 
Deuoel qui existe comme nom propre : gallois Deiuioel, saint 
très honoré en Galles. 

Danou : v. Anou. 

Deg (saint) : en Plouay, en Clohars-Fouesnant. 

Decheuc : Lau-decheiic en Lanrivoaré (Cart. Landevennec, 
3 9). Cf. Ty-dechoen Cemmaesen Merioneth; capel Ty-dechoen 
Anglesey (Rees, Lives, 324). 



2 74 /• Lolh 

Degan (saint) en Brech (Morb.). 

Decnnus était un des saints compagnons de Paul de Léon, 
à moins que ce ne soit un nom commun mal compris. 

Dei (saint) : chapelle de saint Dei en Cleden-Cap-Sizun ; 
saint Dei, aveu de 1640 (Bull. C. D., 1905, p. 205); Lothey 
^ Lochs Dei (Cs-Vt. Cor., 1368) ; Saint-Tey en Poullan, Saint- 
Thei, en Plouhinec (Fin.) ; Dei devient Tei par l'influence de 
la sourde de saut. Pour le nom, cf. NantDai en 847, J. Loth, 
ChresL, 154). 

CoRNWALL : S^-Dcy, paroisse fondue avec Givennap. 

Delon (saint) ? en Saint-Gelven (C.-du-N.). 

Dellec (saint) : en Plouray (Morbihan) ;^<i//<:^//5-Z)£'/of//j(cart. 
Red. 380) identifié à tort ou à raison avec saint Dolay ; en 
tout cas Dolax ne vient pas de Deloc. 

CoRNWALL : Laii-delerh dans le Domesday book. Nor- 
den Spec. donne Landeleck. 

Devet (saint) : Plo-:;ri'et, en 1468. PIoe-Deinet ; chapelle de 
saint Devet en Plo-zevet; Lan-dtvet en Guisseny; 

5"^!/»/ Tevet (bêtement écrit sainte Thevette) en Esquibien : 
sant Devet se prononce sant Tevet (Bull. C. D., 1901, 
p. 152.) 

Galles : S'-Dyved. paroisse de Pembrokeshire. 

Denac (saint) : en Saint-André-des-Eaux (Loire-Inf.) ; c'est 
sûrement un barbarisme. 

Dénouai : Saint-DenouaJ (C.-du-N.) ; v. breton Domn- 
niial. 

Deron (saint) en Pleumeur (Morb.). Comme Deron ne rime 
à rien, il est probable qu'il f;mt changer Deron en Eron : sant 
devant un nom commençant par une voyelle devient sand; de 
sand-eron, on a tiré saint Deron. 

Il est vrai que nous ne sommes pas beaucoup plus avancés. 
Llan-neron en Cardigan va bien, mais il est fort possible que 
le lieu saint ait pris son nom de la rivière et du district 
diAeron. 

On pourrait encore songer à Eigron qui donnerait aussi 
£'ro?î, saint qui aurait fondé une église en Cornwall, d'après 
Rees, Essay, 230. 

Derrien : saint Derrien est bien connu dans la lés[ende avec 



I.cs noms des saints bretons 275 

son compagnon Neventer (v. Albert le Grand). Il a donné 
iOn nom à Lnn-Derrien en Plounevez-Porzay (Finist.). Dans 
Plii-dericii en Séglien (Morbihan), il faut supposer Terrien, 
nom propre bien connu; avec Derrien on eût eu P///-;^mt77 
(prononcez Plo-doryôn, avec trois ô brefs). Les deux formes 
d'ailleurs se justifient : Derrien remontant à Doro-gen et Terrien 
à To-ro-gen. Le double r s'explique par le fait que le g était 
spirant. 

Derven : v. s' Erven. 
Dé val : v. EvaL 

Devan (saint) : a donné son nom à Lan-devant (Morbihan) : 
le </ final est de trop : Lan-devan (de Laigle, Noblesse Bref., i-jG, 
an 1481); croix de Lan-devan en Grandchamp, qui devrait 
s'écrire Grandcamp, Morbihan : on prononce en breton Grgam. 
Galles. Il n'y a aucun doute sur l'identification avec le 
saint gallois Dyfan (f = t; français ; y'-= bref) : nierthyr 
Dyfan en Glamorgan; Merthir Dovan (B. Llandav, 324). 
D'après la légende Dyfan aurait été avec Ffagan (nom propre 
connu aussi en Bretagne), envoyé du pape Eleutherius. Il 
y a encore un Llan-defand en Monmouth (Jones, Cyrn- 
ru, II). La graphie est sûrement fautive ; c'est une cha- 
pelle en Llan-martin : il est probable que saint Martin 
a dû évincer le vrai patron : voir Appendice. 
Devedé : v. Plou-zevedé. 

Dewi : Saint-Divy pour Devi, Dewi, Saint-Divy-La-Forêt, 
paroisse du Finistère ; Saint-Divy en Plouneour-Menez ; Loc- 
Maria-Saint-Divy en Elliant (Finist.) ; Lotivy ÇLoc-Dewi) 
en Qaiberon, Groix, Priziac. Saint-Avoy (Morbihan). Lotivy 
dans le Cart. de Quimperlé est Loc-Dengui (^Dewi). 

Lotuvy en Saint-Guen est pour Loe-Davy, forme française 
de David. 

G.\LLES : Il n'y a pas moins de 40 églises paroissiales 
et de 13 chapelles dédiées à saint Dewi dans le pays de 
Galles, et il est remarquable qu'il n'y en a pas une seule 
dans le Nord-Galles (Rees, Essay, p. 43 et suiv.). C'est 
le patron du pays de Galles. 

En Cornwall, il est également honoré : v. Nonn. 
Diboen en vannetais, Dihoan ailleurs : c'est le saint qui tire 



276 /. Lo!h 

les gens de peine quand un chrétien ne peut ni guérir ni mou- 
rir : on l'appelle en Trégorois Tii-pé-dii, qui va d'un côté ou 
de l'autre (cf. Le Braz, Les saints bretons if après les traditions 
populaires, Annales de Bret., Mil, p. 209). On l'a transfor- 
mé en saint Abibon ! ! 

Pour moi, j'ai vu son nom écrit Iboen : il était fraternelle- 
ment associé avec saint Tiijan, transformé en saint Ugen 
{Eugène), et saint Gourloiv {sand Ourloiu) au-dessus d'une fon- 
taine au village de Saint-Eugéue en Locmalo (Morbihan). 
C'est évidemment un surnom. 

Dider (saint) : en Plouider, plus anciennement Ploe-dider 
(Finistère). On a identifié à tort ou à raison Dider avec Disder 
= Desideriiis : ce n'est pas un nom inconnu des Bretons. Une 
inscription de Louannec près Lannion (viii^ siècle ?) porte 
Disideri fil [ius]^ Bodocnous : {Bnd-nou = Boiido-gnouo-s), fils de 
Desiderius (J. Loth, Chrest. 84). 

Diel : saint Diel en Riantec (Morb.); en 1385 saint Diell ; 
en 1422 Sant-yel. Il est possible qu'il s'agisse de S^ luthael; 
on trouve Iu:^el qui en vannetais a pu devenir en composition 
avec sant- : sant lel en passant par Inhel, Ihyel : cf. Ker-Ikel pour 
Kerledecel = -ludic-hael. 

Diner ? Ploue-Diner ' aujourd'hui Aber-Binniguet (Finist.) 
(vita 5'' Goer:^novei, v. de la Borderie : Histoire, I, p. 339-349)- 
CoRNWALL : Lan-diner chez Norden. 

Dineul, Dineault : v. Eol. 

Dioné : Saint-Bioné en Ploudalmezeau ? (Fin.). 

Dirly : Saint-Dirly} en Paule (C.-du-N.). 

Dispar : sant Dispar, ou sant Ispar en Dineaul : on en a fait 
saint Exupère (Bull. CD. 1907, 173, 179). 

Dogmel : S'-Dogmel en Rospez. 

Je ne sais comment le nom se prononce. 

Galles: Saint-Dogmael en Cemmaes, Saint-Dogwel's en 
Pebidiog (Pembrokeshire), Llan ddogiuel en Anglesey 
(Rees, Essay, 211). 

CoRNWALL : chapelle de s' Dogmael de Liskeard 
(Oliver, Mon., 440), 

I. Avant la fin du xve s. comprenait Lannilis, Landeda et Brouennou 
(Soc. arch. Fin., 1904, p. 250). 



Les noms des sniiils bretons 277 

Doe : Saint-Doue en Questembert ; Ploe-::^oe en 1281, auj. 
Plouay (en breton Ploiie), (Morbihan), Doe-Jan près Quim- 
perlé (Morbihan) : pour Lan après le mot régi, v. Moe, cf. 
Coet-lan etc. 

Galles : Llau-Ddicy en Brecknockshire et peut-être 
Llan-Dciow, plus anciennement Llan-dou'c {B. Uand. 
app. 3, 2)), Glamorgan (dédié à la Trinité, Rees, Essay, 
p. 325, note). 
Dolay (saint) : v. Aelwodus. 

Dolo et Dolou, paroisse des C.-du-N. ; cf. Dtdoe, paroisse 
de Cornwall : au xiir' siècle, on lit Ecclesia de DouJo (Oliver, 
Mou., 461). 

Domineuc : Saint-Domineitc paroisse de l'ancien évéché de 
Saint-Malo. Il est clair que c'est une graphie en grande partie 
littéraire. La vie de saint Malo nous met sur la voie : il y 
paraît un saint homme du nom de Domnech (Donnioc) et, en 
etfet, il fonde un monastère : Lan-dounec : Davncc pour Dov- 
noc = (La Borderie, LLisioire, I, p. 466-467). 

Galles : il y a un saint Dyfnaïug; c'est d'après Rees 
{Essay, p. 295) un des patrons de Dyfynog en Brecknock- 
shire : sa fête est célébrée le 13 février (cf. Arrhiv. II, 

P- 194)- 

Don : Sai)it-Doi! en Glénac (Morbihan) ; cf. Don fils de Non 
ap Selvf en Galles ÇArcbiv. II, 194). 

Donan : Saint-Donan, paroisse des C.-du-N. ; Goarem Lan 
Donan (garenne de Lan-Donan, en Lanmeur (Finist.). Après 
Lan qui est féminin, comme après l'article féminin, le d ne 
subit pas de mutation. 

Saini-Thonan (= santonau =z sa?iî-Donan^ près Landerneau. 
On le trouve écrit même saint Honan. 

C'est un saint d'Ecosse évêque (Litanies de Dunkeld ap. 
Haddan et Stubbs, Councihand eccL Av., II, p. 280 ; cf. Skene, 
Chronides, 69). 

Donoal : v. Denoal. 

Donou (saint), fontaine à Trez-Goarem, en Esquibien (Ep. 
préh., p. 291). 

Donoy, Dony : Il y a un Lan-Donoy en Ploumoguer et un 
saint Auni en Mellionec (Côtes-du-Nord). 



278 /. Loth 

Il me parait à peu près sûr qu'il faut rétablir saint Don\. 
L'absence d'infection par 1'/ final indique qu'on est en présence 
d'un / représentant une diphtongue réduite comme dans 
choari, à moins qu'il n'y ait eu dans la première syllabe une 
contraction. Il y a à rapprocher en tout cas, de Laii-doiioy, le 
nom de la paroisse de Lanlhony (= Lan-âoiiy), Cornwall. Il est 
vrai que la forme de ce dernier nom a été gâtée par des suppo- 
sitions contradictoires. 

Dré : Saint-Dré en Noyal-Pontivy (Morb.). 

On ne peut guère se fier à ce nom isolé et dont la pronon- 
ciation n'est pas établie. On peut cependant comparer Llan-dre 
en Languinnor en Carmarthenshire. 

Dredeno (saint) : en Saint-Gerand (Morbihan) ? 

Dreg : S^-Dreg vras en Goazec (Finistère). Il est très probable 
que le d appartient à sant et non au nom même du saint; cf. 
Sandrenan = sant Renan, écrit saint Drenan, nom propre 
assez répandu. Il y a, en effet, en Cornwall, une paroisse de 
Landreake ou Landrake qui est, au xiii^ siècle Lan-rake Çrek) 
(Oliver, Mon., 458.) 

Drel (saint) : nom d'une famille noble du diocèse de Vannes 
(Tresvaux, Vies, I). 

Drezouarn (saint) en Langolen (Finistère). Ce nom est à 
rectifier vraisemblablement en sant Re:;^oiiarn= Reith-hoiarn. 

Dreyer (saint) ? en Plouhinec. 

Dridan (saint), ancienne chap. du manoir de Saint-Dridan, 
auj. Saint- Venec en Coray (Bull. C. D., 1907, p. 39). 

Druman (saint) en Saint-Gonnery (Morbihan) ; aujour- 
d'hui transformé en Saint-Urbain. 

Saint-Gonner}^ étant de langue française, on ne peut faire 
appel à la prononciation populaire. La forme Saint-Druman 
apparaît en 1270 (Cart. du Morb., I, p. 273). Il me paraît 
probable qu'il faut encore lire sand Rutnan : Runian serait 
une variante de Riunon comme Rivallan pour Rivallon : v. 
Rumon. 

Ducar (saint) : en Plescop : on honore sous son nom saint 
Lucas. 



Les noms des saiiils hrrioiis 279 

Ducar est pour Tul-car\ ce que contredit l'écriture par d 
initial, ou plutôt pour lud-car (v. plus bas, Iiidcar, hidori). 

Ducocan, Ducocca : v. Cogan. 

Dunet : Plu-zjniet (C.-du-N.). 

Il est très probable que le patron est saint Diinot =: Dônà- 
tus : saint Dunod est le patron de BangorenFlintshire ; il y a 
une éslise de S^-Donat's en Glamoro;an : Donat est sans 
doute une forme littéraire. 

Je dois reconnaître qu'enTabsence de formes anciennes pour 
Plu-zunet, il serait possible que Diinet reprprésentât le nom 
gallois Dumuyd conservé dans Llan-ddiimuyd en S'-Duniuyd 
en Glamorgan (Rees, Essay, 336) ; mais il faut remarquer que 
Dunwyd est justement Saint-Donafs ; il est donc fort possible 
que Dunivyd soït une forme inexacte. 

Eheur-jEher : Lanneheur tn Plouguerneau (Fin.); c'est pro- 
bablement le même nom que dans PJeiber-Christ (Fin.), et 
Lann-eber (mal écrit Lann-ebert dans les C.-du-N.). 

Ebiliau (saint) en Plouguin (Fin.). 

Eden (saint) ; chapelle en Plouescat (Finist.) ; Saint-Eden 
en Plouha {Inv. soimn., n° 2556). Il faut peut-être rétablir sant 
Deden qui donne dans la prononciation sanîeden : v. Donan. Il 
y a un saint gallois Dedyn, frère de Clydog (Rees, Essay, 
146). 

Eder : a donné son nom à Plesder, ancien évêché de Dol : 
la vraie forme serait Pleder : en 125 i Pleeder, en 15 16 Pleder 
(Guillotin de Corson^ Pouillé, IV, p. 480). Pour le nom, cf. 
Riin-Eder en Braspartz (Fin.). 

Edern (saint) : Edern, paroisse; Lannedern, paroisse, Plou- 
Edern, par. A Edern, statue de saint Edern chevauchant un 
cerf; à Lannedern, on montre son tombeau qui est du xv*^- 
xvi^ s. (Bull. C. D., 1901, p. 117; sur ce saint dans les tra- 
ditions populaires, v. Le Braz, Annales de Bret., VIII, p. 239). 

Son nom se retrouve encore dans : Parc Sant Edern en 
Plougar, Goarem sant Edern, en Guerlesquin (Fin.). 

Galles : Llan-Edern en Glamorgan (B. Lland., 285). 
Il a été confondu en Galles avec Edeyrn pour Eudeyrn=^ 

I. Cf. le nom de village Botucar =r Bot-Tut-car en Locmalo ; an 1436 
Botdut(;ar. 



28o /. Loih 

V. gallois Oiiligirn, tandis que la forme vieille-galloise 
d'Edern est Eteni qui adonné son nom aa district d'Eder- 
iiiawii. 

Ediunet (saint) : c'est la forme la plus ancienne du nom de 
ce saint, frère de Guenolé (Cart. Landév., 2). Il a donné 
son nom au prieuré de Loc-Idunet en Châteaulin. C'est une 
forme inexacte, comme le prouve la prononciation Lùc-yonei 
(Bull. C. D., 1905, p. 133). 

Ediunet est identique au gallois Eidduned, désir, et signi- 
fie désiré : cf. breton-moyen goyime:^, vœu. On est arrivé à 
Yoiiet par Ediunet, Eyiinet, lyônet. 

Pour le nom, cf. Iitnet (B. Lland., 162) et le nom des Inscr. 
chrét . : Adiune (Rhys, Lectures, n° 41). 

Efflamm (saint) : en Kervignac (Morb.); Langolen (Fin.); 
Plestin-les-Grèves, Pédernec (C.-du-N.). 

Eguiner : dans Loc-Eguiner (Eginer), trêve de Ploudiry 
(Léon). 

La prononciation dure de c de Loc suppose un son initial 
disparu. 

Ehan (saint) : Saint Ehan (on trouve aussi Ahmï) en Iffen- 
dic ; manoir de saint Ehan en Parthenay (de Corson, Fouillé, 
II, 347; IV, 727). 

Cf. en Galles, Hychan qui a donné son nom à LJan-hychan 
dans la vallée de la Chvyd, et dont la fête se célèbre le 8 août 
(Rees, Essay, 144). 

Ehoarn (saint) : enterré à Saint-Gildas-de-Rhuys (Morb.), 
d'après Dom Lobineau. 

La forme vieille-bretonne de ce nova, tst Eii-hoiarn Q . Loth, 
Chrest., 129). Cf. Lan-Iouarn en Plouarzel (Finist.). 

CoRNWALL : très vraisemblablement Lan-yhorn : honi se 
trouve pour hoèrn et hoiarn^ fer. 

Elan (saint) : Coat Sa?itéîan en Loperec (Finist.). Est-ce 
une mauvaise graphie pour Ilan ? Il est plus probable qu'il 
s'agit de Helan = v.-bret. Haelan. Santelan est écrit en un 
mot dans le cadastre. 

Eleau. Eliau : v. Teliau. 

Elec : Lann-elec, en 1241 Lammeloc en Pleyben (Bull. CD., 
1902, p. 229). 



Li's iioDis des saillis brcloiis 281 

Elen (saint) : Saint-Helen, ancien évèch. de Dol : Rcctor 
des'" ElcHO (Fouillé de Dol du xiv'^ s. : de Corson, Cari. 
Reii., p. 550). Il est également probable qu'Elen est le vrai 
nom dans Laii-bch'n du même diocèse. 

Galles : Llan-elm près Abergavenny (Monmonth- 
shire) ; Llan-elen en Llaiirhidiaii, Tref EJeii en Blecher- 
ston (Pembrokeshire : Owtn s Pembrokeshire, I, 253, édit. 
de la Cymnirodorion socicty). 
Ellivré (saint) : en Buhulien (C.-du-N.)? 
Eloret (saint) : en Goudelin (C.-du-N.). 

Galles, Elgiiorcdiis, disciple de Du bric (B. Llandav, 
80) : El-giiorel pour EJ-woret donne régulièrement Elo- 
ret; d. Cat-word qui donne Cat-giwret et Cadoret. 
Elouan (saint), chapelle en Saint-Guen (C.-duN.). D'après 
La Borderie (Hist., I, p. 484), ce serait un solitaire du nom 
d'Elocau qui aurait donné son nom à cette chapelle. Il y a 
une erreur de lecture ou le saint n'est pas le même. Il faut 
lire probablement Elouan au lieu d'Elocau. 
Elnoc (saint) : v. Erneuc. 

Elouarn : Parc Saint-Elouarn en Plogonnec (Fin.). — 

Galles : Saint-Elhaiarn ou Aelhaiarn fonde Llan- 

aelheiarn en Merionethshire et Cegidva ou Guilsfîeld en 

Montgomeryshire (Rees, Essay, 275 ; Archiv. II, 190). 

Les deux formes Elhaiani ou ^t*//;a/rt;'» s'appliquent à Elouarn 

pour Elhoiarn : le gallois haiarn ou haearn est identique au 

breton houarn, plus anciennement hoiarn (J. Loth, Chrest.). 

Elven (saint) : en Kersaint-Plabennec (Ep. proh., p. 145) : 
V. Appendice. 

Elvez : écrit Saint-Effletz en Lanveoc (Fin.), : on prononce 
Sandelvé : le nom est vraisemblablement El-vez : v. Aloué. 

Il y a bien une forme Delvoue:^ conservée dans Bren-Delvomx^ 
en Brélès, Fin. (Bull. G. D., 1904, p. 94) mais la pronon- 
ciation sand- indique un mot commençant par une voyelle. 
Endal (saint) est, d'après Dom Lobineau, patron d'une 
église du diocèse de Vannes. Je ne sais sur quoi il se fonde. 

Eneour (saint) : a donné son nomàPloneour, à Plouneour- 
Trez, Plouneour-Menez, Piouneour-Lanvern (Fin.) : plebs 
sancti Encguori {Can. Landev., I). 



282 /. Lolh 

Ener (saint) : en Guerlesquin (Fin.). 

Galles : Ynyr Gwent, tige d'une famille de saints 
(Rees, Essay, 233). Ene?- et Ynyr représentent vraisembla- 
blement Onorins (^Honorius). 
Enever : Lann-cnever enBriec (Fin.), est peut-être le même 
saint que l'énigmatique saint Inifer en Plouay (Morb.) : la 
prononciation de ce nom m'est inconnue; je l'ai en vain 
demandée à des habitants de Plouay. 

Enever rappelle incontestablement Eneuiri, nom au génitif 
d'une inscription chrétienne conservée dans une chapelle de 
Goodrich Court en Galles (Rhys, Lect., p. 401). 
Enoder : v. Tinidor. 

Enogat (saint) : paroisse d'Ille-et -Vilaine. 
En l'absence de formes anciennes, il est difficile de rien 
avancer au sujet de ce saint. 

Enoret : Lan-enoret en Tregunc : 
Enoret, En-iuoret ? : 

Il y a un Loc-Iuiignoret dans le Cart. de Landev,, 19, qui 
paraît être différent. 
Envel : v. Guenvael. 

Eo (saint) : on n'a pas manqué d'écrire Saint Théo : Saint- 
Théo, en Plouguenast (C.-du-N.). L'erreur est manifeste par 
le fait que c'est le patron de Bod-eo, ce qui eût donné Boteo, si 
Teo était la forme sincère (Bull. G. D., 1903, 173)- 

CoRNWALL : S'-Eu, écrit S^-Eiue, paroisse : au xiii^ siècle 

on trouve Eccles. S^-Ewe, d'où on a tiré Ewa (Oliv., 

Mon., 440-462). Ce qui assure Eu, c'est qu'on a fait de 

/ Kew le patron ou patronne de Lanow (pour Laneo, 

Lan Eiu). Eo, Eiu est sans doute le gallois Yiu conser\'é 

dans Ystrad Yiu. cantref de Crickhowel en Brecknock- 

shire). 

Eol, Ewl : C'est le nom qu'on retrouve dans PeauJe (pron, 

P^o/), paroisse du Morbihan, plus anciennement P/t'rt/</(Pleaule, 

1387, Ploeaule, 1454). 

C'est aussi Eol qu'on a dans le nom estropié de Dineauh 
paroisse du Fin., comme le montre la forme Dincule (Din- 
eul), c'est-à-dire Din-ewl (Din citadelle) du Cart. de Landeven- 
nec. 



Les noms des suints hrcloiis 283 

Ce nom me paraît identique au Lan Din-iul, Lan Dimul du 
Book of Llandav : il ne me paraît avoir rien à faire avec Llàn- 
Ddeiniol. 

Eozen (saint) en Rosnoen, Saint-Yoïen en Poullaouen 
(Fin.). C'est le nom ancien Eudon (Ezvdon). Eo:;^en a donné 
Eîuen, et a été confondu comme le vieux nom Ewen avec 
celui de saint Yves. 

Erep (sant) bian et Sant-Erep bras, en Plabennec. 
Ergat : Lan-ergat en PouUan (Fin.). Ergat, suppose Aer- 
cat : v. Tergat. 

Ernan (saint) en Nostang (Morb.) : en 1505 saint Henian : 
sans doute saint Ternan : v. plus bas. 

Erneuc : Ploerneiic slu]. Pkrneuf comme Rotheiieiif \iouï: Rofc- 
neiic etc. Paimbœuf pour Penbô, Qiielneuf pour Quelneuc =^ 
IÇelenenc etc. Il me paraît certain que Erneuc est pour EIneuc 
par suite de dissimilation : il y a en Galles un saint Elnog, 
fils deTudclud de Holyhead en Anglesey (Rees, Lives, p. 599 
d'après des généalogies du HarL dis., 418 i). 

D'ailleurs, dans la vie de saint Goueznou, qui est du xr^ siècle, 
il y a une parochia Elnoci. 

Ervan (saint) en Cornwall (Oliver, Mon., 438). 
C'est notre saint Erwaii confondu avec saint Yves : cf. Sant- 
Y rouan en Plouaret (Logell Sant-Yrouan). 
Ervel : Lann-ervel en Rumengol. 

Galles :LIan-erfyl en Montgomeryshire : patron Erfyl 
quelquefois écrit, il est vrai, EiirfxL 
On peut aussi supposer que Ervel est ici pour Elvel par 
dissimilation : Elfael, nom bien connu en Galles. 

Erven (saint) : en Plouay : écrit à tort 'Derven dans Saint- 
Derven en Grandchamp, Damgan ; Sanl-Derven vihan et Sant- 
Derven vras en Meucon (Morb.). 

Galles : Saint-Eriien en Lan-cuni (Llangwm), Mon- 
mouthshire (B. Llandav., 274). Dans la Myv. arch. on 
trouve un saint Eriuyn sans autre indication, 425.1, qui 
doit peut-être se lire Ervyn. Le Book of Llandav donne 
un Ecclesia de sancto Aruyno qui est aujourd'hui S*-Arvan 
dans le même comté (Arch. Camb.^ 1902, p. 107). Erven 
rappelle le j'^ Arniine des anciennes Litanies. 



2 84 /• Loth 

Euffret dans Lan-euffret. On identifie ce nom avec Lan- 
wmrett (Lan sancti IViuvreli) du Cart. de Landevennec (La 
Borderie, Mc'm. de la soc. cfEin. des Côtes-dn-Xord). Je ne 
connais pas exactement la prononciation. Il me paraît probable 
que le nom a dû passer par la forme uvret représentant 
û'i-vret (vieux-bret. IViiv-hnt-^. 

Eval : Saint-Déval en Saint-Hernin (Fin.). Com.me Deval 
ne répond à rien et que la prononciation sandevall semble 
indiquer un mot commençant par une voyelle, j'ai préféré 
Eval : Saint-Eval de Cornwall est différent : v. Uvel. 

Le nom se retrouve ailleurs : Menevàl en Kerlouan ; Ker- 
eval en Plouneour-Trez (Fin.). 

La forme vieille-bretonne est probablement Et-iual : Treb- 
etwal {Chrest., 129). Etwal sera devenu Edival et Eval. 

Evy : saint Evy, chapelle à Saint-Jean-Trolimon ; on en a fait 
saint Yves : le patron est Devy, sans doute. 

Even : Logueven (Log-Eveii) en Plouhinec (Fin.); Llan- 
nevain (graphie française) en Clohars-Carnoët (Fin.). Even 
ou plutôt Eiuen est un nom bien connu. 

Ce saint a été confondu avec saint Yves. 

Eveltoc ' (saint) en Eveldoc, patron de Brouennou (Soc. 
arch. Fin., 1904, p. 311). 

Ewin : dans Phvin (C.-du-N.) : au xiv^ s. on prononce 
Plc-iin : Ploc-Eivin : la forme Pie ne s'explique guère dans 
cette zone que par le voisinage d'un e. On trouve la forme 
Plegiiiii qui achève la démonstration. 

CoRXWALL : S'"^Ewinus en Lelant, o/Zw Lanant. 

Ewl : V. EoL 

Felan (saint) en Silfiac (Morbihan) : c'est la forme que l'on 
trouve en 125 1 et qu'il faut garder. Les formes Fe:::^-glaii (foi 
pure) 1421, Fe^lan 145 1, sont des étymologies : elles n'ont 
qu'un intérêt linguistique. 

PicTES (Ecosse) : saint Phillan, écrit aussi saint-Felau, 
a une église à Strath-Fillan, fondée par Adamnan chez 



I. Une %-ie de Saint Hervé (Soc. Eut. des Côtes-du-Xorâ, 1891, p. 266) 
donne : partem Lan-doguolthoe ou Lan-doqitolthoc : si on adopte Do-iceUoc 
pour To-ivelloc on a notre saint. 



Les noms des saints brcloiis 285 

les Pietés (Bellesheim, Geschichte der Kath. Kirch. im 
Schotiland, I, p. 10 1). 

Ce saint a une église à Aberdour sur le Firth of Forth; 
sa Éête se célèbre en Ecosse le 9 juin. Il a évidemment été 
honoré chez les Bretons du Nord, 

Fiac : Saint-Fiac en Maroué (C.-du-N). 

Cf. pour le nom Lifjiac (Lis-Fiac) enTregomeur (C.-du-N.) 
et Men-fiac en Plouescat (Fin.). 

Il y a aussi un Lan-fiat en Mahalon qui pourrait être une 
mauvaise graphie. 

Fidweten (saint) : saint de Redon (Cart. Red., 420) : 
sancti Fitivcteui. Le nom est composé de fid et de lueithcn : qui 
combat pour la foi. 

Fily se trouve en Bretagne et dans des noms de lieux et 
fréquemment comme nom d'homme : Tre Fily (C. Landav., 
47); Ker-fily en Elven etc. 

Cependant rien n'indique qu'il y ait eu un saint Fily. 

Or, il y a une paroisse de Filley, Fillye ou Fhilley en Cor- 
nwal; un saint Ffili qui a une église à Rhos Ffili en Gower 
(Rees, Essay, ijj) : cf. Caer-phili en Glamorganshire. 

Fingar : v. Guigner. 

Forion (saint) en Plusquellec (C.-du-N.) : probablement 
Saint-Symphorien qu'on appelle couramment en Locmalo 
(Morbihan), Zatit Forien. Son culte paraît avoir été assez 
répandu. 

Sanctus Symphorianus est honoré en Elerkey en Cornwall 
(Oliv., Mo//., 438). 

Fragan : Saint-Fregan (on trouve Frogau) écrit à tort avec 
un t final, trêve de Guisseny ; ce saint a donné son nom à 
Plou-fragan. 

La forme ancienne est Fracan. 

Freuc (saint) en Plancoet (C.-du-N.) : Plancoet est en zone 
française : serait-ce le vieux-breton Freoc ? 

Galop (saint) en Plumieux (C.-du-N.). 

Comme nous sommes en pays depuis longtemps de langue 
française, il est très probable qu'il s'agit de Saint-JVin-Waloe : 
cf. Saint-Galery dans la même zone pour Saint-Waler}^ 
Saint Winwaloe a été honoré sous le nom de JValoe : il y avait 

Revue Celtique, XXIX. 19 



286 J. Loi h 

une église sous le vocable de saint Walloi, en 1042 à Montreuil- 
sur-mer (Oheix, Les reliques bretonnes de Montreiiil-sur-mer , 
Nantes, 1906, p. 11). Le p final est dû à une mauvaise plai- 
santerie. 

Ganton (saint) : paraît extrait de saint Gueganton, qui est, 
en effet, le patron de cette paroisse (de Corson, PoiiilU d'IIle- 
el-FiL, VI, p. 23). 

Gelven (saint) dans les C.-du-X. Le g = / français : le 
patron est saint Jiivenal ! La forme est altérée. 

Gemel : v. GuenvaeL 

Genidic : Loqninidic en Cast. 

Le saint qui y est honoré est saint Geniste ! 

On a aussi tiré de ce nom de lieu un mint Tinidic, ce qui 
est impossible. La seule forme qui ait une apparence bretonne 
est Ginidic pour Geiiedic (cf. gallois genedig, né de (Sur ces 
noms, V. Bull. C. D. 1905, p. 128). 

Genedauc existe dans les Généal. galloises. 

Gerand (saint) paroisse du Morbihan. 

La forme la plus ancienne est saint Gelan (1406) qui 
représente la prononciation actuelle : san Jelàn (sur ce saint, 
V. Annales de Bret.,ll, 67). 

Gerfred (saint) : moine de Glanfeuil, qui a vécu en Bre- 
tagne (Cart. Red., 412). Il aurait donné son nom à Logueffret 
(Fin.), ce qui me paraît peu probable : il y a une confusion et 
superposition de deux mots différents : v. Euffret. 

Gildas (saint) : Ce saint est honoré en Bretagne à peu près 
partout sous la forme Gûeltas : sant Weltas et sant Veltas sui- 
vant les régions. On dit à Rhuys san Gedas avec g dur, mais 
c'est une prononciation très vraisemblablement faite sur Gil- 
das. Giï'ellas ne peut remonter à Gildas, non pas tant à cause 
de l'absence de vocalisation de / devant d, qui peut se justi- 
fier, mais à cause du giO initial. Si, en effet, on suppose que / 
représente ei, on eût dû avoir partout Goneltas. Il y a là une 
énigme historique difficile à pénétrer. 

Saint Gildas est le saint dont le culte est le plus répandu : 
Il y a des saint Gildas en Penestin, Rieux^ Marzan, Saint- 
Armel, Caden, Gavres,Bohal (Morbihan); Bothoa, Canihuel, 
Saint-Gilles-Pligeaux (Guellai); Plevenon (Saint-Gueltas) 



Les )io/iis des saillis bretons 287 

Lanrivnin,La Harmoie, Vieux-Bourg-Quintin, Mael-Pestivien, 
Laniscat, Saint-Mayeux (C.-du-N.) ; Croix-Gueltas, en Com- 
brit (Gueldas) ; Guissény, Cast, Plouguerneau (^sanl Vcllas) 
dans le Finistère. C'est surtout dans les loc qu'il apparaît : 
Loqueltas = Locgivellas. Logueltas paroisse du Morb. ; Locquel- 
tas (ou Loqiiellas) en Arradon, Baden, Baud, Bubrv, Crach, 
Groix, Locoal-Mendon, Plaudren, Ploemeur, Port-Philippe 
(Belle-Ile), Cléguerec, Inguiniel, Nostang, Sulniac, Sauzon 
(Belle-Ile) : dans le Morbihan. La principale paroisse est Saint- 
Gildas-de-Rhuys où il a son tombeau. Loqueltas à Ouessant 
(de plus, Mi\ Pars Gildas; Me^ Gueltas), Ergué-Gaberic, 
Benodet (Finistère), Loqueltas en Saint-Nicolas-du-Pélem 
(C.-du-N.). 

On peut citer encore Sant-Veltas en Cleden-cap-Sizun, Lan- 
houarneau. 

Saint Gildas a donné son nom encore à Saint-Gildas-des- 
Bois (Loire-Inf.), à la pointe de Saint-Gildas à l'embouchure 
de la Loire sur la rive gauche. 

Gingurianus (saint) : moine de Rhuys, au xi^ siècle. Le 
nom est Giuin-gHTian (ou Gurieii) ou lun-giirian : cf. Ginguené 
=: lunkeneo. Goiirien existe dans Lann-oiineii, V. Locuiiclien. 

Glen (saint), paroisse des C.-du-N. : i"" Gleniis (Pouillé 
de Dol). 

Goal (saint) : La forme la plus ancienne du nom de ce saint 
est Woitwal (vita Vodoali Bibl. nat. lat. 17626, x'^ s.). Dans 
les Litanies, on a s^^ Guidguah et Guoidwale qui vaut mieux, 
comme le montre l'évolution du nom. 

Ce saint a donné son nom à Locoal, presqu'île en Locoal- 
Mendon (Morb.) : Locus sancti Guituali en 1037; sanctus 
Guduahis en 1387; Locoal en Camiors (Morb.). Il y a Saint- 
Coal pour Saut-Goal} en Guilligomarch (Fin., ancienne- 
ment diocèse de Vannes). Loposcoual en Baud (Morb.) est ponr 
Loc-post-Goal. 

Saint-Oiual, chapelle en Loctudy (Fin.), est sans doute 
consacré au même saint : saut Ou-ical et Oual (on prononce 
Oit-al). 

CoRXWALL : Gudiual : auj. écrit Gulval. 

Il y a un saint Gurval qui a dû être confondu en Bretagne 



288 /. Loi h 

aussi avec l'autre : on trouve dans les litanies : s^ Gurgiiah 
pour GurguaJt ou Gurgnall. 

Il y a un ruisseau de Saint-Gurval en Guer, mais la forme 
est littéraire et ne prouve rien : il eût fallu au moins 
Gùiirval. 

Le nom de paroisse Giilval en Cornwall est en faveur de 
Gurwal. Les litanies de Dunkeld (Haddan et Stubbs, CoimciJs, 
II, p. 281) ont s' Gudal. 

Goazec (saint) : paroisse du Finistère. 

Ce saint est tout différent de Gone~ec et de Guoiié^-nou. Le 
nom rappelle le gallois Gwassaivc qui apparaît dans le Livre 
noir : guassauc uicu fit, le gâtant de ma toi. Il est cependant 
possible que Goazec soit pour Goathoc, Goelhoc : cf. Lan-oa:;pc 
en Ploudaniel (Fin.). Ici le sens de Lan n'est pas sûr; cela 
peut signifier : Lande arrosée par des ruisseaux. 

Goazou : Saint-Oa~oii en Plourin : cf. Goazec. 

Gobrien (saint) : s^"^^ Gohrianiis a vécu au xiii^ siècle. Il 
est honoré à Camors, Saint-Servant, Rohan (Morb.). Il est 
sous une forme littéraire et traditionnelle ; c'est un dérivé 
de iiiio-hri conservé dans Saint-Gouvry (v. gall. uiiohriach 
gl. sapientior). Si la prononciation était actuellement gobrien 
en breton, il faudrait supposer une forme vieille-bret. uiio- 
prian qui peut s'expliquer. 

Goelan : conservé dans le nom de la paroisse de Lan- 
goelati (dès 1268) : on prononce Laicelan (canton de Gué- 
mené-sur-Scorff, Morbihan). Il est possible et même probable 
que c'est le patron de Saint-xMelan en Lignol, dans le même 
canton, car on prononce Za-welan. 

CoRNW.\LL : Dans le Domesday Book pour le Cornwall, 
apparaît un manoir de San-gi(ilnnd possédé ipAV Thurston. 
Serait-ce aujourd'hui Golant (Oliver , Mon. , -\^2) ? Cf. saint 
FacJa)! en Irlande ? 

Goezian, Gozien (saint). Dans les litanies anc. sancte Giioi 
diane ; S^-Guedian dans le Cart. de Quimperlé. Dans la vie 
de saint Coulven (Soc. arch. Fin., 1904, p. 76) on trouve 
Godian et Go^ian ; cf. Dom Lobineau, Vies, p. 47. 

Ce nom apparaît évolué en Goezian (J. Loth, Chrest, 208); 
au xiV-' s. Goezjan a donné son nom à Audierne (Finist.) ; 



Les noms des saiiils bretons 289 

Audierm est une pure absurdité ; le nom breton est Goyen ; 
c'est le port de Got\ia}i en i-|io; on trouve :iussi Tref Goe~iau 
{Bull. CD., 1902, p. 177). Son nom apparaît encore dans Lan- 
oiiiien en Landivisiau. 

Pour le sens cf. le gallois giredcli, gunidiaiit. prière, 

CoRNWALL : Gîuithian, Givethian, paroisse, 5'"^ Gol- 
hianiis (Oliver, Mon., 139). 

Gohin : Locohiu en Kervignac (Morb.) L'absence d'infection 
indique non co- mais giio-; c'est probablement un saint Goâin 
ou Gond in. 

Galles : i* Givddin à Llan-u'ddin (Denbighshire; 
Ktes,Essay, 145). 

Golgon : v. Gorgon. 

Golven (saint) Goulven (saint) : saint Golven en Canrel, Lan- 
loiip(C.-du-y,.y Locolvcn, (Locohven) var. Locoulven, Locoul- 
guen en Bubr}^, Inguiniel (Morb.) ; Saint-Golvin (graphie tran- 
çaisc) en Taupont (Morb.); Goulven, Goiilien, paroisses du 
Fin. ; S^-Voiilchien en La Feuillée (Fin.). Saint Goulven 
a des chapelles à Edern, Hanvec et est honoré à Dirinon et 
Saint-Didier (Fin.), Saint-Goulven en Lanvellec (C.-du-N.). 
Il y aune fontaine de Saint-Goulven à Keroulien en Plouider. 

Dans les anc. lit. son nom est 5"" Gitlhiiinne ÇFnlviniis dans 
le Mart. de CastclL, v. J. Loth, Anc. Lit. Rro. Celt., 1890, 
p. 141 ; V. vie de Saint Goulven (Soc. arch. Fin., 1890, 
p. 204). 

Le nom apparaît plusieurs fois dans le B. Llandav (27e) : 
Guollguinn (276). 

Gonery (saint) : paroisse du Morbihan ; Saint-Gonery (Sûint- 
Conery dans la prononciation) en Plougrescant (C.-du-N.). 
Lan-Gonery (qui semble supposer Co««'v) en Plourin. 

Gonlai (saint) : ancien évêché de Saint-Malo. Ce nom paraît 
identique de prime abord à celui du saint gallois Giundle (5^"^ 
Giindlciis) ; cf. Nant-Gwnlh en Cardiganshire, mais en gallois 
la forme est Gwynllyw. Et c'est bien le saint qui est invoqué 
dans les Anc. Lit. sous la forme Sancte Gnenleite. Saint- 
Gonlai est en zone française, anciennement bretonnante ; 
il est impossible de songer à retrouver la forme sincère par 
la prononciation. 



290 /. Loth 

Gorgon (saint) : paroisse du Morbihan ; Saint-Golgon en 
Trégastel (C.-du-N.). Pour le nom, cf. Kcroiirgou en Plouvien^ 
(Fin.). Cf. GiurgoN, fille de Brychan et mère de s' Dewi 
(Rees, Es sa y, 147). 

Gorvé : Locorvéen Plouray (Morb.), en Glomel (C.-du-N.). 

Galles : Gorfyw sant, capel Gorfyw à Bangor {Myv. 

arch., 427. 2). Pour la finale en breton, cf. Hoarvé = 

Hoiarnbiii. D'ailleurs, on a Les-corveo (Lescorveau) en 

Saint-Nic (Fin.) 

Gouarhen (saint) : Bitsitt sent Uiiarheu (Biisitt : la boissière), 
dans le cart. de Landév. 33. 

Gouazien (saint) : v. Goe~iau. 

Goudas (saint) en Pleslin (C.-du-N.), (zone française); 
prononciation dialectale supposant Goiieltas. 

Gouescat (saint) : ce saint est patron de Tréogat; il est 
honoré dans la chapelle de Treouescat en Guipronvel ; nos 
prêtres ne sont pas très fixés sur son nom ; on l'appelle aussi 
s^ Escat, Ergat, Boscat. Ces formes peuvent à la rigueur 
s'expliquer toutes en partant du *Woed-cat, par des variations 
dialectales (Soc. arch. Fin., 1903, p. 173 ; 1905, p. 200). 
Le â spirant apparaît également comme ;• dans s'^ Turiua- 
pour Tiiâu'al= Tiit-ïual, forme dialectale du Trégorrois; Laiil 
iirgat pour Lan-Iiiâcat . 

Gouezec : paroisse du Fin.; en 1468 Goe:;euc. C'est le même 
saint que GoueT^mu; c'est la forme hypocoristique; cf. Brioc et 
Brio-magJiis. Il apparaît sous la forme To-iuedoc donnée dans la 
vie de Saint-Paul de Léon, doublet de IVoednovius ; conservé 
dans Saiiit-Toue~ec en Plounez (C.-du-N.). M. Tempier, 
archiviste des Côtes-du-Nord, me signale également le village 
et la fotitaine de L(m-doiu\ec. Pour Goiie~ec, cf. Lan-voe::ec en 
Pouldergat (Fin.). 

Goueznou (saint) a donné son nom à la paroisse de Goiie^- 
nou (Fin.); en 1516 Lan-goe:^noii. C'est le saint compagnon de 
Paul Aurélien : IVoednaviits (et Towedocus^ : laoed-non pour 
*iuoed-gnou : moyen breton gnoUi évident, qui sait et qui 
connaît. Saint-Goueno paroisse de Saint-Brieuc ; Saint- 
Gouenoen Plélo : on lit dans les Ane. Év. (IV. 217, an 1300), 
.eccles. de la 5'° Godenano en Pklou ; il faut corriger Sto 
Godnauo (^Godennud). 



Les iwnts lics saiiils bretons 291 

La fontaine Saint-Oiiéno en Plédran; le pré Saint-Gouéno 
en Saint-Gilles-vieux-marché (C.-du-N.). 

CoRNWALL : c'est vraisemblablement le saint qui a donné 
son nom à Lan-udno : u (on français vraisemblablement) 
est conforme à la phonétique comique. On trouve Z,^??- 
uthnoe qui ne prouve rien (Ol., Mon., 461-462). Si // repré- 
sente // français, le nom serait lud-noiu. L'église a disparu 
et le nom n'est plus conservé que dans le manoir de 
Lan-ulhno. 
Gouidi (saint) ou Hoiiidi : s^ Onidi en Treflez (Fin.). 
Goulouan : chapelle de Lan-oidouan en Plouguin. (Soc. 
arch. Fin., 1876, p. 47). 
Goulven : v. Golven. 

Gouray est le nom d'une paroisse des C.-du-N. La forme 
courante au moyen âge étant Gorre (le haut, le sommet ; on 
dit Le Gouray encore), ce nom n'a rien à faire avec le saint 
gallois Givrai, saint de Bangor Deinioel en Gwynedd, ou 
Gwrhai, fondateur de Penystrywad en Arwystli (Montgo- 
meryshire, cf. Jones, Cyiiini i, 607). En revanche il me paraît 
très possible que Givrai ait donné son nom à la paroisse de 
Flouray (Morbihan) : la forme pion, dans cette zone, ne peut 
guère s'expliquer que par l'appui dans la syllabe suivante 
d'un IV ou : Plon-ouray. 

Gouredec (saint) : mal lu saint Tonredec par Dom Lobineau, 
Vies des saints. 

Galles : chapelleniede Gwredog en Llantrisant (Angle- 
sey) ; un saint du même nom y est honoré (Arch. Camhr., 
1900, p. 85). 
Gourhant (saint) : ~ant Ourhant en Plounevez-Moedec (C.- 
du-N.). = Gourhant; vieux breton luur-ivant, nom bien 
connu d'un héros du ix" siècle'. On en a fait Saint-Ethnrien. 
Gourlais (saint); Gourloe : écrit avec un s qui n'existe pas. 
Saint-Gourlais au Croisic (Loire-Lif.); Saint-Gonrlais en 
Muzillac (Morb.). Pour le nom, cf. Run-Gourlay en Le Faou 
(Finist.). Il me paraît probable que la forme la plus ancienne 
est Gourloe qui a donné en Haute-Corn, et en bas-Vannetais 

I. Il a donné son nom à une rue de Rennes sous la forme barbare de 
Gurvand. 



292 /. Li^tb 

Gourloïi' (cf. Caradou = Caradoe ; nadoiu, Haute-Corn. =: 
nadawe = nadoeâ, aiguille). Il est très probable que saint 
Gurloes {GotirJoes, Giirhesius) a été confondu avec un saint 
plus ancien, car dans la région du Faouet et Quimperlé, il n'est 
connu que sous la forme GoiirJùiv, (j^and oiirlou'). Il est honoré 
sous ce nom à Locmalo (Morb.). 

D un autre côté, la forme Gourloes est bien bretonne et fort 
connue en Cornwall. 

Gouron ? : dans Lannoiiron, nom connu : il v a une rue de 
La nu 01 ir on à Brest. 

Cornwall : s. Goronus (Ecl. s'' Gcroni au xiii^ s.), auj. 
Gorau (Oliv., Mon., 461). 

Le nom se retrouve probablement sous la forme vieille- 
bretonne Uuoron= Uiiron, en 833, dans la Cart. de Red., 7 ; 
Gouron, gall. o-iuron, signifie vaillant. 

Gourthiern : v. Gurthiern. 

Goustan (saint) : a donné son nom à la paroisse de Saint- 
Goustan d'Auray; (5' Guhtanus de Alrayo en 1387); Saint- 
Golstan en Theix; S'-Goustein en Quistinic (Morb.) ; Saint- 
Goustan en Croisic (Loire-Inf.). Il est le patron de Hoedic 
(Hédic) et de l'église paroissiale de Saint-Gildas (Morb.); son 
tombeau est dans l'église de Saint-Gildas de Rhuys. Sa vie est 
légendaire. Elle est sans doute vraie en un point, c'est qu'il 
aurait été enlevé de Grande-Bretagne par des pirates et débarqué 
au bout de plusieurs années de servitude, à cause d'une infir- 
mité, sur les côtes du Léon. Il serait ensuite allé se jeter aux 
pieds de saint Paul de Léon, puis après un voyage en Terre 
sainte, serait venu demander à l'abbé Félix de le recevoir au 
nombre de ses religieux. Saint Paul vivant au vi"" siècle et Félix 
au x'^-xr, on voIl ce qu'il faut penser de cette vie (Albert-le- 
Grand). Il me paraît sûr, étant donné le fait que Goulstan a 
été patron de divers lieux importants, et notamment de l'église 
de Saint-Gildas, que ce saint a vécu bien avant le xi" siècle. 

Le nom est anglo-saxon mais connu en Galles. Il y a un 
saint Gii'htan (écrit Giuylystan ; on trouve dans les triades 
Golystan) honoré en Galles, le 19 janvier (lolo mss., p. 152, 
d'après un ms. écrit vers 1500). 

Albert le Grand écrit Gunstan. 



Li'S noms des saints bretons 293 

Gouvry (saint) a donné son nom a une paroisse du Morbi- 
han (^"" Gobriciiis en 1387; Saint-Govri en 1422); cf. Gobrien. 
Saint-Gouvry est aussi une trêve de Rohan (Morb.). 

Gouzel : Lann-ou^el en Plougastel-Daoulas (Fin.). 
CoRNWALL : Guithiel, nom d'une paroisse. 

Gouzien : v. Goezian '. 

Gueganton (saint) : La forme la plus ancienne de ce nom est : 
Giien-ganton {Gitenguenîon dans un calendrier de Saint-Meven, 
d'après Tresvaux I). Uiiicanton existe aussi bien que Uuin-cant, 
en vieux breton (J. Loth, Chrcst . , 174-175). Le nom est 
également Winganton dans les Script, hist., franc., t. III, 
p. 144). Les reliques de saint Gueganton Turent transportées 
à Paris, lors des invasions Scandinaves. Il est honoré k 
Saint-Neganton en Saint-Agathon (C.-du-N.). On prononce 
san-eganton = san-ivegauton ; cf. .san-noiiardon pour Sani- 
Houardon. Il me paraît évident que Saint-Agathon est une de 
ces stupides métamorphoses dont le calendrier et l'onomas- 
tique bretonne donnent tant d'exemples. 

Il y a un Ker-veganton (régulier pour ker-ikgantoii) en Tréglo- 
nou (C.-du-N.), V. plus haut, Saint-Canton. 

Guegon : paroisse de Guégon (Morb.) : Lan Guegon on 
maguacroii en Gouezec, Fin. (Cart. de Landévennec, 18, acte 
du xiii'^ s.); Lafi-veguen (yegen) en Gouezec : s'"' Viconus 
(Cart. Landév., 12). 

Guehenno doit être considéré comme un nom de saint. Le 
nom de cette paroisse était en effet, moHSter-Giie:-enou, en 1260. 
Giiehcinw représente une forme vieille-bretonne Uneithgnoii. 

Guehenoc (saint) : v. Guethenoc. 

Guelleau (saint), aussi saint Vellc (^Welleo) honoré dans la 
chapelle de Gnicquelleaii en Folgoet : évêque ermite à Toulran 
(Soc. arch. Fin., 1905, p. 187). 

Guen (saint) : en Ploufragan, St-Guen à Mur (C.-du-N.); 
Saint-Gucn en Baud, Guénin, Saint-Tudual ÇTiigdual); Pleu- 
vcn (Fin.). 

I. Gou:iieH peut, il est vrai, venir de u'id-gcii. II semble bien que Goe~ien 
soit la formelongue, à deux termu^iuoeâ-geii , et Go^ian ou Goe:;;^iati la forme 
courte avec suffixe -i-an. Il est très probable que saint Goita-ien, patron de 
LarA'oy en Hanvec, est le même saint ; car il y a des variantes qui ramènent 
à Goeâien, comme saint Golien (lisez Goven) et snnt Oyait (mal écrit ayant): 
d. Soc. arch. Fin., 1904, p. 39). 



294 /■ Lof h 

Galles : saint Gwynn, honoré avec ses frères, Gwynno, 
Gw'ynnoro, Celynin, Ceitho, à Llanpumsant (monastère 
des 5 saints) en Carmarthen (Rees, Essax, 213). 
Guen (sainte). Dans l'église de Saint- Vennec en Briec (Fin.), 
il y a une statue de sainte Guen Trimammis '. 

Galles : Giveti Teirbron (Trimamma) est la mère de 
Caîvan, saint honoré en Enlli (île de Bardse}') : Archiv. 
II, 159. On voit justement que notre Guen triviatnmis 
est la mère non seulement de saint Jacut, mais encore de 
Guethenoc, lequel en sa qualité de guerrier fut surnommé 
Cadivan : lisez Cadvan = Catu-mano-, homme de combat 
(v. note I à la page 773 des Vies des saints d'Albert le 
Grand rééditées par MM. Abgrall, Peyron et Thomas : 
les éditeurs naturellement n'ont pas songé à ce rapproche- 
ment). Comme Guethenoc signifie également qui combat, 
il est très probable que cadvan est le nom et Guethenoc le 
surnom. 

CoRNWALL : sainte Wenn, église en Morval. 
Guenan : I^;/-':'É'//rt;/ en Quimerch (Fin.) ; Peu-venan (Pen- 
wenan), Côtes-du-Nord. 

Galles : sainte Gwenan, fille de Gildas (Archives, II, 

177)- 

Guengalon (saint) : saint Wincalon, saint de Redon (Cart. 
Red. 420); a donné son nom à une paroisse, aujourd'hui de 
langue française ; Vilde-Guingalan (C.-du-N.) 

Guengar (saint) : Saint-Guengar (Eccl. 5'' Guengari 1133), 
en Pierric (Loire-Inf.) ; 

Lan-guengar , ancienne paroisse à une lieue au nord-est de 
Lesneven (Albert le Grand, Vies, p. 650, Soc.arch. Fin., 1905, 
p. 185); cette paroisse est annexée à Lesneven ; on trouve 
incorrectement écrit au cadastre : Languingar, Bourg-Languin- 
gar, Coat-, Goarein-, Parc-Langningar. 

Guengat : paroisse du Finistère. Comme pour Beuzec. Gué- 
gon et d'autres, le nom de ploue a été omis. Dans le vieux- 
bréviaire de Léon, on trouve en effet : de S'° Gucngado(J)mnt, 
Brév., p. 228). 

I. Bidl.Comm. Dioc, 1901, p. 117. 



Les noms des saints bretons 295 

Lavengat en Guissény (Fin.), plus anciennement Laii-iTngat 
(r=r Wengat); Albert le Grand, Vies, p. 60. 

Guengu (sainte). Cette sainte se déguise aujourd'hui sous le 
nom de Sainte-Candide qui traduit à peu près son nom. Il y a, 
en effet, en Tourc'h (Fin.), une chapelle de Sainte Candide, 
auprès Lociinduff. Or un aveu de 16 19 {BiiU. C. D. 1903 , p. 84) 
nous apprend que la sainte patronne de Locunduff est sainte 
Vengu. Il est évident que Locundiif est un barbarisme pour 
Locimgiijf = Loc-gicetigiiff: cf. LociiHolé^Loc-gzvenolé; la diffé- 
rence de forme entre Lociinolé et LoquénoJé est due au degré de 
palatalisation de g dans giue. 

Les rédacteurs du Bull, de la Cotnin. Dioc, n'ont pas soup- 
çonné l'erreur de graphie de Locunduff et ont rapproché 
Guengu de Guoi-gustle, surnom de s*'' Ninnoc. La vie de sainte 
Ninnoc est interpolée avec des additions empruntées à des docu- 
ments gallois. En lisant la revue des Eglises et chapelles du 
Fin., dans le Bull, de la soc. arch. Fin., 1903, p. 161, je trouve 
la forme Loc Guenguff. 

Guenhael (saint) : en Caudan, Cleguer, Plouharnel, Pluvi- 
gner, Guiscriff (Morb.); à Gomené (C.-du-N.). Il a eu des 
chapelles en Poullaouen, Elliant, Moeian, Penhars, Ploneïs, 
Landivisiau, Corav (celle-ci existe) ; en Pouldergat, sa cha- 
pelle est l'objet encore d'un pèlerinage. Il a sa statue et sa 
fontaine à Ergué-Gaberic près Quimper. Il est patron de 
Plougonvélen, de Botlazec (Fin.). 

Le monastère principal de Guenhael, favorisé par Weroc, 
tombé en ruine, fut remplacé par un autre plus grand, par 
Nomenoe, mais détruit par les Normands. Il était en Caudan; 
à côté de Saint-Guenael en cette paroisse, il y a encore un 
Locunel {Loc-gibenel, Loc-wenhaeî) ; son nom apparaît sous des 
formes diverses dans : Lan-veuaè'l en Plomeur, Saint-Vinnel en 
Poullaouen (cf. Saiut-Guinel en Mauron, Morb.); Saint-Guénal 
et Saint-Vénal en Landivisiau, Saint-Vénal en Saint-Pol de 
Léon; Sai)it-Giiê)ial en Poullaouen. 

Guenoc, Guenec (saint) : s^ Venoc en Plouhinec ; s' Vennec 
en Briec, Combrit, Landrevarzec (Finist.); Lan-venec en 
Plourin (Finist.) ; en Lanrivoaré ; dans le cart. de Landév 39, 
c'est Lan-guenoc et cette terre est donnée comme le patrimoine 



296 /. Loth 

de saint Gucnhael. Le nom de Giieiiucc, apparaît encore dans 
celui de la paroisse de Tre-veneuc {C.- àn-'H .). 

Ce saint a été sûrement confondu avec saint Winwaloe ; il 
a été anssi confondu avec saint Gucthmc. 

CoRNWALL : Lan-iucnock, aujourd'hui Lewanick, est, en 
effet, comme Lande wednack (Lan-dewennoc), dans le 
même pays, dédié à 5' Wenach. Il est, en outre, pos- 
sible qu'il ait été confondu avec notre saint Winnoc, 
neveu de Judoc, patron de Bergues-Saint-Winnoc en 
Flandre-française. 
L'existence d'un saint Gwynnog en Galles, semble bien 
démontrer qu'il y a eu antérieurement à s' Guenoléet surtout 
à s* Winnoc qui est du vii^ siècle, un autre s^ Whinoc. Giuynnog 
a donné son nom à Llan-iunog en Montgomeryshire (^Arch. 
Canihr., 1901, p. 145). (Sanctns Gwinociis au xix'^ s.). Il y z 
un s' Winoch dans les Lit. de Dunkeld (Haddan et Stubbes, 
Connais, IL Part I, 280). 

Guénin (saint) : en Plouray; Guenin est aussi le nom d'une 
paroisse du Morbihan; Locqninin en Plouhinec (Fin.) : Tribus 
Sancli-Gninnini (Cart. de Quimperlé, 264). 

Il y a un saint Guénin, évêque de Vannes au vii*^ siècle, 
mais il a eu des prédécesseurs du même nom, comme on va 
le voir : 

Galles : saint Givynnin a donné son nom à Llan-dygtvy- 
nniu^ en Carnarvon ; sa fête se célébrait le 3 i décembre. 
(Ktts,Essay, 302; cf. Archiv., IL p. 177). 
Guenioc : v. Guignée. 

Guéno (saint) en Plouguiel (C.-du-N.); Lan-veaon en Ki- 
merc'h n'a rien à faire avec Gonenou, GoneÂjion. 

Galles : Gwynno, saint honoré avec Illtut et Tyfodwg 

à Llantrisaint en Glamorgan ; Llanwynno en Glamorgan, 

chapelle dépendant de Llantrisaint (Rees, Essay, 257) : 

V. Guinou. 

Guenolé (saint) : La forme la plus ancienne est Win-iuahe\ 

sanctns Gningnaloens (Cart. Landev., 103); le sancti Guennwloci 

du Cart. de Quimperlé doit être corrigé en Sancti Guennoloei. 

I. On devrait, dans ce cas, avoir Lhn-dyivynnm. 



Les noms th'S saiiils bretons 297 

Saint-Guénole en Clohars-Fouesnant, Lannilis, Collorec, 
Locronan, Elliant, Beuzec-cap-SizLin, Beuzec-cap-Caval(Finist.); 
en Priziac, Langonnet, Gourin, (Morbihan) ; en Tonquédec, 
Plourac'h, Quimper-Guézennec; Locunolé en Inzinzac, Pont- 
scorff, Kervignac, Kistinic, (Morb.). Locunolé est aussi une 
paroisse du Finistère, de même que Loquénolé ; il y a aussi 
un Loquénolé en Plounevez-du-Faou. 

Il y avait à Montreuil-sur-Mer une église sous le vocable de 
ce saint, sous le nom de Saint- Walloi (v. Galop plus haut). 

Sous le nom de To-w)nnoc,(jo -\- dérivé du premier terme), 
il a donné son nom à Landevennec. 

CoRNWALL : Il est honoré sous trois noms en Corn- 
wall : Giuennoch, patron de Laiideucdnnck; Toiuinnoc qui a 
donné son nom à la paroisse justement de Lan-dewed- 
nack; Giumualloe, Gzunwallo, également paroisse. Tresmere 
est aussi dédié à saint Winwolaus (OUver, Mon., 443). 
Oliver cite une capella s^" Ye et 5^' Toiuynnoci. En 
1544, l'évêque Hippo consacre le cimetière de l'église 
paroissiale de S*-Tewynnoc. 

Winiual est un nom connu en Galles (Giungiial, 
Cart. B. Llandav., 169). 
Guentroc (sainte) : Parc santés Ventroc en Trèfles (Fin.). 
C'est un surnom ; la sainte guérit des tranchées (giuciitr et 
gwentï) : v. J. Loth, Annales de Bret. 

Guenvael (s*) : v. appendice. Il y a eu confusion entre deux 
saints : Envd et Giicnvad. En eflet il y a dans la paroisse de 
Loquenvel (C.-du-N.) un village de Guern-eiwel (à Sihiril, 
un Laîî-eiifel), probablement pour Guern-envel. D'un autre 
côté, la prononciation dure du c de Loc, dans Loquenvel, 
prouve que le nom du saint commence par une consonne ; or, 
en 1440 on trouve dans les chartes de l'abbaye de la Joie un 
Loc-Gnenvael qui explique parfaitement Loc-envel : cf. Loquevel 
en Locarn (Fin.): 

Guenvael est représenté dans les Inscr . chrét. de Gr.-Bret., 
par Fendu-niagH. La forme proposée est encore justifiée par la 
graphie Ecclesia Sancti Guemelli (^Anc. Ev., IV, p. 278, an 
1163; les auteurs n'ont pas identifié ce nom). 

De Loquenvel, on a tiré Saint-Envel. Comme nous l'avons 
dit, ce nom existe réellement ; 



2^8 y. Loth 

Galles : Mcribxr E)ifail (église consacrée à la martyre 

ou martyr Enfail, en Carmarthen) ; Enfail est donnée 

comme fille de Brychan, mais il n'y a pas à s'arrêter à 

toutes ces filiations de saints Gallois. 

Guethnoc, Guethenoc (saint) : saint Guethenoc, frère de saint 

Jacu (v. Guen (sainte) plus haut) ; Lan-uuelhnoc (cart. Land. 

33),. plus tard en 1241 Lan-giie::;enoc en Pleyben (Bull. C. 

Dioc, 1902, p. 231, 229) ; ce saint a été aussi honoré sous le 

nom de To-u<eithnoc, comme le prouve Lan-degiiedenoc (ibid.). 

Guethenoc, Gtiedenoc est devenu, en Cornouailles, par endroits, 

Gitennec ; c'est sous ce nom que Giuethnoc est honoré dans une 

chapelle près Quèménéven (Fin . ) ; dans une chapelle en 

Briec : 1578 s^"" Goeinoce et s^ Guesnec (Soc. Arch. Fin., 1893, 

p. 119, 120. 

CoRNWALL : Dans le Domesday Book : Lan-wehenoc, 
Lan-guihenoc . 
Guidel : grande paroisse du Morbihan; au xii' siècle Guiditl; 
Guiilel=w. breton Guitaul= Vitàlo. Ce nom était répandu chez 
les Bretons insulaires : (Nennius, Hist.Brit., LIV). Il est pro- 
bable qu'ici comme pourGuegon, Beuzec, Cavan etc., le terme 
pion, longtemps resté en usage, dans le sens de paroisse, aura 
été négligé : on aura dit par abréviation Guidel. 
Guidou (saint) en Loctudy (Fin.). 
Guien ? (S') : a donné son nom à Plou-vien (Finist.). 

Galles : Lan-uuien (B. Llandav, 20e); on en a tiré 
s^ Nuuien en annexant n de Lann à uuien : Ecclesia 
Saiicti Nuuien (ibid., 31). 
Guignenec (saint) en Mael-Carhaix (C.-du-N.) ; on pro- 
nonce couramment s^ Kiuignenec, ce qui est régulier ; 1'/" doit 
provenir de n palatal : Guignenec suppose une forme vieille 
bretonne Uînionoc, qui n'a rien d'extraordinaire; cf. gallois 
Gwynnio)iydd. 

Guigner (saint) : patron de Plu-vigner (Morb.) ; Plc-guinner 
en iiy)) Pleu-vingner en 1327. 

Cornwall : s^ Vinnier, Gwnear paroisse. On a iden- 
tifié ce nom avec celui du saint irlandais Fingar. On raconte 
que Fingar ou Guigner fut martyrisé en Cornwall avec 
sa sœur Piala (O'Hanlon met leur fête au 23 février). Les 



La noms des saiiils breloiis 299 

deux noms sont très différents : Fiiigar ne peut donner Gui 
gner. Le nom de Giiiiiier est sûrement brittonique et ancien ; 
on trouve, en effet, dans le Book of Llandav, un témoin 
du nom de Guinier (s'écrit aussi Guiner), fils de Jacuan, 
(p. 174). Dans ma Chrest., p. 129, trompé par une mau- 
vaise lecture du cornique(j 'ai lu Giuincar au lieu de Giuinem-), 
j'ai fait cette identification en m'appuyantsur le Treffingar 
du cart. de Redon. Mais il faut décomposer ce composé 
en Trejf-ingar (y. plus bas Ingar). On fait de Guigner le 
patron de Loc-Eguiner {Eginei-) : c'est tout à fait impos- 
sible. 
Guignée : Lan-vifiiec, paroisse (y^;/r. Év.,YV, 149, 178); 
Lan-vignec, en Plounez (C.-du-N.). C'est aussi le nom de la 
paroisse de Vignoc, figé avec une terminaison bretonne et une 
prononciation initiale française. Giii)iioc = Guiriicr (Gwïmnoc) ; 
cf. Cani-winnioc en Cornwall (de Gray-Birch, Cart. Sax., III, 
p. 521, an 969) : v. Gniniau. 

Guignorocus (sanctus) : on dit habituellement s^ Ignoroc, 
mais le Cart. de Quimperlé a Sanctus Vignorocus (p. 86). Il 
figure dans la liste des évêques de Vannes. Mais comme l'a 
dit avec raison l'abbé Duchesne, cette liste jusqu'à Bili ne 
mérite aucune confiance. Elle est pillée de droite à gauche. 
Je soupçonne Guignoroc, d'être tiré du saint gallois Giuynnoro, 
frère de saint Gwynn (v. Guen plus haut). 

Pour cette liste d'évêques^ v. Meldeoc, plus bas. 
Guignan (saint) en Saint-Jean-Kerdaniel : dans la même 
paroisse, Coai-Guingnan. Ce nom serait en vieux-breton 
Uuenian; «mouillé a amené/ : cf. Giuinniaw, Guiniec. 

Guihen (saint) en Saint-Carreuc (C.-du-N . ; zone française) ; 
peut-être le même nom que Guien, plus haut. 
Guimaec : v. Maioc. 
Guimiliau : v. Meliau. 
Guipavas : v. Bavoez, appendice. 

Guinée (saint) en Huelgoat. Si on prononce réellement 
Giuinec et non Guignée, on a affaire à une forme vieille-bret. 
Wiiïoc = Wînâco-s : cf. Giuineu père de Teon d'une famille de 
saints en Galles (^;r/;/i'., II, 106) = ît7;zo//- : v. Guinou plus 
bas. Il y eu un saint Winoc évêque de Rath-espuic-Innis en 
Armagh. du temps de saint Patrice {0'Hanlon,\\\\, 29 août). 



300 /. Lot h 

Guinniaw (saint) : apparaît dans deux séries des anc. Lit. 

Le nom est répandu en Bretagne ; il y a des Ker-vinio (Kcr- 

winiaiu en bas-vannetais), noms de lieux et d'hommes. Il est 

peu probable que ce soit le patron de Piouigneau (v. Juniaiu). 

Saint Winniavj avait accompagné saint Samson en Cornwall. 

Galles : Eccluis Guiniaii, ubi natus est sanctus Teliaus 

(B. Llandav, 255); aujourd'hui peut-être Penally Church 

en Pembroke. Le nom se retrouve encore dans Llan-iuynio 

en Carmarthen (Rees, Essay, 308). 

Cornwall. Il est possible que saint Winnow son saint 
Winiaii : i dans luin est bref comme le montrent les gra- 
phies galloises. La comique, assez fréquemment, n'indique 
pas le mouillement de n, et, dans ce cas, parfois, le redouble 
dans l'écriture, mais, dans le Domesday Book on a Tre- 
vocanuinoe; or dans cette paroisse, il y a un manoir de 
San-winuec (sic) dans le Doiii. Book. Le saint paraît donc 
Wynnou et Wynnoc ; S. Winnow est dédié à saint 
Winnoc. 
Notre saint Winnoc breton est du vii'^ et a laissé des souvenirs 
surtout dans le nord delà France (v. Gueiuiec, plus haut). 

Guinien (saint), autrefois patron de Ploudaniel (Soc. arch. 
Fin., p. 189). 

Guinoux (saint) paroisse de l'ancien évêché deDol. La forme 
de 1 5 17 iXtsancto Guiccno ne peut se rapporter à Guinoux ou est 
fausse, à moins qu'on ne suppose Giiihenou : v. Guéhenno. 
Galles : ci. Maenor IVino en Brecknockshire. 
Si z est long anciennement dans saint Guinou, le seul nom 
qui lui soit identique serait Gtuineii, père de Teon. {Archiv., 
II, p. 166). Uninoust trouve dans le cart. de Redon (J. Loth, 
Chrest., p. 175). 

Guipronvel : v. Brochniael. 

Guirec : Il v a eu un s^ Guiroc, semble-t-il, d'après Saint- 
Guireii en Plevenon (C.-du-N.), à moins qu'on ne l'ait extrait 
de Perros-Guirec . Ce qui est sûr, c'est qu'anciennement Per- 
ros-Guirec était Penros-Kirec (montres de 148 1 : Soc. Em. des 
C.-du-N., 1852, p. 214 et suiv.). Le saint qui a donné son 
nom à cette localité est donc bien Kirec. Kirec se serait 
aussi appelé Giievroc, d'où on a conclu que c'était un doublet 



Li'S noms des saillis bretons 301 

de Kirec ou plutôt Guirec. Guevroc ne peut être qu'un surnom ; 
Giiei'roc rappelle le gallois gwevr {gu'efr), ambre. (Il y a un 
village de Goevroc en Fiabennec.) 

Guitwal : v. Goal. 

Guivray (saint) en Croix-Helléan (Morb.)? 

Guuiuuret (S') : v. Euffret. 

Guiziau (saint). Il y a à TauIé (Fin.) une fontaine de 
5' Vi:^io (régulièrement saut devant Vi^jo pour Gibi^io). Les 
seigneurs de Ker-guiziau en Bohars (Fin.) fondèrent la 
chapelle aujourd'hui de Loquilleatt ; Ker-guiziau est aujourd'hui 
Loquilleau ; il est donc sûr que Giiidiaii = Wiâiau, et que 
Loqnillcaii se prononce Lohiyo ^^^ Loc-kiuydio, Loc-iuidiazc. C'est 
le nom réel du patron de Lan-diviiiau (Fin.), : Ti-vi:iiau = 
To-widiaiu ; peut-être même // est-il pour // maison, et indique- 
t-il un endroit où a séjourné le saint ; c'est ce qui arrive fré- 
quemment pour les saints irlandais. Gwidiaw a subi la muta- 
lion, quoique // soit masculin, comme en gallois dans Ty- 
Dduiu, Ty-Ddeii'i. 

Saint- Vio en Treguennec est pour Sant Vidio. 

Gurdelw : [Gourdehu) Llan-Giirdelau dans le Cart. de 
Landèv, 4^. 

Galles : Gwrddehu a une église à Caerlleon-sur- 
Wysg. (Rees, Essay, 231). 

Gurloes : (saint) : v. Gourlai. 

Gurthiern (saint) (Goiirthiern) : sanctus Gurthiern us, église 
à Groix (G/c)/V) : cart. Quimperlé. 105, 181; cf. Clud Gur- 
thiern (ibid.), 124, 125; Loc-Gurthiern en Groe (ibid., 303), 
au). Saint-Goujarn. 

Loc-gou^iern en Hennebont, auj. Locoyarn. Locoyarn-le- 
Dorze, Z,t)<:o/7/^;«-le-verger en Caudan; Loc-gou~Jern (auj. 
Locoyern) en Kervignac ; Locouviern (pron. Locouyern^ en 
Séglien, le tout dans le Morbihan. Il y a eu aussi une chapelle 
de saint Gurthiern à Doelan près Quimperlé {Bail. C. D., 
1906, p. 23). 

Le nom de Gwrthiern = Uuor-tegcrno-s est bien connu 
en Galles; Gwrtheyrn {Gwrthegeni), le roi qui aurait invité les 
Saxons à venir en Bretagne, a donné son nom, semble-t-il, à 

Revue CeUique, XXIX. 20 



;o2 /. Loth 

tout un district, d'après Nennius, Gwartbeyrnion (Gwarthry- 
nion aujourd'hui) en Radnorshire. 

Gurvest : (Gourvest) : Plou-gourvest (Plou-ourvest^, dans le 
Finistère. 

C'est le nom gallois Giuriuest, qui apparaît dans les généa- 
logies sous la forme Givrgivcst, fille de Kenew. ÇArcbiv., III. 

p. 84). 

Ce nom paraît différent de Giurwst = Gurgust == For-giust, 
irl. Fergiis, en vieux-breton, Uiiorgost, Uiirgost. (J. Loth, 
Chrest., p. 132). 

Gravé (saint) : paroisse du Morbihan. Il est clair que sancta 
Gravida (1387), sanctiis Gravidus (15 16) ne donnent pas la 
véritable forme du nom de ce saint énigmatique non plus que 
s*"' Gravius (xii^ s.) ; saint Gravé en Trédion. 

Gunehen : Locunehen en Quistinic (Morb.). Guneheu est un 
nom propre connu : il remonte à IVin-Wethen en passant par 
Giten-zuetbcii, Gitcii-ehcn ; cf. Giienhael dans Lociiuel . 

Gunel : v. Guenhael. 

Gunelien : Locitmlien en Quistinic (Morb.). En l'absence de 
toute forme ancienne, je serais tenté de supposer qu'il s'agit 
de Guen-goiiricn (i'"' Giiiugiirianiis^ qui a dû donner Giieii- 
oiirien et par suite de la non accentuation de our : Guowkn 
puis GucncJieu ; cf. TcJiaiv pour Turiaiv. 

Guyomard (saint) : paroisse du Morbihan, actuellement de 
langue française. Ce saint n'est connu que par son nom. La 
forme sincère serait Guyôvarch = wiw-ho-march . (J. Loth, 
Chrest., ijS). 

Guyon (saint) en Plnvigner ; Saint-Quion en Quistinic (pour 
Sainl-Giiyori) ; Loc-qiiionen Gestel (Morb.) : c'est un dérivé de 
Gu'iiL . 

Halory (saint) en Pordic ; probablement pour Helory = 
Hacl-iitwri; Helori était le nom de famille de saint Yves de 
Tréguier. 

Harant (saint): chapelle en Plestin. (Inv. somm., 2533). 
Je supposerais un saint plus ou moins payen : v. Taran. 

Harmoet : Lan-Harmoet et Lan-Hennoet, auj. paroisse de 
La Harnioie {sic), Côtes-du-Nord. La forme vieille-bretonne 
de ce nom est Aer-inoet ou Haer-mod ; le nom propre Hervoitet 
existe encore (J. Loth, Chrest., à aer, haer et moet). 



Les noms des saints bretons 303 

Harn : dans Locarn= Loc-Harn (Fin.) : saint Hernin en est 
le patron. Dans la même paroisse on a Les-Hern, écrit Le:^ofran 
ce qui est extraordinaire et peu vraisemblable, mais rend 
l'interprétation difficile ; on a aussi le village de Clevetern = 
Clcved Hcrn, le mal de Sai)it-Hcrn ? Hoiani est devenu harn 
dans les dérivés et composés : Harn-eden, Harn-giicthen, Har- 
scoet, Harnoii. (J. Loth, Chrest., 213); cf. gallois Harn-mcini, 
nom propre (B. Llandav, 33). Il y a aussi un Lauhcrn en Ban- 
nalec (Finist.). 

CoRKWALL : Lan-hern et Lan-horn : les deux formes 
horn et harn pour le fer existent en comique. (O/. Mon., 
141, en 1334). Dans une charte de 1307 du cart. de 
Redon, on trouve Haiarn; Hoiarn, seul, existe aussi ; 
(Chrest., 139). 

Harnel : Plou-harne! (Morb.). La seule forme ancienne dont 
il faille tenir compte pour ce nom de paroisse, c'est Ploiarnel 
1387; la forme Ploe:^nael 1442 est absurde. Le nom ancien est 
ou Hoiarn- mael que l'on trouve déjà dans le cart. de Quim- 
perlé sous la forme Harnmael, ou Hoiarn-hael; il est vrai, 
qu'à ma connaissance, Hoiarn-hael ne se trouve pas. Je dois 
dire que cette dernière forme expliquerait mieux Plouharnel. 
(Chrest., 139, 213). En revanche Hael-hoiarn (Heloitarn') 
existe. 

Il y a un Ker-ar)ie} en Lannédern. 

Harno : Plou-harno en Damgan. Pour Harnou, v. Chrest., 
213. 

Harthoc : v. Landrevarzec. 

Hebedan (saint) en Penvenan (Jnv. sommaire n° 2851). La 
forme Hebedan a un aspect bien brittonique ; on trouve dans 
le cart. de Redon, au xi'^ s., Hebet et Hebetan ^our Hepet et 
Hepetan. (Chrest., 136). Il y a cependant quelque incertitude 
sur la meilleure lecture. Tré-bedan dans l'arrondissement de 
Dinan ferait penser à To-petan qui donnerait Santebedan : sant- 
tebedan qui a très bien pu être coupé en sant Ebedan. Si h est 
réellement prononcé, Hebedan est assuré. 

Heboew : dans Loquibou en Tremargat (Fin.). Ce vieux nom 
de Hep-U'oew (qui évite ou se passe de la lance) qui a donné son 
nom à Kemenet-Heboe (Morb., v. Chrest.,) est aujourd'hui 



304 /. Lolb 

Hiboe en vannerais (écrit serrement Hibois) . Le suffixe -oe, 
reste (en vannerais), ou se résour en -c (Corav pron. Core 
= Coroe) ou devienr -oiv -ou. Le c de Loc esr dur à cause de 
/; suivanr. 

Hegarec (sainr) en Kerlouan, aujourd'hui sainr Thegarec, 
mais en 1 5 16 sainr Egarée. Tt^T^T/rc pourrai r s'expliquer mais 
il est plus vraisemblable qu'on a affaire à un dérivé de Hticar, 
Hocar (Chrest., 138). Il y a aussi un Sainr-Egarec en Briec, 
(Soc. arch. Fin., 1903, p. 149). 

Helary (saint) en Berrien (Fin.); le même nom que Hclm 
Hael-iiuori. 

Heloiiry nom propre représente plurôt le vieux-breton Hael- 
iiuobri ( Chrest ., 134-135). 

Helen : Lan-hdcu en Kergrisr-Moelou (C.-du-N.,7;;ï'. somm. 
n° 2725), V. Elen. 

Henven : chapelle Saint-Jean du Henven en Melrand (Marb.) ; 
on prononce Hen-iben . 

Galles : Heuwyn, sainr d'Enlli, fils de Gwvndaf, 
{Archiv., II, p. 188). 

Herbot (saint) ; un des saints les plus populaires de Basse- 
Breragne. C'est^ comme quelques autres, un saint national 
dont on ne sait rien de sur. Il vécut à Berrien; sa principale 
chapelle est à Plounevez-du-Faou. 

Il y a des chapelles à son nom à Ploulec'h, Trévoux, 
Saint-Thonan, Cavan, Collorec, Plounevez-Quintin. Il y a 
des statues anciennes de ce saint dans vingt-quatre paroisses 
du Finistère. Quant à ses statues modernes, elles ne se 
comptent pas (Albert le Grand, Vies des saints rééditée, 663-664). 

On n'a aucune forme anciennedece nom. Comme ilest sûre- 
ment breton et ou'on ne saurait songer à Herbald (Herbaut) 
qui eût donné Hervot, il est très probable que c'est un nom 
vieux-breton Haer-palt : ipour paît, cf. Paiithoiiat en 1348 = 
Paltouat. (^Chrest., 223). 

Herlin (saint) en Ploumagoar (C.-du-N.); on a probable- 
ment affaire à Her)iin; cf. PhihcrUu. 

Hern : v. Harn. 

Hernot (saint) en Crozon (5////. C. D. F., 1907, p. 89), 
pour Hern-aJt ? 



Les noms des saints bretons 305 

Hernan (saint) : auj. Saint-Ernan en Nostang (Morh.); en 
1505 Saint-Hernan ; peut-être pour Ternan. 

Hernec (saint) : en Priziac (Morbihan); en 1394 Saint-Lenec 
qui est évidemment faux; en 1459 Saint-Hernec : ce serait un 
dérivé, comme Hernan. On peut supposer, en vieux-britto- 
nique, non seulement une forme Isanio-, mais une forme 
Isarnio- ou même Iserno-, comme le prouve le nom de Cot-^ 
-ihernus du temps de Clovis. Saint Hernec serait donc en réalité 
le même saint que Hoarnec : v. Houarnec. 

Hernin (saint) : paroisse du Finistère ; sanctus Huerninus en 
1468. Pîu-hcrlin (Morh.), au ix^ s. plebs Hoicrnin. ÇChrest., 
140); Lcscrnin en 141 1, 1 rcff-lcshernin en 1456, Lescharlins 
devenu Saint-Germain ! en Séglien (Morb.). 

Galles : Hernin hameau en Llanegwad en Carmar- 
thenshire. 

Herpritt : Lan Herpritt a, je crois, disparu (cart. Landev. 1 5 ). 

Hervé (saint) : dans les anc. Lit. s'^ Hoiarn-biu qui a 
passé par Hoarn-iw, Hoarveo et Harvé. Hervé ne s'explique pas 
ainsi : il faut supposer Haer-biu ; dans le cart. de Quimperlé 
Haer-veit, devenu ensuite régulièrement Her-veo et Hervé. Il 
y a eu plusieurs saints confondus sous le nom de saint Hervé '. 
Il est honoré dans beaucoup de paroisses. 

CoRNWALL • Lan-herwm (prob. Herveti) terre tenue par 
l'évêque d'Exeter dans le Dom. Book. 

Hervezen (saint) : chapelle en Lignol (Morb.); on prononce 
Zanterû'en. En 141 4, c'est Saint- Tergiœ^en, en 141 8 Saint- 
Arvcien. La forme ancienne est Haer-iuethen ou T-aer-ivethen ou 
Taer-iuethen. Il est possible que saint Herven de Plouay soit 
le même saint : v. Erven. 

Hevri : Loquevry en Plouvorn = Loc- Hobri : Hobri est un 
nom vieux breton, composé de bo:= su (bien) et bri, hauteur, 
dignité (Chrest., 138, il se trouve comme second terme dans 
larn-hobri^. 

Hilidu (saint) : en Plouguin (Fin.)? 

Hinguer (saint): en Logiàvy-Plougras (C.-du-N.) : v. ixgar. 

I . Albert le Grand, ï'ies, p. 244. 



3o6 /. Loth. 

Hirel (saint), en Collinée (C.-du-N.). Cf. en Galles: Hirael, 
village près Bangor, Carnarvonshire (Jones, Cyinru,!, 6}6). 

Hoettleian : Lan-hoetthian. (Cart. Landev. 14) en Brithiac; 
auj. Lan-hoailkn en Briec (= Brithiac), Finistère. 

Hoiarnuc : v. Houarnec. 

Houardon (saint) : en Landerneau. Dans les anc. Lit., on 
trouve j"" Hoieardone, 5"" Hiiardone. Le brév., de Léon porte 
5" Hoai^oiii, et le Fouillé de Léon (cart. Redon) mentionne 
le prieuré de s'° Houardeno (cf. Vie de saint Hervé, Soc. Em. 
C.-du-N., 1891, q. 264). 

Si les formes Hoai\on, Houarden sont sincères, on pourrait 
supposer un vieux breton Hoiaru-dCm (gaW. dawn, don, talent). 
Les Saint-Houardon d'aujourd'hui seraient des formes refaites 
et littéraires. Le Cal, de Tréguier porte (19 nov.) : Hoai\oni. 

Houarn : Lan-hoiiarn en Erdeven (Morb.). 

Galles : LJan-haiarn et Llan-aelhaiani (Carnarvon- 
shire). 

Houarné : Lan-hoiianiéhihdin en Plouider; Parc Sant Houarné 
en Lan-hoiiarnean ; Lan-houarneaii se prononce Lan-houarné : 
la forme ancienne est donc Houarné'^. Cette forme supposerait 
Hoiarnavio- : cf. Kerneo = Corucnna; mais il est possible que 
ce soit un doublet de Hoiiarvé. On trouve dans les Lit. de 
Saint- Vougay : Huarn-veiie =^ Hoiarn-hiti : cî. Hervé. 

Houarnec : Lan-houarnec en Saint-Pierre Quilbignon ; Lan- 
hoianiiic dans le cart. de Landévennec, 68. 

Houarno (saint) : Saint-Onarno en Saint-Sever (C.-du-N.) ; 
Saint-Hoiiaiiio en Langoelan (Morb.); on prononce à Langoe- 
lan : Zant-Hoarnoiu (^Zantiuarnoiu); par conséquent il s'agit 
bien ici du Hoar\^ii\-gnone des Ane Lit. (J. Loth, Revue Celt., 
1890, p. 144). 

Houarvé (saint) en vieux-bret. Hoiarn-hiu, cf. Hervé, Houarné, 
Houarno. 

Hovec (saint) en Loudéac : cf. Toffac (saint). 

Huncat : Lan Htincat (Cart. de Landev. 18, xii^ s). 

larnet : Lau-jarnet en Maroué (C.-du-N. actuellement 
français), dérivé de Jarn. La forme ancienne exacte ne saurait 
être reconstituée avec certitude. 

Ideuc : Saint-Ideuc (Ile-et-Vil.); Sanctus-Ydocus au xiv*s.; 



Les noms des saiiils b irions 307 

Le Pont-Ideu en Matignon (C.-du-N.) : v. ludoc. Cependant, 
il est possible que Ideuc soit en réalité pour Ideu qui remon- 
terait à Ilditt; c'est une paroisse de langue française dès les xi* 
et XII'' siècle. 
Idunet (saint) : v. Ediunet. 

le : Plou3'é (Fin.) : Ploehic en 1337; Pheye 1468 {Bull. CD., 
1906, Cart. Corii). 

CoRXWALL : capella s'^ Ye et s'' Tewynoci en 1410; 

Saint Hur}'gh frère de sancta la (fait sur sancte le) est 

patron de Chittlehampton en Devon (O/. Mon., 446). 

Cette chapelle de i'^ Ye est en s' Yves. 

lel : pour ludel = lud-hael dans Saint-Diel, Saint-Niel : 

V. Diel ; cf. Ikel, dans Bod-ikel Ker-ikel pour ledckcl, ludikaeJ. 

On trouve /m^<'/ en 1435 {Chrest., 215). 

lestin : Pkstin : Dans la vie de saint Efflamm, il est dit que 
Plestin tire son nom d'un saint moine du nom de leslin (La 
Borderie, Hist., I, 362) : = Ploe-Iestin. Le nom est Instiiius. 
Galles : Llan-Jestin en Anglesey; Llan-Jestin en Car- 
narvonshire (Rees, Essay, 232). 
Iger (saint) ou Igner (saint) en Ménéac (C.-du-N.) ; zone 
de langue française. 
Ignoroc (saint) : v. Guignoroc. 

Iglur (saint) : cart. Landév., 22 : cf. Illur, île du golfe du 
Morbihan qui a formé paroisse et dépend aujourd'hui de l'Ile 
d'Arz. Il n'y a guère cà tenir compte de la forme Islcur de 1537. 
Ilan : Saint-Ilan, paroisse des environs de Saint-Brieuc. 

Galles : Merthyr Ilan (B. Llandav. 32) auj . Eglwys 
Ilan en Glamorgan : Tref-Ilan en Cardigan. 
lahan, lan (saint), Saint-Jean : Ploujean (C.-du-N.). 
Igeau : Saint-Gilles-Pligeau. 

Peut-être le saint gallois Ishaiu qui s